Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Histoire de la banque de France

Histoire de la banque de France

La banque de France est créée le 18 janvier 1800, c'est une société au capital de 30 millions de francs souscrite par le premier consul Napoléon, des membres de son entourage et les plus riches familles françaises. Les 200 actionnaires les plus importants en constituent l'assemblée générale. En contrepartie de son privilège d'émettre la monnaie de la nation, la banque de France assure gratuitement le service de caisse du trésor et consent à des avances à l'état lorsque la situation des finances publiques l'exige.

En 1936, le gouvernement du front populaire donne aux pouvoirs publics des moyens d'intervention plus directe dans la gestion de la banque. Sur les 20 conseillers du conseil d'administration, 2 sont nommé par l'assemblé général, un par le personnel et 17 désignés par l'état.

En 1945, la banque de France est nationalisé, et se voit attribué un rôle de service public. Le capital de la banque est transféré à l'état le 1er janvier 1946.

Les réformes de 36 et 45 ont retiré toute part de gestion aux intérêts privés, mais n'ont pas diminué le rôle de gouverneur vis a vis des pouvoirs publics, ni réduit l'autonomie de gestion de la banque.

En 1971, R.Nixon supprime la convertibilité du dollar : c’est l’abandon de l’étalon or. Désormais les monnaies varient entre elles suivant l’offre et la demande. Il n’y a aucune contrepartie métallique à la monnaie émise !

En 1973, G.D'Estain et G.Pompidou réforment les statuts de la banque, en particulier par l’ article 25 très court, qui bloque toute possibilité d'avance au trésor : « Le trésor public ne peut être présenteur de ses propres effets à l'escompte de la banque de France ». Par cet article la banque de France abandonne donc son rôle de service public. L'état reste quand même le seul propriétaire des actions de la banque. Mais ceci m’est fin aux 30 glorieuses et ouvre la voie à l’endettement de la nation !

En 1976, sans aucune justification économique R.Barre décide que l'état paiera les intérêts de sa dette au-delà du taux d'inflation. Il place ainsi l'état au service des créanciers !

En 1992, l'article 104 du traité de Maastrich interdit aux banques centrales et à le BCE d'accorder des découverts et des crédits à toutes les autorités publiques. Et en 1993, Miterrant et Chirac en application du traité décideront que l'état doit obligatoirement passer par les banques privées pour se financer.

En 1998, la banque de France est intégrée au SEBC (système européen de banque centrale). Les banques privées obtiennent donc un monopole sur le crédit public : pour elles c'est le jack pot ! La dette qui en découle est une pure création au service du capital financier.

Donc, délibérément, l'état a transféré sur le système bancaire privé, son droit régalien de création monétaire. Sans que cela ait donné lieu au moindre débat public, nous avons privatisé l’argent, de sorte que nous, peuple soit disant souverain devons maintenant acheter notre propre monnaie auprès de banques privés !

conscience citoyenne responsable

http://2ccr.unblog.fr/


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 18 décembre 2010 14:04

    Et de ce processus vient la paupérisation de l’Etat et les problèmes actuels.
    L’INSEE, il me semble, avait fait le calcul de savoir où nous en serions si nous avions conservé le système de création de monnaie qui prévalait avant que Giscard ne passe par là. Nous serions actuellement bénéficiaires de plusieurs centaines de milliards.

    Mais pourquoi donc personne ne demande des comptes à Giscard et à ses amis ?


    • Augustule Augustule 18 décembre 2010 22:53

      Giscard ? Il vit encore ?

      quand je vois l’état de son blog, j’ai un doute quand même.....


    • Tassathée Tassathée 18 décembre 2010 23:59

      Parce que tout le monde en croque, sauf nous.


    • alberto alberto 18 décembre 2010 14:39

      L’article est un peu court, mais l’essentiel est dans sa bonne conclusion.
      Bien d’accord avec Alpo : nous devons à Pompidou (issu de la banque Rothschild) et Giscard le garrot des dettes qui nous étrangle ! Garrot étendu à toute l’Europe par les vertus de la constitution européenne (rédigée par le même Giscard, souvenez-vous...) et l’application du traité de Lisbonne !

      Mais les journalistes et les économistes qu’on entend à longueur d’année nous expliquer que le petit personnel devra maintenant se serrer la ceinture, glisse là-dessus comme si de rien était ?

      Quand quelqu’un osera-t-il (ou elle) aborder publiquement cette question ?

      Bien à vous.


      • candide candide 18 décembre 2010 23:20

        Pour l’instant il y a Asselineau, Dupont Haignant et Mélenchon qui en parlent


        Mais il n’y a qu’un qui prouve que l’Europe a été créée par les US et est toujours noyautée par les US c’est Francois Asselineau (voir la vidéo de 2 heures sur sont site, c’est prendre un vérité en pleine figure !)

      • epapel epapel 19 décembre 2010 13:23

        Vous oubliez Marine Le Pen.


      • epapel epapel 19 décembre 2010 13:24

        Et aussi Marielle de Sarnez.


      • non667 18 décembre 2010 15:55

        1981
         la gauche au pouvoir avec un projet de nationalisation des banques n’a jamais parlé de ce problème et surtout n’a rien fait de ce coté !!!!!!!!!!!
        CQFD


        • epapel epapel 19 décembre 2010 13:42

          Dans un émission Mélenchon a posé le problème à Sapin : aucune réponse sur ce que la gauche à fait ni sur ce qu’elle compte faire.


        • Antidote Europe 19 décembre 2010 14:17

          Cette gauche entend proroger les choses et ne rien changer. C’est une opposition d’apparence, de pacotille pour diviser la population sur l’essentiel.
          Marielle De Sarney, Marine Le Pen, Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon ont tous remis en cause à leur manière le bien fondé du prétendu « pacte de stabilité européen » qui mène la société européenne droit dans le mur.
          On attend toujours que Besancenot, l’idiot utile de l’UMPS, donne son point de vue sur cet aspect crucial de la financiarisation de l’économie réelle. Il est doué pour endormir sa base. Mais quand il s’agit de faits concrets, il ferme docilement son caquet. 
          Ne manque dès lors, plus que l’avis d’Europe écologie sur le dogme de la croissance perpétuelle, la voracité illimité de la finance et les deux grands partis du système bipartiste seront définitivement isolés.  


        • epapel epapel 19 décembre 2010 16:19

          Le problème de Besancenot, c’est surtout qu’il ne comprend rien à l’économie qui se résume pour lui à « il faut tout nationaliser ».

          La deuxième chose, c’est qu’avec sa femme, il a des revenus assez élevés pour se prendre une crédit de plus de 250.000 euros soit 1400 par mois si c’est sur 25 ans avec un TEG de 4.5%, ce qui nécessite au moins 4300 € de revenus net mensuels. Il a parfaitement le droit mais un bobo qui vit au milieu des bobos - il est facteur à Neuilly - fait-il vraiment partie du peuple ?


        • Tassathée Tassathée 18 décembre 2010 23:54

          C’est bien de faire une vidéo de 2 heures expliquant que l’on a dormi pendant 30 ans.


          • Robert GIL ROBERT GIL 19 décembre 2010 15:12

            Pour Besancenot, le NPA demande la creation d’un pole public de la banque et du credit ; Je crois egalement (a verifier) qu’il declare la dette illegitime et donc non remboursable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès