Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Érasme et les financiers

Érasme et les financiers

 
Apparition de la monnaie de papier en Chine
En Chine42, la monnaie métallique apparut à la fin de l’époque Shang (XIIe siècle BC). Une monnaie de bronze fut coulée sous la forme des protomonnaies primitives qu’elle remplace progressivement (cauris, outils, monnaies-couteaux). Elle fut à son tour remplacée par le banliang, mieux connu sous son appellation malaise de sapèque, monnaie de bronze ronde percée d’un trou carré pour pouvoir les attacher en ligatures, imposé par l’Empereur Qin Shihuangdi, bâtisseur de la Grande Muraille. Il étendait ainsi au pays tout entier la monnaie du royaume de Qing apparue, elle, dès 370 BC.
 
La lourdeur des ligatures favorisa l’apparition d’un papier-monnaie. A la fin du VIIe siècle de notre ère, les grands commerçants prirent l’habitude de confier leur monnaie contre un bon émis par certains représentants du pouvoir impérial, à savoir le ministère des Finances, le bureau des Revenus Publics et le commissariat du Sel et du Fer. Le papier fut inventé en Chine vers 100 BC. Il était composé dans les premiers temps d’une pâte à base de bouillie de déchets de soie, puis mélangé à des fibres de mûrier et de bambou.
Les Chinois possèdaient aussi le secret des encres indélébiles, à base de noir de fumée. Ils ne mirent pas longtemps à inventer l’imprimerie en moulant des idéogrammes dans l’argile. En 650 AD apparait le premier « billet de valeur », le Pao-tch’ao, émis par la dynastie T’ang (618- 907 AD) : officiellement, il vaut 10 000 unités de cuivre. Marco Polo notera avec surprise dans sa Description du monde43 qu’à la fin du XIIIe siècle44, les Chinois faisaient déjà usage des billets de banque.
Et je vous dis que chacun prend volontiers un billet, parce que partout où les gens se rendent sur la terre du grand Khan, ils peuvent acheter et vendre, tout comme si c’était de l’or fin. Quand45 on part de Ciangan, on va trois journées par un très beau pays, où il y a maintes cités et villages de grande noblesse et grande richesse, qui vivent de commerce et de métiers… Ils ont papier de monnaie. Ils ont abondance de toutes les choses qu’il faut au corps de l’homme
Les propos d’un humaniste : Erasme
S’il est bien un auteur que plus personne ne lit et dont tout le monde parle, c’est bien le grand Erasme (1469 – 1536). Il est vrai que ses œuvres furent publiées en latin, peu traduites depuis car mises à l’index. Dans ses colloques (1518), il se montre à la fois humoriste et penseur, critique acerbe et indulgent de la nature humaine. Mettant en scène le l’art de mentir, Erasme choisit bien entendu des financiers46 :
PSEUDOCHEE – Je fais nombre d’affaires avec un tas de gens. J’achète, je vends,
j’engage, j’emprunte, je reçois en dépôt.
PHILETYME – Et ensuite ?
PSEUDOCHEE – Dans toute entreprise, je m’attaque de préférence à ceux que je peux
duper sans qu’ils me prennent sur le fait.
PHILETYME – A savoir ?
SEUDOCHEE – Les sots, ceux qui ont la mémoire courte ou la tête légère, les absents et les morts.
PHILETYME – Il va de soi que les morts sont incapables de toute contestation.
PSEUDOCHEE – Si je traite quelque opération à terme, je l’inscris avec soin sur mes registres.
PHILETYME – Et alors ?
PSEUDOCHEE – Au règlement des comptes, je réclame du preneur une somme plus forte que celle qu’il a perçue. S’il est étourdi, c’est tout bénéfice pour moi.
PHILETYME – Et s’il découvre le pot-aux-roses ?
PSEUDOCHEE – Je lui soumets mon registre.
PHILETYME – Bon, mais s’il te démontre d’une manière irréfutable qu’il n’a pas touché ce que tu portes à son débit ?
PSEUDOCHEE – Je proteste tant que je peux, car, dans cet art, foin de toute vergogne
 ! Enfin, suprême recours, je n’ai qu’à inventer quelque défaite.
PHILETYME – Et si ta fraude est malgré tout mise en évidence ?
PSEUDOCHEE – Rien de plus simple, je rejette la faute sur mon serviteur ou sur une absence de mémoire. Le fin du fin est de mêler plusieurs comptes. La duperie est d’autant plus aisée. Ainsi par exemple, certains articles ont été barrés après payement, d’autres restent encore à régler. Je mélange le tout dans mes notes, comme si rien n’avait été rayé. Une contestation s’élève mais je triomphe le plus souvent, dussé-je me parjurer.
PHILETYME – Art admirable vraiment !

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès