Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Easyjet et sa rentabilité

Easyjet et sa rentabilité

Le principe d’une compagnie Low Cost est de considérer ses avions comme des bus. Un avion fait une liaison entre deux villes et quand le nombre de réservations augmente, la compagnie ajoute un second avion pour supporter le trafic. Vous avez une fourchette horaire pour le départ de l’avion, mais quoi qu’il arrive il partira avec vous dedans. Il n’y a pas de place réservée. Les familles avec enfants ainsi que les handicapés montent en premier, tous les autres prennent les places restantes. A bord tout est payant sauf l’eau et le personnel de cabine est réduit à la limite des conditions de sécurité. Les avions sont neufs et ne coutent pas cher en carburant ou frais d’entretien. Le coût des frais de bagages et tellement prohibitif qu’il décourage les passagers, ce qui facilite l’embarquement

Ce principe, en étant très réactif, permet de doper l’activité passagers, de réduire les coûts de transport. Il ne faut pas oublier les zones de transit très spartiates qui laissent à penser que tout est optimisé pour faire des économies sur les frais

En Europe, deux compagnies, Ryanair et EasyJet, sont leaders sur ce marché en fort développement. Easyjet avec plus de 14 millions de passagers transportés en 2013, 182 lignes et 18 aéroports desservis, est la seconde compagnie sur le territoire français après Air France-HOP.

La réactivité de cette compagnie a permis d’anticiper les reports de clients dès avant le début du mouvement des pilotes d’Air France. En mettant en place, durant ces deux semaines, d’abord 1000 puis très vite 3000 sièges supplémentaires sur les liaisons Paris-Toulouse, Paris-Nice et Lyon-Toulouse. Easyjet a capté la clientèle Air France. Vu le succès de ses offres, elle s’est même permise le luxe de vendre les places supplémentaires au prix Air France HOP à l’exception des clients fidèles et détenteurs de la carte Easy. L’ouverture de nouveau compte a d’ailleurs fait un bon pendant la période de grève.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la compagnie britannique à bas coût a indiqué vendredi qu’elle pensait désormais dégager un bénéfice annuel avant impôt plus important, compris entre 735 à 742 millions d’euros, contre une fourchette de 695 à 730 millions estimée en juillet, et un bénéfice de 611 millions d’euros en 2013. La grève des pilotes d’Air France s’est traduite par une hausse de 6,4 millions d’euros de son chiffre d’affaires. Il faut pondérer ces 6.4 millions à une économie d’environ 2 millions d’euro imputable à une baisse de la facture carburant payée en Livre dont le taux de change est plus favorable que l’euro.

La grève des pilotes a créé un effet d’aubaine en permettant à easyJet de se faire connaître d’une clientèle business, ce qui apportera un coup d’accélérateur à la stratégie de développement en France. Si le modèle d’easyJet est low cost, son image ne l’est plus. Les actionnaires seront aussi de la fête, puisqu’easyJet n’a cessé de répéter qu’elle verserait à ses actionnaires un dividende ordinaire équivalent à 40% de son bénéfice après impôt pour cet exercice comptable achevé le 30 septembre, contre l’équivalent d’un tiers jusque-là. Il faut aussi rappeler que depuis 2006, Air France n’a pas versé de dividende à ses actionnaires et que pour le premier semestre 2014 elle affiche 123 million d’euro de perte.

Le salaire d’une personne de cabine débutante chez EasyJet est d’environ 2300 euro mensuels contre 1900 chez Air-France (avec beaucoup moins d’heure de travail et des avantages comme les billets gratuits). Le salaire d’un pilote de ligne chez Easy est de 10000 euro, bonus participation et redistribution de dividende non compris (ça monte vite à 13000), contre 15000 pour Air France (avec beaucoup moins d’heures de travail et des avantages comme les billets gratuits). Le turn over chez Easy est de 5% et la moyenne d’âge est plus élevé que la moyenne des pilotes, car pas mal de retraité Air France cumulent leur retraite (qu’ils prennent jeune) et un salaire EasyJet. Cette année EasyJet va embaucher 230 pilotes. Il n’y a pas d’embauche prévue chez Air France.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 3 octobre 2014 14:50
    En 2013

    Les pilotes français d’easyJet ont fait grève le lundi 25 novembre 2013 pour protester contre la politique de redistribution des bénéfices de l’entreprise, qu’ils jugent trop faible13.

    Poursuites judiciaires Condamnation pour travail dissimulé

    En France, easyJet a été condamné en avril 2010 pour « travail dissimulé, entraves aux organes de représentation du personnel et défaut d’immatriculation » pour avoir notamment fait travailler à Orly des salariés sous contrat britannique14. La firme a notamment écopé d’une amende de 1,4 million d’euros à verser au Pôle emploi15.

    Désormais, depuis 2010, l’ensemble des salariés basés en France travaillent sous contrats français.

    Condamnation pour publicité mensongère

    Depuis le 1er janvier, l’Antitrust italienne a infligé six condamnations accompagnées de sanctions financières pour 47 500 € à plusieurs compagnies bas coût, dont une à easyjet. L’amende est liée à la publicité pour les tarifs aériens, considérés comme trompeurs. Les procédures ont concerné les campagnes publicitaires dans les quotidiens et périodiques qui promettaient des voyages à prix très bas voire gratuits, en omettant d’informer sur les taxes et autres coûts supplémentaires16.

    Au début juillet, la Advertising Standards Authority (Royaume-Uni) a condamné easyjet pour publicité mensongère. Dans une de ses campagnes de presse, easyjet avait déclaré que ses avions étaient 22 % moins polluants que ceux des autres compagnies. Les chiffres utilisés étaient pourtant faux, et l’ASA a déclaré qu’easyjet avait contrevenu au code de comportement publicitaire. La condamnation suit une précédente censure d’avril 2007. À cette occasion, easyjet avait voulu faire croire que ses avions étaient 30 % moins polluants (en fonction du nombre de passagers) que ceux des autres compagnies17.

    Discrimination de personnes handicapées

    Au moins 4 cas de refus d’embarquer ou de débarquement de personnes en fauteuil roulant ont été rapportés dans la presse (3 en France et 1 en Suisse)18,19. Comme indiqué dans la réglementation du transporteur, cette dernière refuse de transporter des personnes à mobilité réduite si elles ne sont pas accompagnées d’au moins une personne valide pour deux passagers présentant des difficultés à se déplacer20. Afin d’être autorisées à embarquer, certaines personnes non accompagnées se sont vu proposer par la compagnie de solliciter, avant la fermeture du vol, l’assistance de n’importe quel passager majeur présent sur ce même vol, et qui serait prêt à les prendre en charge en cas d’évacuation d’urgence de l’appareil. En France, la HALDE21,22 et le ministère des transports23 ont annoncé l’ouverture de procédures contre easyJet. La compagnie a répondu en indiquant, sans citer de source précise, que la réglementation européenne imposait une évacuation de l’avion en 90 secondes en cas d’urgence. Aucune autre compagnie n’a fait l’objet d’une enquête pour de tels faits. Cependant il est vrai que pour obtenir la certification de navigabilité d’un avion, son constructeur doit être en mesure de prouver qu’il est possible d’évacuer l’appareil en 90 secondes avec la moitié des issues disponibles, cela est rendu possible notamment grâce à l’utilisation des toboggan d’évacuation et à la formation du personnel navigant commercial. En janvier 2012, la compagnie easyjet a été condamnée pour avoir refusé l’accès d’un avion à trois personnes handicapées en 200924 Le tribunal correctionnel condamne notamment la politique commerciale de la compagnie.


    • Trelawney Trelawney 3 octobre 2014 16:06

      Vous avez raison dans ce que vous dites et les sociétés ne sont jamais blanc bleu (normalement les syndicats existent pour cela). Il ne faut pas oublier Air France qui a facturé 2 places sur un Paris Pékin parce que le type était gros.

      Le sujet de mon article est que dès qu’un société est en difficultée et la nature n’aimant pas les vides il se trouve une autre société pour lui piquer son marché. Alors si en plus c’est l’action des pilotes et de leurs dirigeants (sont pas blanc bleu aussi ceux là) qui participe à ce carnage on marche sur la tête.

      PS : Depuis l’amende, easyJet se conforme au droit français pour ses employés en France. Elle a donc mis en place un CE un CHSCT et tout et tout. C’est le SNPL et le SNPNC (dito Air France) qui sont majoritaires. ce qui est quand même étonnant d’après ces deux syndicats, c’est que quand il demande une entrevue avec easyJet, ils n’ont jamais eu porte clause à l’inverse d’Air France


    • foufouille foufouille 3 octobre 2014 17:22

      c’est juste wikipédia ..........
      ensuite le personnel se plaint de la redistribution des benefs.
      c’est donc pas magique


    • Fergus Fergus 3 octobre 2014 16:08

      Bonjour, Trelawney.

      Nier, comme le font certains, que EasyJet soit une énorme épine dans le pied d’Air France est absurde : pour reprendre une expression populaire, « ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on soigne la maladie. » Or, Air France est malade, et EasyJet se porte comme un charme, quoi qu’on en dise. Inquiétant, car comme le souligne Foufouille, cette compagnie ne brille pas par son humanisme, pas plus que par sa souplesse d’interprétation des règles concernant les bagages de cabine, la psychorigidité des personnels confinant à l’arnaque !


      • titi 3 octobre 2014 21:50

        « cette compagnie ne brille pas par son humanisme, pas plus que par sa souplesse d’interprétation des règles concernant les bagages de cabine, la psychorigidité des personnels confinant à l’arnaque  »

        Je suis un client régulier easyjet.

        Les règles quant à l’embarquement des bagages en cabine sont clairement affichées lorsque l’on achète un billet sur leur site.
        Après on peu tenter le coup. J’ai vu lors de mes voyages des gens qui vraiment abusaient.

        Il ne faut pas se plaindre de se faire choper par la patrouille.


      • titi 3 octobre 2014 21:50

        « cette compagnie ne brille pas par son humanisme, pas plus que par sa souplesse d’interprétation des règles concernant les bagages de cabine, la psychorigidité des personnels confinant à l’arnaque  »

        Je suis un client régulier easyjet.

        Les règles quant à l’embarquement des bagages en cabine sont clairement affichées lorsque l’on achète un billet sur leur site.
        Après on peu tenter le coup. J’ai vu lors de mes voyages des gens qui vraiment abusaient.

        Il ne faut pas se plaindre de se faire choper par la patrouille.


      • Fergus Fergus 3 octobre 2014 23:22

        Bonsoir, Titi.

        Sauf quand vous voyez un type menacé de devoir mettre sa petite valise en soute à prix d’or parce que les roulettes dépassent la norme de... 5 mm !

        Ou encore lorsque vous voyez une femme menacée de la même sanction parce qu’elle porte un insignifiant petit sac à dos que, par chance pour elle, elle a pu ajouter dans sa valise de cabine. Pure mesquinerie ou cynisme commercial ?

        Tout cela alors que les achats de produits en zone détaxée sont admis sans problème en plus du bagage de cabine, même lorsqu’ils sont assez volumineux ! 


      • titi 4 octobre 2014 10:01

        Une règle est une règle.

        Si on commence à négocier 5 mm, il y aura toujours qq’un pour négocier 10 mm avec de bonnes excuses.

        L’autre jour un mec prétendait qu’il ne pouvait pas mettre sa valise en soute parce qu’il avait des médicaments dedans...

        Après concernant le duty free, je pense que c’est une condition imposée par les aéroports. Si le duty free n’était pas accepté à bord, alors les aéroports ne vendraient plus rien.
        Je pense pas qu’EasyJet accepte de gaité de cœur. D’autant plus que le truc consistant à récupérer des sacs duty free dans les boutiques pour y fourrer un sac à main ou un petit bagage supplémentaire est archi connu et pratiqué.


      • Alex Alex 3 octobre 2014 17:26

        Pour commencer, deux erreurs « involontaires » de l’auteur :
        1. Les billets « gratuits » ne le sont pas. Je viens à l’instant de vérifier sur un Paris-Toulouse : 26,24 €, sous réserve qu’il y ait des places libres.
        2. Il est impossible de cumuler retraite de pilote et emploi sur une autre compagnie.

        Mais le principal est ailleurs : si vous calculez le prix de revient d’un vol (c’est complexe vu le nombre de frais de toutes sortes), vous découvrirez qu’entre la moitié et les 2/3 ne sont pas réglés par ces compagnies low cost.

        Est-il normal que les impôts perçus par les collectivités servent à payer les voyages de quelques-uns, avec pour résultat d’enrichir des compagnies qui se débrouillent pour ne pas payer d’impôt en France ? 


        • Trelawney Trelawney 3 octobre 2014 18:36

          1. Les billets « gratuits » ne le sont pas. Je viens à l’instant de vérifier sur un Paris-Toulouse : 26,24 €, sous réserve qu’il y ait des places libres.

          il me semble que les 26.24 euro représentent les taxes d’aéroports, le billet étant gratuit

          2. Il est impossible de cumuler retraite de pilote et emploi sur une autre compagnie.

          Si c’est dans les contrats de travail, c’est contraire à la constitution française. Personne ne peut interdire quelqu’un de travailler. De plus l’état français (Hollande Ayrault) vient d’alléger les conditions de cumul emploi retraite puis que maintenant le salaire n’est plus plafonné. je connais personnellement un commandant Easy ancien retraité Air France

          Comme vous avez l’air de bien connaitre Air-France, pouvez vous me dire si , puisque Air France abandonne de développement Transavia en France, les pilotes Air France transférés à Transavia devront rendre le bonus de 60000 euro. Compensation financière obtenue pour limiter leur perte de pouvoir d’achat alors qu’ils vont développer cette filiale ?


          • Alex Alex 3 octobre 2014 19:54

            « les 26.24 euro représentent les taxes d’aéroports, »

            En principe, le coût d’un R2 est 10% du tarif le moins cher, plus les taxes dans leur totalité. Mais cela n’a pas d’importance puisque l’on trouve des billets de ce niveau tarifaire sur les low costs, avec place réservée.

            L’essentiel de la retraite (80 %) provient de la caisse complémentaire : celle-ci interdit ce genre de cumul. Que des arnaqueurs la contournent ne me surprend pas, mais je ne fréquenterais pas ce genre de malhonnêtes.

            Ayant quitté la compagnie depuis pas mal d’années, je ne suis pas tenu au courant de ce qui s’y passe ; je ne peux donc pas répondre à votre question. D’autre part, ce n’est pas parce que je suis un ancien pilote que je suis d’accord avec les grèves et les prises de position du SNPL.

            Mais ce qui est intéressant est que vous avez « oublié » de répondre au seul point important – car d’intérêt général – que je mentionnais.


          • Trelawney Trelawney 4 octobre 2014 08:30

            Est-il normal que les impôts perçus par les collectivités servent à payer les voyages de quelques-uns, avec pour résultat d’enrichir des compagnies qui se débrouillent pour ne pas payer d’impôt en France ? 

            Là vous touchez un point important et surtout un sujet épineux pour la France. Bruxelles a demandé un durcissement des subventions allouées aux compagnie low cost. Le conseil d’agglomération de Châlons-en-Champagne (Marne) a par exemple alloué une nouvelle subvention de 400 000 euros à Ryanair pour l’aéroport de Vatry. Ce qui est tout à fait anormal, car ça couvre les frais de gestion d’un ligne complétement déficitaire pour un aéroport Vatry qui n’aurait jamais du existé. Depuis toujours c’est la France qui fait le forcing pour éviter ce durcissement. car s’en serait fini des aéroports de Reims, Brest, Carcassonne, Tours, Nîmes, Poitiers, Angers ou Dinard.

            Il ne faut pas jeter l’opprobre sur les collectivités qui sont écartelées entre le desir de développer les transports de leur région et ce chantage des compagnies. Il suffit de voir que la ligne Charleroi Figari (Corse) avec un taux d’occupation de 90% a été fermé parce que la Corse refusait d’accorder une subvention de 600000 euro à Ryanair. Pour moi ces subventions sont assimilables à du racket et il ne faut pas y céder (mais ce n’est pas l’avais des politiques). Au vu des comptes de ces entreprises, ils dégagent suffisamment de bénéfices pour pouvoir s’en passer

            Mais il ne faut pas se tromper de sujet. ce qui fait le succés de ces compagnies est leur capacité à réagir avec de nouvelles règles qu’elles ont écrites elle même. Et si Air France continuer d’exister elle devra jouer sur ce terrain. Ce que visiblement les pilotes n’ont pas compris


          • Alex Alex 4 octobre 2014 11:11

            « ce qui fait le succés de ces compagnies est leur capacité à réagir »

            Non, leur succès vient uniquement des prix pratiqués, rien d’autre.
            Je ne suis pas du tout opposé à la concurrence, mais avec les mêmes règles pour tous.
            Si, dans un match de foot, une équipe à le droit de prendre le ballon à la main, elle est sûre de gagner.


          • Trelawney Trelawney 4 octobre 2014 13:56

            Pour ce qui est des subventions accordées par les collectivité. Si on compte environ 10 ou 15 aéroports à problème (Dinard, Rennes, Carcassonne, Brest, Vatry, Tours, Poitier, Lourdes, Béziers, Dôle, Saint Etienne Bergerac Brives, Limoge etc) Ca fait donc 15x500000 soit 7.5 millions d’euro de subventions annuelles soit environ 1¨de leur bénéfice. Pour la collectivité c’est beaucoup trop mais pour Ryanair c’est pouième. Si Air France reçoit ces subventions pour remplacer ces compagnies, Est-ce que la gestion de ces lignes sera rentable pour Air France ?

            Il faut noter qu’en Europe, il n’y a qu’en France où les collectivités financent des lignes pour justifier la construction d’aéroports totalement inutiles

            La suppression des guichets d’embarquement, le système de réservation, les bagages cabine tolérés etc etc sont des nouvelles règles qui permettent de réduire le cout


          • rocla+ rocla+ 3 octobre 2014 20:19

            Les cons de grévistes  de Air France n’ ont simplement aucune idée de

             ce qu’ est une entreprise .

            Il faut des années pour fidéliser une clientèle , pour se forger une image 
            de marque . 

            En quelques jours une bande d’ irresponsables met tout ce travail par-terre .

            Et il y a des imbéciles pour soutenir ces salopards .

            • Alex Alex 4 octobre 2014 11:22

              « Il faut des années pour fidéliser une clientèle , pour se forger une image de marque . »


              Exact.
              Mais j’aimerais voir la réaction du boulanger qui s’est forgé une image de marque si un concurrent s’installe en face de chez lui :
              1. Il va forcément perdre quelques clients.
              2. Mais le jour où son concurrent divisera les prix par deux parce que le Conseil général prendra en charge une grosse partie de ses frais, et parce qu’il ne paiera que très peu d’impôts en se domiciliant à l’Île de Man, notre boulanger fermera sa boîte... avec le sourire.

            • rocla+ rocla+ 4 octobre 2014 11:50

              Bonjour Monsieur Alex , c ’est exactement ce qui m’ est arrivé , un beau jour 

              un supermarché s" est installé à pas loin de ma boulangerie . 
              Je continuais de travailler mais je perdais du chiffre d’ affaire sur la petite 
              épicerie , je l’ achetai plus cher chez le grossiste que le supermarché vendait . 

              Le samedi qui était une grosse journée , ben les clients qui faisaient leurs 
              courses un quart achetaient aussi leur pain là-bas .

              Ce grand magasin bénéficiait d’ un grand  parking moi non . 

              Et bien vous allez pas me croire , j’ ai arrêté la boulangerie 
              et me suis tourné vers une autre forme de commercialisation . 

              Et les trente dernières années de ma vie professionnelle j’ ai fait plein de 
              trucs que je n’ aurais jamais pensé faire auparavant . 

              Bon d’ accord j’ ai déménagé une quinzaine de fois . 

              L’ évolution vous ne pouvez rien faire contre à moins de faire 
              communiste et l’ Etat  gère .

              Vous avez vu comme les Allemands de l’ Est se sont précipité dans 
              la nouvelle Allemagne ? 

              Avez-vous suivi les progrès incroyables de la chirurgie moderne ? 

              Avez vous constaté l’ augmentation de l’ espérance de la vie ? 

              Savez vous que vous payez avec votre argent la facture d’ électricité 
              des salariés EDF 

              Oula , vous avez vu que c’ est bientôt midi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès