Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grande Distribution et Cartels, la Grande Arnaque

Grande Distribution et Cartels, la Grande Arnaque

« Les fruits et légumes ne sont pas très chers, en France, faut pas abuser » Difficile de répondre à son collègue, à son ami, ou à sa voisine lorsque de tels propos sont lâchés en pleine conversation. Quel argument trouver, sinon tenter la comparaison des chiffres entre pays ?
Finalement il y a plus parlant, en tout cas pour l’agriculture : il y a les prix payés aux agriculteurs et le prix que nous, consommatrices – consommateurs, payons.

L’autre matin, les agriculteurs manifestaient encore leur ras le bol. Ils venaient exprès de Marmande, place de Paris Bastille.
« La France quel pays de râleurs ! » diront certainement nos touristes. Sauf que, comme à chaque fois, nos politiciens gagnent du temps voire oublient leurs promesses, et tous les ans, nous nous retrouvons avec les mêmes crises (cf la guerre du Lait), tous les ans, les mêmes mots d’ordre de grève, tous les ans, les mêmes qui abusent : la Grande Distribution et les intermédiaires. D’où l’obligation des agriculteurs de recommencer leurs opérations.
Faisons donc du concret. Prenons le prix de vente du kilo de nectarine. Un mets bien trop couteux pour bon nombre de nos concitoyens, les plus précaires, même en pleine saison.
Prix vendu sur les étales de vos hypers : 4 euros le kilo.
Prix payés aux agriculteurs : 70 à 80 centimes le kilo

Prix vendu à l’occasion de la manif’ : 2 euros le kilo à destination unique de l’agriculteur.
Alors monsieur Leclerc, envie de se reprendre pour le Robin des Bois des consommateurs avec votre marge arrière ?

Un épiphénomène ? Prenons le prix du lait. Dans cette fameuse guerre du lait, où l’on retrouve comme par hasard le financier de Sarkozy, Albert Frère, dans le camp des industriels avec Sodiaal, nous obtenons le même prix aberrant pratiqué en super et hypermarché.
Prix vendu : entre 0,70 et 0,85 euros le litre.
Prix du litre 0,30 euros le litre (sur la base de 301 euros / 1000 litres dernier accord signé entre les producteurs et les transformateurs) :
Du simple au double ici. Si vous avez le malheur d’acheter du bio, il faudra débourser 1,10 euros le litre environ. Votre Leclerc, votre Carrefour, votre Cora etc… n’étant visiblement pas prêts à rogner sur leurs marges pour vous faire profiter d’un meilleur lait, moins pollué en pesticides.
Après, ses marques peuvent toujours afficher : « le positif est de retour », « la qualité est là », « des prix bas bien moins cher »…ou vous donner généreusement des bons d’achats à la sortie des caisses. Bluffs et esbroufes !
Si les grands distributeurs avaient un minimum de franchise, ils oseraient : « Chez nous, on arnaque mais avec la vaseline »

Optimiste ou pessimiste ?
Vous croyez probablement que ce principe ne vaut que pour la production agricole ? Que nenni. En France, nous pouvons nous enorgueillir des meilleurs cartels qui existent, le monde nous les envient ! Après la Grande Distribution se répartissant le territoire national avec leur supérette, leur supermarché aux noms différents pour éviter un effet de claustrophobie voire de paranoïa commerciale, nous avons le monopole de GDF Suez et de EDF.
Officiellement tout est fini depuis la privatisation. Officieusement la situation a empiré : il faut dorénavant mettre la main à la poche dès que le PDG de l’une ou de l’autre des firmes vient râler auprès de Christine Lagarde, la pression des lobbys et le « système corrompu » sarkozien faisant le reste (Henri Proglio, PDG EDF, ami de Sarko !).
Rappelez-vous ainsi en juillet 2009, EDF voulait augmenter ses tarifs de 20%. Et finalement nous avons eu et nous aurons :
prix électricité
Source Corse Matin – Ministère des Finances
Quand on pense que les partisans de la privatisation utilisaient l’argument du maintien des prix bas pour imposer leurs vues !
Et avec la marge – pour info, EDF c’est 3,9 milliards d’euros de bénéfices en 2009 – Electricité de France peut racheter des entreprises à l’international (comme British Energy au Royaume-Uni ) et devenir ainsi le n°1 mondial de l’électricité.

Petite parenthèse
D’ailleurs on peut s’étonner de ce fait troublant : en 2009 EDF achète British Energy pour 15 milliards d’euros (donc avec nos factures gonflées et nos impôts qui ont financés la construction des barrages et des centrales depuis l’après-guerre). En 2010, EDF revend la partie distribution (et garde la production) à un revendu au milliardaire chinois Li Ka-shing pour seulement 6,9 milliards d’euros. Faut-il y voir l’une des clauses du pacte secret lien l’UMP au PC Chinois ?

Pourquoi se priver, ce sont les français qui payent !
Même topo avec son cousin français, GDF, devenu GDF Suez pour là encore la bonne fortune d’Albert Frère.
Le PDG de cette magnifique usine à gaz rouspète auprès de Christine Lagarde, une fallacieuse et fictive commission se réunit et l’augmentation désirée par une entreprise privée est imposée à tous les clients du pays. Grandiose non ? Et avec la marge réalisée, là encore, GDF Suez peut – non pas mettre à jour ses plans de conduite ni les rénover, évitant des catastrophes, faire ses courses à l’international en rachetant International Power.
Voilà pourquoi nous français, nous paierons bientôt aussi cher que tous les autres citoyens européens… et avec le sourire en plus !

Dernier Cartel qui fallait dénoncer : celui des télécoms. Après nous avoir sucer jusqu’au fond, avec le fameux abonnement téléphonique, France Telecom continue sur sa lancée avec les abonnements mobiles. Déjà épinglé avec ses amis SFR et Bouygues Telecom pour avoir volontairement maintenu les prix élevés – ensemble tout est possible, racontait un nain nerveux un matin – France Telecom profite, use et abuse de sa position dominante (car historique) pour engranger ce qu’on appelle vulgairement du « cash ».
Ainsi, après nous avoir fait des forfaits Wanadoo prohibitifs à 45 euros mensuel ADSL 512Kbits, France Telecom (FT) comme les autres opérateurs s’amusent désormais à surfacturer les forfaits 3G. Pourquoi le mot « surfacturer » ?
Parce que, comme s’en étonnait un certain Xavier Niel souhaitant semer le trouble dans le cartel mobile, au nom de quoi un abonnement de téléphone portable coûte plus cher qu’un abonnement à la téléphonie fixe, alors qu’il n’y a que des antennes à déployer, aucun câble à poser ? Par pitié, inutile de brandir l’argument de « la technologie coûte chère et devient vite obsolète »les 62 millions de clients mobile en France (plus que la population !) suffisent à découvrir le pot aux roses : les investissements sont vites rentabilisés finalement.
Terminons d’enfoncer le clou dans le porte-monnaie avec ce diagramme, comparant le prix des données transmises en 3G (ici données pour l’ipad) suivant les pays.
prix 3g data monde
Source : webactus.net (prix data 3g ipad)

Des prix 50 fois plus élevés en France qu’à Singapour et 25 fois plus cher…qu’en Allemagne. A noter la filiale belge de France Telecom, Mobilstar, 2ème du classement des forfaits 3G data les plus chers du monde !

Alors après ce topo, quelles propositions ?

- Prix coutant pour les fruits et légumes dans les super et hypermarchés (la Grande Distribution se faisant sa marge sur tous les autres produits manufacturés)

- Accroissement des pouvoirs de la DGCCRF quant au cartel des mobiles.

- Instauration d’une véritable réglementation sur les prix de l’énergie.

- Renforcer les contrôles et les normes sur la sécurité des barrages et centrales diverses (les budgets de maintenance étant réduits pour améliorer la rentabilité !), contrôles à réaliser par un institut indépendant pouvant obliger à faire stopper les activités en cas de manquements graves. (cf incidents Fessenheim)

- reNationalisation des entreprises aux enjeux vitaux pour le pays : eau, gaz, électricité

- Interdire le pantouflage des haut-fonctionnaires (passer du privé au public et inversement) afin d’éviter tous conflits d’intérêts

- Créer une vraie plainte collective française (promesse de campagne de Sarkozy, non tenue)

sarkozy scarface

Source Cpolitic.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 23 août 2010 10:50

    les cultos aiment aussi les sirenes du tout neuf
    la plupart ont des beaux tracteurs hors de prix
    ils ont qu’a faire de la vente directe
    et pas a 2€ mais 1


    • Gemini Gemini 23 août 2010 11:00

      Non seulement je suis assez d’accord avec le constat dressé, mais également avec les conclusions et les propositions. Cependant, j’aurais ajouté un dernier chapitre proposant des actions que nous pouvons déjà mener pour contribuer à changer cet état de fait, ou tout du moins ne plus y participer :

       — produits agricoles : boycotter les supermarchés. Ne se fournir que dans les marchés, chez les producteurs locaux qui revendent eux-même leur production ;
       — énergie : quitter EDF pour rejoindre Enercoop, le seul fournisseur d’énergie qui permet à la collectivité dans son ensemble de se ré-approprier la production de l’énergie ;
       — télécom : le problème est plus complexe puisqu’aucune alternative n’existe actuellement. Le seul moyen que je vois actuellement est soit de se passer de portable, soit de l’utiliser au minimum, afin de réduire au minimum nos dépenses dans ce domaine. La puissance financière des oligarques en sera réduite d’autant.

      On le voit, nos leviers d’actions sont limités mais pas inexistant. Pour le gaz, je ne vois aucune solution autre que de ne plus l’utiliser (ce que j’ai fait). Pas question de donner de l’argent aux actionnaires de Suez et leurs amis.

      Pour les télécoms, j’ai souscrit un forfait où je ne paye que ce que je consomme, c’est à dire très peu, environ 5 € par mois. Pour l’électricité, je suis bien entendu devenu sociétaire Enercoop. Enfin, pour tout ce qui concerne l’agriculture, je boycotte les supermarchés en achète tout aux marchés à des producteurs locaux que je connais un peu maintenant.

      Entreprendre ces actions, tout en effectuant du lobbying pour faire adopter les mesures préconisées ici devraient nous aider à faire changer les choses.


      • liberta 23 août 2010 11:19

        @ gémini
        Je découvre à travers votre post,« ENERCOOP, » pouvez vous nous en dire plus sur les différences de tous ordres (écologiques, financières, etc...) ??? avec les fournisseurs conventionnels
        Merci de nous expliquer !


        • Gemini Gemini 24 août 2010 14:49

          Bonjour,

          en premier lieu, un lien vers le site : http://www.enercoop.fr/

          Concernant les différences entre Enercoop et tous les autres fournisseurs conventionnels, voici ce que je peux en dire (et ce qui a motivé mon passage chez eux) :

           — la structure juridique d’Enercoop est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif). Je vous invite à consulter le lien du site Enercoop pour plus de détails sur ce statut : http://www.enercoop.fr/index.asp?id=488 .
          Pour ma part, les deux grands avantages que j’y vois sont que, déjà, il n’y a pas d’actionnaire goulu à rémunérer, et que, ensuite (et surtout !), l’ensemble des parties prenantes de l’aventure sont sociétaires de la coopérative (consommateurs, producteurs, associations, collectivités, …) et que le pouvoir de chaque sociétaire est 1 homme = 1 voix, quel que soit le capital qu’il ait apporté. Cela permet à mon sens aux citoyens de reprendre en main leur avenir énergétique, plutôt que de le laisser dans celles des financiers.

           — en termes écologiques, l’objectif de la coopérative est de fournir une électricité d’origine 100% renouvelable, de produire et d’injecter sur le réseau au moins autant d’électricité que consommée par ses sociétaires.

          — parmi les autres projets écologiques de la coopérative figurent l’objectif de relocaliser la production de l’énergie ; cela me semble faire sens quand on connaît les très importantes pertes d’énergie occasionnées par le transport de l’électricité. Cela commence déjà à se concrétiser, avec, par exemple, la naissance toute récente d’Enercoop Rhône-Alpes.

          Voilà pour les différences et raisons principales qui m’ont poussée à changer de producteur pour aller chez Enercoop et en devenir sociétaire, pour contribuer à leur développement.

          N’hésitez pas à consulter leur site pour des détails que j’aurais pu omettre.

          Si je dois résumer très brièvement les différences avec les autres, je dirais :
           — écologique (vraiment, pas juste du flanc comme les autres) ;
           — économie sociale et solidaire où le pouvoir est partagé entre toutes les parties prenantes, quelque soit leur apport (plutôt que les bonnes veilles grosses SA et autre structure où le pouvoir revient à celui qui a l’argent)


        • Natariege 23 août 2010 11:19

          Les grandes surfaces, premier destructeur d’emplois.
          Ils prefèrent innonder le marché avec des produits chinois dont la marge est abusée que de promouvoir nos produits.
          Il y a un choix à faire, satisfaire l’éconnomie d’un pays, ou les actionnaires.
          Que fait la police !!


          • liberta 23 août 2010 11:29

             Les producteurs , il y a une cinquantaine d’années ont crée des coopératives qui sont devenues au fil des ans les salariés des cartels des grandes surfaces

            Pourquoi les producteurs n’ont ils pas quitté ces coopératives et créer eux mêmes leurs circuits de distribution ?????

            Le Modef aurait pu il y a quelques décennies opérer le virage
            Il y avait l’obstacle du rouleau compresseur que sont les grandes surfaces, mais s’ils avaient agit à temps, ils n’en seraient pas là aujourd’hui

            La solution est entre les mains des producteurs qui devraient surfer sur le désir des clients de manger sain et moins cher

            Un jour j’ai entendu Michel Leclerc dire , en réponse à leurs problèmes, que les producteurs n’ont qu’à s’organiser en circuit de distributeurs !!!!!

            Je suppose qu’en le disant si fort, il pensait cette éventualité impossible mais , au point où sont les producteurs, (suicides, faillites, etc...) leur salut viendrait certainement d’une réorganisation qu’ils sauraient garder entre leurs mains , de la distribution, pour le bien à tous !!







            • foufouille foufouille 23 août 2010 12:01

              les producteurs sont tout simplement menace
              les parts de cooperative sont peu recuperable


            • bo bo 23 août 2010 16:22

              Vaste sujet pour répondre sur les coopératives. Schématiquement : il y en a eu de mal gérées, MAIS la véritable mise à mort a été l’acheteur.
              Dans cet excellent article, l’auteur parle du cartel très efficace de la grande distribution...il faut y ajouter celle des groupes multinationaux ...et aussi les problémes liès à la spéculation internationale.
              Pouvoir du cartel de la grande distribution : il y a en fait 3/4 grands acheteurs en France : il faut être malhonnête ou CON pour croire qu’ils ne se sont pas entendus. Les coopératives n’avaient pas les moyens de « monter » un réseau de distribution direct près du consommateur : obstacle financier MAJEUR et même si certaines avaient eu les moyens, elles se seraient heurtées « aux autorisations d’ouverture » (ECRIRE sur les autorisations d’ouvertures de grandes surfaces en France depuis 50 ans équivaudrait à écrire un ENORME chapitre sur le financement des partis politiques....). En résumé pas de circuit de distribution direct = position d’esclave corvéable à merci face au monopole de la grande distribution. Petit point annexe, ces grands philanthropes de la grande distribution ont obtenu la mise à mort de la paysannerie française en faisant passer par Bruxelles toutes les directives qui ont abouti de fait à l’INTERDICTION de vente directe par un paysan....
              Deuxième problème impossible à résoudre pour les coopératives : la spéculation due aux prises de position des traders qui ont les mains totalement libres pour « manipuler les cours » et faire de l’argent. les marchés vitaux des commodities « soft » (denrées pour faire court) et « hard » (matières premières de bases comprenant énergie« ) ne font l’objet d’aucune législation protectrice pour le consommateur de base. Dans ce cadre les coopératives sont réduites à SUBIR et n’ont aucun moyen pour se protéger car le probléme majeur de notre société se trouve dans les dérives spéculatives des traders de Wall-Street.
              La responsabilité écrasante de cet état du commerce mondial incombent aux hommes politiques de gauche comme de droite. Pour la France malheureusement....l’histoire retiendra que les vannes ont été ouvertes pendant la législature socialiste et amplifiée sous M JOSPIN.... et elle mettra dans le même sac, la droite qui applaudissait au grand marché mondial »sans réglementation et de fait sans frontière pour les multinationales qui ont tous les moyens avec les instruments de futures et les paradis fiscaux...pour échapper à TOUT CONTROLE. (De fait tout c’est joué de 1992 à 2005 : l’élément déclencheur la chute du mur de Berlin 1989...on a sablé le champagne à Walls-Street. et crié le MONDE est à NOUS...les lobbys et l"appathie des élus politiques a fait le reste..)
              Voilà ce que peut dire un ancien responsable des financements internationaux (entreprises, négoce, futures...) très impliqué dans le secteur agricole qui en fut en charge jusqu’au milieu des années 90


            • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 24 août 2010 12:09

              L’idée est bonne. mais ne nous leurrons pas , les grands distributeurs ont par rapport au pouvoir le même rapport que les banques. Donc si demain ils venaient à être court circuits par des réseaux parallèles , nos chers énarques se chargeraient de remettre de l’ordre en bloquant à grand renforts de textes liberticides les élans des plus virulents partisans de la vente directe. Ce qui est toléré pour une GAEC locale ne le serait plus si cela devait prendre des proportions nationales. La source du problème est politique. La solution :
              - sortir de l’Europe et envoyer Bruxelles se faire foutre .
              - Règlementer les marges des distributeurs sans léser les consommateurs .
              - Prendre la décision de ne plus rembourser la dette contractée auprès des financiers.
              - ré-injecter les sommes ainsi économisée dans un réseau national d’agriculture « de proximité » saine et respectueuse de l’écologie.
              Mais comme toutes ces mesures ne peuvent être que politiques : avant toute chose VIRER DE FORCE SI BESOIN EST LE RAMASSIS DE POURRITURES QUI SE GOINFRENT SUR LE DOS DU PEUPLE ET DE LA FRANCE QUI SE LÈVE TOT. Autrement dit « AUX ARMES CITOYENS » .


            • lemouton lemouton 24 août 2010 18:07

              Faire de la distribution ?? les productteurs ne savent pas le faire, ce n’est pas leur metier.. smiley

              et surtout au fond de lui, le producteur paysan est un entrpreneur INDIVIDUALISTE !! 
              par essence, il lui est trés difficile de concevoir une mise en commun de son travail..

              je sais ce n’est pas vrai à 100%..
              mais je pense que son principal handicap est là


            • kiouty 23 août 2010 14:08

              « Alors... chiche ??? »

              Oui oui, après toi !!

              Sinon, le peuple ne réagit pas parce que des opiums puissants sont diffusés qui entretiennent l’idée qu’on est tout seuls et que ça ne sert à rien de réagir individuellement si le voisin le fait pas aussi. Donc il se passe rien. On se rassure en se disant que quelqu’un va bien faire quelque chose, mais tant que ça sera pas la mouise complète pour une GROSSE partie de la population... et bien il ne se passera rien, avis à tous les révolutionnaires du dimanche sur agoravox !

              Mais entre la sortie du nouvel iphone, lire les messages sur facebook, la sortie du dernier blockbuster 3D au ciné, acheter ou non le jean’s dernier cri, y a pas beaucoup de place pour la révolution, hein...


            • spartacus spartacus 23 août 2010 12:58

              Mobile gratuit en Angleterre avec 8H, contrat 24 mois 35livres (39euros) orange.co.uk ou O2.co.uk
              Mobile gratuit en France avec 6h, contrat 24 mois prix moyen 79 euros.
              Différence 40 euros par mois. orange.fr bouygues.fr sfr.fr
              Sur 24 mois sur-facturation de 960 euros pou 24 mois.
              En estimant que le cartel des trois réalise 15 millions d’abonnements 24 mois de 6h00, la sur-facturation suportée par les Français est de 14 milliards.
              Et encore, étude rapide que sur un forfait.


              • Natariege 23 août 2010 14:58

                La grande distribution !!!

                La où les gens achettent un prix et non un produit.
                Moi j’ai redecouvert les petits commerces de proximités, en plus il ne sont pas forcément plus chère que les grandes surfaces.
                Moins de choix certe, mais moins de risque que d’acheter des conneries inutiles.
                Les produit frais proviennent des exploitations de la région.
                On vous accepte un chèque de 12 euros sans besoin de donner une carte d’identité (essayez donc chez carrefour).
                Pas de vigile avec de gros bras qui vous regarde comme le pire des voleurs.
                « Cela fera 11 euros, je n’ai qu’un billet de 10 sur moi. ce n’est pas grave vous me réglerez l’euro manquant plus tard ».
                Et pour conclure pas de queue à la caisse.


                • envert94 envert94 23 août 2010 16:15

                  http://anti.grande.surfaces.over-blog.com

                  Quel politicien (quelque soit son bord) osera légiférer contre la grande distribution ?


                  • Croa Croa 23 août 2010 20:41

                    Le constat est juste mais l’analyse bien lacunaire !

                    La responsabilité de ce bordel organisé est politique.
                    C’est la conséquence logique de multiples renoncements. La suppression de la réglementation et du contrôle des prix tout au long des années 80, c’est à dire essentiellement par la gauche a détruit le petit commerce (il y a d’autre causes mais c’est de loin la principale.) Il était évident que les producteurs seraient également touchés à terme et nous y voici.

                    Le jour où les corporations comprendrons à quel leurs sorts sont liés peut-être sauront-ils être solidaires contre une oligarchie qui se joue d’eux avec la complicité des marionnettes censées représenter les peuples !


                    • Remi Gueudelot 23 août 2010 20:51

                      « Dernier Cartel qui fallait dénoncer : celui des télécoms. »
                      C’est vrai pour les abonnements, mais il faut parler également du racket des cartes prépayées sans abonnement.

                      En effet, il y a une entente certaine entre les différents groupes télécoms, car ils pratiquent une politique ou les usagers sont obligés d’acheter des crédits continuellement car les crédits sont limités dans le temps.
                      Par exemple, si vous avez rechargé 5 euros sur votre carte, l’usage de ces 5 euros est de 7 jours, après cette date, vous êtes obligé de repayer 5 euros pour pouvoir téléphoner, même s’il vous restait 3 euros d’unités.

                      Dans les autres pays d’Europe, il n’y a pas de limitation de temps, par exemple en Italie, avec 5 euros, on peut appeler sans problème pendant 6 mois, le seul critère étant les unités ; Vous pouvez appeler tant qu’il y a des unités. Donc en d’autres termes, la France en pratiquant cette politique de limitation dans le temps, a créé ni plus ni moins un forfait caché. Avec en plus l’absurdité que si des personnes téléphonent peu, ils se retrouvent à cumuler les crédits sans avoir le nécessité de les utiliser... Rappelons que la carte prépayée à été crée pour cette typologie d’usagers.


                      • Croa Croa 23 août 2010 22:39

                        Tout à fait et cette pratique à un nom : le vol.

                        Citons aussi le cas des cartes téléphoniques pour cabines. Autrefois elles n’étaient pas datées et 50 unités valaient 50 unités mais aujourd’hui c’est 50 unités si vous en servez vite sinon c’est tout bénef pour l’éditeur ! :->


                      • nebari 23 août 2010 21:54

                        j’étais dans ce cas pour ne pas perdre les qq euros qu’il me restait je reprenais une carte à 35€ pour le trimestre petit à petit je suis arrivé à 150€ puis un jour j’ai oublié et cette somme est repartie dans les poches d’orange.

                        ils ont cru faire un bénéfice, mais depuis je n’achète plus qu’une petite carte tous les 6 mois pour garder mon numéro ou quand je pars en vacance et que j’en ai besoin.Et en fin de compte c’est moi qui y gagne.


                        • Remi Gueudelot 24 août 2010 21:22

                          Oui d’accord ! C’est une solution ... si vous n’avez pas besoin d’appeler ... Mais dès que vous avez une urgence ... il faut recharger !!! Car ce système fonctionne qu’en réception. 


                        • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 23 août 2010 21:58

                          Trop commode de faire de Leclerc et Carrefour des boucs émissaires.
                          Les vrais responsables de la situation actuelle sont les consommateurs,
                          qui vont chez Leclerc parce que c’est moins cher !
                          Sont-ils capables de renoncer au superflu ?
                          De vivre dans la simplicité volontaire ?
                          De favoriser l’agriculture et l’industrie de proximité ?
                          J’en doute.


                          • Croa Croa 23 août 2010 22:49

                            NON, les responsabilités sont politiques !

                            Leclerc et Carrefour ne sont pas blanc-blanc mais ils sont dans leur rôle. Les politiques, censés représenter l’intérêt public et surtout le peuple, sont des traîtres. smiley

                            Quant au consommateur, c’est toujours un pigeon et les intentions que leur prêtent les vrais responsables sont un peu usurpées, non ? 


                          • Natariege 24 août 2010 10:36

                            Faux et archi faux, les responsables sont les actionnaires majoritaires et patrons de ces entreprises.
                            Le profit et toujours le profit.
                            La GD ont détruit l’ économie nationnale en ne proposant que des produits à forte valeur de marge donc chinois.
                            Maintenant que tout les petites entreprise de prét à porter , de chaussures, de bien electroménager outillages etc... ont mis la clef sous la porte. maintenant nous sommes devenus esclave des produits importés, la france est une coquille vide qui vit au dépend de l’europe tel un parasite.
                            Le pire c’est que ces produits sont comptabilisés dans la croissance
                            La croissance est au pays ce que le chiffre d’affaire est à l’entreprise.
                            Cela ne veut rien dire on peut avoir doubler son CA et tripler des dettes.
                            A méditer.


                          • spartacus spartacus 24 août 2010 10:50

                            Le véritable problème est sûrement la part de marché monopolistique.
                            La concurrence est le premier moteur de la baisse des prix.
                             


                          • envert94 envert94 24 août 2010 12:32

                            Je suis bien d’accord avec vous, l’approvisionement « made in China », a fait baisser la qualité, pas les marges de la GD...


                          • HELIOS HELIOS 24 août 2010 15:47

                            Désolé, si je vous suis tous pour accuser la grande distribution et les politiques, je ne dedouane pas pour autant les agriculteurs eux-mêmes...

                            L’autre soir, sur une grande chaine d’info, on nous a expliqué que le melon ne se vendait pas, que le melon coutait 30 centimes aux agriculteurs etc... Helas, ceux qui sont venu, encore une fois le vendre directement a Paris, l’ont proposé a 1,5 euros soit 5 FOIS son prix.

                            Qu’ils commencent a reduire leur folie des grandeurs et le vendent en faisant la culbute comme on disait avant, soit 60 centimes et nous verrons alors sortir les acheteurs du bois. Idem pour le lait, les peches etc....

                            A titre de d’infos, les Carrefours des Alpes maritimes vendaient ce samedi, les melons cal 800 gr a 0,95 cts, et ils y gagnaient encore.

                            Tout le monde pense aujourd’hui a gagner au Loto et les agriculteurs aussi !


                            • Remi Gueudelot 24 août 2010 21:21

                              Oui d’accord ! C’est une solution ... si vous n’avez pas besoin d’appeler ... Mais dès que vous avez une urgence ... il faut recharger  !!! Car ce système fonctionne qu’en réception.  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

blogcpolitic

blogcpolitic
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès