Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grande distribution et Grande illusion

Grande distribution et Grande illusion

L’apparition des grandes surfaces a provoqué la disparition progressive des commerces de proximité. L'implantation de ces grandes surfaces s'est souvent faite aux moyens de montages financiers plus ou moins opaques, en achetant des terrains agricoles via des sociétés écran et ensuite en déclarant constructibles ces terrains. Dans un deuxième temps, la collectivité finance les routes d'accès, les ponts, les ronds point,... etc. La viabilisation, eau, électricité, tout à l'égout, sont également financés par nos impôts. Cela s'appelle une escroquerie !

Les petits commerces sont des lieux d’échanges et de rencontres, et jouent un rôle essentiel dans les quartiers en terme de lien social et de convivialité. De plus, le commerce de proximité crée plus d'emplois que la grande distribution pour la même surface de vente. La disparition de ces milliers de petits commerçants a engendré des milliers de chômeurs, qui n'ont pas pesé lourd face à la grande distribution, s'ils voulaient s installer et développer leur propre commerce.

Le monopole de cinq grands groupes de distribution contrôle en France plus de 80% des produits de grande consommation. Les ententes sur les prix, les marges arrière ou les commissions imposées aux fournisseurs font régulièrement débat. Ces pratiques s'apparentent à une véritable forme de racket.

Au nom du pouvoir d’achat, on veut développer l’ouverture des magasins le dimanche afin de favoriser une hypothétique concurrence et pour soit disant casser les prix. Tout ça pour quoi ? Pour tirer l'emploi et les salaires vers le bas ! La grande distribution impose ses prix d'achat aux différents fournisseurs, lesquels à leur tour pour maintenir leur marge n’a d'autre choix que de bloquer les salaires et de réduire leurs effectifs. Les prix qu'ils imposent à la filière agroalimentaire par exemple nécessitent des subventions aux producteurs pour qu'ils puissent s'en sortir : à la sortie nous payons nos courses deux fois, une première fois par nos impôts et une deuxième fois lorsque nous les achetons !

Le travail du dimanche est le prétexte pour casser définitivement le code du travail et le lien familial, car si les grandes surfaces ouvrent les dimanches et jours fériés, pourquoi les autres entreprises et les administrations ne le feraient pas ! Le dimanche deviendra un jour comme un autre, payé comme n'importe quel jour ! Pour de meilleurs salaires il faut se battre pour une augmentation et non pour travailler le dimanche !

Les grandes surfaces s'infiltrent dans tous les domaines et imposent une concurrence sans merci et déloyale à toutes les petites entreprises qui trouvent un créneau intéressant. Elles ne supportent pas la concurrence ! Elles n'hésitent pas non plus à endetter le client trop crédule avec toutes sortes de crédits, étant de ce fait responsable du surendettement de bons nombres de nos concitoyens.

La grande surface est responsable de la désertification de quartiers et de villages entiers, les petits commerces ayant fermé boutiques, les habitants sont obligés bien souvent de prendre leur voiture pour aller faire les courses dans ces temples de la consommation. Le développement des grandes zones commerçantes en dehors des villes contribue également à une augmentation des embouteillages et de la pollution à cause d'un accroissement important de la circulation.

Il faut rétablir les règles de la libre concurrence en décidant qu'aucune chaine de super marché, pas plus que les centrales d'achat, ne peuvent posséder plus de 5 ou 10% de part de marché. Cela permettrait de briser les monopoles en favorisant l'implantation de nouvelles entreprises et permettre le retour de petits commerçants pour une meilleure qualité de vie

conscience citoyenne responsable

http://2ccr.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • zototo 17 décembre 2010 12:16

    Les grandes surfaces sont en effet une catastrophe ! Elles se sont posé en intermédiaire obligatoire et se gavent sur notre dos. Il y a bien une raison au fait que la nourriture soit de plus en plus coûteuse alors que les agriculteurs vendent à perte...


    • Alex 17 décembre 2010 12:42

      Article très juste sur la nocivité sociétale de grandes surfaces.
      Mais n’oublions pas que si la majorité des gens n’y étaient pas allés, elles n’en seraient pas là aujourd’hui. Elles sont devenues un acteur central de la consommation ad libitum et cette position de force a engendré des abus de pouvoir qui sont devenus la norme.

      On a la société qu’on mérite

      Mais depuis peu, des initiatives citoyennes fleurissent afin de favoriser les échanges locaux, adopter des façons de consommer autrement voire, horreur suprême, de consommer moins (AMAP, jardins partagés, commerce coopératif, monnaies locales sociétales, ressourceries, etc...). Parallèlement, les GMS ont perdu des parts de marché.

      Le cartel des GMS a t’il mangé son pain blanc ? Il me plaît d’y croire et de penser qu’au slogan consumériste « travailler plus pour gagner plus » va se substituer un paradigme plus humaniste :« être plutôt que paraître » ou « moins de biens, plus de liens ».

      Mais en attendant c’est ¨Noël et le patriotisme économique nous enjoint à aller acheter tous nos p’tits cadeaux chez Lepaclerc pour relancer la croissance !


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 décembre 2010 13:04

        On a en effet la société qu’ on mérite .


        De plus en plus dans les centre-ville  là où se trouvait une boucherie il y a une banque , là où un magasin proposait de la quincaillerie où l’ on pouvait acheter le nombre de vis qu’ il fallait , une autre banque . Le même nombre de vis dans la GD est vendu dix fois le prix payé chez le petit commerçant .

        Il ya encore 30 ans un type qui avait un métier bien appris ouvrait sa boulangerie sa charcuterie ainsi de suite , maintenant c’ est quasi impossible avec les prix des loyers demandés , la fausse concurrence des hypers avec leurs catalogues menteurs en couleurs . Mais sur Agoravox ça ne gène presque personne , les mecs dont les parents avaient un métier manuel se sont la plupart tournés vers la tranquillité de la paye à la fin dui mois dans l’ EN , la Sneufeu et autres fonctionnarités ambivalentes . Une sécurité que dans une ou deux génération leurs petits enfants paieront cher , la possibilité de se faire une place au soleil n’ existant presque plus , et le pognon pour payer des émoluments ou diverses soldes pour un travail fictif se faisant aussi rare que l’ eau sur la planète Mars . 

        Une vue très à courte vue . 



        • Philodeme Philodeme 17 décembre 2010 16:16

          Pourquoi cet « pointe » sur l’EN ?

          et bien sûr les « fonctionnaires .......... çà participe du système d’intox ............. moins de fonctionnaires pour contrôler l’hygiène des grande surface ............. le travail au noir sur les grands chantiers et .......... les particuliers ........... etc. çà arrange aussi le »système"


        • Croa Croa 18 décembre 2010 09:15

          Faux, cette société a été choisie par une minorité et imposée à tous. smiley

          Autrefois les prix étaient réglementés. La quincaillerie pouvait acheter vis et clous en vrac et les revendre au kg avec un bénef max de 30 %. Le grossiste avait aussi un bénef max et le fabriquant fixait le prix de base. Les grandes surfaces ne faisaient pas mieux à l’époque car les clous et les vis ont été tout de suite vendu sous blister par ces gens là. C’était donc plus cher... Jusqu’à ce que les politiques décident que le coût des emballages devaient obligatoirement être des frais et non pas dans le coût du produit. Aussitôt (début des années 80) le conditionnement sous blister à été imposé à tous (quoique les vis et les pointes fassent longtemps de la résistance, les piles électriques par contre...  !) La quincaillerie commençait à ne plus être très compétitive... Mais le coup de grâce est arrivé dans le milieu des années 80 avec la libération des prix correspondant évidemment avec le règne des centrales d’achat. Les clous et les vis ont alors très vite coûté deux fois plus cher à la quincaillerie que chez Leclerc (je cite cette enseigne car c’est la pire coté achat des politiques et autres copinages dégueulasses, mais c’est pareil avec Auchan, Carrefour, Etc.)


        • Cocasse cocasse 17 décembre 2010 13:16

          Conditions de travail : vous auriez pu ajouter que les grandes surfaces ressemblent à des camps de concentration new age, question organisation et atmosphère du travail.


          • pastori 17 décembre 2010 13:43

            va faire un tour dans la cuisine d’un resto, question athmospère smiley 


          • Alpo47 Alpo47 17 décembre 2010 13:17

            Certains soupçonnent, ou affirment, que les Grandes Surfaces, participent au financement de la vie politique locale, notamment en finançant les campagnes électorales.
            A partir de là, on pourrait expliquer le fait que les élus laissent les petits commerces de centre ville péricliter, histoire donc de favoriser ceux qui les financent.
            Hypothèse crédible mais que je sache non prouvée ...


            • Croa Croa 18 décembre 2010 09:23

              Quasiment toutes les implantations ont été « achetées ». Ce n’est pas prouvé en effet mais tout le monde le sait. De plus une telle densité de grande surface autour des villes n’aurait jamais pu être atteinte sans ça !


            • pastori 17 décembre 2010 13:31
              rions un peu

              sauf que je paye ma baguette 0.80 cs chez Casino et 1.10 € chez mon boulanger.
              la farine utilisée par mon boulanger n’est pas plus mauvaise que celle de Casino.

              mon boulanger maintient sa vendeuse au smic depuis 10 ans. idem dans 30 ans.
              Casino a un plan de progression du personnel.

              Casino paye ses impôts
              mon boulanger planque la moitié de ses encaissements en liquide.

              Casino est inscrit au medef et défend la grande distribution et vote capitaliste
              mon boulanger (depuis qu’on l’appelle « chef d’entreprise »)est est inscrit au medef et vote capitaliste   donc défend la grande distribution 

              Casino voudrait supprimer les fonctionnaires, ces féneants.
              mon boulanger déteste les fonctionnaires, ces féneants.

              les fonctionnaires, ces féneants, achètent leur pain chez le boulanger et le font vivre, 
              Casino, n’achète rien chez le boulanger, mais lui vend tout. 

              les vrais soutiens du capitalisme sauvage qui affame le peuple et qui votent pour le pérenniser , ce sont les millions de petits commerçants souvent négriers ,qui exploitent leurs personnel, se gavent en augmentant les prix en spoliant les pauvres travailleurs , payent moins d’impôts que les autres .

              pas tous.

              je suis sûr que ça va énerver le capitaine. smiley

              • pastori 17 décembre 2010 13:47

                mon restaurateur-auto-percepteur vient de changer son bateau

                le serveur gagne toujours la même chose...
                mon restaurateur-auto-percepteu empoche 15% de tva sur tout ce qu’il vend, mais pour sa poche.
                 il vote sarko. bien sûr. smiley

                ça v al’énerver encore plus. smiley

                • glopy1 17 décembre 2010 14:06

                  le probleme c’est que tout le monde critique les grandes surfaces, et tout le monde y va !!

                  personnellement j’adore le marché, le premier est a 10 kms, tous les bouchers fermés, reste un boulanger ou devrais je dire un dépot de pain tant il est dégeulasse, je ne vais pas faire 10 kms pour une baguette, comme tout le monde.

                  le pire c’est de savoir comment ça se passe en interne, le nombre d’employés en dépression, les horraires de malades, les pressions sur les fournisseurs et les retro commisions.


                  • foufouille foufouille 17 décembre 2010 14:34

                    sauf que le pain de casino est degeux et la pate surgele


                    • La fille du croquant La fille du croquant 17 décembre 2010 15:12

                      Christian Jacquiau a fait deux démonstrations en béton sur le système de la grande distribution et sur le commerce équitable d’opérette à aussi grande échelle que les grands surfaces et d’ailleurs il le paye très cher :

                       L’association Max Havelaar France a assigné Christian Jacquiau, économiste, journaliste et écrivain (Les coulisses de la grande distribution, 2000 - Les coulisses du commerce équitable, 2006), pour

                      diffamation suite à la publication d’un article titré « Commerce équitable : un attrape-bobo ? » publié dans l’Echo des savanes en juin 2008.
                      Dans cette interview Daniel Audion, qui se révélera être la fausse identité derrière laquelle s’est dissimulé un faux

                      journaliste se présentant lui-même comme imposteur professionnel, prête à Christian Jacquiau des propos (« Max Havelaar fait travailler des quasi esclaves ») qu’il n’a jamais tenus. Ni dans ses livres, ni lors des nombreuses interviews qu’il a accordées sur le sujet, ni lors de ses nombreuses conférences, débats ou forums auxquels il a participé.

                      Max Havelaar a obtenu sa condamnation le 21 juin 2010.

                      Homme de convictions, de débats, de dialogue et de liberté, Christian Jacquiau a décidé de faire appel, car il n’est pas question pour lui d’accepter une sentence rendue dans un tel contexte.
                      Mais faire appel coûte financièrement très cher face aux moyens dont dispose l’association Max Havelaar France, dotée ces dernières années par l’État français de très confortables subventions.
                      En appel, Max Havelaar France demande au Tribunal de confirmer la condamnation de Christian Jacquiau et de le débouter de toutes ses demandes. Comme en première instance, Max Havelaar France lui réclame 100 000 € de dommages et intérêts, des publications, des frais de justice… auxquels l’association de commerce équitable ajoute une demande de condamnation aux entiers dépens de la première instance et de l’appel.

                      En tout, Christian Jacquiau risque actuellement d’avoir à

                      débourser près de 150 000 € , frais d’avocats compris !

                      UN COMBAT POUR LA LIBERTÉ D’INFORMER


                      Sur son site (
                      www.christian-jacquiau.fr) Christian Jacquiau explique sa motivation à mener ce combat jusqu’au bout :

                      « 
                      On sait comment la rumeur, le discrédit, l’intimidation, la pression financière alimentent l’auto-censure, la plus efficace des censures. Les sommes astronomiques qui me sont réclamées, l’exécution provisoire exigée aujourd’hui par Max Havelaar sont autant d’arguments qui auraient pu m’amener à jeter l’éponge.

                      Je suis prêt à débattre, à répondre de mon livre, de son contenu, à expliquer, à justifier, à commenter, à argumenter,
                      à reconnaître la moindre erreur si quelqu’un me démontre qu’il en contient une, mais je n’accepterai jamais d’être condamné dans un tel contexte, reposant sur une interview totalement bidonnée.

                      Condamné au moment même où des journalistes sont cloués au pilori et se font traiter de « trotsko-fascistes » pour avoir déplu aux puissants en tentant d’exercer leur métier tout simplement, je mènerai jusqu’au bout ce combat pour la liberté de la presse, la libre expres-sion des individus, contre la censure des puissants et du pouvoir de l’argent, pour
                      le droit à l’information des citoyens et à la critique ».


                      CRÉATION D’UN COMITÉ DE SOUTIEN
                       
                      Nous connaissons Christian Jacquiau. Durant ces dernières années, nombre d’entre nous ont travaillé avec lui après la parution de ses deux livres, au cours de nombreuses interventions publiques, dans le cadre de l’éducation populaire notamment. 
                      Christian Jacquiau n’a jamais tenu de propos calomnieux.
                      Nous sommes scandalisés d’une part par le déroulement de cette affaire et d’autre part par sa condamnation.
                      Nous avons constitué un « Comité de soutien à Christian Jacquiau » afin de diffuser l’information, susciter le maximum de signatures et de soutiens et de demander l’arrêt immédiat des poursuites de la part de Max Havelaar. 
                      Nous agirons sans relâche jusqu’à ce que la vérité soit établie et que soit reconnue la probité de Christian Jacquiau.


                      Merci de signer et de faire la pétition :

                      ❑ en ligne sur www.soutien-christianjacquiau.fr


                      • La fille du croquant La fille du croquant 17 décembre 2010 15:17

                        RÉSEAU SORTIR DU SUPERMARCHÉ 12

                        http://sortirdusupermarche12.free-h.net/index.php?option=com_content&task=view&id=339&Itemid=1

                        • s’approvisionner le plus possible localement pour diminuer la pollution causée par les transports

                        • directement pour combattre la grande distribution qui anéantit les petites structures

                        • en choisissant une production la plus écologique possible pour refuser de cautionner les industries chimiques et polluantes autant pour notre santé que pour celle de notre planète, dans le souci des générations futures.

                        • De cette manière, nous pouvons nous passer du superflu, et nous cédons de moins en moins aux incitations permanentes de la publicité.
                        Emission de Radio - La Bio avec Christian Jacquiau et le Réseau Sortir du Supermarché 12

                        Pour visionner / écouter cette émission proposée par Christian Jacquiau et animée par Alex de Radio Ici et Maintenant du lundi 8 février 2010 :

                         

                        http://videos.rim952.fr/?p=90

                         

                          Intervenants au cours de l’émission :

                        • Richard Marietta du Tarn, fondateur de Nature et Progrès 
                        • Hervé Legal, fondateur du GASE (Groupement d’Achat et Service Épicerie) en Bretagne ;
                        • Annie, Joël et Moon du Réseau Sortir du Supermarché 12.
                        • Christian Roqueirol,éleveur de brebis et co-fondateur du magasin de producteurs « au marché paysan » à Millau


                        • pastori 17 décembre 2010 15:46

                          Le Point - ‎Il y a 1 heure ‎
                          PARIS (Reuters) - Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a été condamné vendredi à Paris pour « violation de la présomption d’innocence » à la demande d’un magistrat suspecté d’avoir informé la presse dans le dossier Bettencourt. ...

                          • jondegre jondegre 17 décembre 2010 15:49

                            Moi j’adore les grandes surfaces,

                            car grâce à elles il y a moins de cons le WE car ils se regroupent tous dans les zones commerciales et l’on peut enfin goûter la paix en pleine nature loin de tout le merdier.

                            j’aime y aller de temps en temps, on se sent si intelligent au milieu de tous ces moutons, sûr que ce sont les mêmes qui bouffent 4h de télé par jour, non contents d’acheter des merdes, de bouffer de la merde, il nourrissent aussi leur esprit de merde :->

                            le spectacle de la zone commerciale, c’est aussi un bon rappel à la réalité pour ceux qui attendent le grand soir ou une prise de conscience collective...


                            • hammondjr 17 décembre 2010 16:00

                              @l’auteur.

                              Merci pour cet article.

                              « L’apparition des grandes surfaces...a provoqué la disparitionCela s’appelle une escroquerie ! »

                              Cela ressemble à une veritable guerre avec des tactiques, et des armes sans cesse perfectionnées. Personnellement je ressens ces attaques tous les jours, à grands coups de promotions, de prix moins chers, de publicités agressives(et en ce moment avec les fêtes de fin d’année, c’est l’orgie). Mais c’est aussi une guerre contre les petits artisans, commerçants, petits agriculteurs, avec comme allié de poids des grands groupes de distribution : l’etat.
                              L’etat qui fait payer cher(pléthor d’impôts, de taxes...bars, et restos surveillés par les flics, veritable harcélement)celui qui a le malheur d’avoir l’ambition d’ouvrir un petit commerce, qui nous manque de plus en plus dans dans nos centres villes.

                              « On a la société qu’on mérite. »

                              Ce n’est pas vrai, on nous l’a imposé. Certes intelligement, puisqu’ils ont réussi à nous faire culpabiliser.


                              • Alex 17 décembre 2010 16:31

                                Hélas si c’est vrai. Pas individuellement bien sûr mais collectivement ça l’est.
                                Pour les GMS en particulier, si les gens n’allaient pas faire leurs courses dans ces temples, ils n’existeraient pas. Et s’ils acceptent de le faire, ils cautionnent leur existence.

                                Personne ne nous l’a imposé. Et aujourd’hui même, je connais des tas de gens qui se creusent pour éviter d’aller enrichir les chaînes de supermarché. Personne ne nous met le couteau sous la gorge pour y aller. Mais par solution de facilité et par souci pratique, on y va quand même.
                                Je suis intimement convaincu que la solution aux maux de notre société ne viendra jamais des élites qui sont trop impliquées et dont l’interêt est que ce système perdure.
                                La solution viendra de la base. Elle est politique au sens ou il faut que chacun se prenne en main pour sortir de cette économie pourrie et en créer une parallèle faite d’échanges humains, de solidarité, de coopération. Le meilleur moyen de couper les vivres aux GMS c’est d’acheter ailleurs. Et elles mourront d’inanition ! Oui mais où ?

                                 Lorsque vous achetez en AMAP par exemple, vous faites d’une pierre deux coups. Vous appauvrissez la GMS et vous faites vivre des producteurs locaux.

                                Il n’y en a pas ? Créez en une !

                                Les achats groupés de produits bio (épicerie ou producteurs locaux), moyennant une petite organisation à la portée de tous les cerveaux, permettent de consommer bio à un prix très raisonnable.

                                Mais le summum de l’anticonsumérisme, c’est de produire une partie de ce que l’on consomme : jardins (individuels ou partagés), ateliers coopératifs, SEL, travaux manuels divers et variés, ressourceries vertes.

                                Des solutions concrètes existent ou ne demanderaient qu’à exister et en plus elles favorisent le lien social : il faut être plusieurs pour que ça marche.

                                Et jusqu’aujourd’hui c’était bien ça le problème ! On a une société où l’individualisme est particulièrement mis en avant et où on a perdu l’habitude et le goût de « faire ensemble ».
                                On préfère avoir sa p’tite auto pour remplir son p’tit caddie pour enfin rentrer dans son petit pavillon de banlieue protégé d’une petite haie de thuyas pour se protéger de tous ces cons là dehors !
                                Que c’est triste !

                                Voilà pourquoi on a la société qu’on mérite. Les GMS ne sont qu’un symptôme parmi d’autres d’une société qui s’est perdue dans le matérialisme et son pendant : la cupidité.


                              • Alex 17 décembre 2010 16:02

                                @ Pastori :

                                Ce n’est pas parce qu’on condamne les grandes surfaces qu’on encense les petits commerçants qui, effectivement, n’ont parfois rien à envier aux pires responsables de GMS. Les opposer n’a pas de sens. C’est le « système consumériste » dont les GMS sont les temples qui est mauvais pour le bien collectif. Dans ce système, la GMS est un des outils les plus aboutis et donc dont les effets pervers sont les plus voyants.

                                D’autre part, je connais des commerçants qui travaillent juste pour vivre décemment et qui sont de gauche (si, si...) voire même militant. Comme quoi tous les commerçants ne se ressemblent pas. Et si j’avais un boulanger comme le vôtre, je n’irais pas non plus lui acheter du pain mais ce n’est pas pour cela que j’irais engraisser Casino.

                                Quant au différentiel de coût de la baguette entre le boulanger et Casino, je vous laisse vous renseigner sur la notion de coûts cachés des produits, notamment dans les domaines sociaux et environnementaux.


                                • Philodeme Philodeme 17 décembre 2010 16:30

                                  La loi Royer qui avait pour but d’empêcher la dérive décrite a, sans doute, par le biais des pots de vin distribués dans les « commissions » ... ?
                                  a eu l’effet complétement inverse à ses prétentions de limitation des implantations des grandes surfaces !!!!!!!!!!! contrairement à ce qui est affirmé dans le lien wiki
                                  Qui était dans les commissions ?

                                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Royer


                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 décembre 2010 18:09

                                    il n’ y a ni gauche ni droite dans la distribution , il y a juste que de nos jours un petit artisan ne peut presque plus se mettre à son compte sauf à  avoir un grand goùt du risque . 


                                    Et tous , tant que vous êtes vous avez l’ air d’ ignorer qu’ une des principales libertés est la liberté d’ entreprendre , qui est largement compromise avec les géants de l’ épicerie industrielle . 

                                    Vous qui soutenez les escrocs institutionnalisés allez et faites 
                                     croître les multimilliardaires Leclerc Mulliez et autres accapareurs 
                                     de l’ espace qui rappelons le appartient à tous .

                                    Vous , de «  gauche  » Pastori et autres sachez que lorsque les dés 
                                     sont pipés le jeu est truqué . 

                                    Demain ou après-demain vous aurez les villes que vous aurez désiré ,
                                     banques , bijoutiers , joailliers , opticiens brefs la vie en rose pour 
                                     multifriqués du portefeuille , et vous voudriez faire croire que vous 
                                     êtes pour un monde égalitaire ? 

                                    Le raisonnement consistant  à penser  que le groupe Casino 
                                     ferait du bon pain ( et ça pourrait arriver ) est un leurre vilachien  . 

                                    Un groupe , n’ importe lequel n’ est pas là pour faire du bon pain , il est là pour générer du CA et des bénéfices , alors qu’ un vrai artisan 
                                     fait de l’ art , et ce mot là , ne le comprenant pas ,
                                     vous préférez enrichir un milliardaire , ce qui est parfaitement 
                                     votre droit . 

                                    • pastori 17 décembre 2010 18:15

                                      capitaine mon ami, les grandes surfaces, le grand capital sauvage, vous savez que ce n’est pas ma tasse de thé. il faut les combattre.

                                      donc j’ai noté que comme moi la prochaine fois vous voterez à gauche avec moi, car la droite c’est justement le camp qui les favorise.

                                      voilà une nouvelle qui mérite double ration de rhum.
                                      Nestor !!  smiley

                                    • Croa Croa 18 décembre 2010 09:35

                                      « car la droite c’est justement le camp qui les favorise. »

                                      Faux, c’est la droite ET la gauche institutionnelle, autrement dit l’UMP et le PS et plus encore le PS vus les cadeaux des années 80. Même les Verts sont mouillés : Il existe un lien évident entre la conquête de Bègles par Mamère et son nouveau centre commercial.


                                    • pastori 17 décembre 2010 18:11
                                      Alex 
                                       il y avait plein de boutades dans mon post pour exciter mon ami le capitaine smiley, et bien sûr qu’ils ne sont pas tous comme ça. 

                                      plus sérieusement
                                      il y a chez moi un petit commerçant (supérette) qu’on essaye de faire travailler. le problème est qu’il n’a pas grand chose à vendre (on est donc obligé d’aller quand même a à la ville 25 kms) et que sa puissance d’achat lui fait vendre un pack de yaourts le double des grandes surfaces. et tout à l’avenant..

                                      il y a plein de gens qui ne peuvent pas se permettre de payer ces prix, vu leur revenus ! 

                                      ce que j’ai voulu dire c’est qu’en général, surtout depuis que le grand patronat malin les a appelle « chefs d’entreprise » et non plus boulangers, charcutiers... ces gens se croient obligés de voter massivement à droite pour le grand capital qui favorise la grande distribution , donc en faveur de ceux qui les écrasent, et qui appauvrissent ceux qui sont justement susceptibles de dépenser leur argent chez eux !

                                      pendant qu’ils vomissent sur les salariés, les fonctionnaires, les ouvriers... c’est à dire ceux qui leur donnent leur argent.

                                      savent pas ce qu’ils veulent. allez comprendre !

                                      • Philodeme Philodeme 17 décembre 2010 18:17

                                        oui
                                        il y a des petits patrons au MEDEF !!!!!! et beaucoup

                                        difficile de leur faire comprendre que leur place serait plutôt dans les syndicats des petites et moyennes entreprises ...
                                        vanité quand tu me tiens !!!!!!!!!!!!!


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 décembre 2010 18:27

                                        Philodème , 


                                        Tu fais du pain si t’ es boulanger , pour faire syndicat tu fais EN Sneufeu  et ce genre d’ entreprise de grèves ...

                                      • foufouille foufouille 17 décembre 2010 19:10

                                        "

                                        plus sérieusement
                                        il y a chez moi un petit commerçant (supérette) qu’on essaye de faire travailler. le problème est qu’il n’a pas grand chose à vendre (on est donc obligé d’aller quand même a à la ville 25 kms) et que sa puissance d’achat lui fait vendre un pack de yaourts le double des grandes surfaces. et tout à l’avenant..
                                        "
                                        il peut acheter en direct
                                        des oeufs, du lait, fromage .........

                                      • pastori 17 décembre 2010 19:44

                                        En saison peut-être.


                                        de plus, les produits identitaires locaux chez moi ou ailleurs sont des produits de très grand luxe que seuls les touristes peuvent se payer..
                                        le berger vend son fromage emballé dans un journal au noir 25€ le kilo quand on a du roquefort à 12€ qui vient d’ailleurs.

                                        et tout à l’avenant.

                                        et puis en faisant ses courses, on ne n’achète pas que que des oeufs ou du fromage. il faut un tas de produits transformés, entretien, légumes, fruits frais etc... 
                                        chez le boucher le steak de boeuf est à 25€ le filet à 34€. qui peut se payer ça ? et si encore c’était meilleur qu’à carrefour ! mais bien souvent les carcasses viennent du même fournisseur.

                                      • foufouille foufouille 17 décembre 2010 20:05

                                        ben c’est des voleurs
                                        la plupart se goinfre comme les autres


                                      • Philodeme Philodeme 17 décembre 2010 20:28

                                        Par rocla (haddock)

                                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndicat_professionnel

                                        La CGPME = Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises est un syndicat

                                        Le MEDEF est un syndicat

                                        Il y en a beaucoup d’autres.

                                        Sur les forums on a une idée de l’infini en y observant l’ignorance crasse de beaucoup..

                                        Pour le coup cette ignorance démontre en effet les carences de l’Education Nationale.


                                      • jef88 jef88 17 décembre 2010 18:22

                                        Et l’emploi ?
                                        D’ou viennent le produits vendus en grande surface ?
                                        Dans les années 70 chaque magasin avait son service achat qui s’approvisionnait de façon autonome. Les petits producteurs régionaux pouvaient écouler leur production..

                                        Mais cela n’a pas duré ! des 78 les centrales d’achat sont sorties du néant.
                                        Pendant que Barre faisait la guerre aux PME et commençait les délocalisations, les grandes enseignes ne s’approvisionnaient plus que dans les grands groupes.

                                        Mais cela n’a pas duré ! En France c’est trop cher ! On achète en Chine... C’est tellement plus simple....

                                        Alors question : a qui profite le crime ?


                                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 décembre 2010 18:25

                                          Pastori , 


                                          le mec qui voterait à droite parce que le Médefesses lui ferait croire que c’ est un ’ chef d’ entreprise ’ serait un grand con . 

                                          Je suis de droite parce que j’ aime compter sur moi , parce que les bobards des uns et des autres je m’ en bats l’ une contre l’ autre , parce que je considère qu’ être assisté est la pire chose qui pourrait m’ arriver et des choses comme ça . 

                                          Ceux qui pensent que l’ Etat doit résoudre leurs problèmes sont pour moi comme des parents faisant des enfants et ne leur donnent aucune éducation . 

                                          Ainsi nous avons nos belles flambées de voitures cramées chaque année .

                                          L’ emblème de la gauche ça pourrait être un tire en feu . 

                                          • pastori 17 décembre 2010 18:40

                                            tu a raison peut être, mais en votant à droite tu vote pour ceux qui favorisent et soutiennent ceux qui font fermer le petit commerce.


                                            alors que les salariés eux dépensent leur argent dans les petits commerces.

                                            donc tu te tire une balle dans le pied.

                                            je ne crois pas que serge dassault achète le pain chez toi ou tes collègues de Corbeil. il doit avoir son boulanger à domicile, payé par qui ? smiley

                                             par contre demande à la majorité des petits commerçants de Corbeil pour qui ils viennent de voter ?

                                            que cela ne nous empêche pas de prendre l’apéro sous ton gros chêne. smiley



                                            • camélia camélia 17 décembre 2010 23:24

                                              Petites ou grandes surfaces on n’est pas obligé de consommer à outrance....


                                              • camélia camélia 17 décembre 2010 23:36

                                                Ni de posséder que des objets neufs......


                                                • hpspt 18 décembre 2010 08:27

                                                  Bof !


                                                  A propos des grandes surfaces, je prends un exemple : le pain.

                                                  Il y a longtemps, très longtemps, les boulangeries faisaient (pour la plupart) du très bon pain.
                                                  Et puis les boulangers sont devenus moins courageux et en ont eu marre de faire du pain. Ils se sont mis à acheter du pain industriel congelé qu’ils vendaient aux clients, au même prix et sans les prévenir.
                                                  Je me souviens que, parfois, l’intérieur du pain « tout frais » était encore congelé...
                                                  Quelques années plus tard, les Grandes Surfaces se sont dit que décongeler du pain, ce n’est pas très compliqué et qu’ils pouvaient bien le faire aussi. Et le pain est apparu (toujours aussi mauvais) en grande surface.
                                                  Et puis les grandes surfaces se sont dit qu’ils pouvaient aussi fabriquer du bon pain. Ils se sont équipés pour fabriquer leur pain, du vrai pain, souvent très bon.
                                                  Pendant que les « boulangeries » avaient du mal à vendre leur cochonnerie.
                                                  Et maintenant, beaucoup de boulangerie se réveillent et proposent de nouveau du pain à l’ancienne qui est très bon, c’est peut-être un peu tard.
                                                  Je ne peux pas m’empêcher de me demander si nous serions pas condamner à manger toujours du pain deg... s’il n’y avait pas eu les grandes surfaces...

                                                  A mon avis, dans mon coin, le meilleur pain est celui vendu (et fabriqué) par la grande surface dont je tairais le nom, à un kilomètre de chez moi...

                                                  • kéké02360 18 décembre 2010 09:29

                                                    Il n’est pas trop tard, ce sont les consommateurs qui sont en grand partie responsables et tout dépendra de l’attitude citoyenne ou non des citoyens consommateurs !!!!!

                                                    Coline Serreau dont ( disponible en DVD ) le film reportage << des solutions locales pour un désordre globale >> explique très bien la source de nos problèmes et les solutions .L’agriculture industrielle marche avec le grand commerce, celui-ci a rapté en partie la production bio pour vous la proposer à des prix prohibitifs !!! On entend encore des bénêts dire : << oui mais le bio c’est plus cher >> c’est faux si on fait l’effort de l’acheter, chez le producteur !!! J’achète de l’ageau , du boeuf élevés à quelques kilomètres ...... d’une qualité irréprochable à 11 € le kilo en assortiment en caisse de 10 ou 30kg , çà n’a pas fait de milliers de kilomètres, çà a été élevé dans le respect de l’environnement et des nappes phréatiques,çà aide l’activité locale, çà favorise les liens avec les agriculteurs fiers de produire du bon !!!!

                                                    Les solutions sont donc locales : c’est bien beau de faire de grand laïus sur les grandes surfaces !!! Qui parmi vous fait l’effort d’acheter autant que possible directement chez le producteur !!! peu j’en suis sûr , c’est des actes qu’il faut !!!!

                                                    Pourtant acheter chez le producteur aide celui-ci à vivre et vous permet en parlant avec lui d’influer sur la façon dont il produit car vous êtes son client , d’autre part çà court-circuite tous les intermédiaires et les grandes surfaces qui s’engraissent sur notre dos !!!!

                                                    Ne croyez surtout pas que nos gouvernements criminels européens vont changer le système , ils favorisent délibéremment l’industriel les grandes surfaces !!!!!

                                                    Voici un exemple récent :

                                                    << Paris, le 17 décembre 2010
                                                    Communiqué des parlementaires Europe Ecologie-les Verts

                                                    Agriculture biologique sacrifiée : une nouvelle trahison du Grenelle

                                                    La loi de finances 2011 issue des travaux du Parlement divise par deux le montant du crédit d’impôt destiné aux agriculteurs qui se convertissent à l’agriculture biologique. Ce crédit d’impôt constitue pourtant l’unique dispositif d’aide pour les exploitations biologiques.

                                                    Les pouvoirs publics se doivent de soutenir la production et l’installation de producteurs en circuits courts, via notamment des incitations et un accès au foncier, d’autant que la demande des consommateurs augmente et que l’offre peine à suivre.

                                                    Les parlementaires Europe Ecologie – les Verts estiment que ce très mauvais coup porté à l’agriculture bio doit être mis en perspective : les 17 M€ budgétés pour financer le crédit d’impôt pour la bio représentent 11 fois moins que le budget prévu pour les exonérations fiscales au profit de la filière des agrocarburants, subventionnée à hauteur de 196 M€.

                                                    "Au mépris des bénéfices pour la santé publique, l’environnement et le maintien d’une agriculture paysanne de qualité, le gouvernement choisit de couper les crédits là où ils sont le plus efficaces » a déclaré Anny Poursinoff, députée Europe Ecologie-les Verts*.

                                                    Pour Jacques Muller, sénateur honoraire, « Il s’agit d’une nouvelle trahison du Grenelle de l’environnement qui programmait 6% de surface agricole en bio en 2012 et 20% en 2020… alors qu’en 2010 nous ensommes restés à 2,46% et que l’offre nationale stagne ! »

                                                    Yves Cochet, député de Paris, a interpellé, en vain, le ministre de l’Agriculture lors de la séance des questions au gouvernement ce mercredi 15 décembre. Il dénonce « l’incohérence économique et politique de cette décision, alors que la France, déjà très en retard sur ses voisins européens, importe près de 40 % des produits bio consommés ». Il rappelle que « le Grenelle de l’environnement avait fixé un objectif de 20% de repas bio dans l’ensemble de la restauration collective publique en 2012 ».

                                                    Lors de l’examen de la loi de finances à l’Assemblée nationale, Anny Poursinoff et ses collègues députés Europe Ecologie – Les Verts ont déposé quatre amendements/ /pour contrer la réduction du crédit d’impôt destiné à appuyer la conversion en agriculture biologique. Dans le cadre de son précédent mandat de conseillère régionale, elle avait porté une mission sur le développement de l’agriculture biologique en Ile-de-France qui montrait notamment que les aides financières pour l’agriculture bio étaient largement compensées par la meilleure qualité de l’eau, des sols, de la santé des consommateurs et agriculteurs. >>

                                                    Citoyennes , citoyens , ce sont nos actes qui peuvent inverser le système smiley


                                                    • Alex 18 décembre 2010 09:54

                                                      Petit témoignage perso :

                                                      Je suis maraîcher bio installé en 2008 en partie grâce au soutien de l’AMAP locale et je peux dire sans ambiguité que c’est le tissu local et la mobilisation des gens qui se sont investis dans cette AMAP qui m’ont permis de démarrer. Le crédit d’impô représente 4000 € maxi. En face d’un CA nécessaire de 30 000 à 50 000 €, cela reste minoritaire. Si as un crédit d’impôts mais pas les outils de travail (terres, matos) ni les débouchés, le cI ne sert à rien. Cet article confirme, s’il le fallait, que la solution ne viendra pas de nos élites inutiles mais bien des initiatives citoyennes locales et bientôt, peut-être, plus globales ?


                                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 18 décembre 2010 09:32

                                                      Et bien vois tu hpspt , tu as ni tort ni raison .


                                                      Du pain j’ ai commencé à en faire en 1960 comme apprenti boulanger . 
                                                      A cette époque ni grande distri ni petite .
                                                      La rue de Mulhouse où ça se passait , une rue d’ environ 800 mètres de long comprenait : un restaurant , deux boulangeries , deux boucheries une laiterie -fromagerie , une épicerie un marchand de journaux-tabac , deux coiffeurs un pour dames un pour hommes , une menuiserie , un imprimeur , une usine fabricant des monorails , 

                                                      En dehors de la vraie vie de village et du fait que les gens se parlaient dans les endroits des courses et que le dimanche beaucoup se réunissaient au foyer municipal et qu’ il y avait une espèce de façon bienveillante de communiquer ensemble , les produits que nous fabriquions étaient très très corrects avec une bien plus gande diversité de petits pains fantaisie et autres . 

                                                      Dans la même rue subsiste un seul magasin , une boulangerie , et ses jours sont comptés .

                                                      Les voitures ne brûlent pas pour rien , le flammes sont alimentées par cette société et son air vicié par l’ argent son marketing et ses panneaux publicitaires prenant les gens pour des cons ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès