Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > En finir avec le coût du travail

En finir avec le coût du travail

Il est dans l’air du temps de parler du coût du travail et de la compétitivité, mais le vrai problème ce n’est pas le coût du travail, mais le coût du capital. Regardez les pays autour de nous, en Grèce, en Espagne ou au Portugal, le salaire d’un ouvrier est souvent la moitié d’un ouvrier français, est-ce que ces pays vont mieux ? Non, eux aussi doivent baisser le coût du travail et accepter plus de compétitivité. Renault a délocalisé en Roumanie, parce que le coût du travail était moins élevé et maintenant c’est au Maroc qu’il va produire parce que le coût du travail y est encore moins important ! Alors, jusqu’ou voulez-vous aller ? Allez-vous accepter de travailler pour 10 euros par jour ? Peut-être moins, parce qu’en mettant sans cesse les travailleurs en concurrence ils trouveront toujours moins cher. N’avez-vous pas compris que pour eux le système idéal, c’est l’esclavage ? Leur feuille de route a été expliquée de manière très claire par Friedman, il faut que l’Etat ne s’occupe plus que de la répression, et soit aux services des multinationales et des banques, il faut liquider les services publics, supprimer tout impôt et nous plonger dans la misère.

Les représentants du grand capital et du Medef, pour détourner le problème, mettent en avant les difficultés du petit artisan ou du boulanger confrontés à la compétitivité et au coût du travail. Mais d’une part, le boulanger et l’artisan travaillent dans leur région et ne sont pas concernés par la compétitivité face à la concurrence internationale. D’autre part, lorsque le patronat fait le forcing pour faire voter une loi qui l’avantage, il ne se soucie pas de l’épicier du coin ! Il faut faire une loi cadre générale, et aménager ensuite des modalités d’application pour les différentes catégories d’entreprises. Dans l’agriculture par exemple, on cite le cas du maraicher qui avec ses deux ouvriers a du mal à s’en sortir ; mais dans ce cas la, ce n’est toujours pas le coût du travail qui est en cause, mais une mauvaise rémunération du fruit de son travail. Les grosses centrales lui achètent le kilo de tomates à 20 centimes et le consommateur le retrouve à 2,50 euros dans les rayons du supermarché ! Si les tomates étaient achetées à leur juste prix, on ne parlerait pas de coût du travail, encore une fois ce qui coute le plus cher, c’est ce que le capital prend au travail !

On s’aperçoit que le coût du travail cher est de l’enfumage, L. Parisot, le confirme lorsqu’elle déclare : « les profits des entreprises ne sont pas négociables, seul l’actionnaire peut décider du montant de ses dividendes ». Car pour elle, le salarié n’a aucun droit sur les richesses produites : l’actionnaire est tout, le salarié n’est rien ! Et toujours plus fort, le Medef ne veut pas que l’Etat intervienne dans la gestion des entreprises, par contre il est d’accord pour faire payer les cotisations patronales par la collectivité… c’est beau le système capitaliste !

Et pour tordre le cou à cette propagande, je vous propose de regarder ce tableau magique ci-dessous, qui explique comment augmenter le salaire des salariés sans augmenter ni le coût du produit, ni les cotisations patronales.

cliquer ici : fichier pdf Imprimez et distribuez ce tableau autour de vous !

L'original de cet article est sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/10/22/en-finir-avec-le-cout-du-travail-2/

Pour aller plus loin, lire également : LA FABLE DU TRAVAIL CHER


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 23 octobre 2012 09:17

    ça doit couter cher en chirurgie esthétique et en tatouages pour avoir ses chances au casting du prochain film de zombies , c’est l’actionnaire qui devrait payer ça , c’est sûr ....  smiley


    • Yvance77 23 octobre 2012 10:26

      Salut,

      Ben de toute façon chez nos leader cette affaire est dans les tuyaux et bien engagée. Le retour au servage et à l’esclavage est sous peu !!!

      Merci à tous ces libéraux de merde et aux supporters de ces génocidaires... mais les couilles on finira par vous les couper !!! Question de temps tout simplement.


      • Neymare Neymare 23 octobre 2012 11:58

        De toute façon d’ici peu il ne nous restera plus que cette solution : éliminer physiquement ceux qui veulent nous réduire en esclavage, états y compris. Quand t’as plus le choix, t’as plus le choix. De toute façon c’est pas vraiment des etres humains, c’est des calculettes sur pattes, alors pas de quartier !!


      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2012 12:34

        Deux cocos en voie de nazification accélérée...


      • Hervé Hum Hervé Hum 23 octobre 2012 12:55

        Un caca en voie d’éradication !!!


      • Traroth Traroth 23 octobre 2012 15:06

        @péripate : le peuple devrait tendre l’autre joue, selon vous ?


      • cassandre4 cassandre4 23 octobre 2012 15:39

        par « prostipéripatétipute »

         Mais ne pleure pas tant, tu aura droit à ta part, toi aussi !


      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2012 19:57

        T’as une gueule de peuple toi ? Bien plutôt celle d’un maton syndical.


      • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:07

        « qui veulent nous réduire en esclavage » neymarre

        Typique d’un petit bourgeois poujadiste smiley

        Vous savez vraiment ce qu’est l’esclavage ?


      • JM 23 octobre 2012 10:28

        Merci beaucoup.
        Moi aussi, j’en ai marre d’entendre la même rengaine. Quelqu’un prend-il au moins la peine de scruter sa fiche de paie ?
        Je vous livre celle d’un smicard à 39h :
        1 629,33 Euros Brut
        Part salariale : 410,49 Euros
        Part patronale : 288, 42 Euros !!! (Car 426,39 Euros de déduction Fillon) soit seulement 17,7 % !!! Alors que le salarié se farci 25,19 % !!!

        Mais ils veulent quoi de plus ???? Que le salarié paye aussi les 17,7 % ????


        • cassandre4 cassandre4 23 octobre 2012 16:14

          actias

          Petite question : c’est vous qui les payez les 410,49 Eur ?

           Euh !.. actias , au petit jeu de la dialectique on peut y jouer indéfiniment, car pour jouer sur le même registre que vous, si ce n’est pas moi qui paye les 410.49€, ce n’est pas le patron non plus, c’est l’acheteur du produit, et donc en fin de compte, hé ben, c’est encore moi !

           Vous saisissez la vanité de vos propos ! et lorsque je ne pourrais plus acheté le produit, hé ben tous le monde crèvera, et vous avec ! (il y a une justice !)


        • Gasty Gasty 23 octobre 2012 17:06

          En effet, au restaurant je ne paie pas seulement ce qui est dans mon assiette mais bien la totalité des charges. Et ça sort de mon portefeuille.
          J’aimerais qu’un patron vienne me dire le prix que lui a couter ma présence dans son établissement. Juste pourboire un coup ensemble.


        • LA GAUCHE PS BOBO ET CAVIAR OUBLIE LES PETITS SALAIRES

          baisse des charges sur les petits salaire....ce volet a été volontairement OUBLIE

          MELUCH RENTRE LEUR DEDANS ON FAIT 20%................

          sur les hauts revenus ce n’est plus 75 % MAIS 67% CE QUI TIENT PLUS LA ROUTE


        • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:12

          C’est pour cela que je propose de supprimer le système du prélèvement à la source. Source de confusion et de malentendus.Il ya par exemple des commerçants qui pensent que ce sont eux qui paient laTVA, alors qu’ils ne se contentent que de la reverser. Et oui au final c’est toujours les clients qui paient , y compris les vacances des boulangers. (ALERTE TROLLS : je trouve cela normal, pas la peine de vous jeter dessus, tels des morpions sur une miche de pain)


        • la_gata la_gata 24 octobre 2012 01:37

          PIRE pour les travailleurs avec contrat CUI CAE

          les 288,42 sont a la charge de l’ETAT donc .. qui veut calculer combien revient a la part réel du salarié ??? car les revenus de l’etat sont en parti financés par les impots du même salarié ....


        • JM 24 octobre 2012 08:24

          Actias,


          Vous n’avez de toute évidence rien compris. Et vous m’avez l’air d’être un débile profond, pour affirmer que l’employeur paye les cotisations salariales !
          Vous avez quel age ? Ne me dites pas que vous êtes un salarié. Là, ce serait la cerise sur la gateau. Employeur ? Allez, faites-moi encore rire.

          « Le Patron s’en fout de payer plus de charges salariales » - Là, c’est carrément du pain béni.

        • JL JL 23 octobre 2012 11:02

          Bonjour Robert GIL,

          travail de fourmi, mais Ô combien, indispensable. Nous en sommes tous là.

          « Il est dans l’air du temps de parler du coût du travail et de la compétitivité »

           ? Je dirais plutôt que c’est un marronnier dans les médias du PPA.

          « il faut que l’Etat ne s’occupe plus que de la répression, et soit aux services des multinationales et des banques »

          Oui, et il le fait, au nom de la sécurité nationale. Mais que faire ? (*)

          " Le Medef ne veut pas que l’Etat intervienne dans la gestion des entreprises, par contre il est d’accord pour faire payer les cotisations patronales par la collectivité"

          De la même façon qu’aux colonies, le patronat ne s’occupait pas de la reproduction de la main d’œuvre, ici aujourd’hui comme hier là-bas, la main-d’œuvre est abondante. Merci les gains de productivité volés aux travailleurs et pour le seul profit des capitalistes.

          (*) « “sécurité nationale” signifie tout bonnement “guerre à la population” » Noam Chomsky


          • JM 23 octobre 2012 11:32

            Tout baratin mis à part, j’ai plus de 40ans, et je me rappelle des années 80, où les cotisations patronales étaient autour des 57%, aujourd’hui, pour un SMICARD nous sommes autour des 17%. Alors....Il est où le problème chers Messieurs du MEDEF et du gouvernement ????????

            Ahhh, mais le monde serait parfait, si ces connards de Smicards payaient l’ensemble des cotisations, et même si tous les petits cons de citoyens payaient un peu plus de TVA, 20..30% ??? Et une petite dose de taxe d’habitation en plus (déjà que vous avez la chance de ne pas encore vivre sous ponts). Et pour les SDF, une taxe TRLVP (Taxe de résidence libre sur la voie publique)...etc...etc...

            Si on plus on donnait plus de « FLEXIBILITE » au licenciement, alors là, ce serait Bizance, et moi, Hollande, je vous promets que la croissance reviendrait.........


            • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:23

              On en saura plus quand le feuilleton de l’UIMM sortira dans les salles.... de justice smiley


            • jef88 jef88 23 octobre 2012 11:38

              J’ai 68 ans !
              Mon premier job « employé aux écritures » je calculais des prix de revient ....
              Je m’aperçoit que personne et surtout chez nos chers zélitess zélus ne sait ce qu’est le cout du travail....

              Je suis la question depuis 1965, Je pense donc faire un article la-dessus .....
              c’est trop long pour une réponse à un article.....


              • JM 23 octobre 2012 11:46

                J’ai hâte d’avoir l’avis d’un ancien. Ne tarde pas smiley


              • JL JL 23 octobre 2012 12:24

                La notion de coût du travail est une notion qui appartient au vocabulaire capitaliste.

                Si la comptabilité était tenue par les travailleurs, le coût du travail n’y figurerait pas, mais en revanche, les dividendes versés aux actionnaires figureraient sous la rubrique : « Coût du capital », au Débit, comme les agios et autres frais financiers. A ne pas confondre avec les dettes et le Capital, qui eux figurent toujours à l’Actif.

                Je suggère à Jean-Louis Fournier de l’ajouter à la prochaine édition de son délicieux ouvrage ; « Les mots des riches, les mots des pauvres ».


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 octobre 2012 11:39

                Le prix de revient j’ ai arrêté de la calculer , jamais il revenait .


                • JM 23 octobre 2012 11:45

                  Cet article me fait vraiment trop cogiter.

                  Toute l’embrouille est dans la rhétorique relayée par les gouvernement successifs. Le cout du travail, est un NON-PROBLEME

                  Au final, c’est quoi les cotisations ? Les charges ? Rien de plus que l’assurance pour la voiture que vous payez peut-être, et dont vous exigez un remboursement en cas de pépins, car vous avez PAYER pour ce service....

                  Il s’agit purement et simplement de l’URSSAF, de la vieillesse, du chômage, des allocations familiales, accident du travail etc.
                  Pensez à baisser ces cotisations, revient à vider l’état providence, et le social de toute sa substance. Plus de cotisations, plus d’allocations chômage, retraite, nada.

                  Tu es malade ? Pas de pot, pauv’ con.
                  Tu es licencié ? Pas de chance chômeur de merde.
                  Tu as un accident du travail ? Et bien t’as qu’à faire le manche maintenant, c’est un secteur avec plein d’opportunités.
                  Tu as des gosses ? Tu n’as qu’à t’en prendre qu’à toi-même, il ne te reste plus qu’à raquer.
                  Tu as un logement social que tu as du mal à payer en Ile-de-France ? C’est toi qui voulais te loger et sortir de la rue.
                  Etc
                  etc


                  • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:39

                    JM

                    Entièrement en accord avec vous !!!!!!

                    Ce sont les mêmes qui disent en pas pouvoir augmenter les salaires et qui prennent 1 milliard d’euros sur les bénéfices pour racheter des actions (méthode qui permet de surcoter artificiellement les actions en en réduisant le nombre, car ce milliard , il sera brûlé littéralement).
                    C’est ce qu’a fait Bouygues, en pleine période de crise . Je serais curiuex de savoir ce que pensent les employés de cette boite.


                  • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 23 octobre 2012 12:15

                    Le coût de la spéculation boursière est effectivement bien plus exorbitant.

                    Puisque quand ça ne se crashe pas, les traders se mettent des fortunes dans les poches sans rien produire eux-mêmes. Ils parasitent donc l’économie réelle.
                    Et quand ça se crashe, c’est encore l’économie réelle qui paye la facture.

                    On est dans un monde qui marche vraiment sur la tête au niveau de l’éthique.
                    Et ce, grâce au cynisme des financiers, à la corruption des politiques et à l’ignorance des peuples.




                    • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:42

                      Mais on devrait les laisser se démerder à la bourse. Car de toutes façons c’est le fonctionnement normal de la bourse : pour que certains gagnent, il faut que d’autres perdent. Comme au loto en somme. A la différence énorme qu’à la bourse ce sont les humains qui décident et non le hasard.

                      Et ça change tout !!!!


                    • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 24 octobre 2012 10:48

                      Le problème est que l’argent perdu par les banksters n’était pas seulement le leur, mais aussi celui de tous leurs clients, y compris les simples épargnants et même détenteurs de comptes à vue qui n’ont jamais demandé à boursicoter.



                    • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 24 octobre 2012 10:54

                      Voilà pourquoi les Etats ont décidé d’intervenir. Sinon c’était un 1929-bis en pire.

                      Le problème est que les Etats sont trop laxistes dans leurs exigences de régulation des banques en contrepartie. Peut-être espèrent-ils se faire rembourser plus vite en laissant se poursuivre la spéculation ?
                      Un peu comme si on prêtait de l’argent à un joueur de poker qui s’est planté pour qu’il se refasse et puisse rembourser.


                    • Romain Desbois 24 octobre 2012 11:10

                      Mais leurs clients auraient dû changer de banque si ils n’étaient pas d’accord avec les maguouilles de celles-ci.

                      C’est toujours facile de se faire passer pour des victimes alors que l’on est complice


                    • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 24 octobre 2012 12:00

                      Mais toutes les banques boursicotent .... c’est le législateur qui devrait interdire ça. Ou du moins séparer les comptes de la banque « d’affaires » ( trading ) de la banque de dépôt ( celle de tout le monde ).

                      Il paraît qu’on a commencé à le faire. Mais en traînant un peu les pieds, semble-t-il.

                    • Romain Desbois 25 octobre 2012 21:42

                      mais mince encore une fois si ca ne vous va pas allez dans une banque de dépôt qui ne spécule pas , ca existe depuis toujours.


                    • spartacus spartacus 23 octobre 2012 12:21
                      Ce qui est bien avec l’auteur c’est que c’est jamais chiffré.
                      Il existe plusieurs organismes de vaorisation voici quelques résultats chiffrés :

                      Vous noterez un coût moyen Européen de 27.2€ et la France 34,2€.

                      80% des exportations Françaises sont se font sur 5 pays. Allemagne, USA, Italie, Royaume Unis et Espagne.

                      Coût du travail chez nos principaux clients (France 34.2€).
                      Allemagne 30,1€ 
                      Italie      26.8€
                      UK       20.1€
                      Espagne  20.6€

                      A cela s’ajoute les coûts de fonctionnement plus élevés.
                      Impôts les plus haut d’Europe. impôts société, sur cession d’actions...
                      Les coûts d’acheminement les plus élevés d’Europe. En Allemagne, pas de péages, rares en UK...
                      Les coûts administratifs et sociaux les plus élevés d’Europe.
                      Une feuille de paye anglaise c’est trois lignes. 
                      Législation sociale la plus complexe et débile du monde.
                      Qu’est ce qui régit les relations salariales en France ? Droit du travail, convention collective, contrat de travail, jurisprudence ???? Et les législations changent chaque année !!!


                      Ouvrez les yeux ! Nous sommes trop cher ! Point. et cela sans comparer a la Roumanie ou aux extrêmes.
                      Les entreprises sont arrivés a la limite du supportable. 

                      Prévoyez 65000 faillites en 2013....et ils semble qu’il y aura moins de pigeons pour les remplacer.

                      • Le péripate Le péripate 23 octobre 2012 12:31

                        Robert Gil n’a rien d’un auteur mais tout d’un mégaphone.


                      • Traroth Traroth 23 octobre 2012 15:20

                        En quoi est-il pertinent de parler de coût horaire sans parler de productivité ?


                      • foufouille foufouille 23 octobre 2012 15:32

                        « En quoi est-il pertinent de parler de coût horaire sans parler de productivité ? »

                        c’est pas libertaryen
                        quand ils auront tous delocaliser, on pourra plus rien leurs acheter ...........
                        et faillite pour spartacus


                      • spartacus spartacus 23 octobre 2012 15:32

                         @ parkway 


                        Quand nous donnons un salaire brut de brut de 2500€ en France le salarié reçoit en net net 1400€.
                         Quand nous donnons l’équivalent d’un salaire brut de 2500€ en Angleterre le salarié reçoit en net net 2000€....
                        Dans nos achats, nous sommes « surpris » des prix compétitifs Allemands sur nos demandes.
                         Ça revient moins cher de faire fabriquer à Kolhn, à 1000kms qu’a 300m de chez soit transport inclus.

                        Dassault n’est pas limité à l’aviation. Son groupe emploie 20 000 personnes. Ce « méchant » capitaliste permet à 20 000 personnes de pouvoir vivre dignement. Au delà, son groupe achète et revend, il assure autant d’emploi dans les sociétés partenaires. 
                        Dassault ne met pas le couteau sous la gorge d« l’état » pour acheter ses avions. S’il fait du lobbying, c’est pour vendre ses avions et assurer l’emploi de ses salariés. Si t’es pas content insulte donc l’acheteur de l’état.

                        Un travailleur normal pour gagner autan que lui devra se mettre à son compte, et prendre le risque de tout perdre et assumer sa liberté. Travailler beaucoup. 
                        Le jalouser ne te rendra pas plus riche. 
                        La richesse elle se construit en prenant des décisions et sa liberté. La richesse n’est pas un gâteau. 



                      • foufouille foufouille 23 octobre 2012 15:49

                        Dassault ne met pas le couteau sous la gorge d« l’état » pour acheter ses avions.

                        sissi
                        il fait du chantage comme tous les libertaryens incompetents


                      • Romain Desbois 23 octobre 2012 23:44

                        Bête en cour n’a jamais travaillé de sa vie et de droit peu prétendre au minimum vieillesse .

                        Tout comme les 600 RSistes qui payent l’ISF.


                      • julius 1ER 23 octobre 2012 12:30

                        hier soir sur Arté en fin de soirée un film édifiant sur la fabrication d’une boite de raviolis et sa fabrication de A à Z jusqu’à sa mise en rayon dans un supermarché, après cela tout débat sur le supposé coût du travail est totalement superflu, on voit de la cueillette des tomates au Portugal de l’ abattage des porcs en Roumanie, des bovins en Pologne, la farine en Ukraine, l’huile d’olive en italie et le conditionnement en France, tout ce processus de fabrication multiplié par des milliers de produits et vous pouvez vous faire une idée de ce qu’est le coût réel du travail, car le dénominateur commun de toutes ces étapes c’est que les usines n’emploient presque plus personne d’ou la nécessité de taxer les produits maintenant en fonction de leur coût réel et non supposé et de financer un revenu citoyen car la lutte contre le capital est perdue d’avance !!


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès