Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > É-U 2010 : chômage, consommation, crédit, croissance : où en sont-ils (...)

É-U 2010 : chômage, consommation, crédit, croissance : où en sont-ils ?

Chomage, consommation, crédit et croissance sont quatre vecteurs économiques qui se recoupent. Comment vont-ils s’articuler pour les États-Unis en 2010 ?

Ces quatre mots désignent les facettes clés de l’économe étasunienne en 2010. Comment s’articulent-elles entre elles en ce début d’année ?
 
CHÔMAGE
 
La croissance du chômage indemnisé décroit aux É-U. C’est bien, mais le nombre réel des sans emplois augmente malgré tout du fait de gros bataillons de chômeurs qui perdent tous les mois leur droit à des indemnités, car identifier la décroissance des licenciements mensuels comme une décroissance du chômage constitue une pure et simple manipulation de vocabulaire. Le chômage augmente donc moins vite, mais le nombre cumulé des chômeurs réels continue d’augmenter sans arrêt. Il n’y a donc pas encore de sortie de crise aux É-U, comme on n’a pas arrêté de nous le seriner depuis trois mois.
 
De cette importante “nuance” résulte le fait que lorsque l’on ajoute au chômage “officiel” les salariés à temps très partiel et les chômeurs non indemnisés, le réel chômage économique est passé de 17,2% en novembre à 17,3% en décembre, pendant que le chômage “officiel” descendait de 10,2% à 10%. Voilà comment le gouvernement parvient à faire chuter le taux de chômage lorsque le nombre de chômeurs augmente. De la pure magie ! Les pertes d’emplois ”officielles“ depuis le début de la crise sont passées de leur côté de 3,1 millions en 2008 à 4,2 millions en 2009, pour un total de 7,3 millions.
 
En effet, seul est officiel le nombre des chômeurs indemnisés, et le gouvernement hésite à augmenter la durée de l’indemnisation légale, car cela aurait pour effet de gonfler immédiatement la statistique du chômage “officiel”, avec un impact certain sur la confiance des citoyens, et par conséquent sur la consommation. Toutefois le gouvernement risque d’y être bientôt contraint s’il veut éviter que des manifestations publiques de mécontentement ne se déclenchent dans les prochains mois, d’autant que le nombre mensuel de saisies immobilières continue de jeter beaucoup de monde dans la rue. Il reste encore beaucoup de victimes des subprimes, même si on a tendance à les oublier. Le gouvernement tentera probablement de maintenir le statu quo jusqu’aux élections de mi-mandat, en novembre 2010. Mais cela lui sera certainement de plus en plus difficile d’éviter des déraillements après avoir beaucoup rassuré, car de nouveaux raisins de la colère sont en train de mûrir. Socialement, les É-U vont de plus en plus mal. L’espoir obamaniaque a perdu son effet magique.
 
Ce qui est particulièrement dommageable est la perte continue des emplois industriels, car ce sont les seuls qui créent une réelle richesse dans le pays. Apparemment, l’augmentation des emplois dans les services compense largement leur destruction dans l’industrie, mais leur rôle économique est bien différent. En outre, l’augmentation des services en fin d’année est constituée pour une grande part d’emplois temporaires liés à celle de l’activité commerciale de fin d’année. Elle retombera rapidement en janvier. On vient d’ailleurs d’en voir le résultat pour décembre, avec l’annonce d’une destruction de 85000 emplois, après seulement 4000 en novembre, statistique qui avait été accueillie par des cris de triomphe prématurés. Non, l’économie des É-U n’est pas sauvée et n’est pas près de l’être. On a d’ailleurs simultanément annoncé que le nombre des destructions d’emplois d’octobre avait été rectifié à 127 000 après 111 000 annoncés. On a arrêté de se frotter les mains dans les chaumières des É-U.
 
Tout compte fait, le chômage continue donc de prospérer dans le pays, bien que le rythme de sa progression faiblit un peu. Il ne s’arrêtera probablement complètement que lorsque la production de biens sera descendu au niveau correspondant à la réelle consommation potentielle de la population, hors nouvel endettement de celle-ci. C’est là une vérité de La Palice, mais les Étasuniens l’avait oubliée depuis quelques années.
 
CONSOMMATION
 
Dire que les Étatsuniens sont toujours très endettés est un pur truisme. D’autre part, leurs revenus ont baissé en valeur constante. Beaucoup d’entreprises ont exigé de leur personnel des baisses de salaire souvent importantes pour empêcher leur dépôt de bilan. Ce fut notamment le cas des salariés de la construction automobile et de la presse, mais pas seulement.
 
Les citoyens ont pris toute la mesure de leur endettement avec la crise et les risques de licenciement. Depuis un an, ils tentent de se désendetter. C’est pourquoi leur taux d’épargne qui était encore négatif à -3% en décembre 2007 s’est mis à croitre rapidement, et s’établit actuellement entre 7 et 9% selon les mois. Il est donc logique que leur niveau de consommation ait baissé d’autant, du moins en valeur.
 
Si donc les citoyens consomment environ 10% de moins en valeur constante qu’en 2007, il est normal que le pays ait besoin de moins importer et de moins produire, et par conséquent d’avoir moins de monde au travail. Ce qui continuera de nourrir le chômage, jusqu’à ce que le niveau de production corresponde à celui des dépenses que les consommateurs s’accordent à présent. À partir de ce nouveau niveau de chômage, le nombre de gens sans emplois restera stable, à moins que des progrès de productivité réalisés par les entreprises ne l’affectent par de nouveaux licenciements ou baisses de salaires. Ce qui n’aurait rien d’impossible, les entreprises faisant des pieds et des mains pour retrouver les bénéfices de leurs années de splendeur, au détriment de leur personnel.
 
CROISSANCE
 
Ceci étant dit, pourquoi la croissance repartirait-elle dans ces conditions ? Tout semble concourir à ce que les É-U atteignent, courant 2010, un solide niveau de stagflation, c’est-à-dire une stagnation de la production dans un environnement inflationniste, compte tenu des excès connus et continus de la machine à fabriquer des dollars fictifs, machine fermement sollicitée par le gouvernement chaque jour qui passe pour boucher les énormes trous de son budget.
 
CRÉDIT
 
Ici, nous nous trouvons devant une contradiction, car le gouvernement n’arrête pas de reprocher aux banques de trop serrer les cordons de leur bourse et de ne plus prêter assez d’argent.
 
Cette attitude de sa part surprend, car si la consommation n’augmente pas en raison du fait que les consommateurs ont décidé eux-mêmes de consommer moins pour pouvoir réduire leur considérable endettement, on ne voit pas comment les banques pourraient les obliger à “bouffer” du crédit malgré eux.
 
D’autre part, compte tenu du chômage, et de l’importance des saisies immobilières qui perdurent sur fond de licenciement persistant, les risques que courent les banques en prêtant se sont considérablement accrus. Les reproches du gouvernement ne sont donc que de la poudre aux yeux pour culpabiliser les banques et s’éviter à lui-même les critiques de la population.
 
Enfin, sur le front de l’investissement la situation ne peut être meilleure pour les mêmes raisons. Si les besoins de la population ont diminué, alors les investissements de production n’ont pas lieu d’être. Seuls les investissements correspondant au lancement de nouveaux produits pour soutenir la concurrence, et ceux qui ont pour but d’améliorer productivité et coûts de production peuvent justifier de nouveaux emprunts.
 
Même ceux-ci ne représentent plus qu’une fraction des investissements passés, et surtout, les demandes de prêts des entreprises se heurtent à présent, comme pour les particuliers, aux réticences des banques, en raison des risques accrus courus du fait de l’affaiblissement d’une grande partie des entreprises, surtout des plus petites. De toutes les manières, les investissements de productivité ayant surtout pour but un allègement des coûts salariaux, ils exercent un biais positif sur le niveau du chômage, de telle sorte que, de quelque côté que l’on se tourne, l’économie des É-U a du mal à retrouver un équilibre durable.
 
***
 
Le système bancaire ne récoltant plus que de maigres intérêts de son activité de banque de détail, il essaye d’exploiter au mieux les facilités offertes par la FED. Pour le moment, c’est le taux nul des prêts interbancaires de celle-ci qui lui permet de survivre, et de rembourser les aides financières que l’État lui a consenties par le moyen du TARP. Les étonnants bénéfices que les banques ont annoncés récemment proviennent d’une utilisation exacerbée du “carry trade”, lequel consiste à emprunter des sommes importantes à la Fed au taux de 0% et de placer ensuite ces sommes dans des pays où les taux sont plantureux, comme ceux de l’Australie par exemple où ils sont de 3,75%, et où les risques sont encore peu importants.
 
C’est une “industrie” parasite qui caractérise bien une économie où le trucage et l’expédient sont devenus une règle courante. Gagner ainsi des sommes fort importantes par une activité dans laquelle l’opérateur n’engage, ni sa responsabilité, ni la sueur de son front, est totalement immorale et devrait être purement et simplement interdit. Cette pratique nuit en outre à l’économie étrangère dont elle parasite les circuits monétaires, en lui prenant des intérêts qui l’affaiblissent, et n’ajoute aucune vraie richesse dans l’économie de son propre pays.
 
Au moins ce système maintient-il l’église au milieu du village des É-U pour le moment, selon la circularité suivante : l’État crée immédiatement des dollars, qu’il n’a pas, pour les avancer aux banques afin de leur éviter de faire faillite. La FED leur prête de son côté des sommes illimitées à 0%. Les banques n’ayant plus de revenus normaux, puisqu’elles ne prêtent plus d’argent, utilisent celui de la FED pour spéculer selon le carry trade sur les devises des pays qui jouissent encore de taux élevés. Enfin, avec les bénéfices colossaux de ce carry trade, elles peuvent rembourser les avances de l’État, de telle manière qu’elles retrouvent l’indépendance d’action que le gouvernement avait fait semblant de vouloir leur ôter, et reprendre le cours ordinaire des opérations louches qui ont provoqué la crise, car elles n’ont rien appris de celle-ci. N’est-ce pas génial ?
 
CONCLUSION
 
La crise est passée par un creux depuis la rentrée de septembre. Mais ce creux est maintenant dépassé par la remonté du chômage et quelques autres indices désagréables. Deux directions devraient donc être suivies par l’État étasunien le plus rapidement possible.
 
La première consisterait à suspendre ou même supprimer les aides à l’économie, telles celles des “primes à la casse” pour l’automobile, et celles dont bénéficient les nouveaux propriétaires immobiliers. L’État est en effet parvenu au bout du rouleau, et les initiatives projetées par beaucoup de pays dans le but de se passer d’un dollar essoufflé, progressent à grandes enjambées.
 
Les É-U ne peuvent ignorer ce mouvement, lequel, s’il devait s’accélérer, lui enlèverait la force de frappe dont il a bénéficié depuis 65 ans, et qui explique largement pourquoi ce pays a pu atteindre le niveau de croissance qui était encore le sien il y a quelques années. Il est impératif pour eux de rétablir la confiance dans le dollar, car leur hégémonie ne tient que par lui ( et non par la force armée ), et de son côté, le dollar ne tient plus que par une hégémonie désormais branlante. Leur hégémonie et le dollar marchent en effet d’un même pas. Si l’un défaille, l’autre s’efface et réciproquement.
 
La seconde direction est le relèvement du taux interbancaire par la FED, qui est pratiquement à “0” depuis plus d’un an. Sans ce relèvement, le risque, actuellement nul, de voir une solide inflation s’installer très vite dans le pays, deviendrait majeur, provoquant assurément la stagflation dont je parle plus haut.
 
Or, c’est là que les États-Unis vont probablement frapper un mur. S’ils agissent trop vite, leur économie sera incapable de supporter une hausse significative des taux. Soyons conscients du fait que les quelques indices positifs que leur économie présente depuis quelques mois reposent entièrement sur un taux d’intérêt nul, ainsi que sur les aides à la construction automobile et à l’immobilier. Mais s’ils tardent au contraire à agir dans ce sens, s’en sera sans doute terminé à la fois pour le dollar et leur hégémonie.
 
Entre la perte du statut international du dollar et la ruine de leur économie, les possibilités de solutions pour le gouvernement des É-U sont à peu près inexistantes, car le temps joue actuellement contre lui. Pour le moment, il se replie sur des expédients et sur la propagande.
 
L’année 2010 sera très dure pour lui, son chef et sa population.
Quant à la vraisemblance d’une relance économique rapide … !
 
 
Cet article répond aux règles de la nouvelle orthographe
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 11 janvier 2010 15:11

    Vous relevez en conclusion l’impossibilité des deux voies possibles, par leurs contradictions réciproques.

    Trés bon article. Merci à vous.

    Je ne saurais trop vous conseiller de suivre de trés près l’ascension du parti d’extrème-droite appelé « tea party ».
    Cela annonce des lendemains qui ne vont pas forcément chanter.


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 11 janvier 2010 16:22


      Le Wall Street Journal nous apprend que seuls 64,6% des Américains en âge de travailler sont en fait considérés comme faisant partie de la population active.

      Quelle merveilleuse invention – par l’administration Clinton – que cette catégorie des « chômeurs découragés » ! Elle permet de virer des statistiques les chômeurs « irrécupérables », ceux qui ont tellement de mal à trouver un emploi qu’ils ont abandonné tout espoir de retrouver la vie active.

      Les magouilles des gouvernements ne s’arrêtent évidemment pas là. Les travailleurs à temps (très) partiel ne font pas non plus partie de chômeurs – même s’ils n’ont travaillé qu’un jour ou deux dans le mois. En outre, les données sont recueillies auprès des entreprises et non pas auprès des ménages américains. Conclusion, le taux de chômage est largement sous-estimé.

      Quand on prend en compte toutes ces données éparses, on obtient un taux de chômage évidemment bien plus élevé que l’officiel 10%. Le Wall Street Journal l’estime en fait à 17,3%. Soit presque un cinquième de la population active. L’économiste John Williams estime lui le taux de chômage réel américain à 21,9%.


      • patroc 11 janvier 2010 17:10

         Bon article et idem pour la france !..


        • BA 11 janvier 2010 23:28

          Alcoa retombe dans le rouge.

          Le producteur américain d’aluminium Alcoa a annoncé lundi être retombé dans le rouge au quatrième trimestre, avec une perte nette de 277 millions de dollars, qui lui a fait nettement creuser ses pertes annuelles, à 1,151 milliard de dollars en 2009.

           

          http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/11/01011-20100111FILWWW00662-alcoa-retombe-dans-le-rouge.php

           

          Ah bon ?

          Je croyais que l’économie américaine était repartie.

          Je croyais que c’était la reprise, la croissance, le rebond, le bout du tunnel, et patati, et patata.

          Heureusement, Christine Lagarde va venir nous rassurer à la télévision : toutes les autres entreprises américaines vont annoncer des résultats magnifiques pour le 4ème trimestre 2009.

          Ouf, je suis rassuré.


          • _Ulysse_ _Ulysse_ 12 janvier 2010 12:05

            Bel article mais certaines choses me gêne un peu :

            -L’article semble suggérer que l’économie US est exsangue ou pas loin, même si les difficultés sont réelles il ne faut pas caricaturer non plus.

            -L’article fait penser qu’il n’y a pas de solution et que le gouv US ne fait pas ce qu’il faut. Certes le gouv US ne fait pas tout ce qu’il faut mais il ne fait pas n’importe quoi non plus. L’argent donné aux banques gratuitement est par ex une erreur mais le gouv fait d’autres choses :

            -Il investit massivement sur les secteurs industriels de demain :
             -Eolien, centrales solaires à concentration, stations de pompage turbinage
             -Voiture électriques, batteries.
             -Solaire photovoltaÏque

            Les US travaillent ainsi à leur indépendance pétrolière ce qui constitue un atout politique majeur.

            Les aides à l’industrie automobile servent à maintenir cette industrie le temps qu’elle se reconvertisse (GM a été nationalisé) et qu’elle soit à nouveau compétitive.

            La réforme de la santé est sur le point d’être adoptée définitivement. Cela devrait permettre de réduire le poid des prélèvements des assurances ce qui rendra du pouvoir d’achat aux américains.

            Le gouv est en train de mettre un minimum de protection vis à vis des pays à capacité technologique et à très faible salaires réels au taux de change courant.

            Tout ceci prend du temps et les USA connaîtrons des difficultés économiques encore plusieurs années mais le situation devrais s’améliorer progressivement dans les années qui viennent.

            Le second point qui me gêne c’est que l’article donne l’impression que ce sont les USA qui ont de grosses difficultés et pas les autres pays. Or, tous les pays ayant appliqué une politique économique analogue à savoir « entrer dans la mondialisation laisser-fairiste » ont des difficultés semblables à des degrès divers. Parmis ces pays ont trouve les pays de l’UE dont la France. Ainsi, si il y a du chômage aux US nous n’avons rien à leur envier en Europe sur ce point. Si le sous-emploi total est de l’ordre de 18 ou 20% aux USA, il est de 25% en France, d’environ 20% en Angleterre etc, les valeurs sont à peu près les mêmes en espagne, italie, allemagne etc. Si en France c’est moins visible c’est que le traitement social du chômage est plus important avec les indémnités, les emplois aidés, les aides fiscales etc.


            • nephilim 12 janvier 2010 12:36

              Bon article^^
              je pense malheureusement que rien ne va s’arranger que cela soit aux US ou en europe, en France.
              la logique est de faire de l’argent avec le moins de charges.
              Donc limiter la main d’oeuvre ou la trouver à tres tres bon marché (pays tres pauvre).
              Mais comment reussir à ne pas créer une situation explosive dans son pays en crise ?
              Et par quels moyens ?
              je schematise : La peur pour repondre à la 1er question ; les medias pour la 2eme (ou plus simplement les grand groupes).
              la peur maintient le peuple dans une pensée individualiste (je dois sauver ma peau)
              les medias conditionnent le peuple à avoir peur tout en evitant de parler de chomage, croissance etc.........., ou tres brievement et souvent de facon chiffrée, ca a tendance a larguer ceux pour lequel cela ne veut rien dire.
              et voila le tour est joué on a une population soumise qui vit dans la crainte et en permanence arrosée d« informations secondaires ne pouvant créer de situation »revolutionnaire" (les journaux gratuit dans le metro sont d’une efficacité terrifiantes + les JT et les chaines TNT, cables qui appartiennent à ces groupes qui doivent reduire leurs charges). 
               


              • wesson wesson 12 janvier 2010 12:37

                Bonjour l’auteur,
                merci pour cet excellent article . Pour ma part, et concernant l’immobilier Américain que je suit assez fidèlement, la stratégie adopté est identique à celle des chômeurs : on en planque un maximum pour faire sortir des statistiques.

                Le schémas « habituel » aux US est que lorsque vous ne payez plus votre prêt, votre baraque a été saisie et remise en vente dans les 6 mois, ce qui n’est pas bon pour vous, car vous êtes foutu dehors, et pas bon pour la banque, car elle doit comptabiliser douloureusement la moins valu.

                Alors pour ne pas finir d’achever un marché déjà moribond, il a été décidé la technique la plus simple, qui est de laisser trainer. Les notifications de défaut, normalement envoyés sous 3 mois, sont oubliés pendant 1 an et plus. Les dates de mise en vente sont reculées aux calendes grecques, et les banques gardent les baraques saisies en attendant, voire en font même détruire quelques unes, pour essayer de faire monter les prix.

                Bref, ça bidonne les statistiques à mort, avec d’ailleurs une différence notoire par rapport aux statistiques du chômage : D’un facteur 2 pour le chômage, le bidonnage est d’un facteur 5 pour l’immobilier.

                Comme on dit par chez moi, ils ont pas le cul sorti des ronces avec ça !


                • verdan 12 janvier 2010 22:25

                  Bonjour Mercure

                  Article limpide !

                  le mercure monte ...monte au usa....qd va péter le thermomètre...aie...

                  merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès