Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Energie, très chère concurrence

Energie, très chère concurrence

Le mardi 16 juin, le Médiateur national de l’Energie a présenté son rapport annuel. Pour lui, la libéralisation du secteur de l’énergie est loin d’avoir porté ses fruits. Depuis 2007, la facture d’électricité a ainsi augmenté en moyenne de 49%, et celle de gaz de 36% ! 

Tout n’est bien sûr pas de la faute de la libéralisation du marché. Les fluctuations des prix internationaux des hydrocarbures, les subventions aux énergies renouvelables et les normes post-Fukushima ont participé à ce dérapage des factures.

Cependant, les stratégies adoptées par les fournisseurs d’énergie sont aussi critiquables. Plutôt que de chercher à être réellement moins chers, les nouveaux entrants ont préféré faire augmenter les tarifs régulés des « historiques », EDF et Engie (GDF-Suez), en attaquant en justice les hausses jugées trop faibles décrétées par le gouvernement. Les fournisseurs « alternatifs » n’ont pas non plus brillé par la qualité de leur service, le Médiateur épinglant leur taux de litiges avec les consommateurs.

De leur côté, les anciens monopoles ne sont pas non plus très coopératifs, mais cela est logique en situation de concurrence. EDF et Engie ont ainsi multiplié les entraves à la transmission de leurs fichiers clients, qui permettraient aux nouveaux entrants d’étendre leurs offres commerciales.

Quelles solutions ?

Finalement, le véritable effort pour faire diminuer sa facture viendra sans doute directement du consommateur.

Le lancement d’appels d’offres groupés pour obtenir des rabais sur les tarifs d’électricité et de gaz commence à remporter un certain succès auprès des particuliers. Mais, le Médiateur national de l’Energie met de nouveau en garde : les intermédiaires qui organisent ces appels d’offres peuvent avoir des liens privilégiés avec certains fournisseurs, faussant de fait la concurrence.

En parallèle, les gros consommateurs (entreprises, collectivités locales) n’ont plus le choix entre offres de marché et tarifs réglementés, ces derniers disparaîtront complètement au 31 décembre 2015. Cependant, les premiers appels d’offres qu’ils ont lancés mettent en évidence que les anciens monopoles restent les plus présents. Dans le cas des collectivités territoriales, les nouveaux entrants sont ainsi « réfractaires » aux marchés publics et refusent d’y répondre.

Pour l’heure, les bienfaits de la concurrence sur le marché de l’électricité se font toujours attendre. Seul point positif, Engie et EDF ont été obligés de réduire leurs coûts pour rester compétitifs, limitant, un peu, le glissement de la facture d’énergie.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 17 juin 2015 18:40

    ERDF & Véolia = mafia ......


    • CN46400 CN46400 17 juin 2015 19:37

      Nous avions les + bas tarifs d’Europe avec le monopole public, nous allons goûter les joies des ententes tarifaires dans un système d’oligopoles privés....


      • hunter hunter 17 juin 2015 19:51

        @CN46400

        Voilà  ! CQFD !

        + 1000 !

        Merci

        H /


      • Spartacus Spartacus 17 juin 2015 21:23

        @CN46400

        Y’en a qui sont resté à l’époque anté-dilluvienne de 1990. Il y a longtemps que le gaz est moins cher ailleurs, et entre les augmentation de EDF et les baisses des autres pays que l’électricité est devenue chère en France.

      • rotule 18 juin 2015 14:22

        @CN46400
        Tarifs qui ne tiennent toujours pas compte des couts de démantèlement des centrales. Par contre, les dividendes sont provisionnés.


      • Doume65 18 juin 2015 13:09

        « l’électricité est devenue chère en France »

        C’est vite dit ! Beaucoup trop.

        Un petit comparatif avec l’Allemagne :

        Prix moyen du Mw/h

        Pour les particuliers : France : 141,2 Allemagne : 259,5 Ecart : + 84 %
        Pour les Industriel moyens : France : 96,6 Allemagne : 127,7 Ecart : + 32 %
        Pour les Gros industriel France : 65,6 Allemagne : 93,1 Ecart : + 42 %


        • Alex Alex 18 juin 2015 13:46

          L’auteur oublie les patates électrogènes !


          • pyjahman pyjahman 18 juin 2015 13:51

            Comment se faire piller par des marchands de vent.

            Tout le monde sait que l’électricité est gratuite et infinie !

            http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/l-electricite-c-est-gratuit-165887


            • pyjahman pyjahman 18 juin 2015 13:54

              @pyjahman
              D’où l’arme de guerre de destruction massive inventée par Cabanel

              Le patator

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Patator


            • wawa wawa 18 juin 2015 14:18

              La bonne question est :

              pour l’energie (et d’autre secteurs clé comme la gestion de la santé,les infrastuctures, la defense etc , le marché dérégulé et le capitalisme triomphant sont ils globalement (=ycompris externalité) compétitifs par rapport à un monopole etatique ?

              En effet l’energie :
              *est en amont de toute activité économique
              *necessite souvent des amortissement sur 50 ans (plus qu’une vie active humaine) difficilement compatible avec les standarts capitalistiques actuels (5 ans)
              *est interconnecté avec le domaine militaire (cas du nuke)
              *est souvent risqué (vie humaine, écologie) : radioactivité,rupture barrage, marée noire = externalités
              *subit les soubressaut géopolitiques : necessite capacité de stockage et force militaire, surcoût inabordable dans une gestion purement capitalste (on ne me fera pas croire que le marché du petrole est « libre et non faussée »)

              Il ne faut pas oublier que la gestion privée se « plante » parfois

              (lehman brother, chemin de fer british, gisement de kashagan, electricité californienne etc)

              et que les externalité de ses « plantages » ne sont assumés ni par les actionnaires ni par les PDG
              (pas plus que les fonctionnaires quand ils se plantent en gestion publique)

              • Ruut Ruut 18 juin 2015 16:27

                @wawa
                a. Quelle différence entre un président opportuniste en place pour 5 ans et un manager opportuniste en place pour 5 ans ?
                Aucune.
                b. C’est comme comparer un Roi qui a un leg a faire a sa descendance et le patron d’une entreprise familiale qui lègguera son entreprise a sa déscendance.

                le cas a est voué a l’auto destruction alors que le cas b survivra et prospèrera.
                Le cas a se moque du futur alors que le cas b travaille pour le futur.


              • Gauche Normale Gauche Normale 18 juin 2015 16:25

                Absolument, la concurrence n’apporte strictement rien aux usagers/consommateurs. Et c’est pourtant pas faute d’un laxisme total envers les grands groupes : le Conseil d’État approuve systématiquement TOUTES les augmentations de tarifs décidées par eux.


                Ainsi, tout le monde peut se frotter les mains : les géants de l’énergie pour le fric qu’il se font et les usagers pour se réchauffer.

                • christophe nicolas christophe nicolas 19 juin 2015 15:56

                  EDF, Engie, etc... semblent avoir renoncé à la recherche, ils sont devenus des opérateurs commerciaux. Ils ne prennent plus de risques industriels, ils exploitent l’existant donc ce sont déjà des entreprises du passé sans réel intérêt. L’état discute avec des grossistes, ce sont des grossistes de l’énergie.


                  D’un autre coté, les concepteurs institutionnels travaillent avec les instituts de recherche qui sont complètement passés à coté des choses intéressantes et se sont fourvoyés en cosmologie et dans le nucléaire, ils ont raté l’anisotropie des interactions parce qu’il est plus aisé de faire des descriptions générales lorsque les interactions sont isotropes.

                  Ca provoque des situations de crise comme la fusion froide, l’hydrolyse basse énergie, des systèmes de production dit « surunitaires », d’ailleurs, le premier homme qui a domestiqué le feu à été accusé de violer la conservation de l’énergie car à l’époque l’économie été basée sur le métier de « frotteurs » pour chauffer la matière et il a mis tous les frotteurs au chômage qui l’ont mis au bûcher.

                  L’invention du peigne a également été traumatisante pour les épouilleurs mais les coiffeurs ont sauvé l’inventeur de la lapidation.

                  Aujourd’hui, l’enjeu est l’électricité, disons l’énergie en général. Le lobby des hydrocarbures en est au gaz de schiste qui fait trembler la terre près de Yellowstone pourtant l’objet d’une activité anormale, Le nucléaire chaud veut relancer les surgénérateurs dont les tonnes de plutonium feront passer Tchernobyl pour un pétard mouillé, les sous traitants des opérateurs énergétiques rêvent de supergrids alors que les courants de terre affaiblissent la magnétosphère essentielle à l’équilibre de la vie.

                  L’énergie actuelle pollue et va détruire la vie dans ce siècle mais elle rapporte beaucoup d’argent, les « frotteurs modernes » sont comme les « frotteurs » des cavernes, ils voient d’un mauvais œil l’invention du feu, pourtant tout leur bien être vient des inventeurs du feu et s’ils font obstacles aux découvertes ce qui leur est assez simple au regard de la puissance de leurs conglomérats, tout le monde risque de tout perdre, enfin, ce sont ceux qui possèdent le plus qui perdront le plus....

                  • christophe nicolas christophe nicolas 19 juin 2015 16:33

                    J’oubliais le coût de ces énergies nouvelles générations... Il est faible de quoi rapporter de l’argent à tout le monde, le producteur, le consommateur, l’état. 


                    Andréa Rossi a fait un petit calcul qui vaut ce qu’il vaut pour son E-cat. L’intérêt premier reste écologique car il n’y a pas de gaz à effet de serre, pas de courant de terre car l’appareil est autonome et on peut faire de la chaleur et de l’électricité sur le lieu de production, pas de déchets radioactifs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès