Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Il faut augmenter les taxes sur les produits pétroliers !

Il faut augmenter les taxes sur les produits pétroliers !

Bien sûr, il s’agit là d’un titre volontairement provocateur, mais l’idée du média citoyen n’est-il pas d’apporter de la réflexion au-delà du bon sens commun (si tant est que cela existe).

Je ne vous apprendrais sans doute rien en constatant, selon la formule consacrée, que « le pétrole flambe ». Alors, que faire ? Baisser les taxes disent les uns, ouvrir les vannes disent les autres, et pourtant, la solution pourrait bien être paradoxalement d’augmenter les taxes sur les produits pétroliers.

Baisser les taxes, c’est bien évidemment une façon de maintenir, voire de pousser à la consommation. Cela baisserait temporairement les prix, jusqu’à ce que le marché, dopé par une demande supplémentaire, décide de récupérer cet argent, puisque l’Etat n’en veut pas.

Ouvrir les vannes, c’est bien joli, mais plus aisé à dire qu’à faire. Le pétrole ne coule pas d’un robinet connecté à une citerne qui se remplirait miraculeusement d’un côté. Sans entrer dans les détails techniques, ouvrir davantage un puits de pétrole, signifie bien souvent accélérer la production d’eau, détendre du gaz, accélérer le déclin de production et perdre une partie des réserves à plus ou moins long terme. L’effet serait alors inverse à celui désiré. On aurait une baisse immédiate des prix, mais suivie d’une très forte hausse du fait de la perte à la fois de production et de réserves pétrolières. C’est un peu comme si on demandait aux agriculteurs, pour combattre la faim dans le monde, de surexploiter leurs meilleures terres jusqu’à les rendre stériles.

Une fois que le pétrole est produit, il faut ensuite le transporter dans des pipelines et des tankers vers des raffineries qui doivent convertir le brut en produits finis. Or les producteurs, les transporteurs, les raffineurs travaillent à bloc. Les capacités sont bien utilisées. On ne peut pas dire qu’il y ait une pénurie organisée, il y a simplement une forte demande et des capacités de production saturées. Même du point de vue humain, il est virtuellement impossible de trouver un ingénieur pétrolier disponible sur le marché mondial du travail. Les tenants du Peak Oil ne font qu’aggraver la situation ; pourquoi investir des milliards dans des moyens de transport et de raffinage lorsqu’on vous répète à l’envie que le pic mondial de production est passé et que, dorénavant, la production ne peut plus que décliner. Qui investirait dans un nouveau pressoir à vin à la veille d’une épidémie mondiale annoncée de mildiou ?

La seule façon de s’en sortir est en fait de faire baisser la demande et ceci passe malheureusement par la hausse des prix, nos consciences citoyennes collectives n’ayant que trop peu assimilé cette urgence. Le doublement du prix de l’essence aux Etats-Unis n’a fait baisser la demande en carburant que de 3 % sur une année. C’est peu, trop peu pour compenser la forte demande des pays émergents, mais cela représente environ 250 000 barils par jour. En augmentant fortement les taxes sur les hydrocarbures, l’Etat a l’occasion de faire baisser sensiblement la demande et donc d’en stabiliser les prix. Avec l’argent récupéré, l’Etat peut stimuler la recherche sur les énergies nouvelles, combattre les effets néfastes de la pollution automobile et les pertes de productivité liées aux difficultés dans les transports urbains, investir dans des transports collectifs et sortir du « tout camion ».

En choisissant de baisser les taxes, la hausse des prix pourra continuer allègrement, au bénéfice d’actionnaires privés.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 10:15

    Quand on voit le nombre de 4X4 qui roulent et qui consomment énormement et qui polluent en sachant que la "Mairie de Paris" n’ a jamais voulue instaurer une taxe sur ces véhicules,c’est un juste retour des choses que de voir des "pauvres riches" devenir pauvre ,car comme au USA,ils vont etre obligé de vendre leur véhicule avec la poursuite de la hausse du pétrole.

    C’est une bonne chose que cette hausse,car non seulement elle permet à des pays producteurs d’avoir des recettes afin de développer leur pays et d’acheter des produits à des pays qui disposent de produits performants (la France est quand même bien placée) mais en plus ,cela va nous supprimer cette pollution exacerbée d’une minorité de gens qui n’ont aucun respect pour l’environnement

    En voyant un bobo roulait dans son 4X4,je rigole et je me dis "povre malheureux !"


    • Zalka Zalka 2 juillet 2008 11:45

      Depuis quand les municipalités ont-elles le droit d’instaurer les taxes sur les types de véhicules ?

      Désolé, mais si vous avez le droit de critiquer qui bon vous semble, vous avez le devoir de faire des reproches cohérents. Taxer les 4x4 est hors des pouvoirs de Delanoë


    • K K 2 juillet 2008 12:44

      par contre une municipalité peut très bien instaurer un tarif de stationnement au mêtre linéaire occupé. Et là les petits véhicules seraient avantagés par rapport aux monstres de la route qui sont peut être utiles en foret ou sur les routes départementales mais pas à leur place en ville.

      J’ai le malheur de posséder une petite voiture assez basse, l’avant et l’arrières sont massacrés par les 4x4 qui se garent en poussant un peu devant et un peu derrière.


    • Anto 2 juillet 2008 13:40

      et Lerma dessine moi un bobo


    • ronchonaire 2 juillet 2008 10:30

      Le problème de votre proposition est que vous ne tenez pas compte de ce que les économistes appellent l’élasticité-prix de la demande ; cela mesure en gros la réaction de la demande face à une variation du prix. Dans le cas présent, la demande est très inélastique dans le sens où, comme vous le rappelez pour le cas des Etats-Unis, la demande baisse finalement très peu même si le prix augmente beaucoup. Cela n’a finalement rien de surprenant, étant donné la "pétro-dépendance" de nos économies.

      Augmenter les taxes sur le pétrole aurait l’effet voulu seulement si des produits concurrents existaient, ce qui pourrait rendre la demande en pétrole plus élastique. Il faudrait donc développer des sources d’énergies concurrentes du pétrole avant de le taxer plus fortement.


      • Grasyop 2 juillet 2008 15:43

        C’est la taxation du pétrole qui rend les énergies concurrentes concurrentielles, et qui permet donc leur développement !

        « la demande baisse finalement très peu même si le prix augmente beaucoup »

        Eh bien, il faut augmenter encore plus ! Si les énergies propres ne sont pas concurrentielles, c’est que le prix du pétrole est encore trop faible, c’est tout.

        Et puis, il n’y a pas que les énergies concurrentes pour se passer de pétrole, il y a aussi la possibilité de restreindre sa consommation globale d’énergie.


      • ronchonaire 2 juillet 2008 17:06

        Non, car les énergies potentiellement concurrentes ne sont pas encore prêtes à prendre le relais, techniquement parlant.

        Par ailleurs, il y a une telle inertie dans nos modes de production et de consommation que, même si quelqu’un trouvait aujourd’hui une source d’énergie révolutionnaire, il faudrait quand même des années pour renouveler les équipements, en particulier le parc automobile.


      • Grasyop 3 juillet 2008 00:06

        Qu’est ce que vous entendez par « les énergies potentiellement concurrentes ne sont pas encore prêtes à prendre le relais, techniquement parlant » ? Quand est-ce qu’elles seront prêtes ? Avant ou après la fin du pétrole et autres hydrocarbures ?

        Des énergies concurrentes, il en existe. Elles ne sont pas très rentables, donc pas très développées, mais c’est justement pour ça qu’il faut leur donner un avantage concurrentiel, du moins à celles qui sont propres, par rapport aux hydrocarbures.

        Bien sûr que la transition vers d’autres énergies a des inconvénients. C’est là où se pose la question des priorités, la question de savoir si on tient à notre environnement ou pas.


      • tmd 2 juillet 2008 10:50

        Jean Marc Jancovici développe cette idée dans son livre "Le plein, s’il vous plait." A lire absolument.

        L’idée pricipale serait de créer une taxe qui augmenterait de 3 à 5 % par an pendant 15 ou 20 ans. Nous bénéficierons alors cette échéance d’un prix au litre de carburant comme s’il coûtait 3 euros aujourd’hui, mais avec du temps pour nous y préparer. C’est là toute la différence, la vision à plus long terme.

        Trois euros cela peut paraître énorme, mais cela correspond à un baril à 400 euros, ou même un baril à 200 euros si la parité euro/dollar revient aux environs de 0.8 comme elle l’a longtemps été.

        N’oublions pas que la si décriée TIPP nous a aussi permis d’amortir le choc actuel. Le prix de l’essence n’a pas tellement augmenté pour les particuliers (+30%). Ce sont les professions qui ne paient pas cette TIPP (pêcheurs notamment) qui ont été touchées de plein fouet (+100%) en répercutant directement la hausse du prix du pétrole dans le prix du carburant.


        • Grasyop 2 juillet 2008 15:32

          Tout à fait d’accord !

          Désolé, j’avais pas vu que vous l’aviez déjà dit.


        • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 11:54

          @Zalka

          Une fois encore vous suivez des propos courtisans d’un homme politique et de son équipe qui n’ont vraiment pas fait grand chose pour lutter contre la pollution à Paris et l’émergence de 4X4 immatriculé à PARIS.

          Le rôle d’un Maire est d’être précurseur dans une ville en imposant des taxes sur ce type de véhicules avec un contrôle par les fonctionnaires de la nouvelle police municipale !

          TAXER les 4X4 est bien dans le champ de la politique du Maire d’une ville en imposant des critères pour les véhicules
          ou en imposant une taxe sur ce type de véhicule dont d’ailleurs les américains se débarrassent

          Mais il est vrai que ceux qui roulent en 4x4 à Paris sont les électeurs du Maire du Paris qui se sont bien remplis les poches avec la spéculation immobilière et aussi en louant des taudis à des pauvres


          • K K 2 juillet 2008 13:05

            Il n’a pas le pouvoir de taxer les véhicules... ni lui ni les autres maires.


          • Traroth Traroth 2 juillet 2008 18:10

            @Zalka : vous ne l’avez pas envoyé dire, là...


          • Grasyop 2 juillet 2008 14:13

            Oui, il faut augmenter les taxes sur les produits pétroliers !

            Et surtout, il faut abolir les privilèges !

            Liste des privilégiés selon Wikipédia :

            « Un certain nombre de professions et activités bénéficient d’exonérations partielles ou totales [de TIPP] :

             * aviation (carburéacteur aéronautique, celui-ci étant il est vrai exporté dans le cas des vols internationaux)
             * bateaux, y compris pour la pêche (à l’exclusion de la navigation de plaisance et de sport, ainsi que le transport fluvial)
             * taxis (jusqu’à 5 000 litres par véhicule et par an)
             * certains commerçants offrant des services d’ambulance en milieu rural
             * transport public (jusqu’à 40 000 litres de GPL ou gaz naturel)
             * transport routier de voyageur (15 000 litres par semestre et par autocar)
             * transport routier de marchandises (remboursement d’une fraction de la TIPP pour les véhicules de plus de 7,5 tonnes)
             * agriculture (réduction de TIPP sur le fioul) (des colorants indélébiles sont utilisés pour rendre toute fraude décelable) »

            Abolition des privilèges et application stricte du principe pollueur payeur !


            • Eleazar 2 juillet 2008 15:21

              Bonjour,

              Je suis consterné par l’impolitesse de certains intervenants sur ce forum. Je sais bien que ces lieux d’échangent servent à l’occasion d’exutoire à nos humeurs, mais l’on peut manifester son désaccord en restant courtois.

              Bon après-midi quand même.


              • ZEN ZEN 2 juillet 2008 16:07

                L’auteur prône une mesure nécessaire , mais impopulaire. La pédagogie politique ne suit pas...le courage non plus.

                Jancovivi envisageait cette mesure depuis longtemps , notamment dans :La plein, s’il vous plaît

                ou ICI



              • Zalka Zalka 2 juillet 2008 16:23

                Ouaip, mais c’est Lerma. Ca défoule. Si à chaque fois que vous apportiez une correction à certaines affirmations erronées, on vous qualifiait de TSS sectaires, vous finiriez soit par ignorer, soit par vous défouler.

                J’assume totalement la franchise de mes propos à l’égard de Lerma, ainsi que la non constructitvité du fait de se défouler sur ce troll.


              • FGsuperfred 2 juillet 2008 16:08

                il faudra après expliquer aux pauvres abrutis à qui on ne donne pas le choix et qui vont travailler tous les jours pourquoi après les avoir obligés à s’éloigner de leur lieu de travail on va leur augmenter les carburants
                allez aussi expliquer aux gens qui sont au chomage et à qui on impose (quel autre terme) un travail à 1 heure aller de chez eux (ou 60 km soient 120 aller/retour) pourquoi ils doivent y aller sachant qu’ils doivent déjà faire de grosses concessions (jusqu’à 40 % de baisses de salaires sinon pan/pan cul/cul pu de droits) et en plus amputer leur budget
                un petit calcul pour les moutons qui n’auraient toujours pas compris (car tout la monde n’a pas de voiture de fonction)
                60 km pour aller travailler soient 120 aller/retour
                votre véhicule consomme 7 litres aux 100 km (bouchons par exemple) un gasoil à 1,45 soient 12,18 euros par jour
                multipliez par 250 jours travaillés dans l’année = 3045 euros soient 250 euros par mois
                allez expliquer ça à ceux qui font le plein encore et encore et à qui on n’a toujours pas proposé de solutions alternatives
                vive les augmentations
                c’est aussi le même qui a refusé d’aider les plus bas salaires... ou quand le roi se fout éperdument de la misère du peuple...


                • ZEN ZEN 2 juillet 2008 16:22

                  "Un bilderberger américain a exprimé ses inquiétudes concernant la montée en flèche du prix du pétrole (déjà en 2005 !) . Un "initié" de l’industrie pétrolière a fait remarquer que la croissance n’est pas possible sans énergie et que, selon tous les indicateurs, les réserves d’énergie mondiale approchent de leur épuisement beaucoup plus vite que les dirigeants du monde ne l’ont anticipé. Un des représentants d’un cartel pétrolier a fait remarquer la nécessité de prendre en compte la croissance économique et la demande pétrolière de la Chine et de l’Inde.

                  Il y aurait apparamment seulement assez de pétrole pour durer 20 ans. Plus de pétrole sigifierait la fin du système financier mondial. Tout cela a été reconnu par le Wall Steet Journal et le Financial Times, deux périodiques qui sont régulièrement présents à la conférence annuelle de bilderbergers.

                  En conclusion, attendez-vous à une sévère crise de l’économie mondiale dans les deux prochaines années alors que les bilderbergers tenteront de protèger les réserves de pétrole restantes en prenant l’argent des mains des gens. Dans une recession, ou au pire une dépression, les populations seront obligées de diminuer radicalement leurs habitudes de dépenses, assurant ainsi un plus long approvisionnement de pétrole aux riches de ce monde alors qu’ils tenteront de concocter une solution.

                  Dans un cocktail d’après-midi, un bilderberger européen a noté quil n’y avait aucune alternative convaincante à l’énergie des hydrocarbures. A Rottach-Egern, en mai 2005, les plus hauts dirigeants de l’industrie ont tenté d"imaginer comment cacher au public la vérité sur les réserves de pétroles qui sont en diminution. Que le public prenne connaissance de la diminution des reserves et les actions baisseront,, ce qui pourrait détruire les marchés financiers, conduisant ainsi à un effondrement de l’économie mondiale."
                  (Source : Blog Millésime)


                • herve33 2 juillet 2008 17:53

                  "Dans un cocktail d’après-midi, un bilderberger européen a noté quil n’y avait aucune alternative convaincante à l’énergie des hydrocarbures "

                  Surtout que cette alternative au pétrole doit évidemment rapporter autant d’argent que le pétrole lui-même et doit continuer à etre synonyme de pouvoir .

                  Imaginez si on découvrait un moteur à eau , fini les profits gigantesques des sociétés pétrolières , l’Etat serait bien embarassé pour taxer l’eau , cela serait la fin de la TIPP .

                  Des alternatives il y en a , à condition d’y mettre du temps et des moyens . C’est maintenant que des recherches sur l’après pétrole doivent etre menées , quand le pétrole deviendra rare , ce qui arrivera forcément un jour , il sera trop tard .


                • alceste 4 juillet 2008 09:43

                  @ Superfred,
                  pas le temps de commenter mais je plusse votre commentaire des deux mains.


                • Traroth Traroth 2 juillet 2008 18:18

                  Bon. Et bien je ne suis pas d’accord. On a créé chez les gens une dépendance au pétrole et à ses dérivés, au point où la plupart ne peuvent même pas aller à leur travail et donc gagner leur vie sans voiture. Et ils n’ont absolument pas le choix. Augmenter la TIPP n’a, à mon avis, aucun impact sur les possesseurs de gros SUV de luxe. Ils s’en foutent, car ça représente une part négligeable de leur budget. Par contre, le smicard qui va tous les jours en boulot en bagnole, c’est le pousser au désespoir. Il va falloir qu’il se prive encore un peu plus du nécessaire. Ses gosses auront encore un peu moins à manger ou auront du matériel scolaire encore plus merdique. Et on n’aura toujours rien résolu au niveau environnemental, car il ne cessera pas d’aller au travail, et le propriétaire du SUV ne cessera pas non plus de faire le kéké avec.
                  Ce qu’il faut faire, c’est changer l’organisation sociale pour permettre aux gens d’habiter plus près de leur travail, développer les transports en commun et, plus généralement, faire en sorte que les gens aient moins *besoin* d’utiliser leur voiture.


                  • Traroth Traroth 2 juillet 2008 18:20

                    Mais ça, évidemment, ça coûte de l’argent au lieu d’en rapporter. C’était peut-être ça, le but, en réalité ? Taxer les pauvres avec un impôt foncièrement injuste, encore  !


                  • AubeMort 2 juillet 2008 18:36

                    Tout le problème est que le pétrole va continuer à augmenter, et, TIPP ou pas, arrivera un jour ou le coût du trajet en voiture sera tel que le smicard cessera effectivement d’aller au travail.
                    L’idée de la taxe est de rendre un peu moins brutale la transition et limiter les dégâts.
                    L’organisation sociale ne se change pas sans de puissantes contraintes financières. Par exemple peu de gens ont envie - et c’est compréhensible - de changer leur maison individuelle contre un petit appart dans un grand ensemble.


                  • Traroth Traroth 2 juillet 2008 18:51

                    Et donc, on fait porter le poids de cette transformation aux plus pauvres. C’est pas joli, joli...


                  • FGsuperfred 2 juillet 2008 19:24

                    mais c’est bien sûr !!! c’est le pauvre gars qui fait 60 bornes qui possède villa, piscine et autres...
                    non mais tu prends pas un peu les gens pour des imbéciles !
                    des énergies autres que le pétrole existent depuis des lustres (hydrogène nmais c’est vrai l’eau n’est pas assez chère)
                    donc faut faire payer le pauvre smicard ou autres basses classes sociales qui auront donc le droit d’être parqués dans des clapiers à lapins pour aller bosser comme des malades pour seulement faire le plein de leur bagnole
                    mon calcul de cet après-midi est bon et c’est sûr que pour celui qui gagne 5000 euros par mois le calcul n’est pas le même
                    je ne suis pas gauchiste mais en ce moment on touche à l’essentiel et au vital (bouffe, se déplacer, se loger) tout ça pour une poignée de gros plein d’pognon qui se goinfrent et un tas de moutons qui laissent faire en espérant que leur tour ne viendra jamais !


                  • Grasyop 3 juillet 2008 00:51

                    Traroth,

                    Je ne crois pas qu’il soit pertinent d’opposer social et environnement.

                    Lorsque l’État impose une taxe sur le pétrole, l’argent ainsi perdu par les consommateurs de pétrole entre dans les caisses de l’État, qui pourrait très bien ensuite redistribuer cet argent aux plus pauvres. Évidemment si les gens élisent un gouvernement dont la politique est de prendre cet argent et de le filer à Bouygues et consorts... ils n’ont qu’à s’en prendre à eux mêmes !

                    Regardons les choses autrement :

                    Disons que l’État est prêt à accorder une certaine aide sociale aux gens. À dépense d’argent égale, l’État peut :

                    a) distribuer cet argent à tout le monde (sous forme de crédit d’impôt à tout le monde)
                    a’) distribuer cet argent seulement aux plus pauvres (sous forme d’augmentation des minima sociaux)

                    ou bien

                    b) distribuer cet argent aux consommateurs de pétrole (sous forme de détaxation du pétrole)

                    Même dépense du coté de l’état, même recette du coté des consommateurs, mais à une différence près :

                    Dans les cas a) ou a’), le consommateur reçoit cette aide financière sans condition. Ceux qui font l’effort de modérer leur consommation de pétrole sont aidés comme les autres.

                    Dans le cas b), le consommateur reçoit une aide financière, à condition qu’il consomme du pétrole avec. Ceux qui ne consomment pas de pétrole ne reçoivent pas d’aide.

                    On peut bien sûr reformuler la comparaison pour un mouvement dans l’autre sens, celui d’une augmentation d’impôts/taxes.

                    ***

                    Par ailleurs, lorsque les taxis ou les avionneurs paient leur pétrole bien moins cher que tout le monde, j’ai pas l’impression que le taxi ou l’avion soient des consommations de pauvres. C’est les pauvres, les consommateurs ordinaires de carburant, qui paient à la place de ceux qui prennent le taxi et l’avion.


                  • Grasyop 3 juillet 2008 01:14

                    « On a créé chez les gens une dépendance au pétrole et à ses dérivés »

                    Je ne sais pas qui est ce « on » maléfique. Je pense que la dépendance s’est créée toute seule, comme un effet du fonctionnement de la société.

                    « la plupart ne peuvent même pas aller à leur travail et donc gagner leur vie sans voiture. »

                    Si le travail n’est plus rentable, ils arrêteront d’aller bosser. Si l’entreprise a vraiment besoin de leur travail, elle acceptera d’augmenter leurs salaires. Si l’entreprise fait alors faillite, c’est qu’elle n’est pas adaptée à une économie sans pétrole et c’est alors une bonne chose qu’elle cesse ses activités. Ensuite, les gens licenciés, soit ils retrouvent un autre emploi, dans une activité mieux adaptée à la pénurie de pétrole, soit ils sont au chômage et doivent dans ce cas, bien sûr, être aidés par la société.

                    Dans tous les cas, à dépense égale, il vaut mieux que la société paie les gens à rester chez eux que de les payer à détruire la nature ou en épuiser les ressources inutilement. Le pétrole doit être cher, c’est-à-dire réservé à des usages vraiment utiles (et il y a toujours les riches qui font ce qu’ils veulent, bien sûr, mais ça on ne pourra jamais l’empêcher).


                  • norb 3 juillet 2008 01:58

                    L’eau ne coute pas (encore) cher, mais casser l’eau pour en recuperer l’hydrogene demande beaucoup d’energie, donc oui l’hydrogene coute cher.

                    Pour en revenir a la taxe carbone, il ne faut pas la melanger avec la TIPP, qui elle va dans le budget de l’etat. La taxe carbone a pour but de lisser et prevenir : Elle doit plutot servir a financer la renovation du logement (genre pret a taux 0 pour l’isolation), investir dans les transport commun (donc plus besoin de voiture), reamenager le territoire pour etre mois energivore, ect....

                    Aller, pour vous remonter le moral : une conference de jancovici en video :
                    http://storage02.brainsonic.com/customers2/entrecom/20080227_Spie/session_1 _fr_new/files/index.html


                  • Traroth Traroth 3 juillet 2008 09:38

                    "Je ne crois pas qu’il soit pertinent d’opposer social et environnement" : Mais je ne les oppose pas, à la base. Toutefois, la transformation dans l’organisation de la société que représente le passage de la société de l’automobile à autre chose (qui reste à définir, en grande partie) a un coût. Et donc, inévitablement, se pose la question de qui va payer. Cet article propose ni plus ni moins que de faire payer ceux qui dépensent le plus en dérivés du pétrole en pourcentage de leur revenu, donc les pauvres, et ça, c’est inacceptable.


                  • Traroth Traroth 3 juillet 2008 09:45

                    "Je ne sais pas qui est ce « on » maléfique. Je pense que la dépendance s’est créée toute seule, comme un effet du fonctionnement de la société" : La société de consommation n’est pas un truc qui s’est créé par accident. Ici, il s’agit essentiellement des grands groupes pétroliers, qui soutiennent de nombreux gouvernements, dont celui des Etats-Unis.
                    "
                    Si le travail n’est plus rentable, ils arrêteront d’aller bosser" : Et mourront de faim ? Et il ne s’agit pas seulement de ne plus être rentable, mais d’être moins rentable. Ce qui induit un appauvrissement. On en revient aux gens qui vont devoir se serrer la ceinture ou qui devront expliquer à leurs enfants qu’ils ne pourront pas faire d’études.
                    "Si l’entreprise a vraiment besoin de leur travail, elle acceptera d’augmenter leurs salaires" : Pas forcément suffisamment pour maintenir le pouvoir d’achat. Il suffit que le travail rapporte un pouillème plus qu’il ne coûte au salarié.
                    "Si l’entreprise fait alors faillite, c’est qu’elle n’est pas adaptée à une économie sans pétrole et c’est alors une bonne chose qu’elle cesse ses activités"
                     : Ca, c’est vraiment vite dit.
                    Ce n’est pas avec des raisonnements à l’emporte-pièce qu’on fera changer les choses. A ma grande surprise, l’actuel gouvernement français a proposé une taxe annuelle sur les voitures les plus polluantes. Voila une excellente mesure, qui fait payer les plus riches et les plus gaspilleurs (parce que, quoi qu’on en dise, le type qui va tous les jours au boulot ne *gaspille* pas !). Prenons date : je suis certain que le gouvernement n’ira pas jusqu’au bout et que cette proposition va mystérieusement disparaitre...


                  • Fred 3 juillet 2008 14:19

                    Il y a effectivement beaucoup de personnes en France qui n’habitent pas dans des zones où les transports sont aussi développés quand région parisienne mais même en région parisienne il n’est pas impossible de passer 1h matin et 1h soir dans les transports alors qu’en province on passe souvent moins de temps en voiture. Ce qui va se passer dans le futur est que beaucoup de personnes qui aujourd’hui mettent 25 minutes en voiture (peut être pour faire 40km) passeront 1h en essayant de se rapprocher du moyen de transport le plus proche.

                    Personnellement, je mets 1h10 matin et soir pour aller au travail en transport public alors que je pourrais mettre que 35-45minutes si je prenais la voiture, je passe donc entre 50 minutes et 1h10 par jour en plus dans les transports. C’est un choix, je ne veux pas m’embéter avec une voiture mais je veux aussi polluer moins. C’est sur que c’est chiant surtout quand on fait des journées de 9-10h mais c’est un choix.


                  • Patrice Patrice 2 juillet 2008 18:19

                    Bravo ! La sagesse parle. Espérons qu’il n’est pas trop tard pour certaines professions, comme les routiers ou les pêcheurs, par exemple...


                    • Internaute Internaute 2 juillet 2008 18:52

                      Les solutions apportées par les politiques sont toujours chères et inefficaces. Au final, c’est encore une fois le consommateur qui va payer. Vous proposez de remplacer la hausse actuelle du prix du pétrole par une hausse de l’impôt que va payer le citoyen. Quelle est la différence pour le citoyen ? Aucune, sauf que la taxe ne baissera jamais alors que le prix du pétrole a une chance de baisser aprés une une bonne hausse.

                      Qu’est-ce qui vous fait croire que les députés qui n’ont de compte à rendre à personne sur l’utilisation des biens d’autrui sont plus à même de promouvoir la recherche d’énergies nouvelles et améliorer le transport urbain ? Je crains que vous ne vous mettiez le doigt dans l’oeil, et profondément.

                      Voici un exemple vécu aujourd’hui même. En France, la décentralisation s’est accompagnée immédiatement d’une hausse sans précédent des impôts. Chaque président de conseil général a sa petite cour d’amis entretenus et veut à tout prix marquer le paysage de son empreinte. En général, comme là où j’habite, cela se traduit par des dépenses pharaonïques dans le seul but d’empêcher les citoyens de circuler librement. Les acotements ont été supprimés, les trottoirs élargis pour réduire la surface roulante, des rond-points ont été mis partout pour gêner au maximum la circulation. Des jardinières sont mises au milieu de la route pour que l’usager fasse du gymkana et les trottoirs sont relevés pour casser toute roue qui s’en approcherait. Le résultat est qu’il est impossible de passer à 3 et que le moindre incident de circulation bouche tout sur des dizaines de kilomètres. Ainsi donc, j’ai été coincé à un rond point par un piéton renversé. Il était impossible de passer à gauche ni à droite à cause des obstacles posés par les députés. En pleine ville à 17h30 je vous laisse imaginer le chaos. Les pompiers ne pouvaient de toute manière pas arriver sur les lieux. Un peu plus loin un convoi exceptionnel n’a pas pu croiser un bus et une route à grand trafic a été bloquée pendant plus d’une heure. C’est à ces imbéciles que vous voulez confier encore plus d’argent ? Moins ils en ont et moins ils feront de dégâts.


                      • Le péripate Le péripate 2 juillet 2008 18:59

                        Augmenter les taxes pour faire baisser les prix ! Il fallait y penser ! Ca me fait penser à la théorie d’un économiste fameux, théorie qui prévoit que si on augmente les impôts, les contribuables travaillent plus pour compenser : la maintenant célèbre courbe de Léon. Imparable.

                        Bon, à défaut de favoriser les recherches, ça permettra toujours de payer les retraites de nos géniaux ingénieurs sociaux.


                        • ZEN ZEN 2 juillet 2008 19:06

                          "Augmenter les taxes pour faire baisser les prix !"

                          Rien compris, Péripate...
                          De quoi parlait l’article , au fait ?


                        • Le péripate Le péripate 2 juillet 2008 19:18

                          En choisissant de baisser les taxes, la hausse des prix pourra continuer allègrement, au bénéfice d’actionnaires privés.

                          Pardonnez moi, monsieur le Professeur, si j’ai interprété un peu malicieusement cette conclusion.

                          Mais, quoi que vous fassiez, une réserve finie est une réserve finie, et s’épuisera donc toujours.

                          La hausse des prix, par elle-même, encouragera la recherche d’alternative.

                          Et d’engraisser la bureaucratie encore une fois rendra encore plus difficile le fait pourtant urgent de la faire maigrir. Et rien, jamais, ne garantira que ces fonds seront bien utilisés.


                        • Le péripate Le péripate 2 juillet 2008 19:25

                          Je note, encore une fois, qu’en guise d’argumentation, vous me traitez en mineur, en affirmant que je n’ai rien compris, alors que c’est vous qui errez, et en me posant une question comme si j’étais un gamin. Vous savez quoi Zen ? Allez vous faire voir.


                        • ZEN ZEN 2 juillet 2008 19:28

                          "monsieur le Professeur,"
                          Appelez-moi zen, comme tout le monde
                          Citoyen, rien de plus...
                          Discuter sur le fond ne serait pas mal .Mieux que des généralités ou des incantations.
                          Jancovici est à lire, même si on peut refuser certaines de ces thèses


                        • Le péripate Le péripate 2 juillet 2008 19:34

                          Le fond ? Réponse anticipée plus haut. Incantation ? Vous pratiquez l’exorcisme. le fond, c’est que les solutions, si elles existent, se découvrent spontanément par l’usage de la liberté qui permet aux hommes entreprenants d’expérimenter, et non dans les alcoves ministérielles ou universitaires.

                          Le fond, c’est au minimum de cesser de capter la presque totalité des richesses produites, au risque certains de stériliser ce que l’imagination humaine est capable de produire.

                          C’est ça, le fond.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès