Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Feu vert de l’Elysée pour les licenciements et l’emploi (...)

Feu vert de l’Elysée pour les licenciements et l’emploi précaire

C’est un signal fort qu’a adressé Nicolas Sarkozy aux patrons : saisissez le prétexte de la crise financière pour licencier les salariés et embauchez des personnes en contrats aidés ou en CDD ! La décision élyséenne de créer 100 000 contrats aidés a été prise unilatéralement et sans l’avis des syndicats, sauf celui du Medef qui applaudit l’initiative. Et pour cause les raisons avancées de ce soi-disant plan de l’emploi ne sont pas les vraies raisons...

C’est l’effet d’aubaine de la crise ! Le gouvernement en profite pour assouplir le licenciement !

Car si le gouvernement avait réellement voulu mener une politique d’aide à l’emploi, d’aide aux chômeurs, il l’aurait fait depuis longtemps. S’il avait voulu développer les contrats aidés, il l’aurait fait très tôt aussi. Mais il a fait tout le contraire en supprimant 25 000 contrats aidés dans le budget 2009 par rapport à celui de 2008. Il y a quelques jours encore, des ministres et des élus UMP rappelaient leur farouche opposition au principe du contrat aidé. Alors pourquoi cette subite décision ?

La première raison est de faciliter le licenciement. Le recours aux contrats aidés aurait pu se planifier depuis longtemps tant la courbe du chômage le justifiait, mais c’est par opportunisme que la décision intervient à ce moment précis. Les Français ont été conditionnés par la crise financière, préparés à l’idée que cette crise allait s’étendre à l’économie réelle et faire de la casse sociale. C’est donc le bon moment pour mettre à la porte car ils seront résignés à voir les entreprises licencier et leur pardonneront plus facilement. C’est pour leur faciliter la tâche que le président Sarkozy a annoncé la création de 100 000 contrats aidés de plus que ce qui était prévu au budget 2009.

Sarkozy n’a pas précisé si les 100 000 nouveaux contrats budgétés seront signés prioritairement dans le secteur non-marchand (Contrats d’avenir et Contrats d’accompagnement dans l’emploi - CAE) ou dans le secteur marchand (CI-RMA, contrat initiative emploi - CIE). Une forte proportion de contrats dans le secteur marchand serait la preuve que l’argument avancé ci-dessus est juste.

La deuxième raison de cet interventionnisme de l’Etat est d’enfoncer le clou de la déréglementation du droit du travail. Sarkozy a ainsi rappelé sa volonté de développer le travail du dimanche, et il a demandé aux parlementaires d’examiner sans délai ("maintenant") la proposition de loi qui est prête. De même, il a incité les employeurs à recourir aux CDD sans limite.

"C’est une mesure pragmatique", a déclaré le président Sarkozy. Non ! C’est une mesure opportuniste car voici tout à coup qu’il trouve que "les contrats aidés ont une utilité", utilité sociale qu’il leur a pourtant toujours déniée ! A moins qu’il ne pense à une autre utilité, celle qui consiste à offrir aux patrons l’occasion inespérée de préparer les charrettes de licenciements avec son aval et en toute bonne conscience : "c’est la faute à la crise financière, vous le savez bien... ! Bah ! Il y a les contrats aidés !"

La troisième raison est budgétaire. "C’est cher, mais moins que d’avoir des gens au chômage ; c’est un investissement", a justifié Nicolas Sarkozy. Là, c’est plus clair, on veut faire des économies budgétaires par ce moyen. Quant à l’investissement, il ne sera pas du côté des bénéficiaires de contrats qui n’offrent pas de formation et qui débouchent rarement sur des emplois.

Pour que Sarkozy prenne le risque de se voir accuser de piquer à la gauche ses idées, de renier sa politique d’hier, de réutiliser de vieilles recettes qu’il avait pourtant rejetées, de refaire ce qu’il avait défait, il fallait qu’il y ait des raisons suffisamment fortes. Elles existent : il s’agit de canaliser la crise sociale et les désordres qu’elle peut provoquer en montrant que l’on prend le chômage au sérieux, et en mettant de l’huile dans le licenciement, en le légitimant par avance.

Bien sûr, le chef de l’Etat a, comme à son habitude, tancé quelques méchants à la cantonade pour menacer de ses foudres tout le monde en général et personne en particulier. Après les mauvais financiers, les mauvais parachutes dorés et les mauvais paradis fiscaux, c’est le tour des mauvais patrons qui utiliseraient "la crise ambiante pour justifier des réductions d’effectifs". "Je n’accepterai pas les stratégies cyniques et opportunistes (...) le gouvernement sera intraitable". Il "surveillera personnellement ceux qui ne jouent pas le jeu." "Intraitable", "personnellement" ! Ce qui est excessif n’est-il pas insignifiant ? Voilà encore des menaces qui prêteront à ricanements du côté du patronat et qui n’impressionneront absolument personne, comme d’habitude, tant chacun sait qu’elles seront sans suites et que dès demain l’omniprésident sera passé à tout autre chose, à autre dossier "urgent" qu’il tiendra à traiter "personnellement", à un énième avion à prendre, très loin de ces préoccupations passagères.



Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 30 octobre 2008 09:36

    >>Ce qui est excessif n’est-il pas insignifiant ?

    Que voilà une citation bien placée ! Google dit que c’est de Talleyrand


    • Céphale Céphale 30 octobre 2008 11:36

      C’est de Paul Valéry.


    • Napakatbra Napakatbra 30 octobre 2008 11:55

      On pourrait aussi dire...

      Feu vert pour les emplois aidés, mais feu rouge pour le financement... en gros, 5000 euros par emploi aidés ont été annoncés !

      Lire : 100 000 emplois aidés... mais pas payés !

      Un problème ? ...

      ...


    • La mouche du coche La mouche du coche 30 octobre 2008 16:16

      Quand est-ce que l’auteur a rencontré le travail pour la dernière fois ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er novembre 2008 17:23

      Ce n’est pas excessif, c’est unsuffisant. Ile dene devrait exister AUCUNE CONTRAINTE au licenciement. Ce n’est pas la sécurité d’emploi qu’il faut garantir - ce qui est contreproductif - mais la sécurité du REVENU. (Voyez le lien)

      Pierre JC Allard

      http://nouvellesociete.org/701,html



    • MagicBuster 30 octobre 2008 09:37

      S’il y a encore des gens pro-Sarko qu’ils tentent d’expliquer ou l’on va SVP.
      Avec un plan tous les jours, détruisant jours après jours les plans précédants. . . 

      Franchement, c’est difficile de ce faire une idée.

      A moins que l’objectif soit de couler la France, couler l’Europe et couler le monde pour le précipiter dans un nouveau système . . . sinon je ne vois pas. . . 

      Personnellement avant de couler ma barque, je m’arrange pour en trouver une autre meilleure pas loin.

      Lorsque tout sera détruit , y compris la vie des Français moyens, il sera trop tard pour se plaindre.
      Personne ne pourra rendre se qui a été volé par l’ultralibéralisme ; surtout pas ceux à qui ça profite, en particulier les copains de Sarko.

      ARG !!!


      • nini 1er novembre 2008 19:00

         Le meilleur moyen de destabiliser une société ou un groupe est de bouleverser tous ses repères.

        Cette "crise" économique sera l’occasion de faire table rase à tous les niveaux et d’accélérer le mouvement vers une ultra libéralisation, il n’y a apparemment plus de temps à perdre pour imposer un nouvel ordre mondial. Que Nicolas Sarkozy se propose pour la présidence des "Etats-unis d’europe" ne m’étonne pas, les deux ans et demi de présidence inclus dans le nouveau projet de constitution européenne- que les "citoyens ingrats" ne valident toujours pas- ne suffiront pas à cet homme. A moins de passer le relais à d’autres politiciens de la même trempe. 
        Les médias ne cessent d’annoncer la crise sociale pendant que ceux qui tirent les rênes distribuent des milliards pour sauver un système basé sur le profit et l’exploitation.
        Qu’écriront les hommes de pouvoirs sur la prochaine page blanche de l’Histoire ? Ceux d’entre nous qui auront le courage de se révolter serviront-ils d’exemples dans le maniement du taser et de caution à la création des forces européennes de maintien de la "paix économique" ?
        Ou bien resteront nous muets face aux nouvelles lois répressives et xénophobes tant qu’elles ne concerneront que les "autres", citoyens de secondes zones qui l’auront sans doute mérité ?

        Auront nous la volonté de réagir ou d’agir ?


         


      • fhefhe fhefhe 30 octobre 2008 09:50

        A Villemur sur Tarn ( Aproximté de Toulouse ) Plus de 300 licenciements chez Molex Société qui avait été rachetée par des " Américains.
        Fermeture de l’ Usine Définitive en Juillet 2009 pour être "Délocalisée" en Roumanie...
        Le plus Scandaleux c’est que cette Entreprise fait des Bénéfices
        2005/2006  600 000€
        2006/2007 1 000 000€
        Silence Radio/Télé sur le sujet....( Hormis dans la région )
        Seul , le N° 1 de la CGT s’est déplacé ( Aujourd’hui ) mais que peut Thibault ?
        Je ne suis pas Syndicaliste , mais je Compatis à ce nouveau Drâme Economique qui Lui n’est pas du à la Crise Financiére  !!!!!
        $ARKOSY et ses Promesses.. qui ne tiennent qu’ avec la colle achetée au Magasin des illusions.. . !!!!
        Nôtre Président n’Administre pas , ne Gouverne pas , il Régne... ( Adolphe Thiers avait mis ROI )


        • philbrasov 31 octobre 2008 07:14

          Encore une usine délocalisée en roumanie.....

          franchement que du bonheur..... Dim, la semaine dernière Molex aujourd’hui...

          bin at venit in romania.

          chez nous, c’est tellement précaire, que le chomage , n’existe pas.....nous sommes importateurs de main d’oeuvre.....




        • TSS 30 octobre 2008 10:00

          Autre Sarkhozysme :

          la suppression de la taxe professionnelle n’a d’autre but que d’affaiblir les regions,deja en difficulté de part les

          transferts de competence non budgetisé par l’etat !

          22 regions à gauche,ça ne peut pas durer.En supprimant cette taxe cela obligera les regions à à augmenter

          leurs impots pour combler le trou et il sera d’autant plus facile de les accuser plus tard en jouant sur le peu de

          memoire des electeurs... !!


          • Le péripate Le péripate 30 octobre 2008 10:04

             Il est tellement évident que la solution, c’est d’interdire les licenciements, de fixer un salaire minimum assez haut pour assurer une vie décente ( viande à tous les repas, vacances d’été et d’hiver, écran plasma et disque dur multimédia, une voiture et un téléphone par personne au foyer, grand logement clair avec un grand salon pour recevoir les amis). Pour ceux dont le faible niveau de compétences ne permet pas d’avoir accès à ce type d’emploi, on invente le chômage indemnisé et le RMI, payé avec les sous pris dans la poche de ceux qui travaillent. C’est tellement rationnel. Je suis étonné que personne n’y ait pensé avant.


            • fhefhe fhefhe 30 octobre 2008 10:33

              C’est quoi la "Compétence " ?
              Etre ingénieur ou Footballeur ?
              Etre Directeur Financier ou Acteur de Cinéma ?
              Etre Chirugien ou Trader ?
              Si tu n’avais pas de Maçon , Electricien , Plombier TES Competences les remplaceraient ???
              Si tu n’avais pas de Boulanger ( Pense au Skecth de Fernand Raynaud) de Cuisinier , de Boucher tu mangerais Quoi ?
              Tes compétence te permettent peut-être d’aller à la Tour d’Argent mais sans les Sans Papiers qui y travaillent ce n’est pas 200€ que tu Paierais mais mini le double
              Je ne critique pas ( quoique critiquer a pour sens premier "donner son avis" ) pas ton point de Vue , libre à toi de penser comme tu les sents , mais sache que
              La compétence n’est pas Toujours récompensée à sa juste Valeur....
              "Sans Toutes les petites mains les Tiennes ne serviraient à Rien "
              J’ai un Certificat d’étude et suis momentanément sans Emploi depuis Juin....A 52 ans j’ai mis 25 anspour devenir Directeur Commercial ,en commençant comme VRP payé à la commission sur la marge Brute.
              Pour y parvenir j’ai appris ce que signifiait HUMILITE
              A te lire ....
              Cordialement


            • Zalka Zalka 30 octobre 2008 10:48

              Sûr que l’idée d’instaurer une obligation de réfléchir a été bien vite abandonnée dès qu’on a vu le péripate affirmer que s’inquiéter de l’abandon de droit sociaux, c’est être pour le caviar à tous les repas pour les sdf...


            • Le péripate Le péripate 30 octobre 2008 12:36

               La compétence, c’est ce dont votre employeur a besoin, c’est le service qu’il attend. Demandez lui donc.


            • Le péripate Le péripate 30 octobre 2008 12:40

               Pas du tout, cher Zalka. C’est caviar pour ceux qui ont un emploi protégé, ceux qui ont des droits sociaux comme vous dites si joliment, et cantine des restos du coeur pour les autres, car le coûteux système dont vous êtes l’avocat n’est même pas capable de remplir ses promesses, et qu’il faut donc faire malgré tout appel à la charité privée. Un système dont vous pouvez être fier.


            • espoir 30 octobre 2008 12:48

              tout à fait d’accord, il serait temps que tous artistes confondus, sportifs et hauts revenus reviennent à un peu plus d’humilité. Qui leur permet d’avoir des revenus aussi substantiels, qui leur permet de se "pavaner" face à la caméra en crachant presque leur mépris de la france d’en bas (ici, pensons à tout ce qui n’est pas du nouveau milieu qu’ils se sont créés). J’en appelle à un boycott général : refusons d’aller au cinéma, au théâtre, au concert, refusons les émissions télé abrutissantes, refusons les discours verbeux et jamais suivis d’effets de notre gouvernement ou de l’opposition (gauche, vous avez dit gauche !!!!!!). Soyons enfin courageux. Oublions notre servilité et notre lâcheté. Unis, nous pouvons modifier le cours des événements. Pour ceux qui ne veulent pas réfléchir : lisez le meilleur des mondes" et pour les autres, relisez le. Nous progressons dans une dictature sans nom. Mais à qui la faute : à une majorité de français (et je n’en fais pas partie) qui admire les zidane, les bouquet, béart, et autres personnalités qui doivent rééllement bien se marrer dans le cadre confortable de leur existence. Alors, j’en appelle à tous les individus qui refusent d’analyser la situation de plus en plus inégalitaire, la "morgue dévergondée" de ceux qui régnent. Effectivement, chacun a sa place dans cette société : un chef d’entreprise a besoin d’exécutants, un homme politique a besoin d’électeurs, un sportif a besoin de spectateurs et un artiste a besoin d’acheteurs. Sans la plus large majorité des français assez stupides pour continuer à gober les discours démagogiques de tous ces parvenus, nous pourrions enfin aboutir à un monde plus juste. Et comme le dit si bien Jean Ziegler : un enfant qui meurt est un enfant assassiné.


            • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 30 octobre 2008 12:59

               "La compétence, c’est ce dont votre employeur a besoin, c’est le service qu’il attend. Demandez lui donc."

              Péripate, dans un monde idéal l’échange entre employeur et employé se jouerait en ces termes, effectivement : compétences contre rémunération. Or vous savez que si tout travail mérite salaire, tout salarié n’est pas rémunéré fonction de ses compétences, de son investissement en temps et en énergie, bref que cet échange idéal n’est pas toujours effectif. Pour une fois je vais livrer un peu de mon expérience personnelle. Rédactrice en chef d’un magazine (modeste et bimestriel), j’ai dû me battre, numéro après numéro, pendant près de trois ans, pour que les journalistes que je faisais travailler (pigistes) soient rétribués... Ce qui m’a finalement valu d’être licenciée. Par la suite, ils n’ont jamais été payés...


            • fhefhe fhefhe 30 octobre 2008 13:21

              1- ce n’est pas comme cela que tu as présenté la compétence (Relis toi )
              2-Ton principe a pour Causalité le Principe de "Peter" , pour être compétitif Ton et Mon Employeur trouvera TOUJOURS mieux ....
              3-Dans la Compétivité Inter-Entreprise sur le Même Secteur d’activité à

              — Qualité Egale

              — Services Egaux

              — Conditions de Réglement Egale
              Je mets tout à égalié Sauf le Prix....que fait ton Patron..... ?
              Le Prix dans la Guerre Economique Aigue que nous vivons depuis 30 ans est devenu un paramétre Important ....
              Et que se passe t-il quand on cherche à aller vers le moins cher....on Va vers le ZERO coût synoyme d’Esclavage....
              On est Victime de " Cost-Killer" qui font des Millions de Morts Blanches ( celle ou tu meurs à petit feu , ou tes compétences sont caduques , ou pour "Bouffer" du manges des Galettes de Boue...)
              Mon Patron comme Ton Patron est soumis à la "Compétence des Snipers-du Marketing et de la Finance" qui Lissent les coûts pour que le produit soit Vendu Dans le Monde.
              Combien de Van gogh Sont morts " Incompétents" ....en laissant des oeuvres qui valent des Millions d’€...
              Ce qui vaut pour l’Art vaut pour Toutes les Activités Humaines.. !!!


            • Zalka Zalka 30 octobre 2008 13:23

              Le peripate : je pense que cela vaut toujours mieux qu’une absence totale de système qui laisse crever chômeurs et employés. Cela coutera sans aucun doute beaucoup moins cher, ne fait absolument aucune promesse et se révélera être un désastre total.


            • Le péripate Le péripate 30 octobre 2008 14:44

               @Zalka. Rapidement, parce que vraiment, ça n’en vaut pas la peine : quelque soit le niveau de redistribution, même approchant la totalité des richesses disponibles, la charité privée et volontaire est de fait nécessaire (trouvez moi un seul contre-exemple). Elle fait beaucoup mieux, et à moindre coût, ce qui est un euphémisme, car, en fait, la redistribution détruit les richesses ponctionnées. Il n’y a aucune raison, qu’en l’absence de redistribution, la charité cesse. C’est même le contraire qui arriverait, du fait de l’augmentation de ressources disponibles.
              @Cosmic.
              Il y a un léger malentendu. C’était une provocation de dire que la compétence, c’est ce que l’employeur a besoin. Ce que l’employeur a besoin, c’est bien sûr d’un service, du service qu’il attend. Untel sera peut être très compétent dans le maniement de la petite cuillère, le trou qu’il creuse n’a pas plus de valeur pour l’employeur que si le trou est creusée à la pelle.
              Ce qui m’amène à ce livre trop peu connu de Boltanski, "le nouvel esprit du capitalisme". Il y expose le concept de "cité", ensemble de valeurs. Certains s’attendent à être rétribué en fonction de leur travail, d’autres de l’ancienneté, d’autres de leurs diplômes, etc... Mais ces concepts sont normatifs, c’est tout ce que l’on peut en dire du point de vue de l’économie.


            • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 30 octobre 2008 15:08

               Péripate, encore un livre à lire smiley
              Je comprends bien l’idée évoquée sur les valeurs accordées dans l’échange. Je pense qu’en fait je vous interrogeais plus sur la nécessité du Droit. Droit du travail, en l’occurrence, dont je pourrais par provocation vous dire qu’il autorise ma liberté à avoir régulièrement désobéi à l’injonction de livrer les articles tant que les rémunérations convenues n’étaient pas versées à leurs bénéficiaires, et qu’il me rend libre de convoquer l’employeur aux Prudhommes...
              Mais c’est pour le plaisir, non au nom de votre défense du libéralisme, et surtout pas pour vous "piéger" en exigeant que vous vous comportiez en apôtre absolu tenu de dévoiler les secrets du monde, dont j’ai bien lu que vous avez expliqué à ceux qui acceptent de l’entendre qu’il rassemble des avis divergents sur tout ce dont il est possible de discuter smiley


            • Zalka Zalka 30 octobre 2008 16:15

              Donc selon vous, les mecs en haillons dans les rues, c’est plus efficace que le type qui reçoit un petit chèque ?

              Génial... j’ai hâte que votre programme soit mis en place.


            • Le péripate Le péripate 30 octobre 2008 16:53

               Zalka, ça, c’est le coup de celui qui fait le sourd. Discuter avec vous, c’est comme discuter avec le professeur Tournesol, en moins drôle.
              Alors, voilà, écrit en gras, et en français simplifié : la charité étatique fabrique les pauvres et les met dans la rue, à la charge de la charité privée. 


            • Jean-paul 30 octobre 2008 20:26

              @ espoir
              l’art du discours creux deconnecte du monde reel et qui ne debouche jamais !


            • vivelecentre 31 octobre 2008 06:23

              IL est tellement évident que la solution, c’est d’interdire les licenciements, de fixer un salaire minimum assez haut pour assurer une vie décente ( viande à tous les repas, vacances d’été et d’hiver, écran plasma et disque dur multimédia, une voiture et un téléphone par personne au foyer, grand logement clair avec un grand salon pour recevoir les amis). Pour ceux dont le faible niveau de compétences ne permet pas d’avoir accès à ce type d’emploi, on invente le chômage indemnisé et le RMI, payé avec les sous pris dans la poche de ceux qui travaillent. C’est tellement rationnel. Je suis étonné que personne n’y ait pensé avant


            • ddacoudre ddacoudre 1er novembre 2008 13:03

              Bonjour péripate.

              Tu sais bien que tous les biens que nous produisons ne sont pas disponibles pour tous.
              Alors peut-être ne faut-il pas appâter tout un chacun pour s’assurer une production à la marge.
              La technologie, les compétences scientifiques et le crédit permettent une démocratisation de beaucoup de biens, il devient normatif que lorsque l’on travaille, ce travail permet d’accéder à un niveau social convenable auquel chacun a contribué.
              Ceci ne peut avoir lieu que si il y a redistribution et circulation monétaire, les critères pour cela ne sont que du domaine de la conception des relations humaines qu’a chacun.

              Certainement que la rareté impose des choix et qu’il appartient au "bon sens de faire le trie entre l’utile et l’ostentatoire, mais ce n’est pas si facile quand l’ostentatoire devient un signe d’identification social auquel chacun veut appartenir.

              La manière caricaturale avec laquelle tu poses le problème de la rareté ta certainement value tous les vote négatif. Sauf que la difficulté est bien réelle, mais ne justifie pas le développement de la pauvreté dans un pays ou nous disposons des moyens technologiques les plus performants.

              Cordialement.


            • ddacoudre ddacoudre 1er novembre 2008 13:08

              Bonjour péripate.

              Tu sais bien que tous les biens que nous produisons ne sont pas disponibles pour tous.
              Alors peut-être ne faut-il pas appâter tout un chacun pour s’assurer une production à la marge.
              La technologie, les compétences scientifiques et le crédit permettent une démocratisation de beaucoup de biens, il devient normatif que lorsque l’on travaille, ce travail permet d’accéder à un niveau social convenable auquel chacun a contribué.
              Ceci ne peut avoir lieu que si il y a redistribution et circulation monétaire, les critères pour cela ne sont que du domaine de la conception des relations humaines qu’a chacun.

              Certainement que la rareté impose des choix et qu’il appartient au "bon sens de faire le trie entre l’utile et l’ostentatoire, mais ce n’est pas si facile quand l’ostentatoire devient un signe d’identification social auquel chacun veut appartenir.

              La manière caricaturale avec laquelle tu poses le problème de la rareté ta certainement value tous les votes négatifs. Sauf que la difficulté est bien réelle, mais ne justifie pas le développement de la pauvreté dans un pays ou nous disposons des moyens technologiques les plus performants.

              Et même si nous ne pouvons nous écarter des règles de création de la monnaie, sa virtualité n’est pas le problème car il se situe dans la tête de chacun d’entre nous.

              Cordialement.


            • ddacoudre ddacoudre 1er novembre 2008 13:45

              bonjour la taverne.

              Notre président avait anoncé la couleur dans sa campagne et dans le premier discourt devant le MEDEF.
              Il considère que la compétition mondiale exige d’ajuster les salaires tout en travaillant plus. Il n’a pas démordu de cet axe et je suis d’accord avec toi pour reconnaitre que la crise va être un exellent prétexte pour déréglementer le modèle social français avec un minimum d’oposition.

              cordialement.


            • Le péripate Le péripate 1er novembre 2008 19:56

               Merci Ddacoudre. Même si on n’est pas d’accord (j’ai posé le problème de la rareté ?), au moins tu ne hurles pas toi. Amitiés.


              • chmoll chmoll 30 octobre 2008 10:16

                sarko, f’rait un bon agent destructeur


                • La Taverne des Poètes 30 octobre 2008 10:19

                  Doublé d’un "policien" (politicien + policier) !


                • Forest Ent Forest Ent 30 octobre 2008 10:53

                  Il faut travailler plus pour gagner plus. Il faut en finir avec l’assistanat. Il faut rétablir l’autorité de l’état partout. Il faut en finir avec l’interventionnisme. Etc ... SI quelqu’un comprend quelque chose à la politique de ce gouvernement, il sera sympa de m’expliquer.


                  • LE CHAT LE CHAT 30 octobre 2008 11:11

                    @forest

                     ça va devenir dur quand le boulot diminue et que les entreprises voulant réduire leur masse salariale t’interdisent de faire des heures sup ! smiley


                  • Forest Ent Forest Ent 30 octobre 2008 12:05

                    Il va falloir de manière urgente refonder le sarkozysme.


                  • LE CHAT LE CHAT 30 octobre 2008 12:24

                    @FOREST

                    NSDAP nouveau sarkozisme dictatorial à paillettes , y’a un petit parti avec les mêmes initiales qui a fait un tabac à munich !  smiley


                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 30 octobre 2008 13:43

                    @ Forest

                    Refondre le sarkozysme... Il y a bien du Sarkozy partout, mais y a-t-il un sarkozysme ? Il faudrait que notre conducator soit capable de pensées genérales, or il se cantonne à des généralisations dignes des brèves de comptoir...


                  • fhefhe fhefhe 30 octobre 2008 14:17

                    2 Petites Citations , que je trouve ( à tort ? ) en adéquation avec le sujet
                    "La Démocratie , c’est le Pouvoir pour les Poux de manger les Lions " ( Clemenceau )
                    "La vie n’est pas ce que l’on pense...mais ce que l’on dépense " ( Je ne me souviens plus de l’Auteur)
                    Quand à celle Là
                    " Moins Cher = Plus de Chair...." c’est la réponse que j’ai faite à un de mes clients (par écrit)
                    Je profite de l’Occasion pour dire à Péripate , qu’en tant que Commercial payer à la commission mon Patron c’était "L’ensemble de mes clients" et que mon " Pdg " validait le montant de mon salaire suivant mes Ventes Effectuées et Payées...Et comme Directeur commercial mon "Net à Payer" était sur la base d’un variable de 40% de primes d’Objectif ( je vous fais grâce de la grille Quantitative eT Qualitative et ses paramêtres !!)
                    Cordialement
                    A@


                  • frédéric lyon 30 octobre 2008 16:46

                    Si i j’ai bien compris l’article de notre illuminé de service aujourd’hui sur le front économique Agoravoxien, le gouvernement veut "faciliter" les licenciements d’emploi non-aidés, afin que les patrons puissent les remplacer par des emplois aidés, qui coûteront de l’argent à l’Etat.

                    Sarokozy est donc encore plus con que la Taverne des Poêtes, (j’adore ce nom, je trouve que pour un économiste en herbe, ça fait très chic), ce qui n’est pas peu dire.

                    Autant vous dire que les patrons ne licencieront personne, mais que SURTOUT ils n’embaucheront personne à cause de cette mesure. Ce qui est une excellente nouvelle pour les travailleurs.

                    On attend maintenant l’article de Bernard Dugué, afin d’être bien certain d’avoir fait le tour de la question.

                    Ca c’est du journalisme citoyen, ou bien je ne m’y connais pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès