Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Emprunts, crise mondiale et Europe : l’étau se referme sur la (...)

Emprunts, crise mondiale et Europe : l’étau se referme sur la France...

... Rendez-vous à l’automne

L’annonce par Nicolas Sarkozy du lancement prochain d’un grand emprunt national, soi-disant pour financer les priorités d’avenir de la France, ne surprend pas vraiment. Il s’inscrit dans la droite ligne de deux des trois groupes qui l’ont fait président et qui contrôlent sa politique : à savoir les banquiers et Washington. ...

Comme les élites washingtoniennes et londoniennes l’ont fait pour leurs pays respectifs, il lance la France dans une fuite en avant désespérée, choisissant de faire peser sur les générations futures le coût de la crise actuelle, plutôt que d’y faire face par l’impôt (notamment sur les hauts revenus en faisant sauter le bouclier fiscal) et par un rééquilibrage de la dépense publique. On s’achemine donc vers un double appauvrissement français : appauvrissement présent avec un déficit public estimé à plus de 7% pour 2009 (et probablement plus proche de 10% in fine puisque la situation économique va continuer à se détériorer) ; et appauvrissement des générations futures via cet emprunt dont on peut déjà parier qu’il servira à boucler les fins de mois de l’état (comme toujours quand l’état n’a plus un sou en poche).

Bien entendu, la dégradation des services publics va s’accentuer. Le chômage va augmenter. D’ici six mois, les premières vagues de chômeurs en fin d’indemnisation vont commencer à toucher le tissu social du pays. Et l’état va se trouver pris dans l’étau, coincé entre l’absence de moyens financiers et l’instabilité sociale croissante. L’austérité sera bien au rendez-vous, comme les hausses d’impôts, car nos stratégies parisiennes ont toujours un train de retard sur la crise. L’emprunt servira surtout à engraisser les établissements financiers qui vont s’en occuper. Il sera incapable d’aider le pays à faire face au « trou noir budgétaire » qui se profile fin 2009. Coupes sombres dans les dépenses publiques et hausses tous azimuts des taxes et impôts seront inévitables … sur fond de durcissement sécuritaire. L’étau va être particulièrement douloureux pour les classes moyennes et défavorisées.

A la différence de l’Allemagne ou des Pays-Bas, notre politique fiscale irresponsable, perpétuation du modèle ultralibéral désormais effondré aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, qui prétend que les très riches font la richesse d’un pays[1], va également entraîner la France dans une double crise techno-politique nationale et européenne.

Déjà, du président de la Cour des Comptes au gouverneur de la Banque de France, la haute administration française commence à publiquement s’inquiéter du risque d’un affaiblissement durable de l’état[2]. Demain, c’est l’Union européenne, et la zone Euro en particulier, qui va exprimer ses doutes croissants sur le cours de la politique française. On s’approche ainsi semble-t-il d’un moment « à la 1983 », quand François Mitterrand avait dû choisir entre une politique économique idéologique de hausse du pouvoir d’achat malgré un contexte de crise économique et la sortie du Système Monétaire Européen (du fait des déficits français croissants)[3].

Ce moment-là pour Nicolas Sarkozy se situe au début de l’automne 2009. Il impliquera de lourdes révisions d’alliances parmi ceux qui l’ont fait élire et/ou qui lui permettent d’exercer son pouvoir. On peut imaginer une scission entre d’un côté les clans banquiers/Washington ; et de l’autre les clans industriels/hauts fonctionnaires.

Cette période sera déterminante pour l’avenir du pays et de l’Europe. En effet, soit Nicolas Sarkozy choisit, à l’inverse de ce qu’avait fait François Mitterrand en 1983, son option idéologique, et maintient un cap ultralibéral et « occidental »[4] ; soit il entreprend une remise en cause complète (bouclier fiscal compris) de son début de quinquennat et choisit la voie européenne.

Dans le premier cas, la France prendrait le risque de la rupture de l’Euro : phénomène aux conséquences catastrophiques pour tout notre continent, et qui condamnerait la France à devenir une annexe secondaire du camp occidental, en y inscrivant durablement un modèle socio-économique ultralibéral. La France suivrait ainsi les Etats-Unis et le Royaume-Uni dans la direction d’une société tiers-mondisée, faite d’une minorité de très riches, d’une vaste majorité de très pauvres et d’une classe moyenne efflanquée.

Dans le second cas, la France renforcerait l’UE et la zone Euro, tout en donnant au continent européen les moyens de développer son propre modèle socio-économique, en rupture définitive avec le modèle ultralibéral.

Que ceux qui pensent que le choix devrait être évident se détrompe. L’actuel président français a été placé au pouvoir. Il n’a pour l’instant démontré aucune aptitude à se libérer de ses maîtres. Il est donc tout-à-fait capable de choisir la voie tragique pour notre pays, son avenir et celui de l’Europe.

Gardons en mémoire qu’il a été capable, lors du récent Congrès à Versailles, de se référer au programme du Conseil National de la Résistance (CNR) pour décrire sa vision d’avenir, alors même qu’une partie des forces qui le soutiennent ont pour objectif avéré la destruction pure et simple de cet héritage.

Or, parmi l’héritage du CNR, on trouve pêle-mêle l’engagement pour un modèle socio-économique équilibré faisant une grande place au social (création de la Sécu), l’indépendance de la presse par rapport aux puissances d’argent et à l’état, le refus des monopoles contrôlés par des intérêts privés, le projet européen, … Toutes choses qui ne sont pas exactement au cœur des priorités du pouvoir actuel en France.

Donc le pire est hélas possible !

Frédéric Bourdel
Reims, France

Mise en forme : www.newropeans-magazine.org


1] Alors qu’en fait, la plupart d’entre eux se moquent complètement de la notion de pays … et ne s’intéressent qu’à l’accroissement de leur richesse. Ce qui d’ailleurs est très humain comme réaction et ne devrait surprendre personne.

[2] Peut-être ne commencent-ils que maintenant à comprendre que l’essentiel des forces qui ont mis Nicolas Sarkozy au pouvoir ne visent in fine que ce but là : affaiblir la France et l’Europe.

[3] Source : http://www.mitterrand.org/1983-affronter-la-crise.html

[4] Les « occidentalistes », dont le Quai d’Orsay est désormais infesté au plus haut niveau avec des gens comme Bernard Kouchner ou Pierre Lellouche prétendent en effet que la France est avant tout une composante du « camp occidental », aux côtés des Etats-Unis et d’Israël en particulier. L’Europe n’est qu’une « province » de ce camp ; et l’Union européenne, surtout la zone Euro, est assimilée à un « problème » au sein de ce camp car menaçant son intégrité, puisque remettant en cause le leadership américain


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Peretz Peretz 2 juillet 2009 15:48

    Parfait. J’ai bien aimé le « soit disant pour financer les priorités d’avenir de la France... ». Il faut bien comprendre que les rentrées fiscales, impôts et taxes comme les empunts, ne peuvent hélas avoir le moindre objectif. Les liquididtés engrangées font partie du budget national et ne sont distinguées quant à leur destination qu’au moment de son vote. Donc on est encore en plein dans l« enfumage » . Il est malin ce petit. Ceci en dehors du fait que le moment est mal chosi pour augmenter les déficits et la dette ! Ce que j’aimerai savoir c’est s’il croit lui-même à ce qu’il dit. (www.citoyenreferent.fr)


    • mimine mimine 2 juillet 2009 17:19

      la dette qui s’accumule permet de renflouer les copains, qu’ils puissent planquer quelques bon investissement en matières premières, puis quelques années d’inflation, voir hyper-inflation, et le compte est bon
      c’est qui le pigeon ?
      le salarié, et tous ce qui ont des investissements à taux fixe


      • Serge Serge 2 juillet 2009 17:50

        à l’auteur...
        Excellent article de fond et d’analyse sur notre « avenir » proche...Peu de Français ont conscience des « lendemains douloureux » qui se préparent...il est vrai que les grands médias ( écrits,radios,chaînes télés...) sont plus que jamais aux ordres et sont devenus les valets soumis de la pensée unique ultra-libérale !
         Au sujet de la « dégradation des services publics » on apprend ce jour que dès cet automne nos barrages hydrauliques ( 399 ouvrages ) devront renouveler les concessions... sur la base de LA CONCURRENCE !...donc rentabilité maxi et non sécurité maxi !!!!
        Quid de notre indépendance énergétique ? Mais c’est le dernier des soucis de nos ultras-libéraux !!!
        Où sont les « vrais gaullistes ? »


        • plancherDesVaches 2 juillet 2009 20:15

          Le moins qu’on puisse dire est que vous voyez parfaitement clair.

          L’électorat manipulé français a élu le pire de ses présidents.


          • Internaute Internaute 2 juillet 2009 21:00

            On reste sans voix devant le peu de réactions qu’a provoqué le budget 2009. Le déficit est de 30% minimum de ce budget, c’est à dire que l’Etat part sur un ensemble de dépenses connues alors qu’en face il ne peut en financer que les 2/3. Qu’espère-t-il ? Que Bercy va gagner au Loto ? C’est une politique irresponsable. N’importe quel directeur de société qui proposerait ce budget serait viré le jour même. En conséquence l’emprunt ne va servir qu’à payer les dépenses courantes. L’année prochaine les même dépenses vont revenir et l’emprunt aura fondu. Que fera-t-on ?


            • Cug Cug 3 juillet 2009 12:52

              Exact mais incomplet.

              L’emprunt servira a éviter la faillite de l’état tout en rapportant des intérêts à ceux qui y souscriront soit les gagnants du bouclier fiscale.


            • signolab signolab 2 juillet 2009 21:36

              Impôt scélérat en préparation : la taxe carbone pour se substituer à la taxe professionnelle
              Etranglement genérationnel avec l’ emprunt que nos impots serviront à rembourser aux possédants avec intérêt.
              etc etc
              Ce qui se prépare est tout simplement hallucinant : la férocité de cette clique n’a telle pas pour but de générer un cataclysme social ?
              A qui profitent ces crimes ?


              • Blé 2 juillet 2009 22:03

                Ce qui est étonnant, c’est le silence des « Républicains », des syndicats, des associations (sauf ATTAC) et des journaleux qui sont à la botte des oligarchies. Notre pays ne nous appartient plus comme beaucoup d’autres pays n’appartiennent plus à ceux qui le cultivent, qui produisent les richesses. Nous revenons à la féodalité avec quelques boucs émissaires de temps en temps pour distraire le peuple.(insécurité, religion) Il faut pour tenir le peuple qu’il trime, qu’il ait beaucoup de problèmes et de soucis,cela l’empêchera de penser ou de réfléchir. C’est bien connu quand l’être humain est en situation de survie constamment, il perd sa réflexion au bour d’un moment. Dans ce domaine sarko accompli sa mission à 100%.


                • jeanclaude 2 juillet 2009 22:48

                  J’aurais aimé que vous m’expliquiez plus en détail la voie choisie par les Pays-Bas et l’Allemagne.
                  Je signale que celle-ci a déjà serré la vis avant la crise, avec une certaine acceptation des citoyens.
                  Une fois votre explication donnée, que signifierait cela concrètement en France ? Je trouve que je paye déjà beaucoup d’impôts, alors que je ne me compte pas parmi les riches. Votre solution j’espère que ce sont des plus riches que moi qui devraient payer.


                  • Matéo34 Matéo34 3 juillet 2009 11:25

                    Très bon article !

                    Je ne savais pas qu’on enseignait la lutte des classes dans les écoles de commerce et à la commission européenne (quoique que cela n’est pas impossible vu comment l’instrument fut pensé).


                    • citoyen 3 juillet 2009 11:47

                      je ne comprends pas la ligne de partage que l’auteur semble dessinner :
                      d’une part USA-GB , ultraliberaux
                      d’autre part : UE , zone euro , autre modéle
                      J’aurais tendance à penser que tout cela , c’est du lard et du cochon , et que l’UE est en fait le fourrier de l’ultralibéralisme, alors que la commission européenne en est le flic, et sarkozy le complice et le petit télégraphiste .
                       Il est où ,le modéle alternatif à l’ultralibéralisme soit-disant proposé par l’UE ?

                      Quand à l’emprunt , si l’état « bouche les trous » avec , c’est un non-événement relatif. Sans avoir à lancer ce cirque médiatique , l’état aurait de toute façon empruté l’argent pour combler le déficit , comme il le fait quasi quotidiennement sur les marchés financiers de puis des décennies !
                      Les trous , il ne fallait pas les creuser .


                      • donino30 donino30 3 juillet 2009 12:21

                        « notre politique fiscale irresponsable, perpétuation du modèle ultralibéral... »

                        J’ai lu et relu avec attention le paragraphe pour voir si c’était du quatrième degré ou pas. Mais non, il a vraiment l’air sérieux. Avec ou sans les fameuses « niches fiscales », notre taux d’imposition est le plus élevé au monde et de loin sur les classes moyennes et hauts revenus. Plus élevé que dans les pays dits communistes, et même maintenant les fameux pays nordiques. Il serait donc judicieux d’essayer de réfléchir juste 2 secondes avant de raconter pareilles sottises.

                        Je pensais naïvement que la crise aidant, un déficit public annuel de l’ordre de 200 milliards d’euro suffirait à faire réfléchir ce genre de tristes sires, mais apparemment c’est le contraire... Ils vont maintenant jusqu’à dire que si ce déficit est ce qu’il est c’est que les vilains riches (>1500 euros nets par mois), déjà les plus taxés au monde ne sont pas assez tondus. Sans imaginer ne serait ce qu’une seule fraction de seconde que les dépenses publiques doivent être absolument et drastiquement maitrisées, et je ne parle pas (même si je le déplore) de l’airbus de Naboleon ou du train de vie de sa cour, une goute d’eau. Ils s’enfonceront donc jusqu’au bout dans leur fuite en avant qui a un coté franchement pathétique.

                        Je crois qu’on a vraiment besoin de dépasser ce genre d’article d’un creux à faire peur et digne d’un projet présidentiel 2007 du PS, et rentrer enfin dans le concret. 


                        • Mycroft 3 juillet 2009 16:01

                          J’ai eu beau chercher, je n’ai jamais trouvé la moindre statistique sérieuse pour illustrer vos propos. Par contre, je sais que les plus grande fortune française s’arrangent pour payer un impôt dérisoire. C’est un fait avéré, grâce aux nombreuses exonérations.

                          De plus, si le français moyen est « tondu » comme vous le dite, comment se fait il qu’il est moins endetté que l’américain moyen ou que l’anglais moyen ? Pourtant, le train de vie est le même, non ? Et on ne peut pas vraiment dire que la dette publique française est largement pire que celle, considérable, du royaume unis ou des USA. Au final, sur l’ensemble dette privé+dette publique, qui représente au final la dette totale, on ne s’en sort pas si mal, non ?

                          Peut être faut il chercher du coté des avantages que fournis l’état, justement, qui permettent aux français de ne pas se ruiner pour assurer à leur enfant une éducation convenable (les meilleurs écoles française sont publique, certaines payent même leur élèves, comme les ENS) ou pour accéder à la santé.
                           
                          Enfin bon, laissez donc tomber les pauvres, les terroristes et mafieux qui les récupèreront vous en remercient.


                        • donino30 donino30 4 juillet 2009 12:04

                          Pour la statistique, j’ai déjà fourni des dizaines de fois sur avox le lien de l’étude Forbes pointant la France au rang numéro 1 de la taxation, et numéro 2 de la dépense publique mondiale. A ma connaissance c’est le seul classement international sérieux qui inclut l’ensemble des charges étatiques. Mais vous qui semblez tout savoir allez probablement m’en montrer un meilleur.

                          Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de sortir d’Harvard pour deviner que l’endettement des américains et des anglais provient
                          1 - de la flambée démentielle de l’immobilier sur la dernière décennie
                          2 - de la surestimation tout aussi démentielle des marchés financiers

                          On en était pas loin en France juste avant la crise, on commençait à parler sans plaisanter de la généralisation des crédits immo intergénérationnels... Et tous les bien pensants comme vous trouvaient cette idée formidable et « innovante ».

                          Mais ne vous en faites pas trop pour les anglo-saxons, après une période terrible ils se reléveront bien vite car eux n’ont pas une mentalité de pleurnichards.

                          « Peut être faut il chercher du coté des avantages que fournis l’état »  Une argumentation sans faille... Avec des peut être on peut en faire des choses. Libre à vous de ne pas vouloir regarder vers quoi nous allons, et de crier cocorico le plus fort possible en espérant que cela résoudra l’abîme financiere du pays. Vous ne semblez pas être au courant que la réalité a déjà rattrapé la cigale française, et que ce n’est plus que l’affaire de quelques mois.


                        • jkw 3 juillet 2009 12:47

                          très bon article...hélas !
                          je partage entièrement ce que vous dîtes et l’irresponsabilité complète de nos dirigeants actuels. irresponsables ? peut être pas !

                          la politique a en fait deux visages, deux lectures et depuis sarkozy, je m’efforce d’avoir cette deuxième lecture :
                          exemple : comment se faire payer par l’état le gardiennage de sa propriété Corse ?
                          la finalité de l’affaire Clavier ne serait-ce pas çà ? posons nous la question ?

                          alors pour revenir à notre sujet, nos dirigeants savent où va la france et ils accélèrenet même le processus pour se partager au plus vite entre initiés le pactole...tant qu’il en reste j’en suis persuadé car poursuivre dans une direction qui n’est pas la bonne, coûte que co^te, il faut y avoir de forts intérêts !

                          avec Sarkozy il faut partir du résultat obtenu pour comprendre sa logique !


                          • Cug Cug 3 juillet 2009 13:07

                            Sarko est un excellent menteur.
                            C’est de l’arnaque « verbale » pure, un bonimenteur, un escroc.

                            Non content par exemple de baisser le taux du livret A, avec l’emprunt il assure à ceux qui ont des réserves de pouvoir les investir et de ramasser des intérêts qui en ces temps de crise sont une aubaine.

                            En gros, il donne de l’argent aux très riches avec le bouclier fiscale et ensuite il leur donne la possibilité de le placer sans risque.

                            Nous assistons en direct au dépeçage des derniers restes de l’état français au profit d’intérêts privés.
                            Mais si ces enculés croient qu’en 2012 nous n’aurons que les yeux pour pleurer et que nous nous accrocherons à de nouvelles promesses/arnaques, ils se mettent le doigt dans l’œil.

                            Mais les libéraux et autres néocons ont encore une dernière carte en main, la guerre.


                            • King Bounty 3 juillet 2009 14:05

                              tiens ! et moi qui ai toujours cru que c etait les français qui avaient fait le nain président !
                              je suis décidément bien naif !!
                              (le troisieme sous-entendu etant l etat hebreux , bien entendu , mais ca fait plus mysterieux de ne pas le nommer  ! on se sent bien dans sa loge ).
                              merci a la secte neo-raelienne agora intox de retablir la vérité !!!
                              On devrait quand meme modifier la loi , que seuls les banquiers et washington aient le droit de voter en france ne me parait pas totalement democratique !!
                              il n y a decidement plus que des complotistes ici , dont les uns villipendient les complots imaginaires des autres !!


                              • Zord Zord 3 juillet 2009 14:27

                                Aux états-unis depuis le début de l’année les particuliers s’arment comme si ils se préparaient à une guerre civile, comme le dit l’auteur, tôt ou tard, lorsque les chômeurs ne seront plus indemniser, on peut s’attendre à une explosion du tissu social, une forte hausse de la criminalité. Tout cela accompagner par une dérive sécuritaire de notre cher gouvernement... J’essaye d’être le plus pessimiste possible mais ça ne paraît pas fantaisiste non plus, l’année à venir risque d’être une hécatombe...
                                Le soleil brille, c’est les vacances, le retour à la réalité à la rentrée risque d’être très très violent !


                                • Yannick Harrel Yannick Harrel 3 juillet 2009 15:09

                                  @auteur

                                  Bonjour,

                                  Votre constat est dur, implacable et tristement réaliste. Je suis tout comme vous énormément pessimiste pour ces prochains mois. Et je n’ai plus d’illusion sur l’incapacité de prévoyance comme de gouvernance de nos dirigeants que désormais je n’estime plus à avoir à ménager tant leurs errements sont criants.

                                  La suite du programme : déliquescence sociale, baisse de l’investissement (tant financier qu’humain), agrandissement des fractures, contrôle plus strict de la population, reniement des principes fondateurs de la République. Le libéralisme économique est anti-humaniste par essence, et même menace le capitalisme par ses excès.

                                  En revanche je ne suis pas d’accord sur ce point « la France renforcerait l’UE et la zone Euro, tout en donnant au continent européen les moyens de développer son propre modèle socio-économique, en rupture définitive avec le modèle ultralibéral ». L’Union Européenne n’a aucune réelle vocation à se lancer dans une politique sociale d’envergure : ce n’est pas son credo et ne l’a jamais été depuis sa genèse. Elle est un petit soldat du libéralisme dogmatique, et se refuse par exemple à consacrer la préférence communautaire, favorisant ainsi la casse du tissu industriel et l’expatriation du savoir-faire technologique en d’autres contrées.

                                  Cordialement


                                  • georges 3 juillet 2009 22:01

                                    je me suis fait traiter de xenophobe pour ca mais pour moi la source du mal européen c est le Royaume Uni . pourtant le visionnaire De Gaulle n en voulait pas , les anglais se sont refait la cerise grace a la CEE et ont par la suite pris le commandement ideologique de l UE , bravo a eux ..

                                    leur perfidie n est pas donc une legende : ils pratiquent depuis des decennies -comme leur amis americains- du protectionnisme detourné tout en culpabilisant le modele d Etat providence de faire du protectionnisme .

                                    et pendant qu on faisait moult concessions aux allemands en misant sur le couple on s est fait avoir par les anglais qu on a pas vu arriver . aujourd hui on subit l axe anglo allemand , on est deja en position de faiblesse depuis plus d une decennie . 

                                    on a pas le meme projet de société que les anglais , ca diverge sur des sujets trop importants ( reglementation financiere , paradis fiscaux , elargissement , réindustrialisation ,monnaie ..) il faut en tirer les consequences . si Cameron est elu il y aurait de grandes chances d avoir un referundum pour quitter ou non l UE , ce serait une chance inouie de se « debarrasser » de ce poison lent qui sape le projet d une Europe politique forte .


                                    • fonctom 4 juillet 2009 02:51

                                      une foie de plus et s’il en etais besoin sarco montre s’ont vrais visage et sa vrais politique, celle du n’importe quoi . qui pour le contrer , une gauche divisée .
                                      Un budjet de la communication et de l’elysée qui explose et un emprunt qui va encore plus endetté notre pays il faut arreter les conneries et prendre l’argent là ou il est vraiment
                                      Quelle avenir va t’on laisser a nos enfants .


                                      • georges 4 juillet 2009 05:47

                                        la dette francaise ?

                                        mais arretez bandes d hypocrites , depuis 20 ans des qu un gouvernement a proposé des mesures d economie budgetaires la rue s est retournée contre lui

                                        la depense publique c est le sujet taboo de notre pays , personne n a eu le courage de trancher et ca continue avec NS . augmenter les impots serait suicidaire pour l economie , on est deja asphixié par la fiscalité !!

                                        merci aux generations qui se sont succedées jusque la , votre courage a été inoui ! a l image de vos parents qui se fourvoyés dans Vichy !

                                        je continue ou ca fait trop mal ?


                                        • georges 4 juillet 2009 05:55

                                          il faut dire les choses dans notre pays : les francais sont un peuple lache et couard , a l image de leur dirigeants
                                          mais c est un peuple tres intelligent donc conscient de ses tares : c est ce qui le mine !


                                          • ONEWAYTHINKING 4 juillet 2009 15:56

                                            BONJOUR

                                            JE PARTAGE VOTRE ANALYSE SUR LA CRISE SYSTEMIQUE QUI SE PROFILE EN FRANCE ET DANS LE MONDE

                                            POUR UNE VISION COMPLEMENTAIRE : www.penseeunique.fr

                                            ONGLET : BANQUE ET RISQUE SYSTEMIQUE

                                            BONNE LECTURE


                                            • Klef63 Klef63 6 juillet 2009 17:50

                                              Si les politiques n’avait pas externalisé tout notre système de production, les richesses serait toujours ici.
                                              Donner les moyens à d’autre pays de produire nos inventions, s’en mettre pleins les poches sur du court terme, et puis c’est pas grave, nos enfants n’ont cas préparer la vaseline...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès