Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > EDF aurait fait espionner Greenpeace

EDF aurait fait espionner Greenpeace

 Affaire d’espionnage informatique : 

EDF aurait fait espionner Greenpeace via une officine privée dirigée par des anciens de la police et de la DST.

25 ans après l’affaire du Rainbow Warrior, Greenpeace a de nouveau été "victime de barbouzeries" comme le dévoilent Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi sur Mediapart., révélant une succession de mises en cause judiciaires (faisant suite à une longue enquête de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication).

Pierre François, ancien commandant de police, actuel numéro 2 d’EDF, a été mis en examen la semaine dernière dans un dossier d’espionnage informatique visant Yannick Jadot, l’ancien directeur des programmes de Greenpeace réputé pour ses positions anti-nucléaires. 
Il y a quelques semaines, les policiers ont procédé à une perquisition au siège de l’entreprise publique.

 Pierre François est soupçonné par la justice d’avoir missionné une officine privée de renseignement, Kargus Consultants, chargée de surveiller les activités de Y. Jadot. Il est ainsi poursuivi pour "complicité d’intrusion frauduleuse dans un système de traitement automatisé de données". Le patron de cette société Kargus, Thierry Lorho, est un ancien des services secrets français.
Quant au supérieur de Pierre François, il a été interrogé en tant que témoin assisté.

Selon des informations recueillies par Mediapart," l’ancien commandant de police Pierre François avait été chargé de développer au sein d’EDF des activités de renseignement afin de prévenir d’éventuelles attaques terroristes, mais aussi des campagnes de déstabilisation ou des actes de malveillances émanant de la mouvance anti-nucléaire, comme les associations Sortir du nucléaire ou Greenpeace, très investies en la matière. La "cellule" animée par Pierre François aurait notamment infiltré ces associations, parfois avec la bénédiction des services spéciaux français dont sont issus la plupart de ses membres."

Après les affaires concernant Besancenot, puis le patron de taser, voici encore un exemple de l’opacité de ces officines.

Le gouvernement a toujours dans ses cartons un projet de loi visant à mieux encadrer ces sociétés d’intelligence économiques en plein essor. Il faudra encore combien d’histoires de ce type pour qu’il réagisse enfin ?

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • JONAS JONAS 31 mars 2009 22:31

    Bof ! Rien d’étonnant qu’EDF, veuille se tenir au courant ! ! !

     

     smiley  :—))  smiley  smiley


    • Aerobar Films Aerobar Films 1er avril 2009 09:28

      Pierre François n’est pas numéro 2 d’EDF mais un simple employé des services de sécurité.



      • HugoV 1er avril 2009 10:44

         Bonjour,
        En rédigeant l’article j’ai en effet oublié cette précision dans ma phrase, il n’est pas le numéro 2 d’EDF mais le numéro 2 de la sécurité de l’entreprise publique, ce qui n’en fait donc pas un "simple employé des services de sécurité".
        Cordialement,
        Hugo

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès