Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Fusion Areva/Siemens : quels avantages pour la France ?

Fusion Areva/Siemens : quels avantages pour la France ?

Nicolas Sarkozy vient de rendre visite à sa collègue Angela Merkel pour un sommet franco-allemand informel, au cours duquel elle lui aurait demandé de considérer la possibilité de construire un géant européen du nucléaire en fusionnant le français Areva et l’allemand Siemens. Or, il se trouve que depuis quelques mois, Nicolas Sarkozy et son gouvernement travaillaient sur un rapprochement franco-français dans ce domaine entre notre champion national du nucléaire, Areva, qui fabrique les réacteurs nucléaires, Alstom qui est le spécialiste mondial des turboalternateurs qui se montent en serie avec le réacteur pour produire l’électricité et l’un des spécialistes français du génie civil, Bouygues, déjà actionnaire d’Alstom. L’idée étant qu’une telle société disposerait des compétences globales pour pouvoir fournir clés en main une centrale nucléaire, du premier coup de pioche au raccordement au réseau électrique !

Les médias se sont étonnés que notre président ait pu adresser une fin de non recevoir à cette proposition, comme si nous devions considérer toute proposition de nos partenaires allemands comme devant être acceptée naturellement, sans même réfléchir, pour le plus grand bien de l’entente politique franco-allemande.

Or les affaires sont une chose et les accords politiques une autre. L’affaire EADS est un exemple récent de cette confusion des genres qui a poussé nos hommes politiques a, petit à petit, transférer le savoir-faire français dans l’avionique de son territoire d’origine, la France et Toulouse vers l’Allemagne et Hambourg, tout en acceptant un système de direction bicéphale dont on a vu les désastres qu’il pouvait engendrer. Car, en effet, le savoir-faire d’Airbus est le résultat de cinquante ans de développement patient par l’Aérospatiale d’avions à succès, en partant de la Caravelle jusqu’à la gamme des Airbus en passant par le Concorde, plus souvent d’ailleurs en coopération avec les Anglais qu’avec les Allemands.

La constitution d’EADS a sans doute été une bonne affaire pour le groupe Lagardère, mais s’est traduit par la montée en charge de l’usine d’Hambourg et le déplacement du centre de gravité de la société de Toulouse, son territoire d’origine vers l’Allemagne et Hambourg. En même temps que la participation de l’Etat français, pourtant stratégique, disparaissait au profil d’un actionariat privé.

Si c’est ainsi qu’Angela Merkel conçoit la fusion Areva/Siemens, non merci, l’option franco-française me paraît bien meilleure.

Autre condition pour qu’une fusion soit réussie, il faut qu’elle profite également aux deux partenaires de l’opération, le célèbre Win-Win (gagnant-gagnant) anglo-saxon. Et ce que l’on recherche en premier c’est la possibilité de vendre pour chacun des partenaires ses produits sur le territoire et dans la clientèle de l’autre.Et là on voit bien l’intérêt pour Siemens de pouvoir pénétrer le plus important marché du nucléaire d’Europe, le nôtre. Par contre, pour Areva, aucun intérêt puisque le marché allemand n’existe plus, décapité qu’il fut par la décision allemande de sortir du nucléaire.

Curieusement, nos médias ont interprété les commentaires de Nicolas Sarkozy sur la situation allemande comme une ingérence, mal venue bien sûr, dans la politique intérieure allemande alors que le soucis de Nicolas Sarkozy me semblait être plutôt de savoir comment Siemens pouvait concevoir d’entrer dans le capital d’Areva pour vendre partout dans le monde, sauf dans son pays d’origine.

Je ne vois aucune légitimité dans ces conditions à ce que Siemens entre au capital d’Areva, surtout, comme cela semblerait être le cas, pour en prendre le leadership.Tout le reste ne serait qu’angélisme.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Darkfox 20 septembre 2007 11:11

    Bon article pour une fois, Monsieur Sarkozy prend une bonne décision économique. Siemens est le parfait exemple qui permettrait de perdre nos compétences... D’ailleurs on remarquera que le transfert de connaissance ne va que dans un sens... Siemens n’a rien à apporter .. juste à s’ajouter comme partenaire alors que des partenaires français font tout aussi bien ..


    • samy31500 20 septembre 2007 12:17

      Je ne peux pas me prononcer pour la fusion SIEMENS AREVA de façon objective car je n’ai pas les connaissances nécessaires mais ce que vous dites sur airbus est faux archi faux.

      Je trouve votre position un peu chauvine et pas très objectives avec un gros manque d’argument mais vous avez le mérite de soulevez la question.

      Les allemands ont toujours été meilleur que nous en aeronautique dans beaucoup de domaine et la DASA a existé avant l’aerospatiale. En nombre de version ils ont fabirqué bien plus d’avion que nous. De plus au sein d’airbus chacun garde férocement ces compétences ... Ainsi airbus est divisé en entité (Airbus France, Airbus Allemagne, Airbus UK, Airbus Spain, Airbus Italia) ... Et il n’y que tres rarement des tranferts de compétence ...

      Une fusion de ne suprime pas les rivalités mais entraine de groupe à une convergence d’intêret. Je ne suis ni pour ni contre une fusion AREVA SIEMENS. D’ailleurs je vous ferai remarquer que SIEMENS est bcp plus gros que Areva et ces activités sont beaucoup plus diversifiés (Automobile, nucleaire , construction, téléphonie, et j’en passe)

      PS : J’ai travaillé pour siemens et airbus smiley PS2 : N’écartez pas une opération de séduction de la part de sarko vers merkel. He oui les Allemands detestent sarkosy, merkel en tête ... Le Spiegel a titré le « Nouveau Napoléon » pour l’élection de Sarko. et maintenant il se marre tous les jours (Les allemands)

      Bonne journée


      • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 12:46

        Cet article est complètement faux. Siemens est DEJA actionnaire d’Areva, et Pinocchio a été demander à Merkel d’en sortir, ce qu’elle n’a pas accepté immédiatement. Il l’a fait dans l’unique but de laisser place nette à son ami Martin Bouygues, propriétaire de TF1, qui lui rend quelques menus services comme embaucher Laurent Solly, et désinformer l’opinion sur les fusions GDF-Suez et Bouygues-Areva, piège dans lequel vous êtes visiblement tombé. Ca marche bien la pub. smiley


        • Bulgroz 20 septembre 2007 13:42

          Excellent point de vue, Çaderange, tout à fait d’accord avec vous. Pas de nucléaire en Allemagne, pas d’accord avec Seimens, ça me semble largement justifié.

          Ps : faites pas gaffe à l’âne désinformé de Forest Ent, qui aveuglé dans son antisarkozisme puéril, croit que Bouygues c’est TF1 alors que TF1 ne représente que moins de 10% du CA du groupe.


          • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 14:34

            Houla, la zorglonde, ça aigrit. smiley

            Vous n’avez rien compris.

            Siemens est DEJA actionnaire d’Areva.

            Et je n’ai pas dit que Bouygues c’est TF1, mais que TF1 c’est Bouygues, ce qui est à peu près le contraire.

            Dois-je le redire plus lentement ?


          • Bulgroz 20 septembre 2007 14:49

            Un peu de mauvaise foi ne nuit pas, il en sera ainsi à chaque fois que le patronyme de Pinoccio sera utilisé.

            Par ailleurs, Seimens n’est pas actionnaire d’Areva si ce n’est par le biais de certificats d’investissements sans droit de vote. Comme vous et moi, en somme. Ces certificats d’investissement sont disponibles dans le compartiment B du marché Eurolist by Euronext. Il s’agit de participations financières ne donnant aucun droit si ce n’est de le revendre.


          • Bulgroz 20 septembre 2007 14:57

            Ces certificats d’investissement (sans droit de vote) représentent 4,03% du capital d’Areva, merci, Forest de nous indiquer à combien s’élève la part détenue par Seimens.


          • Pierrot Pierrot 21 septembre 2007 08:56

            Bonjour, en réalité SIEMENS possède 40 % des parts de AREVA NP (Nuclear Power) filiale d’AREVA pour la réalisation de réacteurs nucléaires électrogènes.

            AREVA appartient au CEA Industrie pour environ 85 %.

            Pour le reste, AREVA a une stratégie à long terme et vise de vendre des réacteurs nucléaires de type EPR en Chine, Inde, USA, BG ... et en France vers 2020 et en Allemagne vers la même période où tout laisse à penser que l’Allemagne reprendra la constructuion de réacteurs nucléaires.


          • 20 septembre 2007 16:02

            Trouvé dans une offre d’emploi sur le site d’AREVA :

            « Filiale d’AREVA (66%) et de SIEMENS (34%), AREVA NP est leader mondial de la conception et de la construction de centrales nucléaires, de la fourniture de combustible, de la maintenance et de la modernisation des centrales. »

            Même indirectement, SIEMENS a quand-même plus qu’un pied dans la maison AREVA.


            • Bulgroz 20 septembre 2007 16:54

              Forest,

              Il y a une différence entre dire :

              Seimens est actionnaire d’Areva

              et

              Seimens et Areva sont liés par un pacte d’actionnaire par lequel une joint venture (Areva NP) a été crée et où Seimens effectivement détient 34%. Areva NP concerne certaines activités combustibles à l’étranger (USA, UK et AFS).

              Le pacte d’actionnaires prévoit une clause de “put & call” , selon laquelle Siemens AG aura le droit d’exercer son option de vente (obligeant AREVA à acquérir toutes les actions AREVA NP détenues par Siemens AG) et selon laquelle AREVA aura en parallèle le droit d’exercer son option d’achat (obligeant Siemens AG à lui vendre toutes ses actions dans AREVA NP). Page 39 du document de référence disponible sur le site d’Areva. Au pire, ce qui est prévu, c’est la sortie de Seimens de ce joint venture.

              Areva NP représente 1 milliard d’Euros de CA sur un total groupe de 114 milliards.

              Conclusion ferme et définitive : Seimens n’est pas actionnaire d’Areva.


              • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 17:19

                Ben voila. Ca devient plus précis. Vous auriez dû écrire l’article. smiley

                Une petite erreur quand même : le CA de Areva n’est pas de 110 G€, mais de 11 G€ :

                http://areva.com/servlet/group/profile/key_figures-en.html

                Heureusement, d’ailleurs, puisque sinon ce serait un état. La part « export combustible » n’est donc pas du tout négligeable.

                De toutes façons, cette histoire est bien plus compliquée que tout ceci, car il faudra discuter aussi de l’avenir de Bouygues Télécom, et de Alstom Transport (les TGV), où Siemens pourrait trouver une compensation avantageuse ...


              • Bulgroz 20 septembre 2007 17:41

                Exact, Forest, je corrige, c’est bien 10 milliards, j’ai maintenant la preuve que vous suivez tout.


              • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 17:50

                Non, je ne suis pas Big Brother. smiley Mais je vous lis avec attention.

                Réciproquement, je suppose que vous scannez ce site à la recherche de noms de marionnettes. Je vais tester des orthographes plus exotiques, comme Phinaukieaud, pour voir l’efficacité du scan. smiley

                A part ça et sérieusement, au vu des décisions prises jusqu’ici, comment voyez-vous le quinquennat en cours ?


              • Bulgroz 20 septembre 2007 18:30

                Comment je vois le quinquennat en cours ?

                Beaucoup se sont gaussés (il faut que je retrouve qui !!) en disant que NS n’était que du battage médiatique et rien d’autre dans le ventre.

                Quand on voit la vitesse des réformes et des remises en cause, je me dis que la France a bien de la chance d’avoir un tel président.

                Même les syndicats hébétés n’arrivent pas à dresser la liste des causes à défendre.

                Quand je pense que quelqu’un de mes amis disait :

                "Le ministère de la Parole

                Trois mois ont passé depuis l’élection du ludion élyséen, et l’on peut commencer à distinguer les lignes du quinquennat. Il semble qu’il doive essentiellement consister en agitation et coups médiatiques."

                Un jour, faudra penser à remercier les électeurs de Sarkozy d’avoir eu le nez fin. Remarque, nous n’avons pas de mérite, seulement du bon sens et l’amour du pays.

                Le Sarkozisme est une valeur sure !!!


              • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 18:37

                Un de mes amis très chers m’a demandé il y a peu quels étaient à mon avis les 5 plus gros mensonges de notre actuel président. J’ai cité entre autres « avoir promis de ne jamais privatiser GdF ». Cette fort honnête et précise personne m’a fait remarquer que GdF n’était pas encore privatisé.

                Allez, rendez-vous dans un an. smiley


              • Bulgroz 20 septembre 2007 18:44

                Un mensonge c’est quand on dit que c’était vert alors que c’était rouge pas de dire que ce sera vert alors que ce sera rouge.


              • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2007 19:56

                Je n’y ai vu que du bleu. smiley

                A propos, la question n’est pas posée par cet article, mais pourquoi faudrait-il privatiser Areva ?

                Pour GdF, il me semble que nos médias ont un peu oublié qu’il s’agissait de protéger Suez d’une OPA de Veolia et Enel. smiley


              • Pierrot Pierrot 21 septembre 2007 09:11

                Bonjour, en fait à court terme, AREVA n’a pas besoin de liquidités générées par l’introduction à la Bourse. Il y a cependant l’inconvénient pour la commercialisation des réacteurs et combustibles nucléaires associés (MOX : U/Pu en particulier) car pour les étrangers AREVA c’est la France dont ils craignent une attitude trop nationaliste, en particulier aux USA et GB, alors qu’une entreprise multinationale les rassurerait.

                A plus,long terme (2020, il faudra financer le développement du tiers des réacteurs du monde (objectif d’AREVA) soit 40 en Chine, 30 en Inde, 12 en Russie, 30 aux USA, 5 à 10 en GB et 2 par an en France au delà de l’an 2020. Ensuite vers 2035-2040 il lui faudra financer le développement des réacteurs de 4 ième génération (1 de type sugénérateur et 1 de type boulets refroidis à l’hélium à très haute température).

                Mais dans l’immédiat, le « CEA Industrie » actionnaire à 85 % d’AREVA a besoin d’argent frais pour son développement en particulier dans les énergies renouvelables, et de prévention des maladies.

                Idem pour l’Etat français trop endetté selon certains.


              • Forest Ent Forest Ent 21 septembre 2007 11:43

                « pour les étrangers AREVA c’est la France dont ils craignent une attitude trop nationaliste, en particulier aux USA et GB, alors qu’une entreprise multinationale les rassurerait. »

                Ils seraient plus rassurés par Bouygues ? C’est intéressant.

                « dans l’immédiat, le »CEA Industrie« actionnaire à 85 % d’AREVA a besoin d’argent frais pour son développement en particulier dans les énergies renouvelables, et de prévention des maladies. »

                Il serait dans ce cas plus logique de revendre les activités industrielles pas directement liées à l’énergie, qui représentent quand même 40% du CA.


              • delsha 21 septembre 2007 14:36

                ...pourquoi, ça se traite en bourse le sarkozisme ??!!!


              • runciter 23 septembre 2007 12:42

                Euh... on voit les limites du journalisme citoyen quand on lit les commentaires de Bulgroz...

                Non, Areva NP n’est pas une goutte d’eau dans Areva. Areva NP (ex FRAMATOME ANP, peut-être ce nom vous parlera plus), c’est le développement, la construction, l’entretien et la maintenance des réacteurs nucléaires et leur combustible, en France comme à l’étranger. Areva se compose de Areva NC (ex-cogema) pour l’extraction, le transport et le retraitement du combustible, Areva T&D pour la distribution de l’énergie, et Areva NP (ex-Framatome ANP) pour les réacteurs et services. Areva NP faisait 25% du CA d’Areva en 2005, à une époque où le seul contrat de construction de réacteurs était celui de la Finlande, pas rentable. On peut imaginer que ce chiffre explosera lorsque les contrats EPR Chine, Angleterre, US, Inde seront signés. Ben oui, Areva NP c’est tout çà, pas seulement « certaines activités combustibles à l’étranger (sic) »

                Petite remarque, lorsque l’auteur parle d’Areva qui selon sa définition « fabrique les réacteurs nucléaires », eh bien il s’agit précisément de sa branche Areva NP...

                Pour en revenir à Siemens, ils détenaient 49% de Framatome (AREVA NP aujourd’hui pour ceux qui n’ont pas suivi), parts qui sont descendues à 34% aujourd’hui (l’auteur devrait être content). La collaboration Areva/Siemens ne date pas d’aujourd’hui, il ne faudrait quand même pas oublier que l’EPR (European smiley Pressurized Reactor) est le fruit de la collaboration avec Siemens. Alors je suppose que l’auteur souhaite qu’on les jette aujourd’hui, avec tout le mépris qu’il leur doit, après avoir pillé leurs technologies comme Framatome a pillé encore plus sauvagement le PWR (génération du parc français) aux américains dans les années 70 smiley ... No comments.


                • Forest Ent Forest Ent 23 septembre 2007 13:21

                  Bonne mise au point. Ca démontre que la sarkozisme est avant tout affaire de propagande, et que la propagande, ça fonctionne.


                • ruffidom 24 septembre 2007 12:26

                  pour diviser par 4 l’intensité CO2 de l’energie, de manière à diviser par deux les émissions de CO2 d’ici2050, il faudrait de 6000 à 15000 réacteurs nucléaires en fonctionnement(450 aujourd’hui). On voit tout l’intérêt de Bouygues à être l’acteur d’un rapprochement d’Alstom et d’Areva, et la démarche du président n’est probablement pas étrangère à cette ambition industrielle, car il est sûr que les positions allemandes vis à vis du nucléaire seront inéluctablement revues. Le retour en grâce du nucléaire n’a jamais été aussi proche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès