Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Futur 2.0 : un New Deal pour la France (et l’Europe...)

Futur 2.0 : un New Deal pour la France (et l’Europe...)

Roosevelt avait réussi son New Deal avec son réseau électrique... La France devrait faire son New Deal avec un réseau de télécommunications tout fibre. Cela préparerait au mieux notre Futur 2.0.

En lisant ce qu’écrivent et disent les uns et les autres sur le thème du très haut débit et de l’eventualité d’une stratégie "tout fibre" pour tout un chacun en France, il m’est revenu quelques souvenirs des cours d’économie politique de mon jeune temps...

1929 : grande crise économique... Les USA sont exsangues... En 1933, Franklin Delano Roosevelt, alors président, lance l’idée d’un New Deal... En appliquant les conseils du grand John Maynard Keynes. Investissement public massif... avec notamment le Tennesse Valley Authority... 10 milliards de dollars par an (si j’ai bonne mémoire) pendant plusieurs années... Objectif : apporter la fée électricité chez les agriculteurs du Middle West...
Donc fabriquer de l’électricité hydraulique (avec la Tennesse River) et mettre en place une infrastructure de distibution sur tout le pays (les grandes villes étant déjà plus ou moins équipées).
Eh bien, figurez-vous que des esprits bien intentionnés, ultralibéraux pour la plupart, se sont répandus partout en disant que les "bouseux" (sic) n’avaient nul besoin de fibre... pardon de fil électrique à la maison... Mais pour quoi faire, grands dieux, de l’électricité ? On avait besoin d’électricité dans les usines (donc près des villes)... Mais pour faire pousser le maïs, en avait-on besoin ?

Roosevelt a réussi son New Deal. Certes, cela n’a pas redressé complétement l’économie US (c’est la Seconde Guerre mondiale qui le fera.). Mais en tout cas, cela a enrayé la montée vertigineuse du chômage. Pourquoi ? Eh bien, les agriculteurs, une fois l’électricité installée, se sont mis à acheter, non pas des matériels "productifs’", mais des réfrigérateurs, congélateurs, de l’électroménager divers, etc... (choses que n’avaient pas vu les libéraux qui pensaient électricité "productive").
Cela a renforcé un secteur industriel en émergence : le secteur de l’électroménager (dans les petits appartements de Chicago on ne met pas un coffre de congélation comme dans une ferme où il y généralement davantage de place). Secteur qui a dû embaucher pour satisfaire la demande. Par la suite, les agriculteurs ont acheté du matériel électrique pour renforcer leurs activités (moteurs divers, etc.).

Il en serait de même aujourd’hui avec une infrastructure à très haut débit.
Nos agriculteurs - qui sont loin de tout - ont besoin de très haut débit, plus que les gens des grandes villes peut-être. Pourquoi faire ? Pour disposer de services nouveaux que permettront ces réseaux (santé, éducation, loisirs...). Certains existent déjà de par le monde (centres de soins à distance par exemple que j’ai vus au Japon...). Il faut imaginer les autres : agences visiophoniques de tout poil, avec co-browsing et "objets métiers" (pas besoin de se déplacer), programmes éducatifs en 3D interactifs, etc.
On dit dans le vaste monde que le Gaulois est imaginatif... Nous serions donc très à l’aise semble-t-il pour fabriquer la société de l’information, et ensuite aller vendre ces applications ailleurs, quand les autres peuplades se mettraient elles aussi au très haut débit.
De même, cela renforcerait l’attrait touristique du pays. Par exemple, l’un des responsables de nos gîtes ruraux (53 000 gîtes dans la France d’en bas) me faisait la réflexion qu’avec un tel réseau, cela augmenterait le nombre de nuitées car les couples étrangers qui découvrent notre pays en utilisant ce type d’hébergement resteraient certainement plus longtemps si le mari ou la femme pouvait télétravailler facilement.

Et n’oublions pas que la fin des énergies fossiles est programmée. Et que si nous n’arrivons pas à faire la soudure avec des énergies renouvelables au même côut, on ne pourra plus se déplacer comme aujourd’hui.. On sera alors bien content de disposer d’une infrastructure à très haut débit. Simple devoir de précaution, dont notre élite nous bassine les oreilles.

Doit-on investir de l’argent public comme Roosevelt, alors que notre Etat est en fâcheuse posture financière ? Il me semble qu’avec nos éminents énarques et nos non moins zélés polytechniciens (bon, vous allez me dire qu’ils ne s’entendent pas très bien..) on pourrait très bien trouver une solution financière de panachage privé + public du meilleur aloi, avec un amortissement sur trente ans, qui satisfasse tout le monde. Il suffit de le vouloir et de s’en donner la peine...

Et puis, nos aimables présidentiables, quand même, ne devraient-ils pas se prononcer là-dessus ? Au lieu de se préoccuper de l’appartement de l’un et des éléphants de l’autre. Enfin...

Le monde va bougrement changer dans les trente ans qui viennent. Il nous faut préparer ce Futur 2.0. La France doit faire son New Deal... C’est une ardente obligation... comme dirait Qui vous savez...


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • (---.---.162.15) 5 mars 2007 12:45

    Ah ah ah « Futur 2.0 » !! Jusqu’où ira la crétinerie ?! Inutile de lire la suite.

    Am.


    • florence meichel (---.---.20.73) 5 mars 2007 12:48

      Bonjour Monsieur Billaut

      Le fait est que nous sommes déjà très en retard : ce n’est pas dans trente que ça se passera : c’est ici et maintenant !

      A nous d’agir !

      Je viens de passer 10 jours en Angleterre et j’ai été sidérée par la modernité et la taille du parc informatique mis à disposition des élèves...au de-là de la dimension technologique, c’est surtout l’enthousiasme et l’engagement des professeurs sur les questions technologiques qui m’a troublée et agréablement surprise...sans compter une approche de l’apprenance tournées vers la collaboration et la coopération active entre élèves !

      Ouvrons les yeux,dans plein de domaines y compris ceux où nous croyons être les meilleurs (bien français tout ça !) les autres avancent plus vite et mieux que nous ! et tout cela est bien réel !


      • Rabelais Rabelais 5 mars 2007 15:04

        Jean-Marc,

        Vous soulevez-là un point crucial. Au-delà de la technologie qui pourrait soutenir un New Deal à la française, il semble que la plupart des candidats sont incapables de raisonner à cette échelle. Je dis la plupart car j’ai récemment lu un article de l’un d’entre eux dans une newsletter professionnelle (en biotechnologies) qui m’a un peu bluffé. Pour la première fois le type en question (l’actuel troisième homme qui monte) semblait savoir de quoi il parlait et avoir une vision de ce qu’il faudrait faire. Etonnant !

        Je vous suis dans votre discours, car la France possède le coeur de ce qu’il faut pour relever ce type de défi :
        - une recherche de premier plan. et ce aussi bien en mathématiques (la clef de tout), qu’en physique, informatique, biologie...
        - que cela nous permet de générer et maitriser des technologies de demain (Logiciels, Internet, Télécoms, Biotechs, Dispositifs Médicaux...
        - un peuple avide de comprendre et bien moins mouton qu’on ne veut le croire
        - des entrepreneurs prêts à relever tous les défis (j’en vois tous les jours dans mon travail).

        Il ne manque à tout celà qu’un leader visionnaire (politique ?) qui rassemble les Français et les mobilise sur leurs forces plutôt que de ne citer que leurs faiblesses ou de jouer avec leurs peurs.

        Cordialement,


        • Skyboy (---.---.102.51) 5 mars 2007 15:57

          Oui, il faut une stratégie « tout fibre ».

          Et surtout une stratégie « tout libre » aussi, afin que ça profite au plus grand nombre, et pas seulement qu’à Bill Gates et consors. smiley


          • (---.---.74.206) 5 mars 2007 16:06

            @monsier Billaut

            vous avez bien raison de jeter une pierre dans la mare , cet immobilisme est bien loin d’un élan visionnaire .

            nous regardions toutes ces lignes à haute tension en se disant ; mais les chemins sont traçés alors ? edf doit bien faire passer qq chose dans celle qui est tout en haut et non ça leur est réservé !

            et puis les réseaux classiques ont étés saturés , industiels et universitées(l’ensieta n’est pas loin ) ont poussés de la voix et d’un coup on a vus un petit robot cégétel qui a déroulé de la fibre sur une ligne à haute tension et qui on retrouve a vous vendre ses services le FAI associé .

            mais comme l’avais ironiquement julien sur votre blog à l’ouest ( je n’ai pas retrouvé le commentaire trop savoureux !! ) nous avions un député qui offrais l’équipement et la connection en satelitaire !!!

            qu’elle vision !!!


            • Comenius (---.---.95.74) 5 mars 2007 16:17

              Le principal défi des vingt ou trente prochaines années est de passer de l’exode rural à l’exode urbain, car notre modèle de société n’est plus tenable avec la diminution très prochaine et rapide de la production mondiale de pétrole, puis de gaz naturel.

              Nous sommes arrivés à la fin de la croissance de la production mondiale de pétrole, le pic de production (peak oil) ou pic de Hubbert. De nombreux pays ont déjà atteint leur maximum de production.

              La diminution de la production mondiale du pétrole, commence en 2007 ou 2008, celle du gaz naturel une dizaine d’années plus tard. Selon une estimation raisonnable, nous aurions une production limitée à 80 % dans 12 ans et à 50 % dans 20 ans de celle d’aujourd’hui.

              Les réserves de pétrole ont été surestimées, soit pour des raisons politiques pour les pays de l’OPEP, soit pour des raisons financières dans le cas des compagnies. Le volume des nouvelles découvertes est depuis longtemps inférieur à celui de la production. Le maximum de découvertes a été atteint en 1962. Depuis 1981 le volume produit chaque année est supérieure à celui des nouvelles découvertes. Actuellement, le volume produit est 3 à 4 fois supérieur au volume découvert. La décroissance de la production peut être très rapide comme le montre la Norvège (- 15 % en 4 ans), la Grande-Bretagne (- 38 % en 6 ans), l’Australie (- 34 % en 5 ans).

              Le nucléaire, les piles à combustible et les biocarburants sont des solutions illusoires.

              Pour produire l’équivalent des 49 millions de tonnes de pétrole consommées par les seuls transports (sans compter les autres usages) il faudrait utiliser dans le meilleur des cas (huile de colza) 56.400.000 hectares (564.000 km2) soit plus que la superficie de la France et 3,6 fois la superficie des terres cultivées de notre pays. Dans les régions tropicales, un meilleur bilan énergétique à court terme est pourtant dévastateur : utilisation intensive de produits chimiques pétroliers, sols fragiles devenant vite stériles, ravages de la déforestation.

              Lire La fin progressive du pétrole pour des informations précises et récentes.

              Le devenir de l’agriculture et comment nourrir les populations sont des aspects méconnus de la disparition du pétrole, comme celui de la surpopulation.

              Le moment est donc venu de consommer beaucoup moins d’énergie et de se préparer à des réalités contraignantes, en changeant de façon radicale notre mode de vie, l’organisation du territoire (passer de l’exode rural à l’exode urbain), l’urbanisme, l’architecture, l’organisation économique et sociale.

              C’est cela le véritable défi des prochaines années, qui implique un recentrage de l’économie sur le niveau local, la fin des villes démesurées, une architecture réduisant à très peu la consommation d’énergie des maisons, immeubles, entreprises (et si possible à énergie positive), des transports réduits au strict nécessaire, la fin du transport idiot de marchandises à travers le monde pour tout ce qui peut être produit localement ou à l’échelle d’une région.


              • (---.---.162.15) 5 mars 2007 18:06

                Un habitant à la campagne dépense plus d’énergie qu’un parisien. D’un côté 60 km en voiture à un passager par jour, de l’autre 10 km en métro à 200 passagers.

                Malgré les apparences, les citadins polluent moins que les campagnards. La concentration humaine amène certes une pollution très visible, mais si vous la ramenez à l’individu, elle est plus faible qu’en banlieue ou à la campagne.

                Am.


              • fkl... (---.---.114.55) 5 mars 2007 21:36

                Du bon sens et de la perspective. Au diable les pessimistes qui ont peur de se projeter au-delà du cours terme et bravo à ceux qui osent l’investissement de long terme.

                Il est évident que l’avenir passe par ce type de technologie et que celle-ci doit devenir un service économique d’intérêt générale (service public comme EDF en son temps). C’est-à-dire, a bas prix, pour être accessible à tous.

                Devant le triple défi qui nous attend, écologique, énergétique et assurer l’indépendance de la France. Nos politiques ne sont pas assez inventifs et ambitieux.

                Comment peut-on parler de dette publique quand on parle d’investissement ? Il ne faut pas hésiter une seconde, investissons, l’histoire nous remerciera.


                • un_passant (---.---.15.176) 5 mars 2007 21:47

                  Ca peut sembler utopique mais j’aime bien l’idée, d’autant qu’en matière d’énergie, ça ne consomme pas autant d’élctricité que cela, car ça s’appuie sur les diodes (lasers) qui sont peu gourmandes et quasi inusables..


                  • (---.---.95.171) 6 mars 2007 23:09

                    Relier la fibre optique à la crise du futur du pétrole est très interessant !

                    Il y a de nombreux points qui peuvent pousser les Français à nouveau à vivre à la campagne.

                    Le prix des logements, des terrains, l’agitation des banlieux , la qualité de vie, les temps de transport

                    Personellement je suis persuadé que le télétravail pourrait être valable pour nombre de profession, mais que cela doit s’accompagner de la mise en place de liaison très haut débits.

                    Je m’explique : un des soucis majeur du télétravail est que l’on est jamais sur que le collaborateur travail effectivement, qu’il rentre en interaction avec ces collègues, qu’il sorte de l’environnement domestique pour se consacrer au travail qu’il à faire.

                    Hors pour beaucoup de profession, le résultat du travail du collaborateur est immatériel. (bureautique). Donc moyennant l’installation à domicile du cadre virtuel qui restitue un bureau virtuel avec des salles de visio conférence permanente comme le test Francetelecom en ce moment, les conditions de travail serait propice au développement du télétravail.

                    Plus besoin de se déplacer physiquement, en tout cas pour se rendre au bureau, gain de temps, d’argent, de pétrole bref de productivité globale.

                    Il faut développer des bourgs ruraux modernes, avec le confort des megalopoles. Cela peut entre autre s’articuler autour de la fibre optique.

                    Merci à l’auteur pour son article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès