Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Finance : les ménages plus avisés que les professionnels

Finance : les ménages plus avisés que les professionnels

The Economist a consacré un papier passionnant à une étude de la Federal Reserve sur la pertinence du jugement des ménages et des professionnels de la finance sur l’évolution de l’activité. D’où il ressort que les ménages sont plus avisés, une forme d’hommage indirect à la démocratie.

Les moutons, ce sont les traders
 
The Economist commence par rappeller que pour les professionnels de la finance, l’opinion des ménages ne représente que du « bruit ». Parce que leur besoin ou disponibilité d’argent ne coincide pas forcément avec le bon moment « ils échangeraient trop souvent (…) et ils sont enclin à des biais comportementaux comme un excès d’optimisme et une allergie aux pertes  », si on en croit Nate Silver. Malheureusement, la recherche menée par la Fed démontre au contraire que l’opinion des profanes a beaucoup plus de sens que celle des professionnels. Elle montre qu’une forte augmentation de la dispersion de l’opinion des ménages précède généralement toutes les récessions, alors que l’opinion des professionnels reste également dispersée et ne se disperse que dans la seconde moitié des récessions.
 
The Economist cite un financier pour qui « il n’y a aucun sens pour moi à prédire une récession. Si j’ai raison, personne ne me remerciera et si j’ai tort, je serai viré  ». En clair, « les amateurs sont meilleurs pour prédire les récessions que les experts ». L’étude souligne que les ménages échangent davantage quand la divergence des opinions augmente, au contraire des professionnels, et conclut : « il est probable que les ménages ont collectivement des informations que les analystes professionnels n’ont pas, et contribuent donc à la formation des prix et à l’efficacité des marchés  ». Pour The Economist, « c’est peut-être parce que les enquêtes interrogent des personnes de milieux et d’origine différents, quand les analystes en investissement sont un petit groupe qui pourrait souffrir d’un esprit moutonnier ».
 
Un bel éloge de la démocratie

Ce faisant, il est difficile de ne pas y voir un éloge, conscient ou pas, de la démocratie. En effet, étant donné mon milieu, combient de fois ai-je entendu que les Français n’avaient pas le savoir nécessaire pour trancher telle ou telle question. C’est notamment ce qui fut entendu lors du référendum sur le traité de Maastricht ou le TCE. Cependant, cet exempe démontre que finalement la sagesse est sans doute d’autant plus grande que le groupe est important. Même les experts les plus pointus de la finance ont collectivement tort par rapport aux ménages qualifiés d’ignorants par certains  ! Finalement, plus le groupe est petit et moins il est divers, moins sa pensée est claire du fait de l’esprit moutonnier, si bien décrit par Keynes, qui parlait des esprits animaux qui ont toujours animé les marchés.

C’est l’exact inverse de ce que construisent les oligarques politiques du PS et de l’UMP, qui ne cessent de retirer du cadre démocratique des pans de plus en plus importants de la main du peuple, qu’ils jugent trop souvent mal avisé. C’est la logique qui a mené à l’indépendance des banques centrales. Mais comme sur les marchés, l’opinion des experts peut être bien moins avisée que celle des profanes. C’est ce que l’on a vu avant la crise financière de 2008, où les régulateurs ont laissé faire n’importe quoi aux banques, avec une croissance totalement inconsidérée de la masse monétaire dans la zone euro, dépassant parfois les 10% par an alors que l’activité réelle ne progressait que de 1%...

La démocratie ne répond pas seulement un idéal d’égalité, qui place le jugement de chaque membre d’une communauté sur le même plan, qu’il soit riche ou pauvre, sachant ou pas. C’est sans doute aussi le moyen le plus efficace d’organiser une société, les oligarques étant plus promptes à l’erreur que le peuple.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 5 juillet 2014 09:18

    Normal un ménage fait gaffe car c’est son propre argent qui est en jeu et il peut se retrouver rapidement à la rue , un professionnel lui s’en fiche car il s’agit de l’argent des autres, ses clients qui n’auront pas de recours en cas de foirade et quand c’est un professionnel de la banque il sait qu’a coup sur le gouvernement épongera derrière lui .....


    • Plus robert que Redford 5 juillet 2014 10:15

      J’étais en train de m’affûter le clavier pour répondre, mais vous exprimez très exactement ce que je m’apprêtais à écrire.

      Pas mieux...


    • CASS. CASS. 5 juillet 2014 16:03

      tout à fait zygzornifle. Mais je ne savais pas qu’il n’y a que des ménages, pourquoi les politiques et cie ne parlent que de ménage.


    • lagabe 6 juillet 2014 10:02
      Des indices boursiers constitués de façon parfaitement aléatoire seraient plus performants que le Standard & Poor, pondéré par la capitalisation boursière, selon une récente étude
      En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-singes-meilleurs-boursicoteurs-que-les-hommes_1394247.html

    • jef88 jef88 5 juillet 2014 11:34

      Les pros font de la théorie financière.
      les ménages s’adaptent d’une façon pragmatique .....
      C’est tout simple .....


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 2014 11:42

        The Economist avait depuis 84 déjà fait des tests de prédictions avec des groupes témoins .Qui s’en sort le mieux ...les éboueurs !
        http://www.marianne.net/Les-Madame-Irma-du-CAC-40_a235378.html.


        • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2014 15:34

          Normal, ils savent comment faire avec les ordures.....


        • Marais 5 juillet 2014 16:06

          Je suis d’accord avec votre affirmation selon laquelle les ménages sont plus avisés économiquement parlant que les professionnels mais pas qu’on puisse en faire un éloge de la démocratie.



          En effet, les ménages font couramment des choix économiques (de l’achat des courses à celui d’une maison), qui ont un impact direct sur leur vie et pas les professionnels (ils doivent gagner beaucoup et perdre peu, ils peuvent se refaire...).
          Ils connaissent mieux le réel car ils y sont confrontés. Il n’est donc pas étonnant qu’ils connaissent mieux un effondrement économique potentiel que les professionnels car les ménages peuvent en voir les signes annonciateurs (hausse des prix, licenciements...).

          En démocratie, et donc en politique, ce n’est pas aussi simple. Chaque citoyen fait un choix individuel, dicté par ses intérêts personnels mais aussi son idéologie ou bien son sentiment personnel envers le candidat ; les citoyens n’ont, pour la plupart, jamais fait de politique ; un politique a besoin de connaissances importantes pour avoir une politique claire et efficace ; un politique doit savoir choisir avec soin ses collaborateurs ; un politique doit avoir le caractère qui convient ; il doit avoir un réseau important pour pouvoir influer sur les choses.
          Je n’ai pas évoqué tous les critères pour obtenir un bon politique. Mais deux exemples flagrants montrent que le peuple, fondement de la démocratie, peut se tromper : Nicolas Sarkozy et François Hollande.
          Tous deux, dans leurs domaines respectifs, ont été mauvais, ils en sont venus à empirer la situation.

          Il me semble que c’est, en partie, l’ignorance des nécessités politiques qui empêchent le peuple de bien choisir ses dirigeants suprêmes. Il faudrait donc une forme de démocratie locale, ce qui mettrait alors fin à l’unicité du droit, mais cela serait mieux que la situation actuelle.

          • Jeff84 5 juillet 2014 22:46

            Ah, M. Pinsolle.

            Avec lui, on n’est jamais déçu, il est toujours complètement à côté de la plaque. Bon, par ou commencer.
            Tiens, ça : « il n’y a aucun sens pour moi à prédire une récession. Si j’ai raison, personne ne me remerciera et si j’ai tort, je serai viré  ». C’est bien sûr ridicule. Peter Schiff, par exemple, ayant prévu la crise de 2008, a fait gagner énormément d’argent à ses clients en pariant sur une baisse des marchés. Le personnel de sa boite a été multiplié par 20 en 5 ans. Parce qu’il n’y absolument aucun intérêt à bien faire son travail, c’est bien connu.
            Et cet « esprit moutonnier ». Donc, il est nul à une personne, augmente pour un petit groupe, et diminue.ensuite. Et pourrait-il nous dire où se situe son nombre magique ? Non évidemment, parce que c’est bidon. La croissance est linéaire, et le fait que les ménages prennent la bonne décision est justement parce que c’est une décision individuelle, qui n’a donc rien à voir avec la démocratie. Mais dire que l’individu pourrait éventuellement, parfois, être meilleur que le groupe, c’est impossible pour un collectiviste comme Pinsolle.
            Et tout le reste est faux, mais corriger entièrement ce type revient à tenter de vider l’océan avec une petite cuillière.

            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 juillet 2014 13:41

              Bonjour LP,
              effectivement, nos anciens spéculaient sur le temps et les circonstances que cela pouvait engendrer sur leurs activités, alors que les actionnaires, qui sont d’ailleurs inactifs, eux, affichent leur déconnexion totale du réel. Ils se prennent pour les moteurs du système alors qu’ils ne sont en fait que le pot catalytique...


              • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2014 15:32

                Finance : les ménages plus avisés que les professionnels

                Moralité ?

                Ce n’est pas de l’incompétence de la part des « gestionnaires », mais de l’escroquerie pure et simple et avec la complicité de la « pédagogie » des escronomistes politico-merdia-tique....


                • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 6 juillet 2014 16:04

                  votre mise en cause de l’indépendance des banques centrales est gratuite !

                  préférez vous que le 1er ministre décide des taux d’intérêt ?


                  • xmen-classe4 xmen-classe4 6 juillet 2014 20:10

                    Michel Sapin pratique à merveille la langue de bois.

                    ça manque d’intonation, le ministre est sur la défensive comme marine le pen. sauf que lui s’explique sur sa politique alors qu’au fn elle doit s’expliquer sur la sociologie.


                    • xmen-classe4 xmen-classe4 6 juillet 2014 20:14

                      les ménage demande aux syndicat le moyen de provoquer une élongation au gouvernement comme à l’eqpque du college.

                      etccomme mes poules , les gens peuvent trouver de quoi s’enrichir de l’etat providence.


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 6 juillet 2014 20:57

                        il faut deplacer les universités et transferer ( au moins ) les postes de prof en industrie vers économie.


                        • xmen-classe4 xmen-classe4 6 juillet 2014 20:59

                          les intermittant doivent avoir le temps de s’adapter en 3 ans ?


                          • Nymeo Nymeo 6 juillet 2014 22:51

                            Elle montre qu’une forte augmentation de la dispersion de l’opinion des ménages précède généralement toutes les récessions, alors que l’opinion des professionnels reste également dispersée et ne se disperse que dans la seconde moitié des récessions.


                            Tout devient clair...

                            • alinea alinea 6 juillet 2014 23:26

                              Je ne crois pas que ce soit une question de démocratie, ni de pensée d’ailleurs ; la spontanéité des agissements d’un peuple, est une action intuitive, pas toujours conscientisée d’ailleurs : c’est l’organisation (spontanée) dont je parle tout le temps, est qui est toujours juste, par nature.


                              • sleeping-zombie 6 juillet 2014 23:43

                                Hello,
                                Quand j’ai lu le titre, je me suis demandé « plus avisés pour quoi ? »
                                Il s’avère que c’est juste pour prédire les évolutions du marché.
                                ...
                                Bon, sachant que « le marché », c’est le comportement économique des ménages dans leur ensemble, on arrive à cette tautologie : les ménages prédisent leur propre comportement mieux que les professionnels.
                                Dommages qu’on ne puisse pas les inviter aux CA des entreprises ou aux conseils des ministres...


                                • Ruut Ruut 7 juillet 2014 17:23

                                  En attendant les services régressent, les impôts augmentes, les produits sont de moins en moins fiables pour des prix de plus en plus cher.
                                  Je n’y vois aucun progrès, juste une société en pleine décadence.
                                  2 causes, une gouvernance soit incompétente, soit corrompue, et une économie a court terme au détriment d’une production de produits durables.

                                  Ce n’est plus l’industrie qui se plie au besoin du consommateur, mais le consommateur qui doit se plier a l’offre limité disponible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès