Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > En quelques mots, c’est quoi la dette aujourd’hui (...)

En quelques mots, c’est quoi la dette aujourd’hui ?

Quand vous avez besoin d’argent, par exemple 100€, vous allez voir quelqu’un, par exemple un banquier, qui vous donne de l’argent qu’il n’a pas en vous disant que vous devrez lui rembourser 100€ plus l’intérêt, disons 130€.

Comme notre banquier est intelligent, il sait bien qu’avec 100€ de plus en circulation, personne ne lui rendra jamais 130€. Donc, il va essayer de revendre la dette à quelqu’un d’autre. Mais ce dernier n’est peut-être pas idiot, le banquier va donc devoir inventer un produit financier, comme par exemple une assurance vie, et revendre le tout incognito par exemple 115€ en promettant de verser 15€ d’intérêt sur la durée de vie du produit.

Il a donc gagné 15€ sans débourser un centime. Il fallait juste trouver deux idiots. Maintenant, nous sommes dans une société de droits, donc il ne peut pas juste les mettre dans sa poche. Il va donc les récupérer en choisissant le mécanisme qui lui fera payer le moins d’impôt, distribution de primes, distribution de dividendes… et hop, le tour est joué !

Tout le monde est content, le PIB augmente de 15€, l’état touche des impôts, vous avez vos 100€ et enfin quelqu’un a préparé sa retraite.

Mais, c’est comme le bonneteau ! Vous pouvez toujours chercher où sont les 15€, vous ne les trouverez pas. Vous pouvez ne pas rembourser la dette à votre copain qui l’a rachetée sans le savoir, vous pouvez laisser les banques faire faillite… ils se sont volatilisés… En fait, ce n’est pas tout à fait pareil, avec le bonneteau vous savez qui a volé votre argent !

Vous croyez que vous n’êtes pas endettés ? Dès que vous consommez, vous payez l’intérêt d’une dette, celle des entreprises, celle du gouvernement, celle de votre ville…

[1] Ouvrage de l’auteur : « De quoi parlons-nous ? »
http://phylogenese.blogspot.fr/p/list.html

Cet essai décrit comment nous continuons à sacrifier une partie de la population à des Dieux que nous ne nommons plus.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Agor&Acri Agor&Acri 16 octobre 2014 13:10

    @l’auteur,
    une trop grande simplification tue parfois l’argument.

    Dans votre très court billet, vous lâchez une notion fondamentale sans l’expliciter :
    « Comme notre banquier est intelligent, il sait bien qu’avec 100€ de plus en circulation, personne ne lui rendra jamais 130€. »

    Le commun des lecteurs n’en captera pas forcément la logique
    et, dans ce cas là,
    le « DONC » qui fait le lien avec la suite de votre démonstration ne lui apparaîtra pas convaincant, créant une rupture et une perte crédibilité dans le déroulé de votre explication.

    A titre personnel, je conseille cette courte vidéo (10mn) très pédagogique,
    qui a déjà presque 1 million de vues sur Youtube :
    Comprendre la dette publique (en quelques minutes)

    Et je conseille à chacun de la faire suivre à son cercle de connaissance. smiley


    • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 2014 17:38

      C’est les dents disparues faute de moyens des « sans dents »


      • sls0 sls0 17 octobre 2014 05:57

        En quelques mots c’est bien mais la vidéo indiquée ci-dessus est plus compréhensible.
        Pour ceux qui veulent encore plus, Olivier Berruyer explique très bien et c’est complet.


        • BA 17 octobre 2014 06:59

          Italie  : en 2007, les banques privées italiennes détenaient 12 % du PIB en obligations de l’Etat italien.Fin 2013, les banques italiennes détenaient 28 % du PIB en obligations de l’Etat italien !

          Espagne  : en 2007, les banques privées espagnoles détenaient 7 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol.Fin 2013, les banques espagnoles détenaient 30 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol !

          Regardez bien les graphiques 3a et 3b :

          http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=74349

          Ces graphiques montrent une accélération des achats d’obligations d’Etat à partir de décembre 2011, c’est-à-dire à partir du moment où la BCE a prêté 1019 milliards d’euros aux banques européennes.

          En clair : les banques italiennes ont utilisé les prêts de la BCE pour acheter des obligations de l’Etat italien. Elles en sont gavées.

          Les banques espagnoles ont utilisé les prêts de la BCE pour acheter des obligations de l’Etat espagnol. Elles en sont gavées.

          Normal  : plus personne au monde ne veut acheter ces obligations d’Etat pourries.

          MAIS MAINTENANT ?

          Maintenant, les banques espagnoles sont dramatiquement sous-capitalisées. Maintenant, les banques espagnoles n’ont plus d’argent. Jeudi 16 octobre, elles ont été incapables d’acheter toutes les obligations émises par l’Etat espagnol.

          L’Espagne rate un emprunt obligataire.

          http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/10/16/97002-20141016FILWWW00137-l-espagne-rate-un-emprunt-obligataire.php

          Directement ou indirectement, il ne reste plus que la BCE pour acheter les obligations de l’Etat espagnol, les obligations de l’Etat italien, les obligations de l’Etat grec, etc.

          Directement ou indirectement, il ne reste plus que la BCE pour empêcher la faillite généralisée de la zone euro.


          • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 2014 08:07

            la dette est entretenue par les politiques elle permet a l’état de serrer la ceinture aux citoyens, comme les politiques ne sont pas sanctionnés bien au contraire et ne sont pas touchés par la crise c’est nous qui en pâtissons ....


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 octobre 2014 11:20

              Puisque le monde n’appartient pas à ceux qui travaillent, alors la dette publique n’est pas si publique que ça !!!

              Les milliardaires malades, accumulateurs illégitimes des richesses nationales doivent payer eux-mêmes les dettes !!! Il ne faut pas attendre que la justice soit faite par ceux qui discernent les « Nobel » aux affairistes, les peuples du monde entier doivent cracher sur la « dette publique » et refuser de serrer leurs ceintures comme des fourmis !


              • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 2014 12:59

                l’état magnanime va imprimer des billets de Zéro € afin que les 8,4 millions de « sans dents illettrés » sous le seuil de pauvreté et victimes de ce système à bout de souffle puissent avoir un porte feuille bien garni.......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hervé BOURGOIS


Voir ses articles







Palmarès