Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Energie, la facture sera salée

Energie, la facture sera salée

Alors que l’Europe s’ouvre largement aux énergies propres et renouvelables, la France fait office de cancre, et malgré les promesses hollandaises du Bourget, la situation n’évolue guère en faveur de ces énergies de l’avenir.

Rappelons la promesse pré-électorale faite par le nouveau président : « je préserverais l’indépendance de la France tout en diversifiant nos sources d’énergie. J’engagerais la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale des installation et en poursuivant la modernisation de notre industrie nucléaire. Je favoriserais la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur  ». lien

On en vient à se demander « ce qui coince », et les partisans du nucléaire ont lancé une campagne tout azimut, laissant penser que ces énergies renouvelables feraient exploser la facture énergétique des français.

Ce qui reste à prouver.

Il y a une certitude, quel que soit le choix énergétique, la facture va augmenter.

D’une part, si on en reste au nucléaire, le budget qui doit être consacré à la remise en état des vieilles centrales, et celui qui doit trouver une solution pour le traitement des déchets dangereux, va augmenter considérablement le prix de l’électricité.

En effet, le projet Cigeo, à Bure, dont le débat public à tourné court, est estimé à 36 milliards d’euros, et ne concerne que 3% des déchets nucléaires. lien

On imagine facilement que la solution pour les 97% des déchets restants aura un cout, qui se répercutera d’autant plus sur nos factures.

Et puis il y a la rénovation des vieilles centrales nucléaires, et là aussi, la facture risque d’être salée.

Philippe Jamet, représentant de l’ENSREG (régulateurs européens en sûreté nucléaire), avait estimé le cout des investissements par centrale françaises entre 100 et 200 millions d’euros par réacteur nucléaire, soit au total entre 1,9 et 3,8 milliards, ce qui semble optimiste au vu de l’étude allemande de Gunther Oettinger, commissaire européen en charge de l’énergie, qui a estimé la rénovation de l’ensemble du parc nucléaire européen, qui compte 134 réacteurs à 25 milliards d’euros.

Comme la France en possède 58, une simple règle de trois permet d’estimer la dépense à  10 milliards d’euros, sans tenir compte de probables dépassements. lien

En effet, on se souvient que l’EPR de Flamanville estimé au départ à 3 milliard a vu son prix exploser à 8,5 milliards d’euros. lien

Ces réparations de réacteurs sont incontournables, d’autant que l’Europe a ciblé les défaillances de nos 19 centrales, en défauts sur 5 à 7 points.

Quand on découvre la liste impressionnante des accidents ou « incidents » nucléaires, on ne peut qu’approuver cette décision européenne. lien

Au total, la facture énergétique nucléaire augmenterait donc de 54 milliards d’euros, soit pour chacun des 26 millions de ménages français, un supplément de 2000 d’euros sur chaque facture d’électricité.

Et puis, il faudrait rajouter à tout ça, le prix d’un accident nucléaire majeur, modèle Fukushima, sans oublier que Cigeo ne résoudrait la question des déchets que pour 3% d’entre eux.

L’IRSN (institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire) a estimé un Fukushima en France à 430 milliards d’euros, ce qui couterait à chaque ménage 16 500 euros. lien

La Cour des Comptes est encore plus pessimiste et monte la facture à 1000 milliards d’euros, soit 38 000 € pour chaque ménage français. lien

En effet, au-delà des comptes basiques basés sur la déconstruction difficile du site dévasté, comment ne pas tenir compte des milliers d’hectares perdus pour quelques dizaines d’années…comment calculer la souffrance de ceux qui ne peuvent plus, à moins de prendre des risques pour leurs vies, revenir chez eux…à quel niveau porter le dédommagement de ceux qui souffrent des conséquences de la catastrophe ?

Et quid des pécheurs qui, sachant les poissons contaminés durablement, sont obligés d’aller pêcher à parfois 600 km des cotes, pour tenter de trouver des poissons consommables ?

Il est difficile de tirer aujourd’hui un vrai bilan…ce sera peut-être possible dans un siècle…

Mais revenons à notre comparaison entre « énergies fossiles » et « énergies renouvelables".

Greenpeace a proposé un axe de réflexion en les comparant financièrement.

L’antenne française de cette organisation à lancé une initiative inédite consistant à comparer 2 factures annuelles moyennes : l’une avec le maintien du nucléaire, et l’autre avec le scénario de « transit énergétique » de Greenpeace.

Sur ce lien, chaque lecteur pourra faire un choix entre les 2 options proposées, puisqu’il permet de comparer les 2 factures : nucléaire ou énergies propres.

Le résultat est limpide

Alors que le maintien du nucléaire serait générateur d’une augmentation de nos factures d’électricité de 266,5 €, celle de sortie du nucléaire se monterait à seulement 148,9 euros.

Dans le scénario alternatif proposé par l’ONG, 10 centrales nucléaires seraient fermées d’ici 2017, l’EPR de Flamanville serait abandonné, et la sortie définitive du nucléaire serait programmée pour 2031.

L’association ajoute que le choix d’une meilleure efficacité énergétique des équipements et des bâtiments, (outre qu’elle serait créatrice de dizaines de milliers d’emplois), permettrait de réduire la consommation globale d’électricité de 10%.

La transition énergétique à d’autres avantages : elle pourrait réduire à néant la dépendance du pays, notamment sur la question du pétrole, ce qui serait une bonne nouvelle pour la balance économique de la France.

En effet, théoriquement, nous avons dans le pays des sources considérables de production de méthane.

Du petit lait des 2143 fromageries de France, en passant par les déchets végétaux et animaux en quantité considérable, les stations d’épuration, les égouts, etc… le méthane productible théoriquement pourrait couvrir la totalité des besoins en pétrole du pays en ce qui concerne le parc automobile, poids lourds compris, soit l’équivalent de 54 mtep/an (millions de tonnes équivalent pétrole). lien

Sur la question "emplois", il y a beaucoup de retombées à attendre.

Le scénario « négawatt  », soutenu par Marc Jedliczka, s’exprimant au nom d’un collectif d’ONG porte à 745 000 le nombre d’emplois créés par le projet de transition énergétique, alors que l’OFCE (office français des conjonctures économiques), plus modeste le limite à 632 000…et que l’Ademe va jusqu’à 825 000 emplois. lien

Au moment ou François Hollande s’est donné pour mission de réduire le chômage d’ici 5 mois, l’opportunité lui est donc offerte d’y arriver.

Et Greenpeace de conclure : « une loi sur l’énergie doit être écrite puis proposée au vote à partir de l’automne. Ce sont 10 réacteurs qui devraient être fermés d’ici 2017 et 20 d’ici 2020 par François Hollande s’il compte tenir sa promesse de ramener la part du nucléaire de 75 à 50% dans notre électricité en 2025  ». lien

Quelle décision prendra cet automne le nouveau président ?

Nous le saurons bientôt, car comme dit mon vieil ami africain : « s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème ».

 L’image illustrant l’article provient de « vincentmorin.blogspot »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 30 juillet 2013 08:47

    « une campagne tout azimut, laissant penser que ces énergies renouvelables feraient exploser la facture énergétique des français. »
    oui c’est peut être ça qui coince ? smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 10:36

      gaijin

      eh oui !
       smiley

    • amiaplacidus amiaplacidus 30 juillet 2013 11:05

      L’énergie la plus écologique et la moins chère, c’est encore l’énergie que l’on ne consomme pas.

      J’habite dans un climat assez rude (haut-savoyard).
      Il y a 3 ans, j’ai fait remplacer toutes mes fenêtres double vitrage non isolantes, par des fenêtres isolantes de haute qualité, triple vitrage avec argon entre les verres.
      Les fenêtres sont garanties, sur facture, 30 ans. Mais, compte tenu de la qualité, je pense qu’elles dureront plus longtemps (j’espère, sans y croire du tout, que je serais encore là pour le voir).

      Cela a, évidemment, un cout assez élevé, de l’ordre de 12000 € pour 8 fenêtres. Mais depuis, je fais environ 1000 € d’économie de chauffage par année.
      Cela fait un retour sur investissement en une douzaine d’année, en admettant un cout de l’énergie constant et sans aucun doute plus rapide avec le prix croissant de l’énergie. On peut aussi calculer en terme de rendement sur capital investi, soit plus de 8 % annuel net d’impôt. Pour un investissement tout à fait stable, un investissement de père de famille.

      Je conçois parfaitement que tout le monde ne peut pas faire ce genre d’investissements. Mais c’est là que l’administration devrait intervenir, en octroyant des prêts à taux zéro (sous condition de ressource) plutôt que d’investir dans le nucléaire dont pratiquement plus personne ne veut dans le monde.

      Il semble que c’est une caractéristique française que d’investir dans des technologies dont plus personne ne veut. par exemple, développer des avions de chasse, certes tout à fait modernes et performants, mais mais invendables, parce que maintenant, ce qu’il faut dans les conflits modernes asymétriques ou à basse intensité c’est des drône et là, la France est contrainte de les acheter aux USA, avec toute la perte d’indépendance que cela suppose.

      Cerise sur le gâteau, j’ai aussi considérablement accru le confort de la maison. Par exemple, lors des dernières chaleurs, alors qu’il faisait plus de 30° à l’extérieur, l’intérieur n’a jamais dépassé 25°. Il suffit de fermer les fenêtres la journées et de les ouvrir le soir.


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:33

      amiplacidus

      merci de ce témoignage.
       smiley

    • zozoter 30 juillet 2013 21:48

      Et oui, pleine de bons sens cette campagne.
      Le prix de l’électricité s’aligne sur le prix le + élevé et non sur le moins élevé dans un réseau interconnecté. Çà vous fait caguer, mais pas grave, les mensonges au fil des décennies et ce sont les français même qui vont se suicider en chantant. Comme vous avez accès à tous les media de l’Empire, continuez donc de cette manière. Vos maitres vous indique la marche à suivre pour tuer la France, alors
      Donc, Le prix de l’électricité va bien augmenter et ceci proportionnellement avec le délire des Écolos rigolos avec leur éolien connecté, leur photovoltaique connecté et le carnage de la politique allemande avec le tout charbon.


    • Bill Grodé 30 juillet 2013 09:30

      Ah bon ?

      C’est curieux. Moi , j’avais entendu : « je préserverai..., j’engagerai.. et je favoriserai... »

      On a sans doute écouté des discours différents.


      • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 10:35

        bill grodé

        je vous ai donné le lien pour écouter la totalité du discours
        vous aurez ainsi l’occasion de constater que vous aviez mal entendu, et que la citation que je propose est bien exacte.
         smiley

      • Tall 30 juillet 2013 11:00

        Salut Cabanel

        Vivant pas loin du parlement de l’UE à Bruxelles, je croise assez régulièrement des eurocrates aux terrasses du coin, et parfois, on cause un peu .. et il n’y a pas longtemps, l’un d’eux voyant mon âge et entendant mon franc-parler a eu envie d’un peu se lâcher ... 

        En résumé > il a dit que l’UE est très largement « influencée » par les lobbies, et que les 2 lobbies les + puissants étaient : les banques et les énergies.

        D’où les conséquences observées ...



        • SergeL SergeL 30 juillet 2013 11:07
          Le coût du nucléaire_Benjamin Dessus

          http://www.youtube.com/watch?v=uUOyIW6cZ9w


          • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:32

            merci Serge

            ce lien supplémentaire est de nature a éclairer encore mieux le lecteur.
            à+

          • Tall 30 juillet 2013 11:18

            Le méthane est un gaz à effet de serre bien pire que le CO2 ... c’est à exclure.



            • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 11:51

              tall

              votre raisonnement est faux.
              bien sur, le méthane qui s’échappe de sous le pergélisol, qui est donc un méthane fossile est dommageable 23 fois pour l’effet de serre que le Co2
              mais voila, il est dommageable, parce qu’il n’est pas récupéré
              des l’instant ou on le fabrique, et ou on le brule, il n’y a pratiquement plus de problème, ou très peu de pollution puisque le gaz a été brulé.
              j’ai caricaturé pour etre sur d’etre compris...
               smiley

            • Tall 30 juillet 2013 12:00

              La combustion complète du méthane obéit à l’équation : CH₄ + 2 O₂ ---> CO₂ + 2 H₂O


              Pour une mole de méthane brûlé, on a une mole de CO2 à la sortie.
              Alors, d’accord, ce n’est donc pas pire, mais c’est égal
              Et ce n’est donc pas une énergie propre.


            • amiaplacidus amiaplacidus 30 juillet 2013 15:44

              Tall, vous avez tort.

              Le méthane a un potentiel de réchauffement global PRG de 62, le CO2 de 1 (étalon).
              (http://www.votreimpact.org/gaz-de-haut-potentiel-de-rechauffement-global.php)

              Une molécule de méthane est donc 62 fois plus nocive qu’une molécule de CO2.

              Il est donc plus qu’intéressant de bruler le méthane : d’une part, on récupère de l’énergie, d’autre part on diminue, par un facteur 62, le potentiel de nuisance.


            • amiaplacidus amiaplacidus 30 juillet 2013 15:45

              Autre chose Tall, je pense que votre culture scientifique n’est pas vraiment au top. Parce que mole ne signifie par molécule, mais molécule-gramme, ce qui n’est pas vraiment la même chose.


            • Tall 30 juillet 2013 15:56

              non, le mieux, c’est ni méthane, ni CO2


              et une mole de méthane brûlé produit une mole de CO2, puisque toute mole contient le même nombre de molécules ( nombre d’avogadro )

              ps : retourne dans ton bar à 2 chaises ... on t’a reconnu

            • Croa Croa 31 juillet 2013 09:14

              FAUX, sauf au laboratoire car le CH4 s’oxyde assez rapidement alors que le CO2 s’élimine très lentement. Si on le brûle rapidement c’est encore mieux.

              Par ailleurs si les études sur le passé de la Terre on démontré une liaison entre CO2 et températures, rien de tel avec le CH4.


            • Tall 31 juillet 2013 09:22

              oxydation du CH 4 = combustion ... c’est la même chose


            • Tall 30 juillet 2013 11:23

              Le nucléaire est normalement le moins cher, mais l’Etat y ayant de gros intérêts, il s’y auto-accorde des marges bénéficiaires excessives.


              • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 11:55

                tall

                encore faux !
                l’énergie produite par une centrale nucléaire provoque un gaspillage monumental puisque seul le 1/3 est consommé...
                et puis, si on ajoute que n’est pas pris en compte la totalité du prix du démantèlement, ni celui du traitement des déchets nucléaires, fatalement, au bout du parcours, le nucléaire est beaucoup plus cher ...ou du moins nous ne le payons pas à son juste prix.
                désolé

              • Tall 30 juillet 2013 12:14

                Gaspillage de quoi ? précisez svp ...

                Quant aux frais de démantèlement et autres, ils sont minimes en % sur la durée totale de production

                Ceci dit, avec les conneries meurtrières des japonais à Fukushima, c’est vrai qu’il faut penser à remplacer le nucléaire au long terme, et de fortement le sécuriser d’ici là.

                Mais je trouve dommage de prendre le risque de discréditer une bonne cause avec de mauvais arguments.

              • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:23

                tall

                je pensais que vous le saviez ?
                il y a une perte énergétique conséquente lors du transport de l’énergie, et plus on la transporte loin, plus on en perd...
                d’ou l’intéret des petites centrales de production, puisque l’énergie non consommée sur place ne voyage pas trop loin...
                ensuite, l’eau, devenue chaude pour permettre le refroidissement est rarement utilisée...sauf pour des opérations de com...
                comme si, faisant cuire vos aliments à la vapeur, vous jetiez l’eau qui a servi à les cuire.
                une parabole...
                et enfin, comme tout ça est destiné en grande partie au chauffage électrique...
                il n’est pas difficile de comprendre la proportion du gaspillage que génère de telles installations.
                wikipédia explique ça très bien

              • Tall 30 juillet 2013 13:58

                oui, mais perdre de la vapeur d’eau dans l’air, ça n’a aucune d’importance

                et comme l’énergie à la source est surpuissante ...



              • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 16:49

                tall

                « perdre de la vapeur d’eau n’a aucune importance » ? écrivez vous...
                mais justement, c’est un gâchis énergétique
                toute cette eau chaude perdue ! 
                par contre une centrale au méthane limitée a la taille d’un hameau, d’un village, doit refroidir le moteur qui brulant au méthane pour produire l’électricité, utilise l’eau de refroidissement du moteur pour chauffer les habitations...ce que la centrale nucléaire ne peut faire, vu sa taille.
                d’ou l’importance de limiter les centres de production a des tailles raisonnables, 
                du coup, on transporte l’énergie moins loin, on en perds donc moins
                et la chaleur est récupérée
                gagnant gagnant

              • Tall 30 juillet 2013 18:16

                Oui Olivier, mais une myriade de petites centrales, ça coûte beaucoup + cher que quelques grosses. Les lignes à haute tension sont très bon marché.


                Je comprends votre idée, et je soutiens votre motivation globale ( idéalement : énergies propres et moins chères ) mais techniquement, ça n’est pas simple ...

              • olivier cabanel olivier cabanel 31 juillet 2013 08:31

                Tall

                bien au contraire, la démultiplication des sources de production d’énergie permettent la consommation sur place, et évite le gaspillage monumental de l’énergie lorsqu’elle est transportée très loin...
                ne verriez vous pas d’un bon œil la disparition de ces milliers de pylônes qui gâchent notre paysage ?
                 smiley

              • Tall 31 juillet 2013 09:59

                Mais vous devrez remplacer vos vilains méchants pylones par des centaines de jolis gentils moteurs qui balancent du CO2 dans l’air comme les bagnoles


              • Tall 31 juillet 2013 10:06

                 le gaspillage monumental de l’énergie lorsqu’elle est transportée très loin...

                on parle d’électricité dans des câbles, pas d’eau chaude dans des tuyaux


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 juillet 2013 13:08

                Jouratous,

                quand on pense qu’il va falloir quarante ans sans tremblements de terre conséquent à Fukushima pour boucler ce dossier favorablement, l’optimiste qui y croit est béat mais mise surtout sur les ignorants qui continuent à gaspiller du courant pour rien. Quand on voit la tète des responsable politique, on lit qu’ils ne sont pas du tout optimistes...http://www.youtube.com/watch?v=jizTFvwcnT8

                un homme entièrement autonome qui a ouvert un gite rural 28 places à 2OOO mètres au dessus de l’Alpe d’Huez et développe dans son entreprise dix sept brevets d’inventions solaires et éoliens démontre qu’on peut y arriver sans le dieu du feu nucléos. je vous invite à le consulter : Fabrice André, https://www.google.fr/search?q=Fabrice+Andr%C3%A9&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a

                Avant que la facture ne soit salée...Allooo !


                • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:25

                  merci Lisa d’avoir rappelé le travail de Fabrice André que j’avais évoqué dans un article plus ancien.

                  tout est dit.
                  amicalement
                   smiley

                • philippe913 30 juillet 2013 13:48

                  il a l’air gentil ce monsieur André, avec de bonnes idées, il semble avoir mis en place tout un dispositif intéressant, (mais malheureusement pas reproductible partout, loin s’en faut),
                  et il se discrédite totalement avec son générateur magnétique sur-unitaire, montrant son vrai visage d’escroc.


                • spartacus spartacus 30 juillet 2013 13:09
                  Faire un article sur des factures EDF sans entrer dans le détail.

                  Sur une facture EDF, il n’y a que des taxes.

                  Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA)  : Sert a payer les privilèges à la retraite des agents EDF que vous n’aurez jamais.
                  Taxes sur la Consommation Finale d’Electricité (TCFE). Sert a acheter le silence des collectivités locales.
                  Contribution aux charges de Service Public de l’Électricité (CSPE)  : Sert a financer des projets écolo bobos.
                  Contribution au Tarif Spécial de Solidarité (CTSS)  : Subventionite pour se donner bonne conscience.  
                  Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : Taxe sur les taxes.

                  Et en plus dans le kw/h :  1% pour alimenter le CE de EDF et fournir en prestation diverses et variées en nature aux agents 3000€ par agent sans charges sociales. 
                  Une
                  fourniture d’énergie à titre préférentiel sur
                   la résidence principale, ses résidences secondaires, celle de son conjoint ou copine, des résidences à caractère
                  occasionnel, pour les actifs ou non actifs.
                  6 Mois de passage à EDF donne droit. Par exemple Strauss Kahn, qui a effectué pour EDF des mission ne paye pas son EDF.
                  Abonnement gratuit àEDF ; A titre de comparaison, l’abonnement moyen annuel pour un
                  particulier est d’environ 74 € HT.
                  De logements sans rapport au foncier auprès des centrales.
                  Des 
                  prêts à taux préférentiels pour les agents.
                  Des compensations en indemnités complémentaires peuvent, entre 50 %, et 70 % du salaire fixe pour les agents.
                  Des avantages en nature sous-évalués au titre de l’impôt sur le revenu acquitté par les bénéficiaires

                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:27

                    spartacus

                    n’agitez pas des rideaux de fumée avec cette histoire de taxes !
                     smiley
                    on est ici dans le concret.
                    les taxes peuvent (hélas) frapper tous les systèmes de production énergétique (et c’est le cas)
                    il s’agit seulement de dire quel serait en terme de santé, et de rentabiltié, le meilleur système de production énergétique.
                    rien de plus.
                     smiley

                  • Algunet 30 juillet 2013 13:45

                    C’est exact Olivier Cabanel sauf que si les même taxes étaient appliquées aux énergies renouvelables l’énergie verte couterait et coutera horriblement chère, ce qui sera le cas lorsque le nucléaire sera abandonné...
                    Donc se passer des énergies taxables est la seule solution !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 16:44

                    algunet

                    le jour ou l’essence ne sera plus taxée n’est pas encore au programme
                    raison pour laquelle privilégier le méthane produit (et non le méthane fossile), quel que soit le montant des taxes que l’état y ajoutera, la balance économique du pays se redressera.
                    n’est-ce pas ça l’essentiel ?
                    ceci dit, la taxe est un impot injuste...mais ce n’est pas le débat.

                  • xa 30 juillet 2013 13:11

                    « L’antenne française de cette organisation à lancé une initiative inédite consistant à comparer 2 factures annuelles moyennes : l’une avec le maintien du nucléaire, et l’autre avec le scénario de « transit énergétique » de Greenpeace. »

                    Pour être précis, la comparaison est faite entre un scénario de croissance de la consommation d’énergie et maintien du nucléaire, et un scénario de réduction de la consommation énergétique.

                    Ainsi, le supplément de facture du scénario conventionnel se base sur une consommation totale de 620TWh, contre 540 actuellement, alors que l’autre scénario se base sur une consommation de 538TWh ....

                    Voilà un résultat que personne n’aurait imaginé : si on consomme moins, on dépense moins.

                    Plus sérieusement, il est évident que le principal outil EST la réduction de la consommation, ce qui passe par la rénovation des logements, les efforts en matière d’économie d’énergie, etc ...

                    "bien sur, le méthane qui s’échappe de sous le pergélisol, qui est donc un méthane fossile est dommageable 23 fois pour l’effet de serre que le Co2mais voila, il est dommageable, parce qu’il n’est pas récupéré"

                    Autant concernant le méthane produit en continue par nos déchets, etc, je vous suis, autant concernant le permafrost, la question est plus complexe, puisque dans l’état de nos technologies, pour autant que je sache, nous ne savons pas réellement exploiter sans des pertes énormes voire dommageable (en particulier concernant le permafrost sous marin, qui est une réserve monumentale de méthane)


                    • olivier cabanel olivier cabanel 30 juillet 2013 13:30

                      xa

                      concernant le méthane piégé sous le pergélisol, je n’ai pas dis autre chose.
                      je doute qu’il soit possible un jour de l’exploiter...mais on n’arrête pas le progrès...
                      j’ai seulement expliqué au commentateur que le méthane que j’évoquais était un méthane fabriqué, et non pas un méthane fossile.
                      et j’ai ajouté qu’en brulant ce méthane fabriqué, on l’empechait de participer au réchauffement planétaire...rien de plus.
                      merci de votre commentaire

                    • Tall 30 juillet 2013 14:06

                       j’ai ajouté qu’en brulant ce méthane fabriqué, on l’empechait de participer au réchauffement planétaire.

                      et je répète que c’est faux ....

                      le méthane brûlé donne directement du CO2 à quantité égale

                      la formule de combustion >  CH₄ + 2 O₂ ---> CO₂ + 2 H₂O

                    • amiaplacidus amiaplacidus 30 juillet 2013 15:43

                      Tall, vous avez tort.

                      Le méthane a un potentiel de réchauffement global PRG de 62, le CO2 de 1 (étalon).
                      (http://www.votreimpact.org/gaz-de-haut-potentiel-de-rechauffement-global.php)

                      Une molécule de méthane est donc 62 fois plus nocive qu’une molécule de CO2.

                      Il est donc plus qu’intéressant de bruler le méthane : d’une part, on récupère de l’énergie, d’autre part on diminue, par un facteur 62, le potentiel de nuisance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès