Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Emprunt Sarkozy : entre 15 et 30 milliards ! (1/2)

Emprunt Sarkozy : entre 15 et 30 milliards ! (1/2)

Un vrai symbole. Faut-il nous rappeler les 15 milliards de cadeaux fiscaux donnés par Sarkozy en juillet 2007 pour tenir l’une de ses très nombreuses promesses de campagne ? Ces milliards feront, en flux annuels cumulés, 30 milliards fin 2009 ? Alors, si l’emprunt Sarkozy se situe entre 15 et 30 milliards comme nous le pensons, le ridicule sera à son comble !
 
 
Comment a-t-on pu, nous Français, être aussi imprévoyants, négligents et non-professionnels avec notre propre argent et surtout ce président ? Si le ridicule tuait, de nouvelles élections devraient être programmées.
 
Bien que nous n’en soyons pas encore là, nous allons quand même devoir emprunter demain l’argent gaspillé hier ! Eh oui ! Nous allons devoir payer pour racheter les 30 milliards donnés – gratuitement – depuis juillet 2007.
 
Alors, on nous a expliqué lors d’un congrès, celui de Versailles du 22 juin courant, qui entre parenthèses nous a coûté quand même 0,5 million d’euros, que la crise n’était pas prévisible et qu’il fallait penser, désormais et enfin, à structurer l’avenir industriel du pays grâce à l’emprunt en question.
 
Comment peut-on avoir la prétention de structurer l’avenir à moyen et long terme quand on n’a pas su anticiper une crise que tout le monde avait prévue depuis la fuite en avant de la Federal reserve bank en 2001. Pire, nous avions même anticipé le contraire, puisque nous avons cru pouvoir donner de l’argent que nous n’avions pas, dans l’espoir que la croissance, dès 2008, serait de 3 % chaque année. Dixit les nombreux discours de Sarkozy durant toute l’année 2007 et une partie de 2008. Discours désormais bien connus de tout le monde.
 
Effectivement, depuis juillet 2007, nous ne pouvons pas dire que nous avons été de grands stratèges en termes d’anticipation, de prévoyance et de pertinence. Nous nous sommes :
 
- trompés sur les heures défiscalisées qui sont finalement des freins à l’embauche,
- trompés sur la hausse du pouvoir d’achat qui baisse depuis notre arrivée au pouvoir,
- trompés sur le fait que l’euro fort était une menace pour notre économie et qui, finalement, nous a évité une faillite plus sévère,
- trompés sur le recul du chômage qui n’arrête pas de grimper et qui pourrait atteindre les 3 millions de sans emploi fin 2009,
- trompés sur le fait que le bouclier fiscal à 50 % allait faire revenir Johnny et tous nos autres amis et alliés, émigrés fortunés en Belgique et en Suisse,
- trompés sur la suppression de la police de proximité que nous venons d’ailleurs de partiellement rétablir,
- trompés sur la baisse des crimes et délits qui depuis 18 mois ne cessent d’être à la une de nombreux journaux,
- trompés sur le fait que notre système social n’était que bon à mettre à la poubelle et que nous ne cessons, comme des gamins, de vanter maintenant,
- trompés sur la réforme des lycées, finalement abandonnée,
- trompés par notre immaturité sur le fait de croire que l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie ne rejoindraient pas finalement la Russie,
- trompés sur notre plan de relance en y affectant que seulement 0,65 % de notre PIB, alors que nos partenaires économiques y consacrent plusieurs points, voire 12 % comme les Etats-Unis d’Amérique,
- trompés sur l’efficacité de notre fameuse loi TEPA, dont le nom est aujourd’hui banni,
- trompés sur la suppression des RAZED (l’aide aux enfants en difficulté à l’école) …
- trompés sur la discrimination positive …
- trompés sur la laïcité positive …
- trompés sur le fait que nous allions sauver Gandrange …
- trompés sur le fait que les soixante-huitards étaient des gens "has been", tel Cohn-Bendit Daniel, infoutus de gagner quoi que ce soit …
- trompés sur le fait que désormais, quand il y a grève, plus personne ne s’en aperçoit …
- trompés par notre immaturité sur le fait de croire qu’au G20 de Londres du 2 avril nous avions persuadé nos collègues qu’on pouvait supprimer les paradis fiscaux …
- trompés sur notre proposition que chaque élève de CM2 perpétue la mémoire d’un des 11 000 enfants déportés de France et victime de la Shoa …
- trompés aussi sur la lecture de la dernière lettre de Guy Môquet qui devait être lue aux lycéens chaque année …
- etc, etc … nous laissons à d’autres le plaisir de terminer cette liste de toutes les erreurs que nous avons commises en l’espace de seulement 2 ans.
 
Que d’énergie, de dynamisme et de crédibilité gaspillés à dire tout et n’importe quoi et l’inverse quelques jours après !
 
Si nous étions dans le privé, il y a longtemps que nous aurions été virés ad nutum.
 
Bon ! Soyons positifs, et pensons à ce que nous allons faire des 15 ou 30 milliards que nous allons prochainement emprunter, à grands frais. Sûrement à 6,25 % ? Une fois payé notre nouvel Airbus A330, totalement équipé, pour quelques 120 millions d’euros, compris l’inscription "Elysée force One" gravée en lettres de un mètre sur la carlingue, il nous restera quand même plusieurs milliards à dépenser et peut-être même à gaspiller.
 
Peut-être pourrions-nous les utiliser à tenir de nouvelles promesses … pour notre campagne "de dans 2,5 ans", celle de 2012 ?
 
Naturellement, comme d’habitude, ces nouvelles promesses ne nous engageront absolument pas, bien qu’elles soient affirmées avec le sérieux qui nous sied habituellement. Une seule chose compte, occuper chaque jour le terrain jusqu’en 2012. Puis, faire un nouveau et dernier mandat. Bref, juste le temps de faire encore tout et n’importe quoi puisque les Françaises et Français risquent encore de nous élire confortablement !
 
Comme dans nos rêves d’enfant, tout est possible quand nous sommes président de la République. D’ailleurs, jamais aucun n’a été condamné pour faute grave de gestion ! Alors, continuons ! Pourquoi changer une formule qui gagne ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 29 juin 2009 09:57

    Je ne me sens pas trompé, tout était prévisible, son bougisme, sa veulerie face à l’otan, son autoritarisme...tout était prévu par ses détracteurs bien avant son élection.
    Dans le privé il serait déjà viré depuis longtemps dites-vous, certes comme manager il ne vaut pas une bille, mais comme vendeur de voitures d’occasions il fait l’affaire.


    • Cayenne 29 juin 2009 11:42

      Hervé Morin veut mobiliser l’emprunt pour le militaire

      Quand il a était au Modem, Hervé Morin n’était pas le dernier à exiger que la lutte contre le déficit budgétaire devienne une priorité. Mais cela ne l’empêche pas aujourd’hui de proposer, en tant que Ministre de la Défense, qu’une partie des capitaux mobilisés dans le cadre du grand emprunt soit utilisé pour des investissements militaires ; et notamment dans le cyber-militaire.

      http://www.marianne2.fr/Herve-Morin-veut-mobiliser-l-emprunt-pour-le-militaire_a181180.html


    • plancherDesVaches 29 juin 2009 14:33

      Le Gus, c’est un avocat, ne l’oublions jamais....

      MAIS C’EST SON INTERET QU’IL VOIT !!!

      En bon libéral qu’il est.


    • thomthom 29 juin 2009 20:38

      et bien oui, cet emprunt, c’’est du sarkozy tout craché : juste de la gesticulation, rien que de la gesticulation

      aucune efficacité économique, juste une pseudo efficacité médiatique.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 2009 19:24

      @ Le Gus : 


       Tout était prévisible et meme prévu bien avant que Sarozy n’apparaisse dans le paysage. De toute façon, une trentaine de milliards de papier n’ont plus aucune importance. Pensons à la solution.


       Pierre JC Allard

    • CMB 3 septembre 2009 18:19

      Se sentir tromper ? Ce n’est pas quelque chose que chaque président français a fait à son peuple ? On sait aujourd’hui que le grand emprunt national ne concernera pas forcément les particuliers.

      Pour que la boucle soit bouclée il ne manquerait plus que les banques souscrivent à l’emprunt sarkozy, regagnant les intérêts qu’elles doivent verser à l’état emprunteur...


    • LaEr LaEr 29 juin 2009 10:01

      Je soutiens, mais 450.000€ ne font pas 0,5 milliards ;) !


      • jolala jolala 29 juin 2009 15:40

        Vous ne savez pas lire : se sont bien 0,5 millions d’euros qui sont évoqués et non 0,5 milliards !


      • LaEr LaEr 9 juillet 2009 14:24

        Il est un peu tard pour que je réagisse, mais bon :
        la première « édition » parlait de 0,5 milliard, cela a été corrigé par la suite, mais comme on ne peut pas éditer ou supprimer ses propres posts, le mien est resté ainsi...
         


      • ZEN ZEN 29 juin 2009 10:11

        Comme disait Frémaux ce matin sur France Inter :

        « Au lieu de demander aux plus riches de participer par l’impôt à la réduction des déficits, au nom de la solidarité nationale, Sarkozy recourt à l’emprunt. Il offre une rente à ces mêmes nantis, ceux qui peuvent encore épargner par ces temps de crise, rente qui leur sera payée par l’ensemble des Français ! »

        -"Emprunter, c’est la réalité quasi quotidienne d’un Etat dont les caisses sont vides
        . La nouveauté, c’est la possibilité de réserver un emprunt aux particuliers. Exactement comme vient de le faire EDF. La problème, c’est que l’opération risque d’être plus coûteuse que le circuit habituel des marchés financiers. Aujourd’hui sur les marchés, sur 5 ans, il emprunte à 3%. Pour attirer l’épargne des Français, il devra au moins proposer 4,5%, la même chose qu’EDF. Il faudra y ajouter des commissions à verser aux banques pour récolter l’argent, une campagne de pub, peut-être une carotte fiscale. La dernière expérience en date, l’emprunt Balladur en 1993, s’était révélée une mauvaise affaire pour l’Etat.L’intérêt est avant tout politique. Il s’agit d’associer les Français à un programme de dépenses dont on dit qu’il serait porteur pour l’avenir, pour financer des investissements dans l’industrie verte par exemple ou les nouvelles technologies. En fait, c’est un plan de relance bis qui ne dit pas son nom, car les quelque 30 milliards mobilisés l’an dernier pour soutenir l’économie sont déjà censés être tournées vers l’investissement. Le résultat, ce sera tout de même une nouvelle dégradation des finances publiques. Et quel que soit l’emballage, les emprunts d’aujourd’hui doivent un jour se rembourser. Autrement dit, ce sont les impôts de demain." (E.Kessler)


        • Alpo47 Alpo47 29 juin 2009 11:27

          Ce qui m’ennuie, c’est lorsque l’auteur dit « nous nous sommes trompés ». Pas d’accord, NOUS AVONS ETE TROMPES.

          Quand à cet emprunt, c’est une tromperie de plus, puisqu’il s’agit d’emprunter de l’argent aux « nantis » qui vont s’empresser d’investir dans ce placement garanti et bien rémunéré, et de le faire rembourser par les contribuables, c’est à dire essentiellement les classes moyennes.
          Comme chacun sait, les riches bénéficient de nombreuses possibilités de niches fiscales pour réduire leurs impots, auxquelles n’ont que très rarement accès les « classes moyennes ».

          Donc, à nouveau un transfert de ressources qui va renforcer les riches ou très riches et paupériser le reste de la population. Du Sarkozy pur jus, finalement ...


        • Marianne Marianne 29 juin 2009 14:59

          Vu son CV, l’auteur se considère probablement comme étant du bord des décideurs.

          Mais ce qui est remarquable de naïveté ou peut-être de courage c’est qu’il avoue autant d’« erreurs » commises par son camp en si peu de temps.

          Ce que lui considère comme des erreurs sont pour moi des choix délibérés non pour relancer l"économie au profit de tous mais pour que quelques privilégiés profitent encore et toujours des ressources naturelles et des richesses - biens et services - produites par le plus grand nombre.


        • millesime 29 juin 2009 15:33

          cela va plus loin encore... !
          cet emprunt va impliquer de lourdes révisions d’alliances parmi ceux qui l’ont fait élire et qui lui permettent d’exercer son pouvoir. on peut imaginer une scission entre d’un côté les clans banquiers/Washington et de l’autre les clans industriels/hauts fonctionnaires.... !

          -Soit sarkozy entreprend une remise en cause complète (bouclier fiscal compris) de son début de quinquennat et choisit la voie européenne,
          - soit il maintient le cap ultra-libéral et « occidental » (avec les Kouchner et lellouche)... !

          pas simple, mais l’avenir de la France risque de se décider en fonction du choix que fera à ce moment-là ce président dont la politique suivie jusqu’alors est évidemment ultra-libérale.
          donc le pire est hélas possible. !

          http;//millesime.over-blog.com


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 juin 2009 21:06

          @ Zen : ’intention est aussi mauvaise qu’on l’imagine. En pratique,toutefois on n’enleve rien a qui n’a rien. Cet emprunt met les capitaux à l’abri... mais ils y deviennentcorvéables a merci par l’inflation. Quand la poussière retombera, on aura épongé cette dette et amélioré la distribution de la richesse.  Un gain net pour tous ceux qui n’ont rien.  La bataille, ce sera de protéger les petits rentiers en laissant sombrer les grands...



           Pierre JC Allard 

        • pierrot123 29 juin 2009 10:29

          Citation :
          « Faut-il nous rappeler les 15 milliards de cadeaux fiscaux donnés par Sarkozy en juillet 2007... »

          Ne jamais oublier de rappeler que ce « bouclier fiscal » de 15 milliards revient TOUS LES ANS... Forcément...


          • Yaka Yaka 29 juin 2009 16:12

            attention, 15 milliards c’est la loi TEPA dans son ensemble.

            Le bouclier fiscale ne représente « que » 700 millions d’euros environ.

            Le plus gros gouffre se situe dans la défiscalisation des heures supplémentaires.


          • sisyphe sisyphe 30 juin 2009 02:27

            vous avez raison supprimons ces salauds de riches , seuls boucs émissaires en stock chez vous . le peuple et son incivisme permanent ruineux et dispendieux pendant de décennies ,

            Tu parles d’un troll !
            Ce « peuple » qui a osé dépenser le pauvre argent qu’on voulait bien lui octroyer : le voilà, le pelé, le galeux, d’où nous vient tout le mal !!
            Celui-là, de comique, le Sylvain, il vient s’ajouter en tête de gondole, direct !!

            Et si le - beurk - « peuple » n’avait pas dépensé son argent, pendant des décennies, elle aurait marché comment ton économie qui permet aux exploiteurs (banquiers, spéculateurs, financiers) de se gaver, banane ?
            Et de venir foutre l’économie en l’’air, avec tous leurs produits pourris, avant de mener l’économie mondiale à la faillite totale, et de se faire renflouer avec l’argent des états, donc du - pouah - peuple, pauvre idiot ?

            Décidément, les bornes de la connerie ne cessent d’être repoussées  ; il y a vraiment des cadors, là-dessus !

            Sylvain, hein ?


          • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 09:58

            Ce bon Sisyphe est quelque part en Amérique du Sud pour s’instruire sur les méthodes de la Révolution bolivarienne. Il faut l’appeler Che Sisyphe. smiley


          • goc goc 29 juin 2009 10:50

            Pour reprendre l’idée de LeGus, le seul talent qu’on puisse lui reconnaitre, c’est celui de la politique. Malheureusement meme dans ce cas, il s’agit du coté le plus sordide, celui des croche-pattes et des coups tordus.

            pour le reste il est d’une nullité affligeante, et je ne parle pas de son atitude de simple valet au service des riches et des neo-cons.

            Petite annecdote : alors qu’il etait encore ministre de l’interieur et en meme temps candidat à l’election presidentielle (deja un signe de son arrogance et de son mepris pour les francais), il n’avait pas hesité, lors d’un voyage (deja) aux USA, de critiquer la politique etrangère de Chirac, chose qui par coutume, ne se faisait jamais de la part d’un ministre en exercice. Je vous laisse imaginer quelle serait sa reaction aujourd’hui si un de ses ministres se permettait de faire la meme chose


            • appoline appoline 29 juin 2009 20:34

              @ Goc,

              Vous avez remarqué vous aussi que ce triste sire se permet ce que les autres osaient à peine penser. Son attitude n’est pas celle d’une personne respectable et respectée. Je me demande ce qu’il s’envoie comme médocs, on peut même se demander si sa mère n’était pas sous distilbène, ses dérapages marquent bien un manque de maîtrise à ces moments précis, entre autres.

              Que va -t-il en être rééllement avec cet emprunt ? Pourvu que ça ne dérape pas une fois de plus.

              Quant à 2012, il y aura peut-être d’autres priorités avant de songer à la présidentielle.


            • zelda 30 juin 2009 13:35

              Je suis particulièrement choquée par le message de Appoline qui fait un lien plus que douteux entre le comportement de Nicolas Sarkozy et l’hypothèse que sa mère aurait pris du distilbène. Je crois que lorsque l’on s’exprime il faut dabord savoir de quoi l’on parle et ce genre de remarque est insultante pour toutes les victimes du distilbène, dont je fais partie. Pour information les effets du distilbène concernent principalement des femmes celles-ci sont souvent soit atteintes de cancer, soit stériles soit les deux à la fois. Les symptomes n’ont aucun lien avec des attitudes ou comportements comme le laisse entendre Appoline. A bon entendeur ....


            • appoline appoline 30 juin 2009 19:37

              @ Zelda,

              Même si parfois mes écrits sont légers, je n’écrit jamais à la légère. Revoyez donc quelques interwiews tels ceux de Guillaume Depardieu, vous pourrez constater que certains symptomes laissent songeurs, entre autres. Si vous avez sous la main un Vidal, allez y jeter un oeil, vous pourrez mesurer l’étendue de cette saloperie.

              Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que les labos n’ont pas l’habitude de s’épancher en public quand ils commettent une bourde, alors, ne cherchez pas trop dans les documents officiels pour connaître l’étendue des dégats. Ils sont tellement puissants qu’une certaine chaînerie qui a pourtant distribué la thalidomide (contorgan) bossait sur des essais thérapeutiques en 92 avec un hospital public, vous verriez les effets secondaires, pires que le mal primaire.

              Bon, je vous laisse bucher.


            • zvalief 29 juin 2009 11:04

              le bouclier fiscale est bien la seule promesse électorale qu’il est tenu, plus il prend les gens pour des c.... et plus ils le soutiennent. cet emprunt va encore bénéficier à ses potes, car ce n’est pas la majorité de la « france d’en bas » qui va pouvoir prêter de l’argent à l’état, par contre c’est encore elle qui va devoir rembourser cet emprunt par le biais de nos impôts.
              les citations paradoxales de sarko que je préfère : d’un coté il veut moraliser le capitalisme, et de l’autre dépénaliser le monde des affaires, petite traduction (un peu caricaturale) pour les umpistes lobotomisés : on ne condamne plus un voleur quand il vole, par contre maintenant on va lui dire que ce n’est pas bien...
              encore pour les umpistes lobotomisés victimes de sarko-dépendances, qui ne peuvent s’empêcher de le défendre même quand il leur met profond, qui arrêtent pas de nous répéter que c’est la faute à la gauche ou que la gauche n’aurait pas fait mieux ... en attendant ça fait quand même 7 ans qu’on est gouverné par l’ump et la situation ne cesse de s’empirer...


              • Le péripate Le péripate 29 juin 2009 11:12

                L’Etat français a une dette de 1200 milliard d’euros, rembourse déjà 50 milliards d’euros par an et en emprunte 250 milliards dans le même temps.

                N’importe qui penserait qu’il est temps de réduire les dépenses.Mais non,les socialistes de gauche voudraient démagogiquement faire payer les riches, les socialistes de droite veulent lancer un emprunt. Quant on voit les échecs qu’ont été les emprunts Giscard et Balladur, pas besoin d’être devin pour connaître la suite des évènements.

                Je signale une pétition pour une réelle « relance durable ».

                Par ailleurs l’Unedic a la même idée : lancer un emprunt pour fiancer un déficit de 4,6 milliards.

                Rappelons que cet argent manquera inévitablement à la véritable économie.


                • Gandalf Tzecoatl 29 juin 2009 11:49

                  « Rappelons que cet argent manquera inévitablement à la véritable économie. »

                  Je suis pour ma part loin d’être persuadé que le libéralisme financier est quelque leçon à donner en terme de financement (LBO, hedge funds, etc).


                • Céline Ertalif Céline Ertalif 29 juin 2009 15:01

                  De toute façon, il faut bien faire financer par les riches (par les pauvres, ça marche beaucoup moins bien !). Ensuite, soit on spolie les riches, soit on emprunte et on promet des intérêts et donc une richesse future supplémentaire pour les riches.

                  Le problème est très simple : quand la richesse future supplémentaire des riches permet d’espérer aussi une amélioration de la situation future des pauvres, tout va bien. Quand les pauvres, beaucoup plus nombreux, en viennent à penser que l’enrichissement des riches ne leur apportent rien, ils deviennent moins hostiles à la spoliation des riches !

                  Eric le Boucher, qui n’est pas un crypto-marxiste, a dit dimanche dans l’émission de Philippe Meyer que cette histoire d’emprunt sans objet défini, à une date encore lointaine, et plus cher que le marché, était je cite : « risible ». Je vois mal que faire d’autre en effet, si jaune que soit mon rire.


                • Gandalf Tzecoatl 29 juin 2009 16:11

                  " De toute façon, il faut bien faire financer par les riches« 

                  Non, non et non. Le financement vient à l’origine de la création monétaire.
                  Tout le monde est conscient que cette création doit être limitée. Mais qui de l’endettement actuel sans limite ?
                  Voilà pourquoi mon slogan est dette=monnaie, pas plus de dettes que de monnaie.

                   »Ensuite, soit on spolie les riches, soit on emprunte et on promet des intérêts et donc une richesse future supplémentaire pour les riches."
                  Donc il n’y a pas à spolier les riches, s’ils ne spolient pas les pauvres via essentiellement la création monétaire et leur intérêt non-monétisé, perpétuel Epée de Damoclès sur le tiers-état.


                • Céline Ertalif Céline Ertalif 30 juin 2009 11:13

                  Oui, je suis d’accord évidemment sur la création monétaire. Mais quand la création monétaire a pris de telles proportions au bénéfice des riches, c’est (presque) la même chose, comme tu le dis dans les 2 dernières lignes !

                  Mais enfin, quand j’évoque la spoliation c’est aussi en réaction avec la « véritable » économie. Parce que, comment on fait la différence entre la vraie et la fausse ?


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 juin 2009 14:52

                  @ Celine Ertalif :


                  Matiere premiere + travail = production = richesse. Production + distribution = économie réelle.

                  Argent (monnaie) = symbole de la richesse pour faciliter échanges

                  On a créé et distribué aux copains tant de monnaie que le lien avec la richesse réelle est rompue et que le symbole ne vaut plus que la confiance.... qui s’effiloche. 


                  Comme faire disparaitre les symboles en trop ? C’est qu’on est à faire. Comment maintenir la confiance ? On essaye. Si ca ne va plus, on l’imposera. 




                • Pentragone 29 juin 2009 11:18

                  Ce ne sont plus des articles même d’opinions, ce sont des dégueuloirs pour vomir sur un seul homme : Sarkozy. Comment voudrait-on que ça marche, tellement la violence des propos et des intentions est visible ?


                  • sisyphe sisyphe 29 juin 2009 11:45

                    Tiens, le retour des comiques !!

                    Le Peripatate, fidèle à lui-même :

                    Par ailleurs l’Unedic a la même idée : lancer un emprunt pour fiancer un déficit de 4,6 milliards.

                    Rappelons que cet argent manquera inévitablement à la véritable économie.

                    Ben oui ; la « véritable économie », c’est celle qui se passe sans les - beurk - citoyens, pas vrai, Péripatate ?

                    Quant à l’autre clown, le Pendragon, depuis la Gay Pride, il s’est féminisé ; hélas, c’est pas ça qui va améliorer son QI...
                    Enlève ton masque, Lefebvre, on t’a reconnu !!


                  • Le péripate Le péripate 29 juin 2009 11:52

                    La véritable économie est celle qui affecte les facteurs de production à des usages qui trouveront preneurs sur le marché, parce que ces usages seront indispensables, utiles, ou simplement désirés.
                    La fausse économie est celle du monde des subventions, de l’emploi pléthorique dans la bureaucratie, des passe-droits et de la corruption.

                    L’exil ne t’améliore pas le QI, ni l’amabilité. smiley


                  • sisyphe sisyphe 29 juin 2009 12:01

                    Bah oui !
                    La « véritable économie » comme dit plus haut, c’est celle qui se passe entre les banques, les financiers, les spéculateurs ; comme on vient d’avoir la preuve de son magnifique fonctionnement avec la surcrise financière, n’est-ce pas ?

                    Pour l’amabilité, tu remarqueras que, au contraire, j’apprécie au plus haut degré , ton numéro de comique !

                    Même pas reconnaissant ?

                    Ingrat, va...


                  • sisyphe sisyphe 29 juin 2009 12:08

                    N’embêtez pas Pendragone : elle va souscrire à l’emprunt, na !!


                  • sisyphe sisyphe 29 juin 2009 12:09

                    N’embêtez pas Pendragone : elle va souscrire à l’emprunt, rien que pour embêter tous ces gueux qui ne viennent ici que pour vomir leur haine de son président chéri, na !!


                  • Olga Olga 29 juin 2009 12:50

                    @péripate
                    J’imagine que vous placez la corruption dans la fausse économie parce qu’elle serait absente de la véritable économie ?
                    J’imagine aussi que le blanchiment de l’argent du crime, de la drogue, de la prostitution,... ainsi que le saccage de l’environnement (très rentable pour certains), ou la main d’oeuvre quasi esclavagisée, sont des pratiques totalement absentes de la véritable économie, qui fonctionne, comme tout le monde le sait, sur des principes de moralité, de justice, de respect de la dignité humaine, etc. 
                    Et puis cette fausse économie qui entretiendrait à grands frais un système tâchant de réparer, ne serait-ce qu’un tout petit peu, les méfaits de la véritable économie, quelle horreur ! 
                    Laissons cette véritable économie s’auto-gérer sans entraves : 
                    Laissons la protection de nos côtes aux bétonneurs immobiliers et aux affréteurs de l’Erika ou de l’Exxon Valdez
                    Laissons les rênes de la régulation financière aux mains des Madoff et autres Lehman Brothers 
                    Laissons le contrôle de la production alimentaire aux mains des producteurs de pesticides, d’OGM et de farines animales pour herbivores (sic) 
                    etc, etc. 

                    Vous me direz, tous ces secteurs sont déjà abandonnés aux mains des pires escrocs (pour ne pas dire des pires criminels). Oui, mais pas encore suffisamment aux yeux de certains. On trouvera toujours quelqu’un pour regretter ques ces bandits soient beaucoup trop contrariés dans leur désir de piller toujours plus efficacement. smiley 



                  • Le péripate Le péripate 29 juin 2009 13:21

                    Ah, l’artillerie lourde des mensonges collectivistes ! La ressemblance avec les sermons des prêcheurs millénaristes est frappante : repentez vous, la fin du monde est proche ! La luxure et le pêché ont envahi le monde ! Satan est parmi nous ! Repentez vous (et engraissez -moi).

                    Combien de temps pensez vous que ça va marcher ?


                  • Trashon Trashon 29 juin 2009 13:45

                    La luxure et le pêché ont envahi le monde !

                    Non : les mafias ont colonisées l’économie mondiale

                    Et la question est à raison de 1 000 milliards de revenus annuels investis annuellement depuis plusieurs décennies dans dans l’économie mondiale, combien de temps leur faudra-t-il pour la contrôler (ou leur aura-il fallu.....) ?


                  • Marianne Marianne 29 juin 2009 14:14

                    Péripate,

                    Lorsqu’on lit vos théories fumeuses sur la« vraie » et la « fausse » économie, on ne résiste pas à l’envie de vous opposer ce texte décapant de Robespierre contre la liberté totale du commerce, malheureusement d’une extraordinaire actualité :

                    « Sur les subsistances »
                     :

                    http://newsoftomorrow.org/spip.php?article5888

                    Il y décrit comment la liberté indéfinie du commerce conduit à l’appauvrissement puis à la disette du peuple de France voulus et organisés par le despotisme royal et l’aristocratie nobiliaire.

                    Voici un extrait de ce texte :

                    « Le négociant peut bien garder dans ses magasins les marchandises que le luxe et la vanité convoitent jusqu’à ce qu’il trouve le moment de les vendre au plus au prix possible ; mais nul homme n’a le droit d’entasser des monceaux de blé à côté de son semblable qui meurt de faim. »

                    A l’inverse de vous, Robespierre fait une très nette différence entre les denrées nécessaires et vitales pour l’homme et celles qui sont superflues (simplement désirées, dîtes-vous...).


                  • titi 29 juin 2009 14:44

                    Vu où la sagacité de Robespierre a conduit le pays, je ne suis pas sûr que ce soit un exemple valable...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès