Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Economie et violence

Economie et violence

La fameuse grande loi du capitalisme de marché repose sur les travaux de Léon Walras, le fameux équilibre général basé sur la concurrence pure et parfaite, un concept totalement théorique. Le seul équilibre existant étant surtout celui de la terreur et le déséquilibre général est devenu la règle.

Les économistes oublient ainsi dans leurs analyses le grand médiateur tout puissant, l'alpha et l'oméga des marchés : la violence. Nous pourrons donc continuer à donner le prix Nobel d'économie à ceux qui tentent de trouver l'équilibre général dans l'hypocrisie générale la plus totale.

La violence de l'économie n'est que le reflet du miroir d'une économie de la violence...

La criminalité organisée transnationale est donc au coeur de l'économie mondiale avec une part croissante des financements issus des trafics en tous genres, une véritable gestion mafieuse du système économique des sociétés contemporaines.

Ancien officier supérieur des services de renseignement français, Alain Rodier est spécialiste du renseignement militaro-industriel, du terrorisme et de la criminalité organisée, les fameuses Organisations criminelles transnationales (OCT).

Il a écrit dans une note du 13 juin 2012 publiée sur le site du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) :

« Une partie importante de l'argent sale issu des profits tirés des différentes activités du crime organisé est redirigée vers des investissements respectables sur les marchés financiers. »

Sa conclusion est d'ailleurs sans appel :

« La criminalité organisée transnationale représente donc un danger phénoménal pour l'économie mondiale. Elle a été fortement aidée par le libéralisme sauvage prôné par nombre d'économistes et repris par des responsables politiques. A la décharge de ces derniers, il faut bien reconnaître que leur marge de manœuvre est de plus en plus étroite, les Etats étant désormais interdépendants en raison de la mondialisation. Il est d'ailleurs légitime de se poser la question : qui commande qui ? Autre question intéressante : qui se cache derrière ce que l'on appelle les « marchés  ? »

Pour approfondir : vidéo 1 sur mon blog

Les trafics de drogue, d'être humains , d'armes, de cigarettes, d'espèces protégées, sont connus, mais apparaissent désormais de nouveaux débouchés très lucratifs comme les trafics de déchets dangereux ou d'organes.

L’ONU estime que le blanchiment de l'argent de la drogue représente 1000 milliards de dollars par an. Il faudrait y ajouter les opérations illégales de capitaux : évasion fiscale, corruption, détournement de fonds, sans compter le shadow banking (la finance fantôme), échappant à toute régulation et représentant environ 60 000 milliards de dollars fin 2011, le PIB de la planète aujourd'hui avec les tentatives de régulation (Bâle III).

Le marché international du trafic d'armes est évalué à 1 200 milliards de dollars par an

Le trafic de cigarettes représente un dixième des ventes mondiales, soit 600 milliards de cigarettes.

347 tonnes de tabac et cigarettes ont été saisies en France en 2010, soit une augmentation de 30 % en un an.

La prostitution, le premier emploi dans le monde, concernerait 40 à 42 millions de personnes selon le   rapport mondial de la Fondation Scelles sur l’exploitation sexuelle, sorti le 10 janvier 2012.

0,6% de la population mondiale se prostitue. 75% de ces personnes ont entre 13 et 25 ans et 90% d’entre elles dépendent d’un proxénète. Les femmes et fillettes représentent 80% du nombre total de personnes qui se prostituent.

Selon les estimations, 3000 enfants seraient victimes chaque jour de trafiquants. Aux Philippines, selon l'UNICEF, il y aurait de 60 000 à 100 000 enfants prostitués.

En 2010, les revenus annuels de la prostitution étaient estimés à plus de 187 milliards de dollars.

Avec la crise, la prostitution est un business en pleine croissance, surtout en Europe comme en Espagne ou en Grèce

Les trafics de déchets sont peu médiatisés. Ils représentent pourtant des sommes colossales.

Le coût de plus en plus élevé du traitement de ces déchets dans les pays occidentaux a en effet favorisé le développement de trafics internationaux. Chaque année les pays industrialisés produisent plus de 300 millions de tonnes de déchets. Le prix moyen de recyclage d’une tonne de produits dangereux pouvant grimper jusqu’à 1.100€ nous comprenons mieux le système actuel mis en place par les mafias pour « délocaliser » les déchets les plus toxiques que l'on jette sur les côtes d'Afrique (Somalie entre autre).

Pour approfondir : vidéo 2 sur mon blog

Lawrence Summers, ancien directeur du conseil économique national de la Maison-Blanche avait d'ailleurs donné sur ce sujet une explication limpide et imparable en décembre 1991, dans une note interne, alors qu’il était économiste en chef de la Banque mondiale :

« Les pays sous-peuplés d’Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l’air y est d’un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles ou Mexico. Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays moins avancés. Une certaine dose de pollution devrait exister dans les pays où les salaires sont les plus bas. Je pense que la logique économique qui veut que des masses de déchets toxiques soient déversées là où les salaires sont les plus faibles est imparable. [...] L’inquiétude [à propos des agents toxiques] sera de toute évidence beaucoup plus élevée dans un pays où les gens vivent assez longtemps pour attraper le cancer que dans un pays où la mortalité infantile est de 200 pour 1 000 à cinq ans  ». Source The Economist (8 février 1992) et The Financial Times (10 février 1992).

La journaliste du New York Times, Elisabeth Rosenthal (le 27 septembre 2009), a étudié le marché des « délocalisations de déchets » et rapporte que 16 % des exportations de déchets sont illégales .

Le trafic d'organes est en plein essor, un véritable marché d'avenir avec l'évolution des techniques de transplantation. Tout a un prix et nous sommes, sans le savoir, en possession d'un véritable trésor de plus en plus convoité.

Voici quelques estimations que l'on retrouve sur ici :

• Peau : 10 € par cm²
• Mains et avant-bras : 290 €
• Épaule : 380 €
• Estomac : 385 €
• Paire de globes oculaires : 1.150 €
• Artère coronaire : 1.150 €
• Intestin grêle : 1.910 €
• Cœur : 90.000 €
• Foie : 157.000 €
• Rein : 200.000 € 

Avec de tels montants les prélèvements "sauvages" se multiplient.

Selon une estimation de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la contrefaçon génèrerait 250 milliards de dollars de revenus criminels par an.

Plus grave encore, elle concernerait de plus en plus les médicaments.

« Les médicaments frauduleux suscitent de plus en plus d’inquiétudes dans le monde entier, mais plus particulièrement dans les pays en développement. »

Le commerce illicite d'espèces protégées (tortues, serpents, perroquets, etc, etc) est lui aussi en plein essor.

Le montant total de tous ces trafics donne le vertige et ont littéralement infecté l'économie mondiale. Pourtant, les criminels ne sont en quelque sorte que des businessmen sans scrupules qui répondent à une demande du marché car, sans demande des clients, la prostitution enfantine par exemple ne pourrait exister.

Dénoncer et enfermer le criminel permet d'oublier l'extrême complicité de l'ensemble de l'humanité et l'on retombe encore et toujours à la source du problème : la psyché.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • philippe913 8 juillet 2013 14:28

    ..........et ?


    • spartacus spartacus 8 juillet 2013 16:34

      Présenter Valras comme « capitaliste » est d’une ineptie.

      Les économistes Hayeck ou Friedman ont critiqué depuis des lustres, même Keynes l’a fait aussi.

      C’était un socialiste du genre Hamon adepte des Kolkoses, Kiboutz et autres coopératives ou personne et tout le monde est responsable. 

      Quand à l’auteur il devrait se renseigner, la Corée du Nord est le principal créateur de fausse monnaie au monde suivit de l’Iran.
      Le commerce de la drogue connait ses principaux développement au Vénézuéla et Bolivie et dans les pays les moins capitalistes de la planète.. 

      Le secteur mafieux est un secteur économiquement rationnel qui se développe et régresse au gré des marchés qui s’offrent à lui. Tout repose sur le rapport entre les risques et le rendement. . Comme tous les commerces....

      • Gilles Bonafi 8 juillet 2013 17:32

        @Spartacus
        « Présenter Valras comme « capitaliste » est d’une ineptie. »
        Je signale que j’ai écrit :
        La fameuse grande loi du capitalisme de marché repose sur les travaux de Léon Walras, le fameux équilibre général basé sur la concurrence pure et parfaite, un concept totalement théorique.

        Il faut lire correctement, je n’ai jamais présenté Waltas comme un capitaliste mais la loi de l’équilibre général par la concurrence pure et parfaite de Walras est le coeur de l’économie de marché.
        Debreu a reçu un prix Nobel d’économie pour avoir développé ses travaux.

        "Le secteur mafieux est un secteur économiquement rationnel qui se développe et régresse au gré des marchés qui s’offrent à lui. Tout repose sur le rapport entre les risques et le rendement. . Comme tous les commerces...."
        Merci de paraphraser ma conclusion...


      • John_John John_John 8 juillet 2013 22:12

        On a du mal à voir où vous voulez en venir tant vous alignez les poncifs et les contresens. Il n’y a pas de « grande loi » du capitalisme, ni de l’économie, tout simplement parce que l’économie est une science sociale, et qu’elle analyse les comportements irrationnels d’individus qui agissent avec des informations limités. La « concurrence pure et parfaite » appartient au modèle néo-classique qui est largement abandonné aujourd’hui, et qu’il n’est de toute manière pas pertinent d’utiliser ici. Je me demande donc quel genre de motivations politiques vous amènent à attaquer un tel homme de paille du capitalisme, si déconnecté de la réalité que ça en devient comique.

        Les travaux de Walras ont débouché sur des pensées économiques profondes, certes, mais rien n’est aussi catégorique en économie qu’en sciences physiques par exemple, contrairement à ce que vous voulez laisser penser.

        Aujourd’hui, on distingue seulement des « principes » généraux observés dans une économie, je vous cite ceux énumérés par Mankiw pour exemple

        1. Les individus font face à des « trade-off » (il n’y a pas de « free lunch »).
        2. Le coût de quelque chose correspond à ce qu’il faut abandonner pour l’obtenir.
        3. Des individus rationnels pensent à la marge.
        4. Les individus répondent aux incitations, c’est-à-dire aux coûts et bénéfices de différentes actions.
        5. Le libre échange de biens et services peut améliorer la situation de tous.
        6. Les marchés sont généralement un bon mécanisme d’organisation de l’activité économique.
        7. L’action de l’État peut être utile dans certaines circonstances.
        8. Le pouvoir d’achat d’un pays dépend de sa capacité à produire des biens et services.
        9. Les prix augmentent lorsque le gouvernement imprime trop de monnaie.
        10. À court-terme, il existe un trade-off entre inflation et chômage.

        Vous conviendrez qu’on est loin des « lois d’airain » que vous voudriez attribuer au capitalisme.


        • antyreac 9 juillet 2013 08:48

          Vouloir lié le capitalisme et le capitalisme est une absurdité

          Jamais aucun courant d’économie n’a tenté de mettre en avant la criminalité 
          Que la criminalité utilise le capitalisme pour avancer ses pions c’est une autre histoire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès