Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Eurotunnel : la voie de l’avenir ?

Eurotunnel : la voie de l’avenir ?

"Chers actionnaires,

L’assemblée générale du 27 juillet porte sur deux résolutions majeures pour l’avenir de votre entreprise.

La procédure d’alerte. La restructuration financière. La procédure d’alerte. Elle a été déclenchée le 12 février dernier par les commissaires aux comptes. Ceux-ci ont considéré qu’ils étaient dans l’impossibilité de certifier les comptes 2005 compte tenu des incertitudes qui existent sur la continuité d’exploitation. Ce qui en clair revient à ce que j’ai toujours dit : à défaut de la mise en place rapide d’une restructuration consensuelle, Eurotunnel est menacée de dépôt de bilan."

C’est ainsi que jacques Gounon, le PDG d’Eurotunnel, débute sa lettre aux actionnaires.

Tonneau des Danaïdes, ou farce boursière tragi-comique ?

On savait par avance, lors de la négociation entre François Mitterrand et Margaret Thatcher, qu’un projet de ce type ne pouvait pas avoir de viabilité en faisant appel à l’épargne publique. Ce fantastique ouvrage d’art qui a permis à la Grande-Bretagne de perdre sa totale insularité, doit-il être victime de tractations permanentes ?

Plus personne aujourd’hui ne comprend comment se sortir de ce bourbier. Même l’ADACTE (Association de défense des actionnaires d’Eurotunnel) ne maîtrise plus rien. Et pourtant, il y a quelque temps, on pouvait lire sur leur bulletin de communication :

«  Après la démission de M. Maillot du Conseil d’administration d’Eurotunnel, il y a quelques mois, et à l’initiative de l’Adacte qui pressentait ce départ un peu précipité, notre association a proposé qu’un spécialiste des transports et un grand chef d’entreprise prenne la succession.

C’est ainsi que Jacques Gounon a été coopté pour remplacer M. Maillot. Lors de notre dernière assemblée générale le 11 décembre 2004, place St Germain-des-Prés à Paris, l’Adacte avait d’ores et déjà contacté ce grand chef d’entreprise susceptible d’intégrer le conseil d’administration d’Eurotunnel en remplacement de Pierre Cardo, démissionnaire.

Les discussions avaient lieu à l’époque entre l’Adacte et Jacques Gounon pour étudier les conditions dans lesquelles celui-ci devait entrer dans ce Conseil d’administration et pour quoi faire. Nous nous sommes, ensuite, mis d’accord avec M. Gounon pour que le remplacement de celui-ci se fasse par un haut fonctionnaire susceptible de défendre avec nous, Adacte, un grand projet industriel, élément essentiel pour la survie et le sauvetage d’Eurotunnel. »


Alors, si même un grand manager est proche de jeter l’éponge !

Où on reparle de Nicolas MIGUET. Vous n’avez certainement pas oublié le candidat à la présidence de la République qui utilise cette élection comme une oépration de marketing pour ses affaires. Il vient de s’acheter une demi-page de publicité dans Le Parisien pour proposer aux petits porteurs de lui donner pouvoir pour s’opposer au plan du PDG. Il en profite d’ailleurs pour faire de la publicité pour un abonnement à prix cassé pour Bourse Hebdo Plus.

Au-delà de la crise permanente et du silence assourdissant des pouvoirs publics français et britanniques, il y a vraiment lieu de se poser la question de conserver le nom de "EURO" à ce tunnel. En l’état, il ne me semble pas judicieux de transférer la propriété aux établissements financiers, mais d’effectuer la première nationalisation européenne.

Oui vous avez bien lu : nationalisation. L’Union européenne peut et doit devenir le propriétaire d’un ouvrage qui deviendra patrimoine de ses habitants.

L’Union européenne, si avide de prendre pied dans notre vie quotidienne et nos comportements, ne doit plus se contenter de réglementations et de dérégulations, mais opter pour une attitude gouvernementale, lorsqu’il s’agit de l’avenir de ses ressortissants.

Sources

Eurotunnel

ADACTE

Documents joints à cet article

 Eurotunnel : la voie de l'avenir ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Guilhem (---.---.91.97) 13 juillet 2006 11:33

    A mon avis dés le départ, il était prévu que la propriété en revienne aux financiers.

    Car si aujourd’hui Eurotunnel est au bord du gouffre, sa rentabilité à long terme est évidente, simplement on l’a étouffé pour en récupérer la propriété.

    Donc l’Europe ne risque pas de se porter acquéreur puisqu’il y a beaucoup d’argent à la clé.

    Je vous rappelle le principe qui domine aujourd’hui toute activité qui peut se révéler rentable doit être laissé par les pouvoir publics au privé.

    Seules les activité notoirement déficitaires resteront la propriété des pouvoir publics, aux ménages de financer la dette.

    Bientôt la privatisation du nucléaire français, Areva N°1 mondial dans ce secteur d’activité arrosée de subventions pendant des décennies par l’état au nom de l’indépendance énergétique de la France.

    Logique en ces temps de crise énergétique (Bouygues est déjà sur les rangs), donc les ménages qui ont financé la croissance de ce fleuron national seront très bientôt rackettés par cette même entreprise pour le plus grand bonheur des financiers.


    • JC BENARD (---.---.92.11) 13 juillet 2006 11:45

      Guilhem,

      Vous avez en partie raison mais la privatisation des bénéfices et de mutualisation des pertes doit cesser.

      Le tunnel est une partie du patrimoine industriel européen et de nombreuses voix doivent s’élever contre la remise des clés aux financiers.

      En ce qui concerne l’énergie, il existe de droite comme de gauche des élus qui refusent la privatisation des ressources énergétiques (CAP 21 par exemple) Ils sont encore trop peu nombreux. Ecrire sur le sujet ne peux que les aider

      Cordialement


    • Salami & Loukoum (---.---.103.74) 13 juillet 2006 12:37

      Déjà alors qu’il était à peine achevé, certains parlait de futur scandale équivalent à l’affaire de Panama.

      A noter que Bouyghes a rouler son monde dans la farine en annonçant un budget très sous-estimé, de peur que l’affaire ne se fasse pas.

      Une fois le creusement bien avancé et le budget initial épuisé, et ... plus question de reculer ...il a fallu en remettre autant, puis un peu plus tard, encore autant pour finalement arriver à la fin - si j’ai bon souvenir - à un coût de quatre fois l’estimation initiale.

      Les souscripteurs se sont complétement faits avoir.

      Quant à Nicolas Miguet, il a invité il y a 2/3 ans environ les petis épargnant à casser leur tirelire (Livret A) pour lui confier leur argent pour qu’il puisse acheter suffisamment d’actions Eurotunnel pour pouvoir en prendre la Direction ; j’ignore ce qui s’est passé depuis mais j’espère pour eux qu’ils ne sont pas faits pigeonner.


      • phéline (---.---.9.70) 13 juillet 2006 14:52

        PETITS PORTEURS, oubliez Eurotunnel, investissez plutôt dans le mercenariat !


        • Forest Ent Forest Ent 13 juillet 2006 18:16

          « Plus personne aujourd’hui ne comprend comment se sortir de ce bourbier. » ???

          Mais si, il y a une solution très simple.

          Pour une entreprise qui a un résultat d’exploitation positif et un résultat négatif à cause de ses dettes, la procédure normale n’est pas la nationalisation mais le dépôt de bilan. Cela n’a rien de catastrophique. L’activité continue. On constate que les créanciers et les actionnaires ont fait un mauvais pari, et ils perdent leur mise.

          Ceux qui ont acheté des actions Eurotunnel l’ont fait à leurs risques. Ils espéraient gagner de l’argent. Ils doivent accepter d’en perdre. Si l’on ne veut pas prendre ce genre de risque, il faut acheter des obligations et pas des actions.

          A moins qu’ils pensent qu’il y ait eu malversation, auquel cas ils doivent porter plainte au pénal, et non pas faire appel à l’exécutif.


          • Johan Johan 14 juillet 2006 13:55

            Monsieur Ent : )

            Merci pour votre post qui ramene sur terre apres que le debat ait ete biaise.

            Bon alors Eurotunnel depose le bilan ? En cas de liquidation, on va devoir vendre l’actif pour epurer le passif. Puisque le resultat d’exploitation est positif on va bien trouver un repreneur, non ?

            Et pourquoi pas simplement une declaration de cessation des paiements ? Ca ouvre des negociations avec les creanciers, les contrats continuent. C’est meme utilise comme un moyen de gestion par certains entrepreneurs vereux.

            Amicalement


          • goldorak (---.---.253.28) 14 juillet 2006 12:55

            Tout a fait d’accord avec vous Forest ! Enfin un commentaire censé L’exploitation d’Eurotunnel est viable mais la charge de la dette trop élevée... Soit on arrive a un nouvel accord avec les creanciers, et les actionnaires n’auront pas tout perdu Soit les creanciers refusent et alors ils prennent possession de l’entreprise. Le cash ira alors aux banques et fonds de pensions anglo saxons. Bref nos amis anglais pourront encore rigoler...


            • Johan Johan 14 juillet 2006 14:00

              Eh eh ca depend du liquidateur (si liquidation il y a).

              Si on a un joli prix d’ensemble, on perd le cash mais on continue a faire tourner la boutique.

              Enfin pour revenir a ce que disait Forest Ent, ca m’eclate ces boursicoteurs qui se sont casse les dents et qui ne comprennent pas. Les profits boursiers ils viennent d’ou a votre avis ? de petits joueurs qui n’ont pas l’info qu’il faut... et qui suivent gentiment.

              Vivement une bonne class action, ca va dissuader les malversations !


            • Forest Ent Forest Ent 14 juillet 2006 15:42

              Si la liquidation est faite proprement, personne n’est lésé. Le repreneur rachète à la valeur raisonnable des cash-flow futurs. Les actionnaires et créanciers en tirent ce qu’ils peuvent en tirer, c’est à dire ici moins que ce qu’ils y ont mis et en espéraient encore. La valeur réelle de l’action Eurotunnel aujourd’hui est nulle.


            • fc (---.---.74.144) 31 juillet 2006 11:02

              Ci-joint le communiqué de Monsieur Bondia en ce qui concerne le dossier FLF2.

              Tout le monde peut se joindre gratuitement à l’action en justice en envoyant une lettre à cet effet au TC ainsi qu’un justification de détention d’actions Eurotunnel.

              COMMUNIQUE

              Des actionnaires qui avaient assigné, EUROTUNNEL S.A, en référé devant le tribunal de commerce de Paris, le 12 juillet dernier, pour « insuffisance et caractère erroné de l’information donnée aux actionnaires », et annulé leur action, à la suite à l’annulation sans explication convaincante par la Société , de l’ Assemblée générale programmée le 27 juillet.

              Ont décidé l’action judiciaire suivante :

              Auprès du tribunal de Grande Instance de Paris,

              En qualité d’actionnaires d’ Eurotunnel, en leur nom personnel et « ut singuli » sur le fondement de l’article L. 225-252 du Code de commerce, ils ont déposé plainte contre X, avec constitution de partie civile sur le fondement des faits suivants :

              Diffusion d’informations fausses ou trompeuses, abus de biens sociaux, banqueroute.

              Est visé par la plainte, le montage financier via le véhicule spécial, F.L.F.2 (Fixed Link Finance 2) réalisé en 2002, concernant un « repackaging » de la dette d’ Eurotunnel, partiellement garanti par la compagnie d’assurances M.B.I.A, membre du cartel des créanciers, dénommé « comité ad hoc » . Cette opération d’ ingénierie financière, permettant le rachat de créances décotées, et l’affichage d’un bénéfice comptable instantané, s’accompagnait d’une nouvelle dette long terme au coûteux taux de refinancement. Le rehaussement de la notation de crédit, au travers d‘entités non-consolidées « à la Enron », domiciliées dans des paradis fiscaux pour optimisation fiscale, a conduit à donner une vision erronée d’amélioration de la situation financière d’ Eurotunnel, aux actionnaires, tant individuels et qu’ institutionnels.

              Signalons au passage, que L’ ADACTE( Association de Défense des ACTionnaires d’ Eurotunnel), pourtant administrateur d’ Eurotunnel s’est déjà constituée l’an dernier, partie civile dans la procédure.

              Sans préjuger de la décision finale des juges, compte tenu de la solidité de notre argumentation, nous sommes confiants dans une issue positive de notre thèse.

              Nous invitons tous les actionnaires d ‘ Eurotunnel, soucieux de défendre leurs intérêts de se constituer partie civile, auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris. Un engagement massif des actionnaires sera la marque du mouvement populaire de refus de la spoliation de nos intérêts patrimoniaux, actuellement programmée.

              Concrètement, une simple lettre adressée au tribunal, avec un justificatif de la qualité d’actionnaire d’ Eurotunnel, suffit. En outre, une copie adressée à PLAINTE CONTRE X/ FLF2, 31 rue des Envierges 75020 PARIS, ou un mel à plainte_contre_x_flf2_eurotunnel@yahoo.fr, (mettre _ entre les mots)

              permettra de vous tenir au courant de la suite de la procédure.

              En dernier lieu, nous rappelons que cette démarche citoyenne n’entraîne, pour la nouvelle partie civile, aucun engagement financier obligatoire - les frais de justice étant déjà engagés. Contact : DANIEL BONDIA 06.14.26.40.73 dbondia@noos.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès