Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grande-Bretagne (Eurostar, Poste…) : le gouvernement Cameron décide (...)

Grande-Bretagne (Eurostar, Poste…) : le gouvernement Cameron décide de vendre !

Le gouvernement CAMERON engage un vaste programme de privatisation par la vente de nombreuses participations de l'Etat dans des entreprises publiques... La Poste et Eurostar sont à vendre !!

Le gouvernement CAMERON relance la grande politique de privatisations engagée il y a plus de 30 ans par M.THATCHER. Mais des différences existent.

Alors que la Dame de fer, entendais transformer la société britannique avec l’encouragement à un actionnariat populaire, le gouvernement libéralo-conservateur compte sur ses nouvelles recettes pour réduire son déficit budgétaire.

Pour cet objectif, il va même encore plus loin que M.THATCHER qui, elle, s’était catégoriquement refusée à « privatiser la Reine » (allusion à la vente des Postes anglaises avec le visage de la souveraine sur le timbre).

Aujourd’hui, il n’y a plus aucun tabou en la matière, l’essentiel étant d’obtenir d’ici 2020 les recettes programmées. Le gouvernement CAMERON envisage un volume de 3,6 milliards d’euros de nouvelles ressources.

Mais cette fièvre de la « braderie » prend aussi en compte les craintes politiques des élections devant intervenir en Mai 2015. C’est pourquoi, il affirme aujourd’hui vouloir lutter contre la hausse des prix de l’énergie, pour le gel des taxes municipales (qui explosent), et réduire drastiquement les dépenses et emprunts publics.

Seraient toutefois épargnés de cette privatisation les secteurs de la santé, l’éducation, l’aide internationale, l’administration fiscale, les douanes et la sécurité, certains de ces domaines ayant été largement touchés ces dernières années.

Il faut toutefois indiquer que certaines privatisations anglaises ont globalement échouées pour de nombreux citoyens britanniques avec le gaz, l’électricité voire …les chemins de fer, secteurs qui ont connus une formidable augmentation des tarifs souvent accompagnés de détérioration des services.

L’annonce récente de la vente de la participation britannique dans la société EUROSTAR (40% Etat Britannique, 55% groupe SNCF, 5% SNCB belge) a surpris par sa forme mais certainement pas pour son contenu.

La société ferroviaire EUROSTAR est une compagnie ferroviaire aux résultats enviés dans ce secteur. Avec un bénéfice net de 110 millions d’euros en 2012 (et 20,8 millions d’euros en 2011), 9,9 millions de passagers (+2% sur 2011/2012) et des résultats récents tout aussi dynamiques (3ème trimestre 2013 CA +10%, trafic +5%), la compagnie est attractive.

Vendre EUROSTAR, le bon moment ?

Sans aucun doute. Avec une concurrence réduite voire atone que ce soit dans le maritime ou l’avion, EUROSTAR est l’opérateur majeur transmanche (transports de passagers) et assure un monopole de fait.

Mais il faudra compter sur l’arrivée du groupe allemand DB, qui après s’être séparée de sa participation dans THALYS, entend bien être le nouveau concurrent majeur d’EUROSTAR d’ici 2016 sur des liaisons Londres, Bruxelles, Francfort…

Le partenariat d’actionnaires chez EUROSTAR est précis et solide. Toute sortie sera négociée. Aujourd’hui, le groupe SNCF n’entend pas réduire le volume de sa participation (55%).

Il est probable que la société publique française recherche un ou plusieurs partenaires de préférence industriels permettant une stabilité sur le long terme pour affronter la concurrence et poursuivre l’amélioration et de le développement de ses services.

Cette information ne manque pas de soulever les plus vives inquiétudes quand à la forme de l’annonce du gouvernement anglais (de hauts responsables de la société Eurostar n’ayant même pas eu connaissance de l’annonce) et le fond (quel avenir pour quel(s) nouveau(x) partenaires ?).

Plusieurs organisations syndicales françaises et anglaises (CFDT, RMT…) ont déjà fait part de leurs questionnements quand à l’avenir.

Aujourd’hui s’engage la recherche tout azimut d’un (ou de plusieurs) remplaçant(s) à l’actionnariat public anglais. L’une des solutions les plus « simples » serait une augmentation de la part du groupe SNCF et/ou l’intervention d’investisseurs publics institutionnels tels que la Caisse des Dépôts (CDC) française.

Mais les contraintes actuelles de la SNCF, avec le projet de loi historique de réforme ferroviaire, son projet de rationalisation et de performances « Excellence 2020 », pourraient être un élément indépassable et potentiellement en contradiction avec les efforts demandés aux contribuables.

Sans omettre le regard aiguisé et libérale de la Commission Européenne qui ne manquera pas de sanctionner quiconque remettrait en cause l’ouverture à la concurrence suivant les trois paquets ferroviaires et l’esprit qui anime le projet de IVème paquet ferroviaire en débat actuellement.

L’option « fond de pension » serait très mal accueilli tant par la Direction du Groupe SNCF et recueillerait la résistance des salariés (et de leurs syndicats).

Une réaction logique face à des actionnaires portés vers une rentabilité rapide par l’absence de projet de services et industriel s’inscrivant sur le long terme.

Rémi AUFRERE

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 9 décembre 2013 13:35

    Bizarre...ces entreprises appartiennent aux Anglais (payées par eux).. ?

    Comme nos autoroutes vendues mais payées par nous qui rapportent 1 milliard d’euros par an.. ?
    Vous avez dit MAFIA.....

    • spartacus spartacus 9 décembre 2013 15:36

      les chemins de fer.....exemple anglais a suivre.


      Rapport accablant de la meilleure sécurité des transports privés que public.
      Nombre accidents en 2011 France : 254 Angleterre 104
      Nombre de morts en 2011 France : 88 Angleterre 55
      Nombre de blessés en 2011 France : 53 Angleterre 9

      Il est temps de privatiser au plus vite ce transporteur meurtrier intouchable public qu’est la SNCF.


      • Ouallonsnous ? 9 décembre 2013 16:33

        Toujours aussi nul et menteur Spartacul !


      • claude-michel claude-michel 9 décembre 2013 16:52

        Par spartacus......« Il est temps de privatiser »....mais le problème n’est pas la privatisation....mais la gestion par des incompétents.. ?

        Bon nombre d’entreprise privées ferment également pour mauvaise gestion...Les hommes sont en causes.. !

      • spartacus spartacus 9 décembre 2013 21:10

        @claude michel.

        Quand une entreprise ferme, les actionnaires perdent tout et ce sont les seuls.
        Une entreprise publique ne ferme malheureusement pas et reste a charge de la collectivité. A la charge de tous. 
        Une entreprise publique par l’absence de « destruction créatrice » coûte à la société toute entière. 

      • vesjem vesjem 9 décembre 2013 23:54

        spartacus
        combien de (km x voyageurs) parcourus en france et en angleterre ?
        longueur des réseaux férrés respectifs ?
        nombre de morts les années précédentes ?
        bon , un peu d’honnêteté , spartacus , ou je monte sur mes grands chevaux !


      • Aguisel 11 décembre 2013 20:38

        Il suffit d’avoir travaillé et vécu à Londres pour se convaincre de l’efficacité du service des trains anglais… retards ( 1 heure parfois), annulation (sans être prévenu, souvent) etc… etc… j’engage Spartacus à traverser la Manche ! Les services de santé anglais sont à deux vitesses, tant pis pour les pauvres, les routes sont dans des états souvent pitoyables.. à Londres les chutes de vélo à cause des nids-de-poule, fréquentes… 


      • Mycroft 12 décembre 2013 15:40

        Quand une entreprise est utile voir nécessaire, il est préférable qu’elle continue a exister. Même si le marché (ie ceux qui ont l’argent) n’est pas conscient de son utilité.

        Au passage, vos chiffre représentent un amalgame foireux, il suffit de suivre votre lien. En mélangeant tous et son contraire, on a pas de problème à maquiller la réalité. Les passages à niveau n’ont rien à faire dans cette analyse, n’importe quel personne qui a des notions en sécurité ferroviaire le sait. Ça relève de la sécurité routière. Tout simplement parce qu’un train ne peut pas freiner pour éviter une voiture qui a commis une infraction de la route. Et que le seul moyen d’éviter les accident de passage à niveau est de supprimer les passages à niveau (ce qui coûte une petite fortune en tunnel). De même, les personnes non autorisés sur les voies sont un problème qui ne relève pas de l’opérateur. La SNCF n’est pas fautive quand quelqu’un se suicide sur ses voies (sauf si c’est un employé SNCF). Pour info : http://lwdr.free.fr/distances.html

        Espérer pouvoir empêcher les suicides sur les voies ou les accidents de passage à niveau est une preuve d’une méconnaissance grave du sujet.

        Le seul truc a relever dans votre lien, c’est le nombre de mort de l’entreprise par an. C’est assez choquant de voir que sur ce point, on fait pire que l’Angleterre. Et après les gens gueulent quand ils font grève...


      • bakerstreet bakerstreet 9 décembre 2013 17:37

        Ce qui serait bien, c’est qu’ils privativent la famille royale, et les lords !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès