Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grand emprunt : Mettre fin au faux débat !

Grand emprunt : Mettre fin au faux débat !

Le 3 janvier 1973, La loi Giscard – Pompidou a mis fin à l’indépendance économique de la France face à l’empire de la finance. Cette loi interdit à la Banque de France d’émettre du crédit à bas taux d’intérêt afin d’investir pour bâtir l’avenir de notre pays.

Depuis ce jour, les établissements financiers ont utilisé leur technique d’usure avec les taux d’intérêts élevés afin de créer artificiellement la dette de notre pays. Nous devons rapidement mettre sur la table le vrai débat autour de la dette publique de la France, afin de faire face au retour du Pétainisme qui guette et qui veux que la France a trop consommé, et qu’elle doit apprendre à se serrer la ceinture !

Cheminade oct 2009 écrivait "La réalité est que la dette publique française est d’abord due aux intérêts payés aux établissements financiers auxquels nous avons emprunté. Pourquoi ? Parce que la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, ont ôté le droit de création monétaire à la Banque de France et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! L’on nous a dit et répété alors que laisser la Banque de France émettre de la monnaie condamnait à l’inflation. Et qu’avons-nous aujourd’hui, sans elle ? Une déflation salariale et une baisse du niveau de vie, conjuguée à une inflation monétaire monstrueuse."

Le Grand emprunt : une solution ?

La commission sur le grand emprunt présidé par Alain Juppé et Michel Rocard a rendu ses conclusions au chef de l’état, il s’agit d’un emprunt de 35 milliards d’euro et il sera levé exclusivement via un appel au marché financier.

Les priorités ont aussi été dévoilées, articulées autour de sept grands axes : universités et recherche (16 milliards d’euros), développement des villes (4 milliards), développement des énergies décarbonées et de l’efficacité dans la gestion des ressources (3,5 milliards), la mobilité du futur (3 milliards), la société numérique (2 milliards d’euros), le développement des PME innovantes (2 milliards) et des sciences du vivant (2 milliards).

Deux choses sont clairs, premièrement le manque d’ambition pour bâtir un avenir pour notre pays, 35 milliards d’euros, c’est un chiffre bien dérisoire face à l’aide fournit à la finance il y a un an et au vu de la situation de l’économie physique de notre pays (industrie, agriculture, infrastructure, éducation, santé, recherche…). Deuxième, la commission confirme la soumission de notre pays à la règle du jeu dictée par la finance, il confirme la soumission de la France à la City et à Wall Street !

Nous devons sortir notre pays de cette complicité malsaine !

La Solution : Le crédit productif public

Au-delà de la dette et de l’impôt, l’avenir de notre pays passe par la rupture avec la règle du jeu des marchés financiers, la France doit reprendre le pouvoir sur le crédit et sur l’émission de monnaie. La France doit de nouveau pouvoir émettre de l’argent afin de financer de grand projet dans l’économie physique en collaboration avec d’autres nations afin de permettre une sortie de la crise économique.

Au point de corruption atteinte par la classe dirigeante de notre pays, il est nécessaire que le citoyen se mobilise afin de permettre une rupture avec la loi du 3 janvier 1973, avec le traité de Maastricht, avec le traité de Lisbonne. Tous ces traités interdisent aux nations européennes d’émettre de l’argent et pérennisent le pouvoir des marchés financiers sur les peuples au détriment du bien commun et de l’intérêt général.

David C.

david.cabas.over-blog.fr

A lire aussi :

Lettre ouverte à tous les députés !

Appel au peuple

La dette publique de la France

Ni dettes, Ni emprunts, la France doit créer de l’Argent !


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 novembre 2009 14:01

    Bonjour,

    " La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! " C’est à dire, 1000 euros d’intérêt à la seconde depuis 30 ans...

    Ce système est absolument génial, on ne rembourse plus la dette mais l’intérêt sur la dette. On fustige et se moque du sur-endettement des faibles dont notre Etat fait partie... ? Ce même Etat qui se vantait de notre indépendance énergétique affiche ainsi ce que cela nous coûte !

    Le monde de la finance se doit de renoncer à ces intérêts et comme ils sont égaux à la dette, le mal est moindre. Louer l’argent ne représente aucun risque puisqu’il n’est pas un produit périssable, par contre, c’est l’intérêt qui représente le plus grand danger pour l’emprunteur qui lui, par contre devient périssable...


    • CMB 30 décembre 2009 11:56

      En tout cas ca va être un bon départ pour l’année 2010, est-ce que cela vaudra vraiment le coup de se souhaiter une bonne année...
      Peu d’infos cohérentes filtrent actuellement si ce n’est ici sur l’emprunt national ou ici sur le grand emprunt


    • Peretz Peretz 25 novembre 2009 15:42

      L’idée de mêler emprunt et droit de battre monnaie est bonne mais incomplète. La BCE non plus n’emet pas de monnaie (toujours le spectre de l’inflation qui ruine les rentiers et prêteurs), mais elle permet aux prêteurs de gonfler leur argent et le garder jusqu’au jour où... ils en ont trop. D’où les crises.


      • Gandalf Tzecoatl 25 novembre 2009 16:58

        Très bon article.

        Pour l’heure, nos états vont continuer à se perdre en privatisations, sur-taxations, mise en charpis des protections sociales et services publics.

        Comme l’a reconnu Michel Rocard, le système monétaire depuis 1973 est trop malthusien, et le vieillissement de la population l’accompagnant finira bien par l’achever, mais dans quelles souffrances avant que nos élites reviennent dessus.


        • Laury 25 novembre 2009 17:04

          Bonsoir a tous l’idée même d’un emprunt avec la dette de la France devrait pour être crédible
          avoir la capacité de payé la dette et après ragouter 35 milliards !
          Mais aussi de donner un tuteur a cette France et non plus un ministre des finances puisque
          depuis quarante ans les ministre Français ont montré une incapacité que le commun des mortel ne pourrais pas ce permettre !
          De même que nos gouvernent successif ont montré leurs incapacités a ce qui est leurs
          premier rôle « Prévoir »
          Pour « Battre Monnaie » comme le dit Peretz et faire comme les US de la monnaie de singe cela
          ne permet pas non plus de régler le problème .
          Mais a mes yeux que la banque central Européenne ne peu pas le faire,la nous avons vendu
          notre âme au veau d’or !!!!


          • Ramsos 25 novembre 2009 22:40

            Bonjour,

            J’ai trouvé votre article très intéressant, notamment car contrairement à la majorité des articles sur le sujet, qui se contentent de décrire le système sans apporter de solution vous en ébauchez effectivement une aussi merci pour cette bouffée d’oxygène.
            Je dois cependant réagir sur cette solution :
            Les traités de Maastricht et de Lisbonne, bien qu’étant imparfaits de par la présence des articles sur l’économie (une première mondiale d’ailleurs d’inscrire des lois constitutionnelles sur l’économie... mais certes du grand n’importe quoi), contiennent aussi un grand nombre d’article qui témoignent d’une volonté réelle de la part des citoyens européens de construire une Europe riche de sa diversité et ce dans le respect des droits de l’homme. Ainsi, rompre ces traités et rendre à la Banque de France l’émission monétaire serait une grande perte pour la construction européenne et surtout, un grand danger pour la paix en Europe car cela provoquerai l’éclatement politique des pays de l’Union : ce serait abandonner plus de 50 ans de diplomatie européenne alors qu’on peux très bien réviser la constitution et faire voter au Parlement une motion rendant le pouvoir d’émettre la monnaie à la seule Banque Centrale européenne (encore faut il se mobiliser mais c’est peut être là notre chance, j’y viens après). Cela permettrait en outre de donner enfin ce que promettent tous les partisants de la dérégulation des marchés : une moralité. Car on ne peut demander au capitalisme d’être moral : c’est un système économique ! ça n’a strictement rien à voir ! Le seul qui doit juger sur la moralité, c’est le politique et le politique ce sont les réprésentants que nous avons élus, et non quelques riches particuliers propriétaires d’entreprises bancaires privées.
            C’est donc à nos représentant de donner le pouvoir d’émission à la Banque Centrale. En en outre, si l’on décidait de mettre celle-ci sous tutelle directe du Parlement Européen, cela permettrait de rendre au peuple sa souveraineté : en votant les taux d’émissions et les taux directeurs en assemblée représentative, on rendrait enfin au peuple le pouvoir de contrôler son économie et l’on briserai cette chaine d’asservissement que constitue une économie débridée.
            Le traité de Lisbonne est peut être en fait une bonne chance de s’en sortir : en créant un précédent avec la gravure dans le marbre de législation économique, il nous donnes le droit de donner aussi des coups de burins et de réformer l’économie au niveau européen, ce qui est une échelle beaucoup plus réaliste que la dimension nationale ou internationale (la réunion du G20, cette bonne blague...).
            A l’inverse de notre échelle nationale, où l’on voie le totalitarisme latent, la corruption, la démagogie et la complaisance dominer la scène politique, les députés européens ne sont pas encore tous des pestiférés et le système peut nous faire espérer trouver une solution pacifique à cet état de fait intolérable.
            La crise actuelle nous ayant montré que nous devons faire marche-arrière sur certaines pratiques économiques, nous avons beaucoup de réformes à faire, à l’échelle européenne d’une part, et d’autre part à l’échelle nationale :
            + taxation forte des plus-values sur les gains boursiers à court terme (1 an soit un exercice entier d’entreprise) avec taux fixe de rentabilité (l’excédent des plus values va à la banque centrale européenne)
            + taxation des dividendes accordées aux actionnaires d’entreprises avec un taux fixe de rentabilité pour limiter la pression exercée sur la masse salariale et permettre un assainissement de la pyramide sociale tout en limitant l’accroissement de la richesse par ce biais.
            + taxation forte des importations en union européenne pour dynamiser l’économie locale et donc obliger nos pays à se ré-industrialiser et à intensifier les relations économiques sur le marché européen et sur les marchés nationaux.
            + prêts de la banque centrale aux banques nationales à taux faible, fixé et réévalué régulièrement par le parlement, pour utiliser l’argent de ces taxes en finançant les investissements nationaux.
             Bref, il y en aurait bien d’autres (et cela fera l’objet d’un article prochainement) mais le fait est là : le système actuel est mort, il faut en changer nous devons nous mobiliser pour faire ces réformes et arrêter d’être des esclaves qui se lamentent sur leur sort.


            • david C. 27 novembre 2009 13:21

              Tu sais l’Europe depuis l’entrée de la Grande Bretagne est bâti sur mauvaise conception de l’Europe ! on ne peut pas continuer ainsi ! Nous devons revenir sur la Maastricht ! C’est une prison certes bien décoré mais une prison !

              Nous devons en finir avec l’Euro ! Il n’y a rien de bon dans l’Euro et la Banque central européenne !

              Il faut profiter de la chance que l’histoire nous donne pour remettre en cause profondément le système !

              Nous devons revenir à un banque national qui emet du credit productif publique ! Nous devons aussi faire des politique de colaboration européenne sur des projet d’économie physique : Ex CECA ou la PAC ( on est entrain de détruire la PAC !)

              L’europe d’aujourd’hui, c’est l’éloge de la folie, il faut rompre avec ça et rapidement !

              David C.
              david.cabas.over-blog.fr


            • JL JL 27 novembre 2009 13:27

              Euro ? Pas euro ? Je crois que la véritable hypocrisie est là : de deux choses l’une, ou bien l’UE c’est l’euroland, ou bien ce n’est pas l’euroland. Et il faut en tirer les conséquences, ce qui n’a jamais été fait, si bien que l’UE c’est « ni fait ni à faire », comme on dit.


            • david C. 27 novembre 2009 13:34

              L’Europe est un monstre soumis à l’empire financier de la City de Londres !

              David C.


            • Le péripate Le péripate 26 novembre 2009 11:54

              Quel manque d’ambition !

              Un point de vue beaucoup plus radical et cohérent s’impose !

              Que chacun imprime des euros à la demande, cesse de produire de fausses richesses qui entrainent l’aliénation du genre humain !

              Et qu’il bouffe ses billets.


              • JL JL 27 novembre 2009 18:37

                « Que chacun ..., cesse de produire de fausses richesses qui entrainent l’aliénation du genre humain ! » (péripate)

                Pas un peu stalinien, ça ?  smiley


              • zelectron zelectron 26 novembre 2009 12:45

                « ...et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance »’
                Si la banque de France et l’état avaient fait leur boulot nous n’en serions pas là, le cortège de loi punitive existe encore faut-il l’appliquer avec justesse et non légèreté (par dessus la jambe ?) ou pire ne pas se saisir des affaires.
                Par ailleurs, petite précision : la banque Européenne ne bat pas monnaie mais le fait battre par les états membres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

david C.


Voir ses articles







Palmarès