Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grèce : la préfiguration de la situation en France ?

Grèce : la préfiguration de la situation en France ?

On peut se demander si ce qui se passe en Grèce ne pourrait se passer également en France. Ca veut dire frôler la cessation de paiement, chercher désespérément des banques, des fonds de pensions, des assurances, voire des pays qui acceptent de vous prêter de l’argent pour faire les fins de mois, payer ses fonctionnaires et surtout rembourser les emprunts précédents.

Ensuite ça veut dire, pour obtenir ces nouveaux prêts de ce que l’on se complait à appeler des spéculateurs, s’engager à mettre en place des plans de redressement (ou de rigueur dans le langage de l’opposition) pour équilibrer enfin les comptes du pays, annuellement et au global. Incidemment si on voulait éliminer les spéculateurs de la surface du globe, il suffirait de ne pas avoir à emprunter de l’argent, ou si cela vous arrivait, d’avoir les garanties à offrir et la crédibilité suffisante pour que les préteurs se précipitent. Quand comme la Grèce vous n’avez fait aucun effort sérieux depuis des années pour équilibrer dépenses et recettes et qu’en plus vous avez maquillé vos comptes depuis plusieurs années, il est illusoire de penser que ces prêteurs vont se précipiter pour répondre à vos nouvelles demandes de prêt alors que vous ne savez pas comment rembourser celles qui arrivent à échéance le mois prochain.

Sommes-nous vraiment différent en France ? Oui sur le fond car notre économie est infiniment plus solide que l’économie grecque, la tricherie vis-à-vis du fisc n’y est pas aussi avérée et la corruption bien moins présente, mais non dans les méthodes car nous avons nous-mêmes fait de la cavalerie permanente depuis Trente ans, droite et gauche confondues, en augmentant les dépenses, en accroissant les effectifs de personnels non directement productifs, et en chargeant sous les taxes la mule de l’industrie privée. Quant à notre plan de redressement annoncé, Bruxelles ne le trouve pas crédible pour cause d’une estimation de croissance économique pour les prochaines années irréaliste et d’effort insuffisant de réduction des dépenses.  

Nos gouvernants sont remarquablement discrets en ce moment, vous ne trouvez pas ? Bien sûr, il y a un sujet à risque d’ordre national sur la table en ce moment, celui de la révision de notre système de retraite, qui explique cette modestie, mais il y a également le fait que nous pourrions bien être la prochaine victime de ces foutues agences de notation. Après le Portugal et l’Espagne, on parle de l’Italie, mais le vrai risque est que ce soit la notation de la France qui soit dégradée, ce qui provoquerait un tsunami boursier d’une ampleur jamais vue avec un seul pays encore capable de boucher les trous, l’Allemagne.

D’où sans doute la montée en charge médiatique de François Fillon et la mise sur pied d’un gel pour trois ans des dépenses de l’Etat, hors Sécu, service de la dette et montée des retraites des fonctionnaires néanmoins, ce qui veut dire que nous continuerons à générer tous les ans du déficit et donc des emprunts supplémentaires. C’est surement insuffisant pour ne pas nous trouver à terme, à ce rythme et à horizon dix ans, dans une situation comparable à la Grèce, où à l’Irlande avec des conséquences et des mesures sans doute semblables, augmentation de la TVA , diminution drastiques des effectifs et des salaires des fonctionnaires et émeutes sociales. Ce serait vraiment le moment d’une Union nationale pour gérer une situation aussi problématique. Le PS hélas ne l’a pas compris.

A suivre de très près.  


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • georges 10 mai 2010 11:07

    vous croyez peut etre que la france , l allemagne , les usa et l angleterre ne trichent pas sur leurs comptes et leurs chiffres du chomage ? vous croyez peut etre que la city of london n est pas le sanctuaire de la corruption mondiale ?

    la finance mondiale a juste voulu nous faire peur avec la grece , leur but n est pas l effondrement de l euro mais la réforme des sociales democraties européennes , coupables d etre trop généreuses avec leurs citoyens

    des emeutes ? mais j attends que ca de foutre la socièté en l air , avec l aide des peuples européens on mettrait le feu au parlement européen et on exilerait sarkozy merkel et leur clique mafieuse aux iles kerguelen ( saint helene serait lui faire trop d honneur ). pourvu que les speculateurs attaquent de plus gros pays !

    aucune compromission , la révolution ou l esclavage chacun choisit son camp


    • liberta 11 mai 2010 10:10

      @ Georges-
      Avez vous entendu parler du Groupe Bilderberg ? - c’est les élites de ce groupe qui dirigent le monde et ne croyez pas que de virer MerKel, Sarko et les autres changerait les choses
      Ces pantins seraient remplacés par d’autres mis en place par le Groupe Bilderberg afin d’aller au bout de leur projet pour la planète
      Si vous ne le connaissez pas, informez vous sur Bilderberg - vous serez surpris en découvrant la liste des membres d’y retrouver quelques figures importantes et soyez sûr que notre avenir est entre les mains de ce groupe funeste
      Ils avancent masqué
      " mais sont d’une efficacité redoutable
      Leur prochaine réunion a lieu en Catalogne en juin et demeure secrète


    • BA 10 mai 2010 11:23

      Voici ce qui a été décidé lundi 10 mai 2010 :

      - 1- Première étape : les Etats d’Europe du sud doivent emprunter sur les marchés internationaux des centaines de milliards d’euros.

      - 2- Deuxième étape : les banques privées achètent ces obligations des Etats d’Europe du sud. C’est le marché primaire.

      - 3- Troisième étape : la Banque Centrale Européenne va racheter aux banques privées ces obligations des Etats d’Europe du sud. C’est le marché secondaire.

      - 4- Bilan de l’opération :

      - Les banques privées vont gagner des milliards d’euros.

      - La Banque Centrale Européenne va devenir une gigantesque fosse à merde.

      - Dans le bilan de la Banque Centrale Européenne, les obligations pourries des Etats d’Europe du sud seront stockées pendant des années.

      - Les CONtribuables paieront la facture.

      - CONtribuables, préparez vos chéquiers.

      A 09H52 (07H52 GMT), le CAC 40 gagnait 238,09 points (+ 7,02 %) à 3.630,88 points dans un volume d’échanges déjà fourni de 2,551 milliards d’euros.

      Le marché parisien était tiré par les valeurs bancaires qui gagnaient plus de 15 % et effaçaient leurs fortes pertes de la semaine passée.

      Crédit Agricole gagnait ainsi 20,54 % à 39,49 euros, et Société Générale gagnait 19,37 % à 10,81 euros.

      http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=7e95ebd137191e5d996f6b0e9081d1ea


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 10 mai 2010 12:02

        la coupe est pleine, les contribuables doivent se revolter !


      • darius 15 mai 2010 16:58

        Vous n’avez pas bien compris :
        les etats vont emettre des oblogations (titre de dette) que personne ne veut soucrire.(c’st a dire personne ne veut preter )
        Les banques ont acheté ces obliagtions a l’epoque ou le credit de la grece et des dominos etaient moins mauvais, si il les vendaient maintenant ils perdraient plus de 30% de leur investissement ce qui mettrait en danger le systeme bancaire europeen (surtout des banques francaises qui ont prete a la grece et qui risquaient de sauter d’ou l’agitation de sarkozy).
        Comme la bce n’a pas le droit de preter directement aux pays, elle va racheter en bourse (c’est a dire sur le marche de l’’occasion) ces titres qui rapportent des taux de 7 a 12% pour la grece.
        Qui va vendre ces titres, qui sont a leurs plus bas historiques, et donc vont conduire a de fortes MOINS VALUE pour leur vendeurs(surtout des banques qui veulent reduire leurs risques.
        Donc en gros l’intervention de la bce va permettre de limiter la perte des banques et de financer la grece et les autres.
        Par contre c’est de la creation monetaire pure donc inflationiste a terme.


      • Daniel Roux Daniel Roux 10 mai 2010 17:03

        La réalité, celle que je perçois bien sûr, est encore pire que ce que la plupart des gens imagine.

        La Grèce est un pays sur lequel règne 2 grandes familles qui se refilent le pouvoir et les prébendes depuis perpète. La corruption pourrit tout et les impôts ne rentrent pas. Le ministère des finances a même dû lister les médecins d’un quartier chic d’Athène sur les pages du bottin téléphoniques, car il ne les connaissait pas. Le budget de la défense est l’un des plus importants d’Europe en % et il n’est pas question d’y toucher car Paris et Berlin aurait conditionné leur aide au maintien des contrats d’armements.

        Comment un tel pays a t-il pu à la fois entrer dans l’union et dans l’euroland ?

        Les USA et la GB serait en cessation de paiement s’ils ne faisaient pas tourner la planche à billets et c’est en les imitant que la BCE va renflouer l’Union.

        Certaines des plus grandes banques trafiquent leurs comptes, dissimulent leurs actifs pourris, escroquent leurs clients, limitent les sorties de liquides, inventent de nouveaux frais, spéculent sur les dettes souveraines et les pires créent des bulles financières puis les crèvent à leur seul profit, tout cela sous les yeux bandés des organismes de contrôle avec la complicité des hommes au pouvoir.

        Un petit entrefilet : Arcelor mital va délocaliser en Inde où les salariés sont 80% moins chers, les emplois de gestion, d’informatique et de conception, c’est à dire des emplois tertiaires bien rémunérés qui étaient censés remplacés l’industrie dans une économie moderne. C’était vraiment stupide (et raciste) de la part de nos dirigeant que de penser que les Indiens (leurs ingénieurs, leurs informaticiens, leurs gestionnaires..etc..) n’étaient pas aussi bon que les nôtres.

        Cela va s’amplifier, et c’est déjà le cas pour beaucoup d’entreprise dans la plus grande discrétion. Il est facile de prédire une catastrophe sociale avec ses conséquences sur les comptes de la sécu, du pôle emploi, des hôpitaux, sur la pérennité des conventions collectives, sur le montant des salaires, etc...

        Tout ça par la généralisation du clientélisme politique, la corruption et le dogmatisme libre échangiste européen. Pour quelques airbus et deux centrales nucléaires, combien de chômeurs ?

         A quand des décisions pragmatiques dans l’intérêt du plus grand nombre, c’est à dire la mise en place d’équipes pluridisciplinaires anti corruption, d’une justice indépendante et d’un protectionnisme européen et d’échanges commerciaux sélectifs et réciproques ?


        • gimo 10 mai 2010 19:24

          bonjour daniel OUI C’EST CELA


          ’ c’est à dire la mise en place d’équipes pluridisciplinaires anti corruption, d’une justice indépendante et d’un protectionnisme européen )
          mais ça sa ne les intéresse pas
           et pour cause de laisser la route libre des arnaques 

          là est le pb des société modernes 

          LE MANQUE D’UN CONTROLE FIABLE ET NEUTRE INTERCHANGEABLE
          les hommes sont à 80% DES BETES MINABLES CUPIDES
          et l’argent des autres colle à leurs poches :: :: : !!!!!!

        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 mai 2010 21:56

          @ Daniel Roux :

          « ... Un petit entrefilet : Arcelor mital va délocaliser en Inde ... »

          Non  !

          Arcelor Mittal ne peut pas « délocaliser » en Inde, mais pourrait en revanche « se rapatrier » en Inde !

          En effet, Arcelor Mittal est issue de la fusion d’Arcelor et de Mittal Steel. Les capitaux sont majoritairement en mains indiennes. Les dirigeants pourraient donc décider de rapatrier une partie de la production en Inde !


        • Daniel Roux Daniel Roux 10 mai 2010 23:24

          C’est tout ce que cela vous inspire ? Rien sur les délocalisations ?

          Arcelor était une entreprise sidérurgique de premier plan issue des grandes restructurations réalisées avec l’argent des contribuables Français.

           Les actionnaires ont préféré cédés leurs actions à Mittal mais les salariés, les machines et les savoir faire étaient Français.

          Il s’agit bien d’une délocalisation d’Arcelor.


        • Blé 10 mai 2010 19:24

          Dans quel état les finances de la France et de l’Europe étaient -ils en 45 ? Pire qu’aujourd’hui.

          Cependant, les décideurs de l’époque on fait en sorte d’appliquer le programme du C N R.

          A cette époque, les banquiers n’avaient pas tout pouvoir sur les états. Ce sont les états qui dictaient leur loi. L’avenir pour notre jeunesse est donc d’être flexible, bien conditionné, pas trop gourmand question salaire et peut-être, peut-être auront -ils le droit de travailler en CDD de trois mois à mi temps généreusement payé au SMIC.

          Les paradis fiscaux , les rentiers, les banquiers, inflexibles sur la quantité de bénef à faire en 6 mois ou 1 an diront que nous vivons au dessus de nos moyens, que les services publiques sont pas assez rentables, les fonctionnaires (les pas trop gradés) toujours trop payés, les travailleurs ne travaillant jamais assez.


          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 mai 2010 22:46


            « A cette époque, les banquiers n’avaient pas tout pouvoir sur les états.  »

            A cette époque l’euro n’existait pas et chaque pays avait la maîtrise de sa monnaie !

            A cette époque, les pays placés devant un tel problème dévaluaient tout simplement leur monnaie et faisaient fonctionner la « planche à billets », ce qui relançait leurs exportations mais créait aussi de l’inflation.

            Aujourd’hui ce n’est plus possible à cause de la monnaie unique, c’est pourquoi tous les pays de la zone euro doivent - ou plutôt sont censés - s’astreindre à des règles communes en matière de gestion budgétaire et c’est là que le bât blesse. Les règles communes définies dans le Traité de Maastricht - les critères de stabilité et de croissance - n’ont pas été respectées par certains pays et l’on peut aujourd’hui en constater les dégâts !

            Laisser entendre qu’aujourd’hui les banques auraient « tout pouvoir sur les états » est une vision erronée et dogmatique de la situation. En fait avec l’euro, les états en difficulté de trésorerie ne peuvent plus relancer leur économie en dévaluant. Ils sont donc contraints de se financer en empruntant sur le marché des capitaux, au même titre qu’une société privée, c’est à dire par le biais des banques. Or le métier de la banque est de gérer des risques et d’appliquer des taux modulés en fonction de ces risques : à risque élevé, taux élevé. C’est aussi simple que cela.

            La banque n’a pas vocation à faire de la philanthropie, car les capitaux qu’elle prête ou qu’elle place ne lui appartiennent pas. Elle ne fait que les gérer !

            C’est une explication technique, pas de l’idéologie ...


          • brieli67 10 mai 2010 23:05

            où est passé cet OR/GOLD 


            Mais si « planches à billets » et inflation pour réduire est techniquement possible en UE.
            Espérons que cette solution financière & politique sera accompagnée de plus d’Europe sociale ( justice, impôts, santé...)
            GB sans ses puits off-shore changera la donne dans au plus tard 15 ans.
            Les USA ne devraient ils pas rembourser des prêts chinois et se refusent d’obtempérer ??

            Il y a comme un sas/filet de sécurité en prenant la chute irrémédiable du $$ comme mire.

          • Jacques Jacques 11 mai 2010 00:29

            La bourse, en hausse aujourd’hui, se rassasie du plan de restructuration de la grèce...
            Le second hold-up des marchés financiers :


            • testarossa 12 mai 2010 11:45

              Arrêtez votre cinéma sur le social !

              Et si c’était tout simplement lui qui nous foutait dans une sacré merde car quand on s’endette de plus en plus pour le financer, c’est qu’il est de moins en moins en rentable CQFD !!!
              On ne peut s’offrir que ce que l’on a les moyens de payer. Ce n’est pas plus bête que ça !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès