Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ecotaxe, optique, énergie… : les échecs patents de la (...)

Ecotaxe, optique, énergie… : les échecs patents de la libéralisation

Depuis quelques semaines, les exemples de dysfonctionnements de la libéralisation de ce qui devrait être des services publics se multiplient, avec notamment le scandale de l’écotaxe. Pourtant, pas grand monde ne semble tirer des leçons de ces innombrables fiascos consécutifs au recul de l’Etat.

Cinq exemples et une leçon
 
Le dernier exemple est l’ubuesque partenariat public-privé pour la collecte de l’écotaxe, sur lequel la justice vient d’ouvrir une enquête. Alors que l’Etat consacre 1% des recettes fiscales à la collecte des impôts, dans ce cas, le contrat signé par l’équipe Sarkozy était de plus de 20% ! Il est difficile de ne pas y voir une rente indue pour l’entreprise EcoMouv, largement détenue par des capitaux étrangers. Idem pour l’optique, sortie largement de la sphère publique. Malgré une concurrence entre les lunettiers et les mutuelles, leur intérêt collectif bien compris a permis une envolée des prix dans notre pays, démontrant que marché ne rime pas forcément avec baisse des prix et efficacité, mais parfois plus avec rente…
 
Il en va de même avec le système de santé étasunien et la mise en place très cahotique de l’Obamacare, preuve que la sous-traitance au privé n’a fait que produire un système complexe et dysfonctionnel. On retrouve le même scénario dans le secteur énergétique, dont la gestion est devenue extraordinairement complexe du fait de la libéralisation de la distribution, qui impose des contrats byzantins avec les anciens services publics, mais aussi des objectifs environnementaux, qui ont abouti à une explosion de subventions publiques pour les énergies renouvelables et une envolée des prix.
 
On pourrait également évoquer le cas des universités étasuniennes, auxquelles The Economist a consacré de nombreux dossiers démontrant que l’envolée des frais de scolarité est totalement délirante (cinq fois plus que l’inflation depuis 35 ans). Il est tout de même assez piquant de constater que le privé peut aboutir à une envolée des frais administratifs. En 1976, on comptait deux professeurs pour un administratif. Aujourd’hui, le rapport est d’un pour un. Pire, dans le même temps, les professeurs et les étudiants travaillent de moins en moins ! A côté, nos universités seraient presque exemplaires !
 
Quand privatisation égale complexité, rente et gaspillage

Tout ceci montre que le transfert dans le privé d’activité de service public n’est pas forcément porteur d’économie ou de meilleur service, bien au contraire. Cela peut occasionner l’inverse, démontant les thèses théoriques des partisans de la privatisation. Pire, tout ceci impose une quantité de réglementation colossale dans laquelle les intérêts privés savent trop bien intervenir pour se tailler des rentes sur mesure ou des contextes concurrentiels favorables aux oligopoles. C’est ce que l’on peut voir dans l’énergie, mais certaines rentes (sur le solaire par exemple) peuvent être remises en question.

Tous ces exemples sont des plaidoyers pour le retour dans le giron du service public de ces activités qui n’ont rien à faire dans le secteur privé, qui n’y vient que pour chercher des rentes. C’était notamment le cas de la privatisation des autoroutes, contre laquelle Nicolas Dupont-Aignan s’était opposé, un peu seul, en 2006. Du coup, alors que le gouvernement s’apprête à prolonger de trois ans la concession, il est essentiel de soutenir la pétition lancée par Marianne, et signée par NDA, pour s’opposer à un tel projet. Une autoroute est un service public et n’a rien à faire dans le domaine privé.
 
Il faut noter ici que le Parti Socialiste fait partie des fossoyeurs de notre service public, ayant accepté et fait avancer sa privatisation, qui pourrait toucher demain la SNCF mais aussi la Sécurité Sociale. Mais si le PS a renoncé à les défendre, il faut noter que DLR les a toujours défendus.
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • JL JL 8 novembre 2013 10:29

    Bonjour Laurent Pinsolle,

    comment ne pas être d’accord avec vous. Ce qui me parait important dans cette phrase que vous écrivez : ’’Tout ceci montre que le transfert dans le privé d’activité de service public n’est pas forcément porteur d’économie ou de meilleur service, bien au contraire.’’, c’est le ’’bien au contraire’’.

    Je pense que le libéralisme, c’est la marchandisation à outrance. Le collectivisme c’est l’intégrisme opposé.

    Et l’oligarchie, à l’opposé de la démocratie, c’est la mainmise par des intérêts privés sur les dépenses publiques : c’est quand les PPP et les Marchés publics sont systématiquement transformés en pompes à phynances qui renvoient à flots, l’argent public dans des poches privées.

    Il ne faut pas mélanger maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage. C’est ce qu’ont très bien compris les Chinois semble-t-il. Vous dites : ’’Une autoroute est un service public et n’a rien à faire dans le domaine privé.’’ C’est aussi mon avis. En revanche, la construire ne relève pas des attributions de l’État. L’état ne peut pas construire les autoroutes, et n’a pas à le faire.

    Il faut que la démocratie maîtrise la moitié de la maîtrise d’œuvre du pays, mais il serait absurde que 50% de la population active soit fonctionnaire. C’est pourquoi les marchés publics ont un sens, mais les fonctionnaires et les élus, pris la main dans le sac de la corruption, doivent être sévèrement sanctionnés.


    • Le taulier Le taulier 8 novembre 2013 10:47

      Laurent, rend ta carte de Debout la République et va rejoindre Mélenchon !

      Sinon 20% de commissions pour l’opérateur d’un projet aussi compliqué (faut les installer les portiques à 1 millions d’euros et mettre en place les systèmes informatiques) ne me choque pas quand on sait que le coût de la collecte pour les radars est de 25%.


      • Bernard Pinon Bernard Pinon 8 novembre 2013 11:58

        Depuis quand Mélenchon propose t-il une sortie de l’Union Européenne et de l’Euro ?

        Ce serait une bonne nouvelle...

      • Le taulier Le taulier 8 novembre 2013 13:20

        Quel rapport ? Debout la République ne propose pas de sortir de l’UE ou de la zone Euro.


      • tf1Goupie 8 novembre 2013 13:07

        Donc la fabrication de lunettes devrait être un service public ?!?

        GDF n’est pas privée et pourtant le prix du Gaz augmente.
        Pinsolle n’a pas remarqué que le prix de l’énergie augmente mondialement indépendamment des choix politiques français...

        Toujours aussi nazes les tracts politiques de Pinsolle ; une pollution visuelle d’Agoravox que les lecteurs acceptent sans broncher.
        Viva la révolution !!


        • spartacus spartacus 8 novembre 2013 13:49

          C’est dommage mais avec les mêmes éléments ont arrive à 100% aux conclusions différentes.


          Précisons quelques mensonges par absences d’explications et présentation en pourcentage au lieu de valeur absolue.
          ECOTAXE (rien que le mot n’est pas libéral)
          Et en fait de libéralisme l’idée même d’une écotaxe sur des flux est une idée taxophile gauchiste.

          Partenariat -public privé
          Pourquoi un état passe par une société privée pour collecter l’impôt ?
          1- Pour faire la même chose il faut 30% de personnel en plus. Absentéisme, droits sociaux différenciés.
          2-Le coût d’un fonctionnaire est plus du double d’un salarié du privé. Pour un même salaire net net, exemple pour un employé à 1500€ pour l’employeur privé c’est 3000€ pour l’état employeur et les droits sociaux différenciés c’est 4500€ le salaire complet.
          3-Un salarié du privé quand il est parti, il est parti. Un fonctionnaire est une charge à vie sur l’état employeur.
          4- Le rendement plus faible et les passes droit. Pour les PV chacun se souvient de l’appel au copain gendarme ou au député qui faisait passer au travers avant la privatisation de la collecte des PV.
          Le PPP est un stratagème 100% étatiste pour cacher les coûts réels au peuple. Le PPP permet de passer des investissement en loyer, pour éviter de plomber les comptes et laisser des dettes aux élus suivants sans en avoir l’air.

          En réalité la conclusion indique que lorsque l’on privatise la collecte de l’impôt, le rendement est meilleur pour moins cher. On peut arrêter quand on veut par une fin contractuelle, impossible avec l’état. 
          Les PPP sont 100% gauchiste et interventionnistes pas du tout libérales.

          Cout de l’énergie.
          Alors là c’est ubuesque d’en venir à accuser le libéralisme.
          Chaque citoyen n’a qu’a regarder sa feuille d’électricité de gaz, il verra que 50% de la facture sont des taxes. 
          Dans un pays libéral, les entorses (interventionnisme étatique sur un marché libre) aux règles de droit générales sont interdites Si les électriciens n’avaient pas des droits sociaux différenciés vous payeriez 20% moins cher vos factures. Vous êtes sous monopole étatique, l’interventionnisme étatisme fait que vous payez plus cher. 
          Il faut expliquer à l’auteur de se renseigner sur ce qu’est le libéralisme et que la subvention publique c’est de l’interventionnisme et du socialisme. Pas du libéralisme !

          La référence aux USA comme pays libéral alors que O Bama est un socialiste vaut son pesant de ridicule. 

          • HELIOS HELIOS 8 novembre 2013 17:44

            hé, Spartacus, ’xcuse, mais tu fais un raccourci de mauvais aloi !!

            La taxe, ce n’est pas la consequence de la partie service public d’un service, c’est une volonté politique qui n’a rien a voir.
            Si sur la facture d’electricité ou de gaz il y a des taxes, trop de taxes cela n’a rien de structurel, c’est une volonté politique !

            Tous vos autres arguments se ressemblent, comme celui de pouvoir arreter un contrat quand on le desire. Structurellement on peut, mais s’il n’y a pas d’autre entrepise pour le reprendre ce n’est pas possible.

            En fait ce qu’il y a qui contredit toute votre demarche intellectuelle sur la privatisation, c’est le mecanisme comptable de l’etat qui n’est pas celui du privé... je ne vous apprends rien, mais il faut le dire, et je vous le prouve en plus avec un cas d’actualité.

            par exemple donc, une entreprise de vente par correspondance a le choix entre embaucher une equipe de femme de menage pour nettoyer, c’est un service de base qui ne necessite aucune competence avancée, que tout le monde sait faire, mais il y en a d’autre, il y a egalement d’autres options comme posseder ses locaux, etre proprietaire de ses camions etc... restons sur l’exemple du nettoyage...

            l’entreprise peut acheter ses machines a nettoyer le sol, c’est un investissement (comptable), embaucher ses emplyés (avec charges sociales etc) et comptablement elle ne s’y retrouve pas. Si elle s’adresse a une societe exterieure, elle paie le service qu’elle va imputer a ses charges de fonctionnement. pas d’investissement, pas de charges.... et pourtant cela lui coute plus cher en terme de part de la depense pour son processus de production (qui ici c’est la vente par correspondance).
            Cela lui coute plus cher car elle ne paye pas la societe de nettoyage a prix coutant, car celle ci fait une marge, ce qui est normal, l’entreprise de nettoyage ne travaille pas pour rien.

            au final, quand tout ce qui n’est pas le coeur de metier a été « sous-traité, externalisé » le cout de toutes les marges de ces societes exterieures rend le service rendu considerablement plus cher pour le client, mais la societe s’en fiche completement. elle peut même fermer sa boite quand elle le souhaite elle n’a que des contrats d’entreprises a honorer et comme vous le dites, on coupe quand on veut.

            L’etat n’a pas la même comptabilité. Lorsque l’etat investi dans des machines sa comptabilité (publique) n’en est pas affectée. L’etat n’a aucun interet a sous traiter car il perd sur deux tableaux. d’une part il « vend » c’est a dire que cela lui coute plus cher, NOUS coute plus cher, obligeant a payer plus de taxes, pour ses services publics plus chers (je le repete, a cause des marges dues legitimement au sous traitant) et en plus il n’a plus la competence sur les process basiques extrenalisés.

            Au moins dans tout ce qui releve du droit regalien de l’etat, mais egalement dans tout ce qui est necessaire et obligatoire pour la vie des citoyens, l’eau, l’electricité, certains transports de bases, certaines communications etc... l’etat NE DOIT PAS sous traiter quoi que ce soit, même si cela augmente les fonctionnaires.

            Entre lever des impots, ou pire, emprunter sur des marchés, pour payer des services privatisés donc PLUS CHERS, ou posseder ses propres moyens de services ou de production, qui ne peuvent en aucun cas etre plus chers, le citoyen doit exiger et l’etat s’il est responsable, doit les prendre en charge.

            votre raisonnement ne tient que si l’etat a la même comptabilité que l’entreprise, ce qui n’est pas le cas et qui ne pourra jamais etre le cas, les citoyens n’etant ni des clients, ni des employés.


            • spartacus spartacus 8 novembre 2013 19:46

              La taxe est une politique interventionniste, donc socialiste et étatiste, rien a voir avec le libéralisme qui lui demande à l’état de rester uniquement dans le rôle régalien.


              Il est totalement faux de dire que la sous traitance augmente les coûts. Bien au contraire, mêlme dans votre exemple. Une entreprise de nettoyage extérieure spécialisée sera moins chère que le faire soit même. Elle amorti son matériel et les temps de travail sur plusieurs entreprises sur des économies d’échelles. 

              Il vous manque la notion de « mieux pour moins cher » et seule la concurrence libre peut y arriver face aux monopoles et l’état est monopolistique.

              Votre raisonnement est hors des réalités. L’état a intérêt à sous traiter un maximum de choses. Le gaz a baissé dans tous les pays d’Europe. La stupidité du monopole l’a fait augmenter en France. Votre raisonnement ne tiens pas. 
              Ce que vous dites est ubuesque. L’état est bien plus cher dans tout, et de très mauvais rapport qualité/prix. 

              Et il faut en finir avec cette mentalité ubuesque que l’état serait en dehors des réalités économiques.
              Les citoyens étant les payeurs et n’avoir comme réponse que le mépris du service non rendu. 

              Et comme citoyen je veux ma liberté de choix ! Je ne veux plus subir votre collectivisme, votre dictature étatiste
              Je ne ceux plus payer pour vos privilèges dégelasses et différenciés. 
              Je veux ma liberté. 
              Je veux la liberté et l’autonomie contre la privation de mes libertés que cet état de merde m’impose !
              Je ne veux plus qu’une élite auto proclamée m’impose le collectivisme comme l’auteur zozo étatiste. 
              Quand je vois qu’en Angleterre, le chômage recule fortement et qu’on a nettoyé la fonction publique là ou la France s’entête a faire supporter les coûts ubuesques de cette fonction publique politisée de gauche qui nous entraîne tous les jours dans la bureaucratie, le soviétisme et le chômage de masse.

              Je veux avoir le choix du privé. 
              Je ne ceux plus de n’avoir qu’un choix étatique coercitif. 

              Le libéralisme c’est la règle identique pour tous, les mêmes droits pour tous. Le socialisme c’est l’interventionnisme qui change la règle pour le compte des groupes de pression. C’est le socialisme qui crée les monopoles.
              Le socialisme crée une demande incessante de groupes de pression toujours de plus en plus nombreux, qui espèrent changer la règle générale pour leur compte. C’est votre socialisme de merde qui nous a amené là et vos solutions étatistes sont des conneries qui nous entraînent dans la servitude. 

              NON la France n’a jamais été libérale ! Non le libéralisme n’est pas coupable de l’interventionnisme.
              Tous les partis politiques Français sont socialistes, interventionnistes et étatistes. Tous sont phagocyté par des élites auto proclamées étatiste sorties de l’Ena et Science Po ou l’enseignement est doctrinaire et gauchiste. 

            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 8 novembre 2013 22:23

              Bonsoir,


              Dans les actionnaires d’ecomouv, il y a aussi, SFR, THALES, et STERIA,

              STERIA que l’ont retrouvé aussi ici (1), un autre scandale quelque peu étouffé par

              Nos médias.

              1

              Plus d’info sur steria


              Cordialement

              Franck



              • mpag 8 novembre 2013 23:18

                Prendre quelques exemples pour justifier un constat d’échec totale : un joli raccourcie probablement dû à un manque d’honnête politique (j’espère le contraire serait bien plus grave.....), on commence à être habitué de la part de l’auteur......


                Bref encore un esprit binaire qui cueille les faibles d’esprits cherchant le berger 
                Il existe de beau contre exemple ne serais ce qu’un seul : la téléphonie avec France-Télécom, entreprise public criblée de Dette dès l’ouverture de celle-ci a la concurrence 
                Incapable de faire face à une gestion calamiteuse de l’Etat, celle ci se trouve dans l’obligation de vendre plus de 50% de ces parts aux privés et de se privatiser pour s’en sortir en l’occurrence 

                Que dire d’ EDF, prochain scandale à n’en pas douter où l’on consomme de l’Energie avec des centrales de 30 ou 40 ans d’âge, L’état ayant refusé d’augmenter suffisamment les prix depuis des dizaines années pour le renouvellement et la construction.......calcul politique mais terriblement dysfonctionnel d’un point de vue économique

                EDF entreprise public endetté de l’ordre de 30 Milliards si mes souvenirs sont bons, mais ne vous en faites pas, le prix de l’incompétence Étatique va resurgir sur nos factures dans un avenir proche.......on n’a pas le choix........

                Quand je vois notre politique de DLR nous dire que l’Etat gère mieux que le privée, je m’étrangle de rire mais c’est un rire bien jaune et terriblement inquiétant 
                Indirectement laissez gérer l’Etat, c’est être sous la menace de syndicats tout puissant et irresponsable, prêt à mettre à genou un pays si leur revendications souvent illégitimes car déconnecté de la réalité économique ne sont pas entendus bref en faire des fonctionnaires 
                des enfants-roi, 
                On le voit lorsqu’il s’agit d’essayer de reformer le pays et leur institutions profondément injuste et coûteux vis à vis de ceux qui ne font pas partie du « club » : Grève ---- Grève----Grève 

                On peux pas leur en vouloir comme on ne peux en vouloir à une nuée de sauterelle qui cherchent à manger ou à survivre au détriments des autres 
                Ils existent, il faut simplement essayer de réduire leur nombres dans l’intérêt de tous


                Nos impôts peuvent augmenter, ils peuvent continuer de jouir de tout leur avantages sur votre dos avec nos impôts ou la dette légués à nos enfants (une partie de la dette publique)

                Il faut laisser le libéralisme se développer avec un contrôle Étatique qui agit pour permettre une concurrence entre les différents acteurs qui souhaitent se développer
                Ce type de libéralisme a parfaitement fonctionné dans le mobile notamment et l’accès à l’internet avec l’entrée de Free,





                • lloreen 8 novembre 2013 23:39

                  L’ avis d’ une citoyenne,qui dit ses quatre vérités à Monsieur Copé.

                  http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/23405-la-r%C3%A9volte-du-peuple/page-8

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès