Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Euro et planche à billets : ce qui bloque

Euro et planche à billets : ce qui bloque

Si l'on met un peu de côté le fait que l'on a un peu coulé le bateau en faisant rentrer n'importe qui dans la zone Euro, il ne faut pas oublier que cette monnaie commune est un très bel outil économique. Un rêve américain réalisé, la Rolls des monnaies... qui s'est retrouvée vite fait au placard ! Non, j’exagère, on a confié les clefs à un jardinier mais il ne s'en sert pas beaucoup parce qu'il a peur de la casser (un grand économiste s'est bien proposé gracieusement dernièrement sur France Inter d'envoyer "L'économie pour les nuls" à Trichet mais ce dernier n'a pas du avoir le temps de le lire avant de partir !).

Faisons un peu le point sur pourquoi nous en sommes arrivés là. Parce que la monnaie et la banque centrale sont des concepts si abstraits que nous sommes à l'heure actuelle privés de vrais débats. Les politiques eux même un peu dépassés, ne sont en effet pas interrogés par les journalistes qui auraient grand besoin d'une mise à jour sur la création monétaire.

Lorsque nous étions au Franc, nous regardions jalousement les américains qui, grâce au dollar, monnaie de référence, finançaient leur déficit par la simple création monétaire : en clair, "j'ai une dette ? J'imprime des billets pour la payer". Les USA continuent aujourd'hui mais la faiblesse de leur monnaie ne leur permet plus de le faire aussi massivement (un des effets pervers du remède étant la dévaluation).

*Ayant un Euro trop fort (vive l'effet pervers donc !), pourquoi la BCE ne fait-elle donc simplement pas elle aussi marcher la planche à billet ? Parce qu'elle n'en a pas le droit, comme le précisait récemment l'excellent magazine Alternatives Economiques. Fichtre, c'est la vérité, on a signé ça dans les traités, avec d'autres couleuvres, un canon dans le pied ! 

Pourquoi est-on allé mettre ça dans les statuts de la BCE, et pourquoi l'Allemagne refuse de revenir dessus est la question centrale qui va décider de l'explosion de l'Euro.

Les 3 raisons sont :

-Parce que c'est la porte ouverte à n'importe quel abus : problème sur le point d'être réglé puisqu'il est en projet d'interdire par un abandon de souveraineté qui interdirait les budgets ayant trop de déficits.

-Parce que l'Allemagne a une population vieillissante qui ne veut pas voir la monnaie se dévaluer, de peur de perdre du capital. On est aussi toujours sur l'ineptie de la légendaire désinflation compétitive, résumée à l'époque par Mitterrand : "nous avons remarqués que les pays forts avaient une monnaie forte, donc il est important de garder une monnaie forte"). Fichtre une 2ème fois ! J'ai personnellement remarqué que les riches avaient des Mercedes, donc je cours en acheter une, ça va me rendre riche ! Comment à ce niveau là peut-on gober des trucs pareils ? Le court de la monnaie est le résultat de la performance économique d'un pays, pas la cause !

-Parce que ça créerait de l'inflation, et c'est sur ce point qu'il est nécessaire de s'approfondir.

Les théories monétaires, presque centenaires, nous disent que lorsque l'ont créé plus de monnaie qu'il n'y a de bien produits, cela fait augmenter les prix. Dit comme cela ça a l'air imparable, si le vendeur n'a qu'une voiture en stock et que plusieurs clients ont les moyens de l'acheter, il va forcément augmenter le prix. Ça parait simpliste aujourd'hui mais cela représente plutôt bien l'économie... telle qu'elle était il y a 100 ans...

En économie, ce genre de concept est vrai "toute chose égale par ailleurs", c'est à dire si les données ne changent pas. Mais cela ne gène pas Angela Merckel de raisonner comme il y a 100 ans, l'Allemagne restant traumatisée par l'inflation galopante d'avant-guerre.

Pour reprendre notre exemple, ce qui a changé aujourd'hui, c'est que 

-Nous sommes dans une économie ouverte, ce qui fait qu'une bonne partie de l'inflation créée serait en fait exportée en Chine ce qui, on ne va pas s'en plaindre, arrangerait notre compétitivité.

-La production est énormément plus flexible maintenant qu'il y a 100 ans. Donc le vendeur plutôt que de gonfler les prix de sa Logan dirait dirait certainement plutôt à ses clients : si vous être d'accord pour attendre quelques semaines, je vais vous commander votre Logan rêvée !

-La dette des états n'est pas faite que d'achats de Logan, elle est faite aussi de vrais investissements (recherche, infrastructures, éducation) qui permettent d'augmenter la production (et pour revenir à notre équation, si augmentation de la production = création monétaire, pas d'inflation). Enfin annuler partiellement la dette des états à coups de billets fraîchement imprimés, ce n'est pas filer une augmentation à tous les fonctionnaires, c'est simplement payer les salaires qui de toutes façons devaient être payés assurer qu'ils le seront à l'avenir.

Il y a 2 poisons en économie. L'un est de la considérer comme une science, ce qui revient à suivre des théories comme des lois, voire en faire des lois comme c'est le cas dans la construction européenne. Le 2ème est la passion qui anime les économistes. Celle-ci est le moteur de leur travail, est utile. Mais passion n'est pas lucidité, recul et sang froid, qualités indispensables en politique.

Espérons que ces poisons ne seront pas mortels.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Daniel 30 novembre 2011 09:51

    Il y a 100 ans, les pommes tombaient des arbres. Mais maintenant, le monde à changé, nous avons internet et les nanotechnologies, alors les pommes ne tombent plus des arbres. Ah, si ? Dommage.

    Il y a 100 ans, trop de monnaie créait de l’inflation. Mais aujourd’hui ce n’est plus vrai, le zymbabwe nous l’a prouvé. Ah non ? Dommage.

     

     


    • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 30 novembre 2011 20:51

      C’est une réaction très intéressante puisqu’elle tombe pile dans le travers que je cite en conclusion. 

      Une théorie économique est-elle une loi physique ?
       Le Zymbabwe et sa monnaie, est-ce la même chose que l’Europe et l’euro ? Précisément non, c’est là tout l’objet de l’article. Le Zymbabwe n’a pas une économie aussi ouverte que l’Europe, un appareil productif aussi réactif, et une monnaie qui fait référence comme l’Euro, avec laquelle il est même possible de payer du pétrole à Chavez. Domage.

    • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 30 novembre 2011 21:02

      J’oubliais le plus important aussi, les USA qui sont plus proches de l’Europe que du Zymbabwe ont par plusieurs fois fait massivement marcher la planche à billet sans créer d’inflation galopante.


    • bigglop bigglop 1er décembre 2011 00:46

      Bonsoir,
      Arrêtons-nous de parler de Sarkozy, de Merkel, deux arbres qui cachent la forêt des vrais « décideurs », dirigeants de l’Europe en ouvrant le lien du blog d’un professionnel de la finance :

      http://www.renovezmaintenant67.eu/i...

      Mettez-le dans vos favoris, car il y a de la matière et de l’information fiable



    • kev46 kev46 30 novembre 2011 11:27

      Tout d’abord, sache que l’euro monnaie unique n’est pas une idée européenne mais américaine. Elle leur permet de mieux influencer nos économies et mieux nous contrôler. En effet, ils n’ont désormais besoin que de s’occuper d’une seul banque centrale au lieu de plusieurs. Ainsi, tous les présidents de la BCE ont été choisi par le groupe de bilderberg. En échange, ils appliquent les volontés US, c’est différent d’être nul en économie !

      Si la BCE ne veut pas directement financer les états, c’est à cause de l’allemagne. Si l’allemagne ne le veut pas, cela n’a rien à voir avec l’hyperinflation de 1921-22 (qui l’a vécu aujourd’hui ??). Cela vient des statuts de la Bundesbank créée en RFA en 1948 par les alliés qui lui ont interdit de prêter à l’état afin d’éviter de financer tout réarmement massif !

      Depuis, les allemands sont toujours sous domination US (leur réserve d’OR se trouve à la FED de NY, ils ont des bases et une alliance militaire avec les US en plus de l’OTAN). Etant la nation la plus puissante d’europe, ils imposent cette même règle à la BCE.

      L’euro avait pour but de mieux nous controler. Mais voyant le risque d’un remplacement de la monnaie de référence du dollar par l’euro (Sadam a vendu son pétrole à la france en euro de 2000 à 2003 : Est ce la raison de la guerre, l’iran veut prochainement vendre son pétrole dans sa monnaie et en euro http://fr.wikipedia.org/wiki/Bourse_internationale_iranienne_du_p%C3%A9trole, certaine pays font des reserves en euro), les américains font machine arrière et sont en train d’essayer d’affaiblir notre monnaie quitte à ce que plusieurs pays quittent la monnaie européenne afin de lui enlever du poids.

      Puis à propos de la planche à billet, cette expression ne veut rien dire. En effet, cela veut dire créer de la monnaie plus qu’il n’en faut. Même si la BCE ne prête pas aux états, elle prête énromement aux banques. Ainsi la masse monétaire de l’euro augmente chaque année de 10% (comme aux US). Vois tu une inflation de 10% ? Non cela part dans les marchés financiers pour spéculer alors que cela pourrait être prêter à l’état qui l’investirait dans des trucs utiles. La planche à billet fonctionne à plein régime, ouvre les yeux  !!


      • Balibalo en Irlande Balibalo en Irlande 30 novembre 2011 21:15

        Le fait que la banque centrale prête aux banques qui prêtent aux états est justement l’arnaque du siècle, une sorte de racket légal. J’ai oublié de mettre le lien ci-dessous en source (voir la 2ème partie)


        Par création monétaire j’entend vraie création monétaire, pas des emprunts comme c’est fait actuellement qui par définition se soldent un jour ou l’autre par de la destruction monétaire.
        La banque centrale n’a a l’heure actuelle par exemple pas le droit de carrément racheter la dette comme le fait la Fed ou la banque d’Angleterre (même s’il y a eu c’est vrai quelques tripatouillages.
        Enfin Trichet c’est une question d’appréciation, il m’a eu l’air plus limité que méchant, mais c’est vrai que comme Bush l’a montré, on peut cacher un dessein noir derrière une sois-disant opinion, théorie, ou stupidité.

      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 novembre 2011 13:16

        L’économie est une discipline empirique basée sur des postulats ayant valeur de dogmes, lesquels sont tous faux, et pour une raison simple : l’échange monétaire représente l’échange d’une richesse réelle contre une richesse symbolique, c’est à dire qui n’existe pas.

        Quand vous créez de l’argent, vous faites croire au système dans lequel vous évoluez (ici, le monde) que celui-ci contient plus de richesses qu’il n’en contient en réalité : les siennes propres, plus une autre, virtuelle, inexistante, symbolisée par votre monnaie.

        Ainsi, la richesse du monde passe de « tous les objets de la Terre », à : « tous les objets de la Terre, plus tous les billets de banque ».

        (Notez qu’on est même maintenant passé à « tous les objets de la Terre, plus tous les billets de banque, plus le montant de la somme de toutes les écritures dans toutes les bases de données des systèmes informatiques bancaires ». Ce système est donc au moins doublement faussé dès le départ).

        L’économie peut ainsi se définir comme la discipline d’étude des échanges basés sur des arnaques consenties.

        J’ai conscience que ce que j’écris est un peu violent, mais j’ai beau disséquer la question de manière non partisane je n’arrive néanmoins pas à réfuter l’aboutissement de cette conclusion.

         


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 novembre 2011 18:06

          La BCE pourrait prêter à des taux « très intéressant » aux banques européennes qui désireraient financer les Etats Européens à des taux « très intéressants » qui pourraient à leur tour recapitaliser - directement ou indirectement via le fonds européen de stabilité financière - les banques qui éprouvent des difficultés à des conditions « très intéressantes ».

          Via le fonds de stabilité financière, les Etats pourraient même prétendre que ce ne sont pas des dépenses mais des investissements juteux - ce qui sera forcément le cas s’ils touchent un intérêt supérieur au taux d’emprunt - qui vont augmenter leur PIB et faire mécaniquement diminuer leur taux d’endettement.

          RE-CA-PI-TA-LI-SER-LES-BAN-QUES qu’elle nous disait Madame Lagarde : oui cheffe !




          • Jean 1er décembre 2011 00:55

            "problème sur le point d’être réglé puisqu’il est en projet d’interdire par un abandon de souveraineté qui interdirait les budgets ayant trop de déficits."

            Souveraineté et démocratie : dépenses -30%, impôts -30%, endettement -50%

            Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

            La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

            En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

            Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

            On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

            Re : Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

            http://www.democratiedirecte.fr/

            http://www.dailymotion.com/video/xl...

            http://www.dailymotion.com/video/xi...


            Un parti sans étiquette
            pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
            (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

            On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitué des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

            Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

            Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

            Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

            Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ... (liste non limitative)

            Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès