Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > François Loos, le spéculateur et les prix du pétrole

François Loos, le spéculateur et les prix du pétrole

François Loos, un de nos quatre ministres des Finances, a trouvé le responsable de la hausse des prix du pétrole. Vous avez deviné, il s’agit du fameux spéculateur, qu’on devrait pourtant bien connaître depuis le temps qu’on parle de lui.

Pour contrer son action néfaste, il a trouvé la solution. Publier, comme le font les Etats-Unis, les stocks de pétrole européen, de manière consolidée et en même temps. Car un des indicateurs qui influent sur le prix du baril lors de cette publication est le montant des stocks de pétrole brut et de produits pétroliers aux Etats-Unis. Effectivement, si ces stocks sont faibles pour la saison, cela veut dire des achats à venir, et donc un élément de hausse des prix. S’ils sont élevés au contraire, un élément de baisse de prix.

Je ne vois personnellement pas de spéculation dans ce phénomène. Car quand vous êtes dans la position d’un acheteur de brut ou de produits pétroliers sur le marché spot, pour quelque société que ce soit, vous devez faire sans cesse des paris à la hausse ou à la baisse au moment où vous achetez. Prendre une position d’attente et restreindre vos achats si vous pensez que les prix vont baisser, ou au contraire accroître vos achats si vous pensez que la tension sur les prix risque de s’aggraver. La qualité d’un bon acheteur réside justement dans son habileté à sentir l’évolution du marché, ses retournements éventuels, et à acheter au bon moment.

La logique de François Loos semble être que la publication des stocks pétroliers européens pourrait faire pièce à celle des stocks pétroliers américains. Pour moi, il y a deux situations possibles. Soit les stocks pétroliers européens confirment la manière de "voir le marché" des acheteurs américains, et dans ce cas, cette annonce amplifiera l’effet sur le marché de l’annonce des stocks américains. Soit elle l’infirme, et dans ce cas, on peut se poser la question : "Qui a raison ?". La crédibilité des acheteurs américains risque fort de l’emporter sur celle du conglomérat d’acheteurs européens issus de pays aux économies de types historiquement très variés.

Ceci dit, dans ce dernier cas, on pourrait, pays par pays, se poser la question de la bonne gestion de ces stocks, et y trouver quelques gisements d’économies.

Moralité : quand il s’agit de "parler dans le poste", tout sujet est bon. L’ignorance économique des médias fera gober le propos.

Je rêve quand même du jour où un journaliste posera la bonne question. Dans ce cas, par exemple.


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • who_cares (---.---.54.75) 26 avril 2006 13:34

    Quand bien même les stocks seraient publiés, ces chiffres seraient-ils fiables ? Les chiffres des stocks et/ou des réserves de pétrole que les compagnies veulent bien dévoiler sont souvent sujet à controverse.

    Toutefois un peu de bon sens permet d’anticiper le fait que même si les stocks et les réserves sont bon c-à-d plutôt élevés, il n’en reste pas moins que l’explosion de la demande notamment dû à la formidable croissance des pays asiatiques, conduira dans un avenir proche à une pénurie qui j’espère arrivera au plus tôt.

    Notre pétro-civilisation n’aura alors d’autre choix que d’innover et ouvrir une part significative du marcher à des énergies alternatives.

    En effet, les grands groupes ont la puissance et la capacité économique de les mettre à portée du consommateur mais n’en ont actuellement pas la volonté.

    Peut être que les travaux de l’Inde en matière de reconversion chimique du charbon (ou des matière plastiques) en hydrocarbure changera la donne ?

    Qui vivra verra !


    • Toto le docte (---.---.28.84) 27 avril 2006 08:36

      L’existence de ces spéculateurs est réelle, je peux vous dire que la quasi totalité des banques ont maintenant un desk de trading « commodoties ».

      Cependant ils ne contribuent pas pour une part détectable à la hausse.


      • Damien G (---.---.226.57) 27 avril 2006 11:02

        Vous etes trop fort. en effet, vous avez écrit « Je ne vois personnellement pas de spéculation dans ce phénomène », et immédiatement ensuite vous décrivez le phénomème,...de spéculation, applicable au le marché pétrolier.


        • Stephane Klein (---.---.101.8) 27 avril 2006 12:37

          La speculation ne s’exerce que quand il y une opportunite de speculation. Et en ce moment c’est l’actualite mondiale qui le fournit dans la menace d’intervention en Iran et les sabotages en Nigeria. A cela s’ajoute le besoin d’energie de l’Inde et de la Chine qui nous menent directement vers le Peak Oil.


          • www.jean-brice.fr (---.---.110.109) 29 avril 2006 20:38

            Cette spéculation qui est réelle a une CAUSE que personne ne veut admettre par lacheté ou plutôt par CORRUPTION : la VRAIE CAUSE EST LE POUVOIR EXORBITANT QUE SE SONT DONNE LES USA DE BATTRE MONNAIE PAR LA TERRE ENTIERE AVEC L’ASSENTIMENT DE TOUTES LES CLASSES DIRIGEANTES CORROMPUES PAR LA MONNAIE PAPIER QU’EST LE DOLLAR. Nous allons en voir les effets dévastateurs avec la crise içranienne !


            • Stephane Klein (---.---.228.29) 7 mai 2006 00:58

              Vous m’avez bien fait rire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès