Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Il faut l’union sacrée pour sauver le soldat France

Il faut l’union sacrée pour sauver le soldat France

Il faut donner un signe fort pour montrer la combativité rassemblée de la France face aux spéculateurs de tous horizons. Aujourd’hui. Dans sept mois, il sera trop tard. Au Président de la République d’en prendre l’initiative.


Ce mercredi 26 octobre 2011 à Bruxelles se tient un second Sommet européen en moins d’une semaine pour résoudre la crise des dettes souveraines des États européens. Commencée il y a un an et demi en Grèce, elle s’est propagée vers l’Irlande, le Portugal, et maintenant, elle menace l’Espagne et surtout l’Italie.

Ce sera peut-être l’occasion de faire des avancées notables dans la construction européenne, avec la mise en place d’une réelle gouvernance économique. Le couple franco-allemand semble plus que jamais en mesure de donner le ton.

Une question de confiance

La crise est ubuesque. Il s’agit surtout d’une question de confiance. Les marchés financiers sont avant tout des détraqués psychologiques, réagissant au quart de tour aux moindres rumeurs même infondées, les rendant ainsi auto-réalisatrices. C’est du délire.

Pourtant, la confiance, c’est à peu près ce qui régit les choses les plus importantes dans une vie : l’amour entre deux êtres, l’amitié, l’embauche d’un collaborateur, l’obtention d’un prêt, les élections… Tout engagement important, en fait, est basé avant tout sur la confiance. Et donc, basé sur un risque.

Aujourd’hui, l’Allemagne et la France jouissent d’une grande confiance internationale sur les marchés des dettes souveraines. L’Allemagne a cependant un avantage sur la France, elle a un commerce extérieur excédentaire car sa production industrielle et ses exportations sont florissantes. Alors que la France, en faiblesse économique, voit ses déficits perdurer et sa dette s’accroître de façon inconsidérée (vers 1 700 milliards d’euros). Les prévisions de croissance pour 2012 vont même être revues à la baisse par le gouvernement lui-même pour présenter les lois de finances de l’année prochaine.

Tout est une question de confiance. Or, avant une échéance politique aussi cruciale que l’élection présidentielle du printemps 2012, l’incertitude politique est grande. D’autant plus grande que les sondages donnent largement gagnant un candidat prisonnier d’un programme politique adopté en mai 2011 qui n’est pas très sérieux vis-à-vis des finances publiques.


Un défaut de crédibilité pourrait coûter très cher

Il ne faut pas se moquer, comme beaucoup de démagogues anti-européens, de la confiance des marchés financiers. Elle est l’une des conditions nécessaires au redressement économique. La France doit absolument la préserver. Il suffit juste de comprendre que l’augmentation de 1% du taux d’intérêt des dettes souveraines coûterait à la France 15 milliards d’euros supplémentaires par an. À terme, ce serait l’étouffement à la grecque.

Or, pour maintenir cette confiance, il ne faut pas attendre sept mois, l’issue de l’élection présidentielle. Il n’y a pas à attendre car la situation est trop grave et trop urgente. Il faut prendre des mesures financières qui rassurent.


Réduire les dépenses et augmenter les recettes

Il n’y a pas beaucoup de solutions pour rassurer, d’ailleurs. Il faut réduire les déficits publics et pour cela, il faut prendre deux mesures en parallèle : réduire les dépenses de l’État et augmenter les prélèvements obligatoires. Opération très risquée avant des échéances électorales, certes, mais nécessaires. Trop attendre, c’est hypothéquer les chances de la France. Et opération de véritable équilibriste, car il ne faudrait pas non plus plomber une croissance encore trop timorée.

La chance, c’est que sur l’objectif final d’équilibrer les comptes, l’ensemble des partis de gouvernement en France est d’accord sur le principe. Quels sont-ils ? Ils sont trois : l’UMP et ses alliés, le PS et le MoDem qui, bien que nettement plus faible que les deux premiers, est porteur d’un message fort qui peut se faire entendre car son leader a été le seul candidat qui avait porté cet enjeu en 2007.

Certes, les moyens pour atteindre l’objectif sont parfois différents. Par exemple, l’UMP ne souhaite pas augmenter les impôts tandis que le PS croit que l’État peut encore faire des dépenses irresponsables dans tous les domaines (éducation, culture etc.) alors que la France n’en a plus les moyens. D’ailleurs, ancien Ministre de l’Économie et proche de François Hollande, Michel Sapin a déjà annoncé qu’il faudrait modifier le programme socialiste et éviter plus de 5 milliards d’euros de dépenses supplémentaires. Cette prise de conscience est heureuse.


Des protagonistes désormais bien identifiés

L’autre chance, c’est que depuis le 16 octobre 2011, la situation de la campagne présidentielle s’est clarifiée en identifiant le nom du candidat socialiste. Il y aura donc seulement trois personnalités susceptibles d’être élues le 6 mai 2011 : François Hollande (au top dans les sondages), Nicolas Sarkozy (le Président de la République sortant) et François Bayrou (qui pourrait renouveler voire améliorer sa performance de 2007).

Il est donc temps de court-circuiter les ingérences des officines financières étrangères sur la campagne présidentielle. Pour cela, il faut découpler les mesures à prendre pour assainir les finances publiques et les enjeux de la campagne présidentielle. Le seul moyen, c’est de faire l’union sacrée, c’est-à-dire, puisque c’est lui qui est au pouvoir, que Nicolas Sarkozy propose à François Hollande et à François Bayrou de se mettre d’accord sur les mesures drastiques de retour au déficit nul.


Une union sacrée Sarkozy Hollande Bayrou

L’union sacrée a été évoquée pour la première fois le 4 août 1914 par le Président de la République Raymond Poincaré dans un message lu devant les députés par le Président du Conseil René Viviani, quatre jours après l’assassinat de Jean Jaurès et au lendemain du début de la Première guerre mondiale : « [La France] sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l’ennemi l’union sacrée et qui sont aujourd’hui fraternellement rassemblés dans une même indignation contre l’agresseur et dans une même foi patriotique. ».

Aujourd’hui, l’agresseur et l’ennemi sont plus difficiles à identifier mais le besoin d’union sacrée est plus que jamais nécessaire pour faire face ensemble à cette crise financière qui n’est qu’une nouvelle version de la guerre tout court.


La France a du mal avec le consensus politique

En France, deux occasions d’union nationale ont échoué récemment.

La première concernait la réforme des retraites. Le 17 janvier 2010 sur RTL, Martine Aubry, première secrétaire du PS, avait envisagé de négocier avec le gouvernement pour faire adopter une réforme qui serait admise par l’ensemble de la classe politique. Hélas, très critiquée par ses déclarations d’ouverture, Martine Aubry était immédiatement revenue en arrière et s’était rangée dans le schéma classique d’opposition systématique. Le gouvernement a donc dû faire passer la réforme à l’arraché, sans se préoccuper de la cohésion sociale malgré les nombreuses manifestations de l’automne 2010.

La seconde occasion, l’échec incombe probablement au gouvernement qui aurait dû impliquer l’opposition parlementaire à la révision constitutionnelle concernant la règle d’or budgétaire. L’absence de majorité des trois cinquièmes du Parlement a fait capoter cette réforme pourtant acceptée sur le fond par les trois présidentiables sérieux et nécessaire à la crédibilité financière de la France.


L’union sacrée de l’Allemagne, initiatrice de son redressement économique

Dans le passé récent, l’Allemagne avait réussi à réaliser cette union sacrée autour de l’intérêt national. Alors que le pays était en récession, le chancelier Gerhard Schröder avait présenté le 14 mars 2003 au Bundestag un grand nombre de réformes sociales réunies sous le nom d’Agenda 2010 dans le but de relancer la conjoncture et de mobiliser les ressources économiques en leur assurant une meilleure autonomie.

Finalement, les réformes furent adoptées en octobre 2003 avec le soutien de l’opposition (CDU), qui était nécessaire au Bundesrat (équivalent du Sénat allemand), et ont permis le redémarrage économique de l’Allemagne dont on voit aujourd’hui les effets positifs.

C’est avec ce modèle que François Bayrou propose de concevoir un Agenda 2020 pour faire redémarrer économiquement la France.

yartiUnionSacree02


Les avantages d’une union sacrée avant l’élection présidentielle

Il serait souhaitable de faire adopter par tous les partis de gouvernement un socle de réformes financières qui soient admises par tous et donc, qui seraient stables dans le temps. Avec le Sénat passé à gauche, cette politique de la concertation et du consensus devient même indispensable.

J’y vois de nombreux avantages.

D’abord, cela permettrait de ne pas laisser la situation pourrir pendant sept mois et montrer que la France est capable de réagir immédiatement.

Ensuite, cela obligerait le gouvernement et l’opposition à s’entendre et à adopter des mesures fiscales et sociales qui iraient dans le bon sens : moins de dépenses publique mais plus de justice fiscale. Ni l’UMP ni le PS ne proposent seuls cette double exigence (seul François Bayrou l’a proposée). Plus d’impôts pour les plus aisés, mais aussi réduction du train de l’État. Ce serait faire preuve de sérieux et de responsabilité.

Cette méthode du consensus ferait éviter à la France deux excès : la perception des "cadeaux aux riches" injustes en temps de crise, d’un côté, et la dérive dépensière inconséquente, de l’autre côté.

Enfin, cela permettrait de ne pas faire de la crise financière un enjeu électoral dans la future campagne présidentielle qui, par définition, ne peut que favoriser les surenchères démagogiques et irresponsables.

Ce serait alors un bon moyen de rassurer les partenaires financiers de la France, leur montrer un signe fort que la France n’a qu’une seule voix (et qu’une seule voie) et que celle-ci resterait constante même au-delà de l’élection présidentielle.


Une occasion historique

C’est ce que devrait, à mon sens, proposer le Président Nicolas Sarkozy dans son intervention télévisée prévue sur TF1 et France 2 ce jeudi 27 octobre 2011 à partir de 20h15. Proposer une union sacrée entre tous les partis de gouvernement pour aller dans la même direction de l’assainissement des comptes publics.

Ce serait là une initiative historique, courageuse et responsable. Mais également indispensable au redressement économique et industriel de la France, et, par voie de conséquence, à sa souveraineté.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (26 octobre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Règle d’or budgétaire.
La solution de la crise européenne.
François Hollande.
François Bayrou.


Moyenne des avis sur cet article :  1.51/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • wesson wesson 26 octobre 2011 12:41

    Bonjour l’auteur,
    je résume votre pensée, qui ce trouve être identique à celle de l’Ump.

    Pour que M. Hollande soit un bon président, il faut qu’il gouverne ... selon les idées de droite, et applique le programme de l’ump !

    C’est pourtant Simple, non ?


    • PtitLudo PtitLudo 26 octobre 2011 17:33

      Oui et comme ça si ça foire (parce que ça foirera tôt ou tard), on dira que les socialistes étaient dans le coup !

      Sarkozy on commence à connaître comment il fonctionne hein !


    • LE CHAT LE CHAT 26 octobre 2011 13:49

      un plaidoyer pour la pensée unique , celle qui nous a enfoncé dans la merde et qui a prouvé son inefficacité ! les deux types sur la photo sont ceux qui nous ont chanté cette Europe à laquelle nous avons voté NON à 55% , Bayrou est lui un homme du passé et seul qui nous a chanté les mêmes refrains d’eurobéat !

      il est temps de les virer tous , de chasser ces laquais des milieux financiers cosmopolites !




      • SI LA GAUCHE CAVIAR BOBOISE OU TRUFFE-CAVIAR S’ AMUSE A CE PETIT JEU...HOLLANDE N ’EST PAS ELU ET ON SE PAYE LE PETIT DESPOTE ENCORE 5 ANS AVEC RISQUE D UNE GUERRE CIVILE...............RAS LE BOL DE 66% DES CITOYENS..

        SI F HOLLANDE EST ELU QU’ IL S AMUSE AVEC BAYROU...IL NE FINIRA PAS LE QUINQUENNAT...ET AU PLUS TARD....EN 2017 SERA REMPLACE PAR LE BINOME MONTEBOURGH-MELENCHON...DES GENS DE LA VRAIE GAUCHE..


      • @MR RAKOTOARISON

        IL FAUT ARRETER DE FUMER VOTRE MOQUETTE...OU ALORS ARRETER DE RAMER...VOUS ETES ARRIVES A LA FALAISE...

        DU GRAND N IMPORTE QUOI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • arobase 26 octobre 2011 13:54

        il a raison mr le chat. c’est mieux marine la pistolero.


        il parait qu’elle fréquente les stands de tir pour « se vider la tête ».

        comme dit le canard enchainé,« ça ne doit pas être trop dur » smiley

        • penajouir penajouir 26 octobre 2011 14:00

          Un roquet enragé avec un lémurien fatigué, autant faire des étincelles dans une cuvette de chiotte … Ben c’est pas ce qui foutera le feu à la porcelaine.


          • arobase 26 octobre 2011 14:12

            maintenant que son poulain sarkosy s’est déconsidéré aux yeux du monde et mis la France par terre, l’auteur souhaite que ceux qui vont le remplacer pour essayer de sauver ce qui peut l’être, après le saccage des richesses du pays au profit d’une poignée de requins amis, 


            l’auteur souhaite donc qu’on aille encore leur demander leur avis !!

            l’auteur voudrait que sarkosy dise à la gauche : j« ’ai échoué lamentablement avec les idées de droite capitaliste sauvage que je partage avec mes amis de droite ump, centristes, FN, alors venez m’aidez avec vos bonne solution et surtout réélisez moi 

            car une fois que vous aurez redressé la barre, je pourrai reprendre mes distributions de chèques à mes amis qui me restent à récompenser. »

            • Fergus Fergus 27 octobre 2011 09:31

              Bonjour, Arobase.

              Entièrement d’accord avec ce commentaire. Pas question d’accepter un marché de dupes avec un sarkozysme moribond. Le mieux est de balayer le responsable de cet affaiblissement sans précédent de notre pays et de croiser le doigts pour que l’Allemagne se dote d’un gouvernement de gauche en 2013 afin de reconstruire une Europe fédérale sur des bases de plus grande équité sociale.


            • devphil30 devphil30 26 octobre 2011 14:15

              A l’auteur , cela ne vous choque pas que votre poulain excité soit cité dans plusieurs affaires , en quoi sarko serait meilleur qu’un autre ?


              Le président donne la direction à suivre mais les ministres et les conseillers sont beaucoup plus dans les détails de mise en oeuvre alors un président n’a pas besoin de tout connaitre il doit pouvoir appréhender tous les dossiers.
              La façon dont sarko à pris les dossiers est catastrophique , le problème que l’on peux lui reproché est d’avoir été élu sur des belles paroles qui n’ont jamais été suivi d’effet même au contraire ce sont avérés être totalement renier par les faits ou les décisions prises.
              Morceaux choisis :
               - Je serais le président de tous les français 
               - une république irréprochable ( affaires ministres et financement ump ) 
               - le pouvoir d’achat ( travailler plus pour gagner ....) 
               - Les affaires en cours 
               - Les nominations par arrangement.

              Philippe 
               

              • BHL=MST 26 octobre 2011 14:45

                 Mr Otokar, les régurgitations sont tout à fait normales chez les tout-petits, mais doivent cesser à mesure que l’alimentation se diversifie. Lorsque les articles rendus sont trop fréquents et abondants, ils doivent faire évoquer un reflux oesophagien pour lequel une consultation médicale est indispensable, surtout si ils semblent douloureux (du moins pour les lecteurs ). D’autant qu’à y regarder de plus près, cela s’apparente plus à du vomi de viande humaine avariée qu’à une innocente remontée de lait maternel. Vos partis de gouvernement ne sont rien d’autre qu’un parti unique, les gens le savent et ils leur couperont la tête. 


                • Nanar M Nanar M 26 octobre 2011 15:26

                  Pouah pouah pouah, la bayrou n’a rien de mieux à proposer qu’une augmentation de la tva.
                  Triste sire, laquais de la finance.


                  • Nanar M Nanar M 26 octobre 2011 15:29

                    S’il doit y avoir union sacrée c’est entre tous les citoyens qui rejettent la dictature de la finance.
                    On n’en veut plus de vos politicards soumis.


                    • bernard29 bernard29 26 octobre 2011 17:19

                      d’abord et avant tout, il faut une « union sacrée » pour mettre Sarko dehors. C’est le préalable, aprés on verra plus clair.


                      • Pyrathome Pyrathome 26 octobre 2011 19:03

                        90 % d’avis négatifs, ça vous suffit pas, vous en redemandez en persévérant dans la connerie.....
                        Après 5 ans de pillage, c’est la cour pénale qu’il faudra pour les crapules actuellement en place, alors votre union sacrée ,vous pouvez vous la mettre où je pense....
                        L’heure des comptes arrive, ça va être salé...


                        • Antoine Diederick 26 octobre 2011 19:27

                          Bonsoir

                          En effet, les textes du projet de traité prévoient : 

                          • Selon l’article 9.3, « les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. » Faute de quoi les récalcitrants pourront être poursuivis en justice. Les futurs gouvernements français ou allemands quels qu’ils soient n’auront donc d’autre choix que de payer.
                          • L’article 10 permet au Conseil des gouverneurs, composé seulement des ministres des Finances de la zone euro, d’augmenter le plafond du MES sans en rendre compte à aucune autorité. Les articles 27 et 30 précisent également que ce fonds ainsi que ses dirigeants bénéficieront de l’immunité de toute forme d’action en justice et n’auront de compte à rendre à personne.
                          • Ils stipulent également que nul n’aura le pouvoir d’enquêter sur les décisions du MES et que toutes ses archives seront inaccessibles à toute forme de justice.

                          sources, cet article .

                            • Antoine Diederick 26 octobre 2011 19:36

                              alors pour faire simple,

                              les grecs entubent les banques françaises et allemandes, les belges avec la crise Dexia et Fortis se font entuber par les Bataves et les Français , ensuite les Allemands entubent les Français et au final, le meilleur pour la fin, tous les citoyens européens se font entuber....

                              pas belle la vie ?

                              je sais, c’est de mauvais goût mais....


                              • Traroth Traroth 27 octobre 2011 11:43

                                Les Grecs, les Français, les Les Belges, les Allemands, les Néerlandais sont tous victimes de la barbarie financière qui les conduits peu à peu vers la misère. Je n’ai pas l’impression que le « Grec d’en-bas » ait beaucoup profité du pognon qui a mystérieusement volatilisé en causant cette dette abyssale. Et vous ?


                              • Antoine Diederick 26 octobre 2011 19:38

                                il faut en finir avec cette Europe telle qu’elle est devenue, c’est une vaste fumisterie....


                                • Antoine Diederick 26 octobre 2011 20:00

                                  fumistes

                                  Ce qui ne peut pas être pris au sérieux. Darzens nous apprend que Rimbaud est maintenant établi marchand à Aden et que dans des lettres qu’il lui écrivait, il parlait de son passé comme d’une énorme fumisterie (Goncourt, Journal, 1891, p. 32). La déliquescence achevée, un immense éclat de rire, une plaisanterie lugubre, une mystification, et, c’est le mot, une fumisterie, rien, voilà ce qu’on a fait de l’homme et de sa destinée (Blondel, Action, 1893, p. 10). Les enfants du plus vertueux, du plus libéral, austère et démocratique des siècles, ont eu tout à coup le sentiment qu’ils avaient été les dupes d’une immense fumisterie (Bloch, Dest. S., 1931, p. 110). (Quasi-)synon. farce :

                                  donc LES CHINOIS SONT A PARIS


                                  • logan 26 octobre 2011 20:40

                                    l’idée de l’union sacrée = la négation du pluralisme politique = la négation de la politique elle-même
                                    c’est faire croire qu’il n’existe qu’une solution unique ou que toutes les solutions possibles vont dans le même sens alors qu’évidement il existe en politique au moins au minimum autant de solutions que d’intérêts divergents et que ces solutions s’excluent entre elles
                                    face à la crise il y a au moins deux camps soit on fait payer les responsables de la crise et tous ceux qui se sont enrichis grâce à la crise, soit on fait payer les populations innocentes et victimes de cette crise
                                    donc il y a forcément au moins deux alternatives qui s’opposent et qui ne peuvent être conciliées

                                    l’union nationale qui est proposée par l’auteur est en fait une union de l’oligarchie nationale, une union de l’oligarchie de droite et de l’oligarchie de gauche qui toutes deux s’accordent sur le fait que c’est à la population de faire les frais de cette crise et qu’il est absolument exclu que les responsables et que ceux qui se soient enrichis grâce à cette crise paient le moindre centime
                                    c’est sans doute ces deux camps aux intérêts convergents que l’auteur désigne par « partis de gouvernement »
                                    car évidemment il est absolument exclu dans son esprit qu’un jour des partis défendant le peuple arrivent au pouvoir


                                    • Antoine Diederick 26 octobre 2011 21:09

                                      encore un truc a dire....si jamais à terme et au terme de cette crise l’Allemagne se décidait à renoncer à l’euro, ce serait dommage que les autres pays et la France principalement subissent une humiliation nouvelle alors qu’elle (qu’ils) ne se serai(en)t pas préparée (és) à prendre les devants, tout du moins à faire preuve d’imagination et d’initiative, d’indépendance.


                                      • epapel epapel 26 octobre 2011 22:07

                                        Il faut avoir sacrément confiance pour ne pas s’inquiéter d’une dette de1700 milliards, d’un déficit budgétaire de 100 et commercial de 80, d’une croissance de 1%.

                                        Alors expliquez-nous en quoi la confiance peut-elle influer sur des paramètres qui viraient de plus en plus dans le rouge quand cette confiance était encore là ?


                                        • wesson wesson 27 octobre 2011 00:12

                                          Tiens je ne résiste pas à relater les infos que l’on peut lire ce soir. C’est la cata en Septembre pour les chiffres du chômage, qui sont au record depuis l’an 2000 - ou pourtant on ne les comptait pas aussi sélectivement. Grâce à l’extraordinaire loi TEPA et aux niches fiscales, la dette de l’état a carrément explosé depuis 5 ans et question croissance, on s’achemine tout droit vers une récession. Au niveau du sauvetage des banques 2ème service, la nationalisation piteuse de Dexia va faire perdre le triple A de la France, et on s’apprête à mettre en place sur le FESF un mécanisme de levier financier tout droit inspiré de ce que furent les regrettés Subprimes Américains.

                                          C’est dire si le parti de celui qui est actuellement chef de l’état, et qui participe activement depuis 10 ans à cet extraordinaire bilan, est en position de donner des conseils de bonne gouvernance au prochain qui va prendre le poste....


                                          • PtitLudo PtitLudo 27 octobre 2011 08:54

                                            Wesson, vous oubliez que Sarkozy a également instauré la démocratie en lybie, voyons !


                                          • wesson wesson 27 octobre 2011 11:02

                                            bonjour p’tit ludo

                                            vrai,
                                            et pour à peine 300 patates !


                                          • dom y loulou dom y loulou 27 octobre 2011 11:54

                                            la démocratie... vous voulez sans doute dire la charia ?


                                            parce que pour ce qui est de ce qui reste de la démocratie on peut parler de sac de patates couvrants... ;)

                                          • eric 27 octobre 2011 00:46

                                            A Wesson, tout à fait, d’autant que ce serait en pure perte puisque le programme de celui qui voudrait bien, sur lequel il a été « démocratiquement élu » il y a 15 jours et qu’il s’apprête déjà à changer d’après Sapin pour réaliser une fantastique économie de 5 milliards sur les dépenses supplémentaires prévues consiste essentiellement à embaucher des agents publics, baisser l’âge de la retraite, re nationaliser un certain nombre de chose, investir de l’argent public dans des entreprises privés et contraindre les enfants des cantines de manger du camembert fermier biologique de proximité. Le tout en s’imaginant qu’il va convaincre concrètement les français d’accroître les impôts les plus lourds d’Europe
                                             A ce degré d’adéquation aux problèmes de l’heure, je crois effectivement qu’on en est plus à pouvoir lui donner des conseils.
                                            Du reste, il est vrai qu’en 2000 le chômage était à peu prêt aussi élevé qu’aujourd’hui, ( à l’époque le premier ministre avait d’ailleurs confié le PS a un homme de confiance), mais on sortait d’un période de croissance depuis 1997. Cette période de croissance mondiale produisit d’ailleurs une « cagnotte » que l’on s’empressa de dépenser parce que sinon on aurait eu « que » les 206 milliards de déficit budgétaire de 1999.

                                            Oui, c’est vrai, votre hommage à Sarkozy est bien mérité, il fait aussi bien en chômage lors de la plus grande crise depuis 1929, que Jospin pendant une période de croissance forte. Il n’y a pas photo.


                                            • TSS 27 octobre 2011 01:00


                                               Sarkollande et Hozy deux faces d’une même pièce ,2 escrocs de la maffia

                                               oligarchique ,à jeter aux porcs !!

                                               Quant à Bayrou il suffit de se rappeller qu’il fut un ministre d’une (in)efficacité

                                               extrème et surtout complice de ceux qui nous ont conduit là... !!

                                               


                                              • TSS 27 octobre 2011 01:06

                                                Cette période de croissance mondiale produisit d’ailleurs une « cagnotte » que l’on s’empressa de dépenser

                                                la cagnotte faite par Jospin fut boulottée par la droite ,rendons au nabot ce qui lui

                                                appartient... !!


                                                • eric 27 octobre 2011 09:10

                                                  ! !!??? Mêmes question qu’aux autres vous ne savez pas ou vous mentez délibérément façon campagne électorale allemande 1933 ? Comment la droite pourrait elle avoir dépensée le delta de déficit budgétaire de 1999 quand Jospin est resté premier ministre jusqu’en 2002. Comment Sarko aurait il pu avoir un rôle dés lors qu’il était retiré de la politique et cherchait un emploi à l’époque ?
                                                  http://www.ladepeche.fr/article/2000/03/17/90381-jospin-defend-son-bilan-et-partage-la-cagnotte.html
                                                  http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pauvre-premier-ministre-riche_14176.html
                                                  Et ce n’est pas une question rhétorique, je cherche à comprendre si la monté au grand n’importe quoi dans les discours de gauche est uniquement un opportunisme fondé sur l’idée que tous les moyens sont bons pour reprendre le pouvoir et rouvrir les robinets pour ses clientèles, ou si son état de stress face aux risque pour ses modes de vie la conduit à être de plus en plus irrationnelle inconsciemment.


                                                • TSS 27 octobre 2011 13:06

                                                   la cagnotte mise en place par Jospin pour abonder aux cotisations retraites josqu’en 2018

                                                  a bien ete depensée par Sarkho et personne d’autre... !!


                                                • Obïoxoïdo Obïoxoïdo 27 octobre 2011 10:26

                                                  La France au sommet de son escroquerie institutionnelle livrée aux bonimenteurs de tribunes ne laisse aucun autre choix que celui imposé par le monde de la finance. Tout est marchandise. Les français comme les autres européens sont regardés sous l’aune de la consommation. La carte de crédit a remplacé la carte d’électeur. La pensée politique relève du marketing ainsi l’on vend des idées comme l’on vend des chaussettes. La mise sous tutelle caractérisée de la souveraineté française qui induit la notion de la perte de citoyenneté, ne peut évidemment pas être exclusivement l’apanage de la pensée unique que les médias nous imposent habilement. Elle est aussi du ressort du à l’indolence de cette génération issue du papy boom et plus généralement des trente glorieuses, ne laissant derrière elle que des dettes. Les dés sont pipés. La jeunesse indignée de cet état de fait devra attendre docilement son tour. La majorité dans une démocratie sénile est l’apanage de la réaction, du conservatisme contre le progrès.


                                                  • Traroth Traroth 27 octobre 2011 11:37

                                                    Sarkozy, Hollande et Bayrou font partie du problème, pas de la solution !


                                                    • sandre08 27 octobre 2011 11:39

                                                      Que Sarko se débrouille seul !
                                                      C’est le meilleur:de 2007 à 2011,baisse de 27% du chômage en Allemagne pour une augmentation de 27% en France.Les ministres Français devraient s’occuper de leur portefeuille plutot que de déverser leur venin à la télé.


                                                      • Traroth Traroth 27 octobre 2011 11:47

                                                        L’union sacrée qu’on voit arriver, c’est Sarkozy qui a profité du sommet de hier pour faire passer au niveau européen sa ridicule idée de « règle d’or », dont le seul intérêt réel est bassement électoraliste.
                                                        Parler de règle d’or et au même moment préparer un budget qui parie sur 1,75% de croissance en 2012, et qui se conclura donc bien sûr par un déficit cyclopéen : Sarkozy a toujours tous les culots !


                                                        • Taverne Taverne 27 octobre 2011 11:51

                                                          Une union sacrée nous changerait de cette allaince des profiteurs et des combinards.

                                                          Merci d’avoir pris votre souris pour parler du sommet qui atteint des sommets d’incompétence et accouche d’une souris.


                                                          • Traroth Traroth 27 octobre 2011 11:54

                                                            En 2008, la « solution » avait été de remettre de l’argent au pot pour « sauver les banques ». Maintenant que ces liquidités sont épuisées, comme prévu, la crise revient. La solution qu’on nous propose ? Recapitaliser les banques...

                                                            « La folie, c’est faire la même chose et espérer un résultat différent », Albert Einstein.


                                                            • rakosky rakosky 27 octobre 2011 12:24

                                                              La seule union sacrée dont nous ayons besoin est celle des peuples d’Europe pour renverser la dictature du FMI et de la Banque centrale européenne

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès