Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grande distribution : retour de la guerre des prix

Grande distribution : retour de la guerre des prix

Réinjecter dans les prix 2% des 170 milliards d’euros du CA de la grande distribution représenterait 3,4 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire pour les Français.

Dix ans de léthargie « Galland » l’auraient presque fait oublier, mais le commerce est autre chose que la négociation de remises entre industriels et distributeurs. Dix ans sans de véritables négociations commerciales, dix ans de distributeurs « drogués » aux marges arrière, et dix ans de forte inflation sur les produits de grande consommation, au détriment du consommateur, sans que personne ne trouve rien à redire.

La nouvelle loi Dutreil autorise les enseignes de grande consommation à répercuter en partie les marges. Réinjecter dans les prix 2% des 170 milliards d’euros du CA de la grande distribution représenterait 3,4 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire pour les Français, soit 130 euros par foyer. Ces « respirations » sur les prix devraient conduire au retour à une réelle agressivité inter-enseignes , base même de la concurrence commerciale. Consommateurs, soyez heureux, les distributeurs se sont jetés dans la bagarre, Intermarché proposant « 1000 prix bloqués pour 2006 », Leclerc déclarant : « En 2006 les prix E. Leclerc retrouvent la liberté », Géant proposant sur 200 produits de grandes marques « Plus bas, Y’a pas », s’engageant à rembourser 10 fois la différence à ses clients s’ils trouvent moins cher, et ce n’est que le début d’une année à l’agressivité commerciale retrouvée.

Désormais tous les coups sont permis, les hypermarchés longtemps freinés par la loi Galland retrouvent leur jeunesse et leur raison d’être : le discount. Jamais, depuis près de dix ans, les négociations entre enseignes et distributeurs n’ont été aussi tendues. D’un côté, les industriels proposent des augmentations significatives de leurs tarifs (allant jusqu’à 10%). Les raisons de ces hausses spectaculaires sont multiples. Ils doivent faire face aux attentes de leurs actionnaires, compenser la perte de volume dû au désengagement de plus en plus régulier des consommateurs envers les marques nationales, et soutenir de lourds investissements en innovations qui feront les marchés de demain. Lorsqu’on sait que seulement 1 nouveau produit sur 70 réussit à franchir le cap de la première année, on imagine sans peine le coût de ces investissements. De l’autre côté, les distributeurs se retrouvent coincés entre ces hausses tarifaires et leur nouveau pouvoir (et devoir) de répercussion de marges vers le consommateur. D’où le paradoxe que plus les distributeurs négocient des marges arrière fortes, plus ils peuvent baisser les prix. Conclusion, après des années d’entente cordiale, fabricants (principalement les 60 multi-nationales qui représentent 40% du CA des hypers) et distributeurs sont prêts à en découdre. Et la distribution retrouve ses vieux réflexes de pression, allant de la menace de déréférencement à l’approvisionnement dans un pays européen voisin. Pour les enseignes, pas question de financer seules l’effort de baisse de prix, d’où une probable orientation vers l’accentuation des marques propres et des premiers prix, au détriment des marques nationales.

Toute marque qui n’est pas leader ou n°2 de son marché a du souci à se faire, beaucoup de nos PME risquent de disparaître des rayons. Ce seront les premières victimes de la nouvelle loi, avec les milliers d’emplois impliqués.


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • helloyoo (---.---.168.139) 29 mars 2006 11:35

    Les multinationales sont prètes à en découdre certes, mais la position dominante des grands distributeurs et leurs catastrophiques habitudes liées aux marges arrières et autres chantages au déréférencement ,à la pub obligatoire dans les toutes boites,aux participations exhorbitantes et obligatoires à leurs opérations de promos (anniversaires multiples et mois de ceci ou semaine de celà),au racket des têtes de gondoles, des placements de produits aux frais des fournisseurs par des salariés envoyés sur place et jusqu’au déchargement des camions de livraisons en centrales devant être effectués exclusivement par les chauffeurs des fournisseurs, etc....empèchent de plus en plus non seulement une évolution positive des marges des fabricants, mais est en train de mettre en péril leur rentabilité à court terme.

    Ce qui face à un marché boursier volatile et largement infidèle puisque focalisé sur la bottom line trimestrielle quand ce n’est pas mensuelle, force ces groupes à des restructurations drastiques, des délocalisations massives, et limite leurs capacités d’investissement dans la création de nouveaux produits, qui elle même sera le gage de maintien d’emplois et parfois de génération d’emplois nouveaux.

    En ces temps d’angoisse justifiée de la jeunesse face à un avenir difficile, il est urgent pour nous consommateurs et citoyens-parents,de soutenir les entreprises, le tissu économique actif global, par des actions massives envers les médias et la réprésentation politique, et de comprendre que la spirale de baisse infinie des prix n’a aucune signification si ce n’est à moyen terme l’accroissement du transfert d’activités, de savoir faire et donc de richesses vers les pays de délocalisation.

    C’est évidemment la tendance lourde avec pour corollaire positif l’évolution économique de ces pays, mais cet équilibrage se fera dans une douleur extrème pour les économies occidentales et la France notamment,si nous ne prenons pas conscience que seule la réactivité créative, l’invention de nouveaux modes de vie orientés vers la préservation d’un environnement viable pour un nombre toujours croissant de population est la clé d’une survie acceptable.

    L’attitude de la grande distribution française est sur ces points suicidaire et méprisante envers le consommateur, car elle le traite comme la poule aux oeufs d’or en l’éventrant pour essayer de découvrir l’origine du trésor. Plus de poule plus d’oeufs !

    A lire un article déjà ancien de Christian Jacquiau à ces sujets dans Marianne : http://www.marianne-en-ligne.fr/archives/e-docs/00/00/29/F8/document_article_marianne.md


    • (---.---.162.15) 29 mars 2006 14:48

      Helloyoo : Refuser les OGM, bien indiquer les origines, les produits du terroir et les modes de fabrication respectueux de l’environnement, cela va-t-il dans le sens de votre propos ? Avez-vous d’autres exemples ?

      Am.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès