Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Français, si vous saviez compter....

Français, si vous saviez compter....

La présentation du versement, de 2 milliards d’euros de La Poste à l’État, comme une aide, travestit la réalité. L’État ajoute à ses dettes, sans débat parlementaire ni réforme statutaire de La Poste, plus de 70 milliards de financement des retraites des postiers.

Les Echos titraient hier, en première page, sur la contribution de 2 milliards d’euros, en 2006, de La Poste à l’État. Cette information donne à penser que La poste a les poches pleines.

Il n’en est rien. La Poste transfère une part de ses engagements financiers à l’État, en échange d’une médiatisation de l’opération. Imaginez que vous avez 70 000 euros de dettes, et que pour l’effacer votre banque vous demande 2000 euros tout de suite.

La Poste a 70 milliards d’engagement sur les retraites des postiers. La Poste finance les pensions par la vente des timbres. Avec les nombreux départs à la retraite prévus en 2010, La Poste devrait payer plus de retraites chaque mois que de salaires. Elle chemine vers la cessation de paiement.

Sur ce sujet règne l’omerta. Seuls quelques hauts fonctionnaires de Bercy connaissent les ordres de grandeur. En l’absence de tout débat au Parlement, l’État ajoute à sa pyramide de dettes, 70 milliards. Avec la complicité des médias, ce sacrifice est présenté comme une aide de La Poste à l’État.

La Poste anglaise a prudemment constitué un fond de réserve de 20 milliards d’euros. Les autres postes européennes, imprévoyantes comme la poste française, ont, au début des années 90, échangé la reprise de la dette des retraites contre un accord de modernisation avec les syndicats.

Le succès de cette entourloupe encouragera les dirigeants français à la lâcheté devant les réformes, à l’augmentation sévère de dettes stériles, et les médias, à cultiver l’ignorance des Français. A ce niveau, le cynisme des élites déshonore chaque Français.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Mathieu (---.---.212.160) 19 octobre 2005 16:46

    « Premier prix de concours général d’économie, diplomé de Sciences-Po Paris, Pascal Perez commence sa vie professionnelle chez Andersen. Il rejoint en 1984 Sacilor pour mettre en oeuvre la reconversion économique des bassins sidérurgiques lorrains. Depuis 1993, Pascal Perez dirige le cabinet de conseil en développement économique territorial et de communications institutionnelles, Formules Economiques Locales. Pascal Perez est co-auteur d’un ouvrage sur »l’action économique des conseils généraux« (Editions de l’ADF). Il est l’auteur de nombreuses contributions sur l’ouverture à la concurrrence des activités de service public. » Avec un CV comme ça, on est certain d’avoir un article parfaitement objectif !


    • (---.---.112.24) 19 octobre 2005 18:35

      Bonjour,

      Il est tout a fait scandaleux que toute une génération hypothèque les suivantes.

      Nous en sommes à 40 MD€ de remboursement des intérêts de la dette, qui se monte bientôt à 1 200 MD€.

      Ordre de grandeur : affectation de 1,5 MD€ aux pôles de compétitivité. Que d’argent gâché chaque année, ces intérêts.

      C’est un tabou dans les média, et comble d’hypocrisie, le « privé doit gagner des points de compétitivité » pour contre balancer cette situation « Argentinesque » ce qui entraîne des réactions de rejet de tout un secteur économique.

      Les politiques ne manquent pas de souffle, même Emmanuelli va récupérer la douleur de salariés qui perdent leur travail, extraordinaire, il est directement responsable de cette situation !

      Il est évident que les Français ne veulent pas voir la réalité en face, depuis plusieurs décennies les recettes sont de 250 MD€ pour des dépenses de fonctionnement de 280 MD€ (ordre de grandeur).

      J’ai trois enfants et me fais beaucoup de soucis pour eux. Comment arrêter cette folie ?


      • JerseyetGuernesey (---.---.222.185) 19 octobre 2005 23:39

        bjr, je ne suis pas certain que le modele anglais soit un bon exemple..... : http://non.au.liberalisme.tripod.com/chomage.angleterre.htm la lecture est interessante, et en allant tout en bas, il y a un fichier pdf qui parle de la poste anglaise.... le principe est toujours le meme, privatisons les benefices, et nationalisons les deficits ! monsieur « d’enbas » paiera, et monsieur « denhaut » touchera les dividendes ! bien vu mr. Andersen !


        • (---.---.100.99) 20 octobre 2005 06:41

          Il suffirait de doubler le prix des timbres pendans 40 ans pour régler le problème, si l’on ne veut pas privatiser et laisser ces énormes dettes sociales de la poste aux seuls contribuables. On verrait alors s’il y a un boom des emails et un dépot de bilan au bout de deux ans. Pareil avec la SNCM, doubler les tarifs ne serait ce que pour voir à quel point les supporters des récentes actions sont prèts à ajuster leur porte monnaie à leurs bonnes paroles en payant double tarif.


          • Rage Rage 20 octobre 2005 10:14

            Je partage complètement l’analyse. Ceci dit, le soucis majeur, c’est que la même logique s’applique à l’ensemble des EPIC, c’est à dire EDF, SNCF, etc... Les soultes versées ne compenseront en aucun cas les salaires de retraites à verser. Le pire est surtout d’accepter la réalité : en payant les retraites, les travailleurs ont financés l’Etat dans le temps présent. Mais rien n’a été mis de côté pour l’avenir sous couvert que les générations futures pourraient couvrir à leur tour dans une situation de l’immédiateté les dépenses. Cela ne se vérifie pas, et les erreurs du passé nous rattrappent, toutes en même temps.

            Il sera difficile de combler ce type de gouffre si on ne change pas les règles du jeu. Mais comment les changer quand cela fait 30 ans que l’on occulte volontairement ces erreurs de gestion ?


            • l_intello_du_dessous (---.---.3.69) 24 février 2006 13:02

              Les jeunes ne peuvent payer pour financer les retraites. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’on propose des stages à des diplomés, que les seules solutions données aux difficultés des jeunes pour entrer dans le monde du travail sont des exonérations fiscales (autant de moins pour régler la dette), sans parler du travail de stagiaires qui bénéficie directement aux entreprises privées tout en empêchant les jeunes de cotiser pour participer au financement national.

              Je ne veux pas lire qu’on demande au privé de faire des efforts pour le public ; à l’heure actuelle, le privé pille les ressources intellectuelles construites grâce à l’Education Nationale, profite d’infrastructures construites avec de l’argent public (réseaux de transport, services publics -Poste comprises- qu’elle utilise sans se demander comment ils ont été construits, autoroutes rachetées à un prix sans doute bien inférieur à l’ensemble des investissements qui ont été nécessaires) et exporte les bénéfices tout en ne cessant de supprimer des postes en France et de demander des exonérations de charge patronale pour toute nouvelle embauche. Les sièges sociaux se déplacent au Luxembourg, en Suisse et on n’hésite pas à demander aux cadres les plus chevronnés de s’expatrier pour s’installer dans un pays moins demandeur d’impôts.

              On peut tout reprocher à la mauvaise gestion des fonds publics, mais pas présenter le secteur privé comme une victime.


            • fabien (---.---.248.31) 20 octobre 2005 11:21

              Vous me faites rire avec vos articles citoyens sur les dettes, les dettes et encore les dettes de l’état.

              comme l’as très justement fait remarquer Mathieu on aurait gagner à lire des articles écrits par des gens objectifs mais non...

              je ne suis pas inquiet du creusement des dettes de l’état, pas inquiet car je sais que personnes dans nos instances dirigeantes n’envisage sérieusement de les rembourser un jour (ça me ferait mal). Tout juste consentent ils à payer les interêts en se conformant aux conditions « de marché ». lesquelles d’ailleurs sont fixées par les états qui sont les cautions des banques d’affaires (elles ne sauraient prendre de tels risques de crédit seules).

              Alors s’il vous plait, arrêtez de vous faire l’écho des ces discours de droite sur la bonne gestion d’un pays en père de famille : l’état endetté arrange tout le monde à commencer par les petits preteurs qui ont des sicav du tresor.

              Regardez les états unis : vous croyez vraiment qu’ils rembourseront un jour leurs dettes ? qui la détient cette dette au fait ? nous... Au moins eux ne sont pas cadenasés par une commission qui interdit les déficits. le pacte de stabilité a été prévu pour de la croissance, parier sur une croissance éternelle est une idiotie soit dit en passant.


              • Rage Rage 20 octobre 2005 12:11

                Vis à vis du propos précédent plusieurs remarques :

                Tout d’abord la dette ce n’est pas un joujou sur lequel on peut se permettre de passer l’éponge comme ça. Le problème, c’est que des banques ou des créanciers (Japon) n’ont pas forcément envie de voir leur petit pécule partir en fumé. Du coup, pour le moment, personne n’en parle aux USA, mais au premier pépin de l’économie US, cela risque bien de faire très mal.

                Il est cependant vrai que le pacte de stabilité est un lourd fardeau. Mais dois-je rappeler que nous en sommes (VGE entre autre) les premiers à l’avoir mis en place pour faire le gendarme (contre l’Espagne) et assurer notre position... A force d’être arrogant envers toute l’Europe, aujourd’hui on ne fait plus les malins quand nous même nous avons du mal à respecter nos propres règles...

                De plus, il semble nécessaire de mettre des gardes fous pour réguler les excès. Le pacte en est un, à nous aussi de savoir gérer et investir à bon escient, mais n’est pas là notre grande incapacité gouvernementale ?


                • Proof OK (---.---.28.210) 21 octobre 2005 09:25

                  Crise et Dettes de l’etat. Si je me souviens bien, la derniere grosse crise c’est passe en 1983, La France s’est retrouve subitement en cessation de payment, plus un sou dans les caisses pour payer les fonctionnaires et toutes les autres factures, plus aucune banque pour faire credit, La France a failli passer sous les fourches du F M I. A la derniere minute on a trouve un pays, l’Arabie Saoudite si je me souviens bien pour preter quelques dizaines de milliards de francs en contrepartie de ? J’habitais a l’Epoque dans un capitale financiere, la France et les Francais faisaient profil bas ! tres bas !!!! Pourra t on demain trouver un pays qui nous pretera cette fois quelques centaines de milliards d’Euros ???????? Quelques profs d’Eco doivent avoir des infos sur cette crise ???


                  • (---.---.244.218) 21 octobre 2005 21:22

                    En réponse à Mathieu qui déclare « Avec un CV comme ça, on est certain d’avoir un article parfaitement objectif ! » Et toi Mathieu, es tu vraiment objectif ? Ton CV c’est quoi ? permanent à LCR ou militant de LO ?


                    • (---.---.68.56) 29 décembre 2005 16:10

                      OUI, tout à fait permanent syndical anarcho communiste, fouteur de merde, assisté permanent , non imposable, donneur de leçons, manifestant kriviniste et laguilleriste, imposteur, empecheur de tourner en rond, proseur, manichéen de la phrase , sans interet pour notre pays !UN GRAND DEMAGOGUE finalement !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès