Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Et devant nous il y a un mur

Et devant nous il y a un mur

Lancés à grande vitesse sur l’autoroute du progrès, devant nous il y a un mur, et il est peut-être trop tard pour freiner.

Le communisme a montré ses limites, non pas à cause du concept de « solidarité et partage » qu’il véhicule, mais parce qu’il a été dévoyé pour mettre en place des dictatures.

Le capitalisme est en train de montrer les siennes, et la société de consommation nous emmène tout droit dans un mur, s’il faut en croire Richard Heinberg, Julian Darley, Colin Cambell et d’autres spécialistes qui s’expriment dans un film remarquable :

Pétrole, et écran de fumée.

Que disent-ils ?

Nous dépendons du pétrole dans toutes nos activités : industrie, agriculture, transport, et puissance militaire.

Nous arrivons au point de production maximal d’approvisionnement par rapport à la demande.

Le monde utilise 84 millions de barils par jour, et personne ne pense dans l’industrie pétrolière que l’on pourra faire mieux que 95 millions de barils.

Les preuves du pic pétrolier sont accablantes : tout d’abord on trouve de moins en moins de gisements.

Les 4/5e du pétrole consommés actuellement proviennent de gisements découverts avant 1970, et les chances de trouver de nouveaux gisements se réduisent à quelques rares petites poches, avec des conditions d’extraction de plus en plus dures et onéreuses.

L’extraction du pétrole en eau profonde reste très lente et très coûteuse.


Le consensus général dans l’industrie pétrolière fondé sur des analyses indépendantes et réalistes situe le pic entre 2010 et 2015.

Après cette période nous constaterons une réduction très graduelle des stocks, mais en même temps une accélération de la demande.

Collin Campbell déclare :

« Il y a 53 pays aujourd’hui qui produisent moins que par le passé, et dans l’ensemble la plupart des pays ont dépassé le pic ou l’atteignent.

La chute est rapide : 6 % en un an ».

Richard Heinberg ajoute :

« Nous dépensons environ 10 calories d’énergie fossile pour chaque calorie de nourriture que nous produisons. Si au Moyen Âge nous avions dépensé plus d’énergie que la nourriture nous permettait de faire, nous serions morts de faim.

Ce don unique de la nature, le pétrole, créé sur plusieurs millions d’années va être consommé en quelque 200 ans.

Le pic pétrolier pourrait bien préfigurer une famine à l’échelle mondiale, si on ne s’y prépare pas, et on ne transforme notre système alimentaire de manière à ne plus être dépendant de l’énergie fossile ».

Pour Julian Darley : « c’est une grosse illusion de penser qu’on s’en sortira comme dans les années 70, nous nous en sommes sortis au prix d’un véritable désordre, et nous n’avons fait qu’empirer les choses, au lieu d’être à l’écoute des signaux de la terre. Cette fois ce sera différent et je pense que ce sera brutal pour les gens… une des raisons est que comme l’économie augmente, les besoins en transport augmentent, les gens voyagent plus, il y a plus de tourisme, et tous ces déplacements demandent beaucoup d’énergie ».

Pour tous ces experts, si les réserves de pétrole diminuent, la récession économique est donc inévitable. Les gens cesseront d’emprunter, d’acheter des maisons et les investisseurs cesseront d’investir.

L’argent se crée par l’emprunt, si plus aucun argent n’est créé, il n’y en aura pas assez pour rembourser les emprunts existants.

Comme le monde financier se rend compte que la croissance n’est plus possible, ce déclin ne fait que débuter, c’est l’amorce d’un nouvel âge, ça pourrait créer un choc, et même des guerres, menées par des gens qui voudraient prendre ce qui reste, et ça présage une deuxième grande dépression.

Le plus dommage, c’est que personne ne prête attention à une énergie de substitution, le méthane, abondant dans la planète, qu’on peut utiliser comme carburant.

En France, le potentiel de méthane correspond au tiers de nos besoins énergétiques totaux.

Car comme disait un vieil ami africain :

« Celui qui n’a pas traversé ne se moque pas de celui qui s’est noyé ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Di Girolamo 15 juillet 2008 13:02

    Le communisme a montré ses limites , le capitalisme étale les siennes

    reste une seule piste , simple mais révolutionnaire et qu’il faudra conquérir :

    la démocratie participative de projet , c’est à dire la construction avec tous et par tous d’une nouvelle organisation sociétale ; cela suppose un outil national de démocratie participative , déployé à tous les échelons locaux ; où experts, élus et citoyens réfléchissent sur le fond aux grands problèmes , imaginent et expérimentent des alternatives. Ce doit être un outil public accessible à tous et disposant des grands médias public , notament la tv ; les expérimentations se feront dans les communes , communautés de communes , régions . Cet outil permet de ne plus subir mais comprendre et planifier , d’aller vers des consensus citoyen large sur la vision de la société qu’on souhaite.


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 13:41

      Di Girolamo,

      j’apprécie le contenu de votre commentaire,
      ayant eu l’honneur et le plaisir de rencontrer à plusieurs reprises jean marie Pelt, qui me considère comme un ami,
      (j’en suis flatté ;
      j’espère le mériter)
      je voudrais aussi apporter sa vision d’une autre société.
      il dit, à mon avis fort justement, que nous avons oublié depuis plus de deux siècles un mot, gravé au fronton de notre république,
      le mot "fraternité".
      il dit que nous avons essayé tous les systèmes, et que chacun est un échec constaté,
      que le seul que nous n’ayons jamais tenté, c’est celui de la solidarité, de la fraternité, une république du coeur.
      cet amour là qui guiderait nos pas, nous permettrait d’être en accord avec nos conscience, avec des valeurs de partage est le passage obligé des générations futures,

      et bizarrement, je ne pense pas que nous soyons si éloigné du sujet de l’article.


    • Traroth Traroth 15 juillet 2008 17:40

      Et il y a une explication simple à tout ces échecs : certains veulent plus que leur part.
      Et quand finalement, après un certain temps, parfois des siècles, les autres (qui ont donc moins que leur part) finissent par s’en apercevoir, ça pète, et ceux qui ont déclenché l’explosion remplacent ceux qui viennent de sauter, et ça recommence. Le problème, c’est que rien ne change. L’homme est un animal, et son instinct de conservation lui dit qu’il faut amasser le maximum à manger (ou un substitut : argent, pouvoir, terres, actions...), quitte à le prendre aux autres, pour être sûr de ne pas manquer. Tant que nous n’auront pas vaincu cette tendance, rien ne pourra changer.


    • sisyphe sisyphe 15 juillet 2008 19:30

      Merci pour ect article, et pour le film.
      Effectivement, communisme et capitalisme dérégulé ont montré leur inefficacité à assurer le développement d’un monde sans injustice, sans accaparement des richesses d’une (petite) partie de la population au détriment de la grande majorité.
      Notre dépéndance vis à vis du pétrole est également notre dépendance vis à vis des puissances de l’argent, qui dictent leur volonté économique ET politique à l’ensemble du monde, réduisant à néant tout système démocratique.
      Tant que n’existera pas un système de régulation de la circulation des richesses, et leur juste redistribution, la démocratie ne sera qu’un vain mot.


    • Julius Julius 15 juillet 2008 21:02
      Je suis d’accord que notre dépendance à petrol nous fait trop vulnérables. 80% de petrol ressources sont sous le contrôle des États non-démocratiques, souvent très hostiles au monde occidental. C’est la grande raison pour remplacer petrol par autre chose.

      Concernant votre « juste redistribution », qui devrait décider quel type de distribution est juste ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 22:39

      oui Sisyphe,

      le problème est effectivement de cet ordre,
      l’homme aurait du comprendre depuis longtemps qu’il ne faisait qu’un avec cette planète,
      qu’il n’en était ni le propriétaire, ni le vendeur,
      seulement le locataire,
      un chef indien a fait un discours la dessus magnifique,
      que vous devez connaitre ?

      en attendant, j’ai bien peur que nous allions vers des jours difficiles pour beaucoup,


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 22:49

      julius,
      vous parlez de juste distribution.

      au sujet du pétrole ?
      l’erreur a été de considerer celui ci comme une matière tout juste bonne a faire avancer des moteurs,
      et nous avons dilapidé en 2 siecles la plus grosse partie de cette richesse,

      en meme temps, nous avons laissé dans l’athmosphère un cadeau empoisonné, lequel provoque le réchauffement climatique, sachant qu’il y avait d’autres sources climatiques que nous avons délibérément décidé d’oublier.

      le méthane, celui qui est dégagé par l’activité humaine, animale, part dans l’athmosphère, augmentant lui aussi le réchauffement climatique.

      or le méthane représente pour la france le tiers de ces besoins totaux énergétiques,
      92,5 millions de tonnes équivalent pétrole,

      de plus, il est bien moins polluant que le pétrole, puisque l’on brule un gaz,

      le réchauffement climatique a bouleversé la donne,
      et nous sommes face a un problème économique, et climatique a la fois,

      aux dernieres informations, d’apres la mission tara qui, rentrant d’une mission de 500 jours en arctique, a déclaré la fonte totale de la banquise bien avant celle que nous supposions,
      entre juillet 2012 et fin 2012.

      cela a des conséquences sur les courants marins, dont le gulf stream, qui a déja ralenti son cours,*
      cela, aux dires de beaucoup de scientifiques et de chercheurs fera remonter le niveau des mers,

      nous savons déjà qu’un seul metre déplacera 100 millions de personnes sur la planete,
      qu’en sera-t-il si le niveau monte de 7 metres, ou de 300 metres comme l’envisagent certains pessimistes ?

      en résumé, on pourrait dire, et c’est une litote, que la situation ne se présente pas bien.


    • Julius Julius 15 juillet 2008 13:48

      > Le communisme a montré ses limites, non pas à cause du concept de « solidarité et partage » qu’il véhicule, mais parce qu’il a été dévoyé pour mettre en place des dictatures.

      Le communisme a échoué en raison de son problème fondamental - qui est une idéologie collectiviste. Société fondée sur le collectivisme ne fonctionne pas (sauf pour une courte période). La seule manière de le faire fonctionner, c’est de créer une dictature. La dictature n’est pas une maladie du communisme, c’est sa conséquence logique.


      • Julius Julius 15 juillet 2008 14:10

        Nous avons dépend de la puissance des chevaux une fois. Nous avons appris à utiliser le charbon pour surmonter la limitation des chevaux. Ensuite, nous avons trouvé petrol à surmonter les problèmes avec le charbon. Nous allons trouver autre chose pour surmonter les problèmes avec petrol. Il existe de nombreux candidats : l’énergie nucléaire, biotechnologies, ... Ce qui se passera plus vite que vous ne le pensez.

        Ceux, qui recherche, ils trouveront la solution et de progrès. Ceux, qui pleurent sur la fin, ils disparaissent.


      • gnarf 15 juillet 2008 14:19

        Merci Julius, pour votre perspicacite face au communisme, et votre confiance dans le progres et l’humanite.

        Dans tous ces articles je ne vois malheureusement qu’une chose : le tres classique malthusianisme, l’amertume, et la detestation de soi.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 14:47

        julius,
        bien sur, la dictature n’est pas une maladie du communisme,
        c’est une maladie tout court,
        elle est aussi à l’aise dans un régime communiste que dans un régime ultra libéral,

        ce que j’essaye seulement de dire, c’est que le concept du communisme ne peut etre mis en cause, parce que des dictateurs se le sont appropriés pour en faire leur instrument de pouvoir.

        n’avais-je pas été assez clair ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 14:52

        julius,

        vous avez ce qu’on appelle la foi du charbonnier,
        vous voulez croire,
        malgré les avis d’experts qui se sont exprimés sur le film que je vous ai proposé,
        est-ce bien sérieux,

        pour le nucléaire, cela fait 40 ans qu’on nous promet de trouver une solution pour nous débarasser des déchets qu’il provoque,
        et cela fait 40 ans que nous attendons en vain,

        mais vous espérez !

        il y a eu tchernobyl, et il y en aura vraisemblablement d’autres,
        et vous espérez.

        ne croyez vous pas que cet espoir n’est pas raisonable ?

        le pétrole, comme le film le prouve, c’est fini.
        il va y avoir une crise mondiale,
        elle a d’ailleurs commencé,
        et vous esperez.

        dites moi, vous etes dans un monde virtuel, le monde de Candy ?
        ou vous etes bien ici,
        dans le réel ?


      • Julius Julius 15 juillet 2008 15:03

        Tous les systèmes peuvent tranformate dans une dictature. Le problème est que le communisme crée toujours une dictature. Le communisme ne peut survivre sans dictature, le communisme est incompatible avec la démocratie. Il n’y avait pas de pays démocratique communiste. Le communisme a été essayé beaucoup de fois, il n’a jamais travaillé. La seule manière de réaliser le cauchemar communiste est de forcer les gens - ils ne pourront jamais l’accepter si elles ont un choix.


      • Julius Julius 15 juillet 2008 15:26

        > Pour le nucléaire, cela fait 40 ans qu’on nous promet de trouver une solution pour nous débarasser des déchets qu’il provoque,
        > Et cela fait 40 ans que nous attendons en vain,

        Ce serait une erreur de détruire les dechets nucleaire. Ils seront une source importante d’énergie à l’avenir. Il ya des projets pour cela. Ils sont tout simplement pas encore suffisamment rentables (quand nous avons encore assez d’uranium). Regardez, par exemple, un amplificateur d’énergie par Carlo Rubia.

        > Il ya eu Tchernobyl, et il y en aura vraisemblablement d’autres,
        > Et vous espérez.

        Il y avait pire des catastrophes dans les usines chimiques (Seveso, Bhopal ,...) - et personne ne veut arrêter industrie chimique. Pourquoi tout le monde a problème avec nucléaire ? Je pense qu’il ya deux raisons : 1) Le danger nucléaire est invisible. 2) Tous les instruments nucléaires sont émotionnellement liés à des armes nucléaires (mais pourquoi tous les verts ne se battent pas contre les armes nucléaires ? qui serait justifié) Le vrai est que l’énergie nucléaire est la source la plus sûre de l’énergie. Même si l’on prend en compte la possibilité de la pire catastrophe nucléaire. Toutes les autres sources actuellement utilisées sont pires.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 16:45

        Julius,

        est-ce de l’humour ?
        de la provocation ?
        affirmer que le nucléaire est la moins dangereuse des énergies est monstrueux,
        voulez vous que je vous adresse les photos des milliers d’enfants difformes nés après tchernobyl ?

        avez vous des photos de personnes malades a cause de centrales solaires ?
        ou d’éoliennes,
        ou d’unité de méthane,
        ou de géothermie ?

        merci de rester sérieux, si vous voulez faire vivre le dialogue.
        merci de commenter le film proposé par cet article, et de rester dans le sujet.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 16:46

        Gnarf,

        vous avez raison,
        la terre est plate,
        et tout va bien.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2008 16:50

        @ Julius : Je suis persuadé que le régime idéal est entrepreneurial... avec un bon filet collectif sous le trapèze.

        Pierre JC Allard


      • Julius Julius 15 juillet 2008 18:21

        Je compare les sources d’énergie qui peut contribuer de manière significative à la production totale d’énergie aujourd’hui. Ces sources sont aujourd’hui seulement le charbon, le gaz, du pétrole et l’uranium. De ces sources, l’uranium est clairement la plus sûre (lorsque vous prenez en compte l’ensemble de la chaîne, y compris la possibilité de catastrophe). Il ya beaucoup plus de personnes meurent du gaz, de poussière et de la radioactivité du central a charbon, que de personnes meurent de la centrale nucléaire (oui, il ya beaucoup de la radioactivité dans la poussière de charbon).

        Je suis d’accord avec vous que nous devrions rechercher de nouvelles ressources. Aujourd’hui, ils ne peuvent pas remplacer source classique tout simplement parce qu’ils consomment plus d’énergie qu’elles n’en produisent (si on inclut tous les coûts). Personne ne construire le eoliens sans subventions. Il ya des réserves de sources d’énergie renouvelables, nous devrions les utiliser. Mais nous ne pouvons pas échapper à l’énergie nucléaire. (Et je considère thermonucléaire comme une source d’énergie renouvelable. Il n’est pas, à proprement parler, renouvelable. Mais les ressources sont de facto sans fin. Mais, là encore, ce n’est pas pour demain.)

        > Avez vous que je vous adresse les photos des milliers d’enfants nés difformes après Tchernobyl ?

        Et voulez-vous que les photos d’enfants qui meurent d’un cancer causé par la centrale de charbon ? Et peut-être les enfants de Bhopal ? Ou Seveso ? Il ya beaucoup plus de victimes à Bhopal que dans de Tchernobyl. Pourquoi voulez-vous arrêter l’énergie nucléaire, mais vous ne voulez pas arrêter l’industrie chimique ? Peut-être aussi des photos de tous que les enfants qui meurt sur les accidents de voiture ? Oui, ce sont les morts de Tchernobyl en (beaucoup moins que ce qui est généralement présenté). Mais il est aujourd’hui pas d’autre alternative pour produire de l’énergie. Même pas à produire de l’énergie serait pire solution.

        > Avez vous des photos de personnes malades une cause de centrales solaires ?

        Essayez d’évaluer combien de eoliens vous avez besoin si vous souhaitez remplacer une centrale nucléaire !


      • Traroth Traroth 15 juillet 2008 19:07

        J’ai peur que le nucléaire soit malheureusement un mal nécessaire si on veut conserver quelque chose qui ressemble à un monde moderne où les gens ont l’électricité. Il n’y a tout simplement pas d’alternative crédible. L’éolien et le solaire peuvent au mieux produire un pouillème de ce que produisent les centrales nucléaires.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 22:51

        julius,
        on est un peu hors sujet, a mon avis,

        mais je pense que vous avez tort de limiter la dictature au régime communiste,
        l’histoire nous a montré déjà que d’autres régimes, de droite cette fois, ou meme d’extreme droite, en espagne ou ailleurs, avaient aussi existé grace a la dictature.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 22:56

        bien Julius,
        vous etes dans la caricature,
        je n’ai jamais prétendu qu’une éolienne puisse remplacer les 54 réacteurs nucléaires français,

        mais, je vous prie de trouver ci-joint un résumé de ce qui est possible (a mon avis, c’est un peu tard) pour remplacer pétrole, charbon et nucléaire, sans pour autant se priver.

        Nos besoins nationaux sont aujourd’hui de 276 millions de tonnes équivalent pétrole.

        Le premier levier que l’on pourrait actionner serait d’essayer de consommer moins, sans pour autant se priver.

        A titre d’exemple, si demain la France adopte le même coefficient d’isolation que la Suisse (0,6) nous pourrions économiser 15 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole). L’économie serait augmentée de 17 MTEP si les entreprises appliquaient ce même coefficient. Il existe à Genève un immeuble de bureau qui ne possède pas le moindre appareil de chauffage et qui maintient toute l’année un minimum de 18°. Un échangeur récupère la chaleur sortant, et réchauffe l’air frais entrant.

        Les exemples sont multiples en terme d’économie d’énergie : choisir des appareils ménagers moins énergivores pourrait permettre d’économiser 3,5 MTEP. Favoriser le rail pour transporter les marchandises, préférer les voitures électriques ou roulant au GPL/méthane, et consommer sur place les produits fabriqués amenerait une économie de 9,2 MTEP. Se refuser à voir nos rues, nos batiments, nos vitrines éclairées jour et nuit pourrait nous permettre d’économiser 3 MTEP.

        Avec des mesures simples et applicables tout de suite, nous ferions donc descendre nos besoins nationaux à 230 MTEP.

        Les énergies renouvelables sont multiples, et sans s’attarder aux expérimentations, mais en utilisant seulement les énergies pour lesquelles nous avons les preuves de leur efficacité, voici un plan applicable demain.

        Commençons par le méthane qui est l’un des principaux responsables du réchauffement de la planète si on le laisse s’échapper sans l’utiliser.

        Une vache en produit 100 kilos par an. Et tous les animaux, y compris l’homme en produisent aussi.

        Les sources sont nombreuses : fosses septiques, égouts, stations d’épuration, broussailles broyées, marécages...

        Si l’on s’en tient à récupérer le méthane produit par l’activité animale, la production serait chaque année de 90 millions de tonnes équivalent pétrole.

        Suivant les estimations du commissariat général au plan, L’éolien pourrait apporter l’équivalent de 40 MTEP.

        Le solaire thermique et photovoltaïque représente 14% de la production énergétique en Allemagne : en appliquant ce pourcentage chez nous, notre potentiel serait de près de 40 MTEP.

        L’hydraulique aussi permettrait, en préférant des micro-centrales (elles détournent une partie du cours d’eau, respectant mieux l’environnement), de produire au moins 20 MTEP, voire le double.

        La France est riche en eau chaude de sous-sol, et les nappes sont parfaitement répérées, du Bassin Parisien, à l’Alsace, jusqu’au Sud-Ouest en passant par les Dombes (Ain), il y a un potentiel énergétique équivalent à 30 MTEP.

        La filière bois est importante, car en maintenant la population forestière, et en gérant d’une manière équilibrée la forêt, le potentiel est de 20 MTEP.

        En additionnant le tout, on arrive donc à 240 MTEP soit un bonus de 10 MTEP sur nos besoins réels.

        Et encore, je n’ai pas pris en compte la gazéïfication du charbon, ni le moteur à Hydrogène qui a couté la vie à Stan Meyer, celui a air comprimé, et à bien d’autres possibilités (je pense à l’usine marémotrice de la Rance, aux installations qui utilisent l’énergie des vagues… etc..)


      • dom y loulou dom 15 juillet 2008 23:28

        julius... vous ne connaissez donc pas les éoliennes ou l’énergie photovoltaïque dite solaire ??? mais bien plus anciens et plus efficaces que tout les barrages hydrauliques ??? il n’y a pas d’installations de ce type chez vous ?

        il y a la récupération énergétique de la force des vagues et des courants maritimes pour les barrages en haute mer ou encore la biomasse... les solutions ne manquent pas alors que toute une génération a travaillé sur ces èproblèmes et a trouvé toutes sortes d’alternatives... mais un certain lobby ne voit que ses privilèges et est apparemment prêt à détruire le monde plutôt que d’entrer dans une ère de partage et de recherche d’équilibre. C’est bien malheureux.


      • sisyphe sisyphe 15 juillet 2008 23:43

        @ Julius

        vous méritez, et de très loin, un magnifique point Pavlov pour votre obsessionnelle insistance à parler du communisme, alors qu’il n’existe plus depuis belle lurette.
        Est-ce pour éviter de parler des problèmes posés aujourd’hui par le capitalisme dérégulé, ou une fixation névrotique qui remonte à votre enfance ?

        Toujours est-il que vos contributions sur ce fil, sont totalement dénuées d’intérêt.
        Quant à vos affirmations de "ravi" de la crèche ;" on va trouver ce qu’il faut ..." ; elles pourraient prêter  à la compassion, si elles n’étaient malheureusement  si dénégatrices d’une réalité que vous occultez totalement.
        On peut toujours s’imaginer faire disparaitre le danger en se fermant les yeux, ou en utilisant la méthode coué ; hélas, ça n’a aucune influence sur la réalité.


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 16 juillet 2008 10:50

        Juluis parle de communisme, parce qu’il faut bien donner un nom au chose. Et quand on parle de plannification politique des énergies, ont décrit exactement un régime communiste, avec toutes les tares inhérentes : N’oubliez pas que la centrale de Tchernobyl etait une entreprise d’état, bien plannifiée.

        Et, si vous relisez bien ce que vous écrivez, vous verrez que vous parlez de diversification des solutions et d’innovation. Or, il ne peut y avoir de diversification et d’innovation que dans un système libéral non plannifié.

        C’est grace au coût réelle de l’énergie, qu’il est possible de s’orienter vers de nouvelles voies. Dans un système étatisé, les prix sont arbitraires, et ne donnent aucune information sur la réalité des besoins et des ressources.



      • olivier cabanel olivier cabanel 16 juillet 2008 13:20

        traroth,
        il n’y a pas d’impasse énergétique,
        le nucléaire est un vieux truc dépassé et dangereux,
        nous ne savons que faire des dechets,
        ils ont pour certains une période de 24000 ans (plutonium), au bout de 24000 ans ils perdent la moitié de leur radioactivité,
        a votre avis, combien faudrait il de temps pour que le plutonium que nous avons produit en 40 ans soit tout a fait neutralisé ?

        il n’y a d’autres alternatives dites vous ?
        mais renseignez vous !!!
        en tout cas, ci dessous, voici une proposition calculée , chiffrée,
        j’attend vos commentaires.

        Nos besoins nationaux sont aujourd’hui de 276 millions de tonnes équivalent pétrole.

        Le premier levier que l’on pourrait actionner serait d’essayer de consommer moins, sans pour autant se priver.

        A titre d’exemple, si demain la France adopte le même coefficient d’isolation que la Suisse (0,6) nous pourrions économiser 15 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole). L’économie serait augmentée de 17 MTEP si les entreprises appliquaient ce même coefficient. Il existe à Genève un immeuble de bureau qui ne possède pas le moindre appareil de chauffage et qui maintient toute l’année un minimum de 18°. Un échangeur récupère la chaleur sortant, et réchauffe l’air frais entrant.

        Les exemples sont multiples en terme d’économie d’énergie : choisir des appareils ménagers moins énergivores pourrait permettre d’économiser 3,5 MTEP. Favoriser le rail pour transporter les marchandises, préférer les voitures électriques ou roulant au GPL/méthane, et consommer sur place les produits fabriqués amenerait une économie de 9,2 MTEP. Se refuser à voir nos rues, nos batiments, nos vitrines éclairées jour et nuit pourrait nous permettre d’économiser 3 MTEP.

        Avec des mesures simples et applicables tout de suite, nous ferions donc descendre nos besoins nationaux à 230 MTEP.

        Les énergies renouvelables sont multiples, et sans s’attarder aux expérimentations, mais en utilisant seulement les énergies pour lesquelles nous avons les preuves de leur efficacité, voici un plan applicable demain.

        Commençons par le méthane qui est l’un des principaux responsables du réchauffement de la planète si on le laisse s’échapper sans l’utiliser.

        Une vache en produit 100 kilos par an. Et tous les animaux, y compris l’homme en produisent aussi.

        Les sources sont nombreuses : fosses septiques, égouts, stations d’épuration, broussailles broyées, marécages...

        Si l’on s’en tient à récupérer le méthane produit par l’activité animale, la production serait chaque année de 90 millions de tonnes équivalent pétrole.

        Suivant les estimations du commissariat général au plan, L’éolien pourrait apporter l’équivalent de 40 MTEP.

        Le solaire thermique et photovoltaïque représente 14% de la production énergétique en Allemagne : en appliquant ce pourcentage chez nous, notre potentiel serait de près de 40 MTEP.

        L’hydraulique aussi permettrait, en préférant des micro-centrales (elles détournent une partie du cours d’eau, respectant mieux l’environnement), de produire au moins 20 MTEP, voire le double.

        La France est riche en eau chaude de sous-sol, et les nappes sont parfaitement répérées, du Bassin Parisien, à l’Alsace, jusqu’au Sud-Ouest en passant par les Dombes (Ain), il y a un potentiel énergétique équivalent à 30 MTEP.

        La filière bois est importante, car en maintenant la population forestière, et en gérant d’une manière équilibrée la forêt, le potentiel est de 20 MTEP.

        En additionnant le tout, on arrive donc à 240 MTEP soit un bonus de 10 MTEP sur nos besoins réels.

        Et encore, je n’ai pas pris en compte la gazéïfication du charbon, ni le moteur à Hydrogène qui a couté la vie à Stan Meyer, celui a air comprimé, et à bien d’autres possibilités (je pense à l’usine marémotrice de la Rance, aux installations qui utilisent l’énergie des vagues…


      • dup 15 juillet 2008 14:31

        il y a effectivement un mur . J’aime bien ces textes :

        http://www.onnouscachetout.com/themes/nom/qui-est%20sous-controle-du-nom.php

        http://silver-wolves.com/articles/unite-vision-reve-lucide.htm

        ce n’est pas par le matériel , l’économie qu’on resoud quoi que ce soit. 


        • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 18:27

          Dup,
          c’est à ce poser la question qui fache,
          l’homme est il fait pour habiter cette planète ?
          peut etre y a t-il ailleurs, un monde ou l’on peut plonger un couteau dans le corps d’un autre, sans le moindre dommage,
          peut etre il y a ailleurs un monde, ou l’on peut raser une foret millénaire, et que l’instant d’après, elle renait,
          peut etre y a -il un ailleurs différent,

          mais nous, nous n’avons pas compris que cette terre n’était pas comme çà,
          le pétrole est une énergie fabuleuse,
          n’est-ce pas un gaspillage de l’avoir consummé en quelques decennies ?
          le diamant brûle très bien,
          à qui serait-il venu l’idée de s’en servir comme combustible, pour faire marcher une chaudière ?

          les sources d’énergies renouvelables sont nombreuses, et illimitées,
          méthane, éolien, hydraulique, géothermie, solaire,
          mais le pétrole a rafflé la mise, et notre monde est construit sur ce modèle,
          si cette énergie vient à manquer, c’est tout un système qui s’effondre,

          il aurait fallu réagir dans les années 70, lorsque rené Dumont, candidat malheureux aux présidentielles, avait largement expliqué tout çà, soulevant les quolibets.

          aujourd’hui, l’échéance est courte : d’après les experts qui s’expriment dans le film, c’est entre 2010 et 2015.
          lorsque l’on fait un parrallele avec ce qu’a déclaré la mission Tara, rentrée d’expédition arctique en début d’année, la fonte totale de la banquise est plus proche que nous le pensions : entre juillet et décembre 2012.
          c’est dans 4 ans, avec une montée progressive des eaux.
          d’autre part, le gulf stream a ralenti, sa vitesse étant modifiée par l’apport d’eau douce dans l’eau salée.
          tout nous indique que le mur n’est pas loin.
          surement pas la fin du monde,
          mais plutot la fin d’un monde.

          à moins que les experts se soient trompés ?


        • dup 15 juillet 2008 19:20

          vous êtes bien peu indulgeant avec l’homme. D’abord il faut savoir qu’il a pas choisi de venir ici. Bien que certains soient pas d’accord , je persiste et signe pour ce petit texte :

           http://www.syti.net/BugsCreation.html

          si nous brûlons du petrole ,c’est que nous avons froid et faim. Si nous en avons pas ,nous rouvrirons les mines du nord et utiliserons le charbon comme autrefois . ça sera pas mieux. Les energies renouvelables sont pour la plupart une vaste blague à part l’hydroelectricité . On peut reccuper un peut d’eau chaude avec des échangeurs solaires , une part dérisoire en photovolatique et les éoliennes marchent pas partout . Il y a bien des legendes qui courent sur les moteurs à eau , à aimants , à hydrogène ,mais on voit jamais rien . Il y a donc un os dans les énergies libres ( pour le moment ) .Il reste le gaz ,ça c’est pas mal ,mais pas renouvelable .Toutes ces démarches d’utiliser ces infimes énergies louables ,mais servent d’alibi. Ensuite cette crise est entierement artificielle et due à des gansters de la spéculation. Ne paniquez pas si vite. De toutes façon nous en sortirons pas vivants . Quand au réchauffement , la terre en a vu d’autres et si vous observez la presse ces 20 dernieres années on nous a annoncé des periodes glaciers , puis chaude etc.. c’est le business de la peur. un peu relax

          http://www.dailymotion.com/relevance/search/rechauffement/video/x5r993_lagr andefraude-durechauffementclima_creation





        • krolik krolik 15 juillet 2008 20:09

          @ Mr Cabanel

          Vous dîtes :" la mission Tara, rentrée d’expédition arctique en début d’année, la fonte totale de la banquise est plus proche que nous le pensions : entre juillet et décembre 2012.
          c’est dans 4 ans, avec une montée progressive des eaux.
          d’autre part, le gulf stream a ralenti, sa vitesse étant modifiée par l’apport d’eau douce dans l’eau salée.
          tout nous indique que le mur n’est pas loin. "

          La mission Tara s’est intéressée effectivement à la banquise. Le fonte de la banquise ne peut influer sur le niveau de l’eau des océans, pour une raison bien simple : le théorème d’Archimède. Un corps flottant ne prend que la palce du volume d’eau déplacé... Donc aucun effet sur le volume et le niveau. Et cela m’étonne que les gens de Tara aient raconté une aussi énorme bêtise.
          Par contre la fusion des glaces / neiges terrestres, où Archimède ne s’applique pas, là peut avoir des conséquences sur le niveau de mer, en gros la fonte du Groënland.
          Mais tout cela n’est pas aussi évident.
          Dans l’antarctique il est dut que la péninsule antarctique se réchauffe, mais ce qu’il y a de sûr c’est que le niveau de neige / glace sur le continent antarctique s’élève prodigieusement et qu’ils s’attendent à battre des records de surface de la banquise antarctique pendant l’hiver austral actuel.

          Essayez d’être plus précis dans vos commentaires pour ne pas être contredit par un gamin de 15 ans.
          Mais vendre de la peur c’est difficile..


        • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 22:58

          dup,
           ci dessous la preuve qu’il existe des solutions,
          il manque seulement la volonté politique de les mettre en oeuvre,

          Nos besoins nationaux sont aujourd’hui de 276 millions de tonnes équivalent pétrole.

          Le premier levier que l’on pourrait actionner serait d’essayer de consommer moins, sans pour autant se priver.

          A titre d’exemple, si demain la France adopte le même coefficient d’isolation que la Suisse (0,6) nous pourrions économiser 15 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole). L’économie serait augmentée de 17 MTEP si les entreprises appliquaient ce même coefficient. Il existe à Genève un immeuble de bureau qui ne possède pas le moindre appareil de chauffage et qui maintient toute l’année un minimum de 18°. Un échangeur récupère la chaleur sortant, et réchauffe l’air frais entrant.

          Les exemples sont multiples en terme d’économie d’énergie : choisir des appareils ménagers moins énergivores pourrait permettre d’économiser 3,5 MTEP. Favoriser le rail pour transporter les marchandises, préférer les voitures électriques ou roulant au GPL/méthane, et consommer sur place les produits fabriqués amenerait une économie de 9,2 MTEP. Se refuser à voir nos rues, nos batiments, nos vitrines éclairées jour et nuit pourrait nous permettre d’économiser 3 MTEP.

          Avec des mesures simples et applicables tout de suite, nous ferions donc descendre nos besoins nationaux à 230 MTEP.

          Les énergies renouvelables sont multiples, et sans s’attarder aux expérimentations, mais en utilisant seulement les énergies pour lesquelles nous avons les preuves de leur efficacité, voici un plan applicable demain.

          Commençons par le méthane qui est l’un des principaux responsables du réchauffement de la planète si on le laisse s’échapper sans l’utiliser.

          Une vache en produit 100 kilos par an. Et tous les animaux, y compris l’homme en produisent aussi.

          Les sources sont nombreuses : fosses septiques, égouts, stations d’épuration, broussailles broyées, marécages...

          Si l’on s’en tient à récupérer le méthane produit par l’activité animale, la production serait chaque année de 90 millions de tonnes équivalent pétrole.

          Suivant les estimations du commissariat général au plan, L’éolien pourrait apporter l’équivalent de 40 MTEP.

          Le solaire thermique et photovoltaïque représente 14% de la production énergétique en Allemagne : en appliquant ce pourcentage chez nous, notre potentiel serait de près de 40 MTEP.

          L’hydraulique aussi permettrait, en préférant des micro-centrales (elles détournent une partie du cours d’eau, respectant mieux l’environnement), de produire au moins 20 MTEP, voire le double.

          La France est riche en eau chaude de sous-sol, et les nappes sont parfaitement répérées, du Bassin Parisien, à l’Alsace, jusqu’au Sud-Ouest en passant par les Dombes (Ain), il y a un potentiel énergétique équivalent à 30 MTEP.

          La filière bois est importante, car en maintenant la population forestière, et en gérant d’une manière équilibrée la forêt, le potentiel est de 20 MTEP.

          En additionnant le tout, on arrive donc à 240 MTEP soit un bonus de 10 MTEP sur nos besoins réels.

          Et encore, je n’ai pas pris en compte la gazéïfication du charbon, ni le moteur à Hydrogène qui a couté la vie à Stan Meyer, celui a air comprimé, et à bien d’autres possibilités (je pense à l’usine marémotrice de la Rance, aux installations qui utilisent l’énergie des vagues… etc..)


        • BFranck 15 juillet 2008 15:29

          J’ai choisi d’extraire de votre article la véritable problématique qui est que :
          1) Tout être vivant doit se nourrir pour vivre
          2) Actuellement, nous consommons beaucoup plus qu’1 calorie pour obtenir 1 calorie de nourriture

          Je ne vois pas à quoi ça sert de disserter et de spéculer sur le reste. Le problème fondamental est là. La mondialisation, en augmentant de façon exponentielle les transports, a entrainé un énorme gachis d’énergie dans toutes les étapes de notre vie.


          • Julius Julius 15 juillet 2008 15:52

            Mais nous avons toujours consommé d’énergie extérieures. Tous les êtres vivants ont le faire. Et j’ai une bonne nouvelle pour vous : il ya un soleil qui nous envoie de l’énergie gratuitement.

            En fait, c’est un peu plus compliqué. Ce n’est pas l’énergie qui est important. Il est l’entropie. Après la deuxième loi thermodynamique, l’entropie de tous les systèmes augmente. Mais l’entropie de la vie n’augmente pas. L’entropie est la mesure de désorganisation. Plus chaotique système a, plus l’entropie. Alors, quand vous organisez un système (= la vie), vous agissez contre la loi de la physique. Comme l’entropie totale du système devrait croître et l’entropie du sous-système (la vie) diminue, il devrait y avoir un autre sous-système, dont l’entropie a augmenté encore plus rapidement (dechets) ou il devrait y avoir une source externe d’entropie faible. Nous avons cette source externe d’entropie - il est de notre soleil. Il nous donne la lumière à faible entropie (la lumière est très organisée). Nous l’utilisons (soit directement, soit accumulée dans petrol, le vent ,...) et nous créons de chaleur - l’énergie à haute entropie. Et nous envoyons cette chaleur dans l’espace. La vie sur terre a toujours travaillé de cette manière. Le seul problème est technologique - pour savoir comment utiliser l’entropie faible du Soleil pour créer la vie organisée sur Terre. Il existe de nombreuses façons, l’utilisation des moyens accumulés de non-entropie (essence, charbon, bois ,...), d’autres moyens l’utiliser plus directement (vent, soleil ,...). [L’énergie nucléaire suit le même schéma, sauf qu’il ne vient pas du soleil.]


          • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 16:30

            Julius,
            c’est un peu court,
            un peut trop simpliste,

            je connais bien l’énergie solaire pour etre avec deux amis à l’origine de la centrale photovoltaique phébus (baptisée maintenant espul)
            une centrale raccordée au réseau, sans avoir besoin de batteries pour accumuler l’énergie.

            mais le parrallele avec le nucléaire s’arrete là.
            le solaire ne produit pas de dechets,
            le nucléaire si, et nous ne savons ce qu’en faire,
            çà fait 40 ans qu’on nous promet de trouver une solution,
            en attendant ces dechets empoisonnés nous posent de gros problèmes.

            l’énergie qui sert au commerce, au transport, a l’agriculture, et a la plupart de nos activités vient pour l’essentiel du pétrole,
            avez vous bien regardé le film.
            ce sont des experts qui s’expriment,
            pas des écologistes alarmistes et éventuellement partisans,

            il fallait réagir au début des années 70,
            et j’ai bien peur qu’il soit bien trop tard pour échapper à ce qui est décrit dans le film avec beucoup de précision.


          • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 16:48

            frank,

            ouf,
            merci de votre commentaire,
            vous (au moins) avez vu le documentaire proposé dans mon article,
            et vous résumez parfaitement la situation.


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 16 juillet 2008 10:58

            @ Olivier Cabanel.

            Si l’homme ne mérite pas la terre, et si nous allons droit dans le mur, je ne comprends pas pourquoi vous n’essayez pas le gaz ?

            Peut-être à cause des risques de polution ?


          • josepha josepha 15 juillet 2008 16:18

            Oui !! vous avez parfaitement raison, le communisme malheureusement à été trompé depuis bien

            longtemps. Je ne puis plus leurs confiance car leurs programmes n’est plus ce qu’il était nous partons

            vraiment dans le mur, sans vouloir vous siter.

            Mais le capitalisme peut aussi bien exploser , avec tout le malvivre que la société endure en ce moment.


            • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 16:39

              josepha,
              comme vous l’avez bien compris, il ne s’agit pas seulement d’opposer communisme et ultra-libéralisme,
              il s’agit de constater que nous avons un gros problème,
              et que, s’il faut en croire les experts qui s’expriment dans le film proposé, nous avons quelques soucis à nous faire,

              si l’on met en parrallele les conclusions de la mission Tara, qui est rentrée d’une mission en arctique au début de cette année, ils affirment que la fonte totale de la banquise est beaucoup plus proche que nous le pensions, et penchent pour le dernier semestre 2012.
              avec une conséquence évidente, une montée des eaux,

              d’après les spécialistes, une montée d’un seul petit metre déplacera 100 millions de personnes sur la planète,
              si la montée, comme certains scientifiques l’affirment, y compris des experts de la Nasa, est entre sept metres et 300 mètres, combien pensez vous que de personnes seront des exilés climatiques dans les 4 années a venir ?

              il aurait fallu réagir dans les années 70, lorsque rené dumont, et d’autres nous mettaient en garde,
              mais j’ai bien peur qu’il soit un peut tard.

              ce n’est surement pas la fin du monde, mais plutot la fin d’un monde,
              un autre cycle s’ouvre,
              cela laissera des traces, et de la souffrance bien sur,

              j’espère que ces experts se sont trompés,
              mais vu leur connaissance en la matière, je crois qu’il faut se résoudre a quelques mauvaises surprises.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2008 16:58

              @ L’auteur :   Bien sûr on passera au solaire et à l’eolien. Peut-être qu’on sauvera la planete, mais même si toute cette histoire de réchauffement n’est qu’un buzz, on le fera de toute façon car il y a des trillions de dollars à faire.   Quant au pétrole, il tiendra... jusqu’à ce qu’on en ait tiré tout le profit possible et qu’on soit prêt a dépecer l’autre coté de la dinde...

               Pierre JC Allard


            • olivier cabanel olivier cabanel 15 juillet 2008 18:30

              a p. allard,
              je pense, si j’ai bien compris le documentaire dont s’inspire l’article, que nous avons déja commencé à découper l’autre coté de la dinde.


            • ylange 15 juillet 2008 16:28

              la vie est l’espoir, peut être cela veut-il dire la même chose que l’explication par l’entropie...toute l’histoire le montre même si les civilisations meurent !
              mais halte à l’utopie, la aussi il me semble utile de revisiter l’histoire, pourquoi l’idéal de solidarité et partage n’ a jamais réussi à s’étendre et à perdurer ?
              S’il peut être louable et efficace, dans les associations, les petits groupes sociaux, à grande échelle et dans le temps il conduit inévitablement à la dictature (policière, économique ou religieuse). Pourquoi ?
              Dans une sociéte ou la bienveillance est un peu répandue (trop bon, trop c...) les mauvais en profitent. l’équilibre du bien et du mal est un débat vieux comme le monde... si celà a changé récemment je serais très heureux de le savoir ( la litterature New Age ne m’a pas convaincu).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès