Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > France : sous influence

France : sous influence

Sale, obscène, honteux : c'est parfois le sentiment dégagé lorsqu'on évoque en France l'influence et le lobbying. Mais la bête est partout...

"Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà" aimait à dire Blaise Pascal. Une formule qui s'applique à merveille à l'influence : honni dans l'hexagone, les métiers de l'influence ont le vent en poupe outre-Atlantique. Pour preuve : parmi les fonctions les plus demandées malgré la crise qui frappe l'économie figure en troisième position les spécialistes du marketing. Les commerciaux apparaissent en septième position et les professionnels des relations publics en treizième position.

Or, le point commun entre ces trois fonctions repose sur la notion d'influence : persuader le prospect d'acheter le produit constitue la priorité des métiers du commerce et du marketing. Et pour ce faire, l'entreprise doit cultiver et entretenir son image de marque, notamment à travers les professionnels de la relation publique. La présence de ces trois métiers dans le top 20 des métiers qui auront le vent en poupe en 2013 montre qu'Outre-Atlantique, la préoccupation sera à la fois de convertir les prospects en clients et les clients en ambassadeurs de la marque et de l'entreprise qui la produit et la commercialise.

Ces métiers traditionnels se sont néanmoins vu bousculés avec la démocratisation d'Internet dans les années 2000. Tout le monde s'est alors mis à parler de tout sur Internet, y compris en France. Or, parler, c'est déjà commencer à influencer. Il suffit de conseiller à un ami un film à aller voir, un livre à lire ou un CD à écouter pour faire de l'influence. Dès lors, chacun d'entre nous est un influenceur, à un moment ou à un autre de son existence. Face à cette déferlante d'influenceurs et d'ambassadeurs sur Internet a émergé un nouveau métier : le Community Manager. Et si, au milieu des années 2000, il suffisait de connaître les réseaux sociaux pour se prétendre Community Manager, force est de constater qu'aujourd'hui, le métier se structure. Fini l'amateurisme des débuts, il importe aujourd'hui d'avoir le bon profil. Et aujourd'hui, nombreuses sont les entreprises françaises à s'être doté de leur Community Manager. Pourtant, le Community Manager est, lui aussi un influenceur, puisqu'il va aller écouter les conversations sur Internet, identifier les ambassadeurs de la marque et prendre la parole pour défendre les valeurs de son entreprise.

POURQUOI TANT DE HAINE ?

Cette réticence française devant l'influence se retrouve dans deux ouvrages : "Le Contrat Social" de Jean-Jacques Rousseau et "De la démocratie en Amérique" d'Alexis de Tocqueville.

Fondement de la société française du XIXe siècle, la pensée de Jean-Jacques Rousseau considère que la démocratie résulte de l'expression de la volonté générale, et de sa prééminence sur les intérêts particuliers. Pour lui, la propriété privée est une aberration, et le suffrage universel un bienfait. Cette prééminence de l'intérêt général sur les intérêts particuliers aboutira, en France, au vote de la loi Le Chapelier, le 14 juin 1791, qui interdira la constitution des syndicats durant le XIXe siècle.

Décrivant la société américaine, Alexis de Tocqueville affirme, au contraire, le nécessaire dialogue entre intérêts particuliers et intérêt général afin d'éviter "la dictature de la majorité". Les partis partageant, peu ou prou, la même idéologie, l'économique prend alors le pas sur le politique.

Cette différence se retrouve aujourd'hui dans les approches française et anglo-saxonne de l'influence. Aux Etats-Unis ou en Angleterre, l'influence est intégré à la vie politique du pays, avec des lobbyistes ayant pignon sur rue. En France, influence est encore synonyme d'ascendant, de pouvoir, de mainmise, voire de suggestion, et suscite la méfiance et le rejet.

L'INFLUENCE EST-ELLE INEXISTANTE EN FRANCE ?

Pourtant, elle fait partie intégrante de la vie politique et économique française. Lorsqu'un projet d'arrêté évoque l'extinction des panneaux publicitaires lumineux entre 1h et 6h du matin, ce sont les professionnels de l'éclairage qui s'allument... De même lorsque la nocivité des moteurs diesel est suggérée, le Comité des constructeurs français d’automobiles monte au créneau.

Le temps de la loi le Chapelier est, en effet, révolu. La loi du 1er juillet 1901 autorise désormais la création d'associations, mais aussi d'organisations de défense professionnelle. Et en plus d'un siècle, celles ci ont fleuri. Mais Internet a également pavé la voie du lobbying en ligne, grâce à la surabondance d'information et du peu de temps dont dispose l'individu pour les intégrer, qui l'incite à rechercher des messages directeurs clairs. Un boulevard pour les influenceurs...

ET EN EUROPE ?

C'est cette même surcharge informationnelle qui fait le bonheur des influenceurs et des lobbyistes, qui s'invitent désormais à la Commission Européenne et au Parlement Européen, lieux où se prennent les décisions transposées dans les législations nationales. Au point que la ligne de démarcation entre le licite et l'illicite s'estompe parfois. Pour avoir franchi la ligne blanche avec le tout-puissant lobby du tabac, un commissaire européen a été contraint de présenter sa démission. Les industriels du tabac n'ont cependant pas le monopole du lobbying auprès de Bruxelles. En témoignent les démarches d'influence autour de l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste.

La question se pose donc moins de l'existence de l'influence et du lobbying que des limites fixées aux démarches possibles. Car ne pas parler d'une chose ne la fait pas disparaître, elle la rend simplement occulte, et ouvre alors la voie à des pratiques discutables, et mêle joyeusement naïveté et hypocrisie, tant il est vrai qu'« On peut tout faire avec des idées... surtout influencer les autres ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Martha 14 décembre 2012 10:06

    Voter oui et mettre le score à 100%, c’est assez réjouissant. Il n’y a qu’un vote, le mien, les autres seront-ils sous influence ? Ce que vous dites est tellement évident qu’il risque, (influencé ou pas), de rester à ce niveau là.

     Les moyens de communication moderne ont fait du « marketing » une affaire plus que rentable. Elles « touchent à tout » et enfoncent leurs racines dans la fange et le pourris. Les exemples ne manquent pas : étudiez ses exploits et ses façons de gérer Rayanair et le drainage des fonds publiques vers un « paradis fiscal ». Les statistiques préélectorales et pourquoi pas la gestion des machines à voter, comme cela à eu lieu en 2000 et 2004 sous ce pourris de Bush.

     Tout ce vend et « la force de vente » et un « métier d’avenir », qui, si nous continuons « à progresser » sur le chemin que nous avons pris s’annonce bien prospère...

     Nos médias, avec qui vous savez pour les gérer en sont l’exemple le plus visible, c’est marketing et tromperies matin, midi et soir, tous les jours 365 jours 1/4 sur 365 jours 1/4. Comme au ciné des années 60 : c’est permanent !...

     Pour mesurer l’épaisseur de la tromperie il suffit de voir comment « ils nous » vendent la guerre de Syrie, la chute de Al Hassad et peut être bien la 4ème et cette fois là sans doute bien, pour de vrai la « der des ders ». Ne parlons pas du « 911 » concocté pas B.L. et ses « Islamistes ». Tout est utilisé : tromperie, silence, re-tromperie. Comme pour la musique, c’est savamment orchestré.

    * Ce qui me sidère c’est de voir à quel point cela peut marcher : combien de français se sentent-ils responsables des massacres en Libye, de cette guerre facho, qui se garde bien de dire son nom, qui à mis au pouvoir, au forceps des « vrais démocrates ».

    *Pour le moment ils (les Français) sont en train de constater, que les élections de leurs décideurs, qui leur ont été vendues, c’est de la pacotille encore plus nulle qu’avant. Peut-on faire confiance à des marchands de tapis ?...

     


    • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:23

      Nous avons l’habitude des grand journaux et de leurs « statistiques » si cher payés (Le Matin, Blick entre autre - pour pas les citer)...

      Par contre... croyez-vous réellement que les gens sont si mal informé et que par-là ils ne savent plus a quel seins (saints ?) se vouer ???

      Regardez ce qu’il en est de votes des loi l’année prochaine... nos minarets risquent de n’être que l’apéritif (éventuellement 2014 car ont ne sait jamais avec les politiciens qui ont beaucoup de peine a respecter les initiatives qui ne leurs plais pas... et ce malgré la loi voté par le peuple !!!) (Tentative de contrôler un poil de plus nos représentants qui se font si facilement acheter...)


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 15 décembre 2012 00:25

      Pour du lobbying : les médias semblent avoir oublié d’évoquer ce qui suit :

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/12/14/terrain s-a-batir-la-lourde-imposition-des-ventes-adoptee.html

      Ventes de terrains à bâtir : la lourde imposition, adoptée


      Le vendredi 14 décembre 2012, on trouve sur le site de l’Assemblée Nationale le compte rendu du bref débat sur l’article 10 de la Loi de Finances pour 2013 concernant la taxation des ventes de terrains constructibles. Aucun réel changement n’a été apporté à cet article de loi adopté hier, qui prévoit de taxer très lourdement les cessions de terrains à bâtir en supprimant les abattements actuels et sans même prendre en considération l’inflation ou l’augmentation du coût de la vie entre la date de l’achat et celle de la vente. Aucune « opposition » ne s’est exprimée. Pire, la loi sera éventuellement promulguée juste avant les vacances de Noël sans laisser aux petits propriétaires la moindre possibilité de réaction avant l’entrée en vigueur de la loi. Le 14 décembre également, France

      TV interroge « Croissance en Europe : où sont passés les 120 milliards d’euros promis par Hollande ? » et France Info rapporte « L’UE acte le principe du contrat de compétitivité entre les Etats » tout en évoquant «  un budget très limité » (Angela Merkel). Les petits propriétaires de terrains constructibles sont-ils autre chose que la cible d’une opération visant à leur faire payer une partie de la facture de l’échec de la politique de privatisations et de délocalisations des trois dernières décennies ? L’objectif actuel de François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Jérôme Cahuzac est-il autre chose que de pénaliser au maximum les fruits du petit épargne populaire tout en soutenant les multinationales et la grande finance  ? Au même moment, un blog de Médiapart rapporte « Selon le Canard Enchaîné Henri Proglio a « bombardé » Antoine Cahuzac ancien banquier d’HSBC à la tête d’EDF Nouvelles Energies » et la rédaction de Médiapart diffuse une page de La Parisienne Liberée intitulé « Affaire Cahuzac : les vrais enjeux » avec le commentaire « ... cela fait bien longtemps que tout le monde est parti à Singapour ! ». Demander à François Hollande de ne pas promulguer cette loi reste encore possible, dans l’urgence. Le droit à la propriété étant protégé par la Convention Européenne des Droits de l’Homme (article 1 du Protocole no 1).

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/12/14/terrain s-a-batir-la-lourde-imposition-des-ventes-adoptee.html ]

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 15 décembre 2012 07:16

      Et pour rappel :

      http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/061212/loi-de-finances-pour-2013-terrains-constructibles-et-equite-citoyenne

      Loi de finances pour 2013, terrains constructibles et équité citoyenne

      Le 6 décembre 2012, le rapport de Christian Eckert (député) et François Marc (Sénateur) sur la Loi de Finances pour 2013 dont la Commision Mixte Paritaire a été saisie suite au rejet du projet de loi par le Sénat, fait savoir : « la commission mixte paritaire a constaté qu’elle ne pouvait parvenir à un accord sur l’ensemble des dispositions restant en discussion et a conclu à l’échec de ses travaux ». Mais aucun groupe politique ne semble s’être opposé à l’article 10 qui prévoit de taxer très lourdement les ventes de terrains à bâtir, leur enlevant notamment les abattements fiscaux qui dans la pratique permettaient de compenser l’augmentation du coût de la vie entre la date de l’achat et celle de la vente. Il s’agit pourtant d’un changement législatif très préjudiciable pour les petits propriétaires de terrains à bâtir, et qui leur attribue de fait une fausse plus-value en se basant sur la différence arithmétique entre les prix d’achat et de vente à des dates qui peuvent être très éloignées. Le monde politique reconnaît ouvertement avoir agi pour le compte de lotisseurs et promoteurs afin de contraindre des propriétaires de biens immobiliers à vendre leurs terrains en toute hâte avant la fin de l’année. Nous avons déjà évoqué cette situation dans nos articles
      « Terrains constructibles et fausses plus-values (I) »,
      « Loi de finances pour 2013, terrains constructibles et Droits de l’Homme »
      et
      « Terrains constructibles et fausses plus-values (II) »
      .
      Le 6 décembre également, la rédaction de Médiapart écrit « Affaire Cahuzac : le pouvoir serre les rangs », se référant à la réaction gouvernementale face à ses révélations concernant l’actuel ministre délégué au Budget contenues notamment dans les articles « Le compte suisse du ministre du budget Jérôme Cahuzac » et
      « Cahuzac : l’aveu enregistré ».
      Ouest-France
      rapporte « Cahuzac. Placé soutient le ministre et dénonce les méthodes de Mediapart », alors que La Croix constate « Gauche et droite font bloc derrière Jérôme Cahuzac » et Le Figaro : « L’UMP ne veut pas stigmatiser Cahuzac ». Comme aucun parti n’a souhaité désavouer ce même ministre à propos de l’article 10 de la Loi de Finances pour 2013 et de l’attaque qu’elle comportera contre le petit épargne investi dans des terrains constructibles. Quels intérêts défendent vraiment « nos » politiques, à commencer par François Hollande et Jean-Marc Ayrault ? Pourtant, ce même 6 décembre Batirama souligne « Les aménageurs dénoncent la fiscalité sur les terrains ». Le Syndicat National des Aménageurs-Lotisseurs (SNAL) craignant, tout compte fait, que le véritable « niveau confiscatoire » des taxes annoncées ne se traduise par une absence de ventes de terrains à bâtir. Pire, à ce jour la loi se trouve encore en discussion alors qu’elle est censée entrer en vigueur le 1er janvier 2013. De combien de temps disposeront les petits propriétaires de terrains à bâtir entre la date de promulgation de la loi et celle de son entrée en vigueur ? Et entre la promulgation et la semaine de Noël  ? La situation paraît profondément inéquitable sur le plan citoyen.

      [la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/061212/loi-de-finances-pour-2013-terrains-constructibles-et-equite-citoyenne ]


      http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/081112/loi-de-finances-pour-2013-terrains-constructibles-et-droits-de-lhomme

      Loi de finances pour 2013, terrains constructibles et Droits de l’Homme

      Le 8 novembre 2012, Le Parisien écrit « Le gouvernement bute une nouvelle fois sur le Sénat », évoquant entre autres la question de la nouvelle taxe sur les retraites. Le Point rapporte « Le Sénat rejette la loi de programmation budgétaire 2012-2017 », soulignant que « l’UMP, les centristes et les communistes ont uni leurs voix pour voter contre ce texte ». De toute évidence, l’offensive contre les classes populaires lancée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault contribue à son isolement. Les retraites ou la stabilité d’emploi n’étant pas la seule cible de cette politique, loin de là. La petite épargne est également visée, notamment par les nouvelles dispositions fiscales contre les terrains constructibles qui frapperont avant tout les petits propriétaires. Aux termes du projet de loi de finances pour 2013, la plus-value estimée des ventes de terrains constructibles sera calculée par la simple différence arithmétique entre le prix de vente et le prix d’achat original, sans prendre en considération l’inflation ou l’augmentation du coût de la vie entre les dates d’achat et de vente. La taxe sera d’ailleurs très élevée. Pire : après le 1er janvier 2015, ces prétendues « plus-values » seront soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Notre article « Terrains constructibles et fausses plus-values (I) » souligne qu’il s’agit de l’appropriation pure et simple, par l’Etat, d’une partie très substantielle de la valeur non spéculative du terrain. Au point que l’on peut se demander si une telle mesure serait compatible avec la Convention Européenne des Droits de l’Homme et ses protocoles annexes. François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Jérôme Cahuzac... ont-ils vraiment examiné cet aspect de leur politique ? 

      [la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/081112/loi-de-finances-pour-2013-terrains-constructibles-et-droits-de-lhomme ]


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 15 décembre 2012 07:57

      Ou encore :
       

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/11/06/terrain s-constructibles-et-fausses-plus-values-i.html


      Terrains constructibles et fausses plus-values (I)

      Le 6 novembre 2012, TF1 écrit « Ayrault, le tournant de la dramatisation », se référant à l’intervention de Jean-Marc Ayrault à Matignon suite à la diffusion du rapport de Louis Gallois intitulé « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française ». Europe 1 emploie le titre « Ayrault veut « favoriser la spéculation » », à propos du lapsus commis par le premier ministre lorsqu’il entendait évoquer la spécialisation à la place de la spéculation. Un lapsus, certes. Mais les mesures concrètes contenues dans le projet de loi de finances pour 2013 ne sont-elles pas de nature à favoriser la spéculation au détriment de l’épargne populaire et des droits sociaux ? Et que penser de la politique appliquée ces derniers mois par François Hollande et le gouvernement « de gauche » qu’il a désigné ? Un exemple très parlant est le maintien du retrait de l’hypertension artérielle sévère de la liste des affections ouvrant droit à la suppression de la participation de l’assuré, comme exposé dans notre article «  Le Conseil d’Etat, François Hollande et l’hypertension artérielle ». Or le projet de loi de finances pour 2013 comporte également des mesures antipopulaires très inquiétantes, l’une des cibles étant en l’espèce les petits patrimoines. Tel est le cas de la suppression des abattements sur la plus-value estimée des ventes de terrains constructibles. La « plus-value » sera alors calculée par la simple différence arithmétique entre le prix de vente et le prix d’achat original, sans prendre en considération l’inflation ou l’augmentation du coût de la vie entre la date de l’achat et celle de la vente. Le vendeur du terrain sera lourdement taxé pour une prétendue « plus-value » en réalité inexistante. Si elle est adoptée en l’état, la nouvelle législation à façade « de gauche » frappera avant tout des travailleurs qui pour des raisons diverses se sont retrouvés propriétaires d’un terrain à bâtir qui constitue leur seule épargne et dont ils n’ont pas forcément complété le paiement. Financiers, lotisseurs, promoteurs et milieux d’affaires divers seront les grands bénéficiaires de cette loi et, notamment, de la pression à la « vente avant janvier 2013 » (et a fortiori « avant janvier 2015 ») qu’elle génère. Aucun rapport, d’ailleurs, avec un quelconque plan de logements sociaux. Où est passé l’argent des délocalisations ?


      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/11/06/terrain s-constructibles-et-fausses-plus-values-i.html ]



      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/11/27/terrain s-constructibles-et-fausses-plus-values-ii.html


      Terrains constructibles et fausses plus-values (II)

      Le 27 novembre 2012, le Courrier des Lecteurs de Clicanoo publie une note intitulée « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». L’auteure fait état de la décision d’une commune de s’emparer d’un terrain à bâtir provenant d’un héritage familial pour le mettre à la disposition d’une « grosse société qui s’enrichira sur le dos des pauvres petites gens que nous sommes ! ». La politique de dépossession des petits propriétaires ainsi dénoncée est-elle différente de celle contenue dans l’article 10 de la Loi de finances pour 2013 en cours d’adoption ? Nos articles «  Terrains constructibles et fausses plus-values (I) » et «  Loi de finances pour 2013, terrains constructibles et Droits de l’Homme » avaient déjà analysé le contenu de cet article de loi, que le Sénat n’a point modifié si ce n’est pour l’empirer encore sur l’abattement résiduel. Quelle que soit la tendance affichée, le monde politique représente-t-il des intérêts autres que ceux des milieux d’affaires ? Dans un article intitulé « L’abattement exceptionnel sur les plus-values immobilières ramené de 20 à 15% au Sénat », Tout sur l’immobilier souligne le maintien par le Sénat de la suppression de l’abattement pour durée de détention dans l’impôt sur les ventes de terrains à bâtir. L’auteur de l’article commente notamment à propos du projet de loi de finances : « Le texte prévoit de supprimer la « désincitation » à mettre sur le marché les terrains constructibles que constitue le régime d’abattement pour durée de détention ». Quelle « désincitation », alors que pour une large partie ces abattements tenaient tout simplement compte de l’augmentation du coût de la vie entre la date d’achat et la date de vente ? Où sont les prétendues « plus-values » ? Pire, la loi sera adoptée un mois avant son entrée en vigueur, sans laisser aux petits propriétaires la moindre possibilité de réagir. Le 27 novembre également, Capital rapporte « L’OCDE prévoit une deuxième année de récession pour la zone euro en 2013 ». Les propriétaires de condition modeste, qui se retrouvent démunis devant un coup de force législatif que leurs propres élus politiques cautionnent, seront-ils autre chose que les dindons de la farce dans une politique au service des multinationales et des grands financiers imposée au nom d’une «  crise » qui n’est rien d’autre que la conséquence naturelle des politiques appliquées depuis trois décennies ? A ce jour, c’est un « socialiste » français, ancien bras droit de Jacques Delors, qui dirige l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/11/27/terrain s-constructibles-et-fausses-plus-values-ii.html ]



      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/10/31/le-conseil-d-etat-francois-hollande-et-l-hypertension-arteri.html


    • LeClérocrate 14 décembre 2012 14:20
      Quand on sait que le parlement Européen est entouré de batiments appartenant aux lobbies.
      Quand on sait que tout ces lobbies ne sont que des grandes multi nationales regroupées en associations.
      Quand on sait que chaque jour, entre 20 et 25 milles personnes y travaillent pour 500 députés européens (!)
      Quand on sait que ces mêmes lobbies, on un accès illimité au parlement Européen (! !)
      Quand on sait que chaque jour, ces mêmes personnes innondent d’emails, de fax, de coups de téléphone les députés pour leur indiquer quels articles de loi voter, et quels articles ne pas voter.
      Quand on sait que ces lobbies dépenses des milliards pour cette propagande.
      Quand on sait tout ça, on se dit que que les euro-députés ne sont certainement pas nos représentant qu’on veut nous faire croire, mais des laquais au service de ces lobbies dont les intérets ne sont certainement pas le bien etre des peuples.

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 décembre 2012 20:37

        Bonjour LeClerocrate,

        Quand on sait que le parlement Européen et la Commission Européenne sont installé dans un nid de plusieurs milliers de lobbyistes, les quelles rédigent une grande partie des lois Européennes, lois les quelles sont haut déçu des lois nationaux, on peut se demander pourquoi nous sommes toujours membre de l’Europe de 27 ?

        La plupart des experts s’accordent sur ce point : 15 à 20 000 lobbyistes sont actifs à Bruxelles. Cela fait beaucoup.

        Parmi les exemples, est cite une proposition de signalétique pour l’étiquetage des produits alimentaires : vert pour les produits bons pour la santé, rouge pour ceux qui sont mauvais. Facile et clair pour le consommateur, mais la proposition n’a finalement pas abouti. “Tout simplement à cause de la forte résistance de l’industrie agro-alimentaire”, explique Erik Wesselius.

        La frontière entre le lobbying et la corruptions est assé mince !

        Les lobbyistes sont une menace pour la démocratie !

        Sortons de l’Europe... et vite !


      • devphil30 devphil30 15 décembre 2012 07:55

        Pitoyable , ils sont élus pour démocratiquement pour pouvoir s’asseoir à la table et manger une part du gateau.
        Belle démocratie , belle union européenne

        Philippe


      • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 15 décembre 2012 08:08

        Dans le programme de l’ UPR , (Union du Peuple pour rétablir la Démocratie et sauver la République), Asselineau propose l’interdiction pure et simple des activités de lobbying en France, et un cadrage législatif des activités des Thing Tank.

        Les médias étant les vecteurs de tous ceux qui veulent modifier « notre temps de cerveau disponible », il propose toute une série de mesures pour assurer l’indépendance de la presse à l’égard de l’état, des puissances d’argent et des influences étrangères :

        * Une loi anti-trust pour les médias régionaux et nationaux.
        * Interdiction de posséder un média pour une firme qui travaille dans un autre secteur économique.
        * Interdiction de prise de contrôle d’un média par un fonds de pension ou une multinationale.
        * Renationalisation de TF1 et de TDF.
        * Code de déontologie entre politique et journalisme etc.

        Tout cela, évidemment, après être sortis de l’ UE, de l’ euro et de l’ OTAN.


        • bacchus bacchus 14 décembre 2012 16:36

          lien rompu.
          c’est ici


        • AVONS NOUS UN SEUL SENATEUR OU DEPUTE QI NE SOIT LOBByISTES D UN GROS LOBBIE GENRE LABOS MEDICAUX OU MARCHANDS D ARMES SUR 822 QUI NOUS COuTENT CHACUN AU MINIMUM 30000 EUROS MOIS...

          une solution, ....s’ils veulent continuer a faire du lobbysme qu’ils prennent un mandat d ELU COMME BENEVOLE

          OU A DISPARU LE RAPPORT JOSPIN SUR LE NON CUMUL DE MANDATS POLITIQUES MAIS AUSSI DE CERTAINES FONCTIONS GERANT DE SCI...AVOCATS D AFFAIRES ET LOBBYISTES.........,,,,, ?????????

          CES 3 CATEGORIES NE DOIVENT PLIS POUVOIR CUMULER AVEC UN MANDAT NATIONAL

          (car l y a conflit d’intérets)


        • Soi même Soi même 14 décembre 2012 18:13

          @ TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE sante social, tu devrais changer d’avatar, car TOUSENSEMBLE liée au front de gauche est une mascarade !


        • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:28

          C’est surtout un très long nom... pour rien...

          Sauf éventuellement nous dire qu’il ose ouvrir sa bouche seulement depuis qu’il est retraité ??? = la force du chantage avant la retraite...


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 décembre 2012 00:44

          Bonjour Soi même,

          Excellent Film avec Jean Gabin.
          Un beau classique de l’année 1961, filme visionnaire sur ce à quoi devrait ressembler la future Europe en dénonçant les conflits d’intérêts des hommes politiques, avec leur double casquette, autre facette de la politique anti-démocratique, la quelle, comme le lobbying à des effets pervers, car souvent des décisions sont prises contre l’intérêt général !

          +++


        • @SOIMEME

          JE NE TE RECONNAIS PLUS.....FAUX FRERE

          pourquoi l’écureuil parce qu’il a une grosse et grande queue.....................


        • @SOI MEME

          tu fais des fautes lié et non liée.....

          je te moinsse....je ne pardonne pas les fautes de frappe ...oui....a cause de mon alzheimer MAIS

          PAS LES FAUTES D ORTHOGRAPHE


        • Cassiopée R 14 décembre 2012 15:21

          Il ne faut pas faire confiance en l’argent, lorsqu’un système monétaire et financier se développe alors tout se monnaie pour en arriver au niveau individuel comme collectif dans la vie courante.

           

          Pour obtenir quelconquechose alors le paiement devient obligatoire et l’argent peut enlever très rapidemment et selon des particularités qui sont en réalité précise à partir d’une ou des décisions, dont la personne ou le groupe d’individu concernés, qui peut jusqu’à des pays ou des confédérations régionales à de vastes territoires.

           

          L’argent devient obligatoire pour avoir des droits, de l’alimentation, de l’eau, se loger, se déplacer et peut limiter sa mobilité, les nombreux services aux publics pour l’accès aux citoyens (fait aussi perdre des libertés). Cette intrusion de l’argent dans la vie courante va jusqu’au besoin de 1ère nécéssité. Une manipulation de l’argent d’ordre quelconque peut mettre ses nombreux équilibres, parfois très important, en péril et va amener à vivre dans la précarité des masses entières parfois alors que les disponibilités sont réelles et les capacités de réalisation de nombreux domaines ne sont pas réalisés par la pression de l’argent.

           

          L’idéologie de l’argent s’inscrit dans une idée que rien n’est possible sans argent, que cette intermédiaire est obligatoire pour réaliser des projets, alors qu’on peut le manipuler pour créer des contraintes qui ne sont même pas obligatoire, et qui peuvent être contre-productive voire destructrice comme les effets des activités humaines le montrent sur la planète, l’immoralité pour le profit ou les nombreux dégâts sociaux qui déstabilisent des communautés et des régions.

           

          Une société sans argent ne diminue pas les échanges dangereusement, et permets plus d’accessibilité, loin de l’idée de l’argent obligatoire donc anarchie, ce qui montre le niveau de dépendance de la société capitaliste et de l’argent obligatoire de nos jours. Un développement créatif qui intègre l’éthique et la morale.


          • velosolex velosolex 14 décembre 2012 15:50

            Un article sur l’éthylotest, et que j’avais appelé « les pieds nickelés et l’ethylotest » a promptement été retiré sur la liste d’articles à modérer, dans agoravox.
            A peine 24 heures.
             Ils ont surement leurs raisons : Pertinence, qualité ; on n’est bien le dernier à prétende pouvoir juger de ce qu’on écrit. Tout cela ne valait surement pas un rond, ou faisait me dira t’on dans la répétition. Des détails qui m’avaient échappé.
            Je suis novice, je mange mon chapeau.
            Tant pis !
            Pourtant,à trois mois de l’obligation d’avoir ce fameux éthylotest dans sa bagnole, comme un objet sacro saint, il m’avait semblé que son utilité, qui s’apparentait à celle de la médaille de Jean-Christophe, était, comme beaucoup d’associations le pensaient, tout à fait discutable, et qu’elle valait le coup d’une petite révolte.
            Chantal Perrichon, présidente de la ligue, contre la violence routière, à déjà prédit l’inutilité complète de la chose.
            Pour faire court, je faisais le tour de tant d’inconséquences débiles : Cout, inutilité, loi ne dérangeant aucunement le lobby de l’alcool, et surtout pour finir, grand risque sanitaire et environnemental. Cet ethylotest contient des dérivés hautement toxiques, et aucune filière de récupération n’existe pour le moment....
            Imposé à la hussarde, ces petits désagréments ont retardé quelque peu l’application de la loi, révélant sa parfaite improvisation.
            C’est en cela que c’est un double scandale. Une loi inepte, mais surtout révélant que les pratiques quasiment « mafieuses » permettent l’obtention de marchés juteux, avec aval des élus.
            A qui profite le crime, me direz vous.

            . Une entreprise éthylotests en grande difficulté, à réussi à travers un lobbying astucieux à faire imposer dans l’urgence, au gouvernement Fillon, puis aux autres, qui n’ont su que faire de ce mistigri, d’une loi leur permettant de se voir offrir un marché de plusieurs millions d’euros par an !
            Même pas besoin d’aller à Bruxelles pour faire du lobbying, et trouver des connivences !.

            Le lobbying n’est pas sans rappeler ces petites poupées russes emboitées les unes dans les autres, qui se soutiennent, qui se protègent...


            • Rensk Rensk 14 décembre 2012 19:16

              lol, moi je me donne plus la peine de crée des articles... je ne fait que répondre aux articles crées par d’autres...

              Mais déjà... j’ai aussi été en « justice » pour devoir me défendre... Sachez que les juges (deux instances = 1 juge en première et 3 juges en 2ème) ont trouvé que : si M. XY (moi) s’informe ailleurs et pose des questions justifiés... personne ne peu logiquement prétendre qu’il fait une infraction a « l’honneur » d’autrui en faisant cela.


            • alinea Alinea 14 décembre 2012 21:21

              velosolex : à la date du 10 décembre, il y a votre article avec +9,-3= +6
               ; cet article n’a pas été retiré ! redemandez -en la publication !


            • lejules lejules 14 décembre 2012 18:12

              bonjour
              lobbying n’est ce pas le mot anglais pour dire corruption ?
              combien vaut l’influence d’un député ? d’un journaliste ? d’un scientifique ? d’un juriste ? ...etc
              aux USA les lobbies considèrent le président comme un chef de service.
               


              • appoline appoline 16 décembre 2012 12:43

                Ils nous mènent là où ils veulent nous amener, certains commencent à comprendre l’influence des divers cercles qui régissent la finance et l’économie


              • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:12

                Messieurs, pourquoi aller si loin dans le passé ???

                Le Jura a été crée avec relativement des difficultés (vu que les indépendantistes ont été déclaré terroristes)... La Suisse a malgré tout réussi a crée un État (séparatiste) dans l’État central (qui n’a pas la même influence que Paris sur la France)

                Et mon bras d’honneur sera le fait que je vous doit de rappeler que J.-J. R. a élu domicile sur l’ile de St.-Pierre... Sûrement pas pour rien vu qu’il y a toujours du vent (vente (toi) toujours)...

                http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_Rousseau


                • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:39

                  Oublié de vous dire qu’il est aussi venu a l’Ile St.-Pierre (vivable celle-là) et que c’est le Préfet de Nidau qui l’a viré dans la même année qu’il y est venu...

                  Une « maison Jean-Jacques Rousseau » peut désormais être visitée sur l’île....tourisme oblige ?


                • bigglop bigglop 14 décembre 2012 18:16

                  Excellent article que je me permettrais de compléter avec le documentaire ’’ The Brussels Business
                  sur les lobbies européens


                  • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:52

                    Pas du tout besoin de faire de la consommation de *documentaires* (même si il y en a des bon c’est toujours encore du oui-dire)...

                    Investissez-vous dans ce qui existe déjà où crée un nouveau truc... vous verrez combien vous faite peur aux « ayant pouvoir sur d’autres » sitôt que vous les dérangez « un poil » et qu’ils n’ont pas pu vous attaquer juridiquement... c’est fou les invitations qui pleuvent...


                  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 15 décembre 2012 08:18

                    Bigglop,

                    Cette vidéo est excellente, c’est une émission de la RTBF. J’en ai retenu une phrase :
                    « Quand l’argent, le lobbying et le législatif travaillent ensemble, là est la corruption. »


                  • paul 14 décembre 2012 18:28

                    Venu des États Unis, le lobbyisme s’est progressivement installé en Europe, favorisé par l’idéologie libérale avec sa concurrence libre et non faussée . D’où une opposition fréquente entre intérêts publics et privés . Aussi, le parallèle de l’article avec « vérité au delà des Pyrénées ... » est un peu abusif, parce que cette vérité ici n’est pas (encore) concevable .

                    Si le lobby des armes ( NRA ) ne fait pas encore la loi sur ce continent, nous subissons d’autres conséquences très dommageables du lobbyisme : principalement celui de Big Pharma et de l’agro-industrie . Les récents scandales ( Médiator et OGM ) l’ont rappelé récemment .Diminuer les normes acceptables pour la santé -par exemple avec les portables- pour augmenter les marges des industriels, est leur fonction principale .
                    Et quand ce lobbying marche, on peut clairement parler de trafic d’influence, de corruption dont se rendent coupables aussi les politiques qui acceptent .

                    Le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé en octobre dernier, de faire le ménage dans la liste de lobbyistes accrédités , en particulier ceux travaillant dans des secteurs « sensibles » de l’industrie pharmaceutique et l’agrochimie , et les badges d’accréditation ont une durée limitée à 1 an au lieu de 5 .
                    Mais les 15 à 20.000 lobbyistes à Bruxelles ont encore de beaux jours devant eux .


                    • Rensk Rensk 14 décembre 2012 18:58

                      Les politiques de Suisse ont « réglé » ce truc en disant que seul deux invités sont accepté par élu...

                      Certains élus prennent comme invité leurs femme et personne d’autre... tandis que d’autres en prennent deux pour montrer leurs « influence »...

                      Malgré tout, tous les élus passent par le bistro en face du parlement pour rencontrer les « non déclarés »...


                    • Jean Yanne Jean Yanne 14 décembre 2012 22:36

                      C’est encore pire que ce que vous imaginez ou décrivez !


                      Les « élus » éligibles ,ne sont que des candidats présentés par des lobbys , des représentants de commerce agréés en quelque sorte !

                      Dans notre prétendu démocratie , ne peut être élu que si on est agréé par les deux ré collecteurs de fond attitrés et gagnants à tous les coups , l’UMP ou le PS , les autres ne sont là que pour la décoration et vous faire croire que nous sommes en démocratie .

                      Les élus sont donc seulement des représentants des forces financières qui les ont mis en place .


                      Les puissances de l’argent n’ont donc même plus à faire du lobbying , ils appointent seulement les élus désignés par eux pour poétiser , rendre acceptable, les décisions que les groupes de pression les employant on pris .

                      La démocratie et le reste , la pseudo opposition droite gauche , n’est que du spectacle donné au peuple pour qu’il croit avoir décidé de quelque chose .


                      Nous sommes donc bien au delà du lobbyisme dont vous parlez !

                      • Romain Desbois 14 décembre 2012 22:40

                        des preuves monsieur des preuves.

                        Joly, Poutout, Artaud, Cheminade, Dupont Aignan !!!!

                        Si on veut virer les lobbys , il y avait le choix.

                        Votre commentaire poujadiste a quel but ?

                        certainement de protéger la démocratie.


                      • Jean-Louis CHARPAL 15 décembre 2012 11:47

                        Je me fiche complètement des subtiles distinctions entre les pays concernant le lobbying.

                        Le Lobbying est une forme de corruption. Je suis contre, toujours et partout, point final !

                        NB : je ne pardonnerai jamais à Delors lorsqu’il était commissaire européen d’avoir travaillé comme un forcené au début des années 90 pour que les spéculateurs, banquiers et grosses multinationales considèrent l’ Europe comme leur chose.

                        Ils rédigent quasiment eux mêmes les directives européennes. Je trouve ça ignoble.

                        On a fait ainsi une Europe ultra libérale au profit exclusif du fric et d’où les peuples sont totalement exclus.

                        Il faut interdire le Lobbying et permettre au peuple de contrôler les politiciens qui les trahissent ! 


                        • lloreen 15 décembre 2012 16:00

                          Ce que les chantres de l’eurocratie « oublient » de dire...
                          Toutes les solutions sont là.Sauf que ce ne sont pas les leurs....

                          http://www.wikistrike.com/article-l-islande-se-rejouit-d-avoir-abandonne-ses-banques-113478394.html


                          • lemouton lemouton 15 décembre 2012 18:32

                            Question à tous....

                            Avez vous déjà entendu un journaliste des « médias », faire allusion à l’incongruité que reprèsente les lobbys (rien que le mot me dégoutte..  smiley ) dans les institutions de la république.. ??

                            moi pas.. ou peut être suis je trop distrait.. smiley


                            • cedricx cedricx 16 décembre 2012 08:53

                              Un lobby est par définition un cheval de troie chargé de faire passer les intérets d’un petit goupe avant et souvent contre ceux du plus grand nombre !Tous les lobbies (ou tentative) qui ne sont pas sous influence du pouvoir de l’argent n’ont que très peu de chance de se faire entendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès