Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > En route vers l’hyperinflation

En route vers l’hyperinflation

Depuis plusieurs années, la politique monétaire de la FED est démentielle : déficits hallucinants (222 milliards de dollars de déficit pour le mois de février à lui tout seul, soit plus que toute l'année 2007) financés maintenant à près de 70% par la FED (c'est la FED qui achète maintenant 70% des bons du trésor US) ! Attention, le jeu ne pourra pas durer éternellement, toute personne censée le sait.

Voici en détail les 12 raisons qui vont amener l'hyperinflation dans les prochains mois ou prochaines années.

1- La FED achète 70% des bons du Trésor US. C'est la FED qui est le premier acheteur de bons du Trésor US depuis quelques mois.

2- Le secteur privé n'achète plus les bons du Trésor US. PIMCO a fait du bruit ces derniers temps en annonçant qu'ils ne détiendraient plus de bons US (c'était le fond privé qui en détenait le plus...)

3- La Chine se désengage du dollar, et commence à doucement mettre en avant le Yuan comme monnaie de transaction. Il est même prévu que d'ici la fin 2011, de plus en plus de transactions transfrontalières se fassent en Yuan et non en dollars

4- Le Japon, 2è détenteur extérieur de bons US, en était le plus fidèle acheteur ces derniers mois, même devant la Chine. Cela est en train de changer, le Japon devant reconstruire son pays.

5- Le taux directeur de la FED maintenu à 0% depuis le 16/12/2008, soit 27 mois consécutifs : du jamais vu. Toutes ces liquidités en excès qui ne savent où aller.

6- Le chiffre officiel de l'inflation US (le CPI) a augmenté de 92% en 3 mois ! C'est énorme ! Mais les media officiels ne vous en parlent pas. Et on parle bien du chiffre officiel : en novembre 2010, l'inflation était de 1,1% par rapport à novembre 2009. En février 2011, l'inflation était de 2,11% par rapport à février 2010, bien au-dessus de l'objectif de la FED, soit 1,5 à 2%. Faites votre calcul : de 1,1 à 2,11, cela fait une hausse de 92% en 3 mois. Et tout ça sans compter que les chiffres officiels sont totalement manipulés.

7- Les media officiels nient la rapidité de la progression et nient le fait qu'on a dépassé l'objectif d'inflation annuel de la FED. On pourrait penser que les media soulignent ce dépassement : il n'en est rien. Au contraire, les media ont trouvé un moyen pour modifier l'objectif annuel de la FED en expliquant que cet objectif de la FED de 1,5 à 2% d'inflation (le CPI) est en réalité un objectif pour le "Core-CPI". Qu'est-ce donc là ? Le "Core CPI" (ou le coeur de l'inflation) est une inflation purgée des prix de l'énergie et des aliments. Oui oui, vous avez bien lu : les prix de l'alimentation et de l'énergie sont trop volatils, donc sortons les et expliquons au public crédule que l'objectif de la FED est une inflation à 1,5 / 2% SANS l'énergie et l'alimentation. Du coup, cet objectif n'est toujours pas atteint, donc on peut continuer à imprimer... A propos, il y reste quoi dans ce "coeur d'inflation" ? En gros, les loyers, qui eux, vus l'état de l'immobilier US, ne font que baisser...

8- Le deficit du budget US de février à lui tous seul dépasse celui de toute l'année 2007 (plus de 222 milliards de dollars). Mais ce n'est pas grave : on va quand même faire la guerre en Libye ! Chaque Tomahawk lancé coûte 1 million de dollars ; ils en avaient déjà lancé 125 en une semaine !

9- Le niveau de déficit en poucentage par rapport aux dépenses US : le déficit prévisionnel pour 2011 est de 1,645 trillions de dollars, soit 43% des dépenses totales de 3,819 trillions. C'est le même pourcentage que celui du Brésil en 1993 juste avant qu'ils explosent en hyperinflation, c'est plus que la Bolivie en 1985 qui est elle aussi partie en hyperinflation.

10- Le président Obama a menti sur sa politique étrangère, augmentant les dépenses liées à toutes ses interventions (Afghanistan, Libye, Irak toujours). Les US dépensent environ 1 trillion de dollar par an pour notamment maintenir 700 bases militaires dans 135 pays.

11- Obama change la définition de ce qu'est un budget équilibré : même en projetant une réduction des déficits jusqu'en 2015 (ce qui est de l'avis de nombreux observateurs un voeu pieu), il est déjà prévu qu'ils augmentent ensuite jusqu'à 2021. Obama a récemment créé la "National commission on fiscal responsibility and reform", qui doit "lancer des propositions pour équilibrer le budget hors les intérêts d'emprunt pour 2015". Ca ne s'invente pas : "hors les intérêts d'emprunt" ! C'est une nouvelle définition de ce qu'est un budget équilibré. Obama sait bien qu'il n'y aura plus jamais de budget équlibré aux US, car les intérêts de la dette augmentent beaucoup beaucoup trop vite.

12- Les Etats-Unis doivent faire face à des remboursements d'intérêts de la dette jamais vus avant et prenant des proportions incroyables. Aujourd'hui ces intérêts représentent 9% des rentrées fiscales environ aux US. Quand vers le milieu de la décennie, les intérêts à eux seuls seront de 1 trillion de dollars ou plus, cela absorbera 30 à 40% des recettes fiscales. Aucun pays n'a jamais vu de tels niveaux sans connaître très rapidement d'hyperinflation...

Soyez prêts...


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


    • tanguy 1er avril 2011 15:22

      Sans oublier que la FED a fait faillite !!!!! 
      Vous ne saviez pas ? Merci les médias !!!!!

      http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=a70f5241d1d16d0a859671db3ba305b2

      Et les taux européens.... vendredi 25 mars 2011 :

      Le Portugal et l’Irlande viennent de battre leurs records : leurs taux à 10 ans n’ont jamais été aussi élevés.

      Italie : taux des obligations à 10 ans : 4,758 %.

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

      Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,173 %.

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

      Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,786 %.

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

      Irlande : taux des obligations à 10 ans : 10,119 %.

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

      Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,576 %.

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND


      • Aldous Romios 1er avril 2011 15:54

        Article intéressant.

        A la crise du $ il faut ajouter les autres crises : dettes souveraines, pic pétrolier, épuisement des métaux rares, crise du crédit des particuliers, crise environnementale.

        Comme toujours ce sont les plus petits qui se noient les premiers.

        C’est pourquoi l’Afrique reflue vers le nord.

        C’est pourquoi la Grèce a précédé l’Irlande et le Portugal.

        Mais toutes ces crises ne sont que les phénomènes visible de la crise du système productiviste qui a besoin d’une disponibilité exponentielle de ressources naturelles pour nourrir sa croissance.

        Les débats sur la croissance sont des discutions sur le sexe des anges, la décroissance nous sera imposée par la raréfaction des ressources.

        Les prétendus ultra-libéraux savent que l’avenir nous réserve une guerre pour les ressources et ont dépecé les industries pour s’approprier le maximum de richesse avant la phase de crash du système productiviste.

        C’est à ca que servait la dérégulation.

        Les bulles spéculatives ne font que masquer l’absence de tonicité de la croissance avant le début de la chute.

        Les spéculations sur la capacité de l’’innovation à faire face à la croissance démographique ne sont que des rêves rassurants.

        La réalité est que les ressources diminuant et la population augmentant, l’individu, ses droits, la démocratie reculera inexorablement. La civilisation de la classe moyenne, éduquée, prospère et politiquement active va disparaitre en un temps record.

        Il n’y aura que deux catégories : les ultra-riches et les gueux.

        Les premier disent maintenant ouvertement qu’ils doivent s’occuper de la « gouvernance mondiale » et préparent les états à gérer la répression des rebellions qui vont inexorablement
        éclater lors de la phase de transition vers ce nouvel ordre mondial qu’il tentent d’instaurer.

        Mais l’histoire nous enseigne aussi que les révolutions sont des périodes incertaines et que l’issue en est toujours inconnue.

        En tout état de cause la « gouvernance mondiale » a comme agenda de mettre un terme à la croissance démographique de la population.

        Il est encore difficile de savoir quels moyens seront utilisés, mais une chose me parait évidente, un tel but n’est pas atteignable par des moyens démocratiques.


        • epapel epapel 3 avril 2011 14:24

          1) Les débats sur la croissance sont des discutions sur le sexe des anges, la décroissance nous sera imposée par la raréfaction des ressources.
          /.../
          2) La réalité est que les ressources diminuant et la population augmentant, l’individu, ses droits, la démocratie reculera inexorablement.
          /.../
          3) En tout état de cause la « gouvernance mondiale » a comme agenda de mettre un terme à la croissance démographique de la population.

          1) implique 2) ou 3), non ?


        • paul 1er avril 2011 17:00

          Dans ce sombre tableau prévisionnel, il y aura aussi les conséquences de l’affaissement- ou de
          l’effondrement - de la troisième économie mondiale .
          La catastrophe pourrait couter au Japon 3 à 4 % de son PIB d’après les analystes, ainsi qu’un renchérissement des matières premières,des hydrocarbures et des produits alimentaires .


          • epapel epapel 3 avril 2011 14:20

            Si l’économie japonaise s’affaisse, alors la demande en énergie diminuera et donc le prix des hydrocarbures sera à la baisse (idem après crise 2008).


          • Leo Le Sage 1er avril 2011 18:13

            Il n’y aura pas d’hyperinflation, à moins de considérer une inflation à deux chiffres comme une hyperinflation...
            Et encore, je présuppose qu’il y aura une inflation à deux chiffres.

            Les USA pratiquent un dumping de leur monnaie pour pouvoir faire baisser la valeur du dollar.
            En effet, il faut bien exporter pour pouvoir payer ses dettes.
            La valeur de la dette baisse lorsque le dollar baisse... smiley
            (Les dettes étant libellées en dollar)

            Comme de toutes les façons les chinois ne changeront pas leur politique en matière de taux de change, et ils ont raison, autant faire baisser le dollar.

            Cela relancera l’économie américaine et donc l’économie mondiale.

            Je rappelle juste que 83% des échanges mondiaux sur 200% sont en dollar...
            (100% fois deux = 200% : il y a deux échanges !)


            • epapel epapel 3 avril 2011 14:28

              La valeur de la dette baisse lorsque le dollar baisse...

              Pour les américains ça ne change rien ils doivent toujours autant, et quand le dollar baisse le prix de matières premières monte en particulier le carburant à la pompe.


            • Leo Le Sage 3 avril 2011 16:55

              Par epapel (xxx.xxx.xxx.9) 3 avril 14:28 « le prix de matières premières monte en particulier le carburant à la pompe »
              Je sais, et vous avez bien fait de le souligner.

              Mais la valeur d’un produit n’est pas dans les matières premières qui la plupart du temps ne dépasse pas 50% du prix du produit final...

              Le volume des exportations lui va augmenter ce qui augmentera mathématiquement le PIB.
              C’est le calcul que je reconnais risqué mais le moins dangereux pour l’amérique.
              Et le problème des Japonais ne fait que confirmer mon hypothèse...


            • Leo Le Sage 3 avril 2011 20:15

              Par epapel (xxx.xxx.xxx.9) 3 avril 14:28
              J’ai aussi oublié de vous préciser que la dette en terme de quantité ne changera pas.
              1000 dollars c’est mille dollars !
              Je confirme.

              MAIS, la quantité d’impôts récoltée sera plus important...
              donc le remboursement se fera plus facilement...

              Au lieu de collecter cent dollars il percevront peut être 125... smiley


            • Robert GIL ROBERT GIL 1er avril 2011 18:39

               En attendant, dans l’article ci-dessous je vous propose de creer une monnaie alternative.Les monnaies locales ou alternatives existent déjà sous différentes formes en France, comme « les abeilles » dans le Lot et Garonne. En Europe, l’Italie mais surtout l’Allemagne avec « le chiemgauer », alors on tente....
              http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/


              • epapel epapel 3 avril 2011 14:15

                Les US dépensent environ 1 trillion de dollar par an pour notamment maintenir 700 bases militaires dans 135 pays.

                Ce n’est pas du tout réaliste, il y a environ 300.000 hommes déployés sur ces bases ce qui correspond à la totalité de l’armée française dont le coût de fonctionnement est de 25 milliards de dollars par an, sachant que le coût par soldat américain outre mer est 4 fois plus élevé, cela nous amène à un coût total outre-mer de 100 milliards de dollars et non de 1000.

                Aujourd’hui ces intérêts représentent 9% des rentrées fiscales environ aux US. Quand vers le milieu de la décennie, les intérêts à eux seuls seront de 1 trillion de dollars ou plus, cela absorbera 30 à 40% des recettes fiscales.

                La dette fédérale US actuelle est de 14 trillions de dollars (100% du PIB) et le taux d’intérêt versé actuellement est de 2% soit 280 milliards de dollars, le déficit annuel est de 1.6 trillions de dollars soit une dette cumulée de 22 trillions dans 5 ans (140% du PIB avec 2% de croissance annuelle) et des intérêts de 440 milliards de dollars et non de 1000.

                Aucun pays n’a jamais vu de tels niveaux sans connaître très rapidement d’hyperinflation...

                Japon : dette de 200 % du PIB et inflation annuelle de 2%
                Liban : dette de 160% du PIB et inflation annuelle de 10%

                Si on raisonne en terme de masse monétaire, la création monétaire USA liée au déficit correspond à une inflation annuelle de 11% sur le périmètre domestique US et de 6% sur l’ensemble de la zone dollar.


                • Aldous Romios 5 avril 2011 10:54

                  C’est effectivement une remarque importante : les USA financent leur force militaire par la dette.

                  L’analogie avec l’effondrement de l’Empire Romain est ici inévitable.

                  La monnaie avec laquelle les empereurs d’occident payaient les légionnaires s’est mise à contenir de moins en moins d’or au fil du temps.

                  Inversement la loyauté des troupes envers l’empereur a baissé dans des proportions symétriques.

                  On constate une augmentation avec le temps des batailles entre des légions menées par des généraux tentant de s’emparer de la couronne impériale.

                  Le nombre d’assassinat d’empereur d’occident monte en flèche et devient le principal mode de transmission du pouvoir alors que le pillage devient une part de ressources de plus en plus importante pour les militaires.

                  A l’inverse l’empire d’orient, qui dispose des revenus de la route de la soie ne sombre pas dans ce chaos politique et parvient même à un moment à restaurer la partie méditerranéenne de l’empire d’occident en Italie, Corse, Espagne.

                  Ce n’est que mille ans plus tard, qu’ayant perdu cette ressource, pillé par la 4e croisade, l’empire d’orient finira par s’effondrer faute de pouvoir financer sa défense contre les Turcs.

                  La prédominance géopolitique des USA est basée sur deux piliers :

                  Le système monétaire mondial se fonde sur le $
                  L’armée des USA permet aux USA d’avoir un accès à vil prix aux ressources vitales.

                  En face, la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran le Vénézuela et de nombreux pays arabes se sont entendus pour permettre de plus en plus d’échanges sans recourir au $.

                  On a vu ce qui est arrivé aux pays arabes.

                  La présence de l’armée US en Afghanistan crée un obstacle majeur à l’acheminement éventuel du pétrole de la mer Caspienne à la Chine ou à l’Inde par oléoduc.

                  Mais si le dollar s’effondre ou la bulle des bons du trésor US éclate, combien de temps les USA pourront-t-ils maintenir leur dépense militaire tout azimut ?


                • pmxr pmxr 4 avril 2011 18:34

                  « La FED achète 70% des bons du Trésor US. C’est la FED qui est le premier acheteur de bons du Trésor US depuis quelques mois. » ... et les paye en dollars !?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dimitripas

dimitripas
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès