Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Frenchwashing : une tendance très lucrative

Frenchwashing : une tendance très lucrative

La production française s’impose comme un argument de vente des plus convaincants en France comme à l’étranger. Mais en l’absence de cadre précis et de définition claire du concept made in France, il est plus que jamais utile de rester prudent quant à une éventuelle utilisation abusive de la "marque France".

L’image de marque de la France apparaît comme une valeur montante dans le monde du marketing. Il s’agit là d’une tendance importante qui prouve que le rayonnement de notre pays jouit encore d'une aura toute particulière dans le monde. Si la réceptivité systématique des marchés étrangers à la culture et au savoir-faire français existe bel et bien, on peut néanmoins se demander ce qui incite de plus en plus d'entreprises françaises à se prévaloir de l’étiquette « made in France » sur le marché domestique. L'esprit patriotique, peut-être ? L’interrogation est d’autant plus grande que l’on s’aperçoit que certaines entreprises s’engagent dans cette veine... sans pour autant réaliser une partie significative de leur production dans l’Hexagone.

 

La force du made in France…

Le made in France est en pleine explosion sur le marché national. On connaissait l’engouement des consommateurs étrangers pour les produits français, notamment dans le secteur du luxe. Il semblerait que cette fièvre touche désormais les Français eux-mêmes ! C’est en tout cas ce que rapporte Xerfi qui publiait en décembre 2010 une étude au titre éloquent : Les nouveaux Eldorados de la filière alimentaire. D’après Xerfi, le marché de la production locale et régionale a en effet cru de 0.4 % en 2010 ce qui justifie qu’on les considère comme de sérieuses opportunités. Ces conclusions sont partagées par le CREDOC qui publiait en mai 2011 les résultats d’une enquête réalisée un an plus tôt : « près de deux Français sur trois (64 %) se déclarent, en 2010, prêts à payer plus cher des produits industriels fabriqués en France plutôt que hors d’Europe ».

Partout en France, des entreprises profitent de cette tendance favorable au made in France pour développer une image de marque locale et porteuse. C’est par exemple le cas de Rossignol, entreprise au parcours significatif puisqu’après s’être délocalisée en Chine, elle a fini par rapatrier sa production en France. À l’occasion d’un entretien avec Le Journal du Net, le directeur financier de l'entreprise, François Chauvet, s’en explique : « on a remarqué que le consommateur attachait de plus en plus d’importance à la traçabilité du produit ». Depuis qu’elle a opéré ce retour sur son site de production historique en Haute-Savoie, l’entreprise Rossignol a renoué avec la performance et généré 3 millions d’euros de bénéfice net lors de son exercice 2010- 2011.

Autre démarche significative : celle de Toyota qui se trouve en campagne depuis maintenant plusieurs années pour faire valoir auprès des consommateurs hexagonaux sa « Yaris Française ». Pour cela, le constructeur japonais a fait implanter le site de production de la Yaris à Valenciennes dans le Nord-Pas-de-Calais en 2001 et son bureau d’étude à Sophia Antipolis. L’enjeu pour Toyota ? Obtenir la certification « origine France garantie » qui se trouve être la plus restrictive en la matière. D’après Le Figaro, Toyota estime « qu’il s’agit d’un avantage concurrentiel réel par rapport à des marques françaises qui ne pourraient pas l’obtenir pour l’ensemble de leurs gammes ».

À l’heure du patriotisme économique, le made in France constitue un argument de vente indéniable sur les marchés étrangers autant que sur le marché national. Mais alors que certaines entreprises s’efforcent de faire preuve de transparence pour se l’approprier, d’autres entreprises profitent du flou relatif qui demeure sur les critères de définition du produit local. Au détriment des producteurs de bonne volonté, et surtout de la crédibilité du concept.

 

… Et l’écueil du Frenchwashing

Il n’existe à ce jour pas de définition canonique du made in France. Une multitude d’appellations et de labels se côtoient pour former un pandémonium où plus rien n’a vraiment de sens. La mention « made in France » ne prouve ainsi seulement que la valeur ajoutée d’un article a été produite en France à hauteur d'au moins 45 %. Dans le but de donner plus de consistance au concept de « produit français », le label « origine France garantie » a été créé par l’association d’entreprise ProFrance. Ses critères son simples : pour être éligible, un produit « prend ses caractéristiques essentielles et sa forme distinctive en France », et « 50 % à 100 % du prix de revient unitaire de ce produit sont acquis en France ». L’attribution du label est conditionnée à un audit réalisé par le bureau Véritas Certification et il constitue donc à ce jour la référence en matière de production hexagonale.

Si des entreprises comme Rossignol, Toyota et d’autres font l’effort d’inscrire leur démarche dans la dynamique de transparence initiée par ProFrance, la course au made in France prend parfois des allures de mascarade. Faute de cadre normatif harmonisé à l'échelle nationale, des entreprises se prévalent volontiers de leur proximité à la France alors que l’essentiel de leur activité est réalisé à l’étranger. Par exemple, Armor Lux présente la promotion des « produits régionaux » de Bretagne comme l’un de ses premiers engagements à côté de la qualité alors même qu’elle ne fabrique que 40 % de ses produits dans ses usines françaises. Le reste est fabriqué chez les sous-traitants de la marque, pour la plupart au Maghreb, les autres étant asiatiques, bulgares ou roumains. Ainsi, « Les uniformes de la Police nationale, de la SNCF ou de la Poste, sont fabriqués en Tunisie ». Entreprise de confection d’espadrille fondée en 1935, Pare Gabia est un autre exemple du genre : elle ne dispose plus aujourd’hui d'aucune usine en France puisque l’intégralité de sa production est réalisée en Tunisie. Cela ne l’empêche pourtant pas de se présenter comme une « marque française » et d’arborer un logo affichant fièrement le mot « France ».

Difficile de dire si ces exemples sont dus à la stratégie de communication ou à l'attachement naturel des dirigeants au passé de leurs entreprises. Quoi qu’il en soit, ils illustrent bien comment est entretenu le flou sur la réalité du made in France à l’heure actuelle. Or ce phénomène est préjudiciable pour les entreprises qui jouent le jeu de la production locale. Thierry Moysset, patron de la Forge de Laguiole en témoigne dans les colonnes du magazine L’Entreprise édité par L’Express : « faute de loi, chacun peut raconter aux consommateurs ce qu’il veut », regrette-t-il, « mes produits entièrement fabriqués en France se perdent parmi ceux dont la vertu n’est pas acquise ». Le message est explicite : ce qui manque au made in France, c’est un cadre légal qui permette de faire le distinguo entre le produit réalisé en France, celui qui est simplement issu du terroir français et enfin celui qui ne serait que pure argument commercial et fallacieux.

À la façon de ces entreprises qui, il n’y a pas si longtemps, croyaient vraiment pouvoir berner le consommateur en lui présentant un message promotionnel emprunt d’écologie sans que celui-ci ne renvoie à aucune réalité tangible, certaines entreprises cherchent aujourd’hui à surfer sur la vague du patriotisme économique en se présentant comme des producteurs français. Il se dessine ainsi une pratique nouvelle : un « frenchwashing », qui serait au made in France ce que l’écoblanchiment est à l’écologie. Ce type de pratique n’a rien d’anodin. On peut tout d’abord la considérer comme une tromperie du consommateur. Mais c’est aussi un sérieux coup bas porté aux entreprises françaises qui, pour certaines, ont véritablement pris le pari de la production locale, se battent pour conserver les emplois en France et continuent de faire vivre les savoir-faire nationaux contemporains, et traditionnels. On ne peut que regretter l’absence de texte de loi pour encadrer ce sujet, car nul doute que les entreprises en seraient les premières bénéficiaires : l’intérêt des consommateurs pour la production française est une chance qu’il est normal d’exploiter, mais cette opportunité ne vaut rien si elle ne renvoie pas à une réalité tangible édictée par la norme.


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 21 décembre 2012 13:31

    Très bon premier article 


    Philippe

    • Fergus Fergus 21 décembre 2012 22:46

      Bonsoir à tous.

      Je partage l’avis de Philippe. Intéressant, clair et très bien argumenté.


    • foufouille foufouille 21 décembre 2012 13:41

      « Si des entreprises comme Rossignol, »
       ??
      pas du tout 100% francais


      • Luc le Raz Luc le Raz 21 décembre 2012 14:29

        Tellement flou que l’origine de certains médicaments de substitution, les fameux génériques, ne portent pas la mention « fabriqué en Chine » (ou plus faux jeton fabriqué en RPC) ou en Inde. Une pétition circule pour que ce soit clairement indiqué. Quant à Renault avec son « Made in Qualité », mais fait bien marrer. Je roule « Toyot » Yaris pour une bonne raison et je me contrains à rechercher l’origine des produits que j’achète et fixe mon choix sur le Made in France ou à la rigueur CEE. Comme quoi, ça fonctionne QED (quod erat demonstrandum ) smiley

        Pour info : Pour mon petit Noël j’étais tenté par un produit de la Pomme mais après l’excellent reportage de la 2 sur sur Foxconn, je m’en passerai. Et dire que c’est le rêve de Serge Dassault


        • jako jako 21 décembre 2012 14:44

          Bonjour et merci de cet article. Aujourd’hui c’est blocage total, le marquage des produits est une arnaque totale. La plupart des produits notament alimentaires ne permettent plus du tout de connaitre l’origine du produit, c’est devenu mission impossible. Idem pour les vêtements et le plus bizarre c’est que les paquets de petit LU sont toujours localisés à Rungis.... Bref il suffit de savoir que pratiquement plus rien ne sort d’une petite fabrique et surtout pas locale, le yaourth il est élaboré quelque part en Europe avec du lait de qualque part dans la monde , ma farine est emballée quelque-part en Europe etc, moi je trouve cela grave et dépriment, même le code barre indiquant dans ses premiers chiffres le pays d’origine est faux .


          • Soi même Soi même 21 décembre 2012 15:17

            Pour la viande Made in France, un éleveur Italien peut très bien labellisé sa viande, il suffit de faire traverser son troupeau la frontière et de le conduire à l’abattage, pour ressortir avec le label, Made in France !


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 décembre 2012 15:34

              Bonjour,

              il s’agit tout autant du rayonnement de l’image et du savoir faire français qui inspire tant la clientèle mondiale. Tous ces noms prestigieux sonnent comme le sommet du luxe dans la bouche du touriste chinois et font rêver tous ceux qui n’ont pas les moyens de voyager.

              Tout est question d’offre et de demande... il va être impossible de satisfaire le palais des milliards de fanatiques de notre style de vie au quotidien. La mondiabolisation, c’est le commerce tous azimuts d’imitation de faux plagiats dans un emballage doré avec une pub dégoulinante de mensonge. Pour y échapper, il suffit de défendre les petits producteurs locaux et bouder les marques et la pub ! Boutons les hors de nos assiettes...et Champagne pour la fin du monde de l’argent !


              • Soi même Soi même 21 décembre 2012 15:40

                Tous à fait d’accort vive la micro économie artisanal, c’est la seul qui est en mesure de resisté !


              • ARMINIUS ARMINIUS 21 décembre 2012 17:46

                il se passe quelque chose de grave au niveau des grandes marques, la délocalisation s’accélère et le savoir faire local est en train de disparaitre... bien sûr il y aura encore la marque comme pour ce sac que la maison Channel fait fabriquer pour 100€ en Italie pour le revendre jusqu’à 2000€ dans ses boutiques...(c’était il y a deux jours à la télé) A terme on risque de n’avoir que du Made in China, Bangla-Desh ou ...Cote d’Ivoire. La raison : toujours plus de marge pour ces grandes marques donc plus de profits pour les actionnaires... C’est la marque Nike qui a lancé la méthode il y a environ trente ans et tout le monde a suivi...mais ne nous trompons pas d’ennemi : c’est la connerie humaine le principal levier...et ça les requins font tout pour que ça continue....


                • Robert GIL ROBERT GIL 21 décembre 2012 18:15

                  Nos politiques de tout bord n’ont rien trouvé de mieux lors de la dernière campagne présidentielle que de glorifier le « made in France » disparu, alors que ce sont eux qui ont abdiqué tout pouvoir en ce domaine, les traités européens proscrivant le protectionnisme, et ouvrant largement les portes au libéralisme intégral de l’OMC, ex-GATT (dirigé par le “socialiste” Pascal Lamy, ex-dircab du ouiouiste Delors, et que certains verraient bien succéder à Hollande…).

                  voir : SUPERCHERIES EUROPEENNES


                  • Poil à gratter 22 décembre 2012 00:10

                    Mmmhhh de bons champignons de Paris polonais ou russes pendant que nos champignonnières ferment les unes après les autres.


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 22 décembre 2012 09:40

                      Il y a toujours une vie après la mort, soyez optimiste ! Arrêtez de vous censurer...


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 22 décembre 2012 09:38

                      Les français sortent petit à petit de leur léthargie, grâce aux délocalisations qui touchent tellement de français que cela ne peut qu’être évident pour eux de redevenir un consom’acteur.

                      J’ai deux idées à proposer à votre sagacité :
                      - Pour le label et le pourcentage de produit réellement produit en France : pourquoi ne pas indiquer « made in France xx » où xx est le pourcentage de produit français, et l’on prendrait en compte pour son calcul le ratio de temps passé sur le territoire (élevage, fabrication, ressources humaines, matière première etc....)

                      - Sans attendre de label : les entreprises n’ont qu’à, sur leur site internet, donner les éléments détaillés et explicatifs.

                      D’autre part, je ne suis pas contre la consommation d’un produit d’une autre contrée à partir du moment où l’être humain est respecté lors du processus de fabrication.
                      Ma notion du respect humain dans ce cadre : salaire et temps de travail permettant de couvrir les besoins (sécurité physique et psychique) d’une famille, l’actionnaire n’étant pas oublié : il aura une juste rétribution de son engagement financier SANS SE GOINFRER, ni faire ses caprices d’enfant gâté pour avoir toujours plus !


                      • Le printemps arrive Le printemps arrive 22 décembre 2012 09:46

                        Au fait : merci cher auteur pour ce message positif et optimiste.

                        Je commercialise aujourd’hui des produits fabriqués totalement en France (quelques matières premières proviennent d’autres pays, mais par nécessité), je remarque et confirme à mon humble position que la question de la provenance est de plus en plus récurrente.


                      • Spip Spip 22 décembre 2012 12:54

                        « ... salaire et temps de travail... » Au train où ça va, on est pas sûr en France de rester dans ces critères...


                      • Titoune 24 décembre 2012 01:05

                        "Pour le label et le pourcentage de produit réellement produit en France : pourquoi ne pas indiquer « made in France xx » où xx est le pourcentage de produit français, et l’on prendrait en compte pour son calcul le ratio de temps passé sur le territoire« 
                        ----------------------
                        Belle idée sur le papier.

                        Mais on peut être sûr que les grandes entreprises vont mettre tous leurs crânes d’oeufs à contribution pour trouver une manière d’optimiser la production en intégrant cette nouvelle norme.
                        Ils vont faire un paquet d’études pour voir quelle est le meilleur ratio <Profit> vs <% france>. A partir de ce ratio, prenons par exemple 40% de production française : déjà pour commencer on importe de Chine comme des gorets les autres 60 %. Pour le reste on va magouiller :
                        - on prendra par exemple, de la farine mélangée : mettons de la farine française pour 5% mélangée avec une farine »made in toupourite« pour 95% et hop tout celà ressort en belle farine »made in france« à la sortie.
                        - on importe la matière première, on reconditionne en france et par la magie des étiquettes, on fait augmenter le % made in France.

                        Au final on indiquera »...% made en France« mais :
                        - Il y aura un écart entre le % affiché et le % réel.
                        - on donnera l’illusion d’une technicité nouvelle dans la traçabilité et d’une prise en charge par les autorités de ce besoin de la population. Madame Michu pourra consommer patriotique, et se dire que tout ça est quand même vachement bien foutu.
                        - Les grandes marques en profiteront pour augmenter les prix à mesure que le % affiché sur l’étiquette est élevé. Le discours sera  »Bah oui ma pauv’dame, mes coûts ont augmenté car je peux moins exploiter des chtites nouvriers tinois"
                        - on aura l’apparition de toute une gamme de produits : sans indication, ou 10%,20% (pour les pauvres) jusqu’au 100% Made in France avec un beau drapeau bleu-blanc-rouge (pour ceux qui pourront se le payer) : les riches montrerons alors leur patriotisme à travers leur consommation, à défaut de le faire par leurs feuille d’imposition. (on a déjà la même chose pour l’écologie)

                        Sans parler de l’agence de contrôle ainsi crée (qui servira de bonne planque pour les amis et la famille des personnes bien nées) et pour laquelle on ne manquera pas de ne lui accorder aucun moyen pour faire correctement le boulot.

                        Bref, je suis sûr que ça ne changera rien et c’est probablement la raison pour laquelle ce genre de label détaillé a toutes les chances de voir le jour.

                         


                      • ffi ffi 22 décembre 2012 10:45

                        Pourquoi dire « made in France », plutôt que « fait en France » ?


                        • colza 22 décembre 2012 11:01

                          Chais pô !

                          Par contre, c’est vieux comme Hérode, déjà tout petit (j’ai 66 ans) je voyais « Made in France » sur les produits, je ne savais pas ce que voulais dire « made in », mais je savais que c’était « fabriqué en France ».
                          J’imagine qu’on surfe toujours sur l’habitude...

                        • Romain Desbois 22 décembre 2012 11:17

                          c’est ce que j’ai sifflé à Montebourg sur son compte siffleur, qu’il serait un peu plus crédible si il s’exprimait en français ; que la loi s’applique aussi pour les ministres.

                          en général quand on vous parle en franglais , c’est que le mec n’a rien à dire ou qu’il essaie de vous vendre un truc bidon.

                          Le franglais est la langue des commerciaux et autres représentants de commerce.


                        • herbe herbe 22 décembre 2012 11:10

                          Merci pour cet article !


                          On peut signaler l’existance d’annuaires comme par exemple celui ci :

                          Le made in france peut avoir son lot d’histoires compliquées comma par exemple :

                          Sinon sans vouloir faire de pub, j’aime bien cette idée personnellement :


                          • Romain Desbois 22 décembre 2012 11:45

                            oui faut se méfier un peu quand même.

                            Car un produit un peu transformé en france est en droit de s’appeler produit français. c’est le cas en ce moment du foi gras dont beaucoup sont cuits en France mais dont on ne connait pas l’origine de l’animal.

                            c’est le cas aussi de la charcuterie corse, estampillée pourtant produit du terroir. La plupart de la viande vient du Brésil (l’âne principalement)


                          • Romain Desbois 22 décembre 2012 11:49

                            c’est tellement juste ce que vous écrivez.

                            Cette semaine a vu la dernière savonnerie de Marseille fermer. alors que nombre de savon « de Marseille » ne sont pas « 100% végétal », en violation de la loi.

                            Comme les « herbes de provence » qui viennent de Chine.

                            Notre rôle de consom’acteur est souvent mis à mal par toutes les non infos sur les produits.

                            Sur certains l’origine n’est même plus marqué.


                          • HELIOS HELIOS 23 décembre 2012 16:43

                            L’ennui de ce commentaire, c’est qu’il prone un rejet global... et comme nous le savons bien, « global » est un mot dangereux. Sauter d’un integrisme a un autre, trop pour moi.


                          • Spip Spip 22 décembre 2012 13:10

                            Si la Yaris s’est retrouvée, un temps, la seule à arborer du made in France, c’est que nos constructeurs nationaux n’avaient même pas fait la démarche pour y adhérer...


                            Il faut dire que si vous achetez une 208, par exemple, vous n’avez que deux chances sur trois qu’elle soit faite en France : http://www.feline208.net/forum/viewtopic.php?f=2&t=663


                            Il n’y aurait de toute façon que 36 % de voitures françaises faites sur le sol national : http://www.webcarcenter.com/actualite/actu/voiture-france.html , le reste est du « rebadgé »


                            • HELIOS HELIOS 22 décembre 2012 22:40

                              ...Outre tout ce qui est dit ici, il y a les non-dit de l’Europe de Bruxelles, et de ses valets français.

                              Pourquoi cache-t-on l’origine de certains produits sur les étiquettes, notamment ceux produit en Turquie, Israël ou au Maghreb ?

                              ... parce qu’en s’est aperçu que les consommateurs réagissaient a l’origine de ces produits et c’est évidement un frein au commerce pur et dur.
                              A moi, cela ne me convient pas du tout, la transparence et la traçabilité est indiquée quand cela arrange les vendeurs, mais jamais quand cela répond a une attente des consommateurs.

                              Par ailleurs, a l’exportation, la France n’est quasiment plus présente notamment en Amérique du sud. Les produits, même ceux traditionnellement français sont remplacés par les mêmes produits venants d’Italie ou d’Allemagne et même des USA, a l’instar de la moutarde de Dijon, le café et quantité d’autres produits dont la liste est longue.

                              et pire, la visibilité diminue encore lorsqu’il s’agit d’attirer le chaland. Par exemple encore, dans les supermarchés et les grands malls lorsqu’il y a un panneau d’appel qui montre les produits européens ou mondiaux, on voit toujours très clairement et au premier plan, le drapeau américain, l’allemand, l’italien et le grec... mais jamais le français.

                              Sur les linéaires des produits, c’est pareil lorsqu’il faut montrer un produit étranger en promotion, ce n’est JAMAIS un produit français, même si il y a un produit français a vendre... visibilité nulle !!!

                              Dans les journaux, les revues etc... les voitures françaises n’ont que très peu de publicité et lorsqu’un prix récompense l’une d’entre elle (la 208) cela passe quasiment inaperçu, en petit encart en page intérieure. Le dernier prix pour la Jeep de Chrysler fait la première page et une quantité de spots a la télé, en plus des essais divers et varies.

                              bref nous sommes mauvais, nous ne vendons plus rien et cerise sur le gâteau, ce que nous voulons vendre ne correspond en rien a ce que demandent les marchés, comme justement les commentaires sur la 208 de Peugeot qui est descendue en flamme par les commentateurs automobiles qui conseillent de ne pas l’acheter a cause de son irreparabilité par les réseaux classiques de garages qui n’ont pas les codes et les outils pour réparer ce qui est commandé par l’électronique ( Kia, Hyundai et les autres n’ont pas cette électronique ou alors fournissent l’assistance et la documentation aux « petits » garages).

                              Quand on sort un peu de France, plus que pour un week-end, on se rend compte du monde qui nous sépare des autres économies.

                              Quand est-ce qu’on va réagir ???


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 décembre 2012 01:24

                                Bonjour LucileMaroet,

                                Votre article soulève bien l’abiguité du label Made in France donc certaines sociétés abusent largement. Les abus pourrait même mettre en danger le label Made in France !

                                D’abord à quoi ça sert un label made in France ?
                                Il peut y avoir plusieurs aspects pour un acheteur d’acquérir un produit Made in France :
                                La « french touch » dans la mode est très demande.
                                Puis la qualité est un autre argument, surtout quand on voit que les grandes surfaces sont inondées par des produits de basse qualité (marché chinois essentiellement).
                                La qualité des produits dans les rayons des fringues chez Carefour, Auchan et Leclerc rassemble à celle d’un magasin Tati tel qu’il y à 20 ans en arrière ! Toutes ses magasins sont rempli avec des produits Chinoises. Il y à énormément de produits de qualité médiocre !

                                Est la faute de Chinois si la qualité est médiocre ? 
                                Les commerciaux français qui voyagent en Chine pour faire fabriquer leur produits exercent une énorme pression sur des sociétés chinoises pour faire baisser le prix au maximum, souvent en ferment les oeils sur les conditions de travail des ouvriers chinois, sans parler des problèmes environnementales (pollution). Un exemple flagrant est la fabrication de jeans.... fleuves polluées avec des produits chimiques, les bronches des ouvrier détruites par le sablage, sans parler des dégâts due à usage du chlore, etc.

                                Je déduit donc que nous (enfin les acheteurs des grandes surfaces) sont co-responsable de la forte baisse de qualité.

                                La définition du Made in France tel quelle est définit aujourd’hui laisse assez de marges à certains secteurs d’activités par exemple l’automobile et le textile pour abuser gravement de ce label !

                                — début de citation et exemple —

                                Est considéré comme “made in France” un produit entièrement fabriqué en France, depuis les matières premières utilisées pour la production jusqu’au produit fini.

                                Le code des douanes prévoit aussi que des produits assemblés en France avec des éléments produits à l’étranger peuvent comporter la mention « fabriqué en France », à condition que la valeur acquise résultant des opérations de montage et de l’incorporation des pièces d’origine représente au moins 45 % du prix à la sortie de l’usine. Par exemple, un T-Shirt fabriqué en Chine pour 2 euros auquel on ajoute en France une broderie d’une valeur de 10 euros peut prétendre à l’appellation « fabriqué en France ». Ce qui vaut au système un certain nombre de critiques, les spécialistes considérant cette définition comme trop large ou trop restrictive. Sans compter qu’il existe aussi des labels commerciaux qui brouillent les pistes.

                                — fin de citation — source

                                A mon avis un produit devrait seulement profiter du label « Made in France » si au moins 75% des pièces sont originaire de la France et que la valeur des composants français du produit est égal ou supérieur à 75 % du prix à la sortie de l’usine ! Idem pour la main-d’œuvre ou 75% des frais (salaires) devaient être d’origine française.


                                • Soi même Soi même 23 décembre 2012 02:18

                                  et pourquoi pas 100%, c’est qui arrive avec certains artisans !

                                  C’est surtout dans la filaire viande que l’arnaque est la plus flagrante, elle nous fais croire que la viande que l’on mange est sains, alors que le problème de l’élevage et des aliments pour bétail est de se qui à de plus flou !


                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 décembre 2012 09:42

                                  Bonjour Soi même,

                                  Seulement peu de sociétés arrivent à mettre des produits 100% made in France sur le marché dans le contexte de mondialisation actuelle !

                                  Mettez vous à la place d’un artisan en horlogerie qui intègre des pierres précieuses dans ses montres ... Il est difficilement réalisable d’arriver à un taux de 100% sur le plan matériel !

                                  Une montre qui est composé de 75% de pièces « Made in France » ne mérite t-elle pas le label made in France selon vous ?

                                  Ce que me choque aussi de nos jour ce sont des sociétés des grandes marques, tenté d’augmenter encore un peu plus leurs marges, qui fabriquant assez souvent leur produits, au moins partiellement, en Chine. C’est le consommateur qui est, comme l’habitude, le grand perdant.

                                  J’ai vue ses jours ci un reportage à la télé ou un sac de femme de grande marque à été fabrique dans des ateliers « mi clandestins - ouvriers chinois » en Italie ou le prix de sortie d’Usine s’élève à 45 Euro par sac et le prix en vente en boutique de luxe été de 2.000,00 Euro (deux mille Euros). C’est de la pure escroquerie !

                                  Dans ce cas le « Made in pays » ou « Made by marque » ne veut plus dire grand chose !

                                  Mais pourquoi pas avoir un bonus pour les artisans qui pourront utiliser un label spécial « 100% made in France » au lieu du « Made in France » pour ceux entre eux qui arrivent à réaliser cet exploit.


                                • non667 24 décembre 2012 14:27

                                  1°que fait la modé qui laisse passer un article aux rn et qui nous rappelle lhlpsdnh ? smiley smiley smiley smiley smiley
                                  2°lors d’ un 1° voyage en Allemagne (1980) j’avais été surpris de voir les jeunes vêtus de blousons d’aviateurs américains (col en fourrure ) arborer en haut de l’épaule le drapeau allemand et des galons allemands alors qu’en France ces mêmes blousons à la mode étaient ornés du drapeau américain et des galons de la guerre de sécession ?
                                  3°plus tard le mark et le yen caracolaient en tête des monnaies enterrant le dollars et le francs !! me vint cette question : victoire posthume de hitler et hiro hito ? sursaut d’orgueil de 2 nationalismes humiliés ?que la défaite n’a fait qu’exacerber ?
                                  4°les barrières douanières les plus efficaces sont celles du cœur !
                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LucileMaroet

LucileMaroet
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès