Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Et si l’épargne devenait solidaire ?

Et si l’épargne devenait solidaire ?

Ce n’est pas ce que vous croyez : ce n’est pas encore un plan de mobilisation de l’argent public pour sauver les banques ! Non ! Il s’agit de l’épargne solidaire. A l’occasion de la Semaine de l’épargne solidaire, qui se tient du 18 au 25 octobre 2008, et initiée par l’association Finansol, les épargnants sont invités à contacter leur banquier pour découvrir dans quelles conditions ils peuvent "épargner solidaire".

Il existe une autre façon d’épargner que de prêter son argent à cette internationale du fric qu’est la nébuleuse financière qui a bénéficié d’un plan de sauvetage au nom d’une prétendue solidarité : "épargnants du monde entier, unissez-vous pour sauver les actionnaires, les spéculateurs et les banquiers !" Eh bien non ! On peut faire autrement...

--------------------------------------------------------------------
Plus loin que les placements éthiques : l’épargne solidaire. 




Les placements éthiques sont des placements boursiers permettant aux particuliers d’investir de manière sociale et responsable. 

L’investissement ne vise pas seulement à rechercher la performance financière ; il mise aussi sur la prise en compte de notions extra-financières, comme le comportement social, humain, écologique ou bien environnemental de l’entreprise. Même logique pour les fonds éthiques qui s’appuient sur des critères financiers, mais également sur une approche d’ordre moral : des valeurs de sociétés exerçant leur activité dans des secteurs sensibles tels que l’armement, le tabac, l’alcool, peuvent être sous-pondérées voire exclues. Existent aussi les fonds de développement durable où la sélection des entreprises se fait en fonction de leurs comportements vis-à-vis de l’environnement, de leur politique sociale, de leurs relations avec les fournisseurs et les sous-traitants.

L’épargne solidaire est plus engagée :

Ce type d’épargne permet de financer des opérations solidaires, qui ne trouvent pas de financements dans les circuits financiers classiques. "Agissant directement contre l’exclusion, ces projets peuvent concerner des entreprises créées par ou pour des personnes en difficulté, le logement de familles en situation précaire ou des activités sur des territoires marginalisés", explique Mathilde Castres chez Finansol. Ces projets peuvent aussi parfois dépasser le cadre national et encourager la solidarité Nord-Sud.

Les produits d’épargne solidaire peuvent prendre la forme de livrets, SICAV ou FCP, contrats d’assurance-vie. Finansol, l’association pour le financement solidaire, a labellisé de nombreuses propositions, qu’elle classe en deux catégories :

les placements de partage où une proportion des revenus générés doit être distribuée sous forme de dons à des organismes solidaires. Ainsi, le particulier souscrit un placement en acceptant qu’une partie des revenus soit reversée à une association de son choix. Le donateur reçoit un justificatif qu’il pourra joindre à sa déclaration de revenus ;

les produits d’investissement solidaire. Ici le mécanisme de solidarité se situe au niveau de l’encours de l’investissement. Pour que ce dernier soit reconnu « solidaire », la loi exige qu’au moins 10 % de son encours soit destiné au financement de projets solidaires. Par exemple, à la création de petites entreprises par des personnes en difficulté ou au logement de familles en situation précaire ou encore au développement d’activités dans les pays du Sud.

Le régime fiscal de l’épargne solidaire varie en fonction du type de placement effectué, trois cas : l’épargne est investie dans des actions non cotées d’entreprises dotées de l’agrément « solidaire », l’épargne est placée dans des produits de partage solidaires, l’épargne est placée dans des produits de partage favorisant la fourniture de repas en France ou le logement de personnes en difficulté.

Dans ce dernier cas, s’applique la loi "Coluche" : pas de doute, il s’agit bien de solidarité !

--------------------------------------------------------------------
La Semaine annuelle de l’épargne solidaire.




Jusqu’ici organisée au sein d’une région spécifique, la Semaine annuelle de l’épargne solidaire sera nationale à partir de cette année. L’événement se tient du 18 au 25 octobre 2008 dans les régions suivantes :

Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Île-de-France, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, PACA, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes.

L’objectif de cette Semaine nationale de l’épargne solidaire, initiée par l’association Finansol, est de promouvoir cette forme d’épargne, de montrer que l’argent peut aussi servir à améliorer les choses. Sont notamment au programme des expositions photos, des conférences généralistes et thématiques sur les finances solidaires, des visites guidées d’entreprises soutenues, l’organisation de marchés « solidaires »... (programme complet sur "parlezenavotrebanquier.com").

La campagne de mobilisation des réseaux bancaires et mutualistes lors de cette Semaine de l’épargne solidaire vise à inciter ces réseaux à connaître et proposer à leurs clients des offres d’épargne solidaire.

Cette semaine de l’épargne solidaire arrive à point nommé, à un moment où l’on s’interroge sur le sens du capitalisme financier, son but, ses excès. Le modèle d’épargne solidaire ne pourrait-il pas être étendu dans son principe pour que l’épargne n’aille pas vers les sociétés qui ont trompé leurs clients ou qui ont joué dangereusement avec l’argent des épargnants au prix de pertes considérables ? L’épargne ne pourrait-elle pas avoir aussi pour but de récompenser les bons gestionnaires et de sanctionner les mauvais ?

Liens :

Finansol 

Les Echos 2005




 


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 21 octobre 2008 12:29

    Il faut ajouter un étage de plus à l’épargne éthique et solidaire : l’épargne morale. Mais "morale" au sens strict et délimité dans le champ économique. Il ne s’agit pas d’y introduire des notions contestables...


    • foufouille foufouille 21 octobre 2008 12:51

      il faudrait deja que ca soit vraiment solidaire ou ethique
      dans le meme genre on a les truc equitable. 10c pour le producteur et le prix de vente est multiplie par deux
      ou les dons par prelevement automatiques aux ONG
      comme ca, en sortant de sa grande ecole a 28a, on peut faire un beau stage vacance
      ca fait bien sur le CV, le style kouchner
      en plus ca donne bonne conscience


      • Mr Mimose Mr Mimose 21 octobre 2008 13:28

        Je veux bien mais je n’ai aucune épargne moi !


        • foufouille foufouille 21 octobre 2008 16:29

          moi non plus
          ca ne m’est pas autoriser


        • Proudhon Proudhon 21 octobre 2008 18:18

          @mr mimosa et autres

          Je comprend pas bien votre paradoxe. J’ai lu vos différents posts sur d’autres fils. Vous semblez être de gauche, où alors j’ai rêvé. En plus la photo d’ H C Chavez est éloquente.

          Il n’est pas besoin d’avoir une épargne pour être solidaire. La carte bleue Agir du Crédit Coopératif par exemple, permet, sur le compte courant, de verser une somme aux associations humanitaires ou à vocation sociales.

          Le Crédit Coopératif, où La Nef font de l’éthique une priorité. Si vous trouvez que c’est ne pas s’attaquer au système que de choisir des banques plus éthiques, alors je ne vois pas votre idéal social......

          Il n’est pas non-plus obligatoire d’être riche pour avoir une épargne. Mon père était un ouvrier. Il s’est privé tout au long de sa vie pour laisser une somme d’argent à ma mère si quelque chose lui arrivait. Ce qui s’est produit. Ce n’est pas une fortune, mais c’est quand même une épargne.



        • Proudhon Proudhon 22 octobre 2008 17:09

          Tiens, revoilà le glandeur de première.

          Va voir chez ta mère si j’y suis bouffon !


        • ronchonaire 21 octobre 2008 15:32

          L’épargne solidaire existe déjà en théorie ; le problème vient du fait que l’argent des épargnants est complètement détourné de sa fonction première par ceux qui le gère.

          Il y a en effet une association qui s’appelle "Trésor Public" qui prélève environ la moitié de ce que chacun d’entre nous gagne, en nous expliquant que ce prélèvement se fait au nom de la "solidarité nationale" ; c’est d’ailleurs pour ça que cette épargne est obligatoire.

          Cette association reverse en effet l’intégralité de notre épargne à une autre association appelée "République Française", censée investir les fonds dans des secteurs "solidaires" tels que la sécurité publique, la justice, l’éducation, la santé, les infrastructures principales, etc. Cette assoc a d’ailleurs créé des branches, qu’elle appelle "Ministères", pour cela.

          Malheureusement, cette assoc connaît de graves problèmes de gestion ; en effet, un peu comme dans l’affaire de l’ARC il y a quelques années, personne ne sait vraiment comment est utilisée notre épargne. Tout ce que l’on sait, c’est qu’une infime partie seulement de notre épargne est dépensée à des fins vraiment utiles, le reste servant à payer les millions de "bénévoles" bossant pour cette assoc, quand il ne finit pas carrément dans les poches de ses dirigeants.

          Je pose donc la question : et si nous demandions des comptes à l’assoc censée gérer notre épargne au mieux de nos intérêts avant d’organiser un racket parallèle ?


          • foufouille foufouille 21 octobre 2008 16:33

            ca sert a construire des ronds points, des ralentisseurs, des tgv vendu aux chinois, des centrales qui fuient, des HLM qui engraisse les politiques (detruit au bout de 40a car temporaire), des "oeuvre d’art", etc
            ainsi que des taverniers qui postent a leur boulot...........


          • La Taverne des Poètes 21 octobre 2008 18:13

            Tu fais bien, tiens, de préciser que je travaille, moi...


          • foufouille foufouille 21 octobre 2008 20:35

            je "travaille" moi
            c’est mieux


          • ronchonaire 22 octobre 2008 09:27

            Justement Léon, des associations gérant de l’argent privé sont bien mieux contrôlées que l’institution en charge de l’argent public ; vous trouvez peut-être ça normal, moi pas.

            Mon commentaire ne faisait que rappeler que c’est l’Etat qui est censé s’occuper de tout ce qui est "solidaire" en France ; c’est en tout cas ce qu’on nous rabâche à longueur de journée (vous le premier d’ailleurs) et c’est pour cela, paraît-il, que nous payons autant d’impôts. Le fait qu’on en soit réduit à créer de l’épargne "solidaire" n’est qu’un rappel cruel de la faillite de l’Etat qui, même en prélevant 3700 euros par français et par an, n’est pas foutu d’assurer la redistribution correctement.

            Je n’ai rien contre le fait de donner une partie de mon argent à ce genre d’initiatives mais il est absolument hors de question que je paie deux fois pour la même chose donc de deux choses l’une : soit l’Etat arrête de me prendre les sommes prévues pour la "solidarité" et me laisse choisir leur utilisation (quitte à ce qu’il m’impose un montant minimal), soit il continue de me prendre des sommes indues mais dans ce cas, qu’il fasse son boulot correctement et surtout, qu’il arrête de nous culpabiliser ; s’il y a autant de pauvres en France, c’est de sa faute, certainement pas de la notre.


          • foufouille foufouille 22 octobre 2008 11:26

            tu peut deja choisir si tu paye des impots
            bien sur il s’agit d’association de potes remplies souvent d’enarque
            l’ARC, emmaus, croix rouge, etc. tout ca est prive et souvent vereux


          • Proudhon Proudhon 21 octobre 2008 18:08

            Je reprend ma réponse à un internaute sur un autre fil !

            Que faut-il faire. C’est simple, commencer par changer de Banque et choisir une banque plus éthique. Je viens de reçevoir les papiers pour ouvrir un compte au Crédit Coopératif. Il existe des produits solidaires au Crédit Coopératif :
            http://www.credit-cooperatif.c...

            Je vais prendre un compte-chèque Nef, Crédit Coopératif :

            http://www.credit-cooperatif.c...

            Voir La Nef :
            http://www.lanef.com/

            Mais on est pas obliger de souscrire au partenaria Nef-Crédit.

            Il existe la carte "bleue" Agir :

            http://www.credit-cooperatif.c...

            La Carte Agir vous permet de faire vos retraits d’espèce en France et à l’étranger. Dès l’attribution de votre carte, le Crédit Coopératif verse 3 euros à l’association partenaire de votre choix puis 0,06 euro à chaque retrait effectué dans un distributeur automatique de billets.

            C’est le Crédit Coopératif qui fait le don à l’association, il n’y a donc aucune incidence sur votre compte.

            Changeons de banque et choisissons une banque plus éthique que ses consoeurs. Agisssons !


            • Mr Mimose Mr Mimose 21 octobre 2008 22:27

              Humm, furtif, ne jugeons pas si vite, il est possible que les autorités veuillent mettre à mal ce genre d’établissement en le décridibilisant avec des histoires de sectes.
              Je demande à en savoir un peu plus.


              • snoopy86 21 octobre 2008 23:53

                J’avoue voisin, que comme toi j’ai beaucoup appris sur le fil auquel tu fais allusion...

                Agogoravox


              • Proudhon Proudhon 22 octobre 2008 17:17

                @furtif

                C’est ton intelligence qui est furtive guignol de vogue. Dans tous tes liens, il n’y a rien qui explique une quelconque arnaque de la Nef ou du Crédit Coopératif.

                Par contre les banques nationales et internationales, elles, sont en train de te baiser bien profondément (tu me diras, tu dois aimer ça .) Je n’ai pas besoin de liens pour le prouver. L’actualité en parle tous les jours.

                En fait toi, t’es un valet, larbin des banques arnaqueuses et de leur maîtres de la finance internationale. Tu les défends bec et ongle.


              • TSS 22 octobre 2008 11:55

                pour moi le "solidaire" c’est le SEL(1 service pour 1 service) ,l’entraide qui est considérée par les abrutis qui

                nous gouvernent comme du travail au "noir".

                quand à la soi disant "secte" anthroposophique ,elle nest pas plus dangereuse que la"secte" des "piliers de

                bistrot"
                que j’ai cotoyé pendant 30 ans dans le bar de mes G.parents... !!!



                • Botsu 22 octobre 2008 11:55

                  Elle existe déjà l’épargne solidaire : mobilisation du Livret A pour soutenir les marchés et la spéculation, c’est pas beau ça ?


                  • CMB 24 décembre 2008 15:46

                    Même si notre cher gouvernement va se servir du livret A pour refinancer les entreprises. Gageons que dès le 1er janvier des centaines d’associations caritatives pourront placer facilement leur épargne sur des livrets A
                    https://www.hsbc.fr/1/2/hsbc-france/associations-v2/placements/nos-solutions-de-placement-individuelles/livret-a

                    A défaut d’avoir de l’épargne solidaire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès