Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grève du 3 février 2010 (SNCF) : nouvelle polémique sur les chiffres de (...)

Grève du 3 février 2010 (SNCF) : nouvelle polémique sur les chiffres de participation !

La grève à la SNCF de ce mercredi 3 février 2010 a, de nouveau, pris un tour polémique sur la question de la participation des cheminots (environ 3 cheminots sur 10, entre 28 et 36 %).
 
A 11h00, la Direction de l’entreprise affichait un chiffre de 28,4% alors que la fédération CGT des cheminots donnait 35,65%.
 
Par rapport à la précédente grève du 20 octobre menée par trois organisations (CGT, CFDT et SUD), on notera une très légère augmentation (environ 4 %). Cette inflexion positive parait toutefois trop faible pour être imputée au soutien de l’UNSA, qui malgré sa place de seconde organisation (avec 18%), semble avoir mobilisée faiblement.
 
Sur quelques secteurs géographiques, et conformément à son fonctionnement interne dans les régions, des militants du syndicat SUD Rail paraissaient également en retrait en s’étant largement exprimés pour une grève reconductible immédiate (et refusant une grève limitée à la période de 24 heures).
 
Pour un tel mouvement, la mobilisation est d’un niveau tout à fait correct voire appréciable pour les syndicats hors l’UNSA qui s’est empressée, durant la journée de grève, de préciser qu’elle n’envisageait plus de mouvement sans une mobilisation supérieure au résultat obtenu !
 
Côté polémique, elle a été renforcé par la communication de la Direction de la SNCF qui a indiqué avoir souscrit les services d’un cabinet d’audit pour bien vérifier les chiffres de la participation définitive.
 
Pour toutefois connaitre un peu mieux la véracité des annonces, précisons que le nombre de grévistes peut être apprécié qu’en fin d’après midi dans la mesure où des salariés prennent leur service à 12h, 14h voire 18h00 le même jour. Cela apporte un ajout au chiffre annoncé le matin à 11h. Dès lors, estimer autour de 33-35% la participation finale semble proche de la réalité (soit un cheminot sur trois).
 
Bien entendu, la bataille de la communication entre Direction et organisations syndicales redouble lors de tels mouvements sociaux.
 
Avec l’expansion de la politique du « management par objectifs » déployée par la Direction de l’entreprise publique, on pourra ajouter que certains cadres régionaux et locaux ont aussi intérêt à afficher le chiffre le plus bas possible, en permettant l’octroi de congés (si cela ne gêne pas le « service minimum » décidé), la non -prise en compte d’arrêts de travail de courte durée (59 minutes), où un « oubli » volontaire ou non. C’est élément ne doit jouer que sur un à trois points de participation.
 
Car la loi sur le « service minimum » obligeant le cheminot à déclarer son souhait de cesser le travail, cela limite oubli ou volonté de minorer une grève.
 
Au final, et en toute logique, la "bataille de chiffre" est une des composantes non négligeables du conflit social, à la SNCF comme ailleurs...
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 février 2010 13:23

    Tu fais caguer avec tes grèves .


    • Lapa Lapa 5 février 2010 15:40

      Comptes d’apothicaires et concours de qui aura la plus grosses entre syndicats. La défense du service public est effectivement dans vos priorités. Les clients vous remercient.


      • remiaufrere remiaufrere 5 février 2010 18:38

        « service public » ....et « Les clients vous remercient. »

        Bel exemple de contamination par les mots...la pollution par le vocabulaire en quelques sorte !

        Avec vous le service public est sauvé par les « clients »...
        A bas le service ...public, vive le commerce-roi ! c’est ça votre idée !

        Moi je respecte encore plus l’usager que le client ! car l’usager paye par ses impots et uen modeste part à l’utilisation et je pense que l’éthique du « service public » est bien au-delà du commerce et du « client » !

        Chacun ses principes...
        et faire grève parce qu’ils sont fatigués de ne pouvoir assurer un bon service est une noble cause !


      • Salade75 5 février 2010 17:00

        Qui êtes vous vraiment M. Aufrere ?
        Chacun de vos articles, de par leur tournure, déchaîne des torrents de haine anti-SNCF.
        On dirait qu’ils sont conçus pour cela !

        Membre de l’AFRA ?


        • remiaufrere remiaufrere 5 février 2010 18:42

          Bien sûr !

          Pendant que vous y êtes, soyez certain de la réalité de la théorie du complot....

          Mettre en relief les difficultés du dialogue social et éléments discutables ne fait peur qu’à ceux qui ont quelque chose à cacher du citoyen !

          Avec notre Président (de la République) on y arrive, on y arrive....


        • Salade75 6 février 2010 01:28

          Nous avons l’UE et le dogme de ’la concurrence libre et non faussée" d’un côté, et l’affairisme centripète des syndicats et partis de gauche de l’autre : pas besoin de complot !
          Mais si vous pensez sincèrement plaider un tant soit peu pour la cause de la SNCF et en général des services publics, je pense que vous passez à côté de votre objectif !
          Il suffit de lire les commentaires liés à chacun de vos articles pour le contater.

          C’est d’autant plus dommage que le sujet sur les retraites par exemple, pourrait vraiment être intéressant et, sinon fédérateur, tout au moins générateur de réflexions permettant d’aller au delà du discours dominant, si il était traité avec recul et prise en compte de l’environnement.
          Beaucoup de posts sur ce site en témoignent.

          Enfin, ou parlez vous dans l’article ci-dessus des difficultés du dialogue social ?
          Vous ne parlez que de disputes de CRS et d’étudiants sur le comptage des manifestants ! Cela ressemble au « combat » social des années 60/ début 70, mais pas à un dialogue : seulement une caricature pathétique de la « gréviculture » décrite par F. Regniault dans son livre de louanges sur l’autre président (celui de la SNCF).


          • Le péripate Le péripate 6 février 2010 07:07

            Je suis navré de voir que seulement 3 cheminots sur 10 se battent pour le bien-être des usagers (pas des clients hein !) et le bonheur des ouvriers du privé.
            Ca veut dire que 7 cheminots sur 10 se foutent du service au Public et du petit peuple des salariés sans défense.

            C’est trop dur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès