Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Etats-Unis : pays ingouvernable !

Etats-Unis : pays ingouvernable !

Depuis sa fondation, la nation américaine a systématiquement dépensé plus qu’elle ne gagnait, allant donc sur les marchés et au-devant des investisseurs pour financer ce différentiel… De fait, comme ces déficits se sont accumulés au fil des décennies eu égard à la fièvre dépensière des américains et de leurs autorités, leur Congrès – quoiqu’en partie responsable de cette boulimie – crut bon de limiter dès 1917 la masse globale de cet endettement même si ce plafond devait être très régulièrement remonté et ce bon an mal an et quelle que soit l’administration en place, Républicaine ou Démocrate. Il va de soi que, en dépit de la bonne centaine de fois où ce plafond dut être relevé depuis 1917, l’opposition alors en place prit systématiquement un malin plaisir à condamner le Président et le parti qui contrôlaient la Maison Blanche, comme si ces sommes dépensées et ces déficits n’étaient pas également la résultante de la mauvaise gestion des anciennes administrations et des anciens Congrès… Ce petit jeu politique fournissait ainsi à intervalle régulier des munitions au parti opposant qui se complaisait donc comme il se doit de dénoncer les tendances dispendieuses d’une majorité qui, ayant vidé les caisses, appelait dès lors au-secours afin d’être légalement autorisée à financer le train de vie de l’Etat.

Pour autant, l’escalade verbale entre Républicains et Démocrates à l’occasion du relèvement du plafond de la dette de leur pays a aujourd’hui atteint son paroxysme tout en menaçant très concrètement de déboucher sur une impasse aux conséquences dévastatrices. Cette incapacité légale du gouvernement US d’emprunter davantage pour remplir ses obligations se traduirait immédiatement bien-sûr en une baisse (historique) de leur notation avec, à la clé, une augmentation automatique des taux d’intérêts qui pénaliserait PME et consommateurs demandeurs de financements. Le violent et prévisible décrochage du billet vert exercerait une forte pression ascendante sur l’ensemble des tarifs énergétiques et des matières premières sachant que les bourses du monde entier dévisseraient avec une violence pire encore que lors de la déconfiture de Lehman ! Enfin, le gouvernement américain en manque de fonds devrait réduire sur le champ ses dépenses de l’ordre de 40%, licencier en masse et induire ainsi une récession bien plus dramatique que celle des années 2007 à 2009.

Incapables de s’entendre et de faire des compromis dans l’intérêt du pays et de leurs concitoyens, les politiques américains censés diriger la nation la plus puissante du monde en deviennent également la risée. Le système politique de ce pays semble en réalité incapable de faire face à une situation financière pour le moins périlleuse tant et si bien qu’il devient légitime de s’interroger aujourd’hui : les Etats-Unis d’Amérique seraient-ils devenus un pays ingouvernable ? Du haut de leur déficit budgétaire qui se monte à 10% de leur P.I.B., les Etats-Unis ne peuvent de nos jours plus se financer que grâce au reliquat de cette réputation appartenant bel et bien au passé qui voulait que la solvabilité de leur Etat fédéral soit aussi solide – sinon plus – que l’or. Pourtant, nul Empire n’étant éternel, les autorités successives de ce pays - dont le seul souci semble de se dérober à leur responsabilité de passer des compromis visant à résoudre cet imbroglio budgétaire – feraient mieux de méditer les leçons de la Livre Sterling et de l’inexorable perte d’influence de l’Empire Britannique. 

Ce disfonctionnement apparent cache certes une stratégie de la part des deux partis en présence selon laquelle il est important de faire monter les enchères avant de parvenir à un compromis. Pour autant, si la volonté de ces responsables est bien de redresser les finances du pays, tout accord devra impérativement être crédible et global. La complexité de ce dossier exclut donc tout accord à la hâte qui sera durement sanctionné par les marchés… Il est néanmoins plus que probable que Républicains et Démocrates finiront bien par relever ces prochains jours le plafond de leur endettement même s’il y a fort à parier que ce deal de dernière minute se borne à colmater les brèches. En conséquence, attendons-nous à une dégradation de la notation des Etats-Unis dès Septembre prochain car les 4'000 milliards de dollars de réductions budgétaires sur les 8 à 10 ans à venir recommandés par les agences de notation ne seront certainement pas réalisées. Autrement dit, même si compromis sur le plafond de la dette US il y a – et il y en aura un ! -, la santé financière des Etats-Unis n’est en rien sur le point de s’améliorer et de nouveaux chocs, violents pour l’économie mondiale, sont d’ores et déjà à programmer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 25 juillet 2011 10:22

    L’auteur me fait penser à Georges Ugeux (Galileo Global Advisors) interviewé sur le floor de Wall Street, et qui parle du « déni de réalité des marchés ».

    Michel Santi fait mine d’ignorer le débat sur le Glass-Steagall - la fin de Wall Street et l’émission de crédit productif public tel que spécifié par la Constitution américaine - et sponsorisé par 30 congressistes, à la fois Démocrates et Républicains.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 juillet 2011 20:10

      @ Roosevelt vs Keynes


      Le Glass-Steagall est une bonne mesure… mais tout a fait marginale au vrai problème. Le vrai probleme est que la ponction du capital sur le prix obtenu de la vente de la production ne laisse pas aux consommateurs - ceux dont les besoins ne sont pas comblés et donc essentiellement les travailleurs - le pouvoir d’achat suffisant pour acquérir cette production. 

      Comme il faut bien que la production se vende, non seulement pour répondre aux besoins des consommateurs, mais aussi pour permettre un profit aux producteurs et la rémunération du capital lui-meme, on « prête » au consommateur ce que l’on refuse de lui « donner » pour son travail, avec pour conséquence que …«  depuis sa fondation, la nation américaine a systématiquement dépensé plus qu’elle ne gagnait  »

      Heureusement ! Sans le crédit, le syteme capitaliste ne peut pas aller chercher sa livre de chair sans tuer la pauvre bête… ! Mais il faut bien, de temps en temps remettre les pendules a l’heure et réajuster le rapport de la monnaie à la réalité. Si on refuse de supprimer « la monnaie de trop » par l’inflation, il faut la supprimer autrement. 

      La crise actuelle est la réticence à supprimer la monnaie de trop par linflation ou « autrement », conduisant à des stratagèmes sans nombre pour la mettre à l’abri sous un autre nom. Jeu assez puéril, puisqu’il est clair que, quoi qu’on fasse, c’est ceux qui ont cette monnaie qui la perdront… puisqu’elle ne représente plus une valeur réelle et qu’on n’enlève rien à celui qui n’a rien. 




       Pierre JC Allard



    • Caleidoscophase Caleidoscophase 26 juillet 2011 08:16

      @J.C.ALLARD

      Belle clairvoyance que cet article !

      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/09/14/largent-pour-rire-2/

       à méditer .





    • Roosevelt_vs_Keynes 27 juillet 2011 11:06

      @JC Allard

      "Le Glass-Steagall est une bonne mesure… mais tout a fait marginale au vrai problème. Le vrai probleme est que la ponction du capital sur le prix obtenu de la vente de la production ne laisse pas aux consommateurs - ceux dont les besoins ne sont pas comblés et donc essentiellement les travailleurs - le pouvoir d’achat suffisant pour acquérir cette production."

      Le Glass-Steagall (soutenu par 32 congressistes américains des deux bords, le premier syndicat ouvrier américain et le premier syndicat de l’industrie et de l’aérospatiale américain), adopté à l’échelle internationale fera fermer Wall Street et La City de Londres, annulant toute dette spéculative en cours dans le monde entier, et redonnant le pouvoir à tous les Etats-nations redevenus souverains d’émettre leur propre crédit pour un développement mutuel basé sur 5 projets d’’équipements de l’homme et de la nature continentaux.

      Tout à fait marginal :)


    • ZEN ZEN 25 juillet 2011 10:37

      Autrement dit, même si compromis sur le plafond de la dette US il y a – et il y en aura un ! -, la santé financière des Etats-Unis n’est en rien sur le point de s’améliorer et de nouveaux chocs, violents pour l’économie mondiale, sont d’ores et déjà à programmer.

      Oui, c’est ce que savent les Chinois, qui commencent à retirer leurs billes...
      jusqu’où ?


      • Roosevelt_vs_Keynes 25 juillet 2011 10:51

        Ca a l’air de vous exciter, le chaos :)


      • PhilVite PhilVite 25 juillet 2011 11:22

        Pas le chaos pour lui-même (sauf à être totalement maso), mais ce qui pourrait en naître, oui.
        C’est grave docteur ? smiley


      • Roosevelt_vs_Keynes 25 juillet 2011 15:57

        Du chaos ne peut sortir qu’un meilleur ordre... policier. Ce serait ballot, sachant qu’on peut « wipe-out » toutes ces f¨***** dettes de jeu en une seule loi :)


      • mac 25 juillet 2011 17:01

        @ Roosevelt_vs_Keynes
        Le Chaos c’est de continuer à laisser croitre l’endettement jusqu’à l’infini.
        En matière d’endettement, la logique voudrait que l’on s’arrête un jour et sil es politiques nous avaient fait leur« plans de rigueur » il y a trente ans et non maitenant , enrichissant le secteur financier avec l’argents des contribuables pendant toutes ces années, nous n’en serions pas là. Le chaos c’est le fait que les états aient laissé le pouvoir aux marchés financiers qui , à priori n’ont pas d’âme, et on voit où ça nous mène...
        Si les agences de notation avaient un peu de bon sens, il me semble qu’elles devraient sanctionner le relèvement du plafond de la dette et féliciter le fait que l’on dise stop. Mais visiblement ça n’est pas encore de l’intérêt de l’oligarchie financière qui accessoirement continue à se remplir copieusement les poches malgré la crise et ce, non pas par la qualité ou à l’utilité de son travail, mais trop souvent en pillant les fonds publics


      • Roosevelt_vs_Keynes 27 juillet 2011 10:50

        @mac

        Alors je suppose que vous soutenez le projet de loi rooseveltien Glass-Steagall de mise en banqueroute organisée de Wall Street, soutenu par 32 congressistes américains, permettant d’éliminer au niveau international toute dette spéculative de l’économie réelle, et redonnant le pouvoir d’émission de crédit aux Etats-nations ?


      • TSS 25 juillet 2011 10:41

        Pratiquement en cessation de paiement + de 13000 milliards de deficit ! un pied dans le vide et

        l’autre sur une peau de banane ... mais tout va bien !c’est les USA !!

        Le reveil va être brutal... !!


        • Roosevelt_vs_Keynes 25 juillet 2011 10:54

          C’est marrant : tout le monde s’emballe sur la Grèce, disant qu’elle ne pourra jamais rembourser des dettes de jeu spéculatives des banques européennes.

          Par contre, pour les Etats-Unis, personne ne dit que ce soit-disant déficit n’est qu’un méga-renflouement de Wall Street, et qu’il faut donc mettre Wall Street en banqueroute organisée via la procédure Glass-Steagall.

          2 poids, 2 mesures, c’est le mantra du monétarisme...




        • ETLA FRANCE MAL GOUVERNEE PAR DES POLITIQUES SANS SCRUPULES...AVIDES DE GAIN...ILS CUMULENT MANDATS ET GERANCES DE SCI OU SONT AVOCATS D AFFAIRES...

          COMBIEN DANS LE GOUVERNEMENT..LA CHAMBRE ET LE SENAT 90% DE TROP.......


        • Le citoyen engagé asse42 31 juillet 2011 10:07

          Ah si je le dis moi ! enfin nous, les complotistes, c’est sûr que vous ne trouverez pas l’info dans les médias traditionnels.


        • lechoux 25 juillet 2011 11:00

          « Le violent et prévisible décrochage du billet vert exercerait une forte pression ascendante sur l’ensemble des tarifs énergétiques et des matières premières... »

          Seulement pour les USA et les pays dont la monnaie est indexée sur le dollar américain.

          Un baril de pétrole à 200 $ ne me gène pas si le dollar vaut 0,1 €.


          • cevennevive cevennevive 25 juillet 2011 11:38

            Bonjour,

            Je vais être bête et triviale (pour une fois...)

            Ce fameux billet vert, sur lequel il est écrit « en Dieu nous croyons » m’a toujours un peu laissée pantoise. Adoré, convoité par le monde entier, adulé même...

            Aujourd’hui, je comprends : ce Dieu dont la présence est étalée sur le billet vert et dans les paroles de chaque Américain, n’est pas le Dieu de nos pères, ni celui de la bible. C’est l’argent, voilà, j’ai compris... Il m’en a fallu du temps !!! Suis-je bête...

            Et je vais plagier le Général de Gaulle (lui aussi à ses heures était trivial) qui a dit : « ce sont eux qui pètent, et c’est nous qui puons... » (là, il ne parlait pas des Américains, c’était dans un autre contexte)

            Quand donc serons-nous capables de nous dégager des fourches caudines de ce fameux dollar ?

            Nous avons tout copié des Américains, le bon et aussi le mauvais. Leur civilisation nous a servi d’icône, et nous avons pris parfois les mêmes travers débiles, l’orgueil d’être le peuple élu, d’avoir le privilège de montrer le chemin. Dommage. Il y avait de bonnes choses à copier, nous avons pris surtout les mauvaises.

            Et pour être encore plus bête et terre à terre, je vais ajouter : j’adore le cinéma américain des années 1950/1960. Voyez ce qu’il est devenu aujourd’hui...

            Monsieur Santi, vous vous demandez si ce pays est ingouvernable au travers de sa seule économie mondiale ? Mais ce n’est pas seulement une question de gouvernement, c’est une question d’état d’esprit, d’habitudes nocives, d’orgueil démesuré et, sous couvert de liberté, de croyances religieuses mises à toutes les sauces, même économiques.

            Cordialement.


            • Montagnais Montagnais 26 juillet 2011 12:50
              June 44 Invasion of Europe

              A Cevenne, « Nous avons tout copié des Américains »

              L’Europe a surtout été envahie, l’Europe vit encore à l’heure du Maître, le politiquement correcte, le basic politique permet pas d’en douter, permet pas de l’exercer le « libre arbitre ». 

              D’ailleurs, c’est bien comme ça, c’est la version officielle, c’est la démocratie, peut-être « la moins pire des solutions » dit-on, certainement, autrement, on serait tout croulant de néoplasies nazi, autrement envahi, déjà que, Charybde ou Scylla, on sait pas..

              Mais ça reste toujours un étonnement.. Je me rappelle, il y a une paire d’ans, à la AGO Art Gallery of Ontario, lors d’une très-grande expo sur la guerre.. Pour des millions de visiteurs..

              « June 44 Invasion of Europe » Sic.

              Invasion of Europe, en gros, écrit comme ça, sur un grand tableau. 

              Les amis français, enclins à minimiser la portée, en étaient quand même un peu remués.

              Je les fais toujours rigoler en prédisant qu’ils auront encore, un jour, le plaisir de s’assurer des services empressés de la 82nd Airborne, la « All-American ». Yes they can.

            • goc goc 25 juillet 2011 12:07

              @ l’auteur

              bravo pour l’article

              moi je me pose une question :
              depuis le temps que l’occident emprunt pour pouvoir vivre au dessus de ses moyens, et compte tenu que la richesse c’est comme l’energie (rien ne se crée, rien ne se perd) ou est passé tout cet argent ??
              là on parle de milliers de milliers de milliard de $$

              ou si on pose la question autrement : quel serait notre monde si tous les pays géraient leurs budgets en équilibre, donc sans emprunter

              bref à qui profite tout ça, non seulement directement, mais aussi indirectement (par exemple le petit rentier qui fait vivre son village)


              • Piotrek Piotrek 25 juillet 2011 12:50

                C’est l’extrême effet pervers de la liberté.

                Les américains on toujours défendu leur liberté chérie, liberté d’expression, de manger, de s’habiller comme on veut, liberté de porter des armes.

                Mais ils sont allés trop loin, libres de ne pas apprendre, libres de ne pas comprendre, libres d’être bêtes, libres d’être gros. La société s’est simplifiée jusqu’à l’extrême : gagner du pognon, les gentils & les méchants.

                Tous les mécanismes, les subtilités, les causes historiques de chaque élément constituant la société se sont effacées derrière de bonnes grosses évidences simples à comprendre et à digérer.
                Les américains (la majorité devrais-je dire) ne sont plus capables de réfléchir en dehors de ces évidences grossières. Incapables de faire le tri entre le vrai et le faux, la cause et la consequence, ces évidences sont maintenant soutenues par les médias (la majorité devrais-je dire) qui ont troqué leur légendaire incisivité et indépendance pour le sensationnalisme racoleur et surtout vendeur.

                Maintenant que la majorité des ces gens voient le monde d’un point de vue mono-dimensionnel, il est facile de les tromper et le populisme de base s’est imposé en politique

                La liberté ce n’est pas faire ce que l’on veut. La liberté a un coût, elle nécessite une compréhension, un travail, une vigilance de chaque instant. Sinon on la perd au profit de quelques calculateurs, de quelques illuminés qui jouent avec les mots.

                La bataille pour relever le plafond de la dette américaine est ridicule, mais elle est surtout très dangereuse, mais les politiciens de touts bords s’en foutent, quoiqu’il arrive, chacun saura habilement désigner son coupable aux masses incultes, naïves et crédules.

                Maintenant, je regarde la France depuis l’étranger, depuis un pays dont l’estime de la France et ses valeurs est telle qu’elle m’a fait prendre compte que ces valeurs et leurs raisons, je les avais moi même presque oubliées.

                A lire ici et là, les français (la majorité devrais-je dire) ont oublié la déclaration des droits de l’homme, l’esprit des lois. Ils ne comprennent pas et n’essaient pas de comprendre les raisons de la crise, promeuvent leur idoles politiques et crachent sur les autres comme des gamins ; et trépignent d’impatience pour bazarder l’Euro, les musulmans, Sarkozy, Eva Joly en dehors de leurs pays chéri, c’est selon.

                On est toujours les Etats-Unis de quelqu’un d’autre


                • Dubitatif 25 juillet 2011 13:40

                  +1 Piotrek

                  A lire ici et là, les français (la majorité devrais-je dire) ont oublié la déclaration des droits de l’homme, l’esprit des lois. Ils ne comprennent pas et n’essaient pas de comprendre les raisons de la crise, promeuvent leur idoles politiques et crachent sur les autres comme des gamins ; et trépignent d’impatience pour bazarder l’Euro, les musulmans, Sarkozy, Eva Joly en dehors de leurs pays chéri, c’est selon.

                  Vous m’avez fait peur, j’ai cru un instant que vous décriviez les réactions et les articles sur Agoravox smiley

                  (ce message est volontairement ironique et ne cherche pas la généralisation, je préfère préciser avant de déclencher une « Troll War » smiley )


                • LE CHAT LE CHAT 25 juillet 2011 15:19

                  les USA doivent faire partie des « too big to fail » pour avoir ainsi des notes des agences de notation complétement injustifiées vu leur situation ! on préfère taper sur les plus petits comme la Grèce et le Portugal , c’est plus facile .......


                  • ykpaiha ykpaiha 25 juillet 2011 17:36

                    Pour ceux qui ne l’ont pas vu ! :
                    Un film tourné avec des fonds anonymes et qui est un excelent résumé :

                    Debtocracy
                    http://www.dailymotion.com/video/xik4kh_debtocracy-international-version_shortfilms
                    Court metrage bien entendu tres peu médiatisé.
                    Les raisons de la dette y est fondamentale car elle explique aussi la maniere d’en sortir, quelle dette ? a qui ? jusqu’ou ? et surtout de sa légalité...
                    A voir et a méditer.
                    Ce qu’il y a d’interressant c’est la qualité des intervenants et pour certains.. francais !! C’est preuve que si on voulait on pourrait, mais le veut on vraiment ?
                    Je n’en voit pas beaucoups du coté des principaux nominés au poste de Président .

                    • manusan 26 juillet 2011 06:51

                      vous trouverez ici le compteur général de la mort qui tue, le tout bien décortiqué. :

                      http://www.usdebtclock.org/#

                      US Total debt = 55 000 milliard soit l’équivalent du PIB de la planéte !!!!!!!!!!!!!!!!!


                      • franchamont franchamont 26 juillet 2011 12:22

                        Quoiqu’ils fassent, ils sont dans l’impasse. Les représentants des deux partis s’entendront à la dernière minute, les républicains devant lâcher du lest car sinon Obama prendra les mesures d’urgence et fera comme le lui dicte son maître marionnettiste : l’oligarchie expatriée, laquelle se fout pas mal des intérêts du peuple et de la nation. Ce ne sera que partie remise à très court terme.

                        On parle déjà d’un Super Congrès hors Constitution qui doublera tous les élus avec des pouvoirs exceptionnels :

                        Lire surtout les derniers paragraphes de cet article :

                        Ce pays, mais par voie de conséquence le notre aussi, courre de plus en plus vite vers la dictature et la guerre, si les populations ne se soulèvent pas avant.

                        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 26 juillet 2011 12:27

                          Les Américains disposent de la photocopieuse à dollars, contrairement aux Grecs.

                          En plus, maintenant, il suffit de simplement rajouter une ligne sur un ordinateur : taper un 1 et plein de 0 et hop !

                          Plein de pognon à dépenser : l’argent est un outil et non une fin en soi !

                           smiley smiley smiley  smiley smiley smiley
                           smiley smiley smiley  smiley smiley smiley
                           smiley smiley smiley  smiley smiley smiley

                          Ils vont créer de la monnaie et les créanciers seront remboursés.

                          Evidemment, les dollars rendus n’auront pas la même valeur que les dollars prêtés.

                          Quand je pense que la Chine fait travailler ses citoyens comme des esclaves juste pour acquérir des dollars !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès