Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Guerre des prix dans la grande distribution : un coût social

Guerre des prix dans la grande distribution : un coût social

Acheter moins cher pour vendre moins cher, ça plait à tout le monde. Mais le coût des guerres de prix entre distributeurs se paie socialement - pour ceux qui n’auraient pas remarqué l’ambiance des supermarchés.

Le Figaro a publié un court article qui montre bien l’état d’esprit d’un secteur qui chasse les coûts au maximum, en mode rouleau compresseur, et on y trouve quelques perles, notamment lorsque l’auteur évoque la différence entre la manière dont Carrefour et Leclerc font leurs achats (via leurs tristement célèbres "centrales d’achats" qui mettent sous pression les fournisseurs, voir le cas de cette PME qui produit des cornichons pour la grande distribution) :

logo_presse-citron.jpg"Comment ? Pas uniquement grâce à la mise en condition psychologique des commerciaux de Danone, Nestlé, Procter et Unilever, épreuve dans laquelle les acheteurs de Leclerc sont passés maîtres. À tel point que, pour tenter de déstabiliser ces derniers, certains fournisseurs envoient des femmes négocier.

En fait, les meilleurs tarifs obtenus par Leclerc tiennent aux multiples clauses contractuelles, souvent renégociées en permanence. Le Galec, la centrale d’achat du groupement, est ainsi réputé pour la surfacturation des pénalités de retard et de certains coûts logistiques. En outre, de nombreux industriels lui reprochent certains contrats annexes, rédigés par des armées d’avocats pour limiter les risques juridiques. « Ils les assimilent à des garanties de chiffre d’affaires et des garanties de marges », poursuit notre expert."

Bref, ça bataille ferme pour que nous puissions payer moins cher, mais à quel coût social quand on voit la manière dont sont traités les salariés, forcément "polyvalents" (comprendre "pressable comme un citron"), de ces surfaces ? J’avais évoqué le cas des hard-discounters chez qui l’ambiance est franchement tendue :

"Les conditions de travail, d’abord. Difficile de faire plus spartiate qu’un Lidl ou qu’un Aldi (Leader s’en sort un peu mieux). Pas de chaises pour les caissières : « Si elles sont assises, les caissières sont beaucoup moins rapides, constate Didier Cayla, chef de magasin Lidl à Lunel et responsable syndical CAT (Confédération autonome du Travail). Or elles ne doivent pas dépasser 50 secondes pour encaisser. » (Nouvel Obs). Car avec la hausse de la fréquentation, les files aux caisses s’allongent, et les clients n’aiment jamais attendre. Pas de garçons non plus : moins dociles que les femmes, paraît-il. Les hard-discounters ont beau avancer qu’ils paient plus que la concurrence (de 10 à 20%), c’est au prix d’une "flexibilité" accrue, comme en témoigne Fatiah Hiraki, chef de magasin Lidl en région parisienne : « On est obligé de tout faire. Le chef de magasin passe la serpillière et fait la caisse. Les caissières, elles, doivent aussi s’occuper des rayons. Et faire de la manutention. » Et terminer à 22h n’est pas anormal. Du coup, c’est quand même un comble, les caissières de Monoprix sont considérées comme caissières de luxe !"

Personnellement, c’est chez Ed que je ne remettrai plus les pieds, d’une part pour leurs publicités qui nous prennent franchement pour des pigeons, et d’autre part parce que c’est là que le système de caisse est le plus inhumain, j’ai en souvenir plusieurs passages où des pots en verre que j’achetais m’était "catapultés" par la caissière qui avait un nombre incalculable de clients à faire passer (debout, évidemment).

Luc, Consommaction.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 14 octobre 2009 10:54

    on ne paye pas moins cher
    par contre toutes les centrales se goinfrent


    • Philou017 Philou017 14 octobre 2009 11:01

      Merci de mettre en évidence des logiques qui me paraissent claires depuis longtemps.

      L’argument apparemment irrésistible du toujours moins cher est un leurre qui se paye en réalité de plusieurs façons.
      - Par des fournisseurs étranglés financièrement par un chantage constant sur leurs prix
      - par une exploitation sociale nécessaire pour diminuer les coûts.
      - par la préférence économique à des pays fournisseurs respectant le moins de normes et de législation possible
      - par la pollution induite par une consommation effrénée et par l’opposition prix bas / investissements écologiques
      - par la préférence obsessionnelle du prix qui se traduit par des marchandises de mauvaise qualité aux dépens du rapport qualité/prix bien plus significatif. Cette camelote vite jetable amène donc aussi sur-consommation et pollution.

      Cette idéologie du prix bas, que l’on essaie de vendre au citoyen est donc essentiellement néfaste. L’argument des pauvres qui auraient besoin de marchandises peu onéreuses ne tient pas, puisque cette pratique amène régression sociale, chômage, pauvreté et précarité.

      Dans une économie régulée, les entreprises de distribution achètent les marchandises à un prix convenable, traitent correctement leurs employés, et les lois encadrent les évolutions souhaitées de l’économie, limitent les dérives et font évoluer les pratiques suivant des objectifs d’intérêt général.

      Avec le libéralisme, et donc la politique des prix bas et la jungle sans contrôle du marché, c’est tout le contraire.

      Notre monde marche sur la tête, pour le plus grand bénéfices des multinationales et de leurs actionnaires, il est vrai.


      • snoopy86 14 octobre 2009 13:11

        « Dans une économie régulée, les entreprises de distribution achètent les marchandises à un prix convenable, traitent correctement leurs employés, et les lois encadrent les évolutions souhaitées de l’économie, limitent les dérives et font évoluer les pratiques suivant des objectifs d’intérêt général »

        On a vu ce que donnaient voire donnent encore ces économies régulées : DES RAYONS VIDES


      • Philou017 Philou017 14 octobre 2009 14:48

        Dans les années 60, l’économie Française était régulée avec une forte présence de l’état, non seulement au niveau de la régulation, mais de l’activité économique et de la recherche.

        Mais je ne vais pas me fatiguer à discuter avec vous. Votre ignorance crasse, votre obsession idéologique et, excusez-moi de vous le dire, votre méchanceté bornée, rendent tout dialogue superflu.


      • snoopy86 14 octobre 2009 18:48

        J’accepte l’ignorance crasse (même si pour ce qui te concerne tu n’as pas démontré beaucoup mieux ) voire la méchanceté bornée que tu suscites chez moi ducon smiley

        Pour l’obsession idéologique tu me sembles être beau prototype.

        Je n’ai pas non plus l’intention de dialoguer avec toi : juste te faire un peu chier et me foutre de ta gueule

        A l’évidence j’y suis parvenu


      • Philou017 Philou017 15 octobre 2009 06:46

        juste te faire un peu chier et me foutre de ta gueule

        C’est votre façon de faire en général. J’ai remarqué que vos dernières interventions étaient de pire en pire. Vous vous enfoncez dans la médiocrité, d’où mon coup de gueule.

        Ca sert à rien avec vous, mais ca soulage.


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 octobre 2009 11:31

        Meuh non , tout va bien , y a rien de meilleur que les fraises d’ Espagne en carton et les tomates de Hollande en ... je sais pas trop comment dire ...

        La vérité , ce qu’ on achête à très bas prix par le biais de la grande distri qui se goinfre , on l’ ôte de la poche du travailleur local qui lui est au chomdu pendant que les chinois suent la transpiration pour des clopinettes pendant que le transporteur océanique Niarchos , Rastapopoulos et l’ autre milliardaire boivent le meilleur champagne à notre santé .

        Le progrès en marche .


        • jakback jakback 14 octobre 2009 12:13

          La grande distrib est une Mafia buveuse de sang, sueur et, larmes. Un cauchemar pour tout être doué de raison.
          Derrière les enseignes se cachent, les familles, Mulliez (auchan) Halley (carrefour) Leclerc (éponyme), cela n’est qu’une toute petite partie de l’iceberg.
          Le paradoxe est que le taux de suicide est inversement proportionnel, aux conditions de travail.


          • fhefhe fhefhe 14 octobre 2009 12:56

            Je n’ai de cesse de le répéter dans certains de mes commentaires...
            La Finalité du Moins cher.....Temps vers le ZERO coût.....qui lui est Synonyme d’Esclavage, Camps de Travail , Travail des Prisonniers...(Le dernier évadé qui vit dans les bois....travaillait à la fabrication de cartons , dont un lui a servi à s’évader.)
            Vous avez oubliez les Prospectus Payés par les industriels....
            20 Millions cette année pour Systéme U (de Source sure)
            Je peux vous assurer que les Tonnes de papier achetées par les centrales d’achat se chiffres , au total , par centaines de milliers ....( je suis un Ex-Vendeur de Papiers Grands Comptes) je vous fait grâce des Couts du Pré-Presse et de l’Impression....
            Les coûts inhérents à la fabrication de ces prospectus , catalogues payés par les Industriels sont imputés dans les prix de vente.
            Maintenant vérifiez dans chaque Région de France le Top 10 des Grandes Fortunes....vous y verrez les SAIgneurs de la Grande Distribution.
            Ces SAIgneurs....ont cerné Toutes les Villes , maintenant ils sont entrés dans les Coeurs des Villes (CarrefourCity , SimplyMarket etc....)
            Ces SAIgneurs créent des emplois certes , mais 95% de leur masse salariale est Payée au SMIC ....et 75% des caissières travaillent à Temps Partiels... !!!
            ScarfaceKosy est un saint....par rapport à certains Directeurs d’Hyper Marchés....
            Le seul moyen de les combattre....c’est une Centrale d’Achat de CONSOM’acteurs....
            Une Utopie ????
            Non....un devoir Citoyen....comme le Tri Selectif de nos ordures ménagères....Trions nos sources d’approvisionnement.... !!!!
            Achat direct chez les Agriculteurs , dans les Abattoirs , Utiliser , par , exemple le vrai savon de Marseille ....d’une longévité exceptionnelle....et surtout plus sain..., prendre le soin de cuisiner avec des produits des marchés en plein air...et le souriire du Maraîcher , poissonnier en plus ...etc.....
            Oui Achetez malin....comme dit une de leur Pub .



            • fhefhe fhefhe 14 octobre 2009 15:50

              Que de fautes d’orthographes quand j’écris...avec Colêre... !!!!


            • citoyen 14 octobre 2009 16:47

              Quelle guerre des prix ? La vie n’a jamais été aussi chére . Il ne me semble pas que vers 1998 ou 1999 par exemple , les distributeurs aient été au bord de la faillite . Depuis les prix ont doublé et parfois plus sur de nombreux articles .Ou est passée la différence . C’est cela , la guerre des prix ? Guerre à qui se goinfrera le plus sur le dos du consommateur ( et du producteur aussi , d’ailleurs ) , oui....
              Il n’ y a pas guerre des prix de vente, mais entente sur ces prix ,sauf quand il s’agit de faire venir des containers de saletés fabriquées en chine et qui se casseront en deux jours . Là oui ....
              Hier : produit de qualité fait en europe à 25 euros . Aujourd’hui , on passe à 20 euros , mais fait en chine . Vous appelez cela une baisse de prix , vous ? C’est plutot une entube , oui . Mais dans les indices INSEE ,officiellement ,c’est compté comme une baisse de prix
              Il n’ y a baisse de prix que si l’on diminue le prix A QUALITE EGALE . Actuellement , pour l’acheteur qui souhaite ne pas acheter de pacotille , les prix galopent ......


              • darksad 14 octobre 2009 16:53

                libéralisme = profit

                coût = [coût / production] + [coût / social]

                [production / libéralisme] = profit
                [coût / production] = [coût / production] + [coût / social]
                etc.

                surprise ?


                • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 14 octobre 2009 20:29

                  Bonsoir,

                  Merci pour votre article.

                  Je ne saurais trop vous recommander la lecture de :

                  « Travailler plus pour gagner moins, la menace Warl-Mat »
                  Hachette, collection Pluriel - 8 € 50
                  Imprimé en Espagne parce que c’est moins cher...

                  Cordialement,


                  • tomper 16 octobre 2009 11:14

                    Méchants distributeurs !

                    Gentils industriels !

                    Gentils producteurs !

                    Mais oui, les commerçants sont tous des voleurs, ils prennent leurs marges indues sur le dos des autres !

                    Pendons les, ils ne méritent pas de vivre !

                    Et puis ces grandes surfaces, même s’il y a souvent un intéressement, un 13e voir plus de mois de salaire, sont les seuls en france à payer au SMIC, quels esclavagistes !

                    Et puis ces grandes surfaces demande du rendement à leurs salariés ! Ce sont les seuls aussi dans notre monde, par exemple sur les chaines de productions des produits, on fait que discuter ! Des esclavagistes !

                    Les patrons de PME et les cadres de la grande industrie ont mérités leur belle voiture ! Les patrons de grande surface, non !

                    Heureusement qu’agoravox permet de dire n’importe quoi. Vraiment un repère d’idiots. Internet, permet à n’importe qui d’écrire n’importe quoi, c’est beau le progrès !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès