Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Flop Auction !

Flop Auction !

En 2007, Steve Jobs, le célèbre dirigeant d’Apple, a touché en guise de rémunération un salaire symbolique d’... un dollar. Et c’est ainsi depuis 1997 : un dollar de salaire annuel pendant dix ans sans une seule augmentation. Une telle rémunération représente pour une société comme la nôtre un bel acte de simplicité, de détachement aux valeurs matérielles et de privation. Mais ce serait oublier les 14 millions de dollars américains de stock-options que le dirigeant de la firme californienne a préféré s’octroyer pour contrebalancer son geste symbolique. Hélas, Steve Jobs n’est pas le seul amateur de stock-options et il y a de nombreuses raisons à cela.

Au départ, les stock-options représentaient un outil intéressant pour les entreprises innovantes qui ne disposaient pas de capitaux nécessaires à leur financement, mais qui désiraient attirer les meilleurs dirigeants à leur tête. Les stock-options furent populaires dans les années 90 pour cette raison et elles permirent le développement de nombreuses « start-up ». On voyait aussi dans cet outil un tout autre objectif intéressant et très en vogue aux États-Unis et en Europe dans le sens où les stock-options alignent les intérêts du dirigeant avec ceux de l’actionnaire. Le principe est simple : plus la valeur de l’action monte, plus la rémunération du dirigeant est potentiellement importante et donc plus les dirigeants ont intérêt à faire croître le cours de l’action.

Jusque-là, tout le monde est heureux ; tout le monde y gagne. Mais les choses sont bien moins simples. En effet, il apparaît évident que la valorisation d’un titre n’a parfois rien à voir avec les efforts des dirigeants. Dans un contexte favorable des marchés, les dirigeants d’entreprises ont énormément profité des gains tombés du ciel boursier. Par exemple, dans les années 90, en pleine spéculation boursière, la rémunération des PDG américains connaissait une croissance annuelle moyenne de 38 %. Les stock-options étaient à la mode et on a vu certaines pratiques curieuses se multiplier. En 1999, John Chambers, dirigeant de Cisco (qui avait lui aussi fait acte de symbolisme en réduisant son salaire annuel à 1 $ US), recevait 6 millions de dollars américains de stock-options alors que la même année l’entreprise perdait 1 million de dollars. Le pic fut atteint en 2001 lorsque le PDG d’Oracle Corporation, Larry Ellison, bénéficia de 701 millions de dollars dans l’année suite à l’exercice de ses stock-options.

Les amateurs du « tout-en-bourse » n’y verront toujours aucun inconvénient puisque, après tout, les dirigeants prennent des risques énormes en confiant leurs rémunérations au marché boursier, qui leur ferait moins de cadeau en cas de choc. Et, là, les choses sont encore plus complexes. La plupart des PDG de grandes entreprises étaient bien trop habiles pour accepter les sanctions du marché et ils parvenaient à faire valoir avec succès qu’il serait injuste d’être pénalisé pour un effondrement général de la Bourse. Le seul perdant dans l’émission de stock-options serait alors l’actionnaire. Aux États-Unis, cet inconvénient majeur couplé à certaines affaires de stock-options antidatées ont fait l’objet de plusieurs plaintes d’actionnaires en 2006 sur les conditions d’attribution de stock-options aux PDG et de nombreuses entreprises ont commencé à modifier leurs pratiques. En 2004, une étude du cabinet Deloitte a révélé que 75 % des entreprises américaines remettent en cause leur stratégie face à cet outil de rémunération différé.

Il n’en reste pas moins que les stock-options restent très largement utilisées pour rémunérer les dirigeants d’entreprises. Par ailleurs, les États-Unis sont depuis longtemps une source d’innovation dans tous les domaines : leurs idées, leurs produits s’exportent. Leurs outils financiers également, au grand dam des Européens. Une étude de Hay Group sur les 50 premiers patrons européens, publiée le 1er février dernier, met au jour les salaires de ces dirigeants. Les Français sont les mieux placés dans le classement et « c’est [aussi] en France que la part des stock-options dans la rémunération totale est la plus élevée d’Europe, même par rapport aux États-Unis ». Une étude qui tombe très mal, au moment où Daniel Bouton, rendu célèbre mondialement en une semaine pour être dirigeant de la Société générale, empoche 7 millions d’euros suite à la cession de ses stock-options au 31 décembre 2007.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 23 avril 2008 13:03

    Je me rappelle encore les années 90 ou les financiers avaient pris le pouvoir au sein d’Apple et vider toute la matière intellectuelle pour chercher à faire le profit du dernier centime et le résultat catastrophique de la société.

    S Jobs en reprenant le contrôle a remis de la créativité et c’est en cela que c’est un grand chef d’entreprise car il a des idées qui font le développement et le succès d’APPLE

    En France,c’est impossible qu’une telle personne puisse réussir une entreprise comme cela et c’est triste

    Cela ne me choque pas qu’il touche autant d’argent,il le mérite bien

     


    • Alpo47 Alpo47 23 avril 2008 14:05

      Est ce que les charges sociales et le taux d’imposition des stock-options ne seraient pas très, très avantageux, par rapport à ceux touchant les salaires ?

      Ah, je me disais aussi ... le civisme, c’est pour les autres.


      • gnarf 26 avril 2008 14:28

        A tous ceux qui raillent les dirigeants qui decident d’etre remuneres en stock options : oseriez-vous faire de-meme ?

        Oseriez-vous avoir votre remuneration bloquee pendant des annees, a la merci de la moindre rumeur, de la moindre bourde d’un sous-traitant (imaginez des millions de produits Apple rappeles a cause de batteries defectueuses fournies par un sous-traitant, comme pour Sony...l’action plonge en bourse) ?

        J’ai connu pas mal de gens assez pauvres, qui passaient leur temps a railler les bourgeois (pas solidaires, radins, exploiteurs). Le temps passant, ils sont arrives au niveau d’epargne de ces bourgeois. Ils avaient l’occasion de mettre en pratique les principes qu’ils voulaient que les bourgeois appliquent.

        Au lieu de cela, ils ont change de cible, ils ont choisi de railler les gens encore bien plus riches qu’eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Antoine Nivard

Antoine Nivard
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès