Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Gamelle, gabelle et game-over

Gamelle, gabelle et game-over

Notre sémillant ministre du Budget JFC a attiré en ce début de semaine les caméras de télévision à Saint-Ouen pour le filmer en train de jouer au baby-foot. Ce nano-événement correspond à une réforme "fondamentale" de notre fiscalité, la baisse de la taxe d’Etat sur les baby-foots, flippers, jeux de fléchettes, billards et autres jeux automatiques installés dans les lieux publics !

Cette pico-mesure est censée compenser, au moins partiellement, le manque à gagner créé par l’interdiction à venir de fumer dans tous les lieux publics, y compris les bars accueillant ces machines automatiques...

Avant de fustiger le caractère anecdotique de cette annonce et d’en profiter pour montrer, une fois encore, via cet exemple dérisoire, l’absurdité de notre système fiscal, rappelons les faits...

Cette taxe par appareil, acquittée par l’achat d’une vignette auprès des services de douanes, a été pérennisée en 1968, en assimilant ces machines à des "spectacles de 5e catégorie", et correspond à un montant allant de 16 euros à 368 euros suivant la taille de la commune et la commune d’installation elle-même : nos fiscalistes ont fait simple, comme toujours...

Sachant que l’établissement accueillant la machine perçoit entre 20% et 50% des sommes insérées dans ladite machine (le reste étant gardé par l’exploitant du parc de machines), qu’il doit acquitter la TVA à 19,6% sur ces gains et cette fameuse taxe sur les spectacles de 5e catégorie, on s’aperçoit qu’un flipper coûte de l’argent à l’établissement l’accueillant, dans les cas les plus défavorables et si mes calculs sont justes, s’il ne permet pas la réalisation d’un chiffres d’affaires minimal de 2300 euros par an. Dorénavant, la taxe étant portée à 5 euros par an, le point d’équilibre se trouve vers 30 euros !

Le déclin de cette industrie du jeu automatique a été vertigineux au cours des trente dernières années : la filière comptait 16 000 emplois en 1970 pour moins de 3000 aujourd’hui, chaque jour 55 machines (on en compte encore environ 100 000) retournent dans les ateliers, faute d’avoir trouvé la rentabilité dans un bistrot d’accueil, et chaque semaine quatre sociétés d’exploitation de jeux automatiques font faillite...

Cette désaffection pour le baby-foot ou le flipper n’est certes pas un phénomène purement fiscal. Nos lycéens et étudiants actuels leur préfèrent, en effet, les consoles de jeux (de salon ou portable), mais la "pression fiscale" présentée plus haut n’a fait qu’accélérer la disparition des machines et, par conséquence, des habitudes de jeu.

Toute cette histoire appelle les remarques suivantes :

  • La taxe avant réformette représente au niveau national une collecte de 9 millions d’euros (à savoir "epsilon" à l’échelle du budget de l’Etat) qui vont fondre aux environs de 500 000 euros, soit de quoi payer (coût total chargé) une grosse quinzaine de fonctionnaires sur l’ensemble du territoire français : il est à peu près évident que continuer à collecter cette somme ridicule va coûter beaucoup plus que le montant perçu !

  • La mesure est censée créer 600 emplois (un pour 50 à 100 machines déployées), ce qui est une goutte d’eau dans l’absolu et en comparaison des milliers d’emplois détruits dans le passé mais qui montre bien qu’alléger le fardeau fiscal d’une industrie (ou d’un pays) déclinante est la seule façon de redonner un certain dynamisme au marché du travail...

  • Cette taxe a été introduite et maintenue depuis plus de trente ans pour lutter contre le "baby foot/flipper au noir" : nos députés, qui aiment bien s’occuper des détails, ont, d’ailleurs, planché en 1996 sur l’utilisation exclusive de cartes à puces comme moyen de paiement donnant ainsi "toutes les garanties au Trésor public" ! A cela, on peut répondre deux choses. D’abord, la collecte des pièces dans le monnayeur est faite par les sociétés d’exploitation en présence du bistrotier, ce qui signifie qu’il faut qu’il y ait une parfaite connivence entre ces deux acteurs pour mettre du beurre dans les épinards. Enfin et surtout, cette "taxation universelle acharnée" ne laisse aucune flexibilité à un secteur où les conditions de travail sont dures, la rentabilité précaire et les salaires de base faibles, et c’est la meilleure recette pour tuer les emplois ou les rendre totalement inattractifs (j’avais déjà abordé le sujet dans Service non compris). Sans doute préfère-t-on favoriser les "chômeurs professionnels", qu’ils soient des débrouillards isolés ou organisés au sein de filières que l’actualité a révélées récemment !

  • La filière des jeux automatiques n’a pas su innover au sein du cadre légal et fiscal qu’on lui a imposé. Faite de milliers de TPE, il était difficile de lui demander d’inventer la killer machine et, quand elle a proposé à maintes et maintes reprises la légalisation des "appareils récréatifs à mise et gain limités" (du genre de la Rotamint germanique), elle a essuyé une fin de non-recevoir car elle proposait de venir rogner sur le sacro-saint chiffre d’affaires de la "Française des jeux de grattage" !

Petite histoire, petits montants, nano-réforme, vertigineux déclin d’un petit business, mais plus d’une dizaine de milliers de jobs détruits et, surtout, excellente illustration de cette mort lente à petit feu, ordonnée, pour la France entière, par son administration fiscale, et malheureusement inéluctable, vu l’impuissance réformatrice de nos hommes politiques.

Tilt ! Game over !


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • LE CHAT (---.---.75.49) 20 octobre 2006 14:57

    Trop d’impot tue l’impot ; en voilà la démonstration avec les flippers et baby foot .

    ne negligeons pas aussi la perte de la convivialité qui existait dans les cafés autour des parties acharnées de baby foot , et maintenant qu’on ne pourra bientôt plus y fumer , peut être plus boire non plus si les technocrates pondent de nouvelles normes , les cafés vont encore continuer à décliner et devenir d’un mortel ennui


    • seb (---.---.180.194) 20 octobre 2006 15:03

      Bah ! voyons le coté positif : j’ai hate de claquer quelques parties et de revivre le bonheur du multi-ball ! smiley


      • peter macaloai (---.---.124.156) 20 octobre 2006 15:58

        bien que gros joueurs de jeux vidéos, le flipper et le baby sont pour moi vecteur de sensations inégalées. Mais 3 facteurs font que je ne fréquente guère bar à baby :
        - le fait que ma copine et moi soyons non-fumeurs, en particulier elle qui tousse pa mal en présence de fumée (et je ne dit pas cela pour relancer le débat tabac dans les lieux publics)
        - la présence rare de telle machine , tout du moins dans ma ville.
        - enfin le prix de ces jeux, lorsque une partie de flipper vous coute 2€, je peut vous dire que l’on en fait pas beacoup... peter macaloai


        • Sam (---.---.116.120) 20 octobre 2006 16:06

          excellente illustration de cette mort lente à petit feu, ordonnée, pour la France entière, par son administration fiscale

          Sans déconner ?..

          Comment un article plutôt clair tombe, attiré par les tropismes pathologiques de son auteur.

          Comme s’il n’y avait que la pression fiscale qui entrainait la fin de ces machines rétros.

          M’est avis que l’auteur devrait consulter. C’est pas normal de rêver d’Inspecteurs des Impots avec des canines de 30 cm et griffes rasoirs au bout des doigts. smiley smiley smiley smiley smiley


          • JDCh JDCh 20 octobre 2006 16:41

            Je le dis moi-même dans ce « post », le déclin a été accéléré par la fiscalité et toute innovation/rebond a été stoppé pour la FDJ. Je parle d’illustration pas d’explication à 100%.

            Quand à mon tropisme, je me rase les dents tous les matins ! smiley


          • Sam (---.---.116.120) 20 octobre 2006 23:38

            a l’auteur

            Parce qu’illustration n’aurait pas fonction explicative...Vous me reciterez trois pater et deux ave.

            Rasez-vous bien mon ami, mais pas toujours du même côté. smiley


          • T.B. (---.---.21.162) 21 octobre 2006 09:08

            Je m’apprètais, sans l’ombre d’une hésitation, à voter « article intéressant » lorsqu’en fin de lecture je tombe sur la phrase : « Sans doute préfère-t-on favoriser les »chômeurs professionnels« , qu’ils soient des débrouillards isolés ou organisés au sein de filières que l’actualité a révélées récemment ! ».

            Quel est brusquement de la part de l’auteur ce manque de perspicacité assassin ? Supposant fortement qu’il fait allusion à ce chômeur qui a écrit un bouquin « comment je me suis enrichi par le chômage » (un truc dans le genre) Un chômeur qui devient même propriétaire de son appart ! Comment l’auteur peut-il se fourvoyer à ce point ?

            Cette soit-disante info n’est qu’une torpille de plus envoyée par l’éconmie ultralibérale de la part de ceux qui, sans concertation, font les lois et, malheureusement, la loi. Le travail au black c’est une chose, certainement répandue, et je connais des fonctionnaires du Trésor Public qui font appel le week-end à ce genre de main-d’oeuvre, pour économiser quelques euros. Mais s’enrichir au chomdu sans bosser, là je demande à voir !!! Cette « actualité » c’est du pipeau, un montage grossier avec comédien flouté que finalement on peut reconnaître. Du n’importe quoi, de la mise en scène, juste pour dire : regardez ces salopards de chômeurs, rmistes et autres profiteurs. Supprimons toutes les « aides » à ces fainéants. Qu’ils soient obligés d’accepter n’importe quel boulot pour moins de 950 euros par mois, ça leur fera les pieds (et on continuera à s’engraisser sur leurs dos).

            Curieux ! Les « actus » ne s’attardent pas longtemps sur les délits d’initiés, sur le cumul des mandats, sur les loups dans la bergerie au sein même de la Cours des Comptes à Paris comme en région, le scandale des tribunaux de commerce, les soit-disant frais de gestion des associations charitatives (CRF notamment), sur l’opacité et l’absence de chiffres dans la compta nationale, la non concertation du montant des impôts affectés à certains ministères, j’en passe et j’en passe ... quand nos « journalistes » promptés en parlent. C’est à dire quasiment jamais.

            Je ne vote pas pour cet article. Ni oui, ni non.


            • T.B. (---.---.21.162) 21 octobre 2006 09:12

              ... pardon, caritatif, ça a fourché sur « charité ».


            • JDCh JDCh 21 octobre 2006 11:07

              @T.B.

              votre réaction est très intéressante et malheureusement représentative d’une majorité d’entre nous. On appelle cela la Pensée Unique.

              Je vous ferais 3 remarques :

              1/ Lisez cet échange avec un Agoracommentateur, vous verrez que les débrouillards isolés existent :

              > La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par éric le 27 septembre 2006 à 20H29 moi jgratte la france, la caf(apl, alloc,parent isolé pour ma femme, allocation de rentré scolaire) la sécu (La cmu) la mairie avec le ccas(edf, eau, cheques alimentaires) assedic (mon chomage) j’ai pas travaillé longtemps ca vaut pas le coup. la prime pour l’emploi mdrr...c’est de l’arnaque ca vaut pas le coup de travailler sauf au black comme moi tu retape des maisons et tu les louent a des gens qui ont l apl comme ca t sur detre payer c’est un cercle vertueux alors qu’est ce ten pense monsieur l’économiste g pa math sup pour comprendre ca.

              Réponse de l’auteur de cet article > La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par JDCh le 28 septembre 2006 à 08H49 je suis émerveillé par votre sens de la débrouillardise et j’espère, pour vous, que tout cela va durer !

              > La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par éric le 28 septembre 2006 à 16H05 c’est pas de la débrouillardise c’est de la logique pur et dur comme 1 plus 1 égal 2 ca c’est a vie que ca dure en plus j’ai pas du tout envie de travailler pour 3 clopinettes alors pour l’instant elle est trés belle la vie et j’invite tous le monde a le faire toutes les aides et avantages sont légales ya ke le taff au black qui est interdit mais tout le monde en fait les profs qui donnent des cours à mes gamins,....

              2/ Lisez cet article de l’ultra-libéral Nouvel’Obs qui décrit comment 10.000 personnes à Paris (imaginez leur nombre en région PACA !) organisées en filière fraude les ASSEDIC. http://permanent.nouvelobs.com/societe/20061017.FAP8550.html?1003

              3/ Est-ce ultra-libéral ou même simplement libéral de dire qu’il vaut mieux lutter contre ces dizaines de millions d’euros de fraude plutot que de s’acharner à récupérer 40 cts sur chaque partie de baby foot ? Je crois que c’est du simple bon sens... Cela ne veut pas dire que tous les chômeurs sont des fraudeurs (ce qui semble être votre compréhension)....


            • T.B. (---.---.21.162) 21 octobre 2006 13:26

              @ JDCh

              Vous devriez me relire. J’ai écrit « Supposant fortement qu’il (vous) fait allusion à ce chômeur qui a écrit un bouquin »comment je me suis enrichi par le chômage« (un truc dans le genre) Un chômeur qui devient même propriétaire de son appart ! » Apparemment vous avez zappé cette « info ». Je n’arrive pas à la retrouver sur le net.

              Vous, vous vouliez dire : des « filières fraudes assedic », que je connais pour en avoir entendu parler et c’est autre chose. Et n’enlève rien, au contraire, à la suite de mon commentaire.

              Penseur unique, moi ? C’est mal me connaître : je n’arrête pas de dénoncer la collusion grands groupes / grands médias et le silence des agneaux au milieu qui ont besoin d’être représenté par des chefs de partis, les uns plus mafieux que les autres . En prime : ce que je dénonce, en suite, dans mon commentaire. Je n’arrêtes pas non plus, toujours sur AgoraVox d’appeller à voter 2007 pour Alain Mourguy, son Union Droite Gauche et surtout sa volonté d’ajouter à notre « démocratie » représentative les référendums d’Initiatives Citoyennes (termes apparemment d’origine extra-terrestre pour les français). Si c’est cela la pensée unique, je souhaite alors vivement qu’on soit 25 % de français à être « penseurs uniques » en avril 2007 ...

              Pas la peine, donc, de vous énerver, je considère votre article, trés pertinent mis à part, donc, la phrase que j’ai relevé qui prête, prêtait, à confusion. C’est tout. Et, en plus je l’avais clairement écrit.


            • JDCh JDCh 21 octobre 2006 14:02

              @T.B.

              Dont acte...

              Si vous voulez acheter le fameux bouquin, voici son titre « Moi, Thierry F, chômeur professionnel » smiley


            • Forest Ent Forest Ent 25 octobre 2006 00:30

              Cet article, dans l’ensemble intéressant, met l’accent sur un vrai problème : nos lois, décrets, réglements, ..., ne sont jamais nettoyés et s’accumulent dans la poussière. Il est également vrai que la fiscalité est ouverte à tous les clientélismes, et ces derniers gouvernements l’ont montré de manière éclatante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès