Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Halte aux dérives de nos Banques Centrales !

Halte aux dérives de nos Banques Centrales !

Les Banques Centrales se sont révélées être ces dernières années une menace pour la stabilité économique et financière en exerçant une intense pression baissière sur les taux d’intérêts - quitte à parvenir à des taux réels négatifs - et en inondant de liquidités le système bancaire ! Une politique monétaire au laxisme sans précédent ayant directement gonflé les valorisations de l’ensemble des actifs tout en provoquant de multiples bulles spéculatives à la faveur d’un crédit accordé sans aucun discernement furent donc la résultante de la stratégie adoptée depuis 2001 par la Réserve Fédérale Américaine. Cet établissement, qui se comporte ainsi de la manière la plus irresponsable depuis sa création en 1913, n’a-t-il en effet pas étendu quasiment à l’infini son bilan via une boulimie Pantagruélique ayant consisté à ingérer sans sourciller toute une gamme d’actifs à risques et autres créances toxiques dédaignées par la totalité des autres Banques Centrales ... à l’exception de la BCE qui vient de s’y mettre ! Pourquoi la Fed fait-elle la leçon aux établissements financiers trop spéculateurs alors même qu’elle prend pour son compte et en totale impunité tous les risques ?

En réalité, la Banque Centrale Américaine se lance dans une quête quasi obsessionnelle de croissance économique peu réaliste tout en tablant sur un plein emploi appartenant à une époque révolue et ce quitte à sacrifier la stabilité d’un système financier qui, il est vrai, pourra toujours être sauvé via la planche à billets... Car ces cycles (artificiels) de forte croissance économique induits en droite ligne par les politiques hyper expansionnistes de la Fed se terminent immanquablement par des crises financières et par une multitude de faillites. Que ces leçons soient enfin apprises par nos Banquiers Centraux au sommet : les crises financières à répétition, qui se traduisent toujours en déboires économiques, sont tout bonnement le produit dérivé de leurs politiques monétaires expansionnistes (c’est-à-dire de taux d’intérêts anormalement bas). Alan Greenspan, qui déclarait fièrement en 2005, que les Etats-Unis "bénéficiaient de la prospérité grâce au crédit bon marché" avait-il prévu dès 2007 la crise, le chômage à 10%, le déficit budgétaire à 13% du P.I.B. de son pays et les dettes publiques Fédérales globales de près de 100% de ce même P.I.B.... ? A l’évidence non car la Réserve Fédérale US était exclusivement préoccupée par la pérennisation du boom et de son lot de prospérité factice.

Comment une Banque Centrale responsable peut-elle feindre d’ignorer le chaos financier résultant systématiquement de sa politique généreuse de grande pourvoyeuse de liquidités ? Le château de cartes ne manque jamais de s’effondrer dès lors qu’une Banque Centrale trace une voie royale qui favorise outrancièrement les spéculateurs ! La vérité est que l’expansion et la croissance exceptionnelles de l’économie US depuis une quinzaine d’années sont redevables à un crédit ayant atteint des records à 350% de son P.I.B. : nos économies Occidentales (car l’Europe n’est pas en reste dans ce schéma de Ponzi) n’ont progressé que parce qu’elles se sont endettées ! En effet, la Grèce, l’Espagne ou l’Irlande n’ont rien à envier à la Fed puisqu’elle se sont comportées comme un enfant abandonné dans un magasin de jouets - ou plutôt comme un joueur compulsif lâché dans un casino - dès leur entrée dans la zone Euro : C’est ainsi que leurs Banques ont converti l’ensemble de leurs consommateurs au crédit facile, c’est ainsi que les investisseurs du monde entier ont fini par se persuader qu’une obligation Grecque représentait le même risque (et offrait les mêmes qualités) qu’une obligation Allemande... 

Pourquoi être émerveillé par une forte progression de la consommation, de la croissance et par le recul (provisoire) du chômage dès lors que les Etats, les entreprises et les ménages sont priés de s’endetter tous azimuts ? Les politiques monétaires laxistes s’accompagnant de leur inévitable attirail de taux d’intérêts ridiculement bas et autres injections de liquidités induisent des distorsions majeures du système tout en redistribuant les richesses de manière totalement injustifiée parce que fallacieuse.

Comment nos Banques Centrales, gardiennes du temple, et pourquoi nos Etats, supposés garants de l’équité, ont-ils perdus de vue la fonction essentielle du taux d’intérêt ? La rémunération de l’argent devant être directement proportionnelle au taux de productivité du capital, toute dérive hors de cette orthodoxie se réalise aux dépens du citoyen moyen et du consommateur qui subissent une dépréciation graduelle de la valeur de leur argent... Impossible donc d’édifier une reprise économique saine et stable sur une base constituée de prêts indifférenciés, de déficits budgétaires massifs et d’injections illimitées de liquidités car la facilité dégénère toujours en hyper spéculation destructrice, en inflation et en appauvrissement de la population.


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Gandalf Tzecoatl 11 juin 2010 12:05

    Article anti-inflationniste dans la pure ligne de l’idéologie de la BCE.


    Le sur-endettement américain est tout de même le moteur de l’économie émergente des BRIC et satellites, qui sans doute, se tuent au travail avant de réclamer le bien-être matériel des sociétés occidentales.

    « la facilité dégénère toujours en hyper spéculation destructrice, en inflation et en appauvrissement de la population »

    Oui, en fait, vous souhaitez que les milieux financiers s’approprient la facilité au détriment des secteur productifs. Comme si les coupés, villas, yachts, galleries d’arts, etc, étaient d’un blasant !

    Le secteur financier n’a pas à imposer sa morale de servage afin d’ordonner et de moutonner la populace au pressoir économique.



    • Anonymous Republic Punisher Rigel 11 juin 2010 13:18

      L’inflation est du à l’anticipation des taux d’interêts en grade partie normalement alors que si elle est a une création monetaire en expansion evidement si il ya des bulles qui explosent et une hyperflation qui est du à une trop forte création monétaire et biens les gens sont lésés


      • verdan 11 juin 2010 13:29

        Bonjour M. Santi et tutti

        Si j’ai bien compris, depuis le temps que je vous lis , avec plaisir d’ailleurs ,en quelques mots voilà :

        "les Banques Centrales se sont révélées être ces dernières années une menace pour la stabilité économique et financière en exerçant une intense pression baissière sur les taux d’intérêts - quitte à parvenir à des taux réels négatifs « ...

        Les banques privées se refinancent auprès de la banque centrale, plus les taux sont bas, plus la marge bénficiaire des banques privées est grande  ? Non !?
        Puisqu’elles revendent , ce qui n’a pratiquement rien coûté ,plus cher au tout venant , institutions, pays etc... Plus de profit ,est un de leurs buts via les intérêts des dettes contractées. Donc cela semble cohérent . même , me semble-t-il un rêve éveillé , cocagne en chaque pays capitaliste.

        - »Cet établissement, qui se comporte ainsi de la manière la plus irresponsable depuis sa création en 1913, n’a-t-il en effet pas étendu quasiment à l’infini son bilan via une boulimie Pantagruélique ayant consisté à ingérer sans sourciller toute une gamme d’actifs à risques et autres créances toxiques dédaignées par la totalité des autres Banques Centrales« ...

        Cette » banque" la fed ..
         privée, qui de part sa constitution , n’a de compte à rendre à personne, par définition ne peut pas être irresponsable. A votre place ( je n’essaie pas , n’ai pas les compétences requises ) , j’aurais écrit : cette banque libre de faire ce qu’elle veut ... c’est de facto ,une réserve des dettes publiques pour intérêts privées.

        Comme ses objectifs , ne sont pas le bien être ou le bien vivre des USA , sinon cela se saurait depuis un moment , le profit et la dette des Usa sont vraisemblablement leur plus grand gagne pain ? Non ?!

        Ma modeste conclusion, partant du postulat que :- les banques privées et centrales sont cul et chemise - Ils sont amis amis , ils savent pertinemment ce qu’ils accomplissent.Feindre,croire, supposer que ces gens là, ne savent ni ne comprennent ce que les uns les autres font , je n’y souscris pas un instant.tant les uns , sont issus de tel endroit, ancien directeur d’un autre , conseiller de lui ... et patati patata

        Donc au final , c’est bien une réelle volonté de nuisance , de dépossession des Etats Nation, d’asservissement généralisé des masses qui sera leur zénith , notre nadir à nous ....

        Incidemment, je ne peux qu’être d’accord avec votre titre...et des vos articles en général.

        merci et excellente journée.
        Daniel


        • Anonymous Republic Punisher Rigel 11 juin 2010 13:57

          Oui la plupart des Américains ne savent pas que la FED (depuis 1913) est privé et n’est pas une institution publique...


        • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 23:40

          Entièrement d’accord avec Verdan. 

          Juste y ajouter que les états, s’ils étaient autorisés à émprunter aux « taux ridiculement bas » des banques centrales, seraient certainement beaucoup moins endettés. 

          Le problème n’est donc pas des taux d’intérêt trop bas des banques centrales ; il est dans le fait que les états sont obligés, eux d’emprunter aux banques privées qui, au passage, réalisent d’énormes bénéfices. 

          En un mot comme en mille, les problèmes viennent du système de création monétaire, qui a été retiré aux états (d’où leurs dettes), et que l’on fait obligatoirement transiter par les banques. 

          Monsieur Santi n’est-il pas assez intelligent pour comprendre ça, ou bien joue-t-il au « naïf » volontairement, pour mieux détourner le problème ? 


        • Anonymous Republic Punisher Rigel 12 juin 2010 15:26

          à force de le dire les gens finiront peut être par le comprendre ^^


        • Anonymous Republic Punisher Rigel 12 juin 2010 15:30

          Je penses que l’auteur voulais surtout parlé des dérives dans la forme actuelles des banques centrales, c’est à dire planche à billet et rachat de créances toxiques, mais finalement tous celà sont les conséquences du au fait que les Etats ne peuvent plus emprunté à leur banques centrales ...


        • Pyrathome pyralene 11 juin 2010 14:19

          Ce n’est pas une dérive, mais une OPA.......la stratégie du choc toujours et encore, non ! je les trouve très bon dans leur rôle d’escroc et de criminel, mais la situation va leur échapper à un moment ou à un autre, c’est leur grande crainte !! et là........ils auront bon courir vite....


          • Mycroft 11 juin 2010 16:27

            Article qui, comme d’habitude, ne regarde que les aspect économique et non les aspect de société.

            Il est difficile de mettre en place une rigueur budgétaire dans un environnement où les écarts de richesse se creuse. Les gens n’aiment pas se faire avoir, et quand les gens voient que les riches deviennent plus riches alors qu’eux même deviennent plus pauvre, il est normal qu’ils refusent de se serrer la ceinture.

            Mais les gouvernement n’ont pas les moyens d’imposer aux riches

            Peut être que la crise pourra permettre un grand coup de balai dans les nations occidental. Il suffit que les gouvernement « anti-riches » se mettent à fleurir. Et là, on pourra commencer l’austérité de manière juste.

            Après, il faut voir à ne pas confondre austérité et débilité.

            Si le chômage est fort et les ressources faible, on ne le diminue pas en se contentant d’augmenter le nombre de personne demandant un emplois. Passer la retraite à 65 ans, ça n’augmente pas la quantité de pétrole disponible, ça n’augmente pas nos matière première, ça n’augmente pas nos besoin.

            Ce n’est qu’une capitulation sans condition à la volonté des entrepreneurs traîtres, qui délocalisent pour s’enrichir (contrairement aux entrepreneurs chinois, par exemple, qui eux, ne délocalisent pas, par un mélange de nationalisme et de docilité vis à vis du gouvernement chinois). Ce n’est qu’une lutte économique entre les peuples, alors que nous gagnerions à collaborer les uns avec les autres (on joue à qui se sacrifiera le plus pour ceux qui ont des capitaux...)

            Il est temps que les états arrêtent de jouer à ce jeu.


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 11 juin 2010 23:31

              "quand les gens voient que les riches deviennent plus riches alors qu’eux même deviennent plus pauvre,"

              Il s’agit là de pure propagande qui ne sont pas relayés par les faits.

              L’écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, n’a quasiment pas bougé ces dix dernières années si l’on se base sur les revenus disponibles, c’est à dire après impôts et avantages sociaux. Le rapport est de 4,6.

              Cela est vrai pour 2007. Avec la crise, cet écart a dû encore baisser. Et le RSA va diminuer le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté qui, il faut le rappeler, ne mesure pas la pauvreté, mais l’inégalité des revenus, puisqu’il s’agit d’un calcul relatif.

              Voir ici


            • Pyrathome pyralene 12 juin 2010 13:27

              je suis un homme libre comme un prisonnier à Guantanamo.....ah ah ah laissez-moi rire.... !!


            • foufouille foufouille 12 juin 2010 13:33

              «  »Et le RSA va diminuer le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté qui, il faut le rappeler, ne mesure pas la pauvreté, mais l’inégalité des revenus, puisqu’il s’agit d’un calcul relatif."

              mdr !!
              faut arreter de fumer la moquette !


            • Anonymous Republic Punisher Rigel 12 juin 2010 15:31

              lol t’a vu ça ou mec ? dans une brochure de L’UMP ?


            • sisyphe sisyphe 11 juin 2010 23:56

              On lit quand même, sous la plume des libéraux, des mensonges et des contre-vérités hallucinantes !!!

              je cite : 

              Cela est vrai pour 2007. Avec la crise, cet écart a dû encore baisser. Et le RSA va diminuer le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté qui, il faut le rappeler, ne mesure pas la pauvreté, mais l’inégalité des revenus, puisqu’il s’agit d’un calcul relatif.

              Un « calcul relatif » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

              Le seuil de pauvreté est, en France, de 850€uros !!!!!

              Allez vivre, avec 850€, aujourd’hui, en France !!

              Mais pour jesuisunliberallibre, c’est « relatif » ! 

              Par ailleurs, cette affirmation que le RSA va "diminuer la pauvreté, quand ledit RS est de quelques 600 €uros ; c’est donc purement et simplement un honteux mensonge.

              Il y a, en Europe, 100 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, mais pour jesuisetc, ce n’est pas de la pauvreté ; c’est juste ............. re-la-tif !!! 

              D’autre part, l’écart des revenus entre les plus riches et les plus pauvres s’aggrave ; c’est un fait incontestable ! ici , là  et ici 




              • Cug Cug 12 juin 2010 12:02

                 Pour un libéral si t’es pauvre c’est de ta faute ....
                 De plus pour avoir l’air encore plus riche que les autres il faut que ceux ci soient encore plus pauvres.

                 Le libéralisme c’est la politique de l’autruche volontaire.
                 Tant que je chie des oeufs en or peu importe ce qu’il se passe autour.


              • BA 12 juin 2010 10:38

                La Banque Centrale Européenne dit aux banques : « Allez-y ! Prêtez des milliards d’euros aux pays d’Europe du sud ! Allez-y ! Achetez leurs obligations pourries ! N’ayez pas peur ! Ensuite, je vous les rachèterai ! »

                Concrètement, voici ce qui est en train de se passer en Europe :

                1- Les pays d’Europe du sud et l’Irlande sont ruinés. Plus personne ne veut leur prêter d’argent. Plus personne ne veut acheter leurs obligations d’Etat.

                2- Les banques européennes, elles, achètent leurs obligations pourries. Mais ensuite, les banques européennes les transfèrent aussitôt à la BCE.

                3- La BCE rachète les obligations pourries de l’Etat grec, les obligations pourries de l’Etat portugais, les obligations pourries de l’Etat irlandais, les obligations pourries de l’Etat espagnol, etc.

                4- Les banques européennes peuvent alors emprunter des milliards d’euros à la BCE à un taux très très bas : seulement 1 %.

                5- La BCE se retrouve avec dans ses livres des milliards d’euros d’obligations pourries.

                6- La BCE fait la mariole en présentant un bilan flatteur : elle prétend qu’elle posssède des centaines de milliards d’euros d’« actifs ». Mais en réalité, ce sont des actifs pourris : leur valeur réelle est égale à zéro. Par exemple, si la BCE voulait revendre ses obligations de l’Etat grec, personne ne voudrait les lui racheter.

                Personne.


                Conclusion numéro 1 : la BCE est devenue une gigantesque fosse à merde. Son bilan est gavé de centaines de milliards d’euros d’actifs pourris.


                Conclusion numéro 2 : cette situation est intenable. Dans quelques mois, la BCE devra être recapitalisée. Les Banques centrales des 16 Etats membres de la zone euro sont les actionnaires de la BCE. Ce sont donc elles qui vont devoir recapitaliser la BCE.

                Concrètement : les Etats membres de la zone euro vont devoir recapitaliser la BCE.

                Contribuables, préparez-vous à payer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès