Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Faut-il et peut-on supprimer la spéculation ?

Faut-il et peut-on supprimer la spéculation ?

Le culte du profit, la financiarisation de l’économie, la recherche à tout prix de la rentabilité à court terme, sont au coeur des critiques à l’égard d’un modèle de société qui a montré à la fois son pouvoir destructeur de l’environnement, qui s’est fait générateur d’inégalités croissantes et révélateur aussi d’une crise de sens et de morale, un système déshumanisant. Son fer de lance : la spéculation financière. Certains veulent la supprimer, d’autres clament son utilité. Cette article a pour objectif d’expliquer au lecteur non financier ce qu’est la spéculation, en quoi elle est utile et nuisible, et esquisser des axes de proposition pour limiter la spéculation, à défaut de pouvoir totalement la supprimer.

Face à la crise financière devenue économique, le diagnostic qui en est fait a posteriori par les professionnels, les économistes comme par les sociologues et les politiques, converge à la fois sur ses causes conjoncturelles (déclenchement par l’éclatement de la bulle financière spéculative des crédits immobiliers subprime américains, avec amplification grâce à la titrisation, négligence ou complicité des agences de notation, déficience de régulation, …) et sur ses causes structurelles (financiarisation de l’économie, culte du profit, spéculation à court terme, économie de marché non suffisamment régulée dans la mondialisation, diktat des marchés et des traders au détriment de l’économie réelle, …).
 
Nous sommes à présent dans la phase des propositions, des recherches d’alternatives. Si le capitalisme perverti par la financiarisation de l’économie, appelé « néocapitalisme », est fortement critiqué et offre à la gauche un grand boulevard par retour brutal de balancier, personne ne propose cependant de revenir à un système communiste. Parmi les penseurs et économistes dits « de gauche » sont de plus en plus évoquées la suppression de la spéculation et la nationalisation des banques (Frédéric Lordon souhaite ardemment leur nationalisation à coût zéro lorsque leurs valeurs se seront effondrées suite au dénouement inéluctablement catastrophique de la crise des dettes publiques des Etats). Certains comme Paul Jorion prônent la suppression des « paris sur les prix » (ce qui signifie en langage financier les opérations à terme, les ventes à découvert, mais aussi les contrats de futures et d’options, de change, de taux ou d’actions, que les contrats soient réalisés en gré à gré ou sur marchés organisés, ainsi que les CDS, contrats d’assurance sur les risques de défaillance d’entreprises). Voir le très intéressant débat animé par Jean-François Kahn le 28 juin 2010 avec notamment ces protagonistes, sur le thème de la réforme du système financier international (environ 2 heures par tranches de 20 mn).
 
Pour répondre à la question « peut-on supprimer la spéculation », il convient de définir ce qu’est la spéculation, en quoi elle est utile ou nuisible, et sur ses aspects nuisibles comment elle peut être contenue, faut-il agir sur les spéculateurs, sur les produits financiers utilisés par les spéculateurs, sur les outils du marché (la bourse) ou encore sur les entités comme les banques, les hedge funds, où sont logées des activités spéculatives ? Comment le faire sans empêcher l’économie de fonctionner, sans nuire aux clients finaux qui utilisent la bourse et les produits financiers à des fins non spéculatives, mais pour se financer et couvrir des risques ? Ne vaut-il pas mieux décourager la spéculation par la fiscalité, en taxant les opérations spéculatives, les profits financiers et les bonus des traders ?
 
Qu’est-ce que la spéculation financière ?
 
On parle d’une opération financière ou commerciale « spéculative » lorsque cette opération a pour objectif de réaliser un gain d’argent en pariant sur la fluctuation des cours du marché. En fait c’est surtout l’intention de parier sur un prix et non la nature de l’opération qui importe, car une même opération peut être réalisée dans une autre intention, celle de couvrir un risque : par exemple un agriculteur qui veut garantir par avance le prix de vente de sa récolte de grain sans savoir quels seront les prix dans six mois, sans savoir quels seront les aléas climatiques. Face à lui, il trouve sur le marché un acheteur de grain qui souhaite aussi se prémunir de variations de prix, afin de garantir une stabilité de prix au consommateur final. De même une entreprise qui s’est financée à taux variable et souhaite se couvrir contre le risque de hausse des taux, pourra avoir recours à un contrat de future ou d’option de taux.
 
Supprimer les « paris sur taux ou sur prix » reviendrait à priver les clients finaux de ces avantages de couverture de risque. Il est donc préférable si on souhaite limiter la spéculation, d’autoriser ces clients à pouvoir utiliser ces instruments pour se couvrir. Il est possible en revanche de limiter les interventions des acteurs sur les marchés, s’ils n’ont pas un objectif de couverture, mais le dispositif de validation et de contrôle risque d’être complexe, lourd et coûteux.
 
Faut-il supprimer les bourses ? Quelle est la différence entre les opérations de gré à gré et les opérations réalisées en bourse ou sur marchés organisés ?
 
Il y a deux façons de pouvoir recourir à ces instruments à des fins de couverture ou de spéculation :
 
- faire une opération de gré à gré (OTC, Over The Counter, en anglais) avec une contrepartie, avec une banque (contrat entre deux contreparties garantissant un prix ou un taux convenu d’avance). Les swaps de change et de taux, les FRA (Forward Rate Agreements), les options, les CDS peuvent être conclus en bilatéral de gré à gré. L’inconvénient de ces contrats est d’une part la prise de risque par la contrepartie du client (la banque), qui elle-même doit se couvrir pour neutraliser le risque qu’elle prend, d’autre part l’opacité, la non transparence des positions prises (les régulateurs et les acteurs de marché, les banques elles-mêmes, étaient lors de la crise fin 2008 dans l’impossibilité de mesurer toutes les positions des CDS chez les banques et les risques pris par ces dernières entre elles, ce qui a accéléré la crise de confiance et donc de liquidité, les banques n’osant plus se prêter entre elles) ; les risques de ce types de contrats peuvent être éventuellement limités par des dépôts de garantie (collatéral) ;

- faire une opération sur un marché organisé, une bourse d’échange de contrats où un acheteur. Ce type de marché (par exemple le CME, CBOT, le Liffe,…) a été d’abord créé pour les matières premières, les denrées alimentaires et agricoles, les métaux précieux, puis a été étendu aux devises (futures et options de change) et aux produits financiers d’actions, d’obligations, de bons du trésor. Chaque intervenant sur ce marché doit faire un dépôt de garantie, une avance de trésorerie, afin de payer les pertes éventuelles réalisées entre la valeur à laquelle il a traitée de contrat et la valeur quotidienne du marché (en sens inverse le compte est au contraire crédité). Si l’acteur ne peut plus continuer à payer, il est obligé de solder sa position et ne peut plus continuer à jouer. Tous les intervenants sont garantis de fait du risque de défaillance d’un autre intervenant de ce marché. De plus, toutes les positions des uns et des autres sont enregistrées, peuvent être connues des régulateurs. Pour traiter sur un tel marché, un client doit détenir un compte chez un compensateur (courtier, banque) qui lui-même détient un compte auprès de la chambre de compensation.
 
Pour les puristes, nous distinguons le terme de « bourse » et le terme de « clearing house » (chambre de compensation sur « marché organisé »). La bourse fait référence à la plate-forme sur laquelle se fait la négociation, la prise d’ordre à un prix entre un acheteur et un vendeur (front-office). Alors que la compensation est l’étape dite « post-marché » (back-office) qui réalise l’appariement des ordres pour valider l’échange entre le titre et le cash par exemple entre deux contreparties et enfin la comptabilisation en compte jusqu’au clearer, banque ou broker. Les dépôts de garantie (deposits) et les appels de marge quotidiens (margin calls) sont gérés par la chambre de compensation. Les bourses, comme les chambres de compensation, facilitent le marché, en sont un instrument, mais ne sont pas synonymes de spéculation. La spéculation s’exerce aussi bien via ces instruments que hors ces instruments en gré à gré. Les supprimer reviendrait à ne plus permettre aux clients de couvrir leurs risques même s’ils ne font pas de spéculation et les spéculateurs pourraient aussi continuer à spéculer en gré à gré …
 
Il est en tout cas préférable de passer par les marchés organisés plutôt que en gré à gré pour limiter les risques et garantir une transparence des positions. Malheureusement, tous les produits financiers ne sont pas traités par les marchés organisés. Ce n’était pas le cas des CDS par exemple. Il faut donc généraliser l’utilisation de ces marchés, créer de nouveaux instruments qui correspondent à ceux traités en gré à gré et répondant aux besoins de clients. Certains prônent la suppression des CDS. Alors qu’il est intéressant pour ceux qui détiennent des titres de pouvoir aussi se couvrir à la baisse sur ces titres. S’ils n’avaient pas l’outil CDS, ils n’investiraient pas tant dans ces titres. Cela pourrait raréfier la liquidité des titres souverains par exemple, alors même que les Etats ont besoin d’en émettre pour financer leur dette publique.
 
Qui sont les spéculateurs ? Sont-ils utiles au fonctionnement du marché ?
 
Les spéculateurs, qui parient sur des prix ou des taux en espérant gagner sur la différence de prix, peuvent être des personnes privées, ou des personnes morales (notez le paradoxe de la formule …) : des banques ou des fonds d’investissement spéculatifs (hedge funds ou private equity funds).
 
Pour qu’un client qui souhaite couvrir un risque trouve facilement contrepartie sur le marché, que ce soit en gré à gré (accord bilatéral) ou sur un marché organisé ou une bourse, il doit trouver un autre qui a envie de faire l’opération en sens inverse. Il ne trouve pas forcément à la minute un autre intervenant final, qui a aussi cet objectif de couverture. Des acteurs servent d’intermédiaire en acceptant de prendre position à un certain prix momentanément, acceptant aussi de faire des opérations en sens inverse. Ainsi, les banques, des courtiers (brokers) ou les teneurs de marché (market-makers), cotent en permanence des produits financiers ou de matières premières, avec une fourchette de prix (spread) affichant un bid/offer, à la fois un prix d’achat et de vente. Ces intervenants peuvent limiter leur position pour ne pas prendre trop de risque ou les couvrir sur des marchés équivalents en terme de risque (arbitrage). Ils gagnent ainsi globalement sur l’écart de prix appliqué au volume traité. Ces acteurs contribuent à la liquidité du marché, c’est-à-dire à sa fluidité, à la garantie pour les clients de trouver contrepartie face à eux. On ne peut pas qualifier cette activité de spéculation si les positions nettes sont relativement limitées, clôturées ou presque en fin de journée. Mais si une banque conserve des positions ouvertes importantes, elle prend un risque qui peut alors mobiliser des fonds propres, conformément aux exigences réglementaires de Bâle. Si ces fonds propres sont partagés avec des activités commerciales, une ponction sur ces derniers pour combler des pertes pourra nuire aux activités commerciales de la banque, l’empêchant de continuer son activité de prêts classiques aux clients, voire compromettre les dépôts des clients. C’est pourquoi il serait plus sain de séparer capitalistiquement les activités de banque commerciale/dépôt et les activités de marchés risquées. C’était l’objectif du Glass-Steagle Act qui avait été instauré aux Etats-Unis après la crise de 1929 et abrogé en 1999 lors de la vague de dérégulation des marchés. Cependant, le contexte a évolué et les opérations de marchés peuvent tout à fait être cotées aux clients par des banques commerciales, en couverture de prêts classiques faits pour les mêmes clients, en gré à gré, et être couvertes quasi systématiquement sur marchés organisés de préférence, sans pour autant engendrer des positions spéculatives en compte propre. C’est plutôt la logique qu’il faudrait à mon avis cibler : limiter les positions pour compte propre des banques. Ceci limiterait également la fonction de trader à une activité de vendeur clientèle et teneur de marché. C’est ce que j’ai préconisé dans cette chronique publiée sur LeMonde.fr.
 
En dehors des banques, qui ne sont pas forcément des spéculateurs si elle limite leurs positions ouvertes, ou le sont sans le savoir si elle ne contrôlent pas correctement leurs positions et leurs risques notamment en cas de fraude ou de dissimulation volontaire (affaire Kerviel), des spéculateurs purs peuvent jouer de leurs propres deniers sur ces marchés : les fonds spéculatifs, de même que des personnes privées. Faut-il interdire à ces acteurs de prendre des positions sur opérations financières si après tout ils ne risquent que leur argent ? Pour répondre, il faut être conscient de la nuisance potentielle de ces acteurs :

 
1- Ils accélèrent la hausse ou la baisse de prix ou de taux en aggravant une situation (dette publique grecque par exemple). Les marchés sont moutonniers. Ce qui importe pour un spéculateur, ce n’est pas le prix réel économique du bien, c’est anticiper le prix que le marché attend. Il a tendance à suivre la tendance haussière ou baissière. Mais en vendant une valeur en baisse en vue de la racheter moins chère plus tard, il accélère sa baisse … Ce phénomène a été lourdement aggravé par la mise en place des trackers, des automates informatiques ;

2- S’ils pèsent de façon importante sur le marché et ont traité en gré à gré avec des contreparties, des banques, une défaillance de ces acteurs met ces contreparties en risques (effet de domino, réaction en chaîne). Il est donc fortement déconseillé de permettre à une banque d’investir dans un fonds spéculatif et même de prêter à un fond spéculatif. Elle se met non seulement en risque sur ses fonds propres, mais également ses autres contreparties par effet de contagion, engendrant un risque systémique. Il faut dénoncer les situations déviantes où des banques ont prêté des fonds à des hedge funds qui en contreparties apportaient des fonds propres à ces banques créancières, sachant l’effet de levier important réalisé (la banque peut prêter en gros en moyenne 12 fois ses fonds propres pour respecter un ratio FP/engagements de 8%) !

3- Autant un pays peut interdire les fonds spéculatifs chez lui, il ne pourra pas les interdire ailleurs et ces derniers pourront à leur gré réaliser des opérations dans le pays ou sur des produits financiers concernant le pays qui peuvent perturber ses marchés ou des entreprises du pays (spéculation sur la dette grecque, les CDS, etc.). Il est possible néanmoins d’interdire aux banques du pays de traiter avec des fonds spéculatifs, de même qu’avec les paradis fiscaux, les Etats dits « non coopératifs ».
 
Faut-il nationaliser des banques ? La nationalisation des banques est-elle une solution contre la spéculation ?
 
Le raisonnement sous-jacent à la théorie de ceux qui prônent la nationalisation des banques est la suivante : la spéculation financière est la cause du développement et de l’éclatement des bulles financières, ainsi qu’un facteur aggravant des crises. La spéculation financière est exercée par les banques, encouragée par la recherche effrénée du profit, par les traders dont c’est l’objectif, ainsi que par les actionnaires dont l’objectif est celui d’une rentabilité financière maximale à court terme. Si les actionnaires étaient l’Etat, ce dernier serait mandaté pour avant tout satisfaire un objectif de service public d’intérêt général, qui est de fournir à des clients de la liquidité, des financements, des opérations de change, des produits de placements, à un prix raisonnable. Mais pas pour faire du profit.
 
Le problème, c’est que ce raisonnement, partiellement exact, ne tient pas sur plusieurs aspects :
1- Le point qui peut valider cette théorie est que l’Etat va interdire à son établissement de spéculer pour son compte. Ce n’est pas sa vocation de spéculer. Il ne cherche pas à prendre des risques au-delà de ceux nécessaires pour rendre service aux clients. Cependant, cette interdiction de spéculer pourrait très bien être faite à des banques sous capitaux privés, au travers de la réglementation, sans les obliger à être sous capitaux publics ;

2- la prise de risque exercée par un établissement bancaire qui prête à un client, qui s’engage financièrement vis-à-vis de ce client (cela peut-être aussi sur des opérations de couverture de change ou de taux), exige une rémunération répondant à une logique d’assurance, basée sur des statistiques, basées sur la connaissance du client. Si l’Etat cherche à favoriser tel secteur de l’économie, tel acteur, au mépris des critères de risque et de rentabilité, il y a réel danger que d’une part il y ait confusion ou collusion entre les intérêts politiques et l’intérêt de la clientèle, du favoritisme (soutien d’entreprises ou de personnes qui elles-mêmes soutiennent le parti au pouvoir, ou satisfaisant des élus locaux) et une déresponsabilisation en termes de prise de risques. C’est en fait ce qui s’est passé avec le Crédit Lyonnais, les participations que la banque avait prises directement ou au travers de Altus Finance, une filiale spécialisée, avec l’incitation de son président de l’époque, Jean-Yves Haberer, qui était en ligne directe avec le ministre des finances Pierre Bérégovoy. Le gouvernement, grâce à son outil financier, s’est lancé dans la « banque-industrie », insistait pour soutenir certaines entreprises, certains secteurs. Cette politique a mené au désastre qui a coûté environ 100 milliards de francs (15 milliards d’euros, 8 en net après prise en compte des recouvrements et de la privatisation) au contribuable. Ce n’est pas en soi la spéculation qui a mené la banque à la faillite, mais des investissements risqués et mal gérés … Nous avons déjà vécu l’expérience du système bancaire nationalisé et ce n’est pas la panacée. Dans les pays qui ont nationalisé des banques de manière quasi forcée, quand l’Etat est venu à leur secours pour les recapitaliser, en Finlande dans les années 1990 comme récemment en Grande Bretagne, c’était plutôt considéré comme une situation provisoire. L’Etat peut en tant que régulateur imposer aux banques des contraintes, limiter leur activité spéculative, la taxer. N’est-ce pas suffisant sans en arriver à un système collectiviste d’économie étatisée ?

3- La nationalisation du système bancaire serait de plus extrêmement coûteuse, si l’Etat devait racheter les actions des banques à leur prix actuel. Attendre que leur prix baisse en souhaitant la ruine des banques comme le fait Frédéric Lordon me paraît sinon illusoire, irresponsable.
 
Il faut aussi remettre l’activité financière et bancaire dans son contexte global mondialisé. Toute décision fiscale ou réglementaire peut inciter des acteurs à s’installer ailleurs pour exercer ses activités, de même que les clients peuvent recourir à des services bancaires off-shore, de même que traiter sur des bourses ou marchés étrangers. Comme pour traiter le problème des paradis fiscaux, ces questions de régulation financière et de fiscalité de ces activités devraient être abordée par la communauté internationale. Malheureusement, même si le G20 a multiplié les annonces, les intentions, il n’a pas été très efficace.
 
Certains pays ont pris l’initiative : Angela Merkel a interdit en Allemagne les ventes à découvert. Barack Obama et son équipe ont réussi à faire voter au Congrès une réforme financière aux USA qui limite l’activité pour compte propre des banques en les obligeant à loger certaines activités (swaps sur matières premières, CDS) dans des filiales séparées et capitalisées, limitation de la participation des banques dans les fonds spéculatifs, obligation à passer les opérations dérivées de gré à gré sur des chambres de compensation,…). L’Union européenne à la peine est en retard mais va probablement aller dans le sens des mesures américaines qui, même si elles présentent des « trous d’air », sont une avancée pour non pas supprimer, mais au moins contenir la spéculation financière et limiter les risques.
 
Conclusion :
 
Il n’est pas raisonnable et illusoire de penser que l’on puisse supprimer complètement la spéculation. La spéculation n’est pas nuisible si elle est limitée, contenue, par la réglementation, par une redéfinition du rôle des banques, en interdisant aux banque commerciales ou de dépôt non pas de faire des opérations de marchés avec leur clients mais en limitant l’activité de trading en compte propre sur ces instruments et en se couvrant auprès des marchés organisés qu’il faut étendre en termes d’instruments, notamment concernant les CDS. Il faut leur interdire aux banques de prêter aux fonds spéculatifs, de faire avec ces derniers des opérations de gré à gré de même que prendre des participations à leur capital. Pour tous les acteurs, l’interdiction des ventes nues à découvert, décidée par l’Allemagne est une bonne mesure également pour limiter la spéculation nocive. Par ailleurs, une fiscalité spécifique sur les activités spéculative, sur les profits de marché ou sur le trading compte propre, peut aussi être un facteur dissuasif à la spéculation. Une taxation de type « taxe Tobin » sur les transactions financières est un « grain de sable » qui peut rendre moins attrayant les opérations spéculatives à petits gains (sur les automates notamment) qui multipliées en grand nombre accélèrent les effet haussiers et baissiers des marchés, donc leur volatilité et leur instabilité. Cette taxe peut en même temps être une ressources utilisée comme fonds d’assurance risque ou à d’autre fins.

Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 août 2010 10:33

    À l’auteur
    Faut-il et peut-on supprimer la spéculation ? [...] Faut-il supprimer les bourses ?

    Dans votre résolution à supprimer la spéculation, qui vous conduit à émettre l’hypothèse de la suppression des bourses, n’oubliez-vous une des fonctions majeures des bourses, à savoir, être le lieu d’achat-vente des actions constitutives du capital des entreprises (banques incluses), fonction permettant d’évaluer la valeur des dites entreprises ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 août 2010 12:18

      Lorsqu’un Collectif de citoyens-électeurs-contribuables, sorte de coopérative-capitaliste, se sera approprié des minorités de blocage ou des majorités absolues dans le capital d’un maximum d’entreprises (banques incluses), ce Collectif ne sera-t-il pas en mesure de réguler, modérer ou faire cesser la spéculation dans les entreprises qu’il contrôle ?
      On sera alors parvenu à un Capitalisme Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable permettant l’instauration d’une Allocation Universelle transitoire suivie de la génération d’un Dividende Universel permanent et évolutif, "fonds de pension national et privé" solidairement et collectivement géré par une structure spécifique, indépendante de l’État et représentative des citoyens-électeurs-contribuables.
      (cf.
      Mémoires présidentiels : 2012 - 2022)
      Un nanti capitaliste (monomaniaque & sans complexe).

      Bis repetita placent...
      (parce qu’il se trouvera toujours des mauvais coucheurs, qui peut-être se reconnaîtront, pour me reprocher mon commentaire et remplacer l’argumentation par l’insulte)
      La liberté d’expression permet aux « anti-capitalistes » et aux "anti fonds de pension", et cætera, de répéter inlassablement leur thèse.
      Donc, n’en déplaise à beaucoup, la même liberté d’expression m’autorise également à répéter tout aussi inlassablement mon antithèse.


    • pingveno 30 août 2010 16:08

      n’oubliez-vous une des fonctions majeures des bourses, à savoir, être le lieu d’achat-vente des actions constitutives du capital des entreprises

      Moi qui croyais naïvement que ce qui faisait la valeur d’une entreprise, c’est sinon le capital (investissement), du moins ce qui en est fait (achat de machines), le travail de ses employés, ce qu’elle peut rapporter comme bénéfices...
      et non pas la valeur supposée du fait des rumeurs...

      Moi qui croyais naïvement qu’au moment de partir à la retraite, pour revendre ma PME à un de mes salariés, ce serait du sérieux, on signerait devant un notaire et pas en cochant une case sur un formulaire HTML...


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 août 2010 17:06

      Par pingveno (xxx.xxx.xxx.81) 30 août 16:08
      Moi qui croyais naïvement que ce qui faisait la valeur d’une entreprise, c’est sinon le capital (investissement), du moins ce qui en est fait (achat de machines), le travail de ses employés, ce qu’elle peut rapporter comme bénéfices... et non pas la valeur supposée du fait des rumeurs...

      Les deux critères ne sont pas incompatibles. Si la « rumeur » sur les bénéfices correspond à la « réalité » des bénéfices, il n’y a pas de vrai problème pour estimer la valeur de l’entreprise en tenant compte de son capital, de ses actifs, etc..


    • pingveno 30 août 2010 17:36

      Si la « rumeur » sur les bénéfices correspond à la « réalité » des bénéfices, il n’y a pas de vrai problème pour estimer la valeur de l’entreprise

      Tout le problème est dans le premier mot, justement. La spéculation, ça consiste à spéculer, c’est à dire à faire des hypothèses.
      Quand les hypothèses priment sur la réalité, on obtient une bulle internet qui fait plaisir à tout le monde jusqu’au jour où elle éclate et fout tous ces entrepreneurs sur la paille, que l’entreprise ait eu des résultats ou non.


    • Kalki Kalki 30 août 2010 11:34

      La spéculation est en train de disparaitres

      Les traders ne font pas le poids face a des systèmes informatiques évolués

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nous-ne-sommes-plus-rien-pas-meme-80435#forum2670063

      http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Culture#R.C3.A9sum.C3.A9

      ’Algorithmic’ trading : 73 % des investissements sont lancés par des ia en 2009.


      • Kalki Kalki 30 août 2010 11:38

        C’est dur la vérité ? C’est dur la réalité sans simulacre et simulations ? C’est dur la société sans la société du spectacle ?

        N’oubliez jamais : votre liberté


      • Guido Falxius 30 août 2010 13:32

        Il faudrait relativiser un petit peu toutes ces histoires.


        Pendant les « trente glorieuses », les prix étaient contrôlés, la bourse était embryonnaire et hyper régulée, il était impossible d’acheter une entreprise étrangère comme on achète une baguette de pain, le mot « produit dérivé » ou « exotique » était totalement inconnu.

        Et pourtant la France produisait plein de choses, innovait dans plein de domaines, intégrait ses immigrés, etc. Quoi, c’était la reconstruction ? En 1965 la reconstruction ? Pfff...

        La spéculation est inutile pour la société, l’usure est inutile pour la société. Ne vous laissez pas embrouiller par le sabir pathétique des financiers. Lyssenko aussi utilisait un langage savant pour raconter ses salades.

        Les banques de dépôt devraient être publiques, et les banques d’investissement privées avec un ratio de 100% (interdiction de créer de la monnaie).

        « oui mais comment fera tel fond pour emprunter x milliards pour jouer sur les variations des CDS et du taux de change du zloti ? » Et bien ils ne le feront plus, ils investiront quelques millions dans quelque chose de productif, ils prendront un RISQUE (mot désuet), ils verseront quelques milliards en moins à leurs traders, bref ils feront le métier pour lequel on est prêt à les TOLERER.

        • Kalki Kalki 30 août 2010 14:16

          Bla, bla, bla

          L’économie ne sort pas de la poche des nanties par magie, l’économie ne sort pas de nulle part

          Vous voulez savoir ce qu’est l’économie ? La monétisation des relations possible dans le monde réel.

          Problème : il y a toujours eu une seconde économie : celle qui est garant de la liberté, garant de la nature humaine, et garant de la condition humaine.

          Le problème actuel ? Les économistes n’arrivent pas a se mettre à jour sur la production (culturelle, immatérielle , libre) et c’est normal : ils ne le peuvent pas.

          L’économie de l’abondance, l’abondance d’information, l’abondance matérielle, l’abondance des moyens de production libre : est contraire à l’économie de marché , capitaliste, quid pro quo

          Problème 2 : si vous essayez d’arretter cela, vous détruirez la nature humaine , ou vous essaierez tout du moins  :
          Problème 3 : vous ne réussirez pas à faire une société de contrôle, la société de contrôle pure, tel que certain le revent, n’est qu’un rêve qui n’a jamais existé et est contraire a la nature humaine ( de tous ) : meme dans la pire dictature, les gens suivaient car ils y trouvaient leurs libertés ( peut être au détriment d’autre groupe : ca ne vous rappelle pas l’actualité ? )

          Rejouer les même scènes, du passé , au bord du précipice, c’est prendre un risque que vous n’avez peut être même pas conscience :

          vous devez stopper et faire la paix


        • Krokodilo Krokodilo 30 août 2010 15:15

          « Et bien ils ne le feront plus, »
          Tout à fait d’accord, on nous fait croire que les choses sont hyper-compliquées alors qu’elles ne le sont pas tant que ça.


        • Peretz Peretz 31 août 2010 16:56

          Il y a effectivement un bonne (investissements) et une mauvaise spéculation. Tout dépend de là où l’argent se pose, dans quelle intention et en quelle quantité. Le plus simple serait de replacer les frontières là où elles étaient avant 1980. Et à chaque passage de frontière, une déclaration et ou une taxation selon les quotas. Pas plus difficle que ça.


        • Krokodilo Krokodilo 30 août 2010 15:17

          Un autre article récapitulant la plupart des mesures qui pourraient être prises pour limiter la spéculation et les risques de crise financière , sur le blog de L. Pinsolle (Marianne).


          • Castor 30 août 2010 15:44

            Il paraît qu’il existe de nombreuses manières de lutter contre la spéculation précoce.



            • ELCHETORIX 30 août 2010 16:58

              Non seulement il faut supprimer la spéculation , mais il faut nationaliser toutes les banques et redonner à l’état la possibilité de battre la monnaie et ainsi la dette abyssale aux banques privées sera annulée ; donc redonner à la Banque de France son rôle qu’elle avait avant MAASTRICH !
              RA .


              • Defrance Defrance 30 août 2010 22:18

                Ne pas oublier les assureurs , qui sont tous ou presque banquier depuis quelques années.


              • thomthom 30 août 2010 18:23

                et si une des solutions pour améliorer les choses était de surtaxer, au niveau mondial, les bénéfices réalisés sur des opérations financières de court terme, de manière dégressive.

                investir de l’argent dans une entreprise en achetant des actions, c’est en principe accorder sa confiance à l’entreprise pour qu’elle fasse fructifier cet argent en faisant du business. mais il faut du temps à toute entreprise pour « investir » cet argent et que les fruits de ce travail soit visible dans les résultats.

                acheter une action pour la renvendre en 2 jours, ou même 2 mois, c’est purement de la spéculation. c’est ce qui plombe l’avenir des entreprises qui ne sont plus gérées qu’à très court terme et on largement perdu leur capacité à investir dans des projets de long terme, certes risqués mais seuls garant du maintien de l’activité économique et des emplois dans la durée.

                donc pourquoi pas inventer un impôt mondial suivant :
                - les bénéfices faits après 2 jours : taxés à 90%
                - 2 semaines : 80%
                - 2 mois : 70%
                - 2 ans : 10%
                - 20 ans : 0%


                • millesime 31 août 2010 06:58

                  Votre explication de texte aurait pu être réalisée par Paul Jorion..ayant été Trader il sait ce dont il parle.. ;et quand un système est en fin de vie, il faut être radical et en changer..(c’est son point de vue qui commence à être partagé par bon nombre de personnes.. !)

                  Les lobbys, les banquiers et les hommes politiques, (acteurs et complices des banksters), détenteurs du pouvoir de décision profitent au maximum des injustices et n’ont acun intérêt à changer, la City et Wall Street ne peuvent qu’être fermement opposés à une déclaration consitant à rendre anti-constitutionnel le pari sur les fluctuation des prix.. !

                  ils vont donc s’opposer farouchement et sournoisement avec tous les moyens financiers et médiatiques dont ils disposent à ce que cela puisse se réaliser.

                  Mais tôt ou tard le système...changera !

                  http://millesime.over-blog.com


                  • nightflight nightflight 4 septembre 2010 00:57

                    Bien didactique cet article, son seul problème étant qu’il fait abstraction des problèmes de fond :

                    - Notre économie a telle réellement besoin de bulles spéculatives qui font exploser les prix et empêchent le commun des mortels de planifier sereinement son avenir (Bulle immobilière).

                    - Est-il acceptable qu’un tel système ponctionne par l’essence même de son fonctionnement tout ce que l’industrie et le commerce utilisent (Matières premières, capitaux, etc.). Autrement dit, ne serait-il pas raisonnable de choisir un autre modèle, et de voir ainsi immédiatement tous les prix de détail baisser d’au minimum 20 %

                    - Les gouvernements sont-ils bien maîtres du jeu financier, possèdent-ils vraiement les outils de modélisation leur permettant une vision claire de la situation, ou se contentent-ils de décider de la rémunération du gouverneur de leur banque centrale, qui augmente les taux jusqu’à faire perdre à 3 Millions de citoyens leur logement ?

                    - Est-il normal que le président du pays le plus puissant du monde insiste à autant de reprises, lors de sa présentation de la réforme financière, pour dire qu’il a été géné dans son initiative par les lobbies ?

                    - Est-il normal que les banques rechignent autant à prêter de l’argent aux entreprises, alors qu’elles ne mobilisent en réalité leurs fonds qu’a hauteur d’environ 10%, le reste étant de la marge ?

                    - Etc.

                    Au fait, qui sont les acteurs économiques qui financent les politiques ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès