Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Immobilier : faut -il casser ce qui marche ?

Immobilier : faut -il casser ce qui marche ?

La loi dite « de Robien » est-elle victime de son succès ? Certains investisseurs bénéficiant de ce régime fiscal accordé à l’immobilier locatif seraient au bord de la panique. Une hystérie bien française.

Périgueux, Agen, Sarlat, Montpellier, Lyon... tous les articles sur la loi Robien tirent la sonnette d’alarme : on va à la casse.

Rappelons comment fonctionne le dispositif : un amortissement de 65% du prix de vente (dont 40% en 5 ans), bénéficiant à ceux dont la tranche marginale d’imposition est la plus élevée, des loyers plafonnés, une obligation de louer ce bien neuf à titre de résidence principale pendant 9 années au moins.

Résultat : les promoteurs ont multiplié les ghettos locatifs, notamment à Toulouse, Lyon et Montpellier, et les maisons style "trois petits cochons" - surtout le 1er vous savez, celui qui construit en paille - se sont étendues bien au-delà de centres villes accessibles. L’horizontal a pris le pas sur le vertical et le foncier se fait extrêmement rare, donc cher.

Ce premier phénomène se joint à la baisse des taux d’intérêts : vous pouvez toucher du 3,70% sans problème, alors qu’un loyer dans le neuf vous sort du 4%, résultat : voilà le seul placement où vous n’apportez rien, où vous profitez d’un levier fiscal pour engranger du 9 à 10% tout compris, le tout sur un support réputé sécurisant.

J.L. Borloo ne s’y est pas trompé, voulant diminuer drastiquement le plafond des loyers et réduire l’amortissement. Si des facteurs structurels existent : taux d’intérêts très bas, tensions sur les loyers et rareté du foncier, les promoteurs sont aussi incapables (comme les collectivités locales) d’harmonie collective. Comment peut-on mettre 100 logements sur le marché de Périgueux ? Comment peut-on proposer 80 maisons à 10 km de Montauban ? L’ensemble de ces logements seront à vendre 9 ans plus tard (dans 5 ou 6 ans maintenant), pesant très lourd à la baisse sur le marché.

Ces logements sont vendus à des médecins parisiens qui ne prennent pas le temps de regarder ce qu’ils achètent, arnaqués qu’ils sont par des vendeurs dits "vendeurs debout" qui ne représentent en général qu’une offre, qu’un promoteur et qui sont incompétents pour parler vraiment "caillou" avec leur client.

Pour autant, faut-il arrêter de donner des cadeaux fiscaux aux riches ? Alors à qui les offrir ? Aux pauvres ? En baissant la TVA ? Ah ah ah ! Parlez-en aux restaurateurs et à Bruxelles ! Les plombiers seront sûrement d’accord, mais font-ils eux aussi partie "des pauvres" ? Pourquoi ne pas continuer en laissant ce statut quasi professionnel à l’investisseur bailleur (par ce principe d’amortissement) en comptant sur la régulation du marché ? Parce qu’en France, ce qui marche est suspect : il faut l’arrêter, et chaque ministre a besoin de laisser sa marque, son nom. Méhaignerie, à qui on doit une floraison de studios vides, Quilès, Périssol, Besson, Pons (qui a maintenu les DOM TOM sous perfusion), Girardin, Demessine : de quoi faire une association de locataires, mais de locataires de luxe dans les palais de la République !


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Agnès (---.---.223.218) 28 février 2006 13:31

    Et ce n’est toujours pas cela (les petits logements pour investisseurs)qui va loger les familles nombreuses.


    • fanfanpaille (---.---.9.185) 28 février 2006 19:27

      Beuacoup de vérités,mais le « robien » peut être efficace et bien utilisé : comme un outil,pas comme une fin en soi ! je propose à mes clients du clés en mains, je cherche des terrains pas trop cher,vérifie la demande locative réelle,propose une maison individuelle en rapport avec le lieu, le client et la demande locative, et surtout sans simuler du n’importe quoi avec des plafonds et des ratios à qui l’on fait dire ce que l’on veut. Ensuite je gere tout le dossier et la construction avec un contrat construction loi de 90 et toutes les assurances. Je pense vraiment que dans ces conditions des investissements rentables et solides sont possibles et pas seulement que pour les riches et les fortes tranches fiscales.C’est justement toute la France moyenne qui à besoin de constituer son patrimoine, sa retraite ETC

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès