Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Energie : à vue, sans plan et à contre-courant – le non sens de la (...)

Energie : à vue, sans plan et à contre-courant – le non sens de la privatisation d’EDF GDF

Début juin, s’est tenue à Toulouse une conférence économique réunissant des spécialistes du secteur de l’énergie électrique. Son sujet principal, la dérégulation et ses effets sur les investissements de long terme et la capacité de production (en quantité et en qualité).

A l’heure où les cheminots (et les artisans-taxi) sont en lutte contre des mesure de dérèglementation, cette conférence apporte des lumières intéressantes.

MARCEL PAUL

Marcel Paul : le père d’E.D.F


Dans les années 1990, un grand mouvement de dérégulation du marché de production et de distribution de l’énergie électrique commence en Grande Bretagne, puis s’étend à certains états U.S (Californie) à la Nouvelle Zélande, l’Australie, l’Amérique Latine (Merci les plans du F.M.I). Quelques années plus tard la vague de dérégulation touche l’U.E et sous la pression de la (grosse) commission européenne, c’est le marché français qui est en partie dérégulé (en langage dominant, on dit libéralisé !). A l’occasion de cette conférence toulousaine, certains enseignements sont tirés de ces « expériences » voyons plutôt :

  • La production et la distribution d’énergie électrique demandent de gros investissements, en effet, construction et entretien des lignes, construction de centrales, R&D (nucléaire ….) mobilisent de grosses quantités de capitaux, aussi, c’est la puissance publique qui en a assumé la charge (plus ou moins directement selon les pays.). En France, E.D.F est nationalisé par le ministre communiste Marcel Paul membre du gouvernement de Libération et appliquant alors (autant que possible) le programme du C.N.R « Les jours heureux ». S’en suivront 48 années d’investissement et de production publics.
  • L’investissement de long-terme permis par la puissance publique permet de construire un système performant et de lisser les coûts. L’usager ne paie alors que le coût moyen de production. La mise ne place de tarifs réglementés permet de lisser le coût de l’investissement et de construire des capacités de production légèrement excédentaires à même de répondre aux besoins de la population tout en limitant la volatilité des tarifs.
  • La dérégulation a été rendue possible par cette légére sur-capacité. En réalité, on peut observer qu’une fois l’investissement dans l’outil de production et de distribution fait, la privatisation et la dérégulation de ces outils ont permis à de grands monopole privés de détourné les profits à leur seul intérêt. Il est remarquable qu’aucune dynamique de dérégulation n’ait été lancée, dès lors que les capacités de production nécessitaient encore de l’investissement lourd !
  • Une fois la dérégulation entamée, la mise en concurrence des unités de production conduit à une dynamique de dégraissage des capacités de production qui entraine une pénurie énergétique (rappelons-nous des Black-out en Californie) et une montée des prix. Puis une surinvestissement (et oui il n’y a plus de plan) pour retrouver une capacité suffisante, surinvestissement qui ne permet pas la rediminution des prix, le capital privé surinvestit demandant à être rémunéré… On le voit, la main invisible d’Adam Smith ne fait que distribuer des claques….
  • Ces cycles de destruction/réinvestissement de capital ne permettent pas la réorientation de la production vers des énergies plus « vertes » : les besoins en capitaux sont trop importants et/ou demandent une rémunération difficilement acceptable par l’usager devenu client.

Sans aller jusqu’à parler de nationalisation, les économistes réunis à Toulouse en ce début de mois (et pour cause certains ont directement participé aux plan de dérégulation) sont bien obliges de reconnaitre que le secteur de l’énergie électrique ne fonctionne pas de manière stable et efficace dans ce contexte de déréglementation.

Si l’on est plus conséquent, en tant que citoyen français, on ne peut que se réjouir de l’action de Marcel Paul qui en nationalisant E.D.F a mis en place les conditions nécessaire à un développement efficient et planifié des capacités de production et de distribution de l’énergie électrique en France.

A l’heure où le chiffon « vert » du développement durable est agité de toutes part, ce colloque toulousain doit nous rappeler que les mots « planification » et « nationalisation » ne sont pas des gros mots. Bien au contraire, ils sont l’expression d’un contrôle citoyen du développement au service de tous et des barrières efficaces au saccage de l’environnement au bénéfice de la rémunération de capital privé au seul profit de quelques-uns.

Décidément la marche vers le progrès énergétique et environnemental ne peut s’envisager dans le cadre de la « concurrence libre et non faussée ». Il faudra bien sortir de l’UE et de l’euro, repousser le Grand Marché Transatlantique et plus loin construire le socialisme, car ce n’est que bon sens : la rémunération du capital privé ne peut être un but émancipateur pour l’humanité.

Plus près de nous, ce constat dans le secteur de l’énergie ne peut que pousser à réaffirmer que la dérégulation du transport ferroviaire est une mauvaise chose. Elle doit être refusée et combattue comme le font courageusement les cheminots en lutte.

 

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/naviguer-vue-plan-contre-courant/

Retrouvez le PRCF Pôle de Renaissance Communiste en France sur les réseaux sociaux :

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gandalf Claude Simon 28 juin 2014 10:58

    Si si, libéralisons EDF pour se retrouver avec des Fukushima-Enron en puissance.


    • Croa Croa 28 juin 2014 15:49

      Je voudrais bien te plusser mais avec certains abrutis traînant ici qui prennent tout au premier degré j’ai trop peur ! smiley


    • lsga lsga 28 juin 2014 11:42

      Ce qui est absurde, c’est d’avoir une compagnie d’électricité nationale, alors que la production électrique dépend de l’Uranium qui est extrait manu-militari en Afrique. 

       


      • Spartacus Spartacus 28 juin 2014 13:05
        « L’usager ne paie alors que le coût moyen de production. »
        Que cette phrase est d’une idiotie ! Les 2 tiers de la facture sont des taxes.

        Rappelons que l’agent EDF lui ne paye rien (ou une symbolique misère) et que son bénéfice est reporté sur notre facture. 
        Rappelons que ces gens ne cotisent pas au chômage pour les gens du privé mais acceptent avec plaisir que les gens du privé compensent leur rente retraite extraordinaire avec leurs cotisations au régime général.

        N’oublions pas que ces gens majoritairement gauchistes nous expliquent avec de jolis mots « solidarité », « equité » a quel point il le sont.
        Dans cette magouille de Bolchéviques, les salariés du régime général les moins favorisés payent pour les plus favorisés des régimes sociaux, les privilégiés de EDF.

        Mais non l’usagé paie des privilèges, des taxes a des noble employés et a des régions qui dilapident l’argent pour du clientélisme .

        Chacun n’a qu’a regarder sa facture.
        5,5 et 20% de la TVA qui sert a alimenter les régimes spéciaux des privilégiés de l’état.
        28% c’est la CTA qui ne sert qu’a payer des privilèges au cartel des gauchistes réunis
        1% c’est le CE qui sert a privilégier le cartel.
        5% c’est la CSPE truc qui sert le lobby le clientélisme des verts de gris.

        • France Europe République Jehan De Beauce 28 juin 2014 14:33

          Le retour du névrosé de service, dont la femme s’est barrée avec un inspecteur du fisc (on la comprend). Les bolchéviques ont bien l’honneur de vous envoyer ch... et puisque vous aimez tant le capitalisme dont vous êtes un esclave, d’où votre pseudo, arrêter de vous plaindre. Quand on aime les inégalités on cesse de gémir, soyez cohérent !


        • Spartacus Spartacus 28 juin 2014 16:56

          Confondre inégalités et équité !


          En général les réponses insultantes sont une certaine preuve d’absence d’arguments et une pauvreté intellectuelle.



        • France Europe République Jehan De Beauce 28 juin 2014 14:35

          Quand l’électricité ne sera plus accessible aux pauvres on verra le retour de la bougie, ce qui se produit dans certains quartiers défavorisés britanniques. L’énergie, l’éducation, la santé et la sécurité publique ne sont pas à vendre aux truands, elles appartiennent à la collectivité.


          • Croa Croa 28 juin 2014 15:53

            Tu veux dire : « Quand l’électricité ne sera plus du tout accessible aux pauvres »...

            Vu que l’électricité a toujours été moins chère pour les gros !


          • xmen-classe4 xmen-classe4 28 juin 2014 17:29

            c’est un scandale de privatiser les benefices mais la justice fermera les yeux sur les problème de propriété qu’un boitier peut causé s’il n’est pas loué.


            • xmen-classe4 xmen-classe4 28 juin 2014 17:31

              pour privatiser edf comme il faut il faut vendre des parts , a une echelle moindre de la societe, et les vendre à differents acteurs pour que cela ne soit pas un privilege.


              • xmen-classe4 xmen-classe4 28 juin 2014 17:34

                libéraliser c’est virer les lois inutile qui protège l’entreprise parce qu’elle appartiens à l’etat.


                • Doume65 29 juin 2014 20:06

                  « Plus près de nous, ce constat dans le secteur de l’énergie ne peut que pousser à réaffirmer que la dérégulation du transport ferroviaire est une mauvaise chose. Elle doit être refusée et combattue comme le font courageusement les cheminots en lutte. »

                  C’est gentil, mais cette dérégulation est irrémédiable tant qu’on reste dans l’UE.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès