Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Green Economy

Green Economy

Pourquoi la baisse du prix du pétrole est une (très) mauvaise nouvelle.

Alors que tous les oracles nous prédisent une entrée officielle, douloureuse et définitive dans une ère des ressources énergétiques chères et prêchent pour une adaptation rapide (c’est-à-dire dans les 30 ans) du capitalisme mondial qui doit désormais intégrer le caractère non inépuisable des ressources de production, voilà qu’une étude américaine émanant d’un réseau de distribution important estime que le prix du gallon pourrait à court terme tutoyer le dollar.

Si ces prévisions s’avéraient exactes, le record historique atteint à la baisse en 1999 serait battu. Par comparaison, suite aux attentats du 11 septembre, le prix du gallon était descendu à 1,08$.

A court terme, les Etats (notamment les USA), le système tout entier et les consommateurs en bout de chaine ne peuvent que s’en féliciter. Evidemment, une essence moins chère signifie pour les uns une facture énergétique moins élevée, pour les autres une relance économique peut-être plus rapide qu’escomptée et pour les derniers un coût à la pompe moins élevé et donc une part de revenu restant disponible plus importante (puisque ce type de dépense n’est que très partiellement compressible).

Les tenants de l’importance du moral en économie y verront également un signe très positif. Ils l’incorporeront dans leur modèle de prophétie auto réalisatrice, mélange de pseudo pragmatisme et de méthode Coué qui fait dire que pour que cela aille mieux, la première des choses à faire serait d’y croire (nous en avons, avec Alain Minc, un très bel archétype en France). 

A bien y regarder, il ne s’agit cependant pas d’une bonne nouvelle, pour deux raisons :

D’abord, la courbe du prix du gallon épouse celle de la montée du chômage aux USA. L’essence a donc baissé d’abord et avant tout parce que les chômeurs américains n’utilisent tout simplement plus leur voiture pour aller travailler. Et l’Amérique a détruit 1,9 millions d’empois depuis le début de la crise. L’avantage du revenu disponible accru grâce à la baisse du prix à la pompe disparait.

Ensuite, le délicat virage planétaire vers un capitalisme plus propre qu’appellent de leurs vœux les principaux dirigeants de la planète – ce fut l’un des thèmes du récent G20 – risque d’être sérieusement remis en question. A 30$ le baril, les compagnies pétrolières retarderont voire remettront purement et simplement en question les investissements annoncés pour la diversification des sources de production. Les Etats eux-mêmes risquent d’être mis à mal dans leur stratégie d’éducation des masses en faveur d’ une économie moins polluante. Les équilibres politiques eux-mêmes pourraient voler en éclats s’ils ne sont plus corrélés avec un mieux être économique et un bénéfice électoral à court terme.

Ainsi, le Président nouvellement élu Obama a-t-il annoncé un gigantesque plan de 150 milliards de dollars pour financer les énergies renouvelables au cours des dix prochaines années. Ce programme doit rendre l’Amérique indépendante d’un point de vue énergétique, créer 5 millions d’emplois (les green jobs) et la mettre à la pointe de la technologie dans un secteur économique crucial pour l’avenir. 10% de l’électricité consommée aux Etats-Unis devrait ainsi être issue de sources renouvelables d’ici à 2012 et 25% en 2025, permettant d’éliminer, d’ici à dix ans, l’équivalent des importations de pétrole du Moyen-Orient et du Vénézuela réunis.

Il souhaite également l’instauration immédiate d’un marché de permis à polluer, comparable au marché carbone européen.

L’absence de rentabilité à court terme compte tenu du prix trop bas du pétrole signifie à court terme un gel des investissements maintenant et donc une absence d’énergies plus propres disponibles dans les 15 ans qui viennent.

Ce n’est donc pas une bonne nouvelle. Il s’agit bien plutôt de l’un des symptômes d’une crise bien plus profonde qu’initialement envisagée. Les imprécations de tous bords n’y changeront rien, sans impact tangible pour le porte monnaie du consommateur, avec une industrie automobile à l’agonie, les Etats-Unis déjà lourdement endettés par les plans de relance successifs annoncés (et donc dépourvus de l’arme fiscale, bien précieuse dans ces cas là) n’ont tout simplement pas les moyens d’encourager l’économie verte. Une occasion historique risque donc d’être une fois de plus gâchée. Le monde s’en remettra, une fois de plus, et se rapprochera encore un peu plus du chaos écologique que prédisent tous les analystes sérieux. Voilà, désormais, la seule prophétie auto réalisatrice qu’il faut sérieusement craindre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Marc Viot idoine 9 décembre 2008 13:34

    Avant que la bagnole à pétrole, lourde, polluante, cher à produire et à faire avancer puisse concurrencer une voiture électrique à moins de 5000€, légère et consommant 1€ pour 100 km, les poulets auront perdus leur dents.


    • wawa wawa 9 décembre 2008 18:12

      une voiture electrique est lourde et chere a produire. Les batteries , toujours les batteries


    • Jimd Jimd 9 décembre 2008 14:02

      Plutot d’accord, le prix du petrole devrait integre le cout que l’usage du petrole impose a notre planete. le cout ecologique.
      Cette baisse ne va pas inciter a reduire l’usage du petrole et donc la polution.
      cette baisse risque aussi de ralentir l’investissement dans la recherche d’energies alternatives.

      neanmoins, nous sommes la dans une analyse a court terme.
      il est probable que la volatilite du petrole augment dans les prochaines annees avec de nouvelles speculations a la hausse et d’utres tendances baissieres, le trend etant globalement a la hausse.

      esperons que des initiatives publiques comme celles d’Obama viennent inciter a des changements de comportements et favoriser le developpement de solutions alternatives.


      • Jean-paul 9 décembre 2008 14:16

        Le gallon d’essence ( environ 4 litres ) etait a 4.35 dollars cet ete et il est maintenant a 1.70 dollars .
        Je remarque seulement qu’en France il ne baisse pas autant .


        • Nono Ladette Nono Ladette 9 décembre 2008 14:58

          On pourrait très vite augmenter la TIPP pour réduire le déficit.


          • JL JL 9 décembre 2008 17:37

            Je lis : ""mélange de pseudo pragmatisme et de méthode Coué"". Visiblement l’auteur qui se dit conformiste et iconoclaste manie les oxymores avec gourmandise !

            Et il n’est pas très rigoureux. Sauf erreur : 1 US gallon = 3.785 l ; 1 baril = 159 l, soit 42 Gallons. Un gallon à un US$ ça ne fait pas un baril à 30 US$.

            Quel est le message de ce billet ?


            • vieneg 9 décembre 2008 17:59

              30$ c’est de la prospective, sans lien avec la situation actuelle, sans avoir préalablement saisi une calculette puisque tel n’était justement pas l’objet. Pour refaire un bel oxymore, il s’agissait de déplorer que les opérateurs trouvent urgent d’attendre avant tout investissement dans les sources d’énergie alternatives compte tenu de l’absence de rentabilité à court terme...


            • Zeb_66 13 décembre 2008 18:21

              Comme le dit vieneg, un baril à 45$ est une très mauvaise nouvelle.
              Mais je pense que ce n’est qu’une baisse très temporaire, due aux lourdeurs de la production pétrolière face à la chute brutale de la demande en raison de la crise mondiale.
              Cela ne devrait pas durer plus de quelques mois, pour remonter rapidement dans la zone des 100-120$ et ce sera une très bonne chose pour tout le monde sur le long terme.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur




Les thématiques de l'article


Palmarès