Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Economie | Les robots vont-ils tous nous remplacer ?

Economie | Les robots vont-ils tous nous remplacer ?

Une entreprise chinoise a remplacé par des machines innovantes la moitié de ses 110 000 travailleurs. La décision n’a pas été prise à cause de la crise mais pour des motifs purement économiques.

Une analyse du marché du travail réalisée au Royaume-Uni au début de cette année a projeté sur les années à venir les dynamiques et les tendances actuelles et a révélé que 35 % de l’emploi actuel sera remplacé par divers systèmes automatiques et robotisés dans les vingt prochaines années.

L’entreprise Deloitte, en collaboration avec l’université d’Oxford, est parvenue à la conclusion suivante : plus de deux millions de postes de travail dans les secteurs de la vente en gros et au détail courent grandement le risque d’être automatisés au Royaume-Uni, pays où lesdits secteurs donnent actuellement du travail à 59 % de la population active.

En Chine, selon l’International Business Time, la même tendance est sensible et va en s’accélérant. L’entreprise Foxconn, qui fabrique la plupart des produits commercialisés par les marques Apple et Samsung, a remplacé par des robots 60 000 de ses 110 000 ouvriers (c’est-à-dire plus de la moitié) afin d’économiser en main d’œuvre. « Nous mettons en pratique l’ingénierie robotique et d’autres technologies industrielles innovantes pour remplacer les fonctions réitératives auparavant accomplies par les travailleurs », a expliqué l’administration de l’entreprise. « Par le biais d’une formation, nous permettons également à nos employés de se concentrer sur des éléments à plus forte valeur ajoutée dans le processus de fabrication, comme la recherche et le développement. »

Dans la ville-district de Kunshan (Est de la Chine), où se trouve le siège de Foxconn, d’autres compagnies vont suivre cet exemple, ainsi que l’a annoncé le responsable du département de la Publicité du district, dont les propos ont été recueillis par le South China Morning Post. À sa grande époque, Kunshan fabriquait jusqu’à 120 millions d’ordinateurs et de dispositifs portables par an, mais ce chiffre a baissé jusqu’à 51 millions environ du fait de la chute de la demande.

L’ancien président exécutif de McDonald’s explique cette tendance en chiffres. « Il est moins cher d’acheter un robot pour 35 000 dollars que de payer 15 dollars de l’heure un employé inefficace pour mettre des frites dans un sachet », a déclaré le dirigeant.

C’est à partir de cette logique que l’entrepreneur et écrivain américain Martin Ford a déduit qu’à l’avenir, « il n’y aura pas de travail pour tout le monde ». De vastes secteurs de la population, y compris dans les pays les plus développés, devront s’estimer heureux de recevoir un maigre salaire généré par la production réalisée par des machines.

Traduction par Nicolas pour news360x

Source : https://actualidad.rt.com/economia/208682-trabajo-sectores-robots-mercado-empleo

Plus d'infos sur news360x.fr

Vous pouvez nous suivre aussi sur FacebookTwitter et sur notre application mobile


Moyenne des avis sur cet article :  2.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 4 juin 08:44

     
    Pas au Boobaland, on a des colons à la place, c’est plus cher, ça bétonne le pays, ça égorge vivant les animaux, mais ça remplit les prisons, fournit du shit aux bobo shiteux, et ça met plus d’animation pour le Spectacle de la télé. La caste intelligente avait réfléchi ....
     
    « L’absence de statistique officielle ne doit pas empêcher de regarder la réalité en face. 60% de la population carcérale, soit en 40.000 détenus, peuvent être considérés comme de religion ou de culture musulmane » Rapport parlementaire de Guillaume Larrivé. 
     
    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20141022.REU9854/des-centaines-de-radicaux-islamistes-en-prison-selon-un-rapport.html
     


    • hunter hunter 4 juin 11:49

      @Jo.Di

      Tu fais erreur Villi !

      La main d’œuvre étrangère, c’est un processus temporaire, pour éliminer les golios de souche parce que certains ont encore un instinct de contestation.
      La main d’œuvre étrangère est plus docile (cf Francis Cousin, et Pépère Bouygues dans les 70s à la télé), mais quand elle ne servira plus à rien (les machines ayant progressé), elle aussi sera éliminée !

      Situation un peu genre le film « Elysium » quoi !

      Adishatz ma poule !

      H /


    • Jo.Di Jo.Di 4 juin 12:17

      @hunter le pseudo en langue de l’Empire colonial GlobalState
      oui ... oui ...
      « L’immigration est le mouvement dialectique par lequel le Capital entend faire migrer le prolétariat européen hors de sa propre histoire pour le sortir du territoire de sa radicalité subversive ancestrale [... ] il suffit de comparer l’intelligence de la langue des paroles ouvrières produites par les canus de 1834 avec l’infinie indigence des bafouillages de banlieue contemporaine pour saisir pourquoi la propagande de Capital ne cesse de faire la publicité des déchéances suburbaines. »
       
      mais en 15 ans (1998-2013) :
       
      Immobilier en Allemagne -24%
      Immobilier au Japon -22%
      Boobaland : x 2,5 ...

       
      ça se paie aussi avec 60% de musulmans dans les taules, le loyer et l’emprunt son Grand Remplacement ....


    • Le421 Le421 4 juin 20:33

      @Jo.Di
      Et pour ce qui est des robots ??
      Parce que « les bougnoules dehors », ça fait un moment qu’on a compris.
      Alors, les robots ??
      Ah. Ca ne vous intéresse pas. Bon.


    • Jean Pierre 5 juin 16:06

      @Jo.Di
      Aucune période de chômage dans l’expression de votre haine raciste. Vous avez un plein temps, plus des heures supplémentaires ?

      Si vous utilisiez votre pseudo rhétorique marxiste autrement, vous sauriez que partout, en tout pays, et en toute époque, les classes pauvres sont les premières à remplir les prisons. La désignation de catégories dangereuses a toujours été utilisée comme outil de pouvoir (cela existait déjà dans la Rome impériale). L’unité artificielle de classes sociales n’ayant objectivement aucun intérêts communs (du riche propriétaire ou pauvre petit blanc qui travaille) est atteinte par la désignation d’un bouc émissaire, de préférence allogène. Le thème de la délinquance est ainsi devenu un poncif néo-conservateur réutilisé ad-nauséam un peu partout dans le monde. Reagan et Sarkozy sont arrivés au pouvoir comme cela, par exemple. Ou, une fois au pouvoir, empêtré dans une sale affaire politico-financière, Sarkozy nous a sorti opportunément une diatribe anti-rom.
      La combine est vieille comme le monde et la ficelle est un peu grosse. Cessez de prendre les lecteurs d’Agoravox pour des demeurés.

    • Jo.Di Jo.Di 5 juin 16:21

      @Jean Pierre
       
      La rhétorique de l’excuse .... PAUVRE = SALAUD ! Le gôôôchiste méprise le sans-dent !
       
      L’insulte permanente aux pauvres du libidineux bobo, soyez riche vous serez moral !
       
      Les pauvres sont plus dans les campagnes, pas les chéris colons du Capital.
       
      Avec 6 millions de chômeurs le Capital faut encore venir des migrants .... pour ? La délinquance et le Divide Et Impera.
       
       Gôôchiste le 0 politique, le 0 sur compte de dealer !

       


    • Jo.Di Jo.Di 6 juin 08:52

      @Le421
       
      Lisez « Demain des chiens » excellent bouquin de SF.
       
      Puis la dialectique du maître et de l’esclave de Hegel (commentée par Kojève par ex)
       
       
      « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour faire irruption dans l’hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire »
       
      Boumedienne, 1974, annonce le Grand Remplacement à l’assemblée de l’ONU


    • tashrin 6 juin 10:14

      @Le421
      Don’t feed the troll
      Il est perdu...


    • pemile pemile 6 juin 14:08

      @Jo.Di « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour faire irruption dans l’hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire »

      Petit problème de logique 


    • Jo.Di Jo.Di 6 juin 20:18

      @tashrin
       
      Oui je suis un hérétique au boboïsme bien-pensant sophiste .... le meilleur de toute religion.
       
      « Les dépenses en faveur des réfugiés [colons du mondialisme] relancent l’économie »
       
      a soutenu le cynique urocrate juif Moscovici. Il aurait pu rajouter :
       
      « La chiure souchienne sans-dent grand remplacé dans son carton, où le grec, par contre .... je pisse dessus ! »
       
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/05/03/31001-20160503ARTFIG00136-les-depenses-en-faveur-des-refugies-relancent-l-economie-l-effroyable-cynisme-de-moscovici.php


    • CN46400 CN46400 6 juin 21:57

      @Jo.Di

       Pourquoi je drague les musulmanes ? Parce que je viens d’apprendre que les néanderthaliens, avant de disparaître, ont réussi à introduire 20% de leurs gènes chez les sapiens au cours du 1° « grand remplacement ». J’espère faire aussi bien qu’eux....avant le prochain « remplacement » !


    • confiture 4 juin 09:01

      Et dans le même temps Mercedes démonte ses robots.


      • hunter hunter 4 juin 11:34

        @confiture

        Logique, avec déjà un million de déserteurs/opportunistes importés par Mémère Kel, en les payants 400 brozoufs par mois sous un système d’uber, ça revient moins cher que les bécanes !

        Quand il est malade, on le vire, on en prend un autre ! (cf « armée de réserve »)
        Alors que le robot, quand il déconne, faut faire venir des technos pointus (cher) !

        Les schpountz, y’a pas à dire, ils sont pragmatiques !

         smiley

        Adishatz

        H/


      • Samson Samson 4 juin 17:02

        @confiture
        Sinon pour cause d’obsolescence, je doute qu’ils finissent à la casse !
        Toute la question se résume donc à savoir dans quel « paradis » social et fiscal ils seront remontés. smiley


      • raymond 7 juin 12:38

        @Samson
        J’ai lû cette info sur Mercedes, ce n’est pas une question d’obsolescence mais de coût et surtout de qualité, il faut dire que les robots employés sur les chaînes industrielles sont très très cons.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 4 juin 09:33
         Les robots vont-ils tous nous remplacer ?...heu c’est déjà fait il me semble...La robotique est PARTOUT.. !

        • Alren Alren 4 juin 17:04

          @Le p’tit Charles

          Il n’y a pas encore de robots dans les usines. Le mot est excessif.

          Sont utilisés, en réalité, des automates programmables capables d’un travail déterminé pas à pas par le programmeur. Certes on s’est approché depuis peu du robot en ajoutant au programme des lignes de code donnant l’illusion d’une certaine capacité d’adaptation par exemple de ne pas écraser un homme qui passe par surprise dans le champ d’action de la machine (cela s’est, hélas, produit déjà).


          Un robot sera capable comme dans les livres et films de science-fiction de comprendre des consignes exprimées dans un langage oral que l’homme aura appris de son côté pour communiquer avec lui.

          Car en effet ce langage à élaborer entièrement, sorte de super espéranto ne devra comporter aucune ambiguïté de mot comme « pêche » qui peut désigner un verbe, trois noms complètement différents si l’on ajoute le langage familier, ni d’ambiguïté de faonction grammaticale dans la phrase.

          Ce langage servira de support au stockage de concepts. Parmi eux il y aura les mouvements que la machine devra effectuer pour réussir le travail ainsi commandé par un humain non spécialiste de l’informatique. Naturellement la machine aura les moyens de vérifier que l’humain est bien habilité à le commander.

          Auparavant, bien entendu, il aura fallu réussir cet exploit que la machine transforme la suite numérique issue du micro qui lui sert d’oreille en phonèmes aboutissant à la construction de mots.

          Et il faudra également que l’analyse d’images avec des processeurs massivement parallèles lui permette de « voir » ce qui se passe autour de lui, d’identifier les êtres vivants et les objets ainsi que leur usage.

          Tout cela n’est pas pour demain, ni même après-demain : les Étatsuniens veulent que le langage robot-homme soit l’anglais, la langue la moins appropirée pour cela. Et les chercheurs des autres pays s’alignent bêtement sur eux. Tant que cet a priori sévira pas de vrai robot « conceptuel ».


          Mais dès qu’il sera au point, avec des apparences multiples, il changera le monde !

          En bien dans un monde solidaire en soulageant l’humanité du travail le plus dur et désagréable.

          En mal si le « rentisme » forcené continue de régner comme maintenant.


        • gogoRat gogoRat 6 juin 13:55

          1932 :
          Good nature is, of all moral qualities, the one that the world needs most, and good nature is the result of ease and security, not of a life of arduous struggle. Modern methods of production have given us the possibility of ease and security for all ; we have chosen, instead, to have overwork for some and starvation for others. Hitherto we have continued to be as energetic as we were before there were machines ; in this we have been foolish, but there is no reason to go on being foolish forever.’

          In praise of idleness , Bertrand Russell


        • Alren Alren 11 juin 10:39

          @gogoRat

          Speak french please !


        • Jean Keim Jean Keim 4 juin 10:41

          Comme les humains n’auront plus de boulot, il va falloir aller au bout de la logique économique : payer les robots, les obliger à ouvrir un compte en banque et les programmer pour qu’ils consomment. 


          • Shawford Shawford 4 juin 11:12

            @Jean Keim

            On devrait peut être surtout considérer le robot comme un travailleur à part entière et qu’il soit considéré comme redevable de charges sociales et patronales.

            Que je sache on nous fait par exemple déjà payer pour chaque téléviseur ou appareil numérique mais uniquement à l’encontre du consommateur, il serait légitime de se retourner ici contre l’exploitant, cela ferait au moins peut être réfléchir à deux fois les détenteurs de ces moyens de production sur la conséquence du remplacement d’un humain par une machine pour une tache similaire.

            Et bien sûr induire en bout de chaine une redistribution pour ceux qui n’ont pas d’emplois.


          • hunter hunter 4 juin 11:43

            @Jean Keim

            Salut, vous êtes peut-être déjà « aware », mais ceci peut vous intéresser :
            http://www.alain-bensoussan.com/tag/droit-des-robots/

            J’ai tapé « droits des robots » sur startpage, et bon......ça se précise (vous pouvez essayer, vous verrez)

            De toute façon, la main d’œuvre humaine n’est déjà plus qu’un auxiliaire des machines !
            C’est donc un état temporaire, jusqu’à ce que les capacités des machines évoluent, pour se passer totalement de auxiliariat humain !

            C’est en cours, c’est une question de quelques années !

            Pour les oligarques ploutocrates, des machines fermant leurs gueules, sans besoin de vacances, d’arrêts-maladie, de congés-mat’, et sans augmentation salariales, ils en rêvent depuis la première révolution industrielle, et ils vont bientôt aboutir !

            Adishatz

            H/


          • Pere Plexe Pere Plexe 4 juin 19:54

            @Jean Keim

            Vous faite une grossière erreur ,largement répandue il est vrai.
            L’argent qui circule, et fait vivre le commerce est de moins en moins issu des salaires.
            Croyez vous que les logements seraient couramment à 300.000 euros si tel était le cas ?
            Bien sur que non.

          • Jean Keim Jean Keim 4 juin 22:22

            @Pere Plexe
            Oui et non, dans l’économie actuelle si j’ai une usine à camelote et que je veuille vendre ma production, il faut bien des acheteurs et donc des gens qui ont un peu d’argent à dépenser, que cet argent soit palpable ou numérique ne change pas grand chose.

            Il y a des demeures à 300 000 € voire beaucoup plus et des cagnas pour moins cher, il en faut pour toutes les bourses, vendre des milliers de baraques à crédit est plus rentable que de vendre comptant une belle villa, je ne sais pas encore où va le monde, plusieurs voies sont possibles dont certaines sont incroyable, à peine imaginables, il n’y a qu’une pensée entre le paradis et l’enfer.

          • Jean Keim Jean Keim 4 juin 22:26

            @hunter
            Une économie uniquement robotisée ne colle pas avec les dogmes consuméristes actuels.


          • Jean Keim Jean Keim 4 juin 22:27

            @Shawford
            C’est une voie parmi d’autres.


          • CN46400 CN46400 5 juin 08:22

            @Pere Plexe


            « L’argent qui circule, et fait vivre le commerce est de moins en moins issu des salaires. »

            Ah bon il est issu de quoi alors ? exemple SVP !
            Parce que tout le monde peut se payer des logements à 300 000€ ?



          • JL JL 5 juin 08:44

            @CN46400,

             
            la formulation de Pere Plexe vous aura trompé.
             
            La bonne formulation est la suivante : le pouvoir d’achat des salariés est en baisse constante.
             
             Mais vous avez raison : la seule valeur ajoutée provient du travail, salarié ou non.
             
             Maintenant, les machines produisent-elles du travail, ou bien seulement des augmentations de productivité ? Je pense que c’est une question de définition.
             
            Si on dit que c’est du travail, alors on dit que le propriétaire des machines est propriétaire des plus values. Dans ce cas, les robots sont des ennemis de classe pour les travailleurs.
             
            Si on dit qu’ils apportent une augmentation de productivité, alors la question est : qui doit profiter des augmentations de productivité ? Si c’est le seul capital, alors, on est dans le cas précédent : les machines sont des ennemies. Dans le cas contraire, on doit se poser la question : sous quelles formes répartir ces gains de productivité ? 
             
            Je réponds : la bonne formule serait la réduction du temps de travail, mais cela crée une distorsion dans le monde du travail entre les emplois qui sont susceptibles de profiter de gains de productivités - les tâches automatisables - et les emplois non automatisables.
             
            Alors en désespoir de cause, il faut dire que les gains de productivité doivent profiter à la fois aux travailleurs et au capital qui en sont les initiateurs en première ligne, mais aussi à la collectivité en tant que résultat du progrès social collectif par le fait que c’est grâce à l’état d’avancement des connaissances et des infrastructures collectives que ces gains ont pu être réalisés.
             
            Et on en revient toujours au même point : l’impôt sur les profits est la solution, cet impôt que les entrepreneurs et les actionnaires ne veulent pas payer et ne paient plus grâce à la mondialisation libérale.




          • oncle archibald 5 juin 09:56

            @JL : " Et on en revient toujours au même point : l’impôt sur les profits est la solution, cet impôt que les entrepreneurs et les actionnaires ne veulent pas payer et ne paient plus grâce à la mondialisation libérale."


            Tout est dit ! Le système pourrait très bien fonctionner avec un système de prélèvements et de redistribution efficace, système auquel ceux qui retirent les bénéfices des gains de productivité font tout pour échapper. Le problème ne peut se régler qu’au niveau mondial, et c’est pas demain la veille. Il y a déjà très longtemps que les armateurs de navires les immatriculent au Panama, que les entreprises dissimulent leurs bénéfices en les transférant dans des pays sans impôts. Le système est bien rodé, nombreux sont ceux qui en profitent, il ne sera pas facile de mettre de l’ordre la dedans.

          • CN46400 CN46400 5 juin 10:05

            @JL


              Je vous suis sur les nuances entre « travail » et « productivité du travail » . Mais je ne vous suis plus sur « la baisse constante du pouvoir d’achat »

              Cette baisse découle de la position « variable d’ajustement » que semble jouer le prix de la force de travail dans la formation du prix du produit. En fait, et Marx l’a montré dans « Salaires, prix et profits », il y a un plancher en dessous du quel le capital joue sa survie. Un travailleur mal nourri, mal soigné, mal logé, finit par abandonner, purement et simplement, son poste de travail pour en chercher, ailleurs, un autre, plus confortable.
              C’est pour limiter ce danger, que le capital entretient une « armée de chômeurs » suffisante pour abaisser le plancher, mais limitée pour conserver un stock de consommateurs solvables capables d’acheter la production. Les crises intermédiaires (chômage, mais aussi inflation) jouant un rôle de régulateur entre ces deux extrémités.

              Autre élément, qui joue contre l’abaissement du plancher, est la capacité de résistance des salariés qui explique les réactions, parfois haineuses, du patronat, et de ses gouvernants (voir leurs TV du moment...), contre l’entrave anti-baisse que les prolos parviennent à imposer contre les atteintes au pouvoir d’achat des salaires. 

          • CN46400 CN46400 5 juin 10:14

            @oncle archibald


            Votre réflexion parait marquée du sceau du bon sens, sauf que personne, surtout pas les prolétaires, ne verrait d’un mauvais oeil que les états interdisent, l’entrée dans les ports, des portes conteneurs immatriculés à Panama, aux Seichelles ou dans d’autres paradis.... Or qui gouverne les états sinon le capital ?

          • Pere Plexe Pere Plexe 5 juin 12:28

            @CN46400
            ..il est issu [l’argent] de quoi alors ? exemple SVP !

            Une bonne part provient d’héritage mais aussi de fruit du capital (actions,loyers,locations...), d’aides diverses (sociales,agricoles,industrielles,écologiques...)
            Je ne dis pas que tout le monde peut acheter un bien à 300.000 €
            Mais c’est un fait que la moyenne des transactions est de l’ordre de 250.000€
            Ce qui est incompatible avec les revenus constatés dans notre pays.

          • CN46400 CN46400 5 juin 16:21

            @Pere Plexe


              Vous avez raison de me relever. Même si l’essentiel des fluxs courants proviennent des salaires donc du travail direct, un partie peut venir du capital ou des salaires économisés ou même différés (retraites etc). mais en définitive tout, plus ou moins directement, vient du travail

          • Alren Alren 11 juin 11:08

            @Shawford

            On devrait peut être surtout considérer le robot comme un travailleur à part entière et qu’il soit considéré comme redevable de charges sociales et patronales.

            Visiblement, vous croyez que les robots du futur (qui n’existent pas encore) seront androïdes comme dans les romans et films de science-fiction. Mais il n’en sera rien, car cela ne sera pas la forme optimale pour les fonctions qu’ils devront exercer.

            Les seuls robots androïdes qui pourront être fabriqués, indiscernables d’un être humain, homme ou femme, auront une fonction sexuelle et poseront des problèmes d’éthique et de confusion des sentiments humains qui amèneront sans doute à leur interdiction.

            Mais pour piloter une voiture ou un avion, il serait stupide de créer un androïde sur un siège de conducteur ou de pilote : l’ordinateur constituant l’essentiel du robot, miniature, agira sur des commandes électriques par l’intermédiaire d’un « modem » transformant le message binaire envoyé en impulsions électriques dosées vers les servo-moteurs.

            Naturellement des capteurs renverront en retour des informations sur les mouvements réellement effectués. L’ordinateur recevra aussi des informations sur son environnement de toutes sortes d’appareils, radars, caméras, GPS, gyroscopes etc. Le microprocesseur sera ultra-rapide et multicœurs.

            Les robots seront utilisés aussi dans l’agriculture biologique pour des travaux minutieux comme des plans, des cueillettes de fruits dans les arbres etc. Pour cette dernière mission, une sorte de bras mécanique léger sera la forme de robot adaptée, pas un androïde montant sur une échelle.

            Enfin, il ne faut pas confondre les automates programmables d’aujourd’hui avec de véritables robots, (les « robots » androïdes japonais sont des gadgets sans avenir) qui demanderont de gros progrès dans tous les domaines en informatique, ou plutôt une révolution dans les cerveaux des informaticiens.


          • foufouille foufouille 4 juin 11:23

            la solution suivante sera soit un revenu universel soit une euthanasie de masse.


            • hunter hunter 4 juin 11:28

              @foufouille

              Salut camarade, la solution est déjà choisie en fait, et je ne te fais pas l’affront de te dire laquelle c’est !

              Tu sais très bien de quoi il retourne....les « useless eaters » sont trop nombreux !

              bon à part ça, ta santé, ça va ? content de ta nouvelle localisation géographique ?

              Prends soin de toi !

               smiley

              Adishatz

              h/


            • Shawford Shawford 4 juin 11:31

              @foufouille

              Effectivement. Mais Il apparaît quand même clair que l’on ne pourra encore longtemps reculer la nécessité d’un grand questionnement sur la place publique avant de telles échéances

              La Robocop21 smiley c’est pour bientôt. le problème en l’état c’est que l’on sait déjà par qui et comment va être mené le cirque. smiley


            • JMichel (---.---.162.179) 4 juin 21:03

              @foufouille
              Bien en France ce sera apparement l’euthanasie de masse, parce qu’au revenu universel à l’heure numerique, ils ont dit non.


            • hunter hunter 4 juin 11:24

              Salut à tous,

              Quand on appelle certains services du terrtiaire, on a en général en premier une robot simplifié qui décroche (tapez dièse, tapez 1, tapez 19586.....) et après avoir passé de longues minutes à faire le golio sur son téléphone, après, parfois, on a droit à un interlocuteur censé être biologique et humain, mais.......

              Il y a des fois où franchement, le type où la nana est tellement limité, qu’à l limite je me dis vivement que l’ IA fasse des vrais progrès, et que je deale directement avec une bécane, parce que peu importe où est localisé l’interlocuteur biologique (accent ou pas), c’est trop souvent de l’incompétence absolue (bon je sais, ces pauvres ères n’ont aucune autonomie ; ils doivent suivre la sacro-sainte « policy »...), mais ça frise vraiment le n’importe nawak !

              Allez je vous laisse, je retourne potasser ma méthode à mimille de « langage machine pour les nuls », ça sera pour communiquer dans l’avenir, quand nous aurons atteint les 50, 70% de non-emploi (novlangue pour « chômage ») !

               smiley

              Adishatz

              H/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès