Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Et si le pire était vraiment derrière nous à moyen terme ?

Et si le pire était vraiment derrière nous à moyen terme ?

Seulement 4% parmi 600 professionnels du marché des changes anticipent une reprise en V. Pratiquement l’intégralité des pros s’attend à une crise longue sans reprise. Le seul souci, c’est que les consensus n’ont pratiquement jamais raison dans les faits !

Dans le camp des économistes il y a les pro inflation et les pro déflation. Ils n’ont qu’une seule chose en commun, la crise n’est pas terminée, loin de là, pour certains elle ne fait même que commencer.

Pour les techniciens, nul doute, le marché n’a pas fini sa baisse. Nous testerons encore les plus bas déjà réalisés il y a quelques semaines.

Personnellement, je peux me payer le luxe de n’avoir aucun avis sur la question. Mes systèmes de gestion sur les marchés travaillent pour moi, tout se passe en automatique, je n’y mets jamais mon grain de sel. Et je gagne !

Alors quand je ne suis pas en train de chercher de nouvelles idées de systèmes de trading ou de courir après les urgences techniques, je peux me payer le luxe de sortir de la mêlée et observer ce qui se passe.

Même si mon opinion n’aura aucun impact sur ma performance, par challenge intellectuel j’aime avoir ma propre idée sur le devenir économique.
Si mon timing est loin d’être parfait (encore une fois je peux avoir ce luxe puisque mon trading ne s’en inspire pas), depuis quelques années, je peux me targuer d’avoir senti « quelques grands changements économiques » bien avant la foule.

Pourtant aujourd’hui je dois dire que je n’avais aucune idée précise.

J’entends tous les arguments des pro inflation ou déflation et ni les uns ni les autres me convainquent. Il y a des failles trop grosses dans le raisonnement de chaque camp et dire aujourd’hui qu’on peut deviner la réalisation d’un scénario plutôt que d’un autre tient plus du coup de chance que de la conviction éclairée.

Reste la pure évolution technique des marchés sans essayer de lier cela avec des réalités économiques et là, la dernière étude de Barclays Capital ne me rassure pas.

Voyez plutôt, sur 600 investisseurs professionnels sur le marché des changes (directement impacté par l’évolution économique) :
37.5% voient une reprise en W
31.5% en forme de U, c’est à dire avec une croissance qui reste faible pendant un temps avant de se reprendre.
Le scénario en L, le plus pessimiste recueille 23.5%
Et c’est là que cela se complique, seulement 4.5% choisissent un scénario en V avec une reprise vigoureuse.

Pire encore sur la reprise en cours actuelle, sans rentrer dans le détail, seulement 17.5% pensent qu’elle a encore du potentiel.

Je suis un acteur et un spectateur privilégie sur les marchés financiers depuis seulement 15 ans. La dernière fois que j’ai vu un consensus avoir raison c’était en … ?

Et bien en fait, je ne l’ai jamais vu.

A chaque fois le plus petit nombre a deviné avec précision ce qui allait se passer.

Oublions quelques instants, ce sondage. Sur tous les articles que j’ai lu depuis quelques mois, une fois qu’on a trié les habituels cassandres et ceux qui savent tout, il ne reste pas grand chose.

Pourtant un article du Times a récemment retenu mon attention. En gros l’auteur (Henry C K Liu) expliquait que l’inflation était un phénomène économique obligatoire. Pour que cette inflation ne soit pas un danger économique, il fallait la reporter intelligemment vers un actif (lire entre les lignes, à coup de manipulation grossière des banquiers centraux). Dans les 20 dernières années cela a donné d’abord la montée spectaculaire des bourses mondiales puis celle des actifs immobiliers.

Il conclut sa pensée en émettant l’hypothèse que cette fois ci nous pourrions encore une fois assister à une inflation (qui serait gigantesque vu les sommes injecté par les états) sur les actifs boursiers. Cette manière de procéder serait la moins pénible pour le public et la plus facile à organiser. Pourtant il reconnaît que cela conduirait à augmenter une fois encore le trou entre les plus riches et les plus pauvres (ce qui ne donne que plus de poids à sa vision).

Cette hypothèse a retenu mon attention pour une seule raison : comment se fait t’il que absolument personne, même les pires révolutionnaires de gauche et encore moins ceux de droite qui disent vouloir faire face à tous les problèmes, ne se demandent pas quel sera l’impact économique du départ en retraite de la génération des baby boomers et comment l’anticiper. Avant même que nous soyons sortis de cette crise une plus grosse encore va nous tomber dessus.

Les quelques essayistes économistes qui s’y sont frotté font froid dans le dos.

Mes neurones libres de toute nécessité de détenir la vérité économique pour réussir en trading choisissent souvent le scénario le plus improbable. D’abord parce qu’un grand contrarien sommeil en moi et puis surtout parce que si la masse avait raison, la plupart des comptes de trading s’afficherait en vert depuis bien longtemps. Or, je suis le directeur de www.bestcfd.com et j’accède en conséquence à la réalité de mes clients ou des clients de mes confrères, à savoir que la majorité des intervenants perd ! Peu importe l’horizon de temps étudié. Les clients perdaient dans les années 90 et ils continuent à perdre dans les années 2000.

Je sais que dire ceci est contraire aux règles commerciales des courtiers, mais c’est la vérité. Dans les années 2010, je suis certain que la majorité des clients continueront à perdre sur les marchés.

Dans cette logique, je me dis que si 4.5% des pros croient à une reprise rapide, nous avons donc probablement touché le plus bas et le marché risque de poursuivre sa hausse à un rythme qui surprendra même les plus optimistes.

L’inflation qui résulte de ces milliards déversés par les banques centrales dans l’économie va être « manœuvré » habillement vers les actifs boursiers ce qui nous promet des records dont on n’ose même pas rêver.

Pour 2009 ? 2010 ? 2011 ?

La crise, la vraie, ce n’est pas celle que nous sommes en train de vivre, d’origine financière et immobilière, mais celle bien plus forte qui sera déclenchée par tous ces baby boomers qui partiront en retraite. Et quand elle arrivera, les états auront les poches vides : nous tomberons de bien plus haut.

Vous avez du mal à y croire à ce retour des marchés haussiers pendant quelques semestres ou quelques années avant que la foudre s’abatte à nouveau avec bien plus de force ?

Seuls 4,5% des intervenants le jouent…

Samuel Rondot


Moyenne des avis sur cet article :  1.64/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 22 juin 2009 11:17

    Ben si il y a des gens qui s’intéressent à la démographie :

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/il-n-y-a-pas-de-porte-de-sortie-51572

    J’ai même suggéré qu’elle était la cause de la crise actuelle.

    Votre opinion me semble intéressante, mais votre article apporte peu d’information. Les prévisionnistes se plantent ? Ben oui, c’est à cela qu’ils servent.

    Sinon, vous commettez à mon avis un amalgame propre aux financiers consistant à mélanger l’économie et les marchés financiers. Il n’y aurait rien d’anormal à ce que ceux-ci aient l’air de se porter très bien dans une économie qui va très mal, puisque l’on retire de la cote les entreprises et établissements financiers qui font faillite, et que l’on y inclut les subventions publiques. Mais un nouveau choc de pessimisme est inéluctable à court terme, parce que, comme vous le signalez et selon votre logique, une majorité croit à une reprise, et l’on a donc plus un concert de violons que de canons, même s’il est un peu tristounet.

    C’est quoi, une « grande dépression » ? La première fois que l’on a utilisé cette expression, c’était vers 1880, dans une crise qui a duré plus de 10 ans, et a été causée par la mondialisation. On pense généralement qu’elle a pu avoir un lien avec la guerre de 1914, en renforçant protectionnisme, nationalisme, et xénophobie. Comme pour le lien 1929/1939. Tout cela a détruit l’Europe. Pendant ce temps, les US, qui étaient en 1950 un simple exportateur agricole, étaient devenus en 1900 le premier producteur industriel. Grandeur et déclin des empires ...

    La prévision ne sert à rien. La prospective peut être utile. La seule chose qui éclaire à moyen/long terme, ce sont les fondamentaux, les tendances lourdes. Il n’y a rien de plus « lourd » que la démographie : ce sont les femmes qui font le monde de demain.


    • plancherDesVaches 22 juin 2009 12:37

      Oui, en effet, les femmes sont lourdes.

      J’ai mal interprété... ?? smiley


    • Forest Ent Forest Ent 22 juin 2009 13:58

      Elles sont effectivement très « lourdes » à certains moments précis de leur existence. S’il y en a qui le sont tout le temps, c’est nerveux.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 27 juin 2009 17:14

      D’autant plus, oserais-je, que le « pire derrière nous à moyen terme » pourrait s’avérer se trouver devant nous à court terme.
      Ça dépend de la longueur des termes comme dirait Pagnol, mais ça en dit long en tous cas sur la torture des méninges que certains s’infligent (et essaient de nous infliger) pour éviter de voir la réalité en face, n’est-ce pas cher auteur ?
      La crise commencera quand Renault fermera et qu’il n’y aura plus que des patates à Carrefour, bordel, combien de fois faudra-t-il le répéter ?
      J’ai pas vu encore une seule queue dans la rue.


    • citoyen 22 juin 2009 11:39

      quel est le propos de cet article ? c’est du publi rédactionnel pour le site de l’auteur ?
      agoaravox baisse


      • plancherDesVaches 22 juin 2009 11:40

        Hhmm...

        La seule différence avec 1929 est que cette fois-ci, l’information passe.
        Même si les médias sont, comme nous, manipulés et muselés. Et cela ne fait absolument pas plaisir à une corporation qui a besoin de discrétion dans ses manoeuvres.
        Et sans entrer dans les détails des BRIC ou des Pays du Golfe qui vont créer leur monnaie, le scénario catastrophe du LEAP s’installe doucement.


        • plancherDesVaches 22 juin 2009 16:22

          Enfin une bonne nouvelle :
          http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/06/22/le-retour-en-fanfare-d-un-enfant-failli-de-wall-street_1209920_1101386.html#ens_id=863164
          « C’est ainsi que Mark Walsh, l’architecte des montages immobiliers qui ont plombé la banque américaine, se lance dans une nouvelle aventure : gérer le portefeuille des biens immobiliers... rescapés du naufrage »

          Ceux qui sont au chômage ou qui vont bientôt l’être en partie à cause de cet individu doivent être content qu’il ait retrouvé du boulot.
          Il va pouvoir continuer à faire croître son pactole.

          On en viendrait presque à moins détester la mafia : eux, au moins, ont un honneur.


        • plancherDesVaches 22 juin 2009 12:34

          Soyons moins bas : cela nous fait un article qui nous permet un échange d’idées qui sera beaucoup plus intéressant.
          Et bien vu, le démontage de la méthode commerciale. Cela permet aux « petits porteurs » de réaliser qu’ils se font bien avoir.
          Et ne reste accrochés que ceux pour qui la protection de leur petit capital provoque une irrésitible envie de « jouer » ou de s’estimer plus intelligents que les autres.

          Un truc qui m’était venu en regardant les palais que sont les casinos. L’argent doit bien venir de quelque part... smiley


        • ONEWAYTHINKING 22 juin 2009 15:04

          LA CRISE EST DEVANT NOUS CAR ELLE EST SYSTEMIQUE

          POUR EN SAVOIR PLUS : www.penseeunique.fr

          BONNE LECTURE

          SINCEREMENT


          • Cug Cug 22 juin 2009 15:21

            La crise ne fait que commencer, si les bourses se stabilisent après masse licenciement c’est un trompe l’œil ... pour bisounours.
            Le pire est à venir ...


            • Gandalf Tzecoatl 22 juin 2009 18:16

              L’explosion des retraites, si l’intention est de ne plus les payer, est un indicateur à une certaine génération, celle qui en bénéficie, de quitter le navire. La SS est insubmersible, c’est bien connu.


              • mouton-garou mouton-garou 22 juin 2009 20:41

                Bonjour samuel,

                Comme le note Rodier plus haut, ça fait plaisir de voir un winner dans un monde où « la majorité des intervenants perd ! »
                Quant à la reprise elle aura à mon avis déjà du mal à rester en L. Nous devrions parler de la rechute qui ne tardera pas avec la crise des bons du Trésor qui règlera définitivement le problème des retraites.
                2010 - 2011 : Je pense qu’on est vraiment mal barré, ca pue l’hyperinflation !


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 27 juin 2009 17:05

                    @ l’auteur : « Derrière nous à moyen terme »...

                    Vous en avez d’autres comme celle-là ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès