Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Europe : faillite du moral ou faillite financière ?

Europe : faillite du moral ou faillite financière ?

A présent que les attentions se détournent quelque peu du drame au Japon qui se tirera plus rapidement que prévu des drames subis ces dernières semaines, l’Europe se retrouve à nouveau sur le devant de la scène. L’évènement le plus médiatisé consiste certes en la démission du Président du Conseil portugais mais cette péripétie reflète en réalité les choix décisifs auxquels est aujourd’hui confrontée l’Union. De fait, le reprise ou l’enlisement européen seront bien plus déterminants pour le monde que le supposé marasme économique japonais car, tandis que cette nation – toute troisième puissance économique au monde fût-elle – représente 6% de l’activité globale, l’Union Européenne, elle, compte pour environ 20% dans le P.I.B. international ! 

Que le fonds d’entraide européen, actuellement de 250 milliards d’Euros, soit élargi à 440 ou à 500 milliards d’Euros ne modifiera pas les fondamentaux européens même si les marchés pourraient – et seront – rassurés sur le court terme. Il va de soi que l’assistance de ce fonds éviterait à certaines nations hautement sinistrées le défaut pur et simple avec toute la chaîne de répercussions catastrophiques sur leurs économies nationales respectives, sans même évoquer la ruine potentielle du système bancaire européen… C’est bien-sûr la récession qui menace l’Union si ses dirigeants ne s’entendent pas de suite sur un fonds qui devra nécessairement être plus étoffé. 

Néanmoins, ces mesures d’urgence – aussi énergiques fussent-elles – ne concerneront que la forme et non le fond qui, lui, est plus que préoccupant : Comment ignorer en effet que ce fonds sera alimenté par des pays eux-mêmes largement endettés ? L’endettement public italien qui est à 131 % de son P.I.B. ne dépasse-t-il pas celui d’un pays fortement ballotté comme l’Espagne où il n’est que de 72% … pendant que la France, elle, affiche un chiffre à 92% ? Les investisseurs qui, pour le moment, estiment qu’il est encore sûr de prêter à la France à des taux raisonnables du fait de son économie toujours perçue et analysée favorablement, ne pourraient-ils pas être amenés à revoir leur jugement à la faveur d’une quelconque alerte ou d’un incident même mineur affectant les fondamentaux du pays ? L’expérience et l’histoire ont largement démontré la volatilité de cette confiance et de cette perception d’investisseurs à l’évidence uniquement soucieux de leur propre rentabilité. 

L’Union se retrouve donc aujourd’hui embourbée dans un cercle vicieux où des pays endettés sont contraints de prêter à d’autres pays très lourdement endettés dans une fuite en avant où la défaillance d’un seul petit pays serait susceptible d’effondrer tout ce château de cartes. Et que dire du défaut inimaginable d’un pays comme l’Italie ou la Belgique qui nécessiterait à lui seul des sommes allouées en urgence dont les montants dépasseraient largement la surface d’un fonds d’entraide, même élargi ? L’Union Européenne devra-t-elle dans cette hypothèse faire appel à la générosité chinoise ? 

Car elle se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins : comment pérenniser un Etat social financé par des dettes colossales, comment aider certaines nations (comme la Grèce ou l’Irlande) à survivre en dépit d’une récession impitoyable et comment gérer les effets souvent pervers de la monnaie unique ? L’unité européenne tournera-t-elle à la discorde, voire à la dissonance cacophonique avec, à la clé, un affrontement ouvert entre nations (comme l’Allemagne) soucieuses de se préserver pendant que celles qui sont assistées rejettent sur leurs créanciers la responsabilité d’une austérité pourtant indispensable ? Le dilemme est donc cornélien car trop de rigueur induirait une récession qui creuserait à son tour davantage les déficits alors que l’instauration d’une austérité peu crédible ne satisferait pas les investisseurs qui exigeraient sur leurs prêts des taux d’intérêts plus élevés résultant en une aggravation de ces mêmes déficits… 

Que les problèmes nippons semblent carrés en comparaison au casse-tête européen…


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • candide candide 26 mars 2011 08:33

    Il n’y a pas d’autre solution pour sortir de ce fort appauvrissement généralisé qui nous guette en France juste après les élections de 2012 (alors que c’est en cours de réalisation pour la Grèce,l’Irlande, l’Espagne, le Portugal) qu’en quittant cette Europe corrompue et asservie aux banques et multinationales des USA et de l’UE.(Avec un peu d’argent, n’importe quelle loi profitant à telle ou telle entreprise passe, voir par exemple l’interdiction européenne de la vente de plantes médicinales au profit ... des laboratoires pharmaceutiques qui vont nous vendre bientôt ces mêmes plantes sous forme de gélules, à très fort prix, bien entendu)


    Il doit avoir une séparation entre les banques de dépôts et de spéculation comme jusque dans les années 90. Ce qui permettrait au peuple de déposer son argent en toute tranquillité et aux spéculateurs de spéculer sans pouvoir piquer dans les caisses du peuple pour se re-financer.

    Chaque état doit pouvoir emprunter directement à sa banque centrale sans intérêt comme avant la loi Pompidou (de 1973), ancien banquier puis président... ce qui éviterait de devoir payer une dette considérable aux banque privées qui ont le droit, elles, d’emprunter à 1% à la banque centrale et de le prêter immédiatement à 4 à 12% à la Grêce par exemple...

    • Laurent_K 26 mars 2011 09:31

      Permettez-moi de nuancer l’une de vos remarques : « comment pérenniser un État social financé par des dettes colossales’ ». Il serait tout aussi exact de dire « comment pérenniser un État social ruiné par des cadeaux fiscaux faits aux entreprises depuis 30 ans » ou comme le souligne Candide, par la loi ahurissante de 1973 (renforcée par les traités européens).

      Le résultat est le même me direz-vous puisque l’État est de toute façons ruiné mais cette nuance n’est pas qu’anecdotique. La colère populaire gronde en effet partout en Europe et la question de qui est responsable se pose. Des sujets tabous comme la fin de l’Euro ou un renouveau du protectionnisme émergent . Avec la faillite morale de l’Europe (notamment lors de l’adoption du TCE/traité de Lisbonne), le discours « c’est pour l’Europe » n’a plus la force qu’il avait et le temps des remises en cause -y compris financières- arrive.


      • Kalki Kalki 26 mars 2011 09:32

        Les cons d’économiste croit que l’économie c’est une poule aux oeufs d’or

        pour eux : la poule, le systeme des gens qui produisent, pont de l’or

        il suffit d’en prendre ici d’en retirer là

        Dans un monde ou le travail n’existe plus

        Il n’y a qu’une solution le partage dans une alllocation universelle

        mais aucun pretre de l’imbécile économie néo libéral ne va s’aventure

        sur un terrain aussi dangereux pour son propre poste

        de petit enculé : n’est ce pas monsieur santi


        • Kalki Kalki 26 mars 2011 09:33

          Owni vient de sortir un dossier complet sur le sujet avec une mitraille de plusieurs posts ciblés avec « Yoland Bresson : ’le revenu d’existence sera au centre du débat en 2012’ » ainsi que « revenu garanti, travail choisi », « financement du revenu de vie : une bonne affaire pour les comptes publics ? », ou encore « Revenu universel : ’la première vision positive du XXIème siècle’ »

          Rom’s blog nous propose « Dividende Universel un enjeu majeur de société » dans un blog très épuré, que j’aime beaucoup, où les mises à jour sont peu fréquentes, mais d’excellente facture ! L’auteur prend le temps de bien mûrir ce qu’il y met...

          Tête de quenelle a posté « Le match de 2012 : revenu maximal contre revenu universel » une analyse très poussée des fondamentaux philosophiques qui distinguent deux approches, l’une punitive, et l’autre incitative.

          Singularité et infosphère nous offre « La protection sociale augmente en France » et met en avant le gain énorme en coût administratif et en réduction des pertes en lignes que constituerait la réforme des mécanismes sociaux pour réaliser un revenu de base.

          Sebmusset nous a proposé son analyse sociale, économique et politique de « chroniqueur de guerre néolibérale », dans « Le revenu universel selon Corinne Morel-Darleux »

          Dominique de Villepin propose le Revenu Citoyen

           
          Interviewé sur le journal de 20h00 de France 2 d’aujourd’hui (24/02/2011) Dominique de Villepin propose un Revenu Citoyen de 850 € / mois (vers 5 minutes).

          Alternative Libérale et l’Allocation Universelle de Liberté

          Allemagne : Le SPD inscrit le Revenu de Base dans son programme

           
          Après l’annonce à Genève par Samuel Bendahan de l’inscription de l’Allocation Universelle dans le programme du PS Suisse, c’est le SPD qui inscrit ce principe dans son programme politique officiel (Si comme moi vous ne lisez pas l’Allemand, vous pouvez consulter la traduction automatique de Google). Dans ce document pdf le SPD se positionne sur 800 € / mois pour un adulte et 500 € / mois pour un mineur.

        • agent orange agent orange 26 mars 2011 09:51

          Faillite morale ou financière ?
          Les deux mon Général !


          • Ariane Walter Ariane Walter 26 mars 2011 13:49

            Hello Orange !
            J’ai arrêté de lire dès la première phrase « le japon qui se tirera très vite de ses pbs. » Je le souhaite à Santi, sinon je ne le lâcherai pas jusqu’à sa fin !

            Les dernières nouvelles le transforment en Wesson bis. C’est un genre...


          • francesca2 francesca2 26 mars 2011 13:59

            Hum...Vous le souhaitez à Santi ou vous le souhaitez aux japonais ?


          • alberto alberto 26 mars 2011 11:06

            Comment font les américains ?

            Il « créent » de la monnaie pour payer leurs dettes : ils font marcher la planche à billets !

            Bon, chez nous, Trichet, il veut pas tricher : il a trop triché autrefois et ça lui fait des cauchemars...

            Mais nous, les agoravoxiens, on peut aider l’Europe !

            Voilà ce que je propose :

            1) Vous achetez quantité de rames de papier parchemin légèrement translucide
            2) Trouvez un chouette photocopieuse couleur
            3) Scannez un billet de 20€ et un autre de 50€ et un autre de 100. (Ne vous emmerdez pas avec ceux de 5 ou 10, c’est du gagne petit...)
            4) D’après le modèle scanné, produisez autant de copies que possible que vous aurez soins de découper aux bonnes dimensions (vous pouvez sous-traiter)
            5) Mettez vos billets en circulation

            Si on est assez nombreux dans la manipe, ça augmentera suffisamment la masse monétaire, ça nous fera faire des économies en même temps qu’une bonne action pour aider la Banque Centrale Européenne qui se casse la tête pour trouver des sous.

            C’est-y pas une bonne idée, ça, monsieur Santi ?

            Bien à vous.


            • Ariane Walter Ariane Walter 26 mars 2011 13:51

              Je me propose pour scanner.
              Pour me payer, quelques ramettes suffiront.
              On commence quand ????


            • alberto alberto 26 mars 2011 14:20

              Bonjour Arianne :

              Je te verrais mieux au massicot... smiley

              Mais bon, si tu préfère scanner, alors scannons tous en cœur !

              Bien à toi.


            • JL JL 26 mars 2011 11:43

              Il y a deux choses intéressantes à lire ici !

              la première c’est ça : « A présent que les attentions se détournent quelque peu du drame au Japon qui se tirera plus rapidement que prévu des drames subis ces dernières semaines » (M. Santi)

              Et l’autre, c’est le commentaire hilarant ci-dessus, d’Alberto que je salue ici.

              L’aricle ? Bof. J’attends que Michel Santi fasse preuve d’un peu plus de réalisme.

              ps. Pardon aux autres commentateurs, pas lu.


              • Alain-Goethe 26 mars 2011 13:04

                @ l’auteur

                 Vous écrivez  :

                " A présent que les attentions se détournent quelque peu du drame au Japon qui se tirera plus rapidement que prévu des drames subis ces dernières semaines, l’Europe se retrouve à nouveau sur le devant de la scène «  
                et d’ailleurs c’est repris dans votre conclusion  : » Les pbs du Japon sont «  bien carrés »

                Bien que votre article essaie de synthétiser, je dirais :

                1) pas si évident que le Japon s’en sorte aussi bien

                2) Comme écrit par LEAP 2020, on est entrée dans phase de DISLOCATIOn GEOSTRATEGIQUE mondiale etc

                3) Dans un pays comme la France, je poserai une question :

                « Quelles sont les personnes ou entreprises qui n’ont pas profité de  » etat providence français ?? « 

                Il y en a .. mais ce n’est pas la majorité ..

                En France, pas intérêt à être  » dans la mauvaise catégorie«   ! celle de ceux qui n’aiment pas quémander, qui essaient de travailler, de ne pas gaspiller

                qui ne sont pas au courant des subtilités pour payer moins d’impots , de taxes etc ..

                 » Entre autres, en france on «  tire sur tout ce qui bouge » = notamment quand vous décidez ( ou etes obligé ) de déménager .. pour de bonnes raisons 

                S’ensuit une phase délicate : démarches obligatoires se traduisent par des «  frais de gestion perçus par EDF GDF eaux Téléphone etc ..
                + si vous vendez votre logement + + 
                + normal frais de déménagement

                J’avais noté cette phrase voici qq années  :

                 » en France, on tire sur tout ce qui bouge .. 

                Valable aussi en cas de DIVORCE 

                Vers 1991, un gouvt de gauche avait institué TVA sur frais d’honoraires avocat

                Quelle est la Valeur ajoutée d’un Divorce  ???

                etc

                Crise financière et éco hélas pas finie


                • Kalevala 26 mars 2011 14:19

                  Dans cette affaire c’est l’incompétence de tous nos hommes politiques aux niveaux nationale comme aux niveaux Européens,quelques soient leurs bords politiques, soit par le refus de penser jusque au bout les conséquences de leurs actes, soit par omissions soit par le faites qu’ils ont menties. Cela toucher tous les parties aucuns n’en sortent indemnes. Le mythe de l’Europe est le mythe réactualiser du mythe de Babel au service d’une puissance extras Européennes.
                  Personnes en Européen va sortir indemne de cette aventure, nous sommes en trient d’assister à la fins d’un rêve chimérique.


                  • millesime 26 mars 2011 15:49

                    incompétence pas seulement en Europe, mais dans le monde Occidental ce qui inclue les US (dont les gouvernements sont encore plus grands menteurs.. !)

                    le capitalisme est à l’agonie (livre de Paul Jorion)
                    il nous faut (tous ensemble) inventer un autre système (dans une économie de marché)
                    je fais la part des choses entre « capitalisme » et « économie de marché »

                    http://millesime.over-blog.com


                  • Leo Le Sage 26 mars 2011 19:57

                    Par millesime (xxx.xxx.xxx.109) 26 mars 15:49
                    Ils sont peut-être menteurs mais sûrement pas incompétents...
                    Ils ont bien réussi à nous envoyer les dettes toxiques non ?


                  • Leo Le Sage 26 mars 2011 18:04

                    Juste le titre :
                    « Europe : faillite du moral ou faillite financière ? »
                    non pas les deux mon général.
                    Faillite du moral : oui, et même de plus en plus de la faillite morale...
                    Faillite financière : non pour le moment : peut on même mettre en cessation de paiement un état ?


                    • Robert GIL ROBERT GIL 26 mars 2011 18:45

                      Les monnaies locales ou alternatives existent déjà sous différentes formes en France, comme « les abeilles » dans le Lot et Garonne. En Europe, l’Italie mais surtout l’Allemagne avec « le chiemgauer », alors pourquoi ne pas essayé en France ? Lisez cepetit article qui lance le debat :

                      http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès