Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > France : pas d’austérité pour l’État

France : pas d’austérité pour l’État

Face à l’emballement de la dette, ce 24 août le premier Ministre français François Fillon a annoncé son plan pour « économiser ». Ironie de la rhétorique politique et de l'expression trompeuse « économies budgétaires », il n’est guère question d’économies réelles dans ce plan : seulement 1 milliard sur un plan de 11 milliards. Cela signifie donc essentiellement 10 milliards de rabotage de niches fiscales et de hausses de contributions, impôts et taxes diverses : sur l’alcool, les cigarettes, le soda (pour notre bien à tous), et bien sûr, le capital et les riches… Voici donc ce qu’on appellera peut-être bientôt la règle Fillon : la « règle du 1/11 », 1 milliard d’économie réelles sur un plan de 11 milliards « d’économies budgétaires » !

Avec la règle du « 1/11 », c’est donc l’austérité pour les français mais pas pour leur administration. Car, alors que le Premier Ministre affirme que « le seuil de tolérance de l’endettement est dépassé », c’est en réalité le seuil de tolérance de la dépense publique qui est dépassé (55% du PIB), et ce, depuis fort longtemps. 

Le piège de la règle d’or que nous dénoncions il y a peu s’est bien refermé : le débat n’a pas porté sur des rationalisations de l’administration et de la dépense publique, de manière à réduire cette dernière, mais sur comment revenir à l’équilibre budgétaire, ce qui, dans un pays allergique à la réforme, ne pouvait que se traduire par « comment augmenter impôts et contributions ». La règle d’or a ainsi permis au gouvernement de se concentrer sur le retour à l’équilibre budgétaire plutôt que sur les réductions de dépenses pouvant y mener. En clair : on rabote les niches fiscales, alors que la vraie urgence est celle du rabotage des « niches administratives ». 

Ce « plan » est aussi critiquable pour trois autres raisons. D’abord sa faible ampleur. Que sont ces 11 malheureux milliards face à un déficit qui se rapproche des 150 milliards ? Au vu de l’urgence de la situation, notamment dans le contexte européen actuel, on vient de donner un petit os à ronger aux marchés pour les calmer, de la poudre aux yeux. Mais seront-ils dupes longtemps ? 

Ensuite, dans une tradition bien française, plutôt que de simplifier la fiscalité et de la remettre à plat, on change à nouveau les règles à la marge, en rajoutant une couche de complexité. Ceci a pour effet de générer une incertitude fiscale, qui est extrêmement nocive pour l’entrepreneuriat et l’investissement. Exactement comme le fait de « taper » à nouveau sur l’épargne. Enfin, dans ces conditions, les hypothèses du gouvernement sur la croissance (un très optimiste 1,75% au lieu d’un utopique 2,25%) font sourire. 

Ce plan n’est pas sérieux. Il se veut doublement démagogique : pour les électeurs en faisant croire qu’on va faire « un peu » payer les riches dans un moment difficile, et pour les marchés, en donnant l’illusion que la France maîtrise enfin ses finances publiques, ce qui ne sera en fait jamais le cas tant qu’elle ne maîtrisera pas ses dépenses. On attendait beaucoup mieux de la part de l’homme qui déclarait il y a quatre ans « je suis à la tête d’un État en faillite ». 

Les français, qui vont devoir à nouveau payer pour l’incurie de leurs dirigeants, ne doivent pas se laisser anesthésier, dire « non » et exiger des comptes. Enfin. 

Emmanuel Martin est analyste sur www.UnMondeLibre.org.

Enquete&Débat


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 29 août 2011 11:01

    A l’approche de l’échéance de 2012, le gouvernement préfère séduire les marchés que les électeurs. Normal, me direz-vous, un électeur sur 3 au moins soutient son bourreau. Une bonne campagne de propagande là-dessus devrait suffire pour emporter la victoire, se dit-il. Mais le gouvernement montre par là qu’il préfère les riches au Peuple.


    • AntoineR 29 août 2011 11:11

      J’ai bien une idée pour gagner 50 milliards par an, mais il faudrait autoriser l’état à faire comme les banques privées.... inimaginable.
      C’est quand même plus facile de détruire les retraites, la sécu et l’éducation....


      • Ronald Thatcher rienafoutiste 29 août 2011 11:43

        La France compte 618 384 élus, 1 pour 104 habitants !!!
        Record du monde...

        Voilà où il faut faire des économies, des vraies, des niches fiscales pour les bons toutous


        • HELIOS HELIOS 29 août 2011 13:01

          Ce n’est pas vraiment le nombre d’elu qu’il faut diminuer, bien que cela ne ferait pas de mal, selon les cas...

          Mais ce serait tout de suite, sans aucun coût une « petite » mesure qui rapporterai beaucoup : INTERDIRE LE CUMUL DES MANDATS.

          Et pourquoi le cumul de mandat coute plus cher alors qu’on pourrait penser qu’il est plus economique ? Parce que le cumul des mandats est aussi un cumul de la remuneration des mandats ce qui fait qu’une personne cumulant plusieurs fonctions, cumule aussi les retributions qui lui sont associées...

          . MAIS comme ces fonctions sont des « plein-temps » et que personne ne vit plus de 24 heures par jour, le travail qui n’est pas fait par « l’elu cumulard » doit etre prise en charge par quelqu’un d’autre qui --- soit n’est pas prevu dans la structure initiale --- soit, s’il est prevu, est surchargé de travail a son tour et de delegation en delegation oblige a une embauche de personnel supplementaire ou une diminution de la qualité et la quantité du travail a faire. 

          Le cumul des mandats est donc un facteur de rencherissement des structures administratives et decisionnelles et en plus un facteur de la baisse de la qualité attendue de ces structures administratives ou representatives...

          Interdisons donc immediatement le cumul des mandats et tant qu’a faire limitons TOUS les mandats a un seul durant la vie d’un elu, il y a assez de français pour assurer les besoins...


        • chapoutier 29 août 2011 14:48

          n’oublier pas que la grande majorité des élus sont les conseillers municipaux, une trentaine par commune,
          La France avec ses 36.700 communes compte 497.200 élus communaux,
          la grande majorité des communes sont rurales.

          Commune de moins de 500 habitants : 643,04 € bruts par mois soit 7 716 € bruts par an. Un adjoint gagne 249,6 € bruts par mois soit 2 995,8 € bruts par an.

          Commune de 500 à 999 habitants : 1 172,6 € bruts par mois, soit 14 071 € bruts par an. Un adjoint gagne 312,1 € bruts par mois soit 3 744,7 € bruts par an.

          Commune de 1 000 à 3 499 habitants : 1 626,5 € bruts par mois soit 19 518 € bruts par an. Un adjoint gagne 624,1 € bruts par mois soit 7 489,5 € bruts par an.

          NB : ces indemnités sont les montants maximums autorisés. Un élu peut y renoncer, le maire peut décider que tout ou partie de ses indemnités soit reversé à ses adjoints.

          et bien entendu tous les membres du conseil municipal ne sont pas adjoints

          vous voyez, ce n’est pas la démocratie locale qui coute chère.

          ces élus font véritablement vivre la république, la démocratie, c’est eux qui font vivre leurs villages !

          l’immense majorité des élus n’ont rien a voir avec les pantouflards, cummulards des grandes villes ,députés, sénateurs, conseillers régionaux.


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 29 août 2011 13:31

          Qu’on fasse rendre gorge aux banksters !


          • Gargantua 29 août 2011 13:58

            @ Enquête & Débat ne désespérer pas, les élections de 2012 va êtres chaud en surprise. Car il ne faut pas qui prennent les français pour des idiots, avec les dossiers sur le nucléaire, le gaz de schiste, et la dette qui s’invite à la campagne.
            Je crois qu’une bonne partie de la majorité des français n’ont plus envie d’êtres mener par le bout du nez, et je pense qu’ils vont le dire.


            • chapoutier 29 août 2011 14:36

              l’auteur, vous manquez pas d’air !

              1 milliard d’économie réelles sur un plan de 11 milliards « d’économies budgétaires »  !

              vous reprochez à fillon de ne pas faire assez d’économies sur le dos du peuple

              Avec la règle du « 1/11 », c’est donc l’austérité pour les français mais pas pour leur administration.

              Qu’entendez vous par là ? Que Fillon ne vire pas assez de fonctionnaires, ne s’attaque pas assez à la sécu, pas assez aux retraites, bien sur c’est bien de cela que vous parlez puisque c’est sur ces postes que les économies sont exigées par le FMI et la commission européenne.

              Les français, qui vont devoir à nouveau payer pour l’incurie de leurs dirigeants, ne doivent pas se laisser anesthésier, dire « non » et exiger des comptes. Enfin. 
              Mais ce que vous proposer en filigrane c’est exactement la même chose, bien que vous vous gardez de proposer quoi que se soit.

              Pour rappel en 1986 le taux d’imposition de la tranche maximale était de 65%

              et aujourd’hui de 41% moins encore toutes les exonérations et le bouclier fiscal qui a permis de rembourser leurs impôts aux plus riches ( rien qu’en 2009, 679 millions d’euros).

              L’impôt sur les sociétés est passé de 50% en 1985 pour atteindre 33% aujourd’hui.

              Quelques chiffres permettent de mieux appréhender ce qui se passe :

              en 1982 les recettes de l’état s’élevaient à 22,5% du PIB national

              en 2009 les recettes de l’état s’élevaient plus qu’à 15,1 % du PIB

              soit rien que pour l’année 2009 une somme astronomique de 142 milliards d’euros.


              SUR 10 ANS CELA FAIT 1420 MILLIARDS D’EUROS


              qui à empoché cette somme faramineuse

              ceux là même qui pleurent que les riches sont trop taxé

              et il faudrait d’après vous virer des fonctionnaires, réduire la retraite, la sécu, les hopitaux, les écoles.

              DETTE ! QUELLE DETTE ?


              • lechoux 29 août 2011 16:29

                Chapoutier ! Savez-vous ce qu’est la pensée réalisatrice ?


              • chapoutier 29 août 2011 16:37

                je n’en ai pas la moindre idée,mais j’ai déjà comme un apriori.


              • lechoux 29 août 2011 16:31

                Bien dit ! D’autant plus que ce débat porte sur le budget 2012. C’est à dire... après les élections !

                En d’autres termes, « Prenez ce beau cadeau que l’on vous fait, la gauche ! »


                • Le tocard 29 août 2011 16:42

                  Totalement daccord avec l auteur, je m étonne dailleurs que l absence d austérité de l Etat n ait provoqué aucune réaction des observateurs, ou pas beaucoup.

                  C est par exemple hallucinant de maintenir une telle organisation territoriale, meme Sarkozy n a pas eu le courage d y toucher, ou a la marge par cette mesurette qui supprime quelques élus mais rajoute une strate aux shmilblick.En France on ne sait pas faire simple car on assimile cela au simplisme.

                  On ne réforme jamais en profondeur, on ajuste toujours a la marge,on est timoré et lache et j en ai personnellement ma claque de cette mentalité francaise du « le premier qui bouge on le pend ».

                  Bouges,,putin de pays de vieux !


                  • chapoutier 29 août 2011 16:58

                    mais pouvez préciser ce que vous entendez par encore plus d’austérité pour l’état


                  • Le tocard 29 août 2011 17:11

                    Il aurait été un bon signal de fusionner par exemple des ministères, de réduire la voilure des notes de frais, de privatiser certains domaines peu importants .

                    Regardons les exemples Suèdois ou Canadien, décentralisation massive, rationalisation( regroupements de ministères par ex), changements de statuts,politiques d évaluation systématique etc

                    C est déja toute une mentalité a revoir mais Sarkozy a misé sur le retour de l Etat, le mensonge le plus catastrophique pour la France.Oui a l Etat mais un Etat différent, moins providentiel.

                    Hors on a encore vu que Sarkozy a par exemple crée 2 secretariat d Etat, un qui revient, les anciens combattants, et l autre les francais de l étranger, on persévère dans notre folie !

                    Villepin propose un regroupement de régions pour concurrencer nos voisins allemands espagnols ou italiens ,voila une autre piste concernant les collectivités.

                      C est evidemmet une vaste réforme qui ne peut se défendre qu aux elections ,en 2012,mais aucune candidat n en aura le courage, ou a très petite dose, ce sont des laches.


                  • lechoux 31 août 2011 15:57

                    « cette mentalité francaise du »le premier qui bouge on le pend« . »

                    Ce qui est surprenant, chez les français, c’est que 9 sur 10 d’entre-eux prendront toujours la défense du casse-couilles, surtout s’il a tord. Faut croire qu’ils s’y reconnaîssent ! :))


                  • Le tocard 29 août 2011 17:17

                    et au risque passer pour un démago on ne parle pas des salaires et avantages de ministres, députés , sénateurs, une vraie monarchie ! L exemple doit venir d en haut sinon les réformes demandées aux francais ne passeront pas


                    • chapoutier 30 août 2011 08:21

                      le tocard
                      sur les salaires et avntages des ministres, députés, sénateurs, Villepins lui=même en a bien profité. je ne pense pas que la solution vienne de ceux qui en croquent.
                      la place est bonnes sinon ils ne se battraient pas pour l’occuper.
                      la commune de Paris avait trouvé la solution : un élu touchait le salaire moyen d’un ouvrier, appliquons une telle doctrine et les arrivistes se feront moins rare.
                      pour le reste que proposez -vous ?
                      moins d’état providence et des privatisations
                      n’est-ce pas ce qu’exige le FMI et l’UE ?

                      pour résumer vos propositions, moins de social pour le peuple et tout pour le capital, et bien non les français n’en peuvent plus d’être les dindons de la farce, dépuoillés pour que les grands capitalistes fassent des bénéfices records années après années.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès