Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Esclavage et sous-développement africain

Esclavage et sous-développement africain

Entre 1400 et 1900, près de quarante millions d’africains ont été razziés et réduits en esclavage. Seule la moitié d’entre-eux parvint à rejoindre en vie les zones de travail forcé qui comptaient aussi bien les colonies européennes que l’Afrique du nord, le Moyen Orient ou l’Inde. De nombreux auteurs ont avancé l’hypothèse que l’esclavage avait retardé le développement du continent africain mais c’est le mérite de l’économiste américain Thomas Nunn de quantifier cet impact en tenant compte de l’ensemble de la traite, y compris non européenne. Son résultat est plutôt fascinant. Il affirme que sans l’esclavage le revenu par habitant moyen de l’Afrique serait identique à celui des autres pays du Sud et que le retard du continent vis-à-vis de la moyenne mondiale serait comblé à 72%. Résultat tranché et spectaculaire qui a provoqué une intense discussion mais dont personne n’a remis en cause le sérieux de sa méthodologie.

Comment des évènements après tout lointains pèsent-ils aussi fortement sur le destin des africains ? Au plan économique, l’exportation d’individus généralement jeunes et en bonne santé a amputé le continent d’une masse considérable de consommateurs et de producteurs. Plus qualitativement, la diminution de la densité de population n’aurait pas incité à améliorer les techniques et les rendements agricoles. Mais c’est du côté des facteurs institutionnels qu’il faut se tourner pour comprendre les effets les plus durables de la traite. Cette activité aurait détruit les Etats traditionnels et contribué à la la fragmentation ethnique des pays fournisseurs d’esclaves (pour réduire le risque d’être rapté par un clan rival, chaque ethnie aurait eu tendance à se replier sur elle même). La recherche de gains faciles, l’insécurité généralisée auraient provoqué un gaspillage de ressources nuisible au développement économique. D’après les estimations de T. Nunn, il existe une relation très forte entre le niveau de vie par habitant en 2000 des pays africains et le nombre d’esclaves exportés. Les pays africains les plus pauvres sont ceux qui ont fourni le plus d’esclaves par le passé, comme la Gambie, la Sierra Leone ou l’Angola et les pays épargnés par l’esclavage ont connu un destin économique plus favorable.

Des travaux supplémentaires concluent que les zones accidentées ou reculées, abritées du commerce d’esclaves, ont bénéficié d’un avantage économique : “Nunn et Puga (2007). Ces auteurs montrent qu’une géographie accidentée engendre un effet négatif, elle hausse les coûts de production et de transport, mais cette géographie a aussi permis aux habitants d’échapper à l’esclavage, Bah (1976) montre en effet que les cavernes et les falaises servaient de refuge au sud-est du Sénégal et Brasseur (1968) détaille comment au Mali les terrains montagneux permettaient aux Dogons, de protéger leur territoire. Une géographie désavantageuse aurait ainsi eu un impact positif qui se ressent encore aujourd’hui et domine même l’effet négatif ! ” (Blogage sur l’économie internationale, Fabien Candau)

Les estimations de Nunn vont dans le sens de nombreuses observations antérieures. On peut citer par exemple Jacques Turgot qui dans ses Réflexions sur la Formation et la Distribution des Richesses (1766) soulignait la relation entre esclavage et morcellement politique : “Cette abominable coutume de l’esclavage a été autrefois universelle, et est encore répandue dans la plus grande partie de la terre. Le principal objet des guerres que les anciens peuples se faisaient était d’enlever des esclaves que les vainqueurs faisaient travailler pour leur compte ou qu’ils vendaient à d’autres. Ce brigandage et ce commerce règnent encore dans toute leur horreur sur les côtes de Guinée, où les Européens le fomentent en allant acheter des Noirs pour la culture des colonies d’Amérique. Les travaux excessifs, auxquels des maîtres avides forcent leurs esclaves, en font périr beaucoup ; et il faut, pour entretenir toujours le nombre nécéssaire à la culture, que le commerce en fournisse chaque année une très grande quantité. Et, comme c’est toujours la guerre qui fait les premiers fonds de ce commerce, il est évident qu’il ne peut subsister qu’autant que les hommes sont divisés en nations très petites, qui se déchirent sans cesse, et que chaque bourgade fait la guerre à sa voisine. Que l’Angleterre, la France et l’Espagne se fassent la guerre la plus acharnée, les frontières seules de chaque Etat seront entamées de cela par un petit nombre de points seulement. Tout le reste du pays sera tranquille, et le petit nombre de prisonniers qu’on pourrait faire de part et d’autre, serait une bien faible ressource pour la culture de chacune des trois nations“. Notons au passage que Turgot inverse la causalité privilégiée par Nunn puisque dans son esprit c’est l’émiettement politique qui encourage la pratique des rapts à visée esclavagiste. On peut d’ailleurs se demander si les résultats de Nunn n’ont pas enregistré les effets d’un morcellement ethnique qui aurait préexisté à la traite des esclaves.

Les conséquences délétères de l’esclavage occidental sur les sociétés africaines ont été abordées plus récemment par l’historien John Iliffe (Les Africains : Histoire d’un Continent) cité par Chritopher Bayly de façon éclairante : “Certains spécialistes ont également avancé l’idée qu’un des effets à long terme de la traite fut d’accroître l’esclavage au sein même des sociétés africaines, notamment celui des femmes. Il est probable que l’abolition par les britanniques de la traite négrière causa une augmentation du nombre d’esclaves en Afrique de l’Ouest, et contribua à y mettre en place une société encore plus stratifiée. Les révoltes d’esclaves, contre leurs maîtres africains poussèrent certains rois à perpétuer localement les sacrifices humains rituels, lesquels servaient à la fois d’avertissement aux criminels et à terroriser les esclaves“. Christopher Bayly. La Naissance du Monde Moderne (2007).

Grâce à Thomas Nunn (qui a dit que les économistes ne servaient à rien ?) les Africains mesurent plus correctement le poids considérable du passé esclavagiste. Il leur reste à agir pour qu’une telle fatalité ne pèse plus sur leurs épaules…


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)



Réagissez à l'article

76 réactions à cet article


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 juillet 2009 09:48

    à l’auteur

    « les pays épargnés par l’esclavage ont connu un destin économique plus favorable ».
    Cela est-il démontré ? Exemples de pays ?

    "Des travaux supplémentaires concluent que les zones accidentées ou reculées, abritées du commerce d’esclaves, ont bénéficié d’un avantage économique"
    Quels pays africains, ainsi épargnés, bénéficient aujourd’hui d’une situation économique plus favorable ?


    • Le petit département éclairé 29 juillet 2009 13:39

      A JP Llabres, Voici la représentation graphique des résultats de Nunn : http://www.voxeu.org/files/image/nunn%20figure%201.JPG.

      On peut y voir L’Egypte, la Namibie , les Seychelles ou encore l’Afrique du Sud comme exemples de pays à la fois préservés de la traite et disposant d’un niveau de vie plus élevé.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 juillet 2009 13:52

      à Le petit département éclairé (xxx.xxx.xxx.37) 29 juillet 13:39

      A JP Llabres, Voici la représentation graphique des résultats de Nunn : http://www.voxeu.org/files/image/nu....
      La résolution du document rend sa lecture plus que difficile.

      On peut y voir L’Egypte, la Namibie , les Seychelles ou encore l’Afrique du Sud comme exemples de pays à la fois préservés de la traite et disposant d’un niveau de vie plus élevé.
      En citant ces quelques pays, vous faites abstraction de nombre d’autres pays dont la situation est bien moins évidente en matière de relation esclavage/dous-développement.

      Personnellement, je réserve mon jugement.


    • Massaliote 29 juillet 2009 14:18

      Les pays épargnés par l’esclavage ? Robert Davis, professeur d’histoire à l’Université de l’Ohio, a mis au point une méthode unique afin de calculer le nombre de Chrétiens blancs réduits en esclavage le long de la côte des Barbaresques. Son étude conduit à des estimations bien plus élevées que celles trouvées précédemment. Selon lui, les travaux antérieurs sur l’esclavage aux Barbaresques n’évaluaient pas le nombre d’esclaves, ou ne s’intéressaient qu’à une ville en particulier. Les estimations chiffrées ont toujours conclu à des évaluations allant tout au plus à quelques dizaines de milliers. Il estime quant à lui que le chiffre réel se situerait entre 1 et 1,25 million de Chrétiens asservis entre le 16e et le 18e siècles. Ces estimations sont publiées dans “Christian Slaves, Muslim Masters : White Slavery in the Mediterranean, the Barbary Coast, and Italy, 1500-1800 (Palgrave Macmillan, traduction en français publiée en 2007 par Actes Sud, collection Babel : “Esclaves chrétiens, maîtres musulmans : L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800)”. Il conclut :Ce que le grand public et les universitaires considèrent comme une vérité révélée, i.e. que l’esclavage était d’une nature raciale et univoque, que seuls les noirs avaient été asservis, c’est faux. On ne peut considérer l’esclavage comme un traitement que seuls les Blancs auraient infligé aux Noirs.” Dans une large mesure, l’esclavage à grande échelle en Afrique du Nord a été ignoré et minimisé car il n’intéresse personne… “L’esclavage des Européens ne correspond pas aux idées en vogue sur le colonialisme européen, qui est l’un des piliers — pour ne pas dire la vache sacrée — de l’érudition en histoire moderne, déclare Davis.


    • ASINUS 29 juillet 2009 10:23

      yep puisque « personne n a remis en cause la methodologie » qui affirme que 40millions dont seulement 20 millions ont survecus on été déporté puis que personne n a remis en cause le fait que tout est de la faute de l occident meme la regression depuis son depart d afrique , la messe est dites ! le dogme est etablis !
       tout debat inutile
      circulez y a rien avoir !


      • Stalker 29 juillet 2009 10:32

        Ces arguments sont les bienvenus au débat sur les conséquences de l’esclavage, car beaucoup de travaux sont plutôt centrés sur la traite elle même, sans beaucoup s’intéresser aux conséquences internes sur les sociétés africaines (mais en soupçonnant qu’elles aient été importantes).

        Il y a une thèse intéressante pour expliquer le moindre dévelopement de l’Afrique. Le Sahara aurait été une barrière très puissante qui a freiné les contacts avec le reste du monde et isolé l’Afrique, alors que les autres parties du monde pouvaient s’échanger des produits, des découvertes et innovations techniques (la poudre, le papier, le gouvernail, la métallurgie...). Ce retard aurait pu être comblé par les royaumes sahéliens du Moyen Age, qui progressaient rapidement au contact du Maghreb musulman, via les routes commerciales, mais ces royaumes furent détruits par des invasions venues du nord, et l’Afrique resta isolée dans ses techniques artisanales et agricoles.


        • Bois-Guisbert 29 juillet 2009 11:14


          Entre 1400 et 1900, près de quarante millions d’africains ont été razziés et réduits en esclavage.

          Soit, en moyenne 80’000 (quatre-vingt mille !!!) par année. Autrement dit, peanuts !

          L’Europe a perdu la moitié de sa population en cinq ans, à cause de la peste noire et ce qui en résulté, c’est la Renaissance. Excusez du peu !!!

          En fait, on peut se demander si ce Thomas Dunn - qui n’est pas un « cador du web », c’est le moins qu’on puisse dire - n’a pas voulu répondre aux thèses iconoclastes, mais combien plus convaincantes, d’un autre économiste, Gregory Clark - très présent, lui, sur Internet - qui affirme que le sous-développement est imputable à des populations qui n’y sont pas prêtes.

          Après avoir étudié les conditions du développement de la Grande-Bretagne entre le 13e et le 19e siècle, il démontre que quatre handicaps simultanés entravent rédhibitoirement le phénomène :

          - une vie tournée vers le présent et l’incapacité à consentir des sacrifices immédiats pour un mieux-être ultérieur

          - une maîtrise très approximative du calcul, de la lecture et de l’écriture. Et une volonté insuffisante de développer ces compétences

          - la résolution des conflits par la violence physique plutôt que par la négociation

          - une quantité de travail insuffisante

          Dans ce contexte, ce sont, selon Gregory Clark, les strates efficientes du Moyen Age qui sont à l’origine de la Révolution industrielle britannique :

          « La population de l’Angleterre moderne descend principalement des classes socio-économiques supérieures du Moyen Âge (...) Être économe, prudent, travailleur et négocier sont devenus les valeurs de communautés qui auparavant étaient dépensières, impulsives, violentes et paresseuses. »

          Ce n’est évidemment pas très encourageant pour nos sous-développés des cinq continents, mais ce n’est pas non plus en surestimant leurs aptitudes et capacités qu’on les aidera efficacement en quoi que ce soit.


          • Massaliote 29 juillet 2009 14:08

            Pourquoi l’Occident et tout particulièrement la France devrait-il seul se repentir et commémorer l’esclavage ?« Pendant 1000 ans, les Arabo-musulmans ont tué, castré ou déporté près de 17 millions d’Africains. »


          • Le petit département éclairé 29 juillet 2009 15:04

            Bois-Guibert, Vous faîtes très bien d’attirer mon attention sur Gregory Parck dont je vais consulter les travaux et sur lesquels je ferai quelques commentaires. Thomas Nunn n’est pas un "cador ’ d’internet ? Autant pour moi, il s’agit de Nathan Nunn. J’avais rectifié l’erreur sur mon Blog mais pas ici.


          • french_car 29 juillet 2009 15:34

             Je n’adhère bien-sûr pas à cette vision raciste des causes de sous-développement du continent africain. Il semble que le saut démographique qui a suivi la décolonisation - sans doute moins de mortalité si l’on excepte les récents ravages du SIDA - soit également une des causes de sous-développement, le développement culturel et économique aurait dû précéder l’explosion démographique et non l’inverse.

             Par contre il est intéressant de relativiser le propos de Gregory Clark puisque très précisément depuis la formidable régression héritée de la période Thatcher, l’Angleterre a rejoint la cohorte des pays sous-développés avec un immense fossé entre les classes possédantes et la classe laborieuse (chômeuse ou disons précaire) et la disparition de ses classes moyennes.

             - une vie tournée vers le présent et l’incapacité à consentir des sacrifices immédiats pour un mieux-être ultérieur


             Ca s’appelle un déficit d’investissement et libéralisme économique.

            - une maîtrise très approximative du calcul, de la lecture et de l’écriture. Et une volonté insuffisante de développer ces compétences

            Ca s’appelle élitisme, destruction systématique des structures scolaires et universitaires publiques au profit d’une sélectivité basée sur l’argent et un niveau intellectuel très élevé.

            - la résolution des conflits par la violence physique plutôt que par la négociation

            Methode Thatcher, à l’opposé du capitalisme rhénan - qui ne semble certes plus opérer désormais. On vire tout le monde et on démantèle plutôt que de négocier.

            - une quantité de travail insuffisante


            Méthode Thatcher, on boursicote ou on joue chez le book-maker du coin.


          • Le petit département éclairé 29 juillet 2009 16:39

            Boisguibert,

            Lorsqu’on se penche sur l’histoire démographique de l’Afrique on se rend compte d’une anomalie : au milieu du XIX ièle siècle, le taux de croissance de la population africaine est l’un des plus faible. Entre 1500 et 1900 le continent ne gagne ne 15 millions d’habitants et voit sa part dans la population mondiale divisée par plus de deux. Les 15 à 20 millions d’esclaves prélevés, vous le comprendrez aisément, ont eu un impact considérable sur la démographie africaine.

            Vouc citez un historien et économiste controversé, Gregory Clark. Ses théories sont parfois hantées par un certain darwinisme plus social que racial qui pour ma part me fait plutôt sourire. Cependant, dans des papiers de recherche plus anciens il semble tenir son rôle d’économiste et montre que l’avance décisive qu’a pris l’Angleterre sur le reste du monde entre 1730 et 1850 est due à la multiplication par trois de sa population (phénomène tres étonnant comparé a la france qui pendant ce temps est le premier pays européen a connaitre un ralentissment démogrphique) et à la diffusion d’un mode de vie lié aux classes moyennes (instruction, recul de la violence dans les relations sociales) . Ce que dit Nathan Nunn dans son travail sur les conséquences de l’esclavage en Afrique peut être éclairé par les travaux de Clark : là où la densité de population a le plus reculé à cause de l’esclavage on observe un marasme économique et une montée des violences sociales. Rien de bien favorable au développement économique...

            En langue Fon (Benin), pour témoigner de son rejet d’une certaine personne on dit d’elle « qu’elle vous vendrait avec joie » . Cela en dit long sur les conséquences de long terme du phénomène esclavagiste dont je vous rappelle que L’économiste en question a pris dans sa globalité (traite européenne ou non)


          • Bois-Guisbert 29 juillet 2009 20:26

            « Lorsqu’on se penche sur l’histoire démographique de l’Afrique on se rend compte d’une anomalie : au milieu du XIX ièle siècle, le taux de croissance de la population africaine est l’un des plus faible. Entre 1500 et 1900 le continent ne gagne ne 15 millions d’habitants et voit sa part dans la population mondiale divisée par plus de deux. Les 15 à 20 millions d’esclaves prélevés, vous le comprendrez aisément, ont eu un impact considérable sur la démographie africaine. »

            Ca va dépendre de quelle histoire démographique de l’Afrique. Si vous trouvez des données statistiques fiables, pour lesquelles vous mettriez votre main à couper, signalez-les moi… Aucune ne tient vraiment la route.

            L’encyclopédie Quid que je tiens pour raisonnablement sérieuse parle d’une population stable de 100 millions d’habitants entre 1650 et 1850, alors qu’avec une population de 100 millions d’habitants on peut s’attendre à 4 millions de naissance par année qui même avec une très forte mortalité infantile doit laisser un solde résolument positif par rapport aux prélèvements de la traite.

            « Vous citez un historien et économiste controversé, Gregory Clark. Ses théories sont parfois hantées par un certain darwinisme plus social que racial qui pour ma part me fait plutôt sourire. »

            Ce n’est pas en collant une étiquette sur les observations résultant de l’étude des faits qu’on modifie la nature des faits. Et compte tenu des théories en vogue, il n’est pas surprenant que soit controversé le type qui dit : « les pays du Tiers-Monde ne se développent pas car leurs populations ne sont pas prêtes. »

            « ...pour témoigner de son rejet d’une certaine personne on dit d’elle « qu’elle vous vendrait avec joie » . Cela en dit long sur les conséquences de long terme du phénomène esclavagiste... »

            Et les musulmans conservent un souvenir cuisant des croisades. A croire qu’il n’y a que nous qui avons remplacé toutes nos références historiques par les événements des années 40-45...


          • Le péripate Le péripate 29 juillet 2009 20:33

            Moi, je me marre un peu. Parce que je me demande comment tous ces chiffres sont obtenus. On chipote sur une inflexion sur une courbe, mais la courbe représente quoi ? La réalité ?

            Autant je comprends que on puisse avoir une évaluation à peu près précise sur le nombre de bateaux, et tout les détails, pour celui qui a marché un jour dans la forêt ou la savane africaine se demande comment on peut faire des estimations utilisables pour les siècles sans statistiques.


          • Le petit département éclairé 29 juillet 2009 21:59

            Mr Boisguibert,

             Vous semblez dire qu’il aurait suffi de quelques années pour éponger les pertes dues à l’esclavage et vous abritez derrière l’éternel argument de la non convergence des travaux des historiens et des démographes. Permettez qu’on se penche dessus d’un peu plus pres.

            Le tres interessant travail de Reiko Hayashi offre un panorama de ces études sous forme graphique (http://uaps2007.princeton.edu/download.aspx?submissionId=70296 ). On completera ce travail par l’article d’un des spécialistes de la question de la traite négrière pratiquée par l’occident (Lovejoy).

            Lovejoy a déterminé que 80% des esclaves sont partis entre 1700 et 1867 avec une accélération tres forte au cours du 18ième siècle (6 millions de personnes) contre 3,5 entre 1801 et 1867.

            Au moment ou la traite s’accelere, l’afrique sort donc d’une première phase de diminution de sa population qui semble due à un facteur climatique (voir le commentaire de Reiko). Les 9,5 millions d’individus qui quittent l’afrique entre 1700 et 1867 représentent une ponction tres importante si vous avez de bons yeux, lorsqu’on la confronte à l’augmentation totale de l apopulation du continent, même dans l’hypothèse la moins favorable.

             Les chiffres bruts doivent être complétés cependant. Le prélevement de population a été massivement concentré sur quelques peuples : l’essentiel des esclaves proviennent d’un petit nombre d’ethnies (Yoruba, Igbo, Kongo, Ashan, Cbi, Ibibio)

             Concernant mr Clark, il suffit de lire ses travaux pour se rendre compte que quelque chose cloche à certains endroits. L’idée que l’angleterre avait un avantage cullturel parce que durant de siècles les enfants des classes supérieures ont connu moins de mortalité que ceux des couches inférieures , de sorte qu’au bout d’un certain temps la majorité des anglais auraient été issus du meme groupe social a de quoi faire rire en effet. La confusion entre la transmission de la culture chez l’humain et le transfert des genes est une constante chez quelques esprits dérangés.


          • Bois-Guisbert 29 juillet 2009 23:36

            « Les 9,5 millions d’individus qui quittent l’afrique entre 1700 et 1867 représentent une ponction tres importante si vous avez de bons yeux, lorsqu’on la confronte à l’augmentation totale de l apopulation du continent, même dans l’hypothèse la moins favorable.

            Mais non, cela nous fait 57’000 personnes par année en moyenne.
             
            « Les chiffres bruts doivent être complétés cependant. Le prélevement de population a été massivement concentré sur quelques peuples : l’essentiel des esclaves proviennent d’un petit nombre d’ethnies (Yoruba, Igbo, Kongo, Ashan, Cbi, Ibibio) »

            Maintenant, en admettant que les ponctions aient frappé très lourdement un « petit nombre d’ethnies », ça n’arrange rien dans la mesure où le grand nombre d’ethnies qui n’a pas été touché, ne s’en sort pas sensiblement mieux que les autres.

            On pourrait aussi parler d’Haïti et du Libéria, mais nous ne sommes pas ici pour faire de l’épicerie.

            Et puis encore des quatre handicaps mentionnés par Clark, qui se peuvent vérifier tous les jours, dans tous les pays sous-développés de la planète, et pas seulement en Afrique, mais nous ne sommes pas ici pour aborder le problème général du sous-développement et de ses causes…

            « La confusion entre la transmission de la culture chez l’humain et le transfert des genes est une constante chez quelques esprits dérangés. »

            J’en prends bonne note et, pour conclure, je vous fais tous mes compliments admiratifs. A 15h04, vous ne saviez rien de Gregory Parck et, à 16:39, vous n’ignoriez manifestement plus rien des œuvres complètes de Gregory Clark. 1 h 35’’ chrono, il y a du Guiness dans l’air…


          • Le petit département éclairé 30 juillet 2009 02:58

            Mr Boisguibert, Vos remarques admiratives me vont droit au coeur, toutefois j’attire votre regard aiguisé sur deux points :
             Les quelques groupes ethniques qui ont contribué au peuplement des Amériques plutôt qu’à celui de leur pays d’origine sont aujourd’hui, en moyenne, moins bien lotis économiquement que les autres, d’après l’étude de N. Nunn. Je ne dis pas que c’est forcément vrai mais les contradicteurs doivent infirmer ce résultat avant toutes choses.
             Je maintien que le départ d’une dizaine de millions de personnes n’est pas une mince affaire lorsque dans le meme temps la population totale augmente non pas de 100 ou 200 millions mais de 10 à 40 millions, selon les différentes hypothèses les plus crédibles. Ceci signifie que sans l’esclavage, la croissance démographique aurait pu être plus forte de 25 à 100% , ce qui est une estimation minimale car ces personnes( dont un tiers étaient des femmes) auraient pu avoir des enfants sur place.


          • Makan 29 juillet 2009 13:29

            @Pasou

            « Mais cette créativité, cette intelligence sont également d’origine évolutive, c’est à dire génétique. Ne pas en prendre compte est également se condamner car se mélanger génétiquement à des peuples moins intelligents, c’est revenir en arrière dans l’échelle de l’évolution. C’est abaisser les qi de nos descendants, alors que l’homme, comme tout animal, peut se résumer à son cerveau, le reste, le système viscéral n’étant que les organes servant à le faire vivre et le système locomoteur, les systèmes moteurs lui servant à agir matériellement sur son milieux. »

            Pour écrire des choses pareilles, vous devez pas avoir un QI très élévé. Chaque époque a son interprétation plus ou moins fantaisistes des choses. Vous ancêtres croyaient que certains humains n’avaient pas d’âmes ou qu’ils étaient maudits par Dieu. Vous êtes dans cette droite lignée en défendant de telles thèses.

            Si vous étiez aussi intelligents, vous ne seriez pas entrain de vous faire envahir et islamiser comme vous le dites. Faîtes attention que la roue de l’Histoire ne tourne pour vous et d’autres ne vous traitent avec les même arguments débiles.


          • finael finael 29 juillet 2009 13:48

            D’abord c’est Ashkenase et non eske naze ... vous même !

            Ensuite prétendre évaluer le QI relatif de différentes populations n’a aucun sens comme vous le sauriez en lisant des ouvrages spécialisés sur la question. Comme vous sauriez que Q.I et « intelligence » n’entretiennent que des rapports fort ténus.

            Quant à la culture « guerrière », on ne peut guère dire qu’à ce niveau nous autres européens avons guère de leçons à recevoir, qui avons réussi en un siècle à nous entretuer dans les boucheries les plus sanglantes de l’Histoire.

            Vos « explications » sont les plus racistes et les plus stupides que j’aie pu lire ici.


          • Le péripate Le péripate 29 juillet 2009 15:12

            Le QI est une imposture. Il y a ce livre de Stephen Jay Gould (le titre ?) qui le montre très bien. A noter que dans l’esprit de son inventeur (Binet ?), il ne s’agissait que d’un outil pour détecter les enfants à problèmes.
            Mais il est venu à point pour soutenir les thèses racistes.


          • leypanou 29 juillet 2009 15:17

            Pour moi, avec ma mesure personnelle de qi, quelqu’un qui pense que le qi tel qu’on en parle dans les médias mesure l’intelligence, a un qi très faible. Tous ces propos rappellent un chercheur américain assez connu, mort il n’y a pas longtemps aveec ses convictions fumeuses. Quant au comptage de nombres de Nobel, cela donne une idée claire du manque de lucidité car des statistiques de ce genre, on peut en sortir sur n’importe quoi pour étayer une opinion.


          • french_car 29 juillet 2009 16:01

             Pasou il faut arrêter les conneries sur le QI des Juifs.
             Les Juifs américains sont à 99% ashkénazes venus de Russie et d’Europe Centrale. Ils y ont embarqué leur savoir et ont continué à le développer tout en continuant à s’allier entre familles « cultivées ». Ces populations étaient déjà intellectuellement plus développées car de tout temps en Europe on leur avait interdit la possession de la terre et ce faisant on les avait poussés vers les professions intellectuelles, banque, médecine, commerce etc ...
             Développer une théorie selon laquelle les séfarades leurs seraient inférieurs confine au grotesque si tant est que l’on sache ce que l’on désigne par « séfarade »- car le terme désigne les populations originaires d’Espagne (Séfar) et non toutes les populations juives d’Afrique du Nord, certaines étant simplement d’origine berbère, et cela explique pourquoi certains s’appellent Elkabbach ou Nahum quand d’autres s’appellent Castro ou Medioni. Et d’ailleurs à bien y regarder vous observerez que nos médecins, dentistes, avocats, architectes etc ... sont bien plus « séfarades » qu’ashkénazes.


          • mcm 29 juillet 2009 16:21

            Bob Gratton colporte les ragots des complotistes incultes pour enlever tout mérite aux juif Einstein, mais pour les personnes plus censées voici ce qu’en dit le CNRS :

            1. Le monde de la vulgarisation est actuellement en proie à une crise de nationalisme. Deux livres, aux titres évocateurs, « Comment le jeune et ambitieux Einstein s’est approprié la Relativité restreinte de Poincaré » de J. Hladik (Ellipses, 2004) et « La Relativité. Poincaré et Einstein, Planck, Hilbert. Histoire véridique de la Théorie de la Relativité » de J. Leveugle (L’Harmattan, 2004), se font les champions de la réhabilitation de Poincaré, l’une de nos gloires nationales, aux dépens de l’Allemand Einstein.
            Ces deux livres font grand bruit mais ne présentent guère d’intérêt. J. Leveugle va jusqu’à imaginer un complot ourdi par les « savants allemands » Hilbert et Planck, en vue de « doubler » le Français Poincaré sur le poteau. Ils n’auraient rien trouvé de mieux que d’écrire un article plagiant
            Poincaré qu’ils auraient donné à signer à un jeune ambitieux inconnu qui n’avait rien à perdre, Einstein.


          • french_car 29 juillet 2009 16:47

            MCM on est un peu loin du sujet.
            Einstein a-t-il pillé ou non Henri Poincarré, c’est une autre histoire ...
            Attali ou Minc ont été condamnés pour plagiat cela vous inspire-t-il un commentaire ?


          • ASINUS 29 juillet 2009 16:52

            @peripate , pas sur , perso j ai un QI ridicule par contre je suis inquiet pour certain intervenants non seulement je comprend mais en plus je comprend qu ils proferent
            des conneries ...... ! lol


            asinus :hi han !


          • Le péripate Le péripate 29 juillet 2009 16:56

            Oh, je sais que le QI est une imposture, car à chaque fois que j’ai fait des tests, ça a été une catastrophe.... lol.


          • finael finael 29 juillet 2009 19:24

            Pour une fois que je suis d’accord avec le péripate !!!

             smiley


          • Le péripate Le péripate 29 juillet 2009 19:30

            Tout arrive.


          • finael finael 29 juillet 2009 13:38

            Il y a d’abord les chiffres : « 40 millions » d’esclaves exportés.

            Citons un extrait du site historique « Hérodote »

            http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=15

            "Pendant les trois ou quatre siècles qu’a duré la traite atlantique, l’historien Hugh Thomas estime à :

            - 4,65 millions le nombre d’esclaves transportés par le Portugal (la colonie portugaise du Brésil faisant office de plaque tournante vers le reste des Amériques),
            -2,60 millions d’esclaves transportés par la Grande-Bretagne,
            -1,60 million d’esclaves transportés par l’Espagne,
            -1,25 million d’esclaves transportés par la France,
            -0,5 million d’esclaves transportés par les Pays-Bas,
            -0,1 million d’esclaves transportés par les États-Unis.
            La traite atlantique, du XVème au XIXème siècles, a concerné un total d’environ onze millions d’Africains, en majorité des esclaves de naissance vendus par les chefs africains ou les marchands arabes.
            La traite orientale, organisée par les musulmans vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à travers le Sahara et l’océan Indien du VIIIe au XIXe siècle, a concerné quant à elle 17 millions d’Africains".


            Il est par ailleurs à noter que les conflits et rivalités entre ethnies et tribus alimentaient un esclavage « interne » qu’il est très difficile à évaluer.

            N’oublions pas non plus que l’Afrique noire fut un réservoir d’esclave depuis la plus haute antiquité, des siècles, voire des millénaires avant notre ère assyriens, égyptiens, romains entre autres y trouvaient de la main d’œuvre.

            Notons aussi que la France reste un partenaire mineur de cette traite. Il est étonnant que ce soit un pays où se font entendre aussi souvent et aussi bruyamment les « sanglots de l’homme blanc ».

            Autres remarques :

            - En 1400 l’Europe eût été bien en peine de pratiquer la traite : Le golfe de Guinée (la « côte des esclaves » portugaise) atteint en 1430, le « nouveau monde » découvert en 1492, la traite, telle qu’elle est décrite ne peut commencer que dans le courant du XVIème siècle (vers 1550 quand la maladie a décimé les indigènes d’amérique du sud). C’est le XVIIème siècle (1601 - 1700) qui fut le sommet du commerce du « bois d’ébène ».

            - L’évaluation de la mortalité pendant les traversées : Les négriers avaient tout intérêt à ce que leur cargaison arrive le plus vite et dans le meilleur état possible. Les évaluations se font sur la base des pertes chez les marins, obligés, eux, de prendre des ris dans les huniers en pleine tempête … ce n’est pas le lieu de décrire la marine de ces époques mais ces évaluations ne reposent sur aucune donnée fiable.

            Les européens n’ont pénétré que très tardivement à l’intérieur du continent noir (fin du XIXème siècle) qui était à l’époque une « tache blanche » sur les cartes (il n’y avait ni satellite, ni avion, ni radio ni téléphone, …). Ils y ont « colonisé » des populations qui n’avaient jamais vu d’hommes blancs et il est facile de prouver que colonisation et esclavage n’ont rien à voir, en Afrique tout au moins.

            Et c’est le « sous développement » de l’époque qui a permis ces explorations puis « colonisation » faite de traités passés avec les chefs locaux. Les carnets de mon arrière-grand-père qui participa à deux de ces expéditions de 1891 à 1893 (5200 km à pied) et qui ne mâche pas ses mots à l’égard de l’attitude des blancs reflètent une réalité passée aujourd’hui sous silence ou carrément oubliée.

            Aussi relier ainsi colonisation et sous-développement me semble relever de la polémique stérile, qui ne résoudra rien et qui se base sur des approximations plus que douteuses au niveau factuel.


            • ASINUS 29 juillet 2009 13:58

              bonjour finael , c est justement sur les arguments et chiffres assénés de maniere peremptoire tel qu ecrit dans les tables de la loi que je suis intervenu . ce genre d argumentateur qui vous disent la messe sans possibilité d interpretation de nuance de questionnement et cette maniere de dédouaner l afrique de ces retards et turpitudes.


            • finael finael 29 juillet 2009 14:11

              @ asinus

              D’accord avec vous.

              Bon je suis d’une culture où les chiffres sont très importants ... si on les prend avec précaution !

              Et dès qu’il s’agit d’Histoire, leschiffres sont, à tout le moins, aléatoires et différents d’une source à l’autre.


            • Stalker 29 juillet 2009 15:04

              Pour ce qui est des pertes pendant les traversées, les recherches récentes montreraient que dès que les négriers avaient appris à ne pas trop entasser leurs captifs, il y avait bien moins de morts chez les esclaves que chez les marins, qui n’avaient aucune valeur marchande. Il en faut pas non plus oublier que ce qui tuait beaucoup chez les équipages, c’était les années entières passées sans vitamines ni produits frais, alors que pour les esclaves, les énormes problèmes sanitaires des bateaux de l’époque ne duraient que le temps de la traversée.

              En effet, comparer les taux de perte des captifs et des équipages était vide de sens.

              La mortalité était très forte durant les premières années dans les plantations, à cause des effets conjugués de la détresse physique et morale des esclaves.


            • finael finael 29 juillet 2009 19:30

              @ stalker

              Tout à fait d’accord pour ce qui est de la mortalité en mer. Ce n’est qu’au milieu du XVIIIème siècle que les anglais ont constaté que le citron était très efficace contre le scorbut qui décimait les équipages.


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 29 juillet 2009 13:42

              Non mais Pasou d’où vous nous les sortez, toutes ces conneries sur le QI des Noirs et des autres, et sur la culture guerrière de telle ou telle civilisation  ?


              • Stalker 29 juillet 2009 14:48

                En fait, le QI repose sur des codes culturels et une maîtrise du langage, ainsi que l’habitude de certains types de raisonnements. Il n’est en fait guère étonnant que le QI de banlieusards ou de Lapons soit bas, mais il n’y a aucun lien avec leur intelligence réelle.

                D’ailleurs, n’importe quel imbécile très riche peur se payer un QI authentique de 150, il lui suffira de se payer des bons neuropsychologues qui l’entraineront et lui fairont faire régulièrement des tests. Il en comprendra vite la logique et pourra avoir un QI de star holywoodienne en quelques mois.

                Je peux vous le dire, j’en ai passé plusieurs auprès de vrais médecins. Ce que Pasou devrait vous dire, s’il le sait, c’est que cet outil est actuellement peu à la mode à cause de ses limites, et qu’on se refuse désormais à se limiter à un chiffre unique qui ne veut rien dire.


              • Stalker 29 juillet 2009 15:27

                Dans les tests de qi, une partie des tests demande de définir tout simplement des mots ou de donner des points communs ou des différences entre eux. Il y a aussi des tests de calcul mental purs et simples.

                Conclusion, vous regardez tout le temps le dictionnaire et faites du calcul mental à vos heures perdues, vous aurez un plus gros QI. Quel intérêt ?

                Vous avez une superbe mécanique intellectuelle, une énorme mémoire visuelle, écrite et musicale, mais une faible mémoire de travail auditive (celle qui vous permet de retenir mécaniquement une liste de recommandations), vous perdrez des points à cause du nombre de questions où il faut se souvenir de l’énoncé oral du médecin.

                Si ces tests vous conviennent tellement bien, pourquoi alors vous ne nous parlez pas plus des personnes avec des QI de 200 ou plus ? Que fait la personne recordman du monde du QI, elle fait des chroniques dans un magazine et n’a aucune forfanterie sur la valeur du qi. A vous suivre, elle aurait du enterrer Einstein, Bach, Rembrandt et Aristote réunis, mais bon, il faut croire que le qi ne mesure pas tout.

                Pour ce qui est des études américaines sur les QI de minorités ethniques, elles sont très contestées par d’autres psychologues qui les accusent d’être à la limite de l’imposture scientifique.


              • french_car 29 juillet 2009 16:06

                Stalker, il faut s’entrainer où pour avoir un QI de star hollywoodienne ? vous avez l’adresse des coaches de Paris Hilton et Britney Spears ? Ca m’intéresserait de perdre quelques dizaines de points ...


              • Bois-Guisbert 29 juillet 2009 20:01

                c’est que cet outil est actuellement peu à la mode à cause de ses limites, écrit Stalker à propos du Q.I.

                Moi, je crois que c’est surtout à cause de sa forte connotation essentialiste.

                Tout ce qui induit des inégalités innées entre les individus, et les groupes d’individus, est férocement combattu par les « progressistes » qui dominent, presque sans partage, le monde des idées.

                Jacques Monod (1910-1976) est allé jusqu’à suggérer de taire les découvertes gênantes que pourrait faire la science - ce qui est un monde de la part d’un prix Nobel de médecine et de physiologie :

                « Faut-il persévérer si la génétique doit divulguer, sur la différenciation des races, des secrets dont la portée morale, politique et psychologique nous déborde ? »

                Je n’appartiens certes pas à la secte des complotistes, mais je pense qu’une saine méfiance ne messied jamais. D’autant moins, en la circonstance, que le fait que la question ait été posée peut donner à penser qu’il y avait déjà anguille sous roche il y a quarante ans de cela...


              • Massaliote 29 juillet 2009 14:21

                Réflexion stupide, des tribus noires tiraient d’excellents profits de la traite bien avant la colonisation.


              • ASINUS 29 juillet 2009 14:25

                @bobgraton
                sauf que comme dans toutes formes de civilisations se sont les « meneurs » qui conseillés par les« penseurs » regnent et gouvernent et que sans leur collaboration et leurs interets bien compris les marchand arabes n aurait pu amener le « bois d ébene »
                à la cote pour le revendre aux occidentaux ,a ce que j ai comprit c est le seul esclavage
                qui vaille d etre denoncé et non celui qui perdure dans le golfe chez les waabites.

                 a trop vouloir demontrer .....


                • Le péripate Le péripate 29 juillet 2009 15:27

                  Je ne sais pas si chercher dans le passé les raisons du retard de développement est pertinent. La pauvreté et la précarité de la condition humaine a été la règle partout dans le passé.
                  Il est bien plus juste de comprendre comment une révolution qui a débuté il y a vingt cinq siècles en Grèce a connu une telle réussite en Europe.

                  Le retard très net de l’Afrique aujourd’hui par rapport à l’Asie ou l’Amérique du Sud me semble bien plus du au manque de liberté, à la corruption des élites, à l’assistanat de l’aide internationale qui renforce les dépendances. Les facteurs géographiques et culturels sont des entraves de plus en plus légères.

                  Ajouter une réaction

                  Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                  Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                  FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Prospero


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès