Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Economie mondiale : ce que les médias ne vous diront pas...

Economie mondiale : ce que les médias ne vous diront pas...

Réfléchir autrement sur l’actualité économique ou politique - N°1

Le débat fait rage autour des problèmes économiques de l’Europe et des USA dans les médias.

Ces problèmes sont en définitive au nombre de 4 principaux : leur déficit commercial, leurs délocalisations, leur chômage et leur dette publique. Chacun de ces problèmes aggrave les trois autres. La cause principale est leur compétitivité inférieure à celle des pays émergents et notamment de la Chine. Or la Chine est compétitive par son "dumping" social. Et cela durera tant qu’il y aura des chinois assez pauvres pour accepter des conditions de travail très inférieures à celles des américains ou des européens. Il y a beaucoup de pauvres en Chine donc cela durera longtemps...

Cette situation faisant le bénéfice des opérateurs économiques les plus puissants dans les deux camps (grands industriels pour leurs marges, actionnaires décideurs pour leurs dividendes, banques pour les intérêts de la dette, etc...), ceux-ci ont intérêt à ce que ça dure. Ils ne feront donc rien pour accélérer le rééquilibrage. De même les médias traditionnels, qui appartiennent aux mêmes opérateurs puissants, présenteront toutes ces choses différemment, plus confusément, pour la même raison...

Une fois cela dit, quelles solutions réelles pourrait-on imaginer ?

Le déséquilibre est douloureux en Chine pour les plus pauvres, c’est à dire la grande majorité. Le rééquilibrage ne peut donc se faire que par la progression économique de la Chine à condition qu’elle pratique la redistribution des richesses. Ce n’est actuellement pas le cas.

Le déséquilibre est plus douloureux aux USA et en Europe pour les populations les plus précaires, les plus pauvres. Il serait donc d’autant moins douloureux, en Europe ou aux US, toutes choses égales par ailleurs, si il y avait plus de redistribution des richesses. Ce n’est là non plus pas le cas.

Chacun des 2 camps a bien sûr peur qu’une redistribution des richesses ne vienne diminuer sa compétitivité encore davantage, et donc au mieux chacun attend l’autre, voire simplement pratique le statu quo pour les intérêts bien compris des opérateurs puissants cités plus haut.

La seule solution est donc une solution politique internationale, (via des traités et/ou une autorité de sanction, comme cela avait été fait jadis pour l’Europe économique. A défaut les deux camps lutteront jusqu’à la mort économique de l’un des deux. Le survivant ne serait d’ailleurs pas forcément vraiment gagnant, ni en brillant état, puisque seule sa minorité riche serait gagnante.

Le politique aura-t-il le courage de lancer un tel chantier ? Oui si l’opinion publique l’y pousse.

Vivement que la prise de conscience ait lieu.


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • ALBIE Alain 7 octobre 2010 11:46

    @l’auteur : « Le déséquilibre est douloureux en Chine pour les plus pauvres, c’est à dire la grande majorité »

    Des sources ?

    Pour ce qui est des délocalisations, c’est déjà en partie faux car c’est la modernisation de l’outil de travail qui s’est avéré le plus destructeur d’emplois. Ensuite, els mêmes délocalisations ont eu majoritairement lieu au seins même de l’Europe. Il suffit de lire toutes les études qui ont été faites dont celle-ci :

    http://hussonet.free.fr/bilbao7f.pdf

    Cela me fait toujours rire lorsqu’un mauvais joueur veut changer les règles d’un jeu qu’il a lui même dicté, mais qui ne lui conviennent plus.

    Ce sont les joueurs qui sont mauvais et non pas les règles. La preuve, elles ont convenu pendant plus de 60 ans.


    • xavier dupret xavier dupret 8 octobre 2010 12:09

      Sauf que Husson ne tient pas compte du phénomène de la sous-traitance. Supprimer des capacités de production en Europe et faire sous-traiter cette partie de la production par des petites mains chinoises, ce n’est pas considéré statistiquement comme une délocalisation mais comme une rationnalisation (la modernisation de l’outil de travail que vous évoquez). Quant au reste, votre argument sur les délocalisation intraeuropéennes confirme une conviction, à savoir qu’il faut revenir à l’Etat-Nation comme moteur de notre destin économique et politique. Je ne suis pas un horrible "fâchissssssssssssssssssste. vous aurez l’occcasion de vous convaincre dans un mien bouquin à paraître sur l’imposture germano-mondialiste que l’on nomme l’Union européenne.


    • plancherDesVaches 7 octobre 2010 11:49

      La prise de conscience a déjà eu lieu.
      Mais l’action est difficile car les médias nous ont aussi très bien vendu que nous avions plus à perdre qu’à gagner. D’une part.
      D’autre part, demandez-vous pourquoi TOUTES les villes de plus de 2 500 habitants doivent s’équiper de caméras... ???
      En complément d’un dispositif déjà très au point de noyautage de toute association qui serait jugée « subversive »...
      Coucou les RG. Je vous connais aussi. smiley

      Votre article tombe bien car, ce matin, dans un journal en ligne (Nouvel Obs ou Le Point), un article citait un courrier « confidentiel-défense » indiquant que 10 000 soldats pouvaient être déployés en quelques jours sur le territoire national.
      En cas d’agitation, ou de menace « terroriste » ou, surtout, en cas de soulèvement populaire.

      Soulèvement populaire jugé INELUCTABLE par le responsable citant ce document.

      L’article a disparu dans la demi-heure après sa publication...

      Dormez tranquille brave gens. Mais sans avoir même le droit de bouger dans le sommeil...


      • Anonymous Republic Punisher Rigel 7 octobre 2010 14:05

        Plus de deux fois plus qu’en afghanistan ! Ils arrivent à se déployer en france en quelques jours, trop fort l’armée française... lol


      • Echo16 7 octobre 2010 15:44

        à plancherDesVaches

        bonjour,
        l’info sur les 10000 soldats m’ a intrigué

        il semble qu’il y en ait eu un sur le post mais a été supprimé . (et pas de cache dispo)

        par contre j’ai trouvé ça :

        En cas de crise majeure sur le sol français, l’armée peut déployer 10 000 soldats. (L’équipe Mondial Infos)......
        ici :

        http://www.mondial-infos.fr/actualite/afp-actualite/larmee-peut-engager-10-000-soldats-sur-le-sol-francais-en-cas-de-crise-majeure-18168676/

        cdlt


      • plancherDesVaches 7 octobre 2010 16:37

        Merci, Echo16.
        Je n’avais donc pas rêvé entre 7h et 7h30.

        "Selon lui, cette étude, qui s’appuie sur l’analyse de la crise des banlieues de 2005, souligne que « l’idée du caractère quasi inéluctable d’un engagement des forces terrestres sur le territoire national dans des circonstances exceptionnelles semble gagner du terrain »."

        Certes.
        Lorsque la Démocratie a échoué, ne reste que le choix des armes.


      • FYI FYI 8 octobre 2010 02:24

        Voici le lien sur cette information soit disante « secret défense », suite comme par hasard à des mouvements de grêves de plus en plus suivies y compris du privée t qui est Européenne de surcroît. La bête est à l’agonie. Les peuples ne veulent plus payer...
        Elle vient d’où l’armée ? de Neuilly !!!
        10000 soldats face à des dizaines de millions de personnes, c’est pour vous faire peur, nous sommes en pleine guerre de la com.


      • HELIOS HELIOS 8 octobre 2010 11:34

        Vous tapez sur Google --- confidentiel 10.000 soldats --- et vous pouvez tout trouver, et vous verrez que ce n’est pas exactement le message que vous voulez faire passer, bien que ce soit inquietant quand même...
        Lisez notamment : cela


      • FYI FYI 8 octobre 2010 21:15

        C’est de la désinformation :


      • Pyrathome pyralene 7 octobre 2010 12:20

        Prise de conscience que ce système à l’agonie n’est qu’un système de dupe et de mensonges et qu’il faut tout faire pour le torpiller définitivement.......la survie de la planète tout entière en dépend, kill the predator et leurs suppôts  !!!


        • Agor&Acri Agor&Acri 7 octobre 2010 12:40

          @ l’auteur,

          votre article est très succint,
          je vais pourtant l’élaguer allègrement pour mieux servir mon analyse.

          Vous évoquez les problèmes économiques mondiaux en ces termes :

          - - - - - - - - - -
          //...
          "Cette situation faisant le bénéfice des opérateurs économiques les plus puissants dans les deux camps (grands industriels pour leurs marges, actionnaires décideurs pour leurs dividendes, banques pour les intérêts de la dette, etc...), ceux-ci ont intérêt à ce que ça dure. Ils ne feront donc rien pour accélérer le rééquilibrage. De même les médias traditionnels, qui appartiennent aux mêmes opérateurs puissants, présenteront toutes ces choses différemment, plus confusément, pour la même raison...
          //...
          La seule solution est donc une solution politique internationale, (via des traités et/ou une autorité de sanction,
          //...
          Le politique aura-t-il le courage de lancer un tel chantier ? Oui si l’opinion publique l’y pousse. //...
          « 
          - - - - - - - - - -

          Selon moi, votre raisonnement présente une faille majeure.

          Celle d’ignorer la réalité du double rapport, de force et de collusion, entre le monde politique et les puissants opérateurs économiques dont vous parlez.

          Davos ou le G20, pour ne citer qu’eux, ne sont que des gesticulations destinées à donner le change à la galerie.

          Le véritable jeu de la politique internationale se déroule dans d’autres cénacles, bcp moins exposés, où se retrouvent régulièrement les représentants des forces économiques, médiatiques et politiques.
          Bilderberg, Trilatérale, CFR, Institut Aspen, le Siècle (pour la France), et tant d’autres...

          Est-il possible que vous ignoriez la réalité de ces réunions et le pouvoir d’influence de leurs participants ?

          A la lumière de cet indiscutable réalité, votre conclusion paraît quelque peu décalée :
          Le politique aura-t-il le courage de lancer un tel chantier ? Oui si l’opinion publique l’y pousse... »

          Les politiques, de quelque bord politique qu’ils soient, entretiennent le plus grand secret, depuis des décennies, autour de cette architecture supranationale constitée d’un maillage de clubs élitistes et de commissions au fonctionnement profondément anti-démocratique.

          La question ne porte donc pas sur le « courage » des politiques, éventuellement poussés par l’opinion publique
          mais sur la nécessité rompre avec le fonctionnement actuel du système.

          Il ne s’agit pas de pousser les politiques à ... mais de les pousser dehors (UMP et PS confondus) car ils nous trahissent honteusement en participant secrètement à des stratégies d’apprentis sorciers visant à faire avancer une idéologie dont il n’est même pas sûr qu’ils maîtrisent bien les tenants et les aboutissants.
          En effet, on peut supposer que nombre d’entre eux ne sont que les idiots utiles servant une cause qui les dépasse.

          Si vraiment vous ignorez tout de ces « cercles de rencontres »,
          parcourez les commentaires (et cliquez sur les liens) qui font suite à cet article posté le 05/10 :

          Les Français membres de la Trilatérale


          • isabellelurette 7 octobre 2010 15:34

            >Il ne s’agit pas de pousser les politiques à ... mais de les pousser dehors (UMP et PS confondus)

            J’y pensais ... les règles du jeu, pour quelques années encore peut être, incluent des élections. Incontournables tant qu’il n’y a pas de révolution.

            Et je me disais qu’un Coluche candidat nous manque terriblement. Internet est un moyen puissant, ... si on pouvait l’utiliser pour dénicher le digne successeur de Coluche, faire du buzz pas croyable , ... pour aller jouer dans le jeu démocratique ...

            I had a dream !

            Isa


          • Ouallonsnous ? 8 octobre 2010 08:45

            Vos articles seraient beaucoup plus pertinents s’ils n’utilisaient pas la langue du colonialisme contemporain, l’anglo-américain !


          • pierrot123 8 octobre 2010 10:54

            En effet, cet article est d’une étonnante légèreté...

            Depuis un bon moment, en effet, les politiques sont juste les dévoués et fidèles exécutants des volontés des grands courants financiers.(Voir comment se comportent les organismes dirigeants de l’Europe...)
            Les politiques ne font que semblant d’être au service du peuple, le temps de se faire élire.
            Leur collusion avec les milieux d’affaires est totale, absolue, et sans retour possible.

            Les élections ne sont aujourd’hui que l’indispensable « alibi démocratique » à leurs prises de bénéfices.

            Certains autrefois rêvaient d’une « Internationale Prolétarienne »...Ils se sont bien fait avoir, car aujourd’hui s’est mise en place, en quelques années, de Davos en Bilderberg, une véritable et très puissante Internationale : celle de la finance, celle des plus riches, tous pays confondus...

            Il est bien tard pour réagir...


          • Kalki Kalki 7 octobre 2010 13:06

            Il n’y a pas de crise économique :

            hxxp ://fr.wikipedia.org/wiki/Économie_de_l’abondance

            Il n’y a même pas de guerre économique : la guerre économique n’a pas eu lieu


            • kemilein 7 octobre 2010 13:56

              la seconde guerre mondiale non plus...

              faut pas pousser la quand même

              quand des groupes financier notent des pays... étrange les USA sont pas concernés
              quand des groupes financier attaquent l’euro

              noooon y’a aucune guerre économique pour couler l’autre (l’europe réagit pas normal nous sommes vendu), trêve d’andouillerie.


            • Kalki Kalki 7 octobre 2010 16:04

              Il n’y a pas de crise économique, la seule guerre est la guerre de l’homme contre l’homme, et des cultures contres les cultures

              et encore c’est également un spectacle

              Vous avez du mal avec baudrillard ?

              La seule guerre est la guerre de la liberté contre l’imbécile tyrannie de dictateurs qui sont capable rien que par leur vision des choses de mener l’humanité à sa perte : au lieu de réformer leurs visions.


            • kemilein 7 octobre 2010 20:15

              la guerre n’est pas qu’un mot, c’est un concept (l’une des grande capacité cognitive humaine est la conceptualisation -capacité de créer des concepts-)

              c’est ainsi donc, que je puis me permettre de définir une guerre comme un conflit entre deux entités constituées bien souvent de multiples organes

              il est ici question de la stabilité des états de pars la pérennité et la stabilité de leur monnaie, et un état contre un état, c’est une guerre, fusse t elle économique.

              ne vous en déplaise !


            • plancherDesVaches 7 octobre 2010 13:11

              " (*) Note CI en forme de réponse : la distorsion des revenus entraîne une baisse de la demande globale : moins de consommation des ménages, pas assez d’opportunités d’investissements productifs. Lorsque pour des raisons idélologiques on refuse de s’attaquer aux inégalités, la seule façon de combler ce manque d’activité, c’est le recyclage sous forme d’accumlation de dettes, jusqu’à l’éclatement de la bulle.

              Différemment dit : il existe, pour une circonstance donnée, un ratio viable de répartition entre investissement productif réel et consommation. Si la répartition des revenus n’est pas conforme à ce ratio, la différence est comblée soit par « l’équilibre de sous emploi », soit par une bulle financière de dettes. Dans le monde merveilleux qui est le nôtre, nous avons les deux à la fois.« 

              http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=9906
               »La prospérité n’est réelle que si elle est partagée - les inégalités détruisent le lien social (Steven Pearlstein, Washington Post, note CI)"

              Vous voyez donc que les médias en parlent... Mais il s’agit de les trouver. smiley


              • liberta 7 octobre 2010 13:19


                voici un lien permettant de connaitre ce que l’on nous cache

                ici-----http://www.jovanovic.com/blog.htm


                • clemysouris 7 octobre 2010 14:33

                  5 problème et non 4 : tu oublis le pic de production pétrolière


                  • Philou017 Philou017 7 octobre 2010 17:47

                    « Le politique aura-t-il le courage de lancer un tel chantier ? Oui si l’opinion publique l’y pousse. »

                    L’auteur est presque rigolo de naïveté, mais mon bon monsieur, tout cela a été organisé par les élites financières depuis 30 ans.
                    En 1970 en France, pas de problème de retraites, de sécu de chômage, le plein-emploi, la croissance, des conditions sociales qui s’améliorent.

                    En 2010, les riches ont installé un système qui leur permet d’inverser la bascule, le libéralisme économique. Comment ca marche ?

                    La libéralisation profite un maximum aux riches et aux possédants (évasion fiscale, paradis fiscaux, échanges comptables, baisse « compétitive » des impôts, etc). Mais eux ils s’en foutent ou est produit la richesse (France, Chine, Inde ou ailleurs), du moment que les bénéfices rentrent.
                     
                    Tandis que c’est le peuple qui paie le prix de cette libéralisation (baisse des salaires, gains de productivité—>efforts suppl., chômage, baisse des acquis et avantages sociaux, etc).
                     
                    La libéralisation c’est la précarisation des peuples dits riches et l’enrichissement des classes aisées. Le tout sur fond de délinquance, pauvreté, zones de non-droit, stress, précarité, etc
                     
                    Pour nous faire payer cette libéralisation, il faut le discours approprié. La crise, les équilibres sociaux qui se dégradent, l’état qui ne s’endette trop (tout en enrichissant les banques), la compétitivité, la peur des Chinois et des autres....

                    Belle escroquerie de masse. Les riches nous font payer le prix de la libéralisation de leurs bénéfices.

                    Seul de purs idéalistes peuvent penser que cela n’a pas été voulu, promu, installé par ceux qui en profitent le plus : les lobbies de la haute-finance.


                    • Agor&Acri Agor&Acri 7 octobre 2010 18:27

                      C’est un bon résumé smiley
                      malheureusement pour nous, les gens ordinaires smiley

                      Concernant la baisse compétitive des impôts, même Warren Buffet trouve anomale ces cadeaux fait aux plus riches et l’a dit devant les invités aux Congrès des Femmes les Plus Puissantes organisé par le magazine Fortune.

                      Il y a justement eu 2 messages postés à ce sujet sur le forum auquel je me réfère régulièrement :
                      LE SILENCE DES LOUPS (Décryptage d’un monde interdit aux moins de 16 dents)

                      L’un date d’hier et l’autre de ce matin, c’est vous dire si c’est frais smiley

                      Je relève également un élément notable :
                      c’est la 2nde fois (peut-être plus, je ne lis pas tous les articles) en 3 jours
                      qu’on a à faire à
                      - un auteur qui publie pour la 1ère fois
                      - un texte plutot succint
                      - touchant à la gouvernance mondiale
                      - en donnant l’air de vouloir révéler un problème
                      - mais en amenant une conclusion suggérant une banale normalité.

                      L’autre cas similaire est un article de Binitials, intitulé

                      Les Français membres de la Trilatérale

                      Je ne tire aucune conclusion, je le remarque simplement.


                    • Philou017 Philou017 7 octobre 2010 22:05

                      « même Warren Buffet trouve anomale ces cadeaux fait aux plus riches »

                      Et en plus ils se foutent de notre gueule. je les enverrais bien à Cayenne casser des cailloux avec la moitié du Smic.

                      Sinon pour les articles complaisants, on verra avec les suivants si les auteurs ont vraiment qqchose à dire.


                    • Guido Falxius 7 octobre 2010 18:42

                      Et oui, on s’aperçoit bien que l’agenda mondial est dirigé par des entreprises et non par des politiques...


                      • plancherDesVaches 7 octobre 2010 19:30

                        Affirmatif.

                        Mais est-ce illogique.. ???? smiley


                      • VivreDifferent VivreDifferent 7 octobre 2010 19:30

                        Bon article qui résume très bien la situation.
                        Il existe cependant une autre solution que la coopération internationale, qui comporte aussi ses risques, mais qui a plus de chance de se réaliser : le protectionnisme. Quoi qu’en disent les libéraux, c’est une solution qui marche pas si mal d’un point de vue économique. Bien que dans l’histoire récente elle soit plutôt liée à des régimes autoritaires, elle pourrait pourtant redonner un sens au mot « démocratie ».

                        Car continuer dans la voie néolibérale conduit à un Etat impuissant, donc à l’atrophie de la démocratie : les citoyens ne décident plus de l’avenir de leur nation, il est dicté par les lois du marché et soumis au rapports de force des capitaux. Le protectionnisme, c’est la subordination de l’économie à l’Etat, donc aux choix démocratiques pour peu que le régime du pays soit lui-même démocratique (et il ne l’est jamais que très partiellement, même dans les pays réputés « démocratiques » comme la France, c’est pour cela que l’emprise de l’Etat doit rester limitée, et qu’un Etat plus fort doit s’accompagner d’un contrôle démocratique renforcé et de l’affirmation de l’inviolabilité des libertés fondamentales pour éviter de basculer vers le totalitarisme).

                        L’avenir risque de ne pas être rose, mais n’oublions pas que nous avons plus d’outils que jamais auparavant pour construire un monde meilleur. Bonne chance à tous !


                        • plancherDesVaches 7 octobre 2010 19:44

                          Vous n’êtes pas très loin de la vérité face au protectionnismes américain et chinois.

                          Deux dictatures habillées d’une part de « freedom », et de l’autre de « communisme ».

                          L’hypocrisie a de beaux jours devant elle.

                          Comme pour l’extrême-droite.


                        • nataraja 7 octobre 2010 20:03

                          ce monde la ne me deplait pas , je prefere cette loi du marché avec concurrence deloyale plutot que des policitiens grisonnant payés pour nous donner des lecons , bloquer les richesses et nous dire quoi faire dans chaque domaine de notre vie . ca ressemble a une jungle mais la vie doit rester une jungle aleatoire c est plus excitant que de vivre dans une urss ou tout est figé . ici meme vous pouvez pas vous plaindre vous avez un ordi donc vous etes pas a plaindre , que vois je dans les profils ; ingenieur , dess d urbnaisme, journaliste , maitrise de communication etc , toute la bourgeoise decontractée qui a des scupules a etre nantie pendant que 3/4 de la planete creve la dalle , on va dire que c est l esprit humanitaire propre aux francais , redistribuer les richesses mais pour qui ? de pauvres assistés sous eduqués qui chiperont sans scrupules votre place a la premiere opportunité , l assistanat personne n en veut c est devalorisant . alors chacun sa merde


                          • bakounine 8 octobre 2010 11:24

                            Nataraja nous dit : redistribuer les richesses mais pour qui ? de pauvres assistés sous eduqués qui chiperont sans scrupules votre place a la premiere opportunité , l assistanat personne n en veut c est devalorisant . alors chacun sa merde.

                            Voila la remarque typique du mode de pensé actuelle (miserable non !!!) et c’est ce mode de pensé qui ammene notre monde la ou il est. 

                            Pauvre type..........................


                          • ELCHETORIX 7 octobre 2010 20:07

                            Mais l’auteur , les différents organes de la gouvernance mondiale sont en place et ce , depuis belle lurette , comme l’ONU , l’OMC , l’OMS , le FMI , l’ OTAN et bien d’autres comme les organisations telles que la TRILATERALE , le BILDERBERG etc.., la COMMISSION EUROPEENNE , bref , tous ces organismes composés de membres non élus et au pouvoir de décision très puissant !
                             En quelques mots , tout ce que je ne souhaite pas , ce mondialisme économique totalitaire d’un système autoritaire et brutal qui ne supportera en aucun cas aucunes contradictions ou contestations : en résumé , l’avènement d’un fascisme économique sans opposition et sans espoir de le renverser !
                            Heureusement , des gens s’aperçoivent de cette supercherie , de fausse démocratie
                            et comme toujours les peuples vont se réveiller et souffrir pour faire gagner l’humanisme et la paix réelle de ce monde !
                            RA .


                            • plancherDesVaches 7 octobre 2010 20:35

                              « un fascisme économique sans opposition »

                              Désolé. C’est déjà le cas. Et c’est pour cela qu’ils roulent sur du velours. Ils nous ont à la botte. Bien droit dedans. Au pas de l’oie.

                              Il fallait qu’il y ait une caste supérieure : nous l’avons.

                              Félicitations à eux. Et à nous de nous être laissé grugé.


                              • BA 7 octobre 2010 21:36

                                Prévisions du FMI pour l’année 2011 : la Chine est en tête. Ensuite, l’Inde. Quant à la zone euro, elle est dernière, avec le Japon.

                                - Chine : croissance de + 9,6 %.

                                - Inde : croissance de + 8,4 %.

                                - Afrique subsaharienne : croissance de + 5,5 %.

                                - ASEAN (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Vietnam) : croissance de + 5,4 %.

                                - Moyen-Orient et Afrique du Nord : croissance de + 5,1 %.

                                - Nouvelles économies industrielles d’Asie : croissance de + 4,5 %.

                                - Russie : croissance de + 4,3 %.

                                - Production mondiale : croissance de + 4,2 %.

                                - Brésil : croissance de + 4,1 %.

                                - Mexique : croissance de + 3,9 %.

                                - Canada : croissance de + 2,7 %.

                                - Etats-Unis : croissance de + 2,3 %.

                                - Royaume-Uni : croissance de + 2 %.

                                - Japon : croissance de + 1,5 %.

                                - Zone euro : croissance de + 1,5 %.

                                 

                                http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/weo/2010/02/pdf/textf.pdf

                                 

                                Vous vous rappelez ce que les ouistes nous répétaient depuis 1992 ?

                                Depuis 1992, les ouistes nous répétaient :

                                « La zone euro, c’est la prospérité. La zone euro, c’est la croissance économique. Et patati, et patata. »


                                • LOKERINO LOKERINO 8 octobre 2010 00:27

                                  « Depuis 1992, les ouistes nous répétaient (....) Et patati, et patata. »
                                  ....
                                  Si les nonistes avaient remporté , ce serait trois fois pire !!

                                  Aujourd’hui la zone euro pèse 30% du Pib mondial , en 2040 ce sera 9%, juste sur les tendances actuelles et peut être pire ..
                                  N’y a t’il pas d’urgence ( si cela est encore possible et intéresse encore l’ Allemagne) à la construction européenne ?


                                  • jako jako 8 octobre 2010 09:25

                                    Il y a cependant surement une lueur d’espoir, en Chine, 700 millions d’habitants le sont dans les campagnes et ne participent en rien aux usines du monde.
                                    Beaucoup de jeunes refusent de travailler dans les conditions actuelles et retournent à la campagne, certaines usines ont déja du mal à trouver des employés et les salaires et conditions de travail doivent être améliorées.
                                    De plus le Gvt a décidé de faire du marché intérieur son axe de développement et rendre ces 700 millions de gens consomateurs.
                                    Pour ce faire ils envisagent la création d’une mini retraite pour limiter l’epargne et enclencher le cycle de consomation.
                                    Donc patience, les travailleurs Roumains ont déja obtenu de fortes augmentations de salaires récement chez Renault.


                                    • Lulu de Pantin 8 octobre 2010 11:24

                                      J’ai bien l’impression que ce sera sans résultat, comme pour les problèmes écologiques mondiaux : les politiques sont habitués à défendre une idée contre une autre dans une société existante, pas à mettre en place une nouvelle idée de société smiley

                                      Nous sommes dans un système qui crée une nouvelle valeur par le crédit, et l’affecte à celui qui en a déjà autant. Avec ça, le système ne peut que capitaliser et créer des super riches et plein de pauvres. Cela amène deux problèmes :

                                      1.  un problème de redistribution sociale de la richesse, ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on ne crée pas de valeur dans la société

                                      2.  un problème de reconnaissance de la création de valeur, on valorise beaucoup moins l’idée que la mise en œuvre, l’artiste que le financier, le producteur que la commerçant…. Demandez à Moreno ce qu’il a touché pour avoir breveté la carte à puce smiley

                                      Est-ce qu’il ne faudrait pas se poser la question de ce qu’on valorise avec la monnaie, et comment le faire correctement  ?


                                      • Le chien qui danse 12 octobre 2010 01:12

                                        C’est surement une bonne question mais je doute que nos « amis » financiers veuillent bien se la poser.
                                        La griserie du pognon, le besoin de culte, c’est de ça, je crois , qu’il s’agit.
                                        Tant que nous n’auront pas fait tomber l’argent au rang d’outil qui lui revient, la griserie sera de mise. Que va t-on mettre à la place du dieu argent, qui ou quoi va le détrôner ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Le faucon maltais

Le faucon maltais
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès